Les Crises Les Crises
27.août.202027.8.2020 // Les Crises

[Documentaire] La fin de l’URSS

Merci 53
J'envoie

Source : Daily Motion, LCP

Source : Daily Motion, LCP

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 27.08.2020 à 10h00

N’oublions jamais que si Gorbatchev a été élu par les apparatchiks du parti c’est tout simplement parce que ces derniers avaient bien compris que le régime était dans une impasse et s’enfonçait tout doucement dans une spirale moribonde.

« Gorby » était un « progressiste » qui luttait sincèrement depuis longtemps pour « libéraliser » ce système.
Libéraliser ne signifiant pas du tout ouvrir en grand les vannes du néo-libéralisme débridé et de la prédation à l’occidentale mais seulement de modifier la structure même de l’état (qui devait absolument rester social (pas « socialiste » et enfermé dans une idéologie tout aussi nuisible que le communisme).

Quand il a été nommé, TOUS les membres du PC savaient pertinemment que son objectif était de supprimer ce système et il a été désigné pour mener ce projet à son terme sans violence ni effusion de sang.

En fait, et contrairement à la fable répétée en boucle dans les « pays libres et démocratiques » les dirigeants de l’URSS avaient décidé (sans l’avouer au grand jour) de saborder le navire pour sortir le pays de l’impasse.

Et le « quarteron de généraux séniles » à l’origine du putsch d’août 1991 ne représentaient que la « vieille garde » totalement dépassée par les événements.

Par contre, ces idiots ont permis l’avènement d’Eltsine qui n’avait pas du tout les mêmes objectifs de « Gorby ».

Les « bienfaits » de « Boris la picole » ont été le démantèlement de tous les biens publics bradés pour quelques kopecks à ses « grands amis » oligarques et le basculement vers un « libéralisme » destructeur largement pire que l’ancien régime.

Et si Poutine n’avait pas été élu et n’avait pas mis au pas les oligarques le pays ne serait aujourd’hui qu’un tas de cendres fumantes.

Je ne suis pas un groupie de Poutine, je me contente de constater que sans lui la Russie n’aurait jamais pu remonter la pente.
Il est le président de la Russie, et je n’ai pas à émettre de critiques sur ce pays.

La population a suffisamment souffert, particulièrement après la chute du communisme, pour qu’elle ait le droit de choisir son destin même s’il ne nous convient pas.

Quant aux « bienfaits » d’Eltsine, imaginez un seul instant ce que penseraient les français si Macron faisait bombarder puis commandait l’assaut à l’arme de guerre de l’Assemblée Nationale ou du Sénat…

« Propagande du WSW » : https://www.wsws.org/fr/articles/2018/10/06/25an-o06.html
Mais comme les « grands médias justes et indépendants » sont silencieux sur cet événement il n’y a pas beaucoup de sources « non complotistes » sur cet événement.

15 réactions et commentaires

  • zozefine // 27.08.2020 à 08h55

    si on songe aux millions de gens qui ont rêvé, espéré, lutté pour un monde meilleur, plus juste, moins douloureux, grâce à l’horizon que représentait, même très hallucinée, cette union-là, quelle tristesse.

      +22

    Alerter
    • LibEgaFra // 27.08.2020 à 10h42

      Si vous voulez savoir ce qui s’est passé, recherchez:

      « collateral damage pdf »

      Attention, gg censure le document.

      Ce soir vous serez plus intelligent.

        +2

      Alerter
  • J // 27.08.2020 à 09h00

    Et beaucoup de gens ont fait l’autruche sur les dérives, à commencer par un certain Jean-Paul Sartre http://bouquinsblog.blog4ever.com/nekrassov-jean-paul-sartre

      +2

    Alerter
  • RGT // 27.08.2020 à 10h00

    N’oublions jamais que si Gorbatchev a été élu par les apparatchiks du parti c’est tout simplement parce que ces derniers avaient bien compris que le régime était dans une impasse et s’enfonçait tout doucement dans une spirale moribonde.

    « Gorby » était un « progressiste » qui luttait sincèrement depuis longtemps pour « libéraliser » ce système.
    Libéraliser ne signifiant pas du tout ouvrir en grand les vannes du néo-libéralisme débridé et de la prédation à l’occidentale mais seulement de modifier la structure même de l’état (qui devait absolument rester social (pas « socialiste » et enfermé dans une idéologie tout aussi nuisible que le communisme).

    Quand il a été nommé, TOUS les membres du PC savaient pertinemment que son objectif était de supprimer ce système et il a été désigné pour mener ce projet à son terme sans violence ni effusion de sang.

    En fait, et contrairement à la fable répétée en boucle dans les « pays libres et démocratiques » les dirigeants de l’URSS avaient décidé (sans l’avouer au grand jour) de saborder le navire pour sortir le pays de l’impasse.

    Et le « quarteron de généraux séniles » à l’origine du putsch d’août 1991 ne représentaient que la « vieille garde » totalement dépassée par les événements.

    Par contre, ces idiots ont permis l’avènement d’Eltsine qui n’avait pas du tout les mêmes objectifs de « Gorby ».

    Les « bienfaits » de « Boris la picole » ont été le démantèlement de tous les biens publics bradés pour quelques kopecks à ses « grands amis » oligarques et le basculement vers un « libéralisme » destructeur largement pire que l’ancien régime.

    Et si Poutine n’avait pas été élu et n’avait pas mis au pas les oligarques le pays ne serait aujourd’hui qu’un tas de cendres fumantes.

    Je ne suis pas un groupie de Poutine, je me contente de constater que sans lui la Russie n’aurait jamais pu remonter la pente.
    Il est le président de la Russie, et je n’ai pas à émettre de critiques sur ce pays.

    La population a suffisamment souffert, particulièrement après la chute du communisme, pour qu’elle ait le droit de choisir son destin même s’il ne nous convient pas.

    Quant aux « bienfaits » d’Eltsine, imaginez un seul instant ce que penseraient les français si Macron faisait bombarder puis commandait l’assaut à l’arme de guerre de l’Assemblée Nationale ou du Sénat…

    « Propagande du WSW » : https://www.wsws.org/fr/articles/2018/10/06/25an-o06.html
    Mais comme les « grands médias justes et indépendants » sont silencieux sur cet événement il n’y a pas beaucoup de sources « non complotistes » sur cet événement.

      +31

    Alerter
    • Ando // 27.08.2020 à 10h25

      En effet. C’est un point important qui est peu mis en avant. C’est l’elite politique du pays qui a provoqué volontairement la dissolution de l’Union afin de sortir le pays d’une ornières sans solution simple. Ce simple fait, exceptionnel, est le marqueur d’une civilisation, certes pauvre en 1991,mais avancée.

        +3

      Alerter
    • LibEgaFra // 27.08.2020 à 12h16

      « le régime était dans une impasse et s’enfonçait tout doucement dans une spirale moribonde. »

      Affirmation non démontrée. Vous faites l’impasse sur la corruption y compris au sein des services secrets sans lesquels rien n’aurait pu se passer.

        +2

      Alerter
      • eugenieGrandet // 29.08.2020 à 08h06

        RGT a tout à fait raison. Lire par exemple « Change in Putin’s Russia: Power Money and People (2010) » de S Pirani où l’auteur parle de la façon dont la Russie affaiblie par la guerre des étoiles (dépenses militaires colossales) n’avait plus les moyens d’importer les médicaments de l’étranger, parle de son besoin de financement sur les marches externes croissant considérablement, etc… (ce qu E Todd avait bien anticipé).

        L’effondrement était proche et d’ailleurs il a eu lieu.

          +1

        Alerter
    • eugenieGrandet // 29.08.2020 à 08h00

      Je ne suis pas sûre que TOUS les membres du parti aient voulu « supprimer le système ». Ils avaient trop à perdre. ils voulaient probablement qu’il soit adapté mais pas supprimé.

      Non, V Poutine n’a pas été élu. Il a été choisi (je sais que élection veut dire choix) par le cercle qui dirige la Russie, ici c’est Berezovsky qui a été à la manœuvre. Ce cercle continue d’ailleurs de diriger ce pays.

        +0

      Alerter
      • gerald B // 30.08.2020 à 15h30

        « Ce cercle continue d’ailleurs de diriger ce pays. »
        Eltsine, Berezovsky et compagnie on cru pouvoir manipuler Poutine mais c’est ce même Poutine qui a mis au pas cette bande d’oligarques qui se sont gavés sur la Russie.
        Dire que c’est le même cercle qui dirige est une incongruité.
        Comme de Charles de Gaulle, Poutine a une idée de son pays que ces racailles n’avaient certainement pas…
        https://www.lepoint.fr/monde/boris-berezovski-vie-et-mort-d-un-oligarque-28-03-2013-1691178_24.php

          +0

        Alerter
  • Anne de Kiev // 27.08.2020 à 11h15

    La carte illustrant cette émission est , en elle-même , un chef-d’oeuvre de désinformation , car elle met ds le même sac les « démocraties populaires » , càd les pays de l’Est , comme on disait , et les Républiques soviétiques de l’ouest de l’URSS (Ukraine , Bélarus , pays baltes , Moldavie , …) . Comme l’a dit Poutine , la chute de l’URSS fut un malheur géopolitique . Je ne suis pas communiste , loin de là , mais je suis surtout antilibéral , et je souhaite que Poutine arrive à ses objectifs . Pour l’heure , la Russie n’a récupéré que la Crimée , mais avec quelle maestria ! J’espère qu’il va virer Luka , en Bélarus , car si ce type reste , cela explosera , grâce aux menées des atlantistes , téléguidés depuis la Pologne , et la Bélarus sera perdue . Dernière étape avant la dissolution de la Russie ds l’imperium atlantiste , [modéré].

      +13

    Alerter
  • Incognitototo // 27.08.2020 à 15h41

    Intéressant. Toutes les chutes d’empires sont toujours multifactorielles (et souvent mystérieuses), mais mon sentiment, c’est que le principal n’a pas été dit.

    Ce documentaire met sur le compte du système soviétique le fait que l’économie de ce pays était à bout de souffle (sans expliquer pourquoi). Il omet de dire que ce n’est qu’une des nombreuses conséquences collatérales de la politique monétaire imposée au reste du monde par les USA en 1971.
    En l’absence d’accès aux dollars, l’URSS commerçait majoritairement par troc avec le reste du monde (pratique généralisée également dans le pays) : un handicap rédhibitoire pour tout développement économique (j’avais même une cliente qui s’était spécialisée comme intermédiaire-courtier dans ce type de transactions et en prélevant 0,002 % sur les transactions elle vivait très royalement).
    L’expression « ça ne vaut pas un kopeck » (créée 2 siècles avant) avait vraiment un sens à cette époque-là, avec une balance commerciale fortement déficitaire vis-à-vis du reste du monde, une inflation permanente et une administration centrale en cessation de paiement faute de rentrées fiscales…
    Déjà en 1989 à la chute du mur de Berlin, l’Allemagne achetait la non-intervention soviétique contre un prêt financier (3 Md$, si mes souvenirs sont bons)… et il n’a pas fallu très longtemps, pour que la tenaille et l’asphyxie financières mettent fin à toute possibilité de financer les réformes nécessaires.

    Je ne peux pas déplorer que ce système mortifère soit tombé, mais que les idéaux humanistes et politiques soient tombés avec, à cause des USA (autre système mortifère), ça c’est vraiment une catastrophe que nous n’avons pas fini de payer.

      +11

    Alerter
    • antoniob // 27.08.2020 à 20h39

      et le plus rigolo c’est que le système dollar et empire américain repose sur le consensus euro-américain d’un mécanisme de pyramide à la Ponzi. La financiarisation et la planche à dollar, sans rapport avec l’économie réelle, est un château de cartes.

      une autre explication moins économique est que simplement l’URSS nait dans un engouement idéaliste. Le goulag comme outil de développement industriel et agricole sous le prétexte de la chasse aux « ennemis du Peuple » pour assurer des effectifs de population dans les terres nouvelles (tout le nord, l’Asie Centrale et l’Extrême Orient notamment) ne s’explique que par la conjonction de la paranoïa de l’ennemi intérieur sous la Terreur Rouge, et de la création d’une société nouvelle. Cet aspect quasi-religieux, réel au sein des anciens bolchéviques comme des stalinistes, s’effiloche au fur et au mesur que cette génération disparaît. Les formes sociales et mentalités évoluent et l’inspiration et idéal initial ne fait plus sens. La seule explication économique ne suffit pas, sans quoi il y a longtemps que la Corée du Nord se serait dissoute. Ceci dit, la « thérapie de choc » aurait-elle pu être évitée, et une transition douce à la chinoise possible?

        +2

      Alerter
      • Incognitototo // 28.08.2020 à 00h06

        Bien sûr tout ce que vous dites est vrai et parfaitement illustré, pour le phénomène religieux, par la sentence d’Irène Falcon : « … Nous nous sommes libérés de la foi qui exclut la science, alors s’est renforcée en nous cette foi à laquelle Marx faisait référence lorsqu’il disait que les communistes sont capables de « prendre le ciel d’assaut ». Lorsque cette foi tiédit, lorsqu’on devient incrédule, on cesse d’être communiste. Voilà la vérité. » (citée par Jorge Semprun dans « Autobiographie de Federico Sanchez »)

        Alors, oui, face aux réalités très dures qu’ils vivaient quotidiennement les peuples sous le joug soviétique avaient majoritairement cessé d’y croire, mais je ne suis pas sûr que c’est ce qui a été déterminant, parce que les dictatures s’embarrassent assez peu de l’avis des peuples pour se perpétuer (y compris celles produites par le néo-libéralisme).

        La Corée du Nord n’est pas un contre-exemple pertinent. C’est la Chine qui la porte à bout de bras depuis la guerre de 1950, qui la nourrit (sauf pendant les grandes famines qui ont frappé les 2 pays simultanément) et qui la contrôle (+ ou -) depuis sa création ; comme Cuba à une époque qui n’aurait jamais pu survivre au blocus économique des USA sans les apports massifs de l’URSS.

          +3

        Alerter
      • Incognitototo // 28.08.2020 à 00h08

        Il faut se remettre totalement dans le contexte de l’époque pour comprendre à quel point l’URSS n’avait plus le choix, outre les faits déjà cités précédemment :
        – pour les citoyens et les entreprises d’État, il était impossible d’acheter ou de vendre librement des devises étrangères
        – une vente permanente des ressources en or du pays pour trouver les dollars nécessaires aux importations
        – du fait de la non-cotation du rouble (et de sa non-convertibilité or) sur les marchés internationaux, un accès très limité au marché des devises qui fonctionnait essentiellement sur les swaps
        – une planche à billets qui fonctionnait en continu pour pallier les insuffisances de rentrées fiscales avec tout un système d’échanges (officiel et parallèle) fondé uniquement sur le troc, échappant ainsi à tout contrôle et prélèvement
        – des plans quinquennaux absurdes, déconnectés des besoins du pays, qui faisaient produire n’importe quoi sauf ce qui était nécessaire à la population (ma cliente échangeait par exemple des trains entiers de lames de rasoir qui étaient rétrocédés au Danemark qui les refondait pour en faire de l’acier : bonjour, l’absurdité des circuits de production)…

        En conséquence une hyperinflation qui a atteint jusqu’à 2000 % par an en 1989 (juste avant l’effondrement) avec un État en cessation de paiement !!! Et une population abonnée aux restrictions et aux pénuries, pendant que les apparatchiks se gavaient… bref, économiquement et socialement plus rien ne fonctionnait.
        L’effondrement était inévitable et c’est bien principalement à cause de la captation et de la dictature du dollar pour les échanges internationaux (et comme monnaie de réserves des BC) que cela s’est produit.
        Reste à comprendre pourquoi ce pays si riche en ressources diverses n’a jamais été capable de comprendre (comme la Chine) comment il pouvait s’adapter et prendre à leur propre jeu les diktats monétaires US… ça reste un vrai mystère pour moi.

          +6

        Alerter
      • Incognitototo // 28.08.2020 à 00h48

        L’analyse systémique donne quelques réponses pour comprendre comment tout système est capable de perpétuer ses valeurs nodales (homéostasie), même quand elles sont devenues totalement inadaptées (paradoxales) face aux contextes qu’elles doivent traiter. Mais je dois dire que dans le cas de l’URSS, son incapacité à produire de la transformation (morphogénie) est particulièrement stupéfiante et signifiante.
        Tous les idéologues marxistes n’ont toujours pas compris à quel point leur cadre d’analyse et de pensée est dans l’incapacité de s’adapter aux réalités du monde et des humains ; en bref, ils sont à côté de la plaque.
        Et c’est ainsi, comme avec tous les dogmes, que l’on transforme les meilleures intentions du monde en cauchemar.

          +4

        Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications