Les Crises Les Crises
20.août.202020.8.2020 // Les Crises

Quartier Constituant – « L’écologie est-elle révolutionnaire ? »

Merci 38
J'envoie

Source : QG TV, Youtube

Manon Le Bretton , Romain Dureau et Régis Portalez, polytechnicien et Gilet jaune reçoivent Xavier Ricard Lanata, auteur de « La tropicalisation du monde », au sujet du défi climatique et du capitalisme.

Source : QG TV, Youtube

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 20.08.2020 à 08h42

La « révolution écologique » institutionnelle telle que conçue par les partis « écologiques » et les élites est une fumisterie de plus qui ne sert qu’à attirer les « bobos » et à pénaliser les plus démunis.

Pendant que les bobos rouleront dans leurs belles voitures électriques « propres » (en omettant bien sûr de mentionner que leur pollution largement pire que celle des voitures « sales » mais qu’elle est délocalisé loin de notre vue), les « moins que rien se déplaceront à pied ou éventuellement sur de vieux vélos de récupération.

Et les solutions proviendront bien sûr de toutes les grosses entreprises responsables de la situation actuelle qui ne s’encombreront pas de problèmes moraux pour continuer à faire fructifier leurs investissements très rémunérateurs.

L’électrification des véhicules est du pain béni pour l’industrie : Nombre de cons-citoyens adulent les véhicules « propres », le véhicule étant devenu un objet totalement INDISPENSABLE si l’on souhaite ne pas vivre cloîtré dans son logement au cœur des villes tentaculaires.

Ils ne pensent pas au simple fait que cette « rupture technologique » ouvre en grand les vannes de l’obsolescence programmée.

Avec un marché des pièces de rechange qui va littéralement exploser et une augmentation des déchets de plus en plus toxiques et bien sûr non recyclables.
Les constituants des dispositifs électroniques sont utilisés en quantités si faibles dans chaque sous-ensemble qu’il est largement plus coûteux de les recycler que d’en extraire d’autres du sous-sol de contrées lointaines…

Une « révolution » pour que surtout rien ne change…

Révolution bien sûr alimentée par les « élites » et quelques idiots utiles qui nous montrent le doigt et non pas la lune.

Pendant ce temps, on continue à con-sommer des produits et aliments qui ont fait 3 fois le tour de la planète en avion détaxé et les producteurs et artisans locaux qui pourraient apporter une partie de la solution crèvent ou sont rachetés par des sociétés qui pratiquent « l’optimisation » et polluent autant que les productions délocalisées en détruisant bien sûr « notre » environnement par leurs pratiques peu reluisantes.

58 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 20.08.2020 à 07h42

    Il y a écologie et écologie. Il n’y a qu’une seule catastrophe écologique: la pullulation humaine qui menace et détruit les écosystèmes et la biodiversité. L’urgence est de se débarrasser des idéologies (notamment religieuses) qui font de l’homme le « souverain et maître de la nature ». Le capitalisme en découle: « l’essence même du capitalisme est une démarche de prédation. »

      +9

    Alerter
    • Jean // 20.08.2020 à 08h20

      @LibEgaFra

      La catastrophe écologique actuelle est imputable à la surconsommation et au gaspillage de quelques privilégiés alors qu’une partie grandissante de l’Humanité éprouve de plus en plus de difficultés à satisfaire ses besoins primaires. Et vous leur reprochez de faire trop d’enfants tandis que nous nous gavons…

        +8

      Alerter
      • LibEgaFra // 20.08.2020 à 08h39

        « une partie grandissante de l’Humanité éprouve de plus en plus de difficultés à satisfaire ses besoins primaires. »

        C’est faux, le niveau de vie progresse pratiquement partout. Si on regarde la consommation d’énergie, les Français font partie des « quelques privilégiés ».

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Ressources_et_consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tiques_mondiales

        La France figure au 8me rang pour la consommation d’énergie par habitant avec 3,68 tep. Sans compter l’énergie cachée des produits importés.

          +5

        Alerter
        • Jean // 20.08.2020 à 09h07

          @LibEgaFra

          « C’est faux, le niveau de vie progresse pratiquement partout. »

          Le pragmatisme du communisme Chinois explique ce chiffre global trompeur tandis que la pauvreté augmentait dans les pays riches, voire à ce sujet les bilans établis par les associations caritatives. De toute façon ce constat n’est à mon avis plus d’actualité depuis la pandémie et le sera de moins en moins avec les changements climatiques qui impacteront d’abord les pays pauvres.

          « Sans compter l’énergie cachée des produits importés. »

          Tout est là…

            +3

          Alerter
          • LibEgaFra // 20.08.2020 à 13h49

             » tandis que la pauvreté augmentait dans les pays riches »

            Comment? La fraternité et l’égalité ne sont plus de mise en France? Mais qu’attendez-vous pour les (r)établir!

            Vous allez me dire

            « « Sans compter l’énergie cachée des produits importés. »
            Tout est là… »

            Ben non, si les importations se portent bien c’est que le pays n’est pas si pauvre que cela. Sauf cette année, le PIB a bien toujours été en croissance, non?

              +1

            Alerter
          • LibEgaFra // 20.08.2020 à 13h20

            Il ne vous aura pas échappé que la cause de cette « progression » est récente et est due aux conflits et au réchauffement climatique. Nous savons qui est à l’origine des conflits post 2001, n’est-ce pas? Et pour le plus grand profit de qui…

            Et aussi qui est le plus grand responsable du réchauffement. Cela commence par un c. et c’est la même idéologie qui prône une croissance infinie… mais impossible à terme.

            Comme d’habitude, « après moi le déluge »…

              +3

            Alerter
    • Véro // 20.08.2020 à 09h12

      Les idéologies qui font de l’homme le maître de la nature…
      Mais l’idéologie malthusienne en fait partie.

        +7

      Alerter
      • Az // 20.08.2020 à 11h29

        Merci Vero, pour votre réaction salutaire.
        On peut noter aussi que l’écologie fait aussi partie de ces idéologies qui veulent faire de l’homme le maître de la nature – le maître des écosystèmes.

          +3

        Alerter
        • LibEgaFra // 20.08.2020 à 12h38

          « On peut noter aussi que l’écologie fait aussi partie de ces idéologies qui veulent faire de l’homme le maître de la nature – le maître des écosystèmes. »

          C’est bien sûr tout le contraire. Il s’agit de protéger la nature et les écosystèmes, enfin ce qu’il en reste, et en aucun cas de s’en rendre maître et de les dominer.

            +2

          Alerter
          • Az // 20.08.2020 à 12h50

            Oui mais pour les protéger, il faut bien en maîtriser les processus.
            NB: le « pullulement » humain est aussi un phénomène naturel ( je vous renvoie à ce titre à l’ouvrage de P.Descola, Par delà nature et culture)

              +1

            Alerter
            • LibEgaFra // 20.08.2020 à 13h37

              « Oui mais pour les protéger, il faut bien en maîtriser les processus. »

              L’homme ne maîtrise nullement les écosystèmes. Le meilleure moyen de les protéger est de les laisser vierges de toute intervention humaine, de toute pollution. Comme à Tchernobyl, malheureusement à cause de la pollution.

              « le « pullulement » humain est aussi un phénomène naturel  »

              Pur positionnement idéologique, car il n’y a pratiquement plus aucune régulation naturelle de l’espèce humaine du fait de l’idéologie de la croissance et de la domination tous azimuts (il faut faire des soldats).

              Invoqué Descola est très curieux, car il cherche surtout à se démarquer de l’idéologie occidentale suprémaciste et dominatrice. La pullulation humaine est un fait idéologique (croissez et multipliez, dominez la Terre et sur tous les autres êtres vivants, air connu).

                +1

              Alerter
            • Az // 20.08.2020 à 19h53

              Avez-vous lu le livre que je cite? Manifestement non, sinon vous auriez réalisé que ce que vous écrivez en première partie de votre commentaire correspond exactement à ce que Déscola dénonce, à savoir ce qu’il appelle le « naturalisme » (penser l’homme comme un être séparé de la nature)

                +0

              Alerter
            • LibEgaFra // 21.08.2020 à 09h38

              « Avez-vous lu le livre que je cite? Manifestement non, »

              Sophisme.

              Penser l’homme comme séparé de la nature et la dominant est le propre de l’occident et de ses idéologies et c’est ce que précisément je dénonce.

                +0

              Alerter
      • LibEgaFra // 20.08.2020 à 12h55

        « Mais l’idéologie malthusienne en fait partie. »

        Il ne suffit pas de le dire, encore faut-il argumenter. Il soumet l’homme à ce que la nature sous forme de production agricole permet. Et donc soumission et non maîtrise.

        En fait Malthus ne se préoccupe pas d’écologie. Il se contente de mettre en relation la croissance de la population et celle des ressources agricoles. Il a tort à cause du pétrole, mais il aura raison lorsqu’il n’y en aura plus. A moins de tous retourner aux champs.

        Malthus été récupéré par les écologistes.

          +0

        Alerter
        • Véro // 20.08.2020 à 14h33

          A partir du moment où vous décidez de ce qui doit se faire, que ce soit laisser croître la population ou la réduire, vous vous placez en grand ordonnateur de la planète. Dans tous les cas c’est l’humain qui décide (et dans tous les cas il le fait pour lui-même et non pour la planète).
          Je conçois qu’on puisse croire que la planète est surpeuplée d’humains, même si je n’adhère pas, mais ce n’est pas une pensée plus altruiste, ni même plus écologiste, ni moins prédatrice ou anthropo-centrée que les autres. Sans parler du fait que le nombre ne fait pas tout, mais c’est une autre question.

            +3

          Alerter
          • LibEgaFra // 21.08.2020 à 10h08

            « A partir du moment où vous décidez »

            Qui vous? Qui décide? Est-ce que vous pensez qu’il y a un choix de décider?

            « vous vous placez en grand ordonnateur de la planète »

            Qui « vous »?

             » c’est l’humain qui décide  »

            C’est qui « l’humain »?

            « Je conçois qu’on puisse croire  »

            Ce n’est pas une croyance, c’est un fait biologique. Les biologistes savent comment finissent les pullulations.

            Bien sûr que le nombre fait tout. Demandez aux Tasmaniens, aux Haïtiens et comparez avec les Chinois ou les Indiens. Connaissez-vous l’une des causes des émigrations européennes, si ce n’est la principale?

            Laisser plus de places aux autres espèces animales et végétales, ce n’est pas être plus altruiste, plus écologiste, moins prédateur, ou moins anthropocentré que les autres? Bonjour la logique.

            https://www.cnrtl.fr/lexicographie/altruisme

            https://www.cnrtl.fr/definition/anthropocentrisme

            J’admire ceux qui scient la branche sur laquelle ils sont assis.
            Ou qui courent à l’abîme les yeux fermés.

              +0

            Alerter
            • Véro // 21.08.2020 à 11h40

              Mais ce que vous ne comprenez pas, c’est que cette invocation qui vise à faire baisser la natalité, ce n’est pas pour laisser davantage de place aux animaux, aux plantes, mais pour en laisser davantage aux humains eux-mêmes.
              Ce n’est pas un hasard si ces thèses de surpopulation ont du succès chez les plus riches.
              Scier la branche sur laquelle on est assis, on peut faire ça très bien aussi quand on lutte contre le progrès.

                +0

              Alerter
            • LibEgaFra // 22.08.2020 à 07h56

              « Mais ce que vous ne comprenez pas, c’est que cette invocation qui vise à faire baisser la natalité, ce n’est pas pour laisser davantage de place aux animaux, aux plantes, mais pour en laisser davantage aux humains eux-mêmes. »

              Affirmation non argumentée. C’est bien la pression démographique qui fait augmenter la pression sur les ressources, la surexploitation des océans et la destruction des forêts primaires.

              « Ce n’est pas un hasard si ces thèses de surpopulation ont du succès chez les plus riches. »

              Quels plus riches? Des noms, s’il-vous-plaît. Les plus riches ont déjà tout ce qu’ils veulent, ils peuvent se payer des îles isolées ou un bunker en Nouvelle Zélande.

              Parmi les riches, les marchands d’armes se frottent les mains: plus il y a de population, plus il y a de monde à armer… et à tuer. De quoi s’enrichir toujours plus.

              Et par pitié ne venez pas me parler de Gates…

              « Scier la branche sur laquelle on est assis, on peut faire ça très bien aussi quand on lutte contre le progrès. »

              Phrase bateau qui ne veut rien dire tant qu’on n’a pas défini ce qu’était le progrès.

              Car de quel « progrès » s’agit-il? De la sauvegarde de la biodiversité ou du dernier téléphone mobile qui permet de faire mieux que Big Brother? Quel progrès? Retrouver un environnement non pollué ou la sophistication des armes de destructions massives y compris biologiques?

                +2

              Alerter
    • ouvrierpcf // 20.08.2020 à 10h56

      la pullulation humaine qui menace et détruit les écosystèmes et la biodiversité. L’urgence est de se débarrasser des idéologies (notamment religieuses) qui font de l’homme le « souverain et maître de la nature »
      Les nazis avaient un même principe de discours de haine de mépris et revendiquaient une race dite aarienne Les écologistes militants sont des nazis des fachistes en puissance D’ailleurs les plus virulents d’entre eux leurs ONG financées par l’UE sont basés dans la grande Allemagne réunifiée En fait ils reconstituent un 4eme REICH qui inévitablement mènera à une 3 eme guerre si si on ne s’en occupe pas
      En France des souverainistes s’organisent pour en discuter établir une base commune des citoyens républicains qui veulent rétablir le libre choix de programme de société du Peuple qui compose la population française . Avec des options politiques économiques sociales idéologiques . En reconnaissant le droit de chacun de se rendre à l’Eglise au Temple à la Mosquée à la Synagogue mais surtout de décider de choisir les priorités industrielles économiques sociales avec un objectif immédiat sortir de cette Union Européenne de lEuros de lOtan qui bride appauvrit destructure tout ce que la France a su établir depuis 1000ans et empeche de développer des recherches maitrisées par la Nation française mais aussi les coopérations avec d’autres nations souveraines dans un échange réciproque
      1000ans ce que Hitler et les ancêtres écolos allemands avaient aussi en vue en 1933

        +5

      Alerter
      • LibEgaFra // 20.08.2020 à 12h56

        Vous tenez les mêmes propos que Jules Ferry.

        Un point Godwin, un.

          +3

        Alerter
        • LibEgaFra // 21.08.2020 à 10h11

          Oups!!! Luc Ferry. Pauvre Jules et pauvre de moi! Mea culpa!

            +0

          Alerter
    • Grd-mère Michelle // 20.08.2020 à 11h54

      Lorsque les gens, et particulièrement les femmes, comprendront qu’il n’est pas nécessaire de se reproduire pour s’épanouir selon son propre caractère et vivre une vie satisfaisante, la « pullulation humaine » se réduira considérablement.
      Pour que cela advienne, une éducation sexuelle et affective régulière est nécessaire dès le plus jeune âge et tout au long de l’enseignement obligatoire.

      POUR LA LIBERTÉ DE CHOIX! Pas de choix sans information correcte.

        +3

      Alerter
      • Rémi // 20.08.2020 à 12h03

        Dans beaucoup de pays les enfants c’est la seule garantie que l’on s’occupera de vous lorsque vous serez vieux. Il faudrait une retraite universelle pour que cette contrainte disparaisse.

          +4

        Alerter
        • LibEgaFra // 20.08.2020 à 13h39

          Oui, et Gates et Cie crachent au bassinet. Sûr il y aura assez de pognon pour une retraite universelle. On attend quoi?

            +1

          Alerter
        • Grd-mère Michelle // 20.08.2020 à 14h38

          À noter que, dans la nouvelle constitution russe proposée en référendum(acceptée par une grande majorité de la population, dont nos médias n’ont souligné que la volonté de pérennité du dictateur Poutine), se trouve l’institution d’un revenu de base pour tou-te-s les russes.
          Entendu cette info passer UNE FOIS à la radio (publique belge/RTBF), et elle n’a pas du tout été développée.
          (Mais Navalny a été « empoisonné » et on en parle à longueur de journée…)

          Quelqu’un-e peut-il-elle m’en dire plus?

            +2

          Alerter
          • LibEgaFra // 21.08.2020 à 10h31

            Merci pour votre commentaire!

            Il y a l’article à connotation anti-russe de wikipedia. Pour mieux comprendre l’enjeu principal, lire ici:

            http://russiepolitics.blogspot.com/2020/01/reforme-constitutionnelle-russe-le.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+RussiePolitics+%28Russie+politics%29

            Une présentation plutôt factuelle, mais non exhaustive:

            https://www.village-justice.com/articles/covid-constitution-quelle-date-pour-referendum-est-qui-vraiment-changer-pour,34816.html

            Une simple recherche montre que les agences de désinformation occidentales ont fait flèche de tout bois!

              +1

            Alerter
            • Grd-mère Michelle // 21.08.2020 à 19h02

              Hum… Aucune info sur la question du revenu de base dans les articles recommandés ci-dessus…
              Et… finalement, le référendum a-t-il eu lieu, oui ou non?(j’avais cru comprendre que oui, et qu’il avalisait les réformes constitutionnelles…)

              Mais… La stricte définition de la « famille » russe (et donc de la parentalité) va certainement aider à contraindre l’évolution démographique…
              On y retrouve l’influence idéologique de l’Eglise chrétienne orthodoxe, habilement et stratégiquement associée au Pouvoir: en dépit des progrès scientifiques/avancées des connaissances réalisés depuis que Jésus de Nazareth a livré son message d’amour révolutionnaire(qu’il a payé de sa vie), le patriarcat religieux n’hésite pas à le trahir à nouveau et reprend la barre concernant la domination des hommes sur toutes les autres sortes d’êtres vivants(femmes, trans-genres, et certainement les bêtes et les plantes), selon les croyances antiques inscrites dans la bible(par des hommes), pourtant à présent démenties par les sciences écologiques qui démontrent que tous les êtres vivants sont inter-dépendants(et donc également dignes de vivre leur vie, utiles et nécessaires à l’équilibre de la Vie).
              Ceci annonce fort peu d’avancées en matière d’écologie en Russie, hélas…

                +0

              Alerter
    • Rémi // 20.08.2020 à 12h01

      On fait comment? On trucide les surnuméraires? De quelles manière?
      Jeux du cirque?
      Chambre a gaz?
      Pistloet électrique comme dans les abatoirs?
      Et comment liste t’on les surnuméraires?

      Ceux qui pr´conisent de réduire la population veulent revenir à 500 millions de personnes. Je ne connais pas votre chiffre, mais dans cette hypothés c’est 14 personnes sur 15 dans le monde qu’il faut tuer.
      On fait comment? Outre l#aspect moral totalement répugnant á mes yeux de ce genre de meurtre de masse.

        +2

      Alerter
      • LibEgaFra // 20.08.2020 à 12h34

        Un sophisme après l’autre! Ai-je parlé de « surnuméraires »? Ai-je parlé de tuer quelqu’un? Ai-je parlé de « meurtre de masse » ?

        L’honnêteté intellectuelle aurait consisté à vous limiter à votre première question:
        « On fait comment? » Et à attendre ma réponse que j’ai du reste déjà proposée sous un autre sujet. On fait comme le Japon ou la Chine. Ou on taxe fortement et plus que proportionnellement le revenu dès le 3me enfant.

        « Ceux qui »… Nommez-les, citez les sources.

        Pour les meurtres de masse, voyez l’histoire des occidentaux depuis 1492. Pas besoin de mes conseils.

        Pour les « surnuméraires », le gouvernement a eu la riche idée d’importer le virus directement de Wuhan et a tardé à prendre les mesures de protection (cf. masques). Et aujourd’hui ceux qui refusent de porter le masque y vont de leur petite contribution. Ne vit-on pas dans un monde merveilleux?

          +5

        Alerter
        • Véro // 20.08.2020 à 14h47

          Mais ça ne sert à rien de réprimer ou de taxer les gens qui ont des enfants.
          Regardez l’évolution de la population de la Chine, de la France, de l’Italie, des USA etc.
          Lorsque le niveau de vie augmente, la tendance c’est de faire moins d’enfants.
          C’est en améliorant le niveau de vie qu’on stabilisera la population. Pas la peine d’appliquer des mesures iniques aux conséquences parfois désastreuses.

            +4

          Alerter
          • Az // 20.08.2020 à 15h20

            D’autant plus que ce qui coute vraiment cher d’un point de vue écologique, ce ne sont pas tant les nouvelles naissances, que les vies très longues, beaucoup plus longue qu’elles n’auraient pu l’être si elles n’avaient pas été soutenues par les innovations technologiques énergivore et consommatrices de matériaux rares et polluants

              +1

            Alerter
            • Véro // 20.08.2020 à 16h57

              Oui c’est certain. Et en plus si les humains ont tendance spontanément à vouloir moins d’enfants quand leur niveau de vie s’élève, ils souhaitent généralement vivre le plus longtemps possible.

                +1

              Alerter
            • LibEgaFra // 21.08.2020 à 11h00

              Encore un mensonge, en plus particulièrement éhonté. Plus il y a de naissances, plus il y aura de vieux à terme. Certaines innovations ont été nécessaires pour remédier à d’autres innovations qui dégradent le milieu de vie. Vous n’avez pas démontré que les innovations pour prolonger la vie étaient polluantes ou plus polluantes que celles qui dégradent les conditions de vie. Votre tirade est purement idéologique. Vous n’avez pas non plus démontré que les vies longues coûtent cher d’un point de vue écologique.

              https://www.dailymotion.com/video/x93ib2

              16’56 »

              Votre coeur n’est-il pas souillé? (Cf. vidéo.)

                +1

              Alerter
  • Papagateau // 20.08.2020 à 07h55

    Le mouvement lourdement subventionné par des oligarque occidentaux « extension rebellion » met 8 affiches de publicité institutionnelle dans Chaque voiture du RER (au moins depuis ce matin).

    Par ailleurs le mouvement de protection de la couche d’ozone n’a démarré que 2 ans avant que le brevet de Du Pont de Nemours ne tombe dans le domaine public (copiable par les chinois).
    Heureusement , Dupont avait des brevets sur des molécules presque identiques, aux effets presque identiques , mais breveté avec 20 ans d’écart.

    La révolution écologie est tout de même bien faite … quand ses organisations sont payés par les bonnes personnes.

      +8

    Alerter
    • Jean // 20.08.2020 à 08h25

      @Papagateau

      Et en plus le climat est complice et les espèces animales ont signées un accord secret avec les multinationales pour disparaître discrètement…

        +4

      Alerter
  • RGT // 20.08.2020 à 08h42

    La « révolution écologique » institutionnelle telle que conçue par les partis « écologiques » et les élites est une fumisterie de plus qui ne sert qu’à attirer les « bobos » et à pénaliser les plus démunis.

    Pendant que les bobos rouleront dans leurs belles voitures électriques « propres » (en omettant bien sûr de mentionner que leur pollution largement pire que celle des voitures « sales » mais qu’elle est délocalisé loin de notre vue), les « moins que rien se déplaceront à pied ou éventuellement sur de vieux vélos de récupération.

    Et les solutions proviendront bien sûr de toutes les grosses entreprises responsables de la situation actuelle qui ne s’encombreront pas de problèmes moraux pour continuer à faire fructifier leurs investissements très rémunérateurs.

    L’électrification des véhicules est du pain béni pour l’industrie : Nombre de cons-citoyens adulent les véhicules « propres », le véhicule étant devenu un objet totalement INDISPENSABLE si l’on souhaite ne pas vivre cloîtré dans son logement au cœur des villes tentaculaires.

    Ils ne pensent pas au simple fait que cette « rupture technologique » ouvre en grand les vannes de l’obsolescence programmée.

    Avec un marché des pièces de rechange qui va littéralement exploser et une augmentation des déchets de plus en plus toxiques et bien sûr non recyclables.
    Les constituants des dispositifs électroniques sont utilisés en quantités si faibles dans chaque sous-ensemble qu’il est largement plus coûteux de les recycler que d’en extraire d’autres du sous-sol de contrées lointaines…

    Une « révolution » pour que surtout rien ne change…

    Révolution bien sûr alimentée par les « élites » et quelques idiots utiles qui nous montrent le doigt et non pas la lune.

    Pendant ce temps, on continue à con-sommer des produits et aliments qui ont fait 3 fois le tour de la planète en avion détaxé et les producteurs et artisans locaux qui pourraient apporter une partie de la solution crèvent ou sont rachetés par des sociétés qui pratiquent « l’optimisation » et polluent autant que les productions délocalisées en détruisant bien sûr « notre » environnement par leurs pratiques peu reluisantes.

      +30

    Alerter
    • Milsabor // 20.08.2020 à 09h47

      Je rêve d’un monde où les engins à deux roues seront motorisés à l’électricité. Adieux les moteurs thermiques odieusement bruyants qui nous déchirent les tympans le jour et nous réveillent la nuit. Qui s’intéresse à la pollution sonore ?

        +3

      Alerter
      • RGT // 21.08.2020 à 08h46

        S’il n’y avait QUE les pétrolettes pour venir nous casser les oreilles ce serait un bienfait.

        Certaines voitures « tunées » sont largement plus bruyantes, mais le pire est quand-même les piétons qui hurlent dans la rue ou les « fêtards » qui mettent la musique à fond toutes fenêtres ouvertes pour en faire profiter le quartier.

        De plus, les véhicules homologués ne sont pas bruyants.

        Ce sont leurs propriétaires qui depuis bien longtemps déjà modifient les échappements non pas pour directement « faire chier » les autres mais simplement parce que le fait d’avoir un véhicule bruyant exacerbe leur « virilité » en leur donnant l’impression que le symbole phallique de substitution qu’ils ont entre les jambes est plus gros que celui des autres…

        Normalement, la modification des caractéristiques d’un échappement est strictement interdite par la loi et est passible d’amendes.

        Mais comme les radars automatiques sont bien plus rémunérateurs (surtout pour l’industrie des radars et celle du traitement automatique des PV) les « hirondelles » ont désormais disparu de la voie publique et le peu qui reste est désormais affecté à des tâches dans lesquelles ils n’ont plus de consignes de faire la chasse aux nuisances publiques « insignifiantes ».

          +1

        Alerter
    • Grd-mère Michelle // 20.08.2020 à 12h42

      En effet, si les transports de personnes ont été réduits en conséquence de la « crise sanitaire », les marchandises, elles, ont continué à être déplacées comme si de rien n’était. Et le « commerce en ligne », avec livraison à domicile, s’est imposé comme LA solution de consommation débridée ininterrompue.
      « Restez chez vous pour travailler, apprendre, aimer, vous distraire » qu’on nous dit, « nous continuerons à vous gaver de nos produits en tous genres pour combler vos insatisfactions ».

      Le futur d’une industrie automobile écologique et prospère consisterait à chercher à équiper principalement les véhicules utilitaires et les transports en commun (dont les bus, minibus, taxis) de moyens de propulsion les plus « propres » possibles.
      Une large offre de transports en commun, qui iraient de partout à partout, à toute heure, libérerait le « grand public » de l’obligation, la corvée et les dangers de conduire un véhicule.
      De plus, l’obtention d’un permis de conduire uniquement délivré à des personnes parfaitement formées, patentées, constituerait l’émergence d’un nouveau vrai métier: conducteur/trice de véhicules à moteur(qu’il ne faudrait plus faire « chauffer » avec des énergies polluantes- abolition du terme « chauffeur »)

        +3

      Alerter
      • RGT // 21.08.2020 à 09h01

        Si les humains pouvaient avoir l’idée saugrenue (pour les « élites ») de se contenter de consommer des biens locaux ça éviterait une somme considérable de transports inutiles.

        De plus, cerise sur le gâteau, ça relancerait l’économie locale et créerait de nombreux emplois de proximité.

        Par contre, cette « hérésie » supprimerait tous les revenus des quelques ploutocrates dont le business model est basé sur le déplacement de marchandises « pas chères » vers les zones « profitables » en leur faisant parcourir des distances phénoménales par des moyens de transports très polluants.

        L’avion, c’est déjà pas mal, mais les cargos polluent 1 million de fois plus de de simples voitures « sales » au km parcouru.
        Mais comme ils naviguent loin des yeux, et qu’ils sont un élément essentiel de la « liberté de commercer » les autorités ferment les yeux et viennent ensuite surtaxer les couillons locaux au lieu de commencer par s’attaquer aux plus gros pollueurs.

        Le problème principal vient du fait que la concentration urbaine dans des mégapoles nécessite des moyens de transports gigantesques pour parvenir à subvenir aux besoins de leurs habitants.
        Habitants qui bien sûr con-somment encore plus pour compenser la misère intellectuelle de leurs existences si éloignées de leurs besoins physiologiques.

        Si vous habitez à la campagne, vous n’avez pas besoin de prendre l’avion pour aller passer des vacances à Tahiti… Vous êtes bien chez vous et vous passez votre temps libre à améliorer votre habitat, à tailler vos rosiers, à planter de nouvelles fleurs qui vous donnent une grande satisfaction.

          +2

        Alerter
        • Philippe, le Belge // 21.08.2020 à 13h54

          « Si vous habitez à la campagne, vous n’avez pas besoin de prendre l’avion pour aller passer des vacances à Tahiti… Vous êtes bien chez vous et vous passez votre temps libre à améliorer votre habitat, à tailler vos rosiers, à planter de nouvelles fleurs qui vous donnent une grande satisfaction. »
          C’est le cas pour vous, c’est le cas pour moi mais de là à en faire une généralité?

          De plus, faire l’apologie de la vie à la campagne en l’opposant à la ville, c’est faire abstraction de la problématique de la protection de la vie sauvage. Si on veut garder ( et même de préférence augmenter) des zones d’habitat naturel, une certaine concentration urbaine est primordiale. Le tout est de déterminer les tailles minimales (pour maximiser les coûts – au sens général – des services publiques) et maximale (pour garder des liens sociaux forts et ne pas engendrer d’autres problèmes ingérables) que devraient avoir ces villes.

            +0

          Alerter
  • Arcousan09 // 20.08.2020 à 10h22

    Bien sûr que l’écologie soit « révolutionnaire »
    Vous voulez de preuves: les néonicotinoïdes tueurs d’abeille de nouveau utilisés …
    Un certain Emmanuel Macron a déclaré le 1 septembre 2018:
     » Notre engagement pour la biodiversité en action: l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles en vigueur aujourd’hui. Avec le projet de loi EGAlim, la France sera demain le premier pays européen à interdire tous les néonicotinoïdes pour sauver les pollinisateurs »
    Ca vaut bien l’engagement de Bachelot à ne plus faire de politique ……
    Serions nous gouvernés par des malades Alzheimer ou bien des personnages sans foi ni loi obéissant aveuglement aux intérêts des lobbies ???????

      +4

    Alerter
    • RGT // 22.08.2020 à 10h10

      Cette année TOUTES nos ruches ont crevé, sans aucune raison apparente.
      Leur population a baissé depuis 2 ans de manière constante et désormais c’est le désert, tant au niveau des abeilles qui venaient bourdonner près de leurs ruches qu’au niveau de très nombreux insectes pollinisateurs.

      Même les guêpes se font largement plus discrètes, c’est dire l’étendue du désastre.

      Petite corrélation (corrélation, pas certitude absolue mais forte suspicion) : Le « paysan du coin » n’utilisait pas de pesticides jusqu’à présent car il jugeait ces produits peu efficaces et coûteux.

      Et il y a deux ans il a obtenu des « aides » de l’UE pour pulvériser intensivement des pesticides sur ses champs d’herbe à fourrage.
      Il reconnaît que les pesticides ne changent rien à la quantité de fourrage qu’il peut récolter mais il le fait simplement pour obtenir du fric.
      Bref, l’UE subventionne indirectement l’industrie agrochimique au détriment de la population.

      Il s’est fait de nombreux « amis » parmi les apiculteurs du village qui lui ont fait une telle publicité qu’il vient désormais pleurer parce que « personne ne l’aime » et que les habitants du village boycottent ses produits.

      Mais le mal est fait, et les abeilles et autres pollinisateurs ne reviendront pas de sitôt, il faut d’abord que les sols et les plantes se débarrassent de ces produits toxiques à la longévité incertaine.

      De plus il va lui-même souffrir de son action débile car son fourrage est constitué d’herbe naturelle qui risque de disparaître en absence de pollinisateurs.

      Pour ma part, j’ai fermé une parcelle (~ 1000 m2) qui permettait à son bétail de passer entre deux de ses champs en lui expliquant les raisons.

      Il fait la gueule (2 km de détour et ajout d’un abreuvoir) mais ne peut rien faire (sinon arracher les barrières) car je ne lui ai jamais rien demandé en échange de cet accès.
      Et comme ses parcelles ne sont pas enclavées il ne peut légalement pas me contraindre à lui accorder un droit de passage.

      Il fallait peut-être réfléchir AVANT.

        +1

      Alerter
      • Logique // 23.08.2020 à 23h23

        Merci de nous avoir fait part de cette triste histoire. Et je vous donne raison de ne pas vous laisser faire. Tout se paie.

          +0

        Alerter
  • Dominique Gagnot // 20.08.2020 à 10h58

    Lire « Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après ! » PDF : http://bit.ly/tragédiecapitaliste
    Extrait : « Du point de vue capitaliste, les travailleurs et la planète ne sont que force de travail et ressources physiques, qu’il convient d’exploiter au moindre coût.
    Toute autre considération (destruction de l’écosystème, paupérisation…) est sans objet car ignorée du capitalisme. »

      +7

    Alerter
  • Philippe, le Belge // 20.08.2020 à 20h52

    1h06 et 46 secondes de blabla quasi stérile pour constater tout ce que le communisme dénonce depuis un siècle sans jamais le citer! Dès les prémices, monsieur Ricard Lacata s’est bien vite démarqué de Marx pour, par la suite, ne faire que l’utiliser pour démontrer son point de vue!
    Il y aurait bien des développements (écologie comme élément constitutif de la réflexion de Marx, écologie politique totalement subordonnée au capitalisme encore aujourd’hui, etc..) et des critiques à faire sur le sujet proposé mais je n’ai ni le temps ni le courage de m’y atteler ce soir.

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 22.08.2020 à 16h09

      Comment osez-vous critiquer l’effort de « bla-bla quasi stérile » de certain-e-s, tout en avouant votre manque de temps(à quoi deviez-vous le passer, si vous osez dire la vérité?)et de …courage???!!!
      C’est justement ce refus de dialogue, cette lâcheté paresseuse, ce manque de coopération dédaigneux, qui empêchent les populations de se mettre d’accord pour reprendre, tou-te-s ensemble, le pouvoir sur l’organisation de leur futur.

      Marx a pensé et écrit dans un contexte qui a évolué(principalement dans le domaine des moyens de communication/information) et, d’autre part, le système communiste appliqué a démontré ses failles en termes de perpétuation du rapport dominants/dominés du fait que, irrémédiablement, le pouvoir corrompt(= POURRIT) quiconque prétend « diriger » les autres.

      À bas les « dirigeant-e-s » et les « élites »!
      Vive le débat: pour des assemblées populaires fréquentes et régulières, incessantes, qui indiqueront à nos représentant-e-s politiques(que nous élisons et payons!) la marche à suivre pour un avenir de l’humanité peut-être moins « glorieux » mais surtout moins souffrant!

        +1

      Alerter
      • Philippe, le Belge // 23.08.2020 à 16h35

        Que d’agressivité!
        Peut-être qu’à 9 heures du soir, après une longue journée, devant encore manger et me doucher, et devant me lever à 5 heures le lendemain matin, j’avais en effet pas vraiment le temps et le courage pour me lancer dans un texte que je n’aurais pas aimé bâcler et qui m’aurait pris un solide moment à rédiger étant donné que je ne suis hélas pas une machine de guerre dans ce domaine! Rien que votre petit commentaire agressif mériterait, afin d’être débattu correctement, un texte de quelques A4.

        Si vous êtes grand-mère, vous êtes peut-être pensionnée, mais on est pas tous dans cette situation!

        La seule chose que j’écrirai à propos de ce débat, c’est qu’il relève une partie des défauts du capitalisme déjà relevés par les communistes depuis plus de 150 ans mais que, comme d’habitude, lorsqu’il s’agit de dire comment imposer la volonté populaire aux puissants, ça fait pssschit!
        Tout plutôt que d’évoquer l’imposition de la dictature du prolétariat, concept communiste par excellence, par pur-réflexe pavlovien anti-communiste (inculqué à tous par des décennies de propagande bourgeoise), alors que c’est la seule solution qui ait jamais été proposée (fort probablement parce que c’est la seule possible!) et qui ait porté ses fruits, ne vous en déplaise!

        Que le pouvoir corrompe, c’est probable, encore faut-il l’avoir! Et il y a toujours quelqu’un qui l’a et pour l’instant, ce ne sont pas les travailleurs, ni même les politiques élus mais bien les grands capitaliste! Et c’est pas en le leur proposant gentiment qu’ils vous le donneront! Il faut arrêter la naïveté!

          +0

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 23.08.2020 à 17h47

          Le capitalisme est un système économique qui se mange la queue: maximalisation des profits par l’emploi des machines et les délocalisations de production; résultat: les travailleurs-euses se retrouvent sans emploi et n’ont plus les moyens d’acheter les produits proposés(sauf, éventuellement, la camelote bon-marché… d’où l’expansion de la puissance chinoise soi-disant communiste).
          Inutile de rêver de le détruire, il est en train de s’effondrer. Bientôt, l’argent, le nerf de toutes les guerres, ne vaudra plus rien(c’est bien pourquoi tout qui en a de trop achète de l’or), et tout sera désorganisé.
          Quant à « …l’imposition de la dictature du prolétariat…seule solution qui ait jamais été proposée… », elle n’a plus de sens ici, alors que le prolétariat (les ouvrier-e-s, qui auraient beaucoup mieux fait de prendre possession de leurs outils et de décider d’une production utile et raisonnable, plutôt que de faire confiance à leurs syndicats complices d’un système d’exploitation éhonté), il n’existe quasiment plus, remplacé par des hordes de sans-emplois désoeuvrées et désemparées, engagées à se former dans l’informatique, la « révolution » qui va les sauver!
          Il va donc falloir se débrouiller, avec le système D, sans fois ni lois, mais avec l’énergie du désespoir, « armé-e-s d’amour jusqu’aux dents », si nous voulons fournir aux jeunes générations un espoir d’avenir.
          Y penser et en débattre, c’est déjà ça… Et c’est la base de la démocratie.

            +1

          Alerter
  • Az // 21.08.2020 à 12h12

    Tiens je voulais répondre au commentaire de Christian Gedeon, mais il a disparu. Il apportait pourtant une perspective différente sur la vidéo. Critique, certes, mais différentes du reste des commentaires.
    Par contre les nombreux commentaires vexatoires et insultants de LibEgaFra sont bien visibles, indetronables semble-t-il.

    Bulle de confirmation quand tu nous tiens!

    Voici la réponse que je voulais faire à Christian Gedeon:
    « Je suis assez d’accord avec vous, Christian. Le clou a été atteint quand l’un des participants s’est lancé dans une tirade sur « la vie bonne » et les dialogues de Platon. « ils mangeaient des figues un peut d’huile et du fromage de chèvre » a-t-il lancé avec des trémolos dans la voix ( Platon, l’aristocrate, hein… disposant du travail de nombreux esclaves lui laissant le loisir de s’adonner aux plaisirs de la philosophie, n’est-ce pas..).
    Je me suis dit que si par hasard les actuels maitres du monde avaient regardé cette vidéo, ils ont bien du se marrer !
    Avec des intellectuels pareils, c’est pas demain la veille qu’une révolution va menacer leur pouvoir ! « 

      +5

    Alerter
  • Anfer // 21.08.2020 à 20h53

    L’écologie, ça veut tout et rien dire…

    Le véritable sens de l’écologie, c’est d’admettre:

    1: les ressources sont limités
    2: la civilisation humaine n’est possible qu’avec des ressources
    3: les effets de la raréfaction des ressources est universel

    Donc ça signifie:

    1: une croissance exponentielle est intenable
    2: la gestion des ressources est une question politique
    3: cette gestion doit être à échelle mondiale

    Conclusion:

    1: capitalisme, libéralisme et autres balivernes = poubelle
    2: la solution pour être accepté, doit être démocratique, donc débattue et décidé comme telle
    3: la solution pour pouvoir être appliquée, va demander énormément de coopération internationale

    Autrement dit, c’est mal barré…

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 22.08.2020 à 16h39

      D’accord avec votre propos.
      NB: -l’écologie souligne tout autant le problème de la gestion des déchets engendrés par la sur-production de « biens » totalement inutiles et/ou nuisibles(voir les déchets nucléaires).
      -ne pas négliger la sur-protection (armées, polices, services de « sécurité » et de renseignements) de ce qu’on veut mettre à la poubelle… Nécessité de la re-formation du mouvement pacifiste(bien oublié, pourtant à l’origine, en grande partie, de l’Internationale socialiste).
      -la « civilisation humaine » que nous connaissons, c’est nous qui la formons et/ou y consentons/en profitons. Nécessité d’imaginer un autre type de civilisation, qui tienne compte des impératifs vitaux à présent connus.

        +0

      Alerter
      • Anfer // 22.08.2020 à 23h36

        Je tiens à faire remarquer une nuance importante entre être « pacifique » et « pacifiste ».

        On peut être pacifique sans prôner un pacifisme parfois dogmatique ou naïf.

        La civilisation humaine, c’est la nôtre, libéré en partie de la contrainte de tâches pénibles et répétitives, et de passer l’essentiel de notre temps à chercher de quoi juste survivre.

        Personne ne souhaite le retour à une civilisation pré industrielle.

        Pour éviter que l’accès aux ressources et à l’énergie ne devienne le privilège d’une minorité richissime, il faudra changer de paradigme, monter d’un cran le niveau de l’humanité.

        Pas évident, ça demande beaucoup d’éducation.

        Quand on voit le nombre d’être humains inconscients de ces enjeux, qui profitent de ce que la science a pu leur offrir, mais qui croient encore à la magie, au père noël, ou à d’autres fadaises…

        Ça laisse peu d’espoir, qu’à moins d’une catastrophe énorme, il n y ai aucune prise de conscience.

          +1

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 23.08.2020 à 16h29

        « Notre » civilisation industrielle s’est violemment, orgueilleusement, imposée à des masses de gens qui avaient les leurs(par les colonisations, guerres d’invasion et de « protection des populations » qui constituent la nouvelle forme de colonisation par la reconstruction et les « parts de marché »), sous l’impulsion de dominants avides de gloire et de privilèges, et la soumission de subalternes lèche-culs, détruisant sans vergogne ce qui ne répond pas à leurs ambitions, comme la richesse de la diversité du Vivant, source de l’équilibre subtil du phénomène de la Vie sur terre.
        « Personne ne souhaite le retour à une civilisation pré-industrielle »
        Mais combien souhaitent desormais une civilisation post-industrielle, où l’emploi des machines serait pensé dans le sens de la Paix et du bien-être généralisé, et non comme un impératif de « modernité » mal-placée qui transforme les êtres humains en robots et les écrase de sa puissance destructrice, tout en épuisant les ressources énergétiques?
        Savez-vous que, dans l’est du Congo, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants grattent nuit et jour dans les trous de leurs sols devenus stériles pour en extraire les métaux rares nécessaires au fonctionnement de tous les objets « intelligents » afin d’acheter des erzats de nourriture acheminés depuis les contrées enrichies de leur malheur?
        Ignoble civilisation!

          +1

        Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications