Les Crises Les Crises
19.juin.202019.6.2020 // Les Crises

« Le risque nucléaire est plus élevé que pendant la guerre froide » – Marc Finaud

Merci 85
J'envoie

Source : RTS

La course aux armements nucléaires reprend avec de nouveaux missiles toujours plus rapides et précis, mais aussi avec l’abandon progressif de plusieurs traités internationaux de contrôle de l’armement.

Entretien du 06/06/2020 qui conclut notre série « Nucléaire / Armements stratégiques ». Lire l’article complet sur RTS

Les stocks d’armes nucléaires sont en diminution constante depuis la guerre froide. Pourtant la tension et la compétition entre les grandes puissances qui détiennent ces arsenaux ne cessent de s’accroître.

Pour Marc Finaud, invité de Géopolitis, la menace nucléaire n’a jamais été aussi importante. « Nous sommes dans une situation de risque de guerre nucléaire plus élevé que pendant la guerre froide », souligne cet ancien diplomate français, aujourd’hui rattaché au Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP).

Les États-Unis, la Corée du Nord ou Israël ont encore tout récemment effectué des tests de missiles, en pleine crise sanitaire mondiale. Et le président américain Donald Trump envisagerait même de reprendre des essais nucléaires, abandonnés depuis 1992, selon des fuites révélées par le Washington Post.

Selon Marc Finaud, les dernières innovations militaires sont en contradiction avec le principe de dissuasion nucléaire. « Il y a une évolution des doctrines mais aussi surtout des technologies, des armements qui montrent qu’on se dirige vers un emploi de ces armes », analyse le spécialiste. « Le but n’est plus de les garder à titre préventif, mais bien de les employer. Donc on a des missiles plus rapides, plus précis, mais surtout capables d’être utilisés dans la bataille nucléaire. »

Missiles hypersoniques

Parmi ces nouvelles armes, les capacités hors-normes des missiles dit hypersoniques sont brandies par plusieurs États. Ils ont l’avantage d’être très rapides – cinq fois la vitesse du son pour le prototype américain – et facilement manœuvrables, même à basse altitude. Les États-Unis, la Russie et la Chine ont déjà testé ces armes qui pourraient déjouer n’importe quels boucliers, y compris les systèmes de défense américains. Le Royaume-Uni, la France et l’Inde développent aussi des programmes.

Parallèlement à cette course, plusieurs traités internationaux qui avaient permis de contrôler et de limiter la taille des arsenaux depuis la guerre froide sont abandonnés ou menacés de l’être. L’année dernière, Donald Trump a dénoncé le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) qui interdisait le déploiement de missile d’une portée de 500 à 5500km.

Le 21 mai dernier, c’est un autre accord qui a été dénoncé par le président américain: le Traité Open Skies, signé en 1992, réglemente les vols de surveillance militaire entre 35 pays signataires.

Enfin, tout semble annoncer la mort du Traité New Start qui arrive à échéance en février prochain alors qu’aucune négociation n’a été lancée pour le remplacer. Donald Trump réclame que la Chine intègre les discussions. Mais Pékin ne semble pas intéressée.

Pour Marc Finaud, Washington envoie un mauvais signal, même s’il reconnaît que la Russie a régulièrement violé ses engagements en matière de désarmement. « C’est donner carte blanche à l’adversaire pour continuer à tricher », explique l’ancien diplomate, « mais c’est aussi un encouragement pour développer, soi-même, de nouveaux systèmes. Donc au lieu d’avoir un système juridique qui tend à la réduction et à l’élimination, on est dans un système d’escalade et de course aux armements. »

Pour ceux qui ont manqué le papier d’Éric Juillot sur le sujet, c’est ici.

Source : RTS

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Myrkur34 // 19.06.2020 à 09h59

Bigre, après le retour du monde multi-polaire, la nuit polaire, tout court ?

En fait tout doucement, on va se retrouver avec certains dirigeants mondiaux évoluant vers la doctrine du nucléaire tactique, bien à l’abri dans leurs bunkers.
Souvenez vous du packaging de la bombe à neutrons, une bombe « extraordinaire » qui tue juste les gens sans occasionner beaucoup de dégâts aux infrastructures.

Et toujours des tombereaux d’argent qui seraient tellement plus utiles ailleurs……

8 réactions et commentaires

  • Fritz // 19.06.2020 à 09h11

    Ce Marc est très finaud : la Russie reste à ses yeux un « adversaire » dont la nature est de tricher ».
    Rappelons que les dirigeants russes ont toujours appelé « partenaires » leurs homologues euro-américains.
    Avec cette mentalité, pas étonnant que l’on fantasme le passé sous le nom usurpé de « guerre froide », tout en préparant activement un avenir très, très chaud.
    Au passage, RTS devrait se souvenir qu’elle est le média d’un pays neutre. Écrire « même s’il reconnaît que la Russie a régulièrement violé ses engagements en matière de désarmement », c’est faire allégeance au bloc otanesque.

      +14

    Alerter
    • fox23 // 19.06.2020 à 11h03

      RTS, c’es plutôt la République des faux-culs qui, entre autres idées de la neutralité, participe aux exercices aériens de l’OTAN,comme le Tiger Meet !

        +4

      Alerter
  • Julien // 19.06.2020 à 09h59

    Ah les méchants russes encore et toujours. Cette fable otanesque savamment entretenue depuis des décennies , y compris dans le cinéma américain (les méchants c’est les russes ou les arabes) et ce depuis également des décennies. tout ceci a permis de conditionner la masse et de lui faire croire à un ennemi qui pourrait balancer de la bombe H comme on saupoudre son yahourt de sucre de canne. Mais quand on est honnête deux minutes, qu’on écoute Poutine lors de ses discours à la nation ou sur la politique internationale, il est de très loin le plus pragmatique, le plus intelligent dans ses réflexions, beh ouai !! Ça vous dérange hein !? Pas moi. Pardon mais quand on voit le niveau des dirigeants européens et leur soumission mais surtout leur niveau intellectuel je dirais, y’a de quoi baliser. J’ai plus peur de Macron que de Poutine personnellement. L’un est instable, menteur et dopé à la coke, l’autre est droit dans ses bottes, pragmatique et charismatique. Il n’est pas question de politique intérieure puisqu’ils font ce qu’ils veulent chez eux, mais bien de positionnement international et de diplomatie. En Syrie Poutine a montré qu’il était LE patron ridiculisant tous les autres états impliqués dans le conflit. tout ce que l’on entend depuis des décennies sur la Russie depuis les médias mainstream n’est que pure propagande atlantiste. Rien d’autre. En attendant la Russie se relève, se renforce, et mettrai une raclée à quiconque viendrai la chatouiller. alors messieurs les journalistes occidentaux et politiques incompétents, faites profil bas, c’est vous les pyromanes .

      +26

    Alerter
    • christian gedeon // 20.06.2020 à 10h33

      Juste un détail…pour le moment en Syrie la Russie est en stand by en quelque sorte. Et en Lybie,on n’en est pas au sauve qui peut,mais bon!Le deal Poutine Erdogan: Tu ne me fais chier en Syrie,je ne te fais pas (rop) chier en Lybie. C’est la real politik. J’espère que Poutine va bien manoeuvrer dans les temps qui viennent,parce que sa situation est tout sauf simple. Au hasard,je rappelle que s’il peut être classé dans la catégorie dirigeant à poigne,il n’est pas un dictateur,et n’ apas les pleins pouvoirs,comme certains,fascinés par l’ère soviétique et le modèle communisto ultalibéral chinois semblent le penser.

        +0

      Alerter
  • Myrkur34 // 19.06.2020 à 09h59

    Bigre, après le retour du monde multi-polaire, la nuit polaire, tout court ?

    En fait tout doucement, on va se retrouver avec certains dirigeants mondiaux évoluant vers la doctrine du nucléaire tactique, bien à l’abri dans leurs bunkers.
    Souvenez vous du packaging de la bombe à neutrons, une bombe « extraordinaire » qui tue juste les gens sans occasionner beaucoup de dégâts aux infrastructures.

    Et toujours des tombereaux d’argent qui seraient tellement plus utiles ailleurs……

      +5

    Alerter
  • Amora // 19.06.2020 à 10h28

    Il y a longtemps que je ne regarde plus aucune émission de Géopolitis, émission systématiquement partisane anti russe, anti chinoise, anti Iran, anti Corée du Nord, anti Syrie du « régime Bachard », etc., bref réfléchissant avec des codes dépassés sur une menace communiste qui n’existe plus depuis trop longtemps. Les médias suisses sont à l’image de son gouvernement: Absolument pas neutres et soumis à l’opinion meanstrean du Pentagone.

      +14

    Alerter
  • JP // 20.06.2020 à 21h39

    Reprendre l’argument « la Russie triche » pour faire oublier que ce sont les USA qui violent et et sortent de tous les traités, depuis l’ABM, l’INF, le Ciel Ouvert et bientôt le New Start, cela classe immédiatement Marc Finaud en digne représentant de la « diplomatie française » qui ne fait que suivre aveuglement la politique US.

      +2

    Alerter
  • hub // 21.06.2020 à 21h17

    Inutile d’avoir peur de quoi que ce soit . Rien , il ne se passera rien. Les russes sont maitres du jeu .Et les russes sont la faction la moins dangereuse . Quant à Trump , il aboie beaucoup parfois mais ne mord jamais .

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications