Les Crises Les Crises
17.juin.202017.6.2020 // Les Crises

Pour certains, survivre au Covid-19 ne signifie pas prompt rétablissement

Merci 114
J'envoie

Source : The New York Times
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Retour sur la longue durée de la convalescence et les séquelles persistantes pour certains patients.

Les symptômes invalidants peuvent subsister longtemps après que le corps d’une personne se soit débarrassé du coronavirus, une réalité à laquelle les Italiens sont confrontés depuis quelques semaines.

Lorsque Morena Colombi a finalement été testée négative au coronavirus le 16 mars, le décompte officiel l’a classée parmi les personnes guéries de la Covid-19, une victoire parmi les tragédies qui ont accablé l’Italie. Mais elle était loin d’être rétablie, sa toux et sa fatigue incapacitante étaient loin d’avoir disparu.

Cinq semaines plus tard, le 21 avril, elle a repris son travail de développement de couleurs pour une société de cosmétiques, mais avec un essoufflement et des muscles douloureux, elle s’est trouvée incapable de faire ne serait-ce que de brèves promenades. Un autre test a confirmé qu’elle n’était plus infectée. Mais 11 semaines après avoir été contaminée par le virus, soit le jour même où l’Italie mettait les villes en quarantaine pour la première fois, elle n’a toujours pas retrouvé son état habituel.

« Cela prend beaucoup de temps« , a déclaré Mme Colombi, 59 ans, qui vit à Truccazzano, commune du nord de Milan. « Je n’arrive pas à retrouver mes rythmes naturels. »

L’Italie a été le premier pays européen à être durement touché par la pandémie : ses unités de soins intensifs ont été submergés et ses personnes âgées sont mortes en nombre avant que la vague n’atteigne l’Espagne, la France, les États-Unis ou la Grande-Bretagne. L’Italie est donc également en avance pour faire face à la longue durée de la maladie et aux séquelles persistantes pour certains patients.

De nombreux Italiens ont appris à reconnaître la façon dont l’infection peut persister pendant des semaines, les symptômes peuvent se prolonger pendant encore bien des semaines de plus, et la guérison complète peut prendre encore plus de temps – si jamais elle survient. Sur plus de 218 000 personnes en Italie qui ont été testées positives, plus de 30 000 sont mortes et le gouvernement indique que plus de 103 000 d’entre elles se sont rétablies.

L’obstination du virus et la durée de la convalescence sont devenues des sujets de conversation dans le nord de l’Italie où certains des Italiens qui souffrent le plus se retrouvent dans l’incertitude physique et financière, incapables de se remettre de la maladie et de la fatigue et de reprendre le travail.

Leur expérience peut également être instructive pour d’autres nations qui luttent pour relancer leur économie.

« Nous avons vu de nombreux cas où les gens mettent beaucoup de temps à se rétablir« , a déclaré Alessandro Venturi, le directeur de l’hôpital San Matteo de la ville lombarde de Pavie, ajoutant que la gêne semble souvent durer encore plus longtemps quand les personnes ont présenté des symptômes plus légers. « Ce n’est pas la maladie qui dure 60 jours, c’est la convalescence« , a-t-il déclaré. « C’est une très longue convalescence« .

La plupart des personnes qui attrapent le virus ont peu ou pas de symptômes, mais certaines tombent très malades, et sont le plus souvent atteintes de pneumonie. Toute pneumonie endommage les poumons, qui peuvent mettre des mois à guérir, et les médecins avertissent que l’atteinte pourrait laisser des séquelles définitives.

Les études font également état de lésions rénales, cardiaques, hépatiques et neurologiques, souvent dues à des infections secondaires, et personne ne sait quelles sont les perspectives à long terme pour ces patients.

Mais même certaines des personnes infectées qui ont échappé à la pneumonie font état d’une maladie incroyablement persistante et imprévisible, avec des symptômes inattendus. On se sent les os rompus. Les sens sont émoussés. Les estomacs sont constamment perturbés. Il y a de bons jours et puis de mauvais jours sans rythme ni raison apparents.

Les personnes touchées trouvent les tâches les plus simples très pénibles à effectuer. Les tests sont encore majoritairement réservés aux personnes hospitalisées, et les personnes souffrant de symptômes moins graves mais tenaces sont donc confrontées au doute quant à leur éventuelle contamination par le virus.

Le Dr Annalisa Malara, médecin aux soins intensifs à Codogno, au sud-est de Milan, qui a diagnostiqué le premier cas de l’épidémie en Italie en février, a déclaré qu’on ne comprenait pas encore très bien pourquoi le virus et ses effets ont persisté si longtemps.

« Le manque d’énergie et la sensation d’avoir des os brisés » sont courants, a-t-elle dit, ajoutant que la fatigue persistait souvent « même après la disparition des symptômes les plus intenses« .

Dans le nord de l’Italie, l’épicentre de la contagion dans ce pays, une levée partielle du confinement ce mois-ci a permis à davantage de familles et d’amis de comparer ce qu’ils ont vécu.

« Ça ne finit jamais« , a déclaré Martina Sorlini, une enseignante de 29 ans, professeur de mathématiques et de physique en lycée, qui a une fièvre légère latente depuis le début du mois de mars. Elle a précisé que la toux et le mal de gorge ont fini par disparaître et qu’après trois semaines, elle a retrouvé son sens du goût et de l’odorat et a même trouvé assez d’énergie pour courir et s’occuper des légumes dans son jardin.

Puis sont arrivés les maux d’estomac, la fatigue et le retour de la fièvre. Et cela dure toujours, ce qui rend son travail en ligne d’enseignante de lycée extrêmement fatigant.

« J’étais convaincue que j’allais mieux. Ils ne savent pas ce qu’il s’est passé« , a déclaré Mme Sorlini. « Eux aussi découvrent tout cela pour la première fois. »

Selon certains, l’expérience des personnes qui souffrent depuis longtemps, voire qui sont gravement malades, mériterait plus d’attention.

Edmondo Cirielli, député du parti de droite Fraternité d’Italie, a fait remarquer que le ministère de la santé devrait accorder plus d’attention à des cas comme le sien.

Lors du week-end du 7 mars, M. Cirielli a eu de la fièvre et a souffert de symptômes semblables à ceux d’un rhume. Il a acquis la conviction qu’il avait attrapé le virus en touchant une surface infectée dans la Chambre du Parlement. Il a été testé positif cette semaine-là.

Presque immédiatement, dit-il, sa fièvre et sa toux ont disparu, et il pensait que tout irait bien. Puis il a eu ce qu’il a appelé une « petite crise respiratoire » qui l’a conduit à l’hôpital.

Mais comme il ne s’agissait pas d’une pneumonie, il est rentré chez lui pour se mettre en auto-quarantaine. Là, il a souffert d’une fatigue invalidante, de maux de gorge, de diarrhée et de douleurs intenses à la base du cou qui l’empêchaient de se concentrer.

« Un jour j’allais bien, le lendemain pas du tout. Il ne s’agissait pas d’une montée vers un pic puis une redescente. Il y a eu des hauts et des bas pendant un mois« , précise-t-il. Puis les choses sont devenues plus bizarres.

Après 40 jours pendant lesquels il s’est senti misérable, il a été testé négatif au virus, mais ses yeux brûlaient toujours et les épisodes de diarrhée continuaient, ajoute-t-il.

À la fin du mois, il s’est finalement senti mieux, mais un autre résultat de test est revenu positif, l’obligeant à passer des semaines supplémentaires en isolement, pendant lesquelles il occupe son temps en regardant « Versailles » sur Netflix.

Ingrid Magni, 44 ans, a eu de la fièvre et des frissons le 21 mars. »Ça ne m’a jamais quitté« , a-t-elle dit, ajoutant qu’elle a commencé à souffrir de maux de tête intenses après environ trois semaines. Les médecins ne pouvaient que recommander des analgésiques en vente libre et l’alitement. Elle était essoufflée ne serait-ce qu’en faisant son lit.

« J’étais obligée de m’asseoir« , a-t-elle dit. « J’étais trop fatiguée. »

Ne pouvant bénéficier d’un test par écouvillonnage, qui est généralement réservé aux patients des hôpitaux, elle a dit à son patron dans une usine chimique qu’elle subirait un test d’anticorps, qui pourrait être utilisé pour déclencher un test officiel par écouvillonnage pour le virus lui-même si des anticorps sont détectés.

Mais elle n’a toujours pas reçu les résultats. Elle a hâte de reprendre le travail d’ici le milieu du mois et ne sait pas combien de jours de congé maladie supplémentaires le médecin lui accordera.

D’autres veulent simplement se sentir mieux. Albertina Bonetti, 77 ans, de Trescore Balneario, près de Bergame, a commencé à avoir des nausées et de la fièvre le 7 mars, suivies de déshydratation et de diarrhée. Après dix jours de fièvre, ses jambes ont commencé à lui faire tellement mal qu’elle ne pouvait plus poser le pied par terre.

Elle a eu besoin d’avoir recours à une bouteille d’oxygène du 20 mars à la fin avril, mais lorsqu’elle s’est rendue à l’hôpital, le personnel a refusé de l’admettre – elle n’a donc pas été testée non plus.

Mme Bonetti a déclaré qu’elle souffrait toujours d’essoufflement et de fatigue et que ses sens étaient toujours déréglés. La vie normale et le goût de son café au lait lui manquent le matin. « Ça laisse quelque chose à l’intérieur de vous« , a-t-elle dit à propos du virus. « Et on ne redevient jamais comme on était avant. »

Source : The New York Times
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ancilevien74 // 17.06.2020 à 11h48

On peut aussi lire le témoignage de Tatiana Ventôse, youtubeuse française jeune, en bonne santé, touché par le covid-19 et ayant beaucoup de mal à s’en remettre.
https://fr.tipeee.com/tatiana-ventose/news/86901

14 réactions et commentaires

  • John V. Doe // 17.06.2020 à 09h45

    Je fait partie de ceux qui ont souffert un peu longtemps du Covid 19. Un mois et demi avec des douleurs dans les bronches, plus d’odorat, pas de souffle : au début, une rue était le maximum à marcher, etc… Ouais, c’est une belle saloperie.

      +5

    Alerter
    • Basile // 17.06.2020 à 13h26

      et moi je fais partie de ceux qui ne savent pas s’ils l’ont eu. Aucune fièvre, faible toux sèche le matin selon les jours qui disparait rapidement dans la marinée, comme c’est classique en hiver. ,Aucune perte d’odorat. Bref, simple rhume d’hiver ou rhume des foins du printemps ?

      j’ai fait le test de retenir son souffle 10 s. Résultat, je tiens 2mn30s.

      puis alternance de divers états depuis avril : plusieurs semaines sans aucun symptôme, ni fatigue, ni douleur. Puis certains jours respiration profonde impossible. Tel que ce matin, douleurs aux côtes après de la fatigue la veille. inspiration profonde impossible. Puis une course impérative à faire dans Paris à vélo. Et tout disparait, bien qu’ayant foncé « comme un malade » (pour suivre une belle fille) 🙂

        +5

      Alerter
  • thecis // 17.06.2020 à 09h55

    Par ailleurs, on parle très peu des effets pathologiques secondaires, notamment cardiaque à propos des fibrillations auriculaires. J’imagine qu’il est trop tôt pour avoir du recul sur cette maladie.

      +3

    Alerter
  • pseudo // 17.06.2020 à 10h39

    voir aussi, https://www.theguardian.com/world/2020/jun/15/covid-19-can-damage-lungs-victims-beyond-recognition-expert-says?CMP=share_btn_tw

    l’essentiel.

    un professeur en cardiovasculaire réalise des autopsies sur des italiens décédés suite à plus de 30 jours de covid et étudie les organes internes. Il découvre que les poumons sont atteints gravement, avec des tromboses massives. A tel point que les dégâts occasionnés peuvent rendre l’organe méconnaissable. Ces résultats sont très différents des observations faites sur des cas de mers, sras ou des pneumonies plus classique. Ce virus se comporte différemment de ce qui est connu en tuant les cellules de l’hôte.

      +6

    Alerter
  • pseudo // 17.06.2020 à 10h48

    voir aussi cette petite image médicale, d’un poumon attaqué au covid.

    https://youtu.be/pnS4MbRribw?t=1020

    La patiente de 20 ans a subit une double transplantation pulmonaire.

    Pour rappel, d’habitude on c’est ainsi qu’on s’imagine un poumon, https://www.google.com/search?q=image%20poumon%20sain&tbm=isch

      +2

    Alerter
    • VVR // 17.06.2020 à 11h51

      En France, La norme est que chaque jour 270 personnes vont avoir une embolie pulmonaire, principalement suite a une immobilisation ou un alitement prolongé, et 50 vont en mourrir. Ces cas isolé n’ont rien d’exceptionnels, coronavirus ou pas.

        +4

      Alerter
      • Zenobie // 17.06.2020 à 15h04

        Non, pendant le Covid 19, il y a chez certains patients une hypercoagulabilité qui a marqué les esprits et qui constitue du « jamais vu » auparavant. Des neuroradiologues interventionnels à New-York ont pris en charge des patients de 30 ou 40 ans pour des AVC massifs alors qu’ils n’avaient absolument aucun facteur de risque. L’un d’entre eux décrit même avoir vu le sang coaguler à l’extrémité de la sonde, sous scopie, pendant qu’il montait une tentait de déboucher une artère cérébrale.
        Clairement, chez certains patients, il y a déclenchement de phénomènes d’hypercoagulabilité qui n’ont pas encore trouvé d’explications.

          +4

        Alerter
        • VVR // 18.06.2020 à 09h11

          Et a chaque fois, c’est un médecin qui raconte son impression basée sur un ou deux patient sur des choses rare mais qui arrivent régulièrement (un AVC a moins de 45 ans, c’est effectivement rare, mais rare signifie 20 / 100 000 chaque année, des fibroses pulmonaires inexpliquées, c’est 20 / 100 000 également). Et comme je le disais, une embolie pulmonaire c’est fréquent, surtout après un long alitement, plusieurs semaines en hôpital par exemple.

          Ce que je retire de la lecture des ces articles, ce n’est rien de plus que ce qu’il y est écrit: LE docteur nous parle de SON patient, avec le prénom pour qu’on se sente plus proche, qui a eut un symptôme spectaculaire. Et si ce n’était pas spectaculaire, on n’en parlerais pas.

          Vu le nombre de malade, il ne serait pas étonnant que quelques cancéreux ait eut une remission spontanée pendant qu’il avait le covid: c’est extrêmement rare, de l’ordre d’un 1 cancer sur 60000, mais sur des millions de malade c’est plus que possible. Peut-on en conclure pour autant que le covid guéri le cancer ?

            +9

          Alerter
          • herve_02 // 19.06.2020 à 14h53

            un barbu c’est un barbu
            trois barbus c’est des barbouzes.

              +1

            Alerter
  • Ancilevien74 // 17.06.2020 à 11h48

    On peut aussi lire le témoignage de Tatiana Ventôse, youtubeuse française jeune, en bonne santé, touché par le covid-19 et ayant beaucoup de mal à s’en remettre.
    https://fr.tipeee.com/tatiana-ventose/news/86901

      +5

    Alerter
  • herve_02 // 18.06.2020 à 17h23

    De toute façon, en france, on a fait officiellement le choix d’attendre la détresse respiratoire pour soigner. C’est la première fois dans l’histoire de la médecine que l’on a décidé de ne rien faire lorsqu’un patient est malade. Les médecins qui ne s’insurgent pas contre cela ne méritent pas l’appellation de médecin.

    Après on s’étonne des cas graves. On a choisit d’avoir des cas grave. Faut pas s’étonner qu’il y en ait. Et dans les cas graves, il y a obligatoirement et automatiquement des morts. C’est comme jouer à la roulette russe avec un nombre indéterminé de balles dans le barillet et s’étonner du nombre de mort en accusant le hasard d’être un ennemi mortel.

    Mieux vaux une bonne autopsie qu’un traitement sans étude randomisée. C’est ce qu’ils ont eu des bonnes autopsie et des vieux que l’on pique par manque de place.

      +8

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications