Source : Jonathan Marshall, Consortium News, 29-05-2017

Dans le Russie-bashing récent, il est affirmé entre autres que Moscou arme les Talibans d’Afghanistan, mais un haut fonctionnaire du renseignement américain met un sévère bémol à cette allégation dans un témoignage à peine remarqué, selon Jonathan Marshal

Un court article de Reuters à la fin de mai dernier a cité les propos du directeur de l’Agence de renseignement de la Défense lors d’une audition au Sénat : « Je n’ai vu aucune preuve matérielle réelle d’un transfert d’armes ou d’argent ». Le lieutenant-général de marine Vincent Stewart répondait aux allégations largement répandues par de hauts fonctionnaires du Pentagone selon lesquelles des armes russes étaient écoulé est vers les Talibans en Afghanistan.

Hélicoptère CH-47 Chinook de l’armée en vol près de Jalalabad, en Afghanistan, le 5 avril 2017. (Photo de l’armée par le Capitaine Brian Harris)

En reconnaissant que les rapports n’ont pas de fondement réel, Stewart a tout simplement démasqué la tromperie des tenants de la ligne dure militaire qui invoquent la menace russe pour justifier la prolongation et l’escalade de la plus longue et de la deuxième plus coûteuse guerre de l’histoire des États-Unis. L’affaire des fournitures d’armes russes en Afghanistan a commencé en décembre dernier, par une manchette typique du Washington Post : « La Russie commence à fournir des armes en Afghanistan, terre des Talibans ».

Dans le corps de l’article, toutefois, il apparaît que Moscou a accepté de transporter 10 000 fusils d’assaut non pour les Talibans, mais pour la police afghane de Kaboul. Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré : « La Russie a pour politique constante de fournir une assistance globale à l’Afghanistan en vue de la création d’un État pacifique, indépendant, stable et autosuffisant, exempt de terrorisme et de drogues ». La Russie a déjà fourni des hélicoptères et des formations aux pilotes des forces afghanes, dans le cadre d’un contrat avec le Département américain de la Défense, qui s’est poursuivi grâce à une dérogation spéciale des États-Unis aux sanctions économiques.

Quant aux Talibans, le responsable russe a seulement déclaré que son gouvernement était prêt, dans l’intérêt de la réconciliation nationale afghane, à soutenir « l’affaiblissement éventuel du régime des sanctions… contre les Talibans, si cela n’est pas contraire aux intérêts nationaux afghans ». Il a ajouté que la Russie partageait l’intérêt des Talibans à vaincre l’EI en Afghanistan.

Les Russes boucs émissaires

À partir de mars, parallèlement aux demandes urgentes du commandant des États-Unis en Afghanistan de milliers de soldats supplémentaires pour juguler les progrès militaires des Talibans, des officiers supérieurs du Pentagone ont commencé à accuser la Russie de leurs revers sur le champ de bataille.

Vus à travers un dispositif de vision nocturne, les marines américains mènent une patrouille de logistique de combat dans la province de Helmand, en Afghanistan, le 21 avril 2013. (Photo du Corps des marines des États-Unis par le sergent Anthony L. Ortiz)

« Je pense qu’il est raisonnable de présumer qu’ils prodiguent une forme de soutien aux Talibans en termes d’armes ou d’autres choses », a déclaré aux membres du Congrès le général Joseph Votel, chef du Commandement central américain.

Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a renchéri, paraphrasé par le correspondant du NPR, Tom Bowman : « les Russes apportent une forme de soutien, comprenant peut-être des armes, aux Talibans ». Remarquant que les détails étaient « obscurs », Bowman a ajouté : « Le commandant en Afghanistan, le général John Nicholson, pense que c’est un moyen pour les Russes de tout simplement saper les États-Unis et l’OTAN ».

Restant sur la même ligne de communication, le porte-parole de la coalition de l’OTAN en Afghanistan a déclaré au Los Angeles Times quelques jours plus tard : « Nous savons que les actions de la Russie en Afghanistan ont pour objectif de compromettre le travail de soutien au gouvernement afghan des États-Unis et de l’OTAN ». Les journalistes ont alors présenté comme un fait acquis que « cela… montre une autre tentative de [du président russe Vladimir] Poutine d’exercer son pouvoir mondial tout en affaiblissant les États-Unis ».

À la fin d’avril, un « haut responsable militaire des États-Unis », parlant en public, a affirmé que les Russes avaient « augmenté leur fourniture de matériel et d’armes légères aux Talibans dans les 18 derniers mois ». Il a déclaré : « Les Russes ont envoyé des armes, y compris des mitrailleuses moyennes et lourdes, aux Talibans sous couvert que le matériel serait utilisé pour combattre l’État islamique dans l’est de l’Afghanistan ».

Le secrétaire Mattis, cité dans le même article, a déclaré de façon menaçante : « Nous allons devoir nous confronter à la Russie là où ce qu’ils font est contraire au droit international et nie la souveraineté d’autres pays ».

Le déni russe

La Russie, de plus en plus considérée comme une « puissance hostile » par beaucoup d’Américains, a gagné peu d’adeptes en réfutant ce qu’elle a appelé « des accusations irresponsables » fondées sur « des rumeurs et des conjectures ». Son envoyé spécial en Afghanistan a qualifié les accusations de transferts d’armes aux insurgés talibans de « mensonges absolus… destinés à justifier l’échec des militaires et des politiques américains ».

Le président russe Vladimir Poutine prend la parole à l’assemblée générale de l’ONU le 28 septembre 2015. (Photo ONU)

Mais la crédibilité de la Russie – même après des mois d’accusations diverses et variées de la part de représentants occidentaux – ne peut guère être plus basse que celle des sources afghanes citées dans les rapports des États-Unis pour renforcer les allégations du Pentagone. Un exemple notable est celui du chef de la police de la province d’Uruzgan, qui a parlé d’agents russes « déguisés en médecins, infiltrant sa région et soulevant les gens contre le gouvernement, fournissant un entraînement et enseignant comment assembler des mines terrestres ».

La corruption putride de la police de la province d’Uruzgan est attestée par rien moins que le commandant de l’armée afghane de cette province. La police a abandonné la capitale provinciale l’année dernière, permettant aux forces talibanes d’avancer sans opposition – non pas à cause des armes russes, mais parce que des hauts fonctionnaires empochaient depuis des mois les salaires des policiers, à l’époque.

Des déclarations similaires contre la Russie ont été faites par le gouverneur de la province de Kunduz, dont la capitale a été envahie par les forces talibanes l’automne dernier. Ce que les journalistes ont qualifié de « reconquête apparemment facile » de la ville, après qu’une incursion semblable des Talibans en 2015 a été repoussée par les forces spéciales américaines. D’autres fonctionnaires afghans et des journalistes indépendants ont attribué les victoires faciles des Talibans aux griefs de la population locale contre élite “mafieuse” qui dirige la province.

Les experts ont également mis en cause l’aide du Pakistan – et non de la Russie – aux Talibans. Faisant écho à leurs plaintes, l’ex-ambassadeur des États-Unis, Zalmay Khalilzad, a déclaré l’année dernière : « L’incapacité des États-Unis à gérer efficacement les relations avec le Pakistan et le problème du sanctuaire [taliban] au Pakistan sont, d’une manière ou d’une autre, depuis le 11 septembre, la source de tous les problèmes des relations américano-afghanes, et de l’Afghanistan ».

L’Arabie saoudite est un autre grand fournisseur des Talibans. Un exposé de Carlotta Gall dans le New York Times a révélé que, en tant qu’alliée de longue date du Pakistan, « l’Arabie saoudite a soutenu le succès des Talibans à Islamabad. Au fil des ans, de riches cheikhs saoudiens et des philanthropes fortunés ont également alimenté la guerre en finançant les insurgés à titre personnel ».

Comment les États-Unis arment les Talibans

Mais peut-être le plus important de tous les fournisseurs d’armes des Talibans est-il le contribuable américain. Les Talibans ratissent des centaines de millions de dollars par l’extorsion de projets financés par les États-Unis dans le pays. Ils remplissent également leur arsenal avec des armes fabriquées aux États-Unis. Un commandant taliban a déclaré à Bloomberg News que lorsqu’il a besoin de plus d’armes et de carburant, il les achète tout simplement ou les vole à son ennemi. « C’est simple et moins cher », a-t-il déclaré.

Un hélicoptère du corps des Marines américain transporte un canon dans la province d’Helmand en Afghanistan le 29 décembre 2012. (Photo du département de la Défense)

Comme l’a récemment remarqué le journaliste et écrivain Douglas Wissing, « la corruption américaine a fait perdre la guerre afghane… La corruption finance l’ennemi, avec des centaines de millions de dollars écumés de la logistique américaine et de l’aide financière… Autorisée et financée par cette corruption, la force des Talibans a augmenté avec des taux à deux chiffres chaque année depuis 2005. Les insurgés contrôlent actuellement environ 40 pour cent de la campagne et exercent des pressions sur les centres gouvernementaux à travers le pays, y compris à Kaboul, de plus en plus assiégée ».

Dans le passé, Donald Trump avait raison lorsqu’il a tweeté que la guerre en Afghanistan était une « catastrophe totale » – quoique, en tant que président, apparemment il envisage un plan avec le Pentagone pour accroître à nouveau le rôle des États-Unis.

Le fait de critiquer les Russes pour les derniers renversements de la guerre peut bien déculpabiliser nos alliés afghans et nos propres soldats d’avoir perdu cette longue guerre au ralenti, mais cela ne changera pas le résultat.

Jonathan Marshall est un collaborateur régulier de ConsortiumNews.com.

Source : Jonathan Marshall, Consortium News, 29-05-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

13 réponses à De prétendus liens de la Russie avec les Talibans pour la fourniture d’armes sont contestés, par Jonathan Marshall

Commentaires recommandés

Duracuir Le 03 juillet 2017 à 07h43

Les Américains deviennent complètement cinglés avec leurs accusations mensongères pléthoriques, incessantes et totalement grotesques.
Il est vrai que le mensonge a toujours été la marque de fabrique de la diplomatie anglo-saxonne à travers les âges.
On peut dire qu’historiquement, si le Français est un maniaco-depressif, l’Allemand un paranoïaque, l’Espagnol un psycho-rigide, l’Anglo, lui, est un pervers narcissique.

  1. Duracuir Le 03 juillet 2017 à 07h43
    Afficher/Masquer

    Les Américains deviennent complètement cinglés avec leurs accusations mensongères pléthoriques, incessantes et totalement grotesques.
    Il est vrai que le mensonge a toujours été la marque de fabrique de la diplomatie anglo-saxonne à travers les âges.
    On peut dire qu’historiquement, si le Français est un maniaco-depressif, l’Allemand un paranoïaque, l’Espagnol un psycho-rigide, l’Anglo, lui, est un pervers narcissique.


  2. Haricophile Le 03 juillet 2017 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Difficile à dire pour les Russes, mais par contre concernant les USA, l’alimentation des talibans “combattants de a paix” (souvenez-vous), Al Qaida, Daech… de manière directe ou indirecte, là du coup on a pléthore de documents et preuve !

    Sans parler des anecdotes comme le milliard de $ d’armes “évaporé” “dans la nature” et qui n’est certainement pas le seul…

    Quand on fabrique une quantité d’armes hallucinante qu’on met entre les mains de psychopathes, on ne risque pas d’avoir comme résultat la paix. Pour avoir la paix, que les grandes nations avec en premier les USA cessent totalement la vente et distribution gratuite d’armes, ainsi que le développement d’armes de plus en plus dangereuses dont personne dans le monde n’a besoin.

    La vrai vérité est qu’ils s’affirment “démocratie”, “gendarme de la paix”, “état béni par Dieu”; mais qu’ils répandent chaos, violence, assassinat et guerre; ils se créent des des ennemis quand ils en n’ont “plus assez” pour leur business du Diable, sèment le chaos et la désolation dans une course en avant pour cacher le fait qu’ils sont un empire violent, qu’ils sont eux même de grands criminel de guerre et des criminels contre l’humanité.

    Le monde terrible que crée les USA ne ressemblent que trop à la description de la société par certains vieux livres de science fiction qu’on aurait aimé qu’ils ne restent à jamais qu’un délire d’écrivain.


  3. Alfred Le 03 juillet 2017 à 09h51
    Afficher/Masquer

    Il me semble que le point le plus important de ce texte est celui ci: ” la corruption américaine a fait perdre la guerre afghane… La corruption finance l’ennemi, avec des centaines de millions de dollars écumés de la logistique américaine et de l’aide financière”
    En 2002 par exemple il était très difficile de recruter une charpentier même “un peu loin” d’une base américaine. Ces derniers payaient 35000 dollars pour la réalisation d’un plancher de tente dans un pays ou le salaire d’une personne un peu qualifiée était d’environ 100 dollars par mois. La démesure de l’armée américaine et de sa logistique fait d’elle une sorte de trou noir qui pèse sur son environnement et pourri tout autour. Cela sans même parler des choix militaires, politiques ou économiques (qui déjà à l’époque puaient l’echec par leur aspect douteux et grossier) ou de l’état de décrépitude ou non du pays dans lequel ils se trouve (cela n’influe que sur le niveau social des corrompus). La simple existence et la simple implantation du monstre militaro-économique transforme son environnement avec son avalanche de fric volontairement mal géré (oui volontairement c’est certain). Des fortunes immenses transitent se créent et se perpétuent. La corruption mafieuse la plus banale. La logistique de l’armée us est un aimant à salauds.
    C’est vrai non seulement pour l’afghanistan mais pour la terre entière et pour les usa eux même.
    “Ils nous vendront la corde pour les pendre”: C’est certain.


  4. Sébastien Le 03 juillet 2017 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Pour les ufologues amateurs ou avertis, je rappelle que l’apparition des “soucoupes volantes” pendant la seconde guerre mondiale et la vague qui décolla en 1947, ont été attribué aux Allemands…Et aux Russes, avant de nous faire croire que c’étaient les Américains qui avaient une exclusivité galactique avec les Aliens.
    Ils nous ressortent les même vieux scénarios pourris depuis des lustres. Il n’y a qu’à voir les daubes qui sortent au cinéma.
    Mais où va-t-on pouvoir se divertir, bon sang?


  5. yack2 Le 03 juillet 2017 à 12h25
    Afficher/Masquer

    Quand bien même ces allégations seraient vraies……Ne serait-ce pas la réponse du berger à la bergère?
    Il faut avoir un certain culot pour reprocher aux russes ce que l’on a abondamment fait avec les conséquences que l’on connait….Les talibans sont une création américaine me semble-t-il?


  6. Toubib53 Le 03 juillet 2017 à 14h20
    Afficher/Masquer

    Si les russes fournissent des armes aux talibans, ce ne serait qu’un juste retour des choses car les américains ne se sont pas gênés de fournir finances, formation et armes aux talibans contre les russes ….
    Nouvelle version de l’arroseur arrosé ….


  7. ras Le 03 juillet 2017 à 20h01
    Afficher/Masquer

    Washington Post : « La Russie commence à fournir des armes en Afghanistan, terre des Talibans ».

    Il fallait bien entendu lire: « Les Etats-Unis commencent à fournir des armes en Syrie, terre de Al Quaida ».

    Avec toutes les excuses de la rédaction :p


  8. Caliban Le 03 juillet 2017 à 21h13
    Afficher/Masquer

    Enlevez Hollywood aux Etats-Unis et il apparaît un pays qui ressemble fort au cancer de l’humanité. La population américaine n’y est évidemment pour rien, c’est l’organisation ploutocratique du pouvoir de cette superpuissance militaire qui nous envoie droit dans le mur.

    C’est quand leur prochaine guerre de Sécession qu’ils nous foutent la paix ?


  9. Alfred Le 04 juillet 2017 à 00h17
    Afficher/Masquer

    En fait pour être tout à fait honnête il faut préciser que l’on croise des accusations selon lesquelles les americains auraient livré des armes à l.etat islamique dans les zones ou où celui-ci attaque les talibans en Afghanistan.
    Des accusations similaires on été portées sur les théâtres irakiens et Syriens..sans l’ombre d’une preuve.
    Bref ces accusations croisees peuvent être autant de contre feux.


    • kasper Le 04 juillet 2017 à 02h01
      Afficher/Masquer

      Les photos de combattants de l’EI avec du matériel et armement francais ou americain me semblent assez convaincantes. La source la plus fiable sur ce dossier me sermble etre Francois Hollande lui même, qui se vantait d’avoir fourni des armes (en violation totale du droit international, pour le coup) aux “rebelles modérés”, dans le même temps qu’Obama admettait que ces rebelles modérés etient en fait des extrémistes.

      L’abscence de preuve est toujours a sens unique, dernièrement.


      • Alfred Le 04 juillet 2017 à 08h45
        Afficher/Masquer

        On ne parle pas de la même chose m. je parle d’Isis (daesh – état islamique). Tout le monde connait les exploits d’hollande et Fabius entre autre. (Sans compter les discours publics aux us pour soutenir Al qaida contre Bachar).
        Le fait que les combattants possèdent de l’armement montre juste qu’ils le possèdent pas comment il l’on eu. Les accusations auxquelles je fait référence sont des livraisons et parachutages “mystérieux”.
        Ces livraisons par avions sont documentees par photo pour les kurdes (et par camion). Le fait que des “fsa” aient été aéroports par les us aussi. Par contre pour Isis rien du tout.


  10. RGT Le 04 juillet 2017 à 20h46
    Afficher/Masquer

    L’hôpital qui se fout de la charité.

    Le soutien des russes aux talibans, c’est pour faire oublier que ce sont bel et bien les USA qui ont amené ces types au pouvoir pour combattre Massoud qui était “ingérable”… Et francophile ?

    Si vous l’ignoriez, je vous rappelle que Massoud avait fait des études en France et qu’il parlait français…

    Par contre il était farouchement attaché à l’indépendance de son pays et ne voulait pas qu’il soit colonisé par une puissance étrangère (sans doute une des raisons pour lesquelles il aimait la France : au moins il ne risquait pas une invasion).

    Les USA ont favorisé les talibans car ces derniers avaient accepté qu’un oléoduc traverse l’Afghanistan pour court-circuiter les russes…

    Et une fois arrivés au pouvoir ils ont envoyé balader les ricains, ce qui n’a pas plu…

    Le 11/09/2001 n’a été qu’une excuse pour envahir ce pays et “rétablir leur bon droit” de faire passer tous les tyaux qu’ils souhaitaient comme ils le voulaient.


  11. fanfan Le 08 juillet 2017 à 05h26
    Afficher/Masquer

    Près de 16 ans après le début de l’invasion américaine de l’Afghanistan, les Talibans contrôlent vraisemblablement plus de territoires maintenant qu’à l’époque du gouvernement afghan. Le Pentagone sait qu’il ne peut pas gagner la guerre. Il ne se bat plus pour gagner la guerre mais pour donner l’impression qu’il n’a pas perdu la guerre…
    Selon la Mission d’Assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), près de 11 500 civils afghans, dont un tiers d’enfants, ont été tués ou blessés en 2016.


Charte de modérations des commentaires