Les Crises Les Crises
20.août.202020.8.2020 // Les Crises

L’OIAC épingle la Syrie pour des attaques chimiques au sarin (+ réactions)

Merci 131
J'envoie

Voici les dernières nouvelles de cette dramatique affaire.

Source : Le Figaro, AFP, 9 juillet 2020

Les Etats membres de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont prévenu jeudi Damas qu’ils pourraient prendre des mesures à son encontre suite à un rapport désignant pour la première fois le régime syrien comme responsable d’attaques chimiques sur son propre sol.

L’équipe d’identification et d’enquête (IIT) de l’organisation basée à La Haye a établi en avril que l’armée de l’air de Bachar al-Assad avait lâché en 2017 des bombes contenant du sarin et du chlore à Latamné, dans le nord de la Syrie, violant ainsi la Convention sur les armes chimiques.

La motion, proposée par la France, appelle Damas à «redresser la situation dans un délai raisonnable» et demande au directeur général de l’OIAC «de faire rapport» à ce sujet, a déclaré cette semaine l’ambassadeur de la France aux Pays-Bas, Luis Vassy.

Il a également évoqué «des mesures qui pourraient être prises» lors de la Conférence des Etats membres en novembre en cas d’absence d’actions de la part de la Syrie. De telles mesures seraient «largement procédurales», la plus importante étant une éventuelle suspension des droits de vote de la Syrie à l’OIAC, d’après une source diplomatique.

«Majorité retentissante»

Selon des diplomates, la décision du conseil exécutif de l’OIAC – dont l’organe décisionnel comprend 41 de ses 193 Etats membres – a été adoptée à la majorité avec 29 voix, la Russie, la Chine et l’Iran ayant été les seuls pays à voter contre. «C’est un bon résultat pour […]

Lire la suite sur : Le Figaro, AFP, 9 juillet 2020


Source : Le Figaro, AFP, 15 avril 2020

Armes chimiques: à l’ONU, trois pays s’affranchissent du huis clos pour dénoncer Damas

Le Royaume-Uni, l’Estonie et l’Allemagne, membres du Conseil de sécurité de l’ONU, ont dénoncé mercredi l’absence de coopération de la Syrie, accusée de frappe chimique en 2017, selon les discours rendus publics par ces trois pays à l’issue d’une réunion qui devait rester confidentielle.

L’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a rendu un rapport le 8 avril accablant l’armée syrienne lors d’une attaque à l’arme chimique sur une localité du nord du pays en 2017. A l’issue de la réunion mensuelle à huis clos et par visioconférence du Conseil de sécurité, au cours de laquelle cette attaque a été abordée, Royaume-Uni, membre permanent, Estonie et Allemagne, membres non permanents, ont choisi de déroger à la procédure de confidentialité et de publier leurs interventions, ce que n’ont pas fait les 12 autres membres de l’instance.

«Les autorités syriennes n’ont pas répondu aux questions posées sur leurs armes chimiques depuis qu’elles ont été déclarées», a souligné l’ambassadeur britannique Jonathan Allen. «En utilisant ces armes terribles, en gardant une capacité d’armes chimiques contredisant sa déclaration d’une destruction complète de son programme en 2014, et en refusant de se conformer à l’OIAC, la Syrie est […]

Lire la suite sur : Le Figaro, AFP, 15 avril 2020

Edit : Nous vous signalons au passage l’inclusion de précisions sur trois anciens articles, celui-ci sur la Syrie, et celui-ci et celui-là sur l’Ukraine.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 20.08.2020 à 12h03

C’est ça et la marmotte elle emballe le chocolat dans le papier alu.

On sait très bien que toutes les attaques chimiques sont le fait des terroristes soutenus par les USA, la France, l’Arabie, etc.

6 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 20.08.2020 à 12h03

    C’est ça et la marmotte elle emballe le chocolat dans le papier alu.

    On sait très bien que toutes les attaques chimiques sont le fait des terroristes soutenus par les USA, la France, l’Arabie, etc.

      +43

    Alerter
  • phi747 // 20.08.2020 à 14h08

    Les enquêteurs de l OACI ont eux même signalé a leur hiérarchie que les conclusions etablies par leur encadrement ne correspondaient pas a ce que leurs propres rapports faisaient remonter du terrain. Merci de faire une étude plus exhaustive sur un sujet aussi important et de ne pas laisser sans contradiction un article comme celui ci.

      +33

    Alerter
  • Jean Paul B. // 20.08.2020 à 19h46

    Un article à charge du Figaro, propriété d’un fabricant d’avions militaires?
    J’avoue que j’ai toujours un peu de mal à l’avaler.
    Les Crises devraient éviter de se précipiter pour publier sans recul ce type d’information et bien vérifier au préalable la réalité des faits invoqués pour désigner l’état syrien comme étant le coupable.
    Souvenez-vous du fameux dernier hôpital d’Alep mis en avant pendant des mois par les « grands » médias anti-Assad et Poutine pour tenter de nous manipuler.
    Orwell est toujours d’actualité!

      +17

    Alerter
  • RGT // 21.08.2020 à 09h20

    Je croyais que le complotiste Theodore Postol, professeur au MIT, avait scientifiquement démonté les accusations selon lesquelles les attaques ne provenaient de l’état syrien mais des « gentils opposants démocrates » en 2013.

    De même, des analyses sérieuses comprenant les témoignages de médecins présents lors des événements de 2017 prouvaient que les « vidéos » tournées lors de « l’attaque » et l’analyses des « preuves » présentées par les « égorgeurs modérés » étaient en fait des faux destinés à entraîner une « réaction émotionnelle » des populations de la « communauté internationale ».

    Le pire se situe quand-même au niveau stratégique : Pourquoi un état sous pression de la « communauté internationale » concernant l’utilisation des armes chimiques (accusations totalement démontées) ET en train de gagner la guerre se tirerait une balle dans le pied en utilisant au su et au vu de la planète entière des armes qui entraîneraient une réaction importante à son encontre ?

    Toute personne (ou groupe) qui commet des actes risquant de le compromette le fera toujours très discrètement en prenant toutes les mesures nécessaires pour ne pas laisser la moindre trace.

    Dans le contexte, il faudrait vraiment être le roi des cons et je doute fort que les autorités syriennes le soient.

    Par contre, les « gentils opposants démocratiques » sont prêts à tout pour sauver leurs fesses en sachant pertinemment qu’ils seront totalement soutenus par la « communauté internationale » qui se gardera bien de dévoiler leurs actions perverses et sans aucun respect pour les populations conquises qui ne sont que de la chair à canon.

      +11

    Alerter
  • Belfegor // 22.08.2020 à 18h22

    L’OIAC (OPCW) a montré plusieurs qu’elle n’était pas fiable… soumise à trop de pressions. Et les dissidences en son sein sont dézinguées. Comme ici: https://thegrayzone.com/2020/03/05/opcw-whistleblowers-attacks-cover-up-douma-deception/

      +4

    Alerter
  • Nanker // 23.08.2020 à 14h39

    Est-ce que – comme moi – vous vous souvenez de la photo de ce « gentil » rebelle syrien en train de tranquillement patauger, pieds nus en sandales, dans la flaque de « sarin » provoquée par la chute d’un missile chimique par Bachar?

    Pour mémoire voici le genre de tenue adaptée à une attaque commise avec ce composé chimique :
    https://ecopeco.org/2019/06/29/attentat-au-gaz-sarin-dans-le-metro-de-tokyo-23-ans-apres-le-japon-execute-les-derniers-membres-daum-shinrikyo/

    La Syrie aura été le théatre de la plus fantastique manipulation barbouzo-médiatique que nous ayons connu depuis le Kossovo en 1999.

      +5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications