Les Crises Les Crises
18.juin.202018.6.2020 // Les Crises

Affrontements à la frontière chinoise : l’Armée Indienne déplore 3 victimes

Merci 80
J'envoie

Source : IndianExpress
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Pour la première fois depuis au moins 45 ans, l’armée indienne a perdu un officier et deux soldats lors d’un affrontement violent dans la vallée de Galwan, à la frontière contestée entre l’Inde et la Chine.

« Au cours du processus de désescalade en cours dans la vallée de Galwan, un violent affrontement a eu lieu lundi 15 juin au soir« , a déclaré l’armée indienne dans un communiqué officiel.

« Les pertes en vies humaines du côté indien comprennent un officier et deux soldats« . La déclaration indique également que « de hauts responsables militaires des deux parties se réunissent actuellement sur place pour désamorcer la situation« .

Le ministre de la défense Rajnath Singh a fait le point mardi sur la situation opérationnelle actuelle au Ladakh oriental, après le violent affrontement de lundi, en compagnie du chef d’état-major de la défense et des trois chefs de service. Le ministre des affaires étrangères, S. Jaishankar, était également présent lors de la réunion.

Les tensions entre les deux armées sont vives à la frontière depuis qu’une échauffourée entre les soldats des deux camps à Pangong Tso (Ladakh oriental) et Naku la (au Sikkim) a été signalée au début du mois dernier.

Depuis, les deux armées ont mobilisé et déployé un grand nombre de soldats et d’équipements militaires lourds le long de la ligne de contrôle.

Les derniers décès à la frontière entre l’Inde et la Chine remontent à 1975, lorsqu’une patrouille indienne est tombée dans une embuscade tendue par les soldats chinois dans l’Arunachal Pradesh. Un violent affrontement entre les deux côtés de la frontière avait également eu lieu à Nathu La en 1967.

Source : IndianExpress
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises


La Chine montre du doigt l’Inde et appelle à la retenue

Source : IndianExpress
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

La Chine a exhorté l’Inde à « empêcher ses troupes de première ligne de traverser la frontière ou de prendre toute mesure unilatérale susceptible de compliquer la situation à la frontière« .

Après que l’Inde ait déclaré avoir perdu un officier de l’armée et deux soldats, Pékin a accusé mardi l’Inde d’avoir « traverser la frontière » et d' »attaquer le personnel chinois« , ont rapporté les agences de presse.

Le ministère chinois des affaires étrangères a demandé à l’Inde de ne pas prendre de mesures unilatérales ou de ne pas semer le trouble.

Le journal chinois Global Times a tweeté, en citant le ministère chinois des affaires étrangères, que « les troupes indiennes ont gravement violé le consensus des deux parties en traversant illégalement la frontière à deux reprises et en menant des attaques provocatrices contre les soldats chinois, ce qui a entraîné de graves affrontements physiques« .

« La Chine a déposé des représentations solennelles auprès de la partie indienne et l’a exhortée à restreindre strictement ses troupes de première ligne à traverser la frontière ou à prendre toute mesure unilatérale qui pourrait compliquer la situation à la frontière« , rapporte le Global Times.

Elle a également déclaré que la Chine et l’Inde étaient d’accord pour résoudre les problèmes bilatéraux par le dialogue afin d’alléger la situation frontalière et de maintenir la paix et la tranquillité dans les zones frontalières.

Source : IndianExpress
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

Alfred // 18.06.2020 à 08h11

Comme indiqué dans le commentaire d’hier c’est bien 20 morts (3 directs et 17 de leurs blessures) que l’Inde déplore officiellement. Plusieurs sources concordantes dont:
https://www.google.com/amp/s/www.bbc.com/news/amp/world-asia-53061476
Les indiens affirment que les chinois ont perdu 43 soldats mais ce n’est par contre pas reconnu par les chinois qui ne donnent pas de bilan pour l’instant.

22 réactions et commentaires

  • Alfred // 18.06.2020 à 08h11

    Comme indiqué dans le commentaire d’hier c’est bien 20 morts (3 directs et 17 de leurs blessures) que l’Inde déplore officiellement. Plusieurs sources concordantes dont:
    https://www.google.com/amp/s/www.bbc.com/news/amp/world-asia-53061476
    Les indiens affirment que les chinois ont perdu 43 soldats mais ce n’est par contre pas reconnu par les chinois qui ne donnent pas de bilan pour l’instant.

      +7

    Alerter
  • DVA // 18.06.2020 à 08h28

    Un article de Réseau International relaye ces faits ( source : https://strategika51.orghttps://reseauinternational.net/tension-frontaliere-sino-indienne-une-bastonnade-meurtriere-dans-les-himalayas/)
    ainsi que https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/2020-06-17/violent-affrontement-a-la-frontiere-entre-l-inde-et-la-chine

    ( L’opposition face à Modi et certains médias poussent à l’exacerbation de la crise…DVA)

      +2

    Alerter
    • Dypso // 18.06.2020 à 09h54

      Faites attention à ce site, pour l’avoir utilisé pdt qlq temps, je me suis rendu compte qu’il y avait également pas mal d’info très douteuses (ou comment dire, de nature complotiste?)

        +7

      Alerter
  • catherine // 18.06.2020 à 08h47

    Très bien, mais cet article ne dit pas ce qu’il s’est passé exactement et curieusement, alors qu’il est écrit par les Indiens il ne fait que mentionner les accusations formulées par les Chinois, de violation des frontières, sans les démentir.

    En tout cas cela semble montrer que les Chinois sont très déterminés en cas de besoin.

    Mais aussi qu’aucune des deux parties ne semble souhaiter aller trop loin.

      +3

    Alerter
    • aa // 18.06.2020 à 13h55

      « mais cet article ne dit pas ce qu’il s’est passé »

      Ben, si.

      Il est expliqué que dans le cadre de la désescalade entre les deux parties, une zone tampon, un no-man’s land, avait été créé entre la ligne de démarcation et le confluent (?) des rivières Galwan et Shyok. Les Indiens devaient rester à l’ouest du confluent et les Chinois à l’est de la ligne.

      Une dispute a commencé à propos des positions de soldats chinois qui avaient commencé à ériger un nouveau poste sur la rive sud de la Galwan, dans la zone tampon.

      Quand le colonel indien (décédé) est venu demander avec insistance que ce poste soit retiré, le ton est monté, et les Chinois ont usé de bâtons, de battes, de bambous avec des pointes, et les Indiens ont riposté.

        +4

      Alerter
  • LibEgaFra // 18.06.2020 à 09h26

     » à la frontière contestée entre l’Inde et la Chine. »

    Pour rappel: cette frontière entre l’Inde et la Chine est le résultat de l’impérialisme anglais dans la région (la ligne McMahon). En particulier l’Arunachal Pradesh fait partie du Tibet.

    Et il n’y aurait pas eu 3 morts, mais 20.

    https://fr.sputniknews.com/search/?query=inde+chine

      +11

    Alerter
    • amipb78 // 18.06.2020 à 16h45

      Impérialisme anglais supplanté ensuite par l’impérialisme chinois sur le Tibet.

        +6

      Alerter
      • Logique // 18.06.2020 à 23h48

        Que nenni. Seulement un acte d’auto-défense face à un encerclement par l’impérialisme yankee. Les Chinois ne se laisseront plus piller comme au 19e siècle.

          +13

        Alerter
  • weilan // 18.06.2020 à 12h03

    Les Britanniques font rarement les choses par hasard, tout particulièrement dans leurs manière unilatérale de tracer des frontières au temps de leur empire
    C’est le cas de la fameuse « ligne Mac Mahon » qui, en annexant l’Aksai Chin, empêchait la construction par les Chinois d’une route reliant le sud-ouest du Xinjiang au Tibet Dès les années 50, le gouvernement chinois entreprit d’innombrables pourparlers avec le gouvernement indien sur ce sujet, mais en vain.
    Finalement, les Chinois construisirent la fameuse route n°219 sans l’accord de New Delhi.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Route_nationale_chinoise_219

      +8

    Alerter
    • iMike // 18.06.2020 à 18h36

      Les frontières n’ont pas été, comme vous le prétendez, tracées unilatéralement. Elles sont le fruit des négociations entre les britanniques et la République de Chine.

        +1

      Alerter
      • weilan // 18.06.2020 à 20h37

        La ligne Mac Mahon a été tracée en 1913 par l’administration britannique de l’empire des Indes et n’a JAMAIS été reconnue par quelque gouvernement chinois que ce soit.

          +8

        Alerter
    • RGT // 19.06.2020 à 09h20

      Les occidentaux ont toujours été champions pour foutre le bordel en partant.

      Il suffit de regarder la situation actuelle au moyen-orient suite à la chute de l’empire ottoman puis la « décolonisation » pour en être convaincu.

      Des frontières découpées sans tenir compte des différentes traditions locales (kurdes, arabes, sunnites, chiites, chrétiens, etc… lors du dépeçage de l’ex empire ottoman (qui avait créé des « zones administratives » différentes pour éviter d’avoir des luttes incessantes), puis ensuite le dépeçage par chaque colonisateur pour créer des états artificiels instables afin de laisser sur place une quantité de conflits larvés afin que les populations ne s’en remettent pas..

      Et c’est encore pire en Afrique avec des zones ethniques très différentes qui se retrouvaient obligées de devoir vivre sous la tutelle d’une ethnie particulière (souvent largement minoritaire) mais adoubée par la « communauté internationale » afin de préserver les intérêts des anciens colonisateurs et de justifier des interventions « pacificatrices humanitaires » si la situation devenait hors de contrôle.

      Sans parler bien sûr du plus grand risque oriental actuel avec deux puissances nucléaires qui se haïssent férocement et qui possèdent chacun sa « bombinette » qu’ils n’hésiteront pas à utiliser en fonction du « bon plaisir » de leurs dirigeants…

        +5

      Alerter
  • fanfan // 18.06.2020 à 12h30

    Philippe Fabry – « La Chine et l’Inde peuvent-elles vraiment risquer une guerre, potentiellement nucléaire, pour une question de frontière en des terres inhospitalières ?
    Il faut bien comprendre que la question ne se pose pas en ces termes, et qu’au contraire nous parlons ici d’intérêts vitaux pour la Chine, et semi-vitaux pour l’Inde.
    Vitaux pour la Chine, car ses dirigeants savent qu’au point de puissance où elle est arrivée, elle devient un rival très sérieux pour les Etats-Unis, et que la confrontation se rapproche. Dans cette confrontation, elle se sait relativement isolée, et doit impérativement se rendre capable de résister et de vaincre pour ne pas revivre une humiliation comme celle du XIXe siècle contre les Occidentaux. Elle sait que les détroits stratégiques pour se fournir en hydrocarbures sont tenus par les USA, c’est pour cette raison qu’elle a créé le Corridor Economique Pakistan-Chine, qui offre un accès quasi direct aux sources d’hydrocarbures du Moyen Orient. Mais ce corridor passe par un territoire revendiqué par l’Inde, sur lequel la Chine elle-même n’a pas de droit direct. Si L’inde accroît son contrôle sur le Cachemire qu’elle occupe déjà et se met en tête de s’emparer du Cachemire pakistanais, le canal d’approvisionnement direct de la Chine serait coupé et sa situation géostratégique très dégradée, au point de l’exposer dangereusement à toute manoeuvre américaine… https://www.historionomie.net/post/chine-inde-la-guerre

      +16

    Alerter
  • fanfan // 18.06.2020 à 12h53

    L’OTAN est toujours à la recherche d’ennemis pour tenter de justifier son existence fragile et persistante,
    Nouveau sur la liste de Stoltenberg, la Chine. Il veut que l’OTAN s’implique avec les États-Unis pour affronter la Chine, qui a une population de 1,4 milliard d’habitants, la plus longue frontière terrestre du monde (22 117 km) et un littoral de 14 500 km, justifiant le maintien d’une grande force de défense.
    … Ils se rapprochent de nous dans le cyberespace. Nous les voyons dans l’Arctique, en Afrique. Nous les voyons investir dans notre infrastructure essentielle. Et ils travaillent de plus en plus avec la Russie. Tout cela a des conséquences sur la sécurité des alliés de l’OTAN. Et par conséquent, nous devons être en mesure de répondre à cela, d’y remédier. »… https://www.zerohedge.com/geopolitical/floundering-nato-tries-surface-confronting-china

      +3

    Alerter
    • Gggg // 19.06.2020 à 01h37

      L’OTAN est une menace pour les alliés autant que la Chine.

        +3

      Alerter
  • catherine // 18.06.2020 à 13h38

    Bonjour Fanfan,

    Que voulez-vous dire par là ? :

     » Tout cela a des conséquences sur la sécurité des alliés de l’OTAN »

      +0

    Alerter
    • antoniob // 18.06.2020 à 18h00

      ce n’est pas fanfan qui tient ce propos, il cite Stoltenberg….

        +2

      Alerter
  • Casimir Ioulianov // 18.06.2020 à 14h00

    Ils s’étaient pas déjà crêpés le chignon pour ce bout de désert dans les 60’s ? Mais putain y a rien dans le Ladak ; quel intérêt autre que la propagande à verser le sang pour trois pèlerins et deux troupeaux de chèvres , d’accord ça fait de la trèèèèss belle laine mais quand même !
    Ça sent fortement « la continuation de la politique par d’autres moyens » ce truc.. Ajoute à ça le fait que depuis l’arrivée du BJP il y a une multiplication des « incidents de frontière  » (surtout avec le Pakistan) , que la presse chinoise tire gros sur la désescalade pendant que les médias du sous-continent postent tout les même de Winnie l’ourson qu’ils ont et ça donne un tableau pas bien reluisant de la situation.
    Perso je vois pas la situation partir sur du conflit ouvert et encore moins sur du nucléaire. Je vois pas non plus l’OTAN s’en mêler : dépêcher un CV en pleine pandémie c’est envoyer un potentiel bouillon de culture pas efficace aller tapisser le fond du golfe du Bengale , la Chine c’est pas le Yemen…

      +0

    Alerter
    • weilan // 18.06.2020 à 16h08

      « Il n’y a rien dans le Ladakh ».
      C’est un peu vrai, sauf que la partie appelée Aksai Chin est nécessaire aux Chinois à cause de la route n°219 ultra-stratégique car le seul et unique lien entre 2 régions: le Xinjiang et le Tibet. Voir mon commentaire plus haut.

        +5

      Alerter
      • iMike // 18.06.2020 à 18h48

        Il y a d’autres routes qui relient le Xinjiang au Tibet que la n°219, qui n’a d’ailleurs pas grand chose d’une route. Les rares camions empruntant la section « Aksai Chin » sont ceux de petits commerçants Ouïghours et ceux de l’armée. La route est également impraticable près de la moitié de l’année.

          +2

        Alerter
  • Nanker // 20.06.2020 à 15h34

    « Faites attention à ce site, pour l’avoir utilisé pdt qlq temps, je me suis rendu compte qu’il y avait également pas mal d’info très douteuses ».

    Strategika51 un site douteux? Quelle surprise! Le type qui l’anime passe son temps à « révéler » des « infos » qui n’existent que dans son imagination. Vous vous souvenez des dizaines de forces spéciales françaises capturées par l’armée de Bachar?
    J’en ris encore!

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications