Les Crises Les Crises
2.juillet.20202.7.2020 // Les Crises

Extradition d’Assange : une nouvelle inculpation élargit les chefs d’accusation

Merci 281
J'envoie

Source : Consortium News, Joe Lauria

Le ministère américain de la Justice a dévoilé mercredi le nouveau chef d’accusation contre le rédacteur en chef de WikiLeaks, qui vient s’ajouter ainsi aux accusations d’intrusion informatique existantes.

Le ministère de la Justice (DOJ : department of justice) a déclaré mercredi qu’il avait déposé une deuxième inculpation contre Julian Assange, responsable de WikiLeaks , actuellement en prisdon, celle-ci vient s’ajouter aux accusations existantes d’intrusion informatique.

« Le nouvel acte d’accusation n’ajoute pas de chefs d’accusation supplémentaires à l’acte d’accusation antérieur comportant 18 chefs d’accusation qui avait été rendus contre Assange en mai 2019 », a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué de presse.

« Il élargit cependant la portée de la conspiration entourant les prétendues intrusions informatiques dont Assange était précédemment accusé », précise le communiqué. « Selon le document d’accusation, Assange et d’autres membres de WikiLeaks ont recruté et convenu avec des pirates informatiques de commettre des intrusions informatiques au profit de WikiLeaks ».

Le communiqué du DOJ précise que le nouvel acte d’accusation affirme que :

« En 2012, Assange a communiqué directement avec un chef du groupe de hackers LulzSec (qui coopérait alors avec le FBI), et a fourni à LulzSec une liste de cibles à pirater. En ce qui concerne l’une de ces cibles, Assange a demandé au reponsable de LulzSec de rechercher (et de fournir à WikiLeaks) des courriels et documents, des bases de données et pdf. Lors d’une autre communication, Assange a déclaré au dirigeant de LulzSec que la diffusion la plus spectaculaire de documents piratés consisterait dans la divulgation de ceux de la CIA, de la NSA ou du New York Times. WikiLeaks a obtenu et publié des courriels issus d’une violation de données commise contre une société américaine de conseil en renseignement par un pirate informatique « Anonymous » affilié à LulzSec [Anonymous est un mouvement hacktiviste, se manifestant notamment sur Internet, NdT]. Selon ce hacker, Assange lui a indirectement demandé de spammer à nouveau cette société victime ».

L’acte d’accusation cite Assange qui, lors de conférences de piratage, encourageait les hackers à obtenir une liste des « fuites les plus recherchées » de documents classifiés que WikiLeaks cherchait à publier.

Cela fournit de nouvelles accusations selon lesquelles Assange aurait chargé un « adolescent » d’un pays de l’OTAN non précisé de procéder à divers piratages « y compris des enregistrements audio de conversations téléphoniques entre de hauts fonctionnaires » de la nation membre de l’OTAN en question ainsi que des membres du parlement de ce pays. L’acte d’accusation affirme que Manning a « téléchargé des documents classifiés du Département d’Etat » concernant ce pays.

Hector Monsegur, « Sabu » (Wikimedia Commons)

Assange aurait pu apprendre, grâce à un « accès non autorisé » à un site web de ce gouvernement, que la police de ce pays le surveillait. L’acte d’accusation indique que la source de cette information est un ancien membre d’Anonymous du nom de Sabu qui a travaillé avec WikiLeaks, il est identifié dans la presse comme Hector Monsegur. Ce dernier est devenu un informateur du FBI après avoir été arrêté en juin 2011.

Jeremy Hammond, un hacker arrêté pour avoir obtenu les fichiers de Stratfor, est cité dans le nouvel acte d’accusation comme ayant révélé à Sabu, en décembre 2011, des informations concernant ses activités avec Assange. En septembre dernier, Hammond, qui purgeait une peine de 10 ans à Memphis, Tennessee, a été incité par les procureurs chargés de l’enquête sur Assange à venir à Alexandria, Virginie, pour le contraindre à témoigner contre Assange. Hammond a refusé.

Réitération des charges premières

Le nouvel acte d’accusation reprend les accusations d’espionnage et d’intrusion informatique existantes. A propos de ces dernières, le communiqué du DOJ dit : « En outre, la conspiration de piratage élargie continue d’affirmer qu’Assange a conspiré avec l’analyste du renseignement de l’armée Chelsea Manning pour « cracker » le mot de passe d’un ordinateur classé du Département de la Défense des États-Unis. »

Assange aidait Manning à se connecter, en tant qu’administratrice, à un système auquel elle avait légalement accès, non pour accéder à des informations classifiées, mais plutôt pour télécharger des jeux vidéo, des films et des clips musicaux interdits au personnel militaire américain, ont plaidé les avocats d’Assange au cours de la première semaine de son audience d’extradition en février à la Cour de la Couronne de Woolwich [La Cour de la Couronne est un tribunal pénal de première instance d’Angleterre et du pays de Galles,NdT], près de la prison de Belmarsh à Londres. Assange y est détenu en détention préventive en raison d’une demande d’extradition américaine pour 17 chefs d’accusation d’espionnage et celui d’intrusion informatique.

Un journalisme de routine

Feu Robert Parry

En 2010, Robert Parry, l’un des meilleurs journalistes d’investigation de son époque, et le fondateur de ce site, a écrit que le projet alors en suspens de l’administration Obama d’inculper Assange « pour avoir conspiré avec la soldate Bradley Manning pour obtenir des secrets américains, est au cœur du journalisme d’investigation sur les scandales de sécurité nationale ».

Parry ajoutait :

« C’est parce que le processus, pour les journalistes qui obtiennent des informations classifiées sur des crimes d’État, implique le plus souvent qu’un journaliste persuade un fonctionnaire du gouvernement d’enfreindre la loi, soit en lui remettant des documents classifiés, soit en lui communiquant au moins des informations secrètes. Il y a presque toujours un certain niveau de « conspiration » entre le journaliste et la source ». [C’est nous qui soulignons].

Parry a donc admis avoir encouragé ses sources à lui remettre des informations classifiées, même si cela signifiait commettre le délit mineur de divulgation d’informations classifiées, si cela pouvait contribuer à empêcher qu’un délit plus important soit commis.

Assange a ainsi encouragé Manning à remettre des documents tels que la vidéo « Collateral Murder » dans l’espoir qu’elle puisse mettre fin à la guerre illégale en Irak.[bavure américaine, en 2007, survenue dans le cadre de la guerre d’Irak menée par la coalition alliée, durant laquelle un hélicoptère Apache américain a ouvert le feu au chain gun M230 30 mm sur un groupe de civils, comprenant notamment deux reporters de l’agence Reuters, NdT]

« Dans la plupart des cas, j’ai joué un rôle – grand ou petit – pour localiser les informations classifiées ou convaincre quelque fonctionnaire du gouvernement de divulguer certains secrets. Le plus souvent, j’ai été l’instigateur de ces « conspirations », a écrit Parry.

Il ajoutait :

« Qu’il s’agisse de câliner un fonctionnaire angoissé afin qu’il révèle un secret ou d’exploiter un accès non autorisé à des documents classifiés – cela fait partie de ce que fait un journaliste d’investigation pour assurer la couverture des atteintes à la sécurité nationale. La règle de base traditionnelle est que c’est le travail du gouvernement de cacher les secrets et celui du journaliste de les découvrir ».

Le New York Times a rapporté à l’époque que « les procureurs fédéraux examinaient la possibilité d’inculper Assange pour conspiration après que celui-ci ait prétendument encouragé ou aidé Manning à extraire des « fichiers militaires et du Département d’État classifiés d’un système informatique gouvernemental », a écrit Parry.

L’article de Charlie Savage dans le Times note que si les procureurs déterminent qu’Assange a apporté une aide dans le processus, « ils pensent qu’ils pourraient l’accuser de conspirateur des fuites, et non pas seulement d’être le réceptionnaire passif des documents qu’il aurait ensuite publiés », a écrit Parry.

C’est précisément ce que le Department de Justice de Trump a fait dans le premier acte d’accusation d’intrusion informatique contre Assange et maintenant dans celui qui le remplace.

WikiLeaks identifie la source gouvernementale adolescente dans ces tweets :

Autres réactions

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant du Wall Street Journal, du Boston Globe, du Sunday Times de Londres et de nombreux autres journaux. Il a commencé sa carrière professionnelle en tant que pigiste pour le New York Times. Il peut être joint à l’adresse joelauria@consortiumnews.com et suivi sur Twitter @unjoe .

Source : Consortium News, Joe Lauria

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pierre Darras // 02.07.2020 à 07h18

Cette répugnante chasse au Assange est le scandale le plus vil et ignoble de l’Histoire récente de notre société occidentale.
La prétendue Justice si chère dans nos beaux discours se montre pourrie et scelerate. La justice anglaise étant à vomir en la matière. Cette affaire prouve que la magistrature, sous ses grands airs de la vertu est aussi corrompue, minable, soumise et vendue que les politiques ou les médias.
Cette affaire montre aussi, malgré tous les grands discours d’indépendance et d’Europe puissance, l’abjecte soumission aux USA des vassaux européens.
Par le silence complice des grands médias occidentaux, elle prouve que ceux ci sont désormais réduits au rôle lamentable d’agence de com des services US.
Et le pire c’est que c’est contre productif.
Ils arriveront peut être à récupérer Assange et le mettre au trou à vie ou alors comme le souhaitent certaines vermines britanniques, réussir à le faire crever comme un rat avant son procés d’extradition, mais les dégâts seront irréparables pour l’image de l’Occident. Quel gâchis, quelle faillite et pour quoi? Pour tétaniser et terrifier les aspirants lanceur d’alerte ? Quelle absurdité. La terreur? Comme moyen politique en démocratie comme une vulgaire dictature?
La terreur? Mais il y aura toujours des héros, des martyrs, des gens déterminés. Sur ceux là, la terreur n’agit pas.
L’affaire Assange est pire qu’un crime, c’est une faute. En faisant assassiner le duc d’Enghein dans un fossé Napoléon eut à supporter le prix politique d’être d’un coup, un réprouvé total pour toute l’Europe. Idem pour Assange
Et là nos belles àmes ne pourront pas accuser le seul Trump. Les démocrates sont les plus acharnés dans cette bauge.

17 réactions et commentaires

  • Pierre Darras // 02.07.2020 à 07h18

    Cette répugnante chasse au Assange est le scandale le plus vil et ignoble de l’Histoire récente de notre société occidentale.
    La prétendue Justice si chère dans nos beaux discours se montre pourrie et scelerate. La justice anglaise étant à vomir en la matière. Cette affaire prouve que la magistrature, sous ses grands airs de la vertu est aussi corrompue, minable, soumise et vendue que les politiques ou les médias.
    Cette affaire montre aussi, malgré tous les grands discours d’indépendance et d’Europe puissance, l’abjecte soumission aux USA des vassaux européens.
    Par le silence complice des grands médias occidentaux, elle prouve que ceux ci sont désormais réduits au rôle lamentable d’agence de com des services US.
    Et le pire c’est que c’est contre productif.
    Ils arriveront peut être à récupérer Assange et le mettre au trou à vie ou alors comme le souhaitent certaines vermines britanniques, réussir à le faire crever comme un rat avant son procés d’extradition, mais les dégâts seront irréparables pour l’image de l’Occident. Quel gâchis, quelle faillite et pour quoi? Pour tétaniser et terrifier les aspirants lanceur d’alerte ? Quelle absurdité. La terreur? Comme moyen politique en démocratie comme une vulgaire dictature?
    La terreur? Mais il y aura toujours des héros, des martyrs, des gens déterminés. Sur ceux là, la terreur n’agit pas.
    L’affaire Assange est pire qu’un crime, c’est une faute. En faisant assassiner le duc d’Enghein dans un fossé Napoléon eut à supporter le prix politique d’être d’un coup, un réprouvé total pour toute l’Europe. Idem pour Assange
    Et là nos belles àmes ne pourront pas accuser le seul Trump. Les démocrates sont les plus acharnés dans cette bauge.

      +71

    Alerter
    • LibEgaFra // 02.07.2020 à 08h19

      « mais les dégâts seront irréparables pour l’image de l’Occident. »

      Ils n’en ont rien à faire, absolument rien. Il y aura toujours un certain nombre de moutons bêlants et bien nourris ou ayant d’autres problèmes pour soit s’en désintéresser, soit trouver que c’est même très bien comme ça. Et puis c’est tellement mieux de parler d’autres choses. Comme à C dans l’air, la Chine plutôt qu’Assange. Les méchants ce sont toujours les autres, nous on a le droit pour nous.

      « Comme moyen politique en démocratie comme une vulgaire dictature? »

      Tant qu’il y aura des moutons bêlants pour croire que nous sommes en « démocratie », ils auraient tort de se gêner. Merci de remplacer « démocratie » par vulgaire dictature de la bourgeoisie. Le but est bien de faire un exemple. Quant à la notion de droit, oui, le droit du plus fort. Il serait peut-être temps d’ouvrir les yeux.

        +20

      Alerter
    • LibEgaFra // 02.07.2020 à 08h22

      « Mais il y aura toujours des héros, des martyrs, des gens déterminés. »

      Oui, et alors? Ils seront éliminés les uns après les autres. Et rien ne changera.

      Il suffit de voir ce qui s’est passé avec les Gilets Jaunes: les fdd ont terrorisé les citoyens pour les dissuader de manifester. Ca « marche ».

        +7

      Alerter
      • Santerre // 02.07.2020 à 09h07

        Si vous me le permettez, les GJ, comme toutes les jacqueries dans l’Histoire, ont soufferts de quelques incohérences qui se sont transformées en nasse.
        1-les motivations. Aucun objectif précis commun n’était formulé avec force à part les taxes sur l’essence. Le politicien le plus bienveillant aurait été dans l’impossibilité de négocier quoique ce soit en l’absence de revendications claires et de représentants légitimes.
        2- l’illégalité. On peut, on doit manifester mais nul n’a le droit de bloquer ces concitoyens , des zones économiques, des accès routiers ou de défiler dans des endroits sensibles sans créer un dangereux précédent. Au Chili, les fascistes n’ont pas pris le pouvoir autrement. Tout comme en Bolivie. Et alors, si demain vous avez deux millions de musulmans qui font pareils en exigeant le droit au port de la burqa et à l’application de la charia pour les musulmans, pourquoi seraient-ils moins légitimes à le faire. Voire ces routes et ronds points bloqués par des factieux hérissait totalement mon poil jacobin. Il fallait que cette chien-lit cesse. D’autant plus que Gandhi et ML King nous ont enseigné des moyens autement plus efficaces pour faire avancer une cause.
        Comme toutes les jacqueries, la répression et la sceleratesse de cette répression ont été au niveau de terreur ressenti par le bourgeois. Comme d’habitude, de braves gens se sont fait mutiler mais une telle révolte aurait pu générer de trés nombreux morts.
        Force à la loi.
        En attendant, les GJ ont sauvé la mise à Macron empêtré dans l’affaire Benala

          +1

        Alerter
        • Mithrandir d’Eire // 02.07.2020 à 11h32

          King et Gandhi ont tous les deux finis assassines…Et force a la loi: celle du plus fort bien sur. Il n’y a aucune gloire a mutiler des manifestants, a les eborgner et a tabasser un mome de 14 ans parcequ’il essaye de piquer un scooter. Quand la loi s’affirme de cette maniere, c’est une incitation a l’enfreindre. Les actions des gilets jauunes ont ete bordeliques, soit.Mais quel mouvement de protestation ne provoque pas de desordre? Les mouvements non violents ont ete egalement reprimes de maniere violente. Vous vous declarez jacobin? Les Jacobins ont quand meme sur la conscience les milliers de personnes guillotinees dans une periode qui ne fait pas honneur a la doctrine des droits de l’homme, les massacres de Vendee , les fusillades de Lyon et les noyades de Nantes. Je defends la Revolution Francaise, mais pas a n’importe quel prix.

            +13

          Alerter
          • Santerre // 02.07.2020 à 11h57

            Si n’importe qui bloque le pays n’importe quand et pour n’importe quoi, et si effectivement on prive la police de son recours légal et légitime à la violence dans sa mission de prévention et répression de la delinquancer, alors effectivement, ce programme là sera toujours mon ennemi mortel.
            L’enfer est pavé de bonnes intentions et le monde des Bisounours se transforme inévitablement en jungles sanglante.
            Dernier exemple, la zone hors police de Seattle décrétée par l’abjecte maire démocrate et démago de cette ville. En quelques jours, vols, vols meurtres y ont explosés dans ce quartier maintenant terrorisé par des milices obéissant à un rappeur. Abjecte cette maire, car elle qui jugeait cette expérience horrible et sanglante « intéressante et porteuse » s’est ravisée hier quand une milice du quartier est venu jusqu’à son domicile à elle. Marrant, là elle a fissa rétamé la police qu’elle avait décidé de désarmer et a appelé les bulldozers pour filer un coup de main.

              +4

            Alerter
        • LibEgaFra // 02.07.2020 à 11h56

          Le problème avec de pareils raisonnements, c’est que ce n’est pas près de changer et qu’effectivement la bande de nuls à Macron aura de beaux jours devant elle.

          1-Merci pour le RIC, défendu ici-même; représentants légitimes? Quoi vous défendez encore un modèle représentatif « légitime », donc selon la loi?
          2-Ah, les GJ étaient dans l’illégalité et se comportaient comme des fascistes par assimilation avec la situation chilienne en bloquant les giratoires… Reçu 5/5. Monsieur était dérangé dans ses déplacements et il ne le supportait pas. Comme analyse politique, cela ne vole pas très haut. La suite non plus.

          Vous ne devez pas vous rappeler comment MLK et Gandhi ont fini et ce qu’ils ont obtenu in fine: rien.

          Scélératesse de la répression fait mauvais ménage avec force à la « loi », c’est-à-dire à la bourgeoisie. Combien de violations de la loi par les fdd ont-elles été sanctionnées par la « loi »?

          L’affaire Benalla (avec deux « ll » comme dans allah)? Macron sauvé par les GJ? Merci pour mon fou rire!

            +7

          Alerter
          • Santerre // 02.07.2020 à 12h00

            Gandhi et King n’ont rien obtenu? Alors à ce niveau là, effectivement, la discussion est stérile. Quant à votre fou rire, désolé mais c’est un argument un peu court

              +0

            Alerter
            • LibEgaFra // 02.07.2020 à 12h22

              Mon fou rire n’est pas un argument et n’a jamais voulu passé pour tel. Juste un témoignage.

              « Alors à ce niveau là, effectivement, la discussion est stérile. »

              Et là c’est un argument?!

              Je sens que je vais apprendre qqch: qu’ont-ils obtenu?

              (Ce n’est pas un argument, mais une question.)

                +2

              Alerter
          • LibEgaFra // 02.07.2020 à 12h02

            « Force à le loi. »

            Forte avec les faibles, faible avec les forts.

            Cf. Papon, Bousquet, Cahuzac, Balkany, Fillon, etc.

              +2

            Alerter
            • Santerre // 02.07.2020 à 15h07

              C’est un débat vieux comme le monde. N’oubliez pas la conclusion de la Pensée de Pascal JUSTICE et Force:
              Et n’ayant pu faire que ce qui fût juste fut fort, on fit que ce qui fort fut juste. »
              Meme si le puissant tentent de s’affranchir de la loi ou d’en adoucir le couperet doit on pour autant la jeter avec l’eau du bain ? Quand à tout ceux que vous citez ils dont morts dans le déshonneur et l’opprobre ou vivent dans le déshonneur et l’opprobre.

                +0

              Alerter
            • LibEgaFra // 02.07.2020 à 16h48

              « Et n’ayant pu faire que ce qui fût juste fut fort, on fit que ce qui fort fut juste. »
               »
              Et parce que c’est Pascal, je suis « forcé » d’adhérer?

              Juste pour qui?

              Le déshonneur? Qu’est-ce que c’est? Ça n’empêche parfois même pas de continuer à faire de la politique. Et en tous cas ça n’empêche pas de continuer à faire des affaires. Et pour ceux qui sont morts, cela leur fait une belle jambe.

              Le déshonneur? Il y aurait donc une légion pour ça aussi?

              Si c’est la seule « peine »… on voit le « sens de la loi.

                +2

              Alerter
    • jp // 02.07.2020 à 12h06

      Rapprocher l’histoire Assange, avant tout provocateur voulant défier un Etat et celle du Duc D’Enghien pauvre innocent jeune homme fait fusillé par Napoléon uniquement pour dire m… à toutes les Monarchies européennes tout en n’en fondant une nouvelle et en allant épouser une princesse autrichienne alors que la précédente avait été décapitée par la I° République dont il était un très bouillant général, n’est ce pas un peu poussé ?

        +2

      Alerter
      • Santerre // 02.07.2020 à 12h54

        C’est une analogie. Rien de plus. Il n’est pas question de comparer les cas des deux victimes. Il s’agit de parler de prix politique exorbitant à payer pour un comportement répugnant et ignoble de la part d’un régime. Napoleon, eu égard aux codes européens de l’époque, s’est retranché de la société des « gentlemen ». Et à définitivement perdu toute crédibilité en terme de chef d’état. Ce comportement d’arsouille lui a coûté beaucoup plus que tout les pillages et massacres de ses armées.
        De la même manière, si le lamentable assassinat de Suleimani a encore enfoncé Trump, le martyr d’Assange jette l’opprobre sur tout l’Occident. On ne traite pas un homme ainsi quand on prétend donner des leçons de droit de l’homme, de justice et de liberté de la presse.

          +6

        Alerter
        • jp // 03.07.2020 à 11h25

          La morale, le droit , s’adaptent aux circonstances. Les rapports entre états ont toujours été et seront toujours basés sur la force. Les martyrs de Jesus Christ ou pourquoi pas d’Assange, ont été ou seront récupérés par les gouvernants du moment pour manipuler le petit peuple incroyablement docile comme .vient de le démontrer Covid19. Le seul tord de Napoléon c’est d’avoir perdu, mais il a organisé lui-même sa perte, ce qui a couté particulièrement cher à notre pays, qui a tout de même gardé son Code Civil qui nous régit toujours !. .

            +0

          Alerter
    • Santerre // 02.07.2020 à 19h53

      Certes mais eux ne donnent pas des leçons de droits de l’homme et de la presse aux autres, surtout en balançant des bombes et en réduisant des pays à l’état de bouillie sanglante pour ce faire.
      Et vous avez raison, les USA ne se comportent guère mieux que les pays que vous citez. Vous noterez que pour au moins deux d’entre eux ils sont directement responsables de l’horreur qu’ils sont devenus.
      Et il y a non seulement le fond mais aussi la manière eg celle ci est particulièrement répugnante pour des pays prétendument démocratiques.

        +2

      Alerter
  • Phil // 02.07.2020 à 17h02

    Avec le développement de la police scientifique aux USA, on s’est aperçu qu’il y avait un paquet d’innocents en prison même dans le couloir de la morts.
    92% de ces innocents étaient en prison suite à témoignage.
    Des scientifiques se sont penché sur le problème et ont fait des tests randomisés en doubles aveugles avec un très gros échantillon, du fiable.
    Résultat des courses, un témoignage honnête n’est fiable qu’à 16%.
    Ici, c’est du témoignage sous contrainte, ça risque d’être moins fiable.
    Ces deux dernières décennies la justice anglaise s’est prise quelques retours de biais dans la tronche, elle y fait attention.
    Une justice anglaise normale ne devrait pas trop être dangereuse pour Assange, il y a de grandes chances vu le traitement d’Assange qu’elle soit aux ordres.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications