Les Crises Les Crises
5.mai.20205.5.2020 // Les Crises

Des documents internes révèlent le plan de l’équipe Trump sur la chloroquine

Merci 365
J'envoie

Source : Vanity Fair
Traduit par l’équipe Les-Crises

Le grand plan de Donald Trump pour battre le COVID-19 consistait à distribuer des millions de doses d’un médicament non éprouvé. En coulisses, les hauts fonctionnaires de l’administration ont fait pression pour contourner les règles et soutenir ses fanfaronnades.

Dans l’après-midi du samedi 4 avril, le président Trump s’est levé à la tribune de la Maison Blanche et a intensifié son blitz marketing au nom de l’hydroxychloroquine, mettant en avant les prétendues promesses du vieux médicament contre le paludisme dans le traitement du COVID-19, ainsi que le succès de son administration à en acquérir d’énormes quantités.

« Nous en avons des millions et des millions de doses – 29 millions pour être exact », a-t-il déclaré, alors que le nombre de cas de COVID-19 aux États-Unis a atteint 260 000 et que les gouverneurs de tout le pays ont plaidé pour un soutien fédéral afin d’acquérir des tests, des ventilateurs et des équipements de protection pour les travailleurs de la santé. « Nous n’entendons que des choses vraiment positives, et nous continuons à collecter les données. »

Ce soir-là, selon des courriels obtenus par Vanity Fair, les responsables politiques nommés par M. Trump allaient intensifier la pression sur les fonctionnaires du secteur de la santé pour qu’ils tiennent les promesses extravagantes du président, malgré les avertissements clairs des cliniciens fédéraux sur les risques et le caractère non-prouvé de l’efficacité des traitements à base de chloroquine pour le COVID-19.

Vanity Fair a reconstitué cette histoire à partir de documents et d’entretiens fournis par de nombreux fonctionnaires fédéraux ayant connaissance des procédures internes de l’administration Trump.

Le président vante l’hydroxychloroquine depuis des semaines, provoquant des pénuries mondiales de ce médicament et incitant à des négociations avec le premier ministre indien Narendra Modi pour lever les restrictions à l’exportation de ses principes actifs. Mais le 24 mars, le principal groupe de travail inter-agences du gouvernement fédéral, composé de cliniciens et de scientifiques, a jeté de l’eau froide sur ses affirmations, selon un fonctionnaire fédéral ayant connaissance des délibérations du groupe de travail.

Dans une déclaration de consensus interne, un groupe de contre-mesures médicales au sein du Health and Human Services a recommandé que les traitements COVID-19 à base de chloroquine ne soient étudiés que dans des essais cliniques contrôlés en milieu hospitalier, car leur sécurité et leur efficacité « n’étaient pas étayées par des données provenant d’essais cliniques fiables » et comportaient « des risques potentiels ». Ces médicaments, qui sont utilisés pour traiter la malaria ainsi que des maladies auto-immunes comme le lupus, peuvent avoir de graves effets secondaires, notamment des arythmies cardiaques.

Et pourtant, quelques heures à peine après cette conférence de presse du 4 avril, les responsables de la Maison Blanche ont lancé une vaste campagne de pression en coulisses sur les hauts responsables de la santé du gouvernement pour qu’ils livrent d’énormes quantités de chloroquine à presque tous ceux qui en voulaient, selon des documents examinés par Vanity Fair.

Ce soir-là, Brett Giroir, le secrétaire adjoint du ministère de la santé et des services sociaux, a envoyé un courriel avec pour objet « Hydroxychloroquine » à un groupe comprenant l’administrateur de la Federal Emergency Management Agency (FEMA) Pete Gaynor, le secrétaire adjoint à la préparation et à l’intervention du ministère de la santé Robert Kadlec, et le contre-amiral de la marine John Polowczyk, qui dirige un groupe de travail sur la chaîne d’approvisionnement à la FEMA.

L’email dit ceci :

Appel de la Maison Blanche. Souhaite vraiment inonder NY et NJ de traitements. Les hôpitaux l’ont. Les patients malades n’en ont pas. Et ne peuvent pas l’obtenir. Alors passez par les canaux de distribution comme nous en avons discuté. Si nous en avons 29 millions, peut-être que nous pourrions en envoyer quelques millions dès que possible ? La Maison Blanche veut un suivi rapidement. Nous pouvons en obtenir beaucoup plus. N’est-ce pas Bob ? Des millions par semaine ?

Les courriels indiquent que les hauts responsables de l’administration de la santé ont été étroitement impliqués dans un effort frénétique pour rendre les traitements à la chloroquine non éprouvés largement disponibles, même si la nouvelle règle d’urgence de la Food and Drug Administration (FDA) a limité la distribution du médicament comme traitement COVID-19 aux patients hospitalisés. Une heure après le premier courriel, Gaynor a répondu à Kadlec, Giroir et Polowczyk, semblant suggérer que le commissaire de la FDA, Stephen Hahn, était d’accord pour étendre l’accès au médicament aux patients COVID-19 : « Hahn a demandé de distribuer aux hôpitaux et aux pharmacies. »

Dans un deuxième courriel qui semble avoir été envoyé le même soir, Gaynor a indiqué qu’il travaillait en étroite collaboration avec le contre-amiral Polowczyk : « Moi et l’amiral P sommes sur le coup. D’autres suivront dans la matinée ».

Un porte-parole de la FEMA n’a pas répondu aux questions concernant l’implication de Pete Gaynor ou d’autres responsables dans le plan sur la chloroquine, mais a déclaré : « La FEMA ne maintient pas de stocks de médicaments ». En réponse à une demande de commentaires, un porte-parole de la FDA a répondu : « Étant donné la demande accrue, le Dr Hahn a examiné si les médicaments donnés pouvaient être distribués sur le marché commercial afin d’assurer un approvisionnement stable pour les patients atteints de malaria, de lupus et de polyarthrite rhumatoïde ».

Un porte-parole du Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis (HHS) a déclaré que, alors que les essais cliniques des médicaments se poursuivent, une partie de l’hydroxychloroquine du gouvernement « a été fournie à des distributeurs pour approvisionner davantage les hôpitaux ainsi que les pharmacies de détail qui connaissaient des pénuries de produits pour les personnes qui utilisent le médicament pour le maintien de conditions chroniques telles que l’arthrite rhumatoïde et le lupus ». Le porte-parole a ajouté que les hôpitaux et les pharmacies qui reçoivent des dons de médicaments ne sont pas autorisés à « faire payer le médicament lui-même ».

La bataille interne à la Maison Blanche sur l’utilisation de la chloroquine pour le traitement du COVID-19 a éclaté au grand jour de manière spectaculaire le 21 avril, lorsque le principal développeur de vaccins contre les coronavirus de l’administration, Rick Bright, a été écarté de son poste de directeur de la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), une petite agence du ministère de la santé qui travaille en partenariat avec des entreprises scientifiques privées pour créer des vaccins, des médicaments et des diagnostics. Le lendemain, Bright a publié une déclaration, d’abord rapportée par le New York Times, affirmant qu’il était licencié pour avoir résisté aux efforts « de financement de médicaments potentiellement dangereux promus par ceux qui ont des connexions politiques ».

« Plus précisément, et contrairement à des directives malavisées, » a-t-il déclaré, « j’ai limité l’utilisation à grande échelle de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, promues par l’administration comme une panacée, mais qui manquent clairement de mérite scientifique ». Le 23 avril, les avocats de Bright ont déclaré qu’ils déposeraient une plainte officielle de dénonciation en son nom.

Avant même que M. Trump ne commence à faire des déclarations publiques depuis le podium, ses représentants politiques avaient commencé à se rallier à l’idée d’amasser des médicaments à base de chloroquine pour traiter la COVID-19, malgré le peu de preuves de leurs bienfaits.

Le 18 mars, selon des documents obtenus par Vanity Fair, le fabricant de médicaments allemand Bayer a d’abord demandé à la FDA de l’autoriser à donner des millions de doses d’un médicament à base de chloroquine appelé Resochin. Normalement, un tel geste serait interdit puisque la FDA n’a jamais inspecté l’usine de Karachi, au Pakistan, où est fabriqué le Resochin. Mais la FDA a mis de côté ses garanties habituelles et a approuvé le don, après avoir prélevé des échantillons et testé les médicaments pour s’assurer qu’ils étaient conformes aux normes américaines. Le 19 mars, Bayer a publié un communiqué de presse pour annoncer qu’elle « travaillait avec les agences appropriées sur une autorisation d’utilisation d’urgence pour l’utilisation du médicament aux États-Unis ».

Le lendemain, M. Trump a parlé pour la première fois de l’hydroxychloroquine depuis le podium de la Maison Blanche, citant ses « premiers résultats très, très encourageants ». Et nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible presque immédiatement ». Parce que ce médicament « existe depuis longtemps », a-t-il ajouté. Trump a déclaré qu’il avait parlé la veille avec le gouverneur de New York Andrew Cuomo au sujet de la promesse du médicament, et « il veut être le premier sur la ligne ».

Au sein de l’administration, alors que la Maison Blanche élaborait un plan visant à rendre les médicaments à base de chloroquine largement accessibles au public américain, les responsables politiques nommés par M. Trump ont commencé à exercer des pressions énormes et malvenues sur les fonctionnaires de carrière du secteur de la santé. Dans le cadre de ce plan, Oracle, la société technologique cofondée par le milliardaire Larry Ellison, collecteur de fonds de Trump, a conçu et construit une application pour collecter des données auprès des médecins et des patients afin de suivre la réponse aux différents traitements expérimentaux de COVID-19. (Une source familière avec l’application d’Oracle l’a appelée « un collecteur d’informations ; elle ne recommande pas de thérapies ou de plans de traitement »).

Selon ce plan, qui a déclenché l’alarme au sein des agences de santé, les médicaments à base de chloroquine seraient disponibles pour les patients dans les pharmacies, et pas seulement pour les patients hospitalisés. « Il n’y avait pas de plan pour la surveillance ou le contrôle des médecins », a déclaré un fonctionnaire fédéral à Vanity Fair. « C’est ce qui préoccupait le plus les cliniciens. Le personnel de la FDA, du NIH, du CDC et de la BARDA était très préoccupé par le manque de surveillance des médecins ou des effets indésirables du programme d’accès élargi ».

Dans la soirée du 23 mars, l’avocate en chef de la FDA, Stacy Amin, a envoyé un courrier électronique à des avocats et à d’autres fonctionnaires du HHS, des National Institutes of Health et de la FDA, les exhortant à agir. La proposition qu’elle a relayée, comme elle l’a expliqué, était de faire en sorte que BARDA sponsorise ce qu’on appelle une étude sur un nouveau médicament expérimental. Une IND permet à un nouveau médicament en développement préclinique d’être expédié d’un État à l’autre pour y être étudié. Dans ce cas, l’IND aurait couvert un ancien médicament avec une nouvelle utilisation potentielle. Amin, qui a été l’assistante spéciale du président Trump avant d’assumer son rôle actuel à la FDA en septembre 2018, a écrit : « Le président l’annonce ce soir et je crois que la Maison Blanche voudrait qu’elle soit mise en place d’ici demain avec des données qui circuleront dans la plate-forme Oracle ». Elle a ensuite demandé : « Que faut-il faire et quelles sont les exigences auxquelles nous pensons qu’il est possible de déroger ou d’utiliser le pouvoir discrétionnaire d’application » ?

Selon le porte-parole de la FDA, « La FDA, y compris Mme Amin, a discuté et exploré différentes façons de collecter ces données mais n’a finalement pas soutenu l’idée de le faire par le biais d’une IND, n’a renoncé à aucune exigence réglementaire et n’a jamais cherché à obtenir une utilisation non approuvée des médicaments qui ne serait pas sous la supervision d’un médecin dans le cadre de cet effort ou d’autres efforts connexes ».

L’ordre de mettre en œuvre un plan aussi complexe et peu orthodoxe selon un calendrier dicté par les annonces du président dans la presse a stupéfié de nombreux employés de BARDA. En quelques heures, un fonctionnaire a écrit à un collègue : « Nous avons été heurtés par un bus. Maintenant, nous ripostons ». Il a déclaré qu’il essaierait de modifier la proposition et de trouver une solution « viable ».

Fin mars, les responsables de la santé de plusieurs agences ont convenu d’un plan de rechange, qu’ils considéraient comme plus sûr pour les patients. Le 28 mars, la FDA a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour permettre l’administration de médicaments à base de chloroquine provenant du stock national stratégique aux patients hospitalisés sous COVID-19 qui ne pouvaient pas accéder aux essais cliniques.

Dans la déclaration relative à son licenciement, Rick Bright semble faire référence à cette autorisation lorsqu’il écrit : « J’ai résisté à juste titre aux efforts visant à fournir à la demande un médicament non éprouvé au public américain. J’ai insisté pour que ces médicaments ne soient fournis qu’aux patients hospitalisés ayant un COVID-19 confirmé, sous la supervision d’un médecin ».

Mais les hauts fonctionnaires n’étaient pas satisfaits de l’approche plus restrictive et continuaient à faire pression pour une distribution plus large de la drogue. Dans un courriel qui semble avoir été adressé à Gaynor à un moment donné après la délivrance de l’autorisation d’utilisation d’urgence, Brett Giroir s’est prononcé fermement contre la limitation des médicaments aux hôpitaux. « NOPE. Il faut aussi aller dans les pharmacies », a-t-il écrit. « L’EUA n’a pas d’importance. Le médicament est approuvé [et] peut donc être prescrit selon les ordres du médecin. C’est une RÉPONSE FINALE ».

La raison pour laquelle Giroir a ignoré les limitations de la FDA semblait reposer sur un point de détail technique : Comme la chloroquine est approuvée par la FDA pour des affections telles que le paludisme et le lupus, les médecins pouvaient techniquement la prescrire pour tout traitement « hors étiquette » qu’ils jugeaient approprié.

Selon le Dr Adarsh Bhimraj, chef de la section des maladies neurologiques infectieuses de la Cleveland Clinic, l’idée de faire parvenir à toute vitesse des médicaments non testés aux patients est compréhensible mais peu judicieuse. « Ces gens sont malades. Nous voulons faire quelque chose », a-t-il déclaré, s’appuyant sur sa propre expérience de traitement des patients avec le COVID-19.

Néanmoins, il a ajouté : « Il est important que les cliniciens prennent du recul, réfléchissent et s’arrêtent. Examinons les preuves avant de prescrire des médicaments« .

Le Dr Bhimraj a présidé le panel de la Société américaine des maladies infectieuses qui a récemment publié des directives de traitement stipulant que les patients COVID-19 ne devraient être traités avec des médicaments à base de chloroquine que dans le cadre d’essais cliniques en milieu hospitalier. Sur la base des données humaines recueillies jusqu’à présent, il a déclaré : « Nous ne savons pas si les avantages l’emportent sur les inconvénients », et seules des « études en double aveugle, contrôlées par placebo » peuvent répondre à cette question.

Alors que le ministère de la santé se préparait à annoncer des dons de chloroquine au stock national stratégique, et à marquer une « victoire » pour la Maison Blanche, les préoccupations de sécurité ont persisté.

Le chef du personnel de la FDA, Keagan Lenihan, a envoyé un courriel à un groupe de fonctionnaires fédéraux, dont Amin, pour les avertir qu’après l’arrivée des pilules de chloroquine données par Bayer à l’aéroport international John F. Kennedy de New York, elles devraient être mises en quarantaine et testées. « Si c’est le produit que nous pensons qu’il est et qu’il n’est pas toxique, nous le libérerons » au bureau qui supervise le stock national, a écrit Lenihan. « Apparemment, Bayer se procure ce produit dans une usine de fabrication qu’ils utilisent pour l’Afrique ». En fait, l’installation en question est utilisée pour approvisionner le marché pakistanais et a été inspectée par les régulateurs pakistanais, et non par la FDA.

Alors que les responsables de la santé naviguaient sur un champ de mines de réglementations qui entravaient la campagne de la Maison Blanche, le message du podium présidentiel était exaltant : Trump avait mis le doigt sur un remède potentiel et avait réduit la bureaucratie pour l’offrir rapidement aux patients qui en avaient besoin. Le 4 avril, le président a déclaré que le géant de la technologie Oracle avait fait don d’un portail web « très sophistiqué » pour recueillir des données en temps réel sur la façon dont les patients réagissaient aux nouveaux traitements.

Depuis lors, une série d’études à petite échelle et de recommandations médicales ont jeté un doute croissant sur le traitement que Trump a un jour salué comme un « changement de donne ». Le 21 avril, une étude portant sur 368 patients COVID-19 dans les hôpitaux pour vétérans a montré qu’environ 28% des personnes traitées à l’hydroxychloroquine sont mortes, contre 11% de celles qui n’ont pas reçu le médicament.

Le même jour, les National Institutes of Health ont publié des directives de traitement détaillées, déclarant : « Il n’y a pas suffisamment de données cliniques pour recommander ou non l’utilisation de la chloroquine ou de l’hydroxychloroquine pour le traitement de COVID-19 ». L’agence a conseillé aux cliniciens utilisant les médicaments de surveiller étroitement les patients pour détecter les effets indésirables, en particulier les risques cardiaques.

Que ce soit en raison de l’accumulation de preuves contre l’efficacité de l’hydroxycholoroquine, de la résistance des fonctionnaires de la santé de carrière ou d’autre chose encore, l’administration Trump semble avoir abandonné sa croisade en faveur du prétendu remède miracle – du moins pour le moment.

Source : Vanity Fair – 24/04/2020
Traduit par l’équipe Les-Crises


Au cœur de l’épique bataille qui s’est jouée à la Maison Blanche contre l’hydroxychloroquine

Source : Axios, Jonathan Swan – 05/04/2020
Traduit par l’équipe Les-Crises

Le groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche a connu sa plus grosse bataille à ce jour samedi, opposant le conseiller économique Peter Navarro à l’expert en maladies infectieuses Anthony Fauci. En cause : avec quel enthousiasme la Maison Blanche devrait-elle vanter les perspectives d’un médicament traitant le paludisme pour lutter contre le COVID-19 ?

Dans les coulisses : la scène a éclaté au cœur de la salle de crise. Le groupe de travail sur le coronavirus du président Trump s’est réuni dans la salle de crise de la Maison Blanche samedi vers 13h30, selon quatre sources proches des échanges. Le vice-président Mike Pence présidait cet évènement.

De nombreux représentants du gouvernement étaient à la table, dont Anthony Fauci, Deborah Birx, coordinatrice de la réponse aux coronavirus, Jared Kushner, Chad Wolf, secrétaire par intérim de la Sécurité intérieure et Stephen Hahn, commissaire de la FDA.

Derrière eux, des collaborateurs, dont Peter Navarro, ont été sollicités par le président pour obliger les entreprises privées à répondre aux besoins du gouvernement en matière de coronavirus en vertu du Defense Production Act.

Vers la fin de la réunion, Stephen Hahn a commencé une discussion sur l’hydroxychloroquine, un médicament contre le paludisme qui, selon Donald Trump, pourrait « changer la donne » contre le coronavirus.

Le commissaire de la FDA a fourni une mise à jour sur le médicament et sur son analyse des différents essais et résultats sur le terrain.

Peter Navarro s’est alors levé. Il a apporté une pile de dossiers et les a déposés sur la table. Les participants ont commencé à les faire circuler.

« Et les premiers mots qui sont sortis de sa bouche sont que les études qu’il a vues, je pense qu’elles sont principalement à l’étranger, montrent une » efficacité thérapeutique claire «  », a déclaré une source proche de la conversation. « C’est ce qu’il a dit mot pour mot. »

Ses commentaires ont déclenché un échange houleux sur la façon dont le président et son administration devraient parler du médicament contre le paludisme, dont Anthony Fauci et d’autres responsables de la santé publique soulignent l’absence d’efficacité prouvée contre le COVID-19.

L’expert en maladies infectieuses a balayé les propos de Peter Navarro, affirmant qu’il n’y avait que des preuves anecdotiques que l’hydroxychloroquine agissait contre le coronavirus.

Les chercheurs ont déclaré que les études menées en France et en Chine n’étaient pas appropriées car elles n’incluaient pas de groupes témoins.

Avec d’autres participants, l’expert a déclaré que beaucoup plus de données sont nécessaires pour prouver que l’hydroxychloroquine est efficace contre le coronavirus.

Dans le cadre de sa fonction, Peter Navarro a essayé de s’approvisionner en hydroxychloroquine dans le monde entier. Il essaie également de s’assurer qu’il existe suffisamment de capacités de production nationale aux États-Unis.

La mention de preuves anecdotiques « a tout simplement ‘enflammé Peter », a déclaré l’une des sources. Il a désigné la pile de dossiers sur le bureau, qui comprenait des imprimés d’études sur l’hydroxychloroquine du monde entier.

Il a ensuite rétorqué : « C’est de la science, pas une anecdote », selon une autre source.

Il a commencé à élever la voix et, à un moment donné, a accusé son interlocuteur de s’opposer aux restrictions de voyage imposées par Donald Trump : « C’est vous qui vous êtes très tôt opposé aux restrictions des déplacements avec la Chine », disant que les restrictions de voyage ne fonctionnent pas. (Peter Navarro a été l’un des premiers défenseurs de l’interdiction de voyager en Chine.)

Anthony Fauci avait l’air confus, selon une source dans la pièce. Après la mise en place des restrictions de voyage, il avait publiquement salué la restriction du président sur les voyages en provenance de Chine.

Le vice-président, lui, essayait de modérer cette discussion animée. « Il était assez clair que tout le monde essayait simplement de faire redescendre Peter pour qu’il soit moins vindicatif », a déclaré l’une des sources.

Finalement, Jared Kushner s’est tourné vers l’économiste et a dit : « Peter, notez que la réponse est oui », parce que la plupart des gens étaient d’accord, à ce moment-là, il était important d’augmenter l’offre de médicaments dans les zones critiques.

Les décideurs ont convenu que la position publique du gouvernement devrait être que la décision d’utiliser le médicament relevait des relations médecin-patient.

Le président a fini par annoncer lors de sa conférence de presse qu’il disposait de 29 millions de doses d’hydroxychloroquine dans le stock stratégique national.

Entre les lignes : « Il n’y a jamais eu d’affrontement dans les réunions du groupe de travail comme celui d’hier », a expliqué une source proche de la réunion. « Les gens prennent la parole et le débat est vif, mais il n’y a jamais eu de confrontation. Hier, c’était la première confrontation. »

En réponse à une demande de commentaire sur le reportage d’Axios, Katie Miller, porte-parole du vice-président, a déclaré : « Nous ne commentons pas les réunions qui se tiennent dans la salle de crise ».

Conclusion : la façon de discuter du potentiel du médicament est devenue un problème épineux au sein de l’administration Trump.

La plupart des membres du groupe de travail défendent une approche prudente de ce médicament jusqu’à ce qu’il soit reconnu.

De son côté, Peter Navarro est convaincu, suite à ses analyses de la littérature, que le médicament agit contre le coronavirus et en parle avec enthousiasme.

Certains des animateurs de télévision préférés de Donald Trump, comme Sean Hannity de Fox, et des amis dont Rudy Giuliani, ont également vanté le médicament contre le paludisme pour le coronavirus. Le président ne fait aucun secret de ses opinions à ce sujet.

« Qu’avez-vous à perdre ? Prenez-le ! », a déclaré samedi le Président lors d’un point presse à la Maison Blanche. « Je pense vraiment qu’ils devraient le prendre. Mais c’est leur choix. Et c’est le choix de leur médecin ou des médecins de l’hôpital. Mais l’hydroxychloroquine. Essayez-la, si vous le souhaitez ! »

Source : Axios, Jonathan Swan – 05/04/2020
Traduit par l’équipe Les-Crises

Commentaire recommandé

christian BERNARD // 05.05.2020 à 08h17

Hitler aimait Wagner ; donc Wagner était Hitlerien.
Trump aime la Chloroquine ; donc..
Voilà, voilà.

78 réactions et commentaires

  • christian BERNARD // 05.05.2020 à 08h17

    Hitler aimait Wagner ; donc Wagner était Hitlerien.
    Trump aime la Chloroquine ; donc..
    Voilà, voilà.

      +62

    Alerter
    • François Lacoste // 05.05.2020 à 09h15

      De même que lorsqu’il pleut, si c’est Staline qui le dit, alors…il ne pleut pas vraiment.

      Pour ceux qui ont d’autres intérêts (compulsif*) dans la vie que les horreurs du traitement l’hydroxychloroquine + azithromycine.
      * déf. Larousse: Qui est caractérisé par la compulsion, par des gestes répétitifs, par des idées fixes.

      Je vous propose cette interview passionnante mené par un véritable journaliste, la fin est aussi très intéressante.
      A considérer évidement d’un regard critique (c’est comme pour l’abus d’alcool).

      https://www.youtube.com/watch?v=eYhVVKFyFW0

        +19

      Alerter
    • LibEgaFra // 05.05.2020 à 10h26

      « Trump aime la Chloroquine ; donc.. »

      Donc Trump est un génie.

      Et dire que nous ne le savions pas! Merci monsieur!

        +12

      Alerter
    • Barachin // 05.05.2020 à 10h43

      C’est dingue cette manie de salir les arguments posés sur la table.

      Ces articles vous racontent par le menu comment le Président des Etats-Unis a tenté de forcer la main des autorités sanitaires de son pays … et votre « réflexe » est de tenter de le disculper. Pour que vous puissiez évaluer le niveau de compétence dudit Président, rappelez-vous son dernier conseil médical en date : ingurgiter de l’eau de javel.

      Au lieu d’échafauder un sophisme à partir d’un point Godwin essayer d’observer les faits et de lire plus attentivement les articles.

      Si Trump a promu ce remède c’est probablement qu’il a vu là un médicament pas cher et disponible tout de suite, ce qui lui permettrait d’éviter les mesures de confinement et donc de plomber son économie et sa réélection par la même occasion.

        +16

      Alerter
      • medmed // 05.05.2020 à 11h10

        Mais qu’est-ce qu’on en a foutre de Trump quand il parle de la chloroquine ? Le monde va s’arrêter ? Quel intérêt de relayer les propos d’un type qui avance qu’une petite injection de désinfectants pourrait guérir du coronavirus. Il est manifestement cingler.
        La seule chose qui interpelle dans cet article est l’association Chloroquine/Trump. J’y vois seulement une manière de salir le traitement du Pr Raoult. CQFD….
        C’est très révélateur de l’obsession de OB et de la haine (il n’y a pas d’autre explication sensée) qu’il voue au Pr Raoult.

          +43

        Alerter
      • Barachin // 05.05.2020 à 11h38

        Relisez-vous…

        « salir le traitement du Pr Raoult. »
        > la question n’est pas de « salir un traitement »,
        > tout le monde serait heureux que le protocole de soin mis au point à Marseille fonctionne
        > le souci c’est qu’au bout de plusieurs mois on ne sait toujours pas s’il fonctionne et si tel est le cas, dans quelles conditions, à quel(s) stade(s) de la maladie et pour quel(s) public(s)

        « ’l’obsession de OB et de la haine »
        > en fait le Pr Raoult est le cousin par alliance de la belle-soeur du grand-père de l’aïeul d’Olivier Berruyer, qui jadis avait bouché la source des son champ de tulipes sur les hauteurs des calanques de Cassis…
        > votre psychologie de bazar n’a pas d’autre but, pour reprendre votre terminologie, que de « salir » le messager
        > le message (ici Trump qui raconte et fait n’importe quoi) ne vous intéresse pas du tout

        Et puis vous devez comprendre une chose : ce blog n’est pas le vôtre et donc celui qui publie fait ce qu’il veut. Il peut même fermer les commentaires si cela devient pénible de se faire traiter de psychopathe.

          +20

        Alerter
        • Pegaz // 05.05.2020 à 13h46

          > tout le monde serait heureux que le protocole de soin mis au point à Marseille fonctionne

          Factuellement non. La campagne de dénis sur les publications chinoises, la chloroquine et le Pr Raoult en est le témoin.

          > le souci c’est qu’au bout de plusieurs mois on ne sait toujours pas s’il fonctionne et si tel est le cas, dans quelles conditions, à quel(s) stade(s) de la maladie et pour quel(s) public(s)

          Sachant que l’incubation moyenne est de 5 jours, que l’on peut être contagieux avant les 1er symptômes ou en étant asymptomatique, que la moyenne de contagiosité est de 20 jours.

          Sachant que les Chinois comme l’IHU ont testé toutes personnes susceptibles d’être porteuses. – Que les résultats chinois et de l’IHU démontre une réduction de la charge virale et de son portage en 7 à 10 jours. – Que de traiter au premier développement de la maladie réduit d’autant les cas graves.

          Il me semble que l’évaluation bénéfices / risques apparaît évidente.

            +23

          Alerter
          • Hit // 05.05.2020 à 14h49

            Sauf que plus on en apprend sur le virus, plus on sait que traiter les malades avec un immunomodulateur comme la choroquine avant le stade grave n’apporte aucune bénéfice et est peut être pire que le mal (surtout associé à l’AZT).

            La chloroquine augmente la réponse immunitaire aux antigènes exogènes mais diminue la réponse aux antigènes du soi, d’ou son utilisation dans les pathologies inflammatoires à composante auto- immune.

            Donner de la chloroquine pendant la phase « non aggressive » de la maladie pourrait stimuler la réponse disproportionnée du système immunitaire à la maladie et donc favoriser l’orage cytochimique. A l’inverse donner la chloroquine quand l’orage est installé, pourrait diminuer son importance, et donc sauver les patients.

            C’est LA théorie chinoise en vogue, qui a eu des pre resultats encourageants.
            Elle repose sur des connaissances approfondies et récentes de la physiopathologie de l’infection virale.

              +5

            Alerter
            • Pegaz // 05.05.2020 à 17h28

              Donc vous faites l’article sur ces pré-résultats encourageant pour mettre à défaut l’usage qui en est fait jusqu’à présent !

              Vous faites bien d’utiliser le conditionnel dans votre théorie « […] pourrait stimuler […]» car
              les résultats et dires de nombreux pays qui traitent à l’hydroxychloroquine / azythromycine, la contredise.

                +8

              Alerter
            • Hit // 05.05.2020 à 17h53

              Cet article est juste repris dans la dernière vidéo de Raoult…

              Alors konfekoi maintenant?

              On le donne avant, pendant, aprés la phase symptomatique.

              C’est lié au calendrier lunaire, à la montée de lait des brebis sur le plateau du Larzac ou si la sardine du port de marseille nage vers l’Est ou vers l’Ouest?

                +4

              Alerter
            • Pegaz // 05.05.2020 à 20h34

              qu’est ce qui est repris et de quel article ?

              Est-ce que cela vous intéresse vraiment de savoir quand ?

              Pour ce qui est du traitement IHU et autres pays l’ayant appliqué tout à été dit, quand, pour qui ainsi que de la posologie.

              Il reste maintenant à trouver un possible traitement prophylactique et pour les pathologies sévères et graves.

              Vous dites que l’hydroxychloroquine aurait également un effet pour les cas graves, soit je n’ai pas encore lu l’étude. Ou peut être un autre traitement ? Comme le but est de soigner que tous continuent à travailler, dans le respect et au delà de tout intérêts ce ne sera que bénéfice pour les patients

                +1

              Alerter
            • Hit // 05.05.2020 à 21h17

              C’est ds la dernière video de Raoult ou il reprend cet article :
              https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.27.20073379v1

              On y apprend qu’on a un essai chinois encourageant sur l’efficacité de la chloroquine MAIS uniquement chez les patients au stade terminal, à la dose de 200 mg*2/j, ce qui contredit le protocole Raoult mais qui s’appuie sur les dernières données physiopathio de l’infection, surtout sur le volet orage immunitaire.

              Mais bien sur Raoult omet de préciser que ça va à l’encontre de ses théories sur l’effet de la chloroquine uniquement en phase débutante.

              Tout a été dit c’est vrai mais rien n’a été étayé par des arguments scientifiques.

              On commence à cerner les mécanismes impliqués ds l’infection. Ils sont comme souvent dans les maladies émergentes impliquant des virus issues de zoonoses bien plus compliqués que ce que l’on croit, le volet immunitaire étant >> pouvoir pathogène instrinsèque du virus.

              On note aussi qu’on ne parle plus d’azithromycine.

              On a enfin une piste pour soigner les cas graves, pas un protocole à la noix pour donner des composés chimiques à 95% des infectés qui de toute façon auraient guéri seuls.

              La science avance, et c’est tant mieux.

                +4

              Alerter
          • Pegaz // 05.05.2020 à 23h18

            un protocole à la noix pour donner des composés chimiques à 95% des infectés qui de toute façon auraient guéri seuls.

            Donc 5 % de ceux ci ont été guéris ou ont évités de voir leur symptômes s’aggravés.
            Compte tenu que ce 100 % était contagieux le fait de réduire la charge virale et leur contagiosité a un effet évident sur la propagation de l’épidémie

              +2

            Alerter
        • Séraphim // 05.05.2020 à 17h00

          qu’il les ferme! Le problème du psychopathe, si psychopathe il y a -ce qui n’est honnêtement pas encore crédible-, c’est que sans public, il est perdu…
          Le « public » est nécessaire, en tous cas il le semble, lorsqu’il s’agit de le rameuter pour porter plainte, soutenir la défense lors de procès contre le Monde et autres. Une autre époque peut-être? Anté-confinement?

            +1

          Alerter
          • Barachin // 05.05.2020 à 19h48

            « qu’il les ferme!  »
            > bah vous seriez désœuvré si les commentaires étaient fermés
            > vous êtes vraiment pas reconnaissant, c’est par pure charité que le psychopathe vous laisse le loisir de venir cracher votre venin 🙂

            … incroyable cette haine. Seriez-vous possédé par le démon du confiné ?

              +2

            Alerter
    • Fritz // 06.05.2020 à 12h13

      Ce qui est détestable, entre autres, c’est cette personnalisation, cette démonisation qui cible des individus (Raoult, Trump) pour dénigrer le traitement à la chloroquine. Ça me rappelle l’acharnement contre Allègre, comme s’il était le seul scientifique climato-sceptique. Non, il fallait cibler Allègre seul, et l’opposer à la « communauté scientifique » – ça me rappelle la « communauté internationale » qui regroupe les pays de l’OTAN contre la Russie, la Chine, l’Inde, l’Amérique du sud, etc.

      Dans le cas de l’hystérie contre la chloroquine, cette communauté scientifique est bien parisienne. Mais dénigrer un traitement qui s’est avéré efficace ; et empêcher des médecins de le prescrire, dans un pays de médecine libérale, c’est tout simplement CRIMINEL.

        +5

      Alerter
  • miguel // 05.05.2020 à 08h34

    #stopchlorobashing
    Réveillez-vous Les Crises. Cessez votre crise de panique, sortez dans votre jardin ou sur votre balcon et respirez calmement, profondément. Tout va bien. N’ayez pas peur de la peur. Inspirez-là, expirez-là. C’est bien. 😊

      +52

    Alerter
    • Greg // 06.05.2020 à 05h49

      Un gars avec des cheveux longs qui vient promettre la vie ( éternelle) et qui grâce à ça se fait une secte avec plein d’adeptes…

      Ce vieux truc marche toujours.

        +3

      Alerter
  • Eric83 // 05.05.2020 à 08h56

    « Le grand plan de Donald Trump pour battre le COVID-19 consistait à distribuer des millions de doses d’un médicament non éprouvé. »

    Erreur, le traitement est éprouvé – dans le monde entier – mais n’est pas approuvé par une petite communauté qui se dit scientifique.

    Le véritable travail d’investigation réside dans la recherche d’informations sur les motivations de cette communauté qui se dit scientifique de tout faire pour empêcher, dans les pays occidentaux, la prescription par les médecins libéraux du traitement à base de HCQ ou HCQ+AZ au début de la maladie.

      +43

    Alerter
    • Diogène // 05.05.2020 à 10h35

      Vous dites que « le traitement est éprouvé dans le monde entier ». Auriez vous des éléments pour étayer cette affirmation?
      Comme beaucoup de gens, je lis des articles consacrés à ce sujet et je n’en ai trouvé aucun qui fasse état d’un usage massif de ce traitement sur des milliers de malades dans aucun des pays touchés.
      Je n’ai lu aucun rapport d’essai clinique dont la conclusion ait valeur de feu vert pour y aller.
      Et surtout ne renvoyez pas à des liens cliquables supposés répondre à votre place, c’est trop facile et ça fait un peu paresseux, ou pire.
      Comme il vous faut un coupable face à un problème que comme presque tout le monde vous ne comprenez pas, vous mettez en accusation une « petite communauté qui se dit scientifique », comme si il vous appartenait de dire qui est scientifique ou qui ne l’est pas. Monsieur a tout compris.
      Le problème, c’est que dans la communauté scientifique nombre de gens disent que ce truc n’est pas à appliquer massivement, parce que c’est dangereux.
      Au demeurant, rien que la prise de position de Trump sur le sujet devrai incliner à un peu plus de réserve.
      Vous pouvez aussi trouver des pays qui ont abandonné ce traitement. Cherchez vous même, ça vous occupera, et pendant ce temps vous ne direz pas de sottises.
      On est en train de parler de la vie de centaines de millions de personnes, pour aujourd’hui et pour après.
      Il s’agit pas là de trouver la meilleure façon de plomber la dent du midi, ni de choisir telle église plutôt que telle autre.
      C’est du sérieux, tout ça.

        +28

      Alerter
      • Catalina // 05.05.2020 à 11h44

        « ce truc n’est pas à appliquer massivement, parce que c’est dangereux. » pour la molécule la plus prise au monde, je reste dubitative, ou alors tous ceux qui en ont pris sont morts ? ah ben nan….
        Ce genre d’affirmation vaseuse n’apporte rien au débat, ce produit est en majorité complètement inoffensif

          +16

        Alerter
        • kasper // 05.05.2020 à 13h19

          La dose n’est pas du tout la meme. Ca fait des semaines qu’on le sait tous. Faites l’effort minimum de vous mettre au courant.

            +8

          Alerter
          • Armiansk // 05.05.2020 à 15h52

            Ça fait des semaines que je lis cet argument, mais j’avoue n’avoir pas vu d’élément convaincant.
            Vous pouvez asseoir ça sur des sources incontestables ?

              +3

            Alerter
            • Arno // 06.05.2020 à 01h08

              Armiansk, évidemment que tu sais que les doses sont triplées; comme dit le proverbe: Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Même si Raoult lui-même faisait une video youtube pour te mettre les points sur les i, tu prétendrais que c’est son jumeau.

                +2

              Alerter
          • Barachin // 05.05.2020 à 16h00

            Armiansk

            Un des nombreux billets publiés sur ce blog (exemple : https://www.les-crises.fr/covid-19-selon-la-pharmacocinetique-le-traitement-a-l-hydroxychloroquine-ne-peut-pas-marcher/) vous renseigne sur les doses.

            Remède de cheval ?

              +3

            Alerter
  • olive // 05.05.2020 à 09h36

    Pour ceux qui se posent la question de big pharma derrière tout ça…
    https://youtu.be/PE76GW2uhLM

      +2

    Alerter
  • medmed // 05.05.2020 à 09h38

    Pathétique lescrises. Mais jusqu’où creuseront-ils leur décrédibilité ?
    D’autant plus pathétique que le traitement de Raoult a été approuvé et autorisé dans les hôpitaux US par la FDA.

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-les-etats-unis-autorisent-la-chloroquine-a-l-hopital_142965

      +35

    Alerter
    • medmed // 05.05.2020 à 10h44

      Mettre en parallèle le Vioxx avec une molécule dérivée de la quinine et utilisée depuis plus de cent ans par des milliards d’individus, faut oser !
      Votre argumentation est d’une incroyable mauvaise foi, ou alors vous ne savez pas de quoi vous parlez.

        +30

      Alerter
      • Armiansk // 05.05.2020 à 15h50

        «utilisée depuis plus de cent ans par des milliards d’individus»
        de toute évidence, pas pour traiter la covid. C’est peut-être une différence assez importante pour réfréner les emballements du type ‹fin de partie›, non ?

          +7

        Alerter
    • Armiansk // 05.05.2020 à 15h18

      Vous avez manqué cette phrase dans l’article :
      « Le 28 mars, la FDA a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA)»
      Votre lien, qui du reste parle d’autoriser pas d’approuver (puisque vous faites le distinguo), n’apporte rien à l’article.

        +4

      Alerter
  • molioptre // 05.05.2020 à 09h58

    Combien d’articles contre la chloroquine et Raoult depuis le début de la crise sur ce site? 30, 40, 50?

    Je rappelle que ce site se fait fort d’être un site d’auto-défense intellectuelle!!! Un principe qui contraste fortement avec le traitement hystérique, obsessionnel, sans aucun regard critique, recul, distanciation, avec des articles venant de sources pour le moins contestables, dont le niveau scientifique est parfois inepte…

    Même dans les commentaires, on retrouve cette guéguerre entre pro et anti-Raoult. Mais on s’en fout de Raoult ! Face à l’urgence sanitaire et au moment historique que nous vivons (avec les conséquences catastrophiques économiques et sociales), les conflits d’Ego (car le traitement du site les-crises se ramène finalement à ça) n’ont aucune importance.

      +39

    Alerter
    • LibEgaFra // 05.05.2020 à 10h24

      Dès que le nom de la chlorochose apparaît une nuée de mouches vient manifester son appétit pour la chose.

      Plus que deux jours et l’épidémie sera à 3% de sa fin! Plus de souci! La fin est proche!

      Après tout ce n’est qu’une grippette qui fait moins de morts que les accidents de trottinettes à Paris.

        +13

      Alerter
      • Catalina // 05.05.2020 à 11h46

        « Dès que le nom de la chlorochose apparaît une nuée de mouches vient manifester son appétit pour la chose.  » mouches dont vous faites partie, c’est édifiant.
        votre mauvaise foi sent si mauvais qu’elle arrive jusqu’à chez moi
        je ne vous remercie pas
        en tous cas, vous n’êtes pas un débatteur mais juste un critique, facile.

          +22

        Alerter
    • medmed // 05.05.2020 à 11h54

      @molioptre
      Quel conflit d’ego ? Il y a une passe d’arme en OB et Raoult ?
      Raoult n’a jamais interpellé OB. Je ne sais même pas s’il le connait. C’est OB tout seul dans son coin qui même une croisade contre Raoult et son traitement, persuadé d’être le détenteur de la vérité, la seule, la vraie, alors qu’il n’est même pas médecin. Raoult a pour lui des titres, une carrière et plus de 700 médecins, chercheurs et collaborateurs à l’IHU de Marseille.
      Question crédibilité, il n’y a pas photo, désolé.

        +35

      Alerter
      • Barachin // 05.05.2020 à 12h11

        « même une croisade  »
        … donc l’auteur de ce blog est un fanatique. Après l’avoir traité de haineux un peu plus haut …

        Le plus triste dans cette histoire c’est que vous êtes incapable de tenir compte des faits, ceux précisément mis en lumière par ce site.

        Le traitement mis au point à Marseille est-il oui ou non efficace ? Si oui, pour qui ? Dans quelles conditions ? Avec quelle posologie ? A quell(s) stade(s) de l’infection ?
        > Cela fait trois mois qu’en principe qu’on a sifflé « la fin de partie » selon l’expression du Pr Raoult et pourtant on ne sait toujours pas répondre à la question ci-dessus.

        Pourquoi ne sait-on toujours pas répondre à cette question ?
        > Parce que les études n’ont pas été menées de façon rigoureuse.

        A moins de vouloir discréditer le messager, vous n’avez aucune raison de parler de croisade ou de haine. Juste à vous poser les bonnes questions, comme le fait ce site avec pédagogie, c’est-à-dire dans la répétition 🙂

          +13

        Alerter
        • medmed // 05.05.2020 à 12h18

          Oui monsieur, OB mène une croisade contre Raoult. Suffit de voir le nombre d’articles a charge et pas un seul article à décharge. Et que cela vous plaise ou pas, oui j’y vois une forme de haine tellement son obsession contre le traitement de Pr Raoult va loin..

            +29

          Alerter
        • Barachin // 05.05.2020 à 16h10

          Restez confiner dans vos certitudes, c’est le plus sûr moyen de ne pas élever votre réflexion et de rester dans le jugement gratuit.

          Bon courage.

            +2

          Alerter
          • Catalina // 06.05.2020 à 06h17

            Barachin,
            Apparemment, vous ne connaissez ce blogue que depuis peu, il existe depuis 10 ans, souffrez que ceux qui le suivent depuis le début exercent leur esprit critique pour ce blogue lui-m^me, blogue qui nous avait habitués à bcp plus d’esprit critique envers les médias minstrime

              +3

            Alerter
  • medmed // 05.05.2020 à 10h17

    Le plus incroyable est le partie-pris d’OB. L’objectivité a totalement disparu de ce blog concernant le traitement de Pr Raoult. Pas un seul article en sa faveur alors que des sommités et des milliers de médecins approuvent et utilisent son traitement.
    C’est complètement surréaliste, alors qu’il ne cesse de mettre en avant sur blog l’éthique d’un vrai journalisme et la pluralité de l’information qui manque tant dans les médias dominant. C’était à la base, disait-il sa motivation première. Les citations d’intellectuels pour la liberté d’informer parsèment le blog, ils ne sont qu’un ornement sans gout ni saveur quand on voit le traitement qu’il réserve au Pr Raoult.
    https://www.les-crises.fr/citations/

      +50

    Alerter
    • Diogène // 05.05.2020 à 10h54

      Ce que vous dites là est inepte. Et pour le coup dénué de l’objectivité dont vous vous réclamez.
      Vous réagissez en partisan.
      On a vu dans ce blog des analyses de faits. Et les faits sont les faits même, si ils ne disent pas ce que vous voulez entendre. Et d’ailleurs le présent billet consiste en la divulgation d’article d’autres organes de presse.
      Si il n’a pas d’articles en faveur de la thèse Raoult -pour le dire vite-, c’est probablement qu’il n’en existe pas. Cela aurait dû vous traverser l’esprit. Je ne parle pas là de tribunes où l’auteur prend position, mais d’articles résultant d’enquête, vous l’aurez compris, ou pas.
      Et pour ce qui est de la pluralité des opinions, je ne crois pas que ce blog soit le plus carencé sous ce rapport.
      J’y ai vu des reprises de billets ou tribunes avec lesquels mon désaccord reste profond.
      Croyez le ou non, ce n’est pas de la défense de « les crises », je suis au dessus de tout ça.
      Alors, ne dites pas n’importe quoi.

        +18

      Alerter
      • Catalina // 05.05.2020 à 11h54

        « On a vu dans ce blog des analyses de faits.  » ahahahaahah, parce que depuis quand l’immonde et sa clique sont des gens qui analysent les faits ????
        Merci pour ce fou rire
        L’immonde, futura truc, etc ;;; tous des pseudos médias que les crises il y a peu dénonçait pour leur manipulation congénitale. Ce que je ne comprends pas c’est que ce site dénonçait les manipulations des ces pseudos médias et a remplit le site de leurs « analyse », c’est quoi l’explication finale ?

          +22

        Alerter
      • Jack // 05.05.2020 à 12h45

        Vous voulez parler des faits et rien que des faits ; très bien , je vais vous en donner , même s’ils ne montrent pas ce que vous semblez rejeter , à savoir , une certaine efficacité des traitements à l’hydroxychloroquine + azithromycine.
        Et ne venez pas me parler d’essai randomisé en double aveugle et tout le tremblement , ce sera pour un autre débat ; ici , on va parler de faits , de constats :
        – A ce jour 05/05 , voici les résultats obtenus à l’IHU Méditérannée Infection sur 3233 patients traités avec hydroxychloroquine + azithromycine : 16 décès soit 4.94 pour 1000
        – Voici les résultats pour AP-HM – Hôpitaux Universitaires de Marseille à la même date pour 4809 patients traités avec tout sauf hydroxychloroquine + azithromycine : 140 décès soit 29.1 pour 1000
        On peut à la rigueur soupçonner le Pr Raoult de s’arranger avec quelques règles d’éthique scientifique , mais je ne pense pas que vous irez jusqu’à suggérer qu’il planque aussi les morts .
        https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

          +18

        Alerter
        • Armiansk // 05.05.2020 à 14h41

          «AP-HM […] traités avec tout sauf hydroxychloroquine + azithromycine»
          Avez-vous une source sur cela ?

            +2

          Alerter
          • Owen // 05.05.2020 à 16h41

            Armiansk,

            Ici, Check News de Libé a pris le temps de recenser les hôpitaux qui prescrivent l’HCQ. Il n’y est pas arrivé:
            https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/09/covid-19-quels-sont-les-hopitaux-qui-utilisent-l-hydroxychloroquine_1784591

            Ils n’ont même pas pu obtenir la liste des hôpitaux en France engagés dans le programme Discorvery. Et de mon côté, je n’ai jamais réussi à trouver la méthodo détaillée de ce programme, hormis les grandes lignes rapportées par les journaux.
            Je confirme que l’essai de Raoult a évolué avec le temps, et n’a pas la rigueur méthodologique dont on parle tout le temps.
            Mais pour le programme Discorvery, avec toutes les autorités française et de UE, qui sont derrière, ça surprend.
            Il y a deux poids deux mesures: on exige toute la rigeur scientifique à Raoult, et Discorvery, bah, il a tous les tampons des autorités sanitaires et on peut y aller à la va comme je te pousse, ça reste scientifique.

            Libé a constaté dans que les prescriptions de l’HCQ sont très fluctuants selon les hopitaux. Il y a certes la polémique qui n’arrange pas. Mais surtout les médecins préfèrent sans doute rester en démarche observationnelle, plutôt qu’en cadre méthodologique trop rigoureux alors que virus est encore peu compris, aux effets trop contrastés selon les patients et les contextes.

              +9

            Alerter
        • MS // 05.05.2020 à 16h54

          le problème est juste de savoir quels sont les patients traités : Raoult dit depuis le début qu’il applique son traitement en début de maladie. Donc combien d’entre eux seraient rentrés tout aussi tranquillement chez eux sans traitement ?

            +3

          Alerter
        • TZYACK // 05.05.2020 à 17h17

          Sur l’équipage infecté du CDG, traité, semble-t-il, sans HCQ+AZT aucun DC à ce jour !!!!

            +0

          Alerter
        • Arno // 06.05.2020 à 01h33

          Tu ne penses pas qu’on ira suggérer qu’il planque aussi les morts ? La réalité est bien pire, non seulement ils sont évacués ailleurs dès que la fin approche, mais il est la cause de nombre de morts et pas seulement à Marseille. Voici un fait : Le pourcentage de guérison à l’IHU est le même que pour ceux qui boivent un verre d’eau comme traitement; par contre on risque moins la mort avec l’eau.
          référence : https://www.les-crises.fr/

            +1

          Alerter
        • Pong // 06.05.2020 à 02h15

          >mais je ne pense pas que vous irez jusqu’à suggérer qu’il planque aussi les morts .

          Pas besoin de planquer les morts, il suffit de sélectionner les patients.

          En outre, planquer les morts, c’est exactement ce qu’il a fait dans sa 1ère étude.

            +2

          Alerter
    • Catalina // 05.05.2020 à 11h50

      Olivier Beruyer ne fait pas du journalisme, il prend des articles et les critique. Enfin depuis peu, ses sources sont celles qu’il critique depuis 10 ans, allez comprendre

        +24

      Alerter
      • Séraphim // 05.05.2020 à 17h14

        Une contradiction certes mais facile à comprendre: c’est une convergence en fait, qui bien sûr part d’une apparente divergence, pour arriver à un même port, la manipulation de l’opinion. Rien n’est plus confortable que la position dominante sur un marché, quitte à ce qu’elle se fasse par une association des concurrents. Etre au niveau du « Monde » par assimilation, sans éditorialistes de renom, sans aucun expert, sans reporter ni grand ni petit, c’est pas rien comme culbute! C’était maintenant ou jamais!

          +11

        Alerter
      • Barachin // 05.05.2020 à 19h50

        J’échafaude
        Tu échafaude
        Séraphim échafaude …

        … des théories complotistes. Pas mal d’ingrédients dans son petit laïus :
        • 1 explication unique
        • des intentions cachées
        • la lucidité de celui qui dévoile

        En même temps ne devrait-on pas remercier Séraphim et appeler en urgence le Département de Pharmacovigilance de Sanofi : il vient de mettre au jour un effet indésirable de la Chloroquine. Elle transforme le confiné en con fini 🙂

          +3

        Alerter
        • Fritz // 06.05.2020 à 12h02

          Merci de m’avoir piqué ma blague, @Baratin.
          Mais elle ne s’appliquait pas à la chloroquine, qui est recommandée par les autorités de plusieurs pays, comme le Maroc par exemple.

            +1

          Alerter
        • Barachin // 06.05.2020 à 14h24

          Arf, désolé j’avais pas vu le copyright. En même temps pas trop de quoi être fier de ce jeu de mots à 2 balles digne des grosses têtes.

          « la chloroquine, qui est recommandée par les autorités de plusieurs pays, comme le Maroc par exemple. »
          > un lien vers les communiqués officiels des autorités nationales en question ?

          Merci d’avance.

            +0

          Alerter
    • Barachin // 05.05.2020 à 12h14

      « des sommités et des milliers de médecins approuvent et utilisent son traitement. »

      On n’aura pas l’audace de vous demander la liste des milliers de médecins.
      En revanche le doux blaze de quelques sommités fleuries serait certainement agréable à lire …

      Merci d’avance.

        +7

      Alerter
      • Arno // 06.05.2020 à 01h38

        Pour les sommités, hormis Douste et les autres membres du C.A. de l’IHU, ça va être vite vu, ça tient sur les doigts d’une main. Tiens au fait, personne n’a songé à demander à Montagnier ce qu’il pense de Raoult et vice-versa ? Manquerait plus que les deux idôles des gugusses se mettent sur la tronche.

          +1

        Alerter
  • Pepin Lecourt // 05.05.2020 à 10h25

    «  » »Le 21 avril, une étude portant sur 368 patients COVID-19 dans les hôpitaux pour vétérans a montré qu’environ 28% des personnes traitées à l’hydroxychloroquine sont mortes, contre 11% de celles qui n’ont pas reçu le médicament. » » »

    Ils se foutent du monde là !

    A Marseille ils ne rencontrent pas d’accident au Plaquenil, les autorités de santé du Marpc ont constaté un net décrochage de la mortalité avec l’introduction de l’hydrochloroquine, les algériens aussi et là on nous sort des chiffres qui en font un poison redoutable !!!

    Manifestement ils ont donné la chloroquine à des covid en fin de vie et comparé à un groupe témoin en bien meilleur état pour emmerder Trump !

    Les français en 2019 ont bouffé 36 millions de comp de Plaquénil sans hécatombe apparente !

    Il y a visiblement plus de charlots parmi les anti chloroquine que parmi le pro-Raoult !

      +28

    Alerter
    • Spinotique // 05.05.2020 à 12h17

      Les scientifiques ne font pas d’études pour « emmerder » untel ou untel… Ca se saurait. Pour la baisse de mortalité je me pose la question : sur une population aussi importante que le Maroc ou les bouches du rhone, il faudrait calculer de combien il faudrait qu’un médicament baisse la mortalité d’une maladie pour qu’un effet soit simplement visible sur la courbe de mortalité. A mon avis il faudrait un effet particulièrement élevé pour le voir. Et on l’aurait déjà vu sur les études qui ont été faites, c’est certain. Même sur l’étude princeps de Raoult (la seule publiée…) où on a vu plus de morts chez les traités. De plus il y a évidemment d’autres biais à prendre en compte dans l’évolution de la mortalité dont par exemple la chute de la mortalité par accident de la voie publique en temps de confinement. Si vous avez une autre interprétation ou des calculs à partager je suis intéressé

        +3

      Alerter
    • Armiansk // 05.05.2020 à 15h42

      «A Marseille ils ne rencontrent pas d’accident au Plaquenil»
      Si je devais chercher à vérifier cette affirmation, je crois que je n’aurais que les déclarations verbales du Pr Raoult.
      Pour des éléments factuels, il me faut élargir la focale, par exemple en regardant la pharmacovigilance nationale.
      https://www.ansm.sante.fr/Declarer-un-effet-indesirable/Systemes-de-vigilances-de-l-Agence/COVID-19-Dispositif-renforce-de-Pharmacovigilance-et-d-Addictovigilance/(offset)/0#paragraph_173771
      Au dernier bilan (29/04), *18 décès, tous en corrélation avec l’hydroxychloroquine*, malgré une «très forte sous-notification»
      Je rappelle que certains «pro-raoult» rapportent qu’il n’y a jamais eu de décès lié à l’hydroxycloroquine auparavant (c’est-à-dire sans covid).

        +3

      Alerter
      • Pepin Lecourt // 05.05.2020 à 21h52

        Comment sont arrivés ces accidents sous chloroquine, surdosage, non respect des contre indications ?
        C’est pourtant essentiel !

          +4

        Alerter
        • Arno // 06.05.2020 à 01h41

          Le protocole de ton raoult est un surdosage. c’est quand même fou que ses idolâtres ne sachent même pas ce qu’il propose.

            +1

          Alerter
          • Catalina // 06.05.2020 à 06h26

            Arno,
            Vous semblez avoir un problème, « de ton raoult « ; késako ? c’est quoi cette façon très amèreloque de caser les gens en pro et anti ou en idolâtre ? donc dès que l’on se questionne sur Raoult on est des illuminés ? excusez moi du peu mais des gens comme vous qui reprochez aux autres d’idolâtrer le PR ont bien l’air d’idolâtrer le taulier. Pour ma part, je pense qu’il y avait bien d’autres chats à fouetter ces temps et j’ai eu désagréable impression d’être ailleurs que sur Les Crises depuis janvier

              +4

            Alerter
          • Armiansk // 06.05.2020 à 06h57

            Vous pouvez prouver vos dires ? (sur le surdosage, pas sur les idolâtres)

              +1

            Alerter
  • Hit // 05.05.2020 à 10h35

    Dernières infos en provenance de Chine :
    https://blogs.sciencemag.org/pipeline/archives/2020/05/04/hydroxychloroquine-update-may-4

    On y apprend qu’on a un essai chinois encourageant sur l’efficacité de la chloroquine MAIS
    uniquement chez les patients au stade terminal, à la dose de 200 mg/j :
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.27.20073379v1

    Trés important de noter:
    – qu’ils ont testé la chloroquine au stade terminal lorsque l’orage immunologique est en marche, JAMAIS avant pour éviter de diminuer les défenses immunitaires
    – qu’ils ne l’ont jamais associé à l’azithromycine (cf les 2 études jointes ou les effets secondaires sont > bénéfice apporté).

    Les chloroquinistes vont ils se heurter au Raoultien?

      +7

    Alerter
  • Eric83 // 05.05.2020 à 11h51

    Seuls les faits comptent.

    « Pour l’instant, à l’appui de cet effet de « prophylaxie », il existe une publication récente, impliquant 211 personnes. Il a été publié leJournal international des agents antimicrobiens , l’organisme officiel de la Société internationale de chimiothérapie antimicrobienne. Sur 211 personnes exposées à Covid positif 19 et subissant une prophylaxie à l’hydroxychloroquine, aucune n’a été infectée. »

    « Enfin, une autre confirmation de cette hypothèse est les données collectées dans le registre de la SIR (société italienne de rhumatologie). Pour évaluer les corrélations possibles entre les patients chroniques et Covid19, SIR a interrogé 1 200 rhumatologues dans toute l’Italie pour recueillir des statistiques sur les infections. Sur un public de 65 000 patients chroniques (lupus et polyarthrite rhumatoïde), qui prennent systématiquement hydroxychloroquine, seuls 20 patients ont été testés positifs pour le virus. Personne n’est mort, personne n’est en soins intensifs, selon les données recueillies jusqu’à présent. »

    https://www.iltempo.it/salute/2020/04/28/news/coronavirus-farmaci-efficaci-news-danni-cura-annalisa-chiusolo-artrite-terapia-idrossiclorochina-sars-cov2-1321227/

      +6

    Alerter
  • DreamOut // 05.05.2020 à 12h24

    Un peu de lecture pour les-crises http://www.mediterranee-infection.com/epidemie-a-coronavirus-covid-19/
    Il y aussi la lettre du professeur Joyeux http://www.famillessanteprevention.org/conseils-de-sante/optimisme-contre-le-covid-19/
    Et ce médecin qui témoigne sur le blog le quotidien du médecin http://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/03/17/covid-19-vers-un-nouveau-scandale-de-la-chloroquine/
    La liste non exhaustive
    Dites moi qui vous finance et je vous dirai qui vous êtes

      +7

    Alerter
  • Bientôt 78 ans // 05.05.2020 à 12h27

    Tout ce temps perdu à détourner l’attention, littéralement ad vitam aeternam!…

      +6

    Alerter
  • Antoine // 05.05.2020 à 13h16

    En attendant les USA ont autorisé le REMDESIVIR qui lui est beaucoup plus sûrement dangereux et inefficace.

      +8

    Alerter
  • Artyshow // 05.05.2020 à 16h14

    La forme c’est le contenant et le fond c’est le contenu : Si nous voulions diviser c’est à la forme que nous nous attaquerions en priorité car la déformer c’est déformer le fond et le rendre chaotique . En ces temps chaotiques pour les gouvernements, déformer la forme devient une priorité. Qu’ils soit rassurés : les idiots utiles sont déjà a la manœuvre

      +2

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 05.05.2020 à 16h25

    Petite histoire de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine :

    http://www.afas.fr/de-la-quinine-a-lhydroxychloroquine/

      +1

    Alerter
  • Jubaka // 05.05.2020 à 17h41

    Marrant ces obsessions. Le cœur de l’article n’est le chloromachin mais le forcing de l’administration américaine pour faire passer, en dehors de tout cadre sanitaire, un traitement auprès du grand public.
    Si le traitement en question était LA solution avec des preuves tangibles cela pourrait se comprendre mais là on est du même acabit que l’histoire du désinfectant. C’est de la pensée magique.
    Trump et son administration prouvent une fois de plus que se sont de dangereux illuminés.

    S’il avait fait ça avec le REMDESIVIR les mêmes crieraient au complot.

      +3

    Alerter
    • Maurice // 05.05.2020 à 19h42

      Non par ce que le REMDESIVIR a des effets secondaire réellement dangereux !
      Mais répetez 100000 fois une fable, et cela devient réalité.

        +4

      Alerter
  • Jean-François91 // 05.05.2020 à 22h32

    Trump + Vanity Fair (« Entertainment, Politics, and Fashion News »). Diable ! On arrive dans le dur.
    Qui prend au sérieux les déclarations du personnage ? C’est de la politique intérieure états-unienne. Maintenant que le DNC du Parti démocrate a écarté tous les candidats qui défendaient un système de santé universel ils ne vont même pas parler de l’accès gratuit aux soins. Leur seul produit en magasin, c’est Trump. Même si avec le personnage il y a de quoi faire, ça finit par réduire leur politique à pas grand chose. La presse française suiviste ne parle que de ça et oublie qu’il y a aux Etats-Unis d’autres points de vue intéressants que ceux du double parti unique. Si même ici on s’y met …
    Alors maintenant j’attends avec impatience des informations sur les déclarations et agissements de Bolsonaro quant à l’HCQ.
    Pendant ce temps on passe sous silence les é n o r m e s conflits d’intérêts des « experts-conseilleurs » aux Etats-Unis ET CHEZ NOUS.

      +4

    Alerter
  • tollis // 06.05.2020 à 09h16

    antony fauci et la fda ont fait barrage à la distribution de RESOCHIN medicament donné para Bayer pour l epidémie a new york —
    ils ont pretendu qu avant de distribuer il fallait faire un controle qualité car le medicament RESOCHIN est fabrique par l usine Bayer au Pakistan —
    Par cette manoeuvre, ils ont empeché la distribution, ce qui a cause 20000 morts et le collapse total des etablissements de santé a newyork

    bravo Fauci, bravo la FDA

      +1

    Alerter
  • Denis // 07.05.2020 à 13h40

    Le confinement a probablement un effet sur l’agressivité des gens.
    Faut bien s’occuper pendant que certains essaient de trouver des solutions
    pour soigner les malades du SARS-CoV-2.
    La solution qui pourrait mettre tout le monde d’accord, ce serait de laisser faire la Nature. C’est tellement plus écolo, mais moins rigolo.
    On aurait été, à termes , gagnants!
    Moins d’humains, moins de problèmes.
    C’est un peu dur, c’est pourtant la loi de la Nature!

      +0

    Alerter
  • babouofla // 08.05.2020 à 23h56

    En voyant les titres des articles de ce site j’ai été assez atterré.
    Mais quand je vois les commentaires je suis rassuré, ils sont en majorité lucides, critiques et ne gobent pas une once de la propagande qui régne soudain ici.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications