Les Crises Les Crises
10.juin.201910.6.2019 // Les Crises

Bernard Stiegler : Etat d’urgence, géopolitique, Médias, Gilets Jaunes. Par Thinkerview

Merci 79
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 17-04-2019

Source : Thinkerview, Youtube, 17-04-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

hctaib // 11.06.2019 à 10h43

Je pourrais prendre beaucoup des points que vous avez asséné et démontrer combien le tout n’est que de la façade. Les études pour tous ? Au final une dévaluation du diplôme avec en plus une stagnation des salaires pour les fameux diplômes. Le réchauffement climatique ? Le tout s’accélère d’année en année, comment pouvez-vous le nier ? Les voyages à bon compte ? Le tout en pourrissant l’atmosphère de CO2 pour aller polluer des plages ou laisser des détritus dans l’Himalaya.

Le monde merveilleux de vos petits enfants, est-ce celui où l’employé moyen lutte le 15 du mois pour vivre car son loyer a augmenter de façon dramatique par rapport à son salaire depuis des années et sans aucune perspective de pouvoir être propriétaire un jour ? est-ce celui où la démocratie n’existe que sur la papier car toute une clique de financiers à pris le contrôle in-fine des outils de cette dernière ? Est-ce celui où les perspectives que nous avons est comment allons-nous gérer la déflation d’un monde hypertrophié sous l’action de la finance et de la consommation à outrance (j’imagine que non pour ce point car vous niez ce fait même) ?

Enfin ce qui me désole le plus, ce n’est pas tant les réponses déjà noires à ces questions, mais le fait de devoir compter sur la résistance de personnes comme vous qui niez l’évidence car ne voyant l’ensemble d’un monde que par son rétroviseur et à l’aune de sa petite personne.

9 réactions et commentaires

  • calahan // 10.06.2019 à 12h49

    J’attends avec impatience ce “memorandum of understandings” pour ce qu’il va proposer (comment maintenir une croissance élevée afin de couvrir les besoins “vitaux” du plus grand nombre en modifiant tous les outils et moyens de production basés sur l’énergie fossile ?)
    Ce que B. Stiegler dit sur les enfants et la manière dont ils influencent leurs parents (qui parfois occupent des postes à très haute responsabilité) sur la destinée de cette civilisation, est tout sauf anodin : altruisme vs égoïsme.

      +4

    Alerter
  • AlBer // 10.06.2019 à 22h50

    Respect pour Bernard Stiegler.
    Un truc me chiffonne néanmoins (suis en cours de visionnage). Il parle de “la bagnole, dont on n’a plus besoin”. Je crois qu’il se plante lourdement sur ce coup là. Dans les grandes métropoles (inabordables et souvent invivables pour l’individu lambda), peut-être. Ailleurs, c’est vital d’avoir une bagnole qui tienne la route (du coup c’est souvent un diesel). Sans peut-être l’avoir fait exprès, il répète ce réflexe qui a provoqué le soulèvement des GJ. C’est regrettable.

      +5

    Alerter
    • AlBer // 11.06.2019 à 00h10

      Regrettable dans son ensemble, tout compte fait.

        +3

      Alerter
  • Jean-Marc Bonnamy // 11.06.2019 à 02h10

    Absurde bla bla bla bien dans la ligne du catastrophisme actuel. Nous avons vécu un siécle d’horreurs mais aussi de merveilles : même si bien sur tout n’est pas parfait le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est un paradis par rapport à celui d’il y a moins d’un siècle. Nous vivons beaucoup plus longtemps en restant actif beaucoup plus tard, nous travaillons beaucoup moins, les études supérieures ne sont plus l’apanage des classes aisées, la médecine est fantastique, la mortalité infantile a pratiquement disparu en Europe, les famines ont disparues avec les grandes épidémies, les gens peuvent voyager à bon compte aux quatre coins du monde, tout le monde a des vacances, la retraite à 60 ans, le chômage, les soins gratuits etc … et il n’y a aucune raison que ça ne continue pas
    Faut-il qu’on soit stupide pour prendre en considération l’opinion d’une gamine de 16 ans irresponsable puisqu’elle ne fait que répéter les sottises de la pensée unique.
    Pourquoi ressusciter l’absurde grande peur de l’an 2000. Nos enfants et petits enfants ont un monde merveilleux devant eux. C’est un crime de leur peindre l’avenir en noir, d’autant plus que c’est profondément stupide. Leur raconter que le monde va être victime d’un réchauffement climatique qui n’a rien d’exceptionnel et n’est en aucune manière d’origine anthropique et qui s’il était réel ne serait même pas catastrophique comme on le prétend. Leur dire qu’ils seront au chômage pour les décourager d’apprendre et de travailler … tout cela est criminel

      +2

    Alerter
    • hctaib // 11.06.2019 à 10h43

      Je pourrais prendre beaucoup des points que vous avez asséné et démontrer combien le tout n’est que de la façade. Les études pour tous ? Au final une dévaluation du diplôme avec en plus une stagnation des salaires pour les fameux diplômes. Le réchauffement climatique ? Le tout s’accélère d’année en année, comment pouvez-vous le nier ? Les voyages à bon compte ? Le tout en pourrissant l’atmosphère de CO2 pour aller polluer des plages ou laisser des détritus dans l’Himalaya.

      Le monde merveilleux de vos petits enfants, est-ce celui où l’employé moyen lutte le 15 du mois pour vivre car son loyer a augmenter de façon dramatique par rapport à son salaire depuis des années et sans aucune perspective de pouvoir être propriétaire un jour ? est-ce celui où la démocratie n’existe que sur la papier car toute une clique de financiers à pris le contrôle in-fine des outils de cette dernière ? Est-ce celui où les perspectives que nous avons est comment allons-nous gérer la déflation d’un monde hypertrophié sous l’action de la finance et de la consommation à outrance (j’imagine que non pour ce point car vous niez ce fait même) ?

      Enfin ce qui me désole le plus, ce n’est pas tant les réponses déjà noires à ces questions, mais le fait de devoir compter sur la résistance de personnes comme vous qui niez l’évidence car ne voyant l’ensemble d’un monde que par son rétroviseur et à l’aune de sa petite personne.

        +11

      Alerter
    • Milsabor // 11.06.2019 à 14h20

      A Jean-Marc Bonnamy :
      “L’entropie informationnelle augmente la stupidité de masse. Le système informationnel empêche de penser, de réfléchir, de faire fonctionner notre noèse : c’est la dénoétisation par les techniques de l’information”. 21’10”

        +0

      Alerter
  • Frédéric // 11.06.2019 à 18h18

    Quand il a dit qu’il a soutenu Assange, je me suis dit voilà quelqu’un qui soutient les héros modernes qui luttent tous seuls contre l’immoralité. Et puis quand il a dit qu’il a été déçu parceque ses révélations ont contribué à faire élire Trump, alors là je me suis dit, bien sûr, que les convictions démocratiques ne tiennent pas la route de la politique politicienne. Convaincu que Clinton n’aurait pas détruit la Syrie? Je ne pense pas que Stiegler soit si bête (pas la peine de modérer, j’applique l’auto-modération). Dommage, c’était trop beau. Trop de puissance à gérer…

      +0

    Alerter
  • Louis Robert // 11.06.2019 à 22h04

    Merci, monsieur Stiegler, avec toute mon admiration pour votre détermination et votre courage prométhéens en ces temps de nihilisme. Bien sûr, personnellement, je mène et continuerai de mener cette « bonne vie » autant que je le pourrai. Mais…

    En confidence, je vous avoue que devant cet écart entre l’ampleur de l’effondrement en cours et les si modestes moyens mis en oeuvre pour l’éviter, en si peu de temps du reste et dans l’extrême urgence, la foi me manque. Honnêtement, je ne crois pas au «miracle», seulement à une mobilisation mondiale, voire planétaire, à la mesure même de cet effondrement, mondial, planétaire, plus encore qu’en cas de guerre totale. Je suis d’avis que passés les points de non-retour, cet effondrement en cours, jusqu’ici graduel, se révèlera, comme l’ont craint les Meadows, très soudain, brutal et dévastateur. Au reste, les précédents du genre ne manquent pas.

    Puisse malgré tout ce miracle possible mais très improbable se produire comme vous l’espérez!

    Cdmt, LR

      +0

    Alerter
  • Bamboo // 12.06.2019 à 20h00

    1969 : U Than secrétaire général de l’ONU : « il ne nous reste plus que dix ans… » (Rapport Meadows, citation en tête du rapport p. 131 (les pages précédentes retracent l’historique du Club de Rome)

    2018 : Stiegler : « Le secrétaire général de l’ONU a déclaré qu’il ne nous reste plus que dix ans… »

    Décidément « Dix ans » est une formule magique en matière de catastrophisme.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications