Les Crises Les Crises
4.décembre.20194.12.2019 // Les Crises

Éditorial : « Dégagez les Youpins d’Ukraine » ! Qui s’attaquera à la spirale de l’antisémitisme à Kiev ? Par Neil Karpenko

Merci 405
J'envoie

Source : Haaretz, Neil Karpenko, 26-09-2019

Quand le même antisémitisme vicieux est exprimé par un chef de milice d’extrême droite et par un diplomate ukrainien, c’est signe que la société et la politique ukrainiennes sont contaminées par la haine du juif et le révisionnisme hyper-nationaliste sur l’Holocauste.

Des militants du Corps national antisémite ultranationaliste et ultra-nationaliste allument des fumigènes lors d’un rassemblement à la cour d’appel de Kiev, en Ukraine. 5 sept. 2019 Crédit Efrem Lukatsky, AP

« L’Ukraine appartiendra aux Ukrainiens, pas aux youpins ! »

« Nettoyez Odessa et l’Ukraine des youpins ! »

Le premier de ces propos a été le fait d’un dirigeant d’une organisation paramilitaire d’extrême-droite ukrainienne. L’autre du consul d’Ukraine à Hambourg, en Allemagne. Le fait qu’ils soient à ce point semblables retentit comme un puissant signal d’alarme montrant à quel point l’antisémitisme a infiltré la vie politique ukrainienne.

Cela pourrait paraître contre-intuitif s’agissant du seul État au monde – hors Israël – où les postes de président et de premier ministre sont tous deux occupés par des personnes d’origine juive. Les propos du consul de Hambourg, Vasiliy Marushchinets, dans un message sur Facebook l’année dernière, ont provoqué une énorme indignation dans les milieux diplomatiques étrangers.

Il a poursuivi en écrivant : « Mon Dieu : Punissez les youpins » et « Babi Yar. Pas des youpins en 1941, mais des Ukrainiens de 1918-1941 ont été tués ici ». Et : « Les Juifs ont déclaré la guerre à l’Allemagne en mars 1934 » et « Mort aux antifascistes ».

Son antisémitisme flagrant n’est pas un exemple isolé. C’est plus clair que jamais à la lecture du rapport de 23 pages sur les incidents antisémites survenus en Ukraine au cours de l’année passée, préparé par la Communauté juive unie d’Ukraine, l’organisation représentative de la communauté juive du pays.

Les conclusions déprimantes du rapport montrent que les tendances antisémites sont répandues dans tout l’éventail politique de droite, parmi les figures politiques de différents partis.

Le 2 mai de l’année dernière, trois partis – « Liberté », « Secteur droit » et « Escadrons nationaux de l’ordre » – ont organisé « La marche pour l’ordre en Ukraine ».

Au cours de l’événement, Tatiana Sojkina, leader du « Secteur droit » d’Odessa, a prononcé un discours appelant « à purger Odessa et l’Ukraine des youpins » : « Nous établirons un véritable ordre ukrainien à Odessa. L’Ukraine appartiendra aux Ukrainiens, et pas aux youpins ! Non à l’oligarchie [comprendre “pouvoir juif”] ! Gloire à l’Ukraine ! »

Le chef de l’ordre national ultranationaliste, Andriy Biletsky, a déclaré il y a plusieurs années que la mission nationale de l’Ukraine était de « mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les Untermenschen [sous-humains] dirigés par les Sémites ».

Les Ukrainiens défilent pour célébrer l’anniversaire du héros nationaliste

La situation est encore pire dans les ministères « traditionalistes » comme l’armée ukrainienne.

En juillet 2018, un militaire ukrainien d’origine juive, que le rapport désigne simplement comme « B » – pour sa propre sécurité – qui faisait son service militaire dans l’est de l’Ukraine, a rapporté avoir été traité à plusieurs reprises de « Juif » et de « Judas ». L’homme a déposé une plainte auprès de la police et du ministère public, mais rien ne s’est passé.

Le principal procureur militaire Anatoliy Matios a déclaré à un enquêteur que les Juifs préparaient une révolution sanglante en Ukraine : « Il y a des Parvus dans chaque guerre [faisant référence à Alexander Israel Helphand, le théoricien juif russe controversé et militant marxiste] ; ils ont financé Lénine et la révolution, et pendant des décennies, le sang slave a coulé. Celui-là [Parvus] était aussi d’origine juive. Maintenant, ils veulent faire la même chose avec l’Ukraine. »

Malheureusement, la radicalisation antisémite des Ukrainiens commence dès le plus jeune âge – à l’école. Début juillet, une exposition mettant en scène les 77 ans de la renaissance moderne de l’État ukrainien a ouvert ses portes dans le bâtiment du Conseil suprême de Lviv.

Gigantesque banderole déployée lors d’un match de football à Lviv, en Ukraine, qui commémore les 70 ans de la fondation des « héros » de la Division Galichina, une division SS nazie composée de volontaires ukrainiens. Crédit Wikipedia

Dans le cadre de l’exposition, le service municipal de l’éducation et des sciences a lancé auprès des écoles un concours de dessin sur le thème des volontaires ukrainiens qui ont servi de 1943 à 1945 dans les rangs de la Division Galichina.

Galichina était une division SS nazie composée principalement de volontaires ukrainiens. Outre le fait qu’ils aient effectué leur service actif dans la SS, déclarée organisation criminelle à Nuremberg, ils ont fait l’objet d’une série d’accusations pour avoir participé à l’assassinat de Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Le blanchiment des collaborateurs des nazis est un thème récurrent. A l’automne dernier, le site Web de l’administration régionale de Kiev a mis en ligne des informations sur l’installation de plaques commémoratives en l’honneur de Dmitriy Dontsov et Symon Petliura, deux des idéologues du nazisme ukrainien les plus tristement célèbres qui ont incité au massacre de Juifs.

Dontsov a écrit : « L’hébraïsme international est une force de démoralisation, émasculant l’âme d’un peuple et sapant le patriotisme ». Petliura était un nationaliste ukrainien du début du XXe siècle dont les troupes ont assassiné d’innombrables Juifs dans des pogroms à partir de 1919. De nombreuses rues des villes ukrainiennes portent son nom ; en 2016, une minute de silence national a été observée à sa mémoire.

Des néo-nazis ukrainiens et russes lèvent le bras pour faire le salut nazi à l’occasion d’une manifestation nationaliste en mémoire de la Division Galichina, dans la ville de Lviv, à l’ouest de l’Ukraine, le 28 avril 2012. Crédit Petro Zadorozhnyyy / AP

A la fin de l’année dernière, pour couronner le tout, le conseil régional de Lvov a annoncé 2019 comme étant « l’année de Stepan Bandera ». Bandera dirigeait une aile militante de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens, proches d’Hitler, et responsable de la mort de milliers de Juifs. Le même mois, l’État ukrainien a proclamé que l’anniversaire de Bandera serait désormais un jour férié national.

L’ambassadeur d’Israël en Ukraine, Joel Lion, a sévèrement critiqué cette décision. Il a twitté : « J’ai été choqué d’apprendre la décision du conseil régional de Lvov de proclamer 2019, l’année de Stepan Bandera ».

« Je ne comprends pas en quoi la glorification de ceux qui sont directement impliqués dans des d’infâmes crimes antisémites peut aider à lutter contre l’antisémitisme et la xénophobie. L’Ukraine ne doit pas oublier ces crimes, commis contre les Juifs ukrainiens, et en aucun cas les admirer, en rendant hommage à leurs auteurs. »

1/2 J’ai été choqué en prenant connaissance de la décision de l’Oblast de Lviv de déclarer 2019 « année Stepan Bandera ». Je ne comprends pas en quoi la glorification de ceux qui sont directement impliqués dans des d’infâmes crimes antisémites peut aider à lutter contre l’antisémitisme et la xénophobie. KyivPost @MFA_Ukraine @VGroysman

2/2 L’Ukraine ne doit pas oublier ces crimes, commis contre les Juifs ukrainiens, et en aucun cas les admirer, en rendant hommage à leurs auteurs. KyivPost @MFA_Ukraine @VGroysman

Après blanchiment du passé pro-nazi des héros nationalistes, il n’y a qu’un pas à franchir pour en arriver au culte hitlérien lui-même. En septembre 2018, le président du parlement ukrainien de l’époque, Andrey Parubiy, déclarait à la télévision nationale qu’Adolf Hitler avait été un véritable partisan de la démocratie directe et l’avait « activement menée à bien ».

Mais une telle rhétorique antisémite persistante ne reste pas lettre morte – elle conduit à des actions répressives officielles contre les Juifs en Ukraine.

Par exemple, Moshe Reuven Asman, rabbin de la synagogue centrale de Kiev, a déposé plainte au motif que la synagogue aurait été surveillée par le département national anti-corruption de l’Ukraine – un acte illégal et discriminatoire. Il a écrit : « Je vois dans ces actes illégaux une violation flagrante des droits religieux accordés aux croyants par la constitution et un terreau favorable à la suspicion et aux provocations à l’égard du peuple juif ».

Des militants de l’organisation ultranationaliste Corps National Antisémite allument des fumigènes au cours d’une manifestation devant un tribunal à Kiev le 5 septembre 2019. Crédit AFP

Le tableau d’ensemble est sombre. Certains Juifs ukrainiens ont pu entrevoir des graines d’espoir lors de la visite officielle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou en Ukraine en août.

De même que pour d’autres communautés juives de pays d’Europe centrale et orientale dont les autorités se révèlent de plus en plus antisémites, il reste un espoir que leurs propres voix – politiquement et numériquement inaudibles – soient portées et amplifiées par l’État juif, qui s’est toujours déclaré comme combattant de l’antisémitisme et du révisionnisme ainsi qu’en protecteur des Juifs du monde.

Mais les Juifs ukrainiens ne doivent pas trop espérer d’Israël quand il s’agit de porter des sujets politiquement délicats. Les communautés juives de Hongrie et de Pologne peuvent en témoigner.

Les 120 000 Juifs d’Ukraine devront eux-mêmes se trouver des alliances pour lutter contre un antisémitisme ordinaire peu à peu institutionnalisé. Comme le conclut le rapport de la communauté, de manière sobre et accablante, les autorités de l’État ont démontré une « absence totale d’attention » à la résolution du problème de l’antisémitisme dans le pays.

Neil Karpenko, diplômé de Sciences Po, auteur collaborateur du Morning Star et de l’Eurasia Review, vit à Toronto.

Source : Haaretz, Neil Karpenko, 26-09-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ando // 04.12.2019 à 07h24

On ne manquera pas de s’étonner de l’absence tonitruante de toute mention de la responsabilité de l’UE et du régime étasunien dans ce déferlement de cretinisme collectif, sans oublier l’inoubliable Bhl. Les fruits du Maidan sont décidément bien amers. Une jolie réussite en vérité.

22 réactions et commentaires

  • Catalina // 04.12.2019 à 07h21

    Bonjour,
    Du coup, nous devrions être ravis, les Ukrainiens voyagent sans visa en UE; bien sûr, aucun nazillon n’ira en UE, sinon, ça se saurait grâce à nos informmateurs premiers, les médias….Et BHL ? ah ben y a les bons juifs et les mauvais juifs…pour les Ukrainiens.

      +20

    Alerter
  • Ando // 04.12.2019 à 07h24

    On ne manquera pas de s’étonner de l’absence tonitruante de toute mention de la responsabilité de l’UE et du régime étasunien dans ce déferlement de cretinisme collectif, sans oublier l’inoubliable Bhl. Les fruits du Maidan sont décidément bien amers. Une jolie réussite en vérité.

      +65

    Alerter
    • Le Belge // 04.12.2019 à 08h48

      Sans oublier, non plus, Christina Freeland, Ministre canadienne des Affaires étrangères et son soutien indéfectible à cette bande de s……………………..

        +30

      Alerter
      • Catalina // 04.12.2019 à 14h04

        Normal Freeland, est la petite fille d’un nazi qui a tranquillement finit sa vie en Alberta..
        Ensuite, la plus grosse diaspora ukrainienne est au Canada…

          +11

        Alerter
    • LibEgaFra // 04.12.2019 à 09h11

      C’est effectivement excellent, car cela révèle l’extraordinaire hypocrisie à la fois des milieux qui nous dirigent et des milieux qui nous informent. Mais chut, pas un mot, silence total, car le nouvel Hitler, les nouveaux ss et sa, ce ne sont pas des ukrainiens, ce n’est pas le terroriste Sentsov, mais Poutine et les Russes du Donbass.

      Ou la liberté de mentir encore et encore.

      Liberté exercée par l’ue en signant un texte assimilant le soviétisme au nazisme comme vient de le rappeler les-crises.

        +19

      Alerter
    • Patrick // 04.12.2019 à 12h39

      ça devient compliqué pour l’UE et tous nos gouvernants.
      La situation en Ukraine est un bon moyen de taper sur la Russie , on peut difficilement se passer de ce prétexte alors il vaut mieux passer sous silence ce “léger” inconvénient et ne pas semer le doute dans l’esprit des gouvernés.

        +12

      Alerter
  • Anouchka // 04.12.2019 à 08h21

    Dommage que les Juifs de chez nous tournent surtout et inlassablement les regards vers les pays musulmans et l’islam politique.
    Dernièrement encore J. Attali dans son dernier livre
    https://www.franceculture.fr/oeuvre/lannee-des-dupes-alger-1943
    dénonce la manipulation des révolutionnaires algériens (galvanisés par l’idée de djiad, déjà) par les américains, en insistant sur l’hostilité anti-juive des uns (les révolutionnaires algériens) et des autres (les américains, plus indifférents que véritablement hostiles).

      +3

    Alerter
  • weilan // 04.12.2019 à 08h38

    Il y a 80 ans, la question “devrions nous mourir pour Dantzig ? ” était récurrente. On connait la suite…

    Au train où vont les choses, les euronouilles et leur bras armé l’OTAN se poseront bientôt une nouvelle question: devrions nous envisager de mourir pour Kiev afin de punir l’affreux Poutine qui constitue une menace pour la brillante démocratie ukrainienne si proche des aspirations légitimes de l’UE ?
    Tôt ou tard l’Histoire le dira…
    https://reseauinternational.net/lukraine-veut-prendre-des-regions-russes-reecrire-les-accords-de-minsk-et-une-epuration-ethnique-du-donbass/

      +15

    Alerter
    • Lustig // 04.12.2019 à 22h41

      nous n’irons pas mourrir pour Dantzig ! Les pays d’Europe de l’Est coincés entre la Russie et l’Allemagne doivent se débrouiller. De toutes façons, ils ne partagent nos valeurs. La plupart sont des nationalistes ultra-conservateurs (et antisémites). Toute la “gôcherie” qui a soutenue ces mouvements contre la “méchante URSS” (quoi qu’on en pense par ailleurs) peut maintenant assumer les fruits de son inconscience. Des pays baltes à la Yougoslavie, on a un bel exemple de la “libération des nationalités” en Europe de l’Est.
      Pour mémoire, les allemands eux-mêmes étaient parfois effarés de la violence des supplétifs ukrainiens, baltes, polonais etc. dans la Shoah par balles et autres pogroms. Alors, faut pas faire semblant de découvrir ça aujourd’hui.

        +11

      Alerter
  • Serge Bellemain // 04.12.2019 à 09h14

    Et pendant ce temps là, à Hong Kong… les initiateurs du maïdan en voyage touristique!
    https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/12/03/pourquoi-les-neo-nazis-ukrainiens-rejoignent-ils-les-manifestations-a-hong-kong/
    Et une remarque sur la lutte contre la montée de l’antisémitisme en Ukraine et de manière plus générale en Europe de l’est : les fascistes, dans le même temps, s’attaquent toujours aux juifs et aux communistes. L’interdiction du Parti communiste ukrainien, la destruction des monuments à la gloire des libérateurs soviétiques, la “décommunisation” entreprise de la société par la suppression des noms de rues honorant les héros de la lutte des résistants pour la libération contre le nazisme…sont là pour le démontrer. Le parlement européen vient de mettre sur le même plan nazisme et communisme! C’est affaiblir le combat contre le fascisme que “se contenter” de combattre la montée de l’antisémitisme. Au delà de la gravité de la situation de l’Ukraine, où un coup d’état a remis en selle les bandéristes nazis soutenu par l’UE et les Etats-Unis, c’est la gravité de la situation mondiale qui devrait nous alerter : la démocratie suivant la conception qu’en ont les multinationales est à l’oeuvre, avec pour dégât collatéral la mise sous tutelle des peuples.

      +27

    Alerter
    • openmind // 04.12.2019 à 10h40

      merci pour l’article!

      Comment ça, la NED aurait aidé des groupes néonazis en Ukraine…

      Notre grand Fabius nous a dit que l’extrême droite en Ukraine est bien moins dangereuse que chez nous….pourquoi donc s’inquitéter….tssstssstsss.

        +12

      Alerter
  • Linder // 04.12.2019 à 09h19

    Ce qui surprend dans la question ukrainienne, c’est le soutien politique de BHL ou de Laurent Fabius apporté au coup d’état de 2014 rendu possible par l’action des néonazi ukrainiens. Ces 2 messieurs sont près à soutenir ceux qui devraient être leurs pires ennemis pour un avantage à courte vue : séparer l’Ukraine de la Russie et la rapprocher de l’OTAN (ce qui ne sert même pas les intérêts de la France).
    Si un jour je rencontre BHL, j’essayerai de lui expliquer qu’Israël a voulu assurer sa sécurité vers 160 avant notre ère contre la Syrie par une alliance avec Rome : calcul judicieux à court terme mais désastreux sur le long terme : Jérusalem a été détruire par ces romains qui devaient les aider moins de 250 ans après et le temple n’a jamais été reconstruit.
    L’équation est simple aujourd’hui : Syrie = Syrie, Rome = USA. Je ne parle pas de l’avenir à court terme mais à un horizon de 5 ou 6 générations (ce qui est pratique, si ma prophétie est fausse, les plus jeunes d’entre vous serez morts de vieillesse bien avant que les faits ne me donnent tort)

      +14

    Alerter
    • LibEgaFra // 04.12.2019 à 11h31

      Très intéressant parallèle avec l’empire romain. Seulement ils ont appris et aujourd’hui ils contrôlent Rome plus que Rome ne les contrôle.

      A Rome, ils avaient essayé, mais Néron y avait mis bon ordre. Puis à nouveau plus tard, mais Domitien y avait aussi mis bon ordre.

        +8

      Alerter
  • basile // 04.12.2019 à 09h55

    Bah, c’est pas bien méchant, ça leur passera. Faut bien que jeunesse se fasse, l’Ukraine est un jeune pays. Et on a besoin d’elle, comme on a besoin de la Turquie qui s’islamise, comme on a besoin des USA inamicaux

    C’est probablement la faute à la Russie. Ces pauvres Ukrainiens persécutés par Poutine en sont réduits à se défouler sur leurs minorités.

      +12

    Alerter
    • Lustig // 04.12.2019 à 22h45

      l’ukraine n’est pas un pays jeune… c’est un pays en effondrement démographique et vieillissement, comme un bon nombre de ces pays d’Europe de l’Est depuis 1991

        +3

      Alerter
      • moshedayan // 05.12.2019 à 17h31

        Vieillissement démographique et émigration, vous pouvez l’écrire/ Très exactement. Ce résultat s’est accéléré avec l l’adhésion à l’euro pour la Slovaquie. dans sa partie pauvre orientale.
        Mais le contingent de “nazillons” en Ukraine est fait de jeunes, biberonnés par les souvenirs de Bandera (venant des arrières grands-pères collabos qui n’ont pas été envoyés au goulag) et les programmes scolaires Kuchma-Youchenko

          +4

        Alerter
  • openmind // 04.12.2019 à 10h35

    “Des néo-nazis ukrainiens et russes lèvent le bras pour faire le salut nazi à l’occasion d’une manifestation nationaliste en mémoire de la Division Galichina, dans la ville de Lviv, à l’ouest de l’Ukraine, le 28 avril 2012. Crédit Petro Zadorozhnyyy / AP”

    …et russes!!!! Ne l’oublions pas car ils sont les vrais méchants donc forcément il doit bien y en avoir un ou deux qui traînent dans l’image…. propagande insidieuse quand tu nous tiens…
    Rappelez moi juste qui a véritablement lutté, avec au bas mot 30 millions de morts, contre l’Allemagne nazie?
    “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes” comme disait l’autre…la pleurniche sur la dérive ukrainienne par nos médias stipendiés qui applaudissaient des 2 mains la “révolution” et fustigeait Moreira va aller crescendo mais juste la pleurniche pas trop d’analyse objective a posteriori sur toute la période de fin 2013 à maintenant. Alors qu’en Russie tous les soirs!!!! je dis bien tous le soirs, il y a un débat ou 2 sur la 1ere chaine avec des invités ukrainiens pro-Kiev et des Russes ce qui permet de maintenir en éveil la population sur le danger et la folie en Ukraine, c’est une forme de propagande mais elle est louable car elle aiguise l’esprit critique alors que chez nous c’est la fabrique du crétin!

    J’ai fini

      +26

    Alerter
  • christian gedeon // 04.12.2019 à 12h13

    On sait comment cette “révolution orange” a été goupîllée et éxécutée et par qui. L’antisémitisme en pleine “forme ” n’ a donc rien de surprenant dans ce contexte. Il faut y espérer que le nouveau président ukrainien va essayer de le contrer,et çà ne va pas être simple. Mais je pose une question: Qui contrera l’évolution de l’antisémitisme…en France ou au Royaume Uni? les antisémites ne sont pas qu’en Ukraine,n’est ce pas?

      +4

    Alerter
  • Louis Robert // 04.12.2019 à 12h18

    Dans une perspective géopolitique globale, rien là de nouveau.

    Poursuite du vieil objectif, du même combat: soulever et soutenir à tout prix l’impérialisme occidental, fasciste et nazi, contre les communistes afin de mieux les anéantir. Lisez ou relisez Hitler. La seconde guerre mondiale s’y trouve racontée, avant le fait.

    La version la plus récente de cette réalité historique, c’est désormais de mener « la guerre hors limites »  («Unrestricted Warfare ») contre la Russie et la Chine.

    Simple renaissance donc, ici même, du Front ukrainien.

    L’Empire implore: il veut LA guerre qui lui permettra, croit-il, de préserver son hégémonie. Et ce que veut l’Empire…

    ___________

    http://tybbot.free.fr/Tybbow/Livres/Hitler/Mein%20Kampf%20%281926%29.pdf

    https://archive.org/stream/Unrestricted_Warfare_Qiao_Liang_and_Wang_Xiangsui/Unrestricted_Warfare_Qiao_Liang_and_Wang_Xiangsui_djvu.txt

      +5

    Alerter
  • Bo // 04.12.2019 à 12h20

    Les motifs de la protestation du rabbin de la synagogue centrale de Kiev mériteraient d’être expliqués. On ne voit pas ce qui est a priori “illégal et discriminatoire”, je cite l’article, pour le département national anti-corruption d’Ukraine, de surveiller tel ou tel dans le cadre de ses enquêtes. C’est un peu son rôle, non ?

      +3

    Alerter
  • moshedayan // 05.12.2019 à 08h48

    La vérité est que l’Ukraine actuelle est une boursouflure territoriale voulue par les Bolchéviks qui ont en échange d’une “paix sociale et culturelle” rien dit sur l’antisémitisme chronique de l’Ouest de l’Ukraine. Pour moi, la seule solution est d’isoler cette Ouest de l’Ukraine par la fédéralisation forte ou mieux le démantèlement territorial partiel de cette Ukraine au profit de la Roumanie, de la Slovaquie et de la Russie . Dans ces trois pays, l’antisémitisme n’est pas mis en valeur officiellement. Ce sont les Hongrois qui ont pourchassé les Juifs à partir de 1940 quand ils ont mis la main sur une partie de la Slovaquie orientale, par exemple. Réduire l’Ukraine à son “Ouest fascisant” sans Kiev et réprimer sévèrement les fascistes ailleurs. Tous ces extrêmes-droites devraient faire l’objet de répressions sévères, disons-le. Il est naïf de croire que leurs militants peuvent être sensibles à la “calinothérapie”, ce sont des enragés. Une partie d’entre eux sont morts au Donbass, autant le dire c’est une bonne chose… même si la mort d’une personne n’est pas souhaitable… La crasse intellectuelle si elle ne disparaît avant l’âge de 25 ans est difficile à enlever… Quant à l’UE n’attendez rien, elle est complice, notamment l’Allemagne : a-t-elle exigé le renvoi du diplomate ukrainien ? NON ! Cela dit tout sur ce qu’est l’équipe de Merkel.

      +6

    Alerter
  • Cyrus // 06.12.2019 à 09h31

    Israël ne dit rien car il souhaite le retour des juifs en terre sainte, c’est dans leurs prophéties, il faut que tous les juifs reviennent en Israël pour que leur messie vienne.
    Plus la vie des juifs d’Europe et d’ailleurs sera compliquée plus il y aura de retours.
    C’est dans une autre mesure visible aussi en France où les juifs sont fortement incité à partir en Israël, on leur vend une France dangereuse et incertaine pour eux… Parlez aux juifs de France et vous verrez le discours qui se reprend : je connais pas un seul juif optimiste pour l’avenir.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications