Les Crises Les Crises
4.août.20174.8.2017 // Les Crises

Propagande de guerre au Venezuela [Et ça recommence…]

Merci 1384
J'envoie

Prologue

Et ça recommence donc…

Après la Libye, l’Ukraine, la Syrie, la Russie (pour ne citer que les derniers), voilà de nouveau les médias mainstream partis en mode “propagande de guerre” afin d’éradiquer tout esprit critique sur la situation au Venezuela.

Nous allons parler à partir d’aujourd’hui un peu plus en profondeur de la situation dans ce pays qui bascule de plus en plus dans une dangereuse forme de “guérilla civile”.

Comme à notre habitude, nous essaierons de vous fournir des informations de qualité bien peu mises en avant dans les médias, qui ont, pour beaucoup, de nouveau abandonné quelques principes élémentaires du journalisme. Car un journal se doit d’informer correctement, et ensuite présenter éventuellement des opinions, et non pas se transformer en outil de propagande pour fabriquer (malhonnêtement) l’opinion de ses lecteurs.

Bien entendu, le fait de contrebalancer une forte propagande “anti-Maduro” pourrait laisser penser qu’ici, nous “soutiendrions” Maduro.

Il n’en est évidemment rien, et nous ne souhaitons absolument pas remplacer dans la tête des lecteurs une telle propagande par une propagande “pro-Maduro”. Nous condamnons toute atteinte aux Droits de l’Homme et tout crime, de tout bord.

Car notre ambition n’est pas de militer (et encore moins pour un pays étranger…), mais d’informer – non pas “objectivement” (ce serait très prétentieux), mais au moins “honnêtement”.

Nous n’avons simplement pas 10 journalistes qui pourraient creuser la question, afin de réaliser un site d’information complet, qui pourrait présenter un vaste champ d’opinions. Nous vous encourageons donc à lire à la fois les médias mainstream et les analyses que nous présenterons ici, et à vous de faire votre propre opinion.

Un des axes de la propagande de guerre étant d’embrigader les gens dans des visions manichéennes enfantines (“le gentil”, “le méchant”), la perception d’autres faits en miroir leur permettra de bien prendre la mesure de la complexité des choses, et donc de pouvoir brider leurs émotions par une dose accrue de raison.

Il convient dans ces domaines de bien garder à l’esprit ces importantes citations :

« L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes. […] Ne soyez jamais absolument certains de quoi que soit. » [Bertrand Russell.]

« Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou. » [Friedrich Nietzsche.]

« Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas. » [Mark Twain.]

« La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. » [Aldous Huxley.]

La propagande de guerre

Rappelons les principes de la propagande de guerre que l’historienne Anne Morelli a énoncés à partir des écrits durant la guerre de 1914 du député travailliste Arthur Ponsonby :

  1. Nous ne voulons pas la guerre.
  2. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre.
  3. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « l’affreux de service »).
  4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers.
  5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement.
  6. L’ennemi utilise des armes non autorisées.
  7. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes.
  8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause.
  9. Notre cause a un caractère sacré.
  10. Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres.

On voit très facilement que la plupart s’appliquent parfaitement à la guerre de communication livrée actuellement dans nos médias contre le gouvernement vénézuelien (quoi qu’on pense de lui).

Les indices

Pour les non-habitués, on se rend compte qu’on est passé dans un épisode de propagande de guerre quand on perçoit que les médias se transforment en tracts politiques au service du Ministère des Affaires Étrangère, et ne cherchent plus à informer (ce qui imposerait justement de présenter la complexité des choses en titillant votre esprit critique) mais à (dé)former les opinions.

On sent ceci quand ce qui se passe dans un pays lointain semble devenir brutalement une préoccupation majeure des médias et d’éditocrates et autres twittos – qui, comme en l’espèce, ne connaissent généralement pas un seul vénézuelien, n’ont jamais mis les pieds dans ce pays, ni probablement jamais lu le moindre livre en parlant, mais qui ont des idées très arrêtées sur ce pays, et ce qui devrait y arriver sur le plan politique.

Bref, “la certitude de l’ignare” incarnée est au pouvoir – et, parfois, elle semble même prête à vous casser la figure si vous n’êtes pas d’accord avec elle…

C’est assez simple à repérer dans les Unes de presse :

et dans les Dessins de presse / Caricatures :

et l’inévitable sang qui coule :

A contrario, on trouve peu de caricatures qui contredisent ce courant mainstream.

On a par exemple ce dessin qui circule beaucoup sur les réseaux sociaux, dénonçant les ingérences américaines dans le monde :

N.B. dessin édité, nous en reparlerons dans un prochain billet… Rappelons que figure dans cette série une simple présentation des propagandes en cours dans les deux camps – ce n’est pas un dessin que nous avons réalisé ou que nous soutenons (il est évidemment…caricatural et excessif) ! Une autre version de ce dessin avec un drapeau israélien (très peu visible, que nous n’avions pas vue) figurait ici dans la première version de ce billet. Dès qu’il nous a été signalé, au bout de quelques heures, nous l’avons remplacé par cette version ; nous vous présentons nos excuses.

ou celui-ci, dans la même idée :


J’avoue que, pour ma part, je me fie aussi à mes boussoles qui indiquent le Sud avec une précision inégalée 🙂 :

Édité pour le rajouter – je commençais à m’inquiéter qu’il n’en parle pas…

Sans doute, la différence entre une “dictature de gauche” et une “dictature de droite” est que dans la première, les gens votent encore… :

Queue pour voter le 30 juillet 2017

Électrice handicapée le 30 juillet 2017

L’UE refuse de tenir compte du résultat des élections du 30 juillet 2017

On aura compris au passage que toutes ces beaux esprits visent en fait (consciemment ou non) à simplement plaquer leurs visions politiques personnelles sur un pays étranger, et, en l’espèce, à attaquer avec une belle constance Mélenchon et la France Insoumise. Avec une caractéristique importante à détecter, c’est qu’il ne s’agit pas d’un noble combat politique sur des idées, mais simplement de disqualifications par association voire par des tactiques visant à prêter à l’adversaire des visions abjectes qu’il n’a évidemment jamais eues.

Enfin, on n’oubliera pas les 2 grands classiques :

1/ l’ONG détaillant la torture généralisée dans le pays (je ne connais évidemment pas le degré de véracité de l’article – sachant qu’il y a rarement de la fumée sans feu. Reste à connaitre le degré, la fréquence, les décideurs, etc…)

et l’inévitable pétition dans Libération pour “faire quelque chose” :

cette fois signée par des députés En Marche – bien plus attentifs au Venezuela qu’aux Libertés en France, vu qu’ils vont voter l’État d’Urgence à vie…

Enfin, on n’oubliera pas un autre grand classique : LE témoignage comme ici : “Un cauchemar” pour la communauté vénézuélienne de France

Certes intéressant, mais où on prendra soin de ne pas donner la parole à des personnes soutenant le gouvernement…. Un peu comme si, vivant au Venezuela, pour comprendre la France on n’interrogeait que 2 Français pro-Macron ou 2 pro-Mélenchon – on n’aura pas la même vision du pays…

Le 2 poids 2 mesures

Enfin, ce qui disqualifie une déclaration d’un membre du bataillon des ignares c’est son 2 poids 2 mesures permanent qu’ils cachent habilement derrière des vérités partielles.

Oui il y a bien un effroyable bilan d’une centaine de morts dans les manifestations depuis 3 mois (mais les choses sont bien plus complexes, on y reviendra), qui deviennent autant de martyrs de la cause anti-Maduro, et qui semblent justifier n’importe quelle décision :

Assad, Kim, Mugabe… et Maduro donc, #Logique…
(rappelons encore bien que l’objet de ce billet n’est absolument pas d’apporter le moindre blanc-seing de ma part à Maduro)

Bien entendu, les médias se garderont de demander pourquoi un tel empressement envers ce pays, alors que le bilan représente une semaine d’attentats en Irak (dont les États-Unis ont la responsabilité), une petite partie des morts de Mossoul et une goutte d’eau dans les massacres au Congo (6 millions de morts, une paille) dont ces belles âmes se fichent éperdument.

La Constitution socialiste du Venezuela fait donc désormais l’objet d’attentions toutes particulières :

Donc le Venezuala n’a pas le droit de changer sa Constitution…

bien plus que la Constitution d’Arabie Saoudite par exemple (si un jour, ils en écrivent une, bien entendu…) :

Quant à la Démocratie au Qatar ou en Chine, c’est pour ces personnes un problème sans commune mesure avec ce qui se passe à Caracas…

Pas vu à la télé

Un autre point important pour détecter une période de propagande de guerre est que des informations ou images vraiment importantes, qui contredisent certains des principes de la propagande de guerre précédemment évoquées, sont cachées ou largement minimisés, de sorte à ce qu’elles ne pénètrent pas l’esprit des gens.

A contrario, la propagande aura pris soin de mettre en avant des figures symboliques (souvent bien réelles), propres à marquer les esprits (Source) :

Beaucoup de medias mainstream éviteront donc soigneusement d’indiquer que beaucoup de morts au Venezuela (dans la centaine évoqués) étaient des passants tués par des manifestants de l’opposition, des manifestants tués par leurs propres explosifs, ou des pillards qui se sont tués accidentellement…

Rappelons qu’il n’y a aucun “complot”, simplement un effet de meute, un effet de “plus Démocrate que moi tu meurs” ou “plus Jean Moulin que moi tu meurs”. Face à un tel déferlement irrationnel, quel journaliste ira dire “oui, mais, la situation est quand même complexe, Maduro n’a pas que des torts, etc…” – ce qui ne pourra que l’exposer en retour à une attaque de la meute sur le thème “tu soutiens un dictateur”, se basant sur le principe que “tous les opposants sont des traîtres”. Et beaucoup préfèrent simplement avoir tort bien au chaud dans la meute, qu’avoir raison seul contre elle, sous ses coups…

On ne montrera donc pas (ou très très peu) des photos comme celles-ci :

Sources : Vice.com (d’ici) et L’Obs (d’ici)

“Un manifestant vise les forces de sécurité lors d’une manifestation à Caracas. REUTERS/Andrés Martínez Casares”, 07/2017 (Source : Reuters (archive), repris par le Spiegel)

On ne verra pas trop des manifestants d’extrême-droite mettre le feu à un jeune passant noir de 21 ans soupçonné d’être un chaviste (Source) :

qui s’ajoute à 28 autres immolations, dont 9 fatales (Source) :

Ainsi, on n’hésitera pas à accuser (explicitement ou non) les personnes qui ont été victimes de crimes de les avoir commis, par exemple ici avec la police (8 morts par balle à ce jour) :

Etc.

Aucune main invisible malheureux !

Dernier point, les médias se garderont bien de rappeler le contexte “international” et l’Histoire d’ingérences dans les affaires intérieures d’autres pays…

Les médias prendront donc bien soin de ne pas rappeler qu’Obama a pris en mars 2015 un décret contre le Venezuela, en déclarant “l’urgence nationale” aux États-Unis, “en raison de la menace grave et inhabituelle contre la Sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis posée par la situation au Venezuela.” (ne riez pas svp… C’est en ligne ici) :

On imagine bien les conséquences qu’a ce genre de décision assez rare – si le Président déclare l’urgence nationale, il est en effet peu probable que les agences fédérales restent les bras croisés et ne cherchent pas à faire disparaître la menace…

Surtout qu’une longue histoire d’ingérences voire de coups d’États orchestrés ou aidés par la CIA jalonne la deuxième partie du XXe siècle… On pense par exemple à l’Iran en 1953, au Guatemala en 1954, à Cuba en 1961, au Brésil en 1964, au Chili en 1973 ou à Panama en 1989 pour prendre les plus connus et documentés…

Dans la droite ligne de la doctrine Monroe (qui fait de l’Amérique du Sud le pré-carré des États-Unis)… :

… on peut également citer ce mémorandum interne au gouvernement américain de 1960 sur Cuba (je vous recommande la série complète de ces mémorandums pour affaiblir l’économie de l’île) :

cw

On constate que le fait que Castro soit soutenu par la majorité de la population n’empêche pas les États-Unis de chercher alors à affaiblir l’économie de l’île…

D’ailleurs dès 1978 les choses étaient claires pour les Américains (Source : Wikileaks) :

On peut donc rapprocher ceci et l’évolution économique récente du Venezuela (inflation et croissance du PIB):

Mais bon, comme le disent les médias, on ne va pas faire tout un plat du coup d’État contre Chavez soutenu par les États-Unis en 2002 :

Un journaliste digne de ce nom devrait donc bien rappeler ceci aux lecteurs – tout en restant prudent, on ne sait évidemment pas si la CIA est vraiment actuellement à l’œuvre au Venezuela, et à quel point (le souci est qu’on ne le saura que vers 2075… Mais si elle ne l’est pas, elle est probablement en faute vu le Décret présidentiel.) Elle est présente dans beaucoup de zones chaudes, mais n’a pas forcément toujours beaucoup d’influence, et elle suit parfois les évènements plus qu’elle ne les crée.

En attendant d’en savoir plus, il convient donc d’analyser les évènements avec recul et prudence…

Nous vous souhaitons donc une bonne lecture…

Olivier Berruyer

(billet édité)

P.S. rajout : un internaute facétieux à sorti ça – qui ne fera à l’évidence pas sursauter les néocons français. Comme pour le reste, à vous d’exercer votre esprit critique… 🙂

Commentaire recommandé

Pastèque // 04.08.2017 à 07h47

la CIA est à l’oeuvre au Venezuela depuis des années.

Philip Agee, ancien agent de la CIA, a expliqué la stratégie et les actions des nord-américains. c’était en 2005 (!).

2013: élection présidentielle gagnée par Maduro.

2014: insurrections violentes identiques à celles depuis avril 2017.

2015: opération Jericho lancée par Obama. tentative de coup d’État. échec. le renseignement militaire déjoue les conspirateurs.

mots magiques: CIA, USAID, NED, Department of State.

par contre le camp Révolution Bolivarienne est divisé: les maduristes, les opposants internes avec Luisa Ortega comme cheffe de file, les anarchistes, les déçus légitimes du pouvoir chaviste/maduriste, une partie du peuple qui n’a pas connaissance des manigances des nord-américains, et donc n’en a pas conscience..

168 réactions et commentaires - Page 2

  • jm // 07.08.2017 à 12h01

    A propos du rôle de certains journalistes, ce site (en lien dans l’article Thierry Deronne) est très bon : https://agentparanagua.wordpress.com/

      +1

    Alerter
    • Pastèque // 10.08.2017 à 04h36

      vous faites trop d’honneur à ce petit télégraphiste. [Modéré]

        +0

      Alerter
  • Nanker // 07.08.2017 à 14h14

    ce matin sur “Rance Info” :
    le journaleux de garde invite Claude Goasguen à s’exprimer sur le Venezuela. A priori vu le C.V. du Monsieur (ancien de la droite dure) c’est du gâteau, le journaleux va entendre ce qu’il veut entendre : “Maduro dictateur’ “bain de sang à venir” ” démocratie confisquée” “à bas les Rouges buveurs de sang” “socialisme = fosses communes”.

    Et patatras dès la 1ère question Goasguen met en cause… l’ingérence de Washington et de la CIA dans la crise venezuelienne. Il a même comparé ce pays au Chili d’Allende.
    Le gratteux à carte de presse a mis au moins 5 secondes à reprendre son souffle et ses esprits.

    Guettez une éventuelle rediffusion de cette interview dans la journée : ça en vaut la peine!

    Bien fait pour le journaleux : il aurait dû inviter un socialo genre Valls. Là il aurait eu ce qu’il voulait entendre! 😉

      +5

    Alerter
  • Lievin // 08.08.2017 à 08h41

    Dimanche dans une braderie artisanale il y avait un bouquiniste qui vendait des Paris Match de 1955/56.
    J’ouvre une page de l’un d’eux au hasard par simple curiosité et je lis en gros titre au centre du journal sur deux pages : un article sur 2 pages (vrai)
    “Pourquoi le Monde entier n’aime pas l’amérique ?”
    à l’époque j’avais pas 5 ans
    Sans commentaires

      +1

    Alerter
  • keg // 08.08.2017 à 12h04

    Le Vénézuela a feu et à sang…..
    Qu’en sera t-il de la France, sous peu?

    Quand les prolos descendront sur le pavé, y aura t-il encore du sable comme en 68, sous cesdits!
    C’est la paille qui guette tous les acteurs….

    http://wp.me/p4Im0Q-245

      +0

    Alerter
  • Patrice // 08.08.2017 à 21h22

    Gros fake du Monde (ou AFP?) aujourd’hui
    “L’ONU a accusé les forces de sécurité vénézuéliennes d’avoir causé la mort d’au moins soixante-treize manifestants antigouvernementaux. Une trentaine d’autres morts serait imputée à des groupes armés progouvernementaux”
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/08/08/venezuela-l-onu-denonce-l-usage-excessif-de-la-force_5170006_3222.html
    Le rapport de l’OHCHR est pourtant précis
    ” les forces de l’ordre seraient responsables d’au moins 46 de ces décès tandis que 27 autres”
    http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=21948&LangID=F
    46+27 = 73 plus une trentaine, et hop

      +0

    Alerter
  • hezediel // 09.08.2017 à 09h58

    Je remarque une chose qui est plutôt frappante.

    Ces chiens de garde ne s’affolent pas tant que ça que La Mort soit dessinée avec le drapeau américain comme vêtements. Non le lèse majesté réside dans la représentation du drapeau israélien. Représenter les USA en dessin satirique un peu acidulé, c’est pas bien mais le faire avec Israël, c’est INTERDIT !

    OK, Israël n’a sûrement aucun intérêt à renverser le régime de Maduro (quoique, on peut poser la question ?) mais c’est bien la représentation du drapeau israélienne qui cristallise les critiques des chiens de gardes et les levés de boucliers. L’establishment a toujours autorisé l’anti-américanisme ou la critique de Washington. La critique de la politique de l’Etat sionniste est devenu verrouillée et interdite médiatiquement sous peine d’invective publique et goulag médiatique.

    Il faut avoir du courage pour continuer à produire de l’information objective dès que ça touche à Israel.

      +0

    Alerter
  • PEB // 09.08.2017 à 10h00

    A contrario, les difficultés locales tiennent aussi aux dysfonctionnements produits par le modèle socialiste. Pour le pétrole comme pour le reste, il y a un défaut chronique d’investissements. L’absence de marché libre ne permet pas non plus une allocation efficace des ressources.

    Un pays dirigé normalement, même sous embargo, ne connait pas de telles pénuries!

      +0

    Alerter
  • ledufakademy // 09.08.2017 à 10h23

    ” on ne sait évidemment pas si la CIA est vraiment actuellement à l’œuvre au Venezuela”
    Je cite :
    Any time you have a country as large and with the economic capacity of a country like Venezuela, […] we’re working hard to do that. I’m always careful when we talk about South and Central America and the CIA…”
    Mike Pompeo (CIA Director), July 20th, 2017, Aspen Security
    https://www.youtube.com/watch?v=e1vFn3_5Xbw
    … je ne commenterai pas les tweets mais la Kabbale fait toujours autant de dégats …

      +0

    Alerter
  • ledufakademy // 09.08.2017 à 10h47

    Si vous avez encore des doutes voici un parallèle ;
    https://www.youtube.com/watch?v=8MYSRuTB1_A

    Interviewé par la chaîne latino-américaine Telesur, Joan Garcés, ancien conseiller du président Salvador Allende, souligne le parallèle existant entre la situation que traverse le Venezuela sous la révolution bolivarienne et le contexte de guerre de déstabilisation qui précéda le coup d’état du général Pinochet qui eu lieu le 11 septembre 1973 au Chili, avec le soutien de la CIA.

      +0

    Alerter
  • Un_passant // 09.08.2017 à 18h25

    Je retiens que les deux seuls pays qui ne souffrent pas de ce que l’on appelle “la malédiction du pétrole” (en fait qui concerne les pays riches de matières premières) sont la Norvège et l’Australie. Brunei et quelques autres font partie des cas ambiguës.

    Toujours est-il que l’approche socialiste pour prôner l’égalité -je préfère l’équité- n’est visiblement pas la bonne puisque les pays socialistes n’ont jamais réussi là où la Norvège, en teintant le capitalisme d’éthique, réussi bien mieux.

    Ce qui fait la véritable différence? L’éthique personnelle et professionnelle des dirigeants. C’est infiniment plus important, il suffit de pour s’en convaincre de regarder quels sont les pays les plus égalitaires, les plus heureux et les moins corrompus. Ce sont grosso-modo les mêmes.

    Désolé mais ne comptez pas sur moi ce coup-ci. Le régime socialiste à la Chavez n’a fonctionné qu’au début, jusqu’à ce que les effets pervers de sa politique fassent boomerang et son successeur… pire.

      +0

    Alerter
    • moshedayan // 09.08.2017 à 22h32

      Pas tout à fait tort, du tout presque ? La Norvège a une société à part, que je connais mal, sauf quelques éléments : grande homogénéité ethnique (les migrants sont minoritaires historiquement et le Norvégien n’en veut pas trop), rigueur d’un climat où on s’entraide, protestantisme (travail, mérite et salaire), sévérité dans une solidarité. On n’y tolère pas les pauvres donc on évite qu’ils le deviennent…surtout par grand froid…image d’Epinal : Si, si ! ça joue. Et le sdf, on s’en soucie : hébergé, lavé, nourri, etc, etc… Donc rien à voir avec les “cultures” olé, olé du sud (où le pauvre ça va dans le paysage “tropical”. En France on retrouve ça un peu, vers le Sud ou dans la mentalité de certains de nos politiques : “Salauds de pauvres”, disait Coluche ! ( On s’en fout, ça rassure même sur “notre statut” )

        +0

      Alerter
      • Un_passant // 10.08.2017 à 12h57

        Ça n’enlève rien à la question de l’éthique des politiciens.

        Mais bon taper sur la CIA quand un pays a nationalisé (au détriment des intérêts américains et on sait comment ces derniers sont à cheval sur leurs intérêts) de manière proprement caricaturale et idéologique, quand un travail en amont, avec les entreprises visées, aurait permis de financer un fond souverain en créant un impôt dédié. On a cassé la cuisinière (je parle de l’appareil :p) là où il était possible de travailler à agrandir le gâteau.

        L’idéologie mène à des désastres quand un peu de sens pratique pourrait être très efficace. Je ne vais pas détailler la méthode, ce serait trop long mais clairement, le socialisme tape complètement à côté et au Venezuela, c’était un cas d’école de catastrophe annoncée.

          +0

        Alerter
        • moshedayan // 10.08.2017 à 16h11

          socialisme vénézuelien vs socialisme tchécoslovaque -sans être brillant ce dernier avait une société stable mais c’est vrai peu dynamique aux investissements : avec quelques réussites industrielles et scientifiques que l’on a vite caché ou repris par des investissements occidentaux d’ailleurs – rien n’est simple , mais la culture, l’imprégnation culturelle, l’histoire sont des réalités – à Prague ou Bratislava on n’est pas olé, olé. (je m’appuie sur des avis d’amis slovaques je précise – âge 45-65 ans)

            +0

          Alerter
  • Subotai // 10.08.2017 à 05h50

    En tout cas il y a un truc que je n’arrive pas à comprendre:
    Comment des élections pour élire une Assemblée Constituante peut-elle être un acte dictatorial?
    Faudra qu’on m’explique…

      +0

    Alerter
  • Guillaume // 10.08.2017 à 18h19

    Olivier, puisque vous vous étudiez toutes les opinions, vous voulez peut-être examiner celle de l’Eglise ? http://www.lepoint.fr/monde/l-eglise-catholique-denonce-une-dictature-au-venezuela-07-07-2017-2141490_24.php

      +0

    Alerter
    • Les-crises // 10.08.2017 à 18h39

      Oui, très bien, merci de l’indiquer, ce site sert à ça.

      Reste d’ailleurs à bien définir ce qu’est une “dictature” – Chine et Arabie Saoudite en font-elles partie ?

        +0

      Alerter
  • Guillaume // 10.08.2017 à 18h25

    Avec annuellement 1,3 meurtre pour 1 000 habitants, Caracas est la ville la plus dangereuse au monde http://www.lepoint.fr/monde/devant-la-morgue-de-caracas-ville-la-plus-dangereuse-du-monde-28-06-2017-2138853_24.php

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications