Les Crises Les Crises
5.septembre.20185.9.2018 // Les Crises

“Les manoeuvres de Trump rapprocheront Israël de la guerre”, par un ancien chef des renseignements de l’Armée israélienne

Merci 87
J'envoie

Source : The Jerusalem Post, Yonah Jeremy Bob, 17-06-2018

L’ancien chef du renseignement de l’IDF [Israel Defense Forces, l’Armée de Défense d’Israel, NdT], Amos Yadlin, a affirmé que Trump pousse l’Iran à se doter d’une bombe nucléaire.

Amos Yadlin. (crédit photo : MARC ISRAEL SELLEM/THE JERUSALEM POST)

Les récentes mesures de politique étrangère du président américain Donald Trump incitent l’Iran à tenter de fabriquer une bombe nucléaire et rapprochent Israël de la guerre, a déclaré dimanche l’ancien chef du renseignement des FDI, Amos Yadlin.

S’exprimant, lors d’une conférence de l’Université de Tel-Aviv, sur la sécurité nationale et les questions cybernétiques, M. Yadlin a déclaré que le sommet avec la Corée du Nord pousserait l’Iran à renouveler son programme d’enrichissement de l’uranium et, en fin de compte, à lancer une bombe nucléaire.

Il a dit la même chose au sujet de la décision de Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien.

M. Yadlin a dit qu’il espérait que l’Iran dépérisse sous la pression des nouvelles sanctions américaines, déclarant : « Nous ne savons pas si les nouvelles sanctions seront aussi efficaces qu’en 2013. Si elles ne sont pas efficaces, nous ne parviendrons à rien. Espérons que les sanctions paralyseront le pays… et que (peut-être) l’Iran se retrouve contrainte de choisir entre l’effondrement du régime et… le retour à la table des négociations. »

Il a ajouté : « Connaissant très bien l’Iran, je pense qu’ils choisiront autre chose. Ils reprendront l’enrichissement après avoir vu ce qui s’est passé à Singapour [le sommet Trump – Kim Jong-un]. Ils choisiront la bombe. Ainsi, [nous devrions demander :] Le président américain et le premier ministre d’Israël ont-ils réfléchi à ce qu’ils feraient alors ? »

« Le président Trump n’ordonnera pas d’attaquer l’Iran, ça reviendra à Israël – cette fois avec un feu vert et non pas un feu rouge. Mais est-ce bien intelligent [de devoir attaquer l’Iran plus tôt plutôt que de laisser l’accord avec l’Iran se faire] ? Je ne suis pas sûr », a dit Yadlin.

L’ancien sénateur américain Joseph Lieberman, siégeant avec Yadlin, a été interrogé sur ce qu’il conseillerait si l’Iran essayait de se doter de la bombe nucléaire.

Il a déclaré : « Les sanctions fonctionnent jusqu’à présent » et a cité Peugeot, Boeing et Total parmi les grandes entreprises qui se sont retirées de l’Iran après que Trump ait fait sortir les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien.

Dans cette optique, Lieberman a exprimé l’espoir que les sanctions réussiraient à inciter le peuple iranien à exiger un changement de régime.

« L’Iran ne s’attendait pas à ce que Trump se retire », a dit Lieberman. « Ils pensaient que c’était une promesse de campagne… Il n’est pas impossible qu’il y ait un insurrection contre le régime. Je pense que c’est la réponse finale. »

Cependant, a-t-il ajouté, « si l’Iran tente de rompre le TNP [Traité de non-prolifération], je ne peux vraiment pas prédire ce que ferait le président. »

Lieberman a dit qu’il recommanderait de « prendre des mesures militaires ou de laisser Israël le faire. Je conseillerais… une action militaire en coordination avec nos alliés dans la région – probablement en coordination avec Israël ».

L’ancien directeur de la CIA, le général David Petraeus, (à la retraite), a déclaré lors d’un commission précédente : « Je me félicite que les États-Unis aient quitté l’accord sur le nucléaire [dans la mesure où] ça va fortement accroître la pression sur l’Iran, non seulement dans les domaines couverts par l’accord nucléaire, mais aussi en ce qui concerne son programme de missiles et les activités malveillantes de l’Iran… dans le reste du Moyen-Orient ».

Parlant des menaces à la sécurité nationale dans le cyberespace, M. Petraeus a déclaré : « L’action dans ce domaine pourrait s’avérer la plus importante parce qu’elle permet à l’une des parties de désactiver le GPS et les réseaux de commandement et de contrôle, et de pirater les systèmes de renseignement », ajoutant que « toutes les guerres actuelles et futures seront une forme d’hybride entre domaines informatique d’une part et d’autre part terrestre, aérien, maritime et spatial ».

Lorsqu’on lui a demandé de donner des conseils au président Trump, Petraeus a répondu : « Concentrez-vous sur les menaces qui pèsent sur les infrastructures essentielles de l’Amérique. Ma plus grande inquiétude… c’est l’idée d’une cyber-arme de destruction massive entre les mains d’une entité qu’il est très difficile de dissuader. »

« Comment dissuader des éléments comme l’État Islamique, qui sont prêts à se faire sauter sur le champ de bataille, s’ils ont la capacité de couper pour une longue période le réseau électrique pour toute la côte Est ? », a-t-il demandé.

Petraeus a suggéré de diminuer la menace en créant un nouvel organisme de cybersécurité qui concentrerait 100 % de son énergie sur la question, au lieu d’être éparpillé entre les différents services de renseignement.

Source : The Jerusalem Post, Yonah Jeremy Bob, 17-06-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

tchoo // 05.09.2018 à 05h54

Il ne vient pas à l’idée de cette bande de tarés que si ils cessaient de menacer et d’agresser la moitié du monde ils auraient moins d’obligations de se protéger de représailles et au plus pourrait consacrer plus de moyens pour se protéger d’éventuels malveillants si tant est que l’Iran le soit

20 réactions et commentaires

  • tchoo // 05.09.2018 à 05h54

    Il ne vient pas à l’idée de cette bande de tarés que si ils cessaient de menacer et d’agresser la moitié du monde ils auraient moins d’obligations de se protéger de représailles et au plus pourrait consacrer plus de moyens pour se protéger d’éventuels malveillants si tant est que l’Iran le soit

     78

    Alerter
    • Barabaldo // 05.09.2018 à 13h04

      Oui la seule chose qui leur vienne à l’idée est qu’une guerre reste un facteur positif du PIB américain
      Tant que le lobbying de l’armement sera prépondérant les [modéré] ne manqueront pas d’organiser plus ou moins sournoisement des guerres
      On appellera ça faire de la politique
      [modéré]

       8

      Alerter
  • jp // 05.09.2018 à 06h47

    ce texte date de juin. En aout, Khamenei a tenu un discours dans lequel il a dit qu’il n’y aura pas de guerre ni de négociations avec les cinglés euh les USA.
    Je n’ai trouvé de texte en français donc je donne le lien du discours en anglais, http://english.khamenei.ir/news/5873/Iran-won-t-negotiate-with-the-U-S-for-5-reasons-Imam-Khamenei
    ça commence à “The U.S. also talks…”

     3

    Alerter
    • Chris // 05.09.2018 à 10h29

      Sanctions = réactions des voisins de l’Iran
      https://arretsurinfo.ch/afghanistan-le-cimetiere-des-empires/
      Le coût de l’Afghanistan pour l’économie étasunienne est dévastateur, ajouté à la guerre d’Irak on l’estime à $ 5 000 milliards, soit ¼ de la dette publique des USA.
      1) La détérioration de l’économie iranienne sous sanctions écrasantes provoque un effet délétère direct sur l’Afghanistan. L’emploi de milliers de travailleurs migrants afghans dépend de l’Iran. Leurs transferts de fonds sont une ligne de vie majeure pour leurs familles au pays.
      2) Un autre impact des sanctions de Washington sur l’Iran est que l’Afghanistan, pays enclavé, ne pourra plus utiliser les ports iraniens pour ses importations et ses exportations.
      3) L’Iran pourrait exercer une option plus malicieuse en augmentant secrètement son soutien militaire aux talibans. L’Iran est censé avoir mis au point un formidable arsenal de technologies avancées de missiles. Cette semaine, par exemple, Téhéran a présenté un nouveau missile balistique échappant aux radars.

      Bref, les tarés de Washington D.C n’en rate pas une.

       8

      Alerter
  • Wakizashi // 05.09.2018 à 07h18

    Je me pose une question bête : pourquoi est-ce toujours les Etats dotés de la bombe atomique qui prétendent l’interdire aux autres ? Faites ce que je dis mais pas ce que je fais. Au mieux c’est comique, au pire c’est absurde.

     24

    Alerter
    • konrad // 05.09.2018 à 07h43

      Parce que le plus fort fait la loi.

       7

      Alerter
      • RGT // 05.09.2018 à 10h30

        Avant de décréter des sanctions à l’encontre des nations qui “souhaitent” se doter de l’arme nucléaire il serait judicieux de commencer à en décréter à l’encontre de celles qui en possèdent ne croyez-vous pas?

        Si nous étions débarrassé de ces merdes, et AUSSI de toutes les armes chimiques et biologiques (au fait quelle est la nation qui donne des leçons et qui possède le plus gros arsenal mondial ???), il serait alors facile que l’ensemble de la communauté internationale (la vraie, pas celle inféodée au “camp du Bien”) pourrait décréter des sanctions totales vis à vis des réfractaires.

        Merde, la France a aussi ses “bombinettes”, initialement conçues sous De Gaulle pour nous protéger de Poutine, pardon, des “méchants”.

        D’ailleurs, ces “bombinettes” sont convoitées par l’UE et la Fürerin, pardon, la “Généreuse Chancelière Bienveillante” souhaite les faire transférer sur son territoire (avec le “petit bouton rouge” qui va avec) afin de mieux “protéger” le territoire €uropéen…
        Pourquoi ne pas faire de même avec les armes israéliennes qui seraient transférées en Jordanie d’ailleurs ? La position de ce pays est plus centrale qu’Israël au moyen-orient et il est plus près des frontières des infâmes ayatollahs.
        Les USA pourraient aussi transférer leurs armes au Canada ou au Mexique…

         7

        Alerter
    • John V. Doe // 05.09.2018 à 08h04

      Pire encore, eux-même ne respectent pas ce même traité. Par exemple, il prévoit une diminution des armes nucléaires détenues. On en est loin.

       6

      Alerter
  • Nerouiev // 05.09.2018 à 07h41

    Je n’arrive pas à y voir autre chose que des sanctions contre l’UE. Car les alliances n’excluent pas le nucléaire. Et la nouvelle route de la soie suit tranquillement son cours.

     9

    Alerter
  • Quentin // 05.09.2018 à 09h50

    C’est dommage que Les-crises, premier site que je consulte le matin et dont j’apprécie fortement la ligne éditoriale, ne varie pas suffisamment les thèmes traités.

    Depuis quelques temps il y a chaque jour un article sur Trump, les américains, la CIA…

    Ce sont des sujets importants certes mais que je lis de moins en moins, à titre personnel

     7

    Alerter
    • Chris // 05.09.2018 à 10h31

      Reconnaissez que la politique de Trump est très prolifique et nous impacte directement !

       2

      Alerter
    • Dominique65 // 05.09.2018 à 12h07

      La liberté d’expression est accompagnée d’une liberté de lecture. Cette liberté exclut l’obligation de lire.

       2

      Alerter
      • Quentin // 05.09.2018 à 18h25

        …Et la liberté de donner son avis sur le choix des articles publiés.

        Avis que peut ou pas prendre en compte Olivier Berruyer.

        @Chris : Certes !

         0

        Alerter
  • max // 05.09.2018 à 10h21

    Quand on décrit ce qu’il dit, l’abandon de la bombe n’est qu’une première étape.
    L’Iran devant ensuite s’assoir à la table des « négociations » et passer sous contrôle des USA et d’Israël.
    C’est-à-dire :
    Bases militaires de l’OTAN
    Endettement massif en $.
    Contrôle des champs d’hydrocarbures par les majors des USA.
    Que le bouledogue iranien devienne un caniche, le schéma classique que les USA appliquent partout dans le monde.
    L’Iran choisira peut être la Bombe et dans ce cas elle en informera le monde via un essai réussi et prête a emploi.

     5

    Alerter
    • JMD // 05.09.2018 à 17h39

      Je pense que la République islamique d’Iran ne choisira jamais la bombe nucléaire .
      Si les Etats-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien, c’est pour le renégocier en incluant son programme de missile.
      Un des enjeux de toutes les sanctions qui ont frappé l’Iran était d’empêcher ce pays de devenir une puissance scientifique et technologique.ce que l’ayatollah Khamenei appelle la « bénédiction du savoir » ou encore « l’économie de résistance » axée sur l’innovation et la substitution de produits d’importation . .
      En fait,malgré les sanctions, à l’heure actuelle l’Iran est le seul pays musulman capable de pouvoir rivaliser scientifiquement et technologiquement avec l’Occident et Israël. .
      rapport de l’UNESCO sur la science 2017: http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/iran_in_pursuit_of_a_knowledge_economy/
      A titre d’illustration, en décembre 2013, l’Iran est parvenu à envoyer un singe.en orbite et à le ramener sans encombre sur la Terre.

       9

      Alerter
  • Dominique65 // 05.09.2018 à 12h15

    « L’Iran ne s’attendait pas à ce que Trump se retire Ils pensaient que c’était une promesse de campagne… Il n’est pas impossible qu’il y ait un insurrection contre le régime »
    Alors voilà, selon cette logique (?), L’Iran, voyant l’accord débouté par les dirigeants US et subit des sanctions alors qu’il a, lui, respecté ses engagements. Mais le peuple Iranien ne va pas se retourner contre ceux qui ne respectent pas leur parole, non, il va se retourner contre ses propres dirigeants.
    J’avoue que je ne comprends pas. Si j’étais iranien et que je me retourne contre mes dirigeants, ce serait parce qu’il a stupidement respecté ses engagements et j’exigerais qu’il ne le fasse plus à l’avenir. Bref, le contraire de ce qui est attendu par le Pentagone (ou la Maison Blanche, ou l’État profond, ou qui ou quoi dirige les USA).

     8

    Alerter
  • Fritz // 05.09.2018 à 16h38

    N’étant pas hostile à l’État d’Israël, j’ai commencé à lire cet article l’esprit ouvert Puis je suis tombé sur cette phrase : « M. Yadlin a dit qu’il espérait que l’Iran dépérisse sous la pression des nouvelles sanctions améri-caines, déclarant : “Nous ne savons pas si les nouvelles sanctions seront aussi efficaces qu’en 2013. […] Espérons que les sanctions paralyseront le pays…” »

    J’ai terminé l’article passablement énervé, et je me dis : ce pays arrogant finira comme l’Algérie française, ou comme les États croisés de Terre sainte (1291).

     9

    Alerter
    • Dominique65 // 05.09.2018 à 18h54

      Notons au passage que le fait qu’un homme influent de la politique Israélienne puisse souhaiter en substance que « l’Iran soit rayé de la carte du temps » n’émeut personne.

       14

      Alerter
  • christiangedeon // 05.09.2018 à 17h17

    Bien malin est celui qui sait comment va évoluer la situation en Iran…la structure de répression est extrêmement bien organisé autour des bassidji et des pasdarans,bien mieux qu’il ne l’ a jamais été sous le chah,sans parler du sens patriotique des iraniens. mais la chute libre de l’économie et de la monnaie iraniennes ne doivent pas être prises à la légère.Le pays est en train de se gripper tout entier,petit à petit. Et l’ami russe n’est peut être pas aussi amical qu’on veut bien le penser.je lis de ci de là des réactions sur la haute technologie iranienne,la puissance de sa force militaire et bla et bla. Janes defense weekly,référence incontestable et d’une objectivité qui lui est souvent reprochée,estime que l’aviation iranienne serait détruite en quelques heures,en cas de conflit avec Israël…aussi, faut il se garder de tout désir d’affrontement entre Israël (et les SUS dans l’ombre) et l’Iran. Pour le peuple iranien.

     3

    Alerter
  • max // 05.09.2018 à 20h16

    L’Iran a eu un dirigeant nationaliste ce fut Mohammad Mossadegh, il fut renversé par un coup d’état le 19 aout 1953 fomenté par les USA et la GB
    Il symbolisait le refus des ingérences étrangères.
    Sur la chute du Shah, qui a amorcé sa chute ?
    C’est Jimmy Carter à partir de 1977 et sa campagne des droits de l’homme en Iran.
    Le Shah tenta bien de mettre en place une Révolution Blanche, malheureusement ce fut inutile.
    Deux islamistes voulaient diriger l’Iran Ali Shariati le menchevik et Khomeiny le Bolchevik, Ali Shariati était le plus célèbre, il fut assassiné a Londres, il ne restait plus que Khomeiny le bolchevik.
    Les USA, la France et d’autres étaient copains/copains a Neauphle-le-château avec Khomeiny, il les a bien berné.
    Les USA pensaient pouvoir contrôler les Pasdarans comme ils pensaient pouvoir contrôler les autres groupes islamiques, encore une fois ils ont fait fausse route.
    J’espère qu’un Mossadegh émergera car oui le peuple iranien mérite de reprendre en main son destin mais la liberté du peuple iranien ne viendra pas des USA et de la GB.

     5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications