Les Crises Les Crises
3.juillet.20203.7.2020 // Les Crises

OTAN : 1 000 soldats américains supplémentaires en Pologne

Merci 372
J'envoie

Source : Military Times, Jonathan Lemire, Deb Reichmann
Traduit par les lecteurs du site les-Crises

Le président Donald Trump a accueilli le président Polonais à la Maison Blanche mercredi suite à la décision américaine d’envoyer d’avantage de troupes américaines en Pologne pour soutenir le front est de l’OTAN contre une éventuelle agression Russe, principale préoccupation des deux chefs d’États.

Dès avant l’arrivée d’Andrzej Duda, l’ambassadrice américaine en Pologne, Georgette Mosbacher, a annoncé sur TVN24 que les États-Unis allaient envoyer 1 000 soldats supplémentaires en Pologne – en plus des 1 000 déjà annoncés l’an dernier. Mais elle a ajouté qu’ils ne seraient pas forcément transférés depuis l’Allemagne, d’où Trump prévoit de retirer environ 10 000 soldats.

C’est la troisième visite de Duda à Washington depuis la prise de fonctions de Trump et la première visite d’un chef d’état à la Maison Blanche depuis que la pandémie de coronavirus a amené le confinement. Les délégations américaine et polonaise ainsi que les membres des médias ont été testés avant la rencontre des deux présidents dans le Bureau Ovale, bien qu’il soit à noter qu’aucun des représentants officiels n’ait porté de masque.

Trump a accueilli Duda chaleureusement et a insisté sur le fait que c’était tout autant sa relation privilégiée avec le président que les liens étroits qui lient les deux nations qui avaient fait que Duda était le premier dirigeant étranger à être reçu depuis le début de la pandémie.

« Nous n’avons jamais été plus proches de la Pologne qu’à présent », a dit Trump.

Les deux dirigeants ont également discuté de sécurité énergétique, notamment du gazoduc souhaité par la Russie pour transporter d’avantage de gaz naturel vers l’Europe. Les sanctions américaines ont fait obstruction à la construction de celui-ci, conduisant à des dissensions entre les États-Unis et leurs alliés européens qui veulent ce gaz. Les autres sujets abordés comprennent la cyber-sécurité, les télécommunications, les réseaux 5G et la coopération économique.

Dans un accord annoncé l’an dernier, les États-Unis prévoient déjà d’envoyer environ 1 000 soldats supplémentaires en Pologne et, selon les autorités, des progrès ont été faits pour préparer ces mouvements de troupes.

La lieutenant-colonelle Carla Gleason, porte-parole du Pentagone, a déclaré que celui_ci « travaille actuellement avec le commandement américain en Europe conformément aux directives du président ». Elle a déclaré que les priorités du département consistent à renforcer la dissuasion contre la Russie, ce qui est un élément clé de toute avancée en Pologne. Sur la base de l’accord avec la Pologne, les États-Unis ont décidé d’ajouter un quartier général de division, un centre d’entraînement au combat, un escadron de drones et une structure pour soutenir une brigade de l’armée de terre qui serait en mesure d’entrer et de sortir du pays par roulement.

Le ministère de la défense étudie les possibilités de retirer ses troupes d’Allemagne, mais même si certaines de celles-ci pourraient être déployées en Pologne, territoire voisin, le retrait représentera tout de même un défi logistique et prendra du temps. Les autorités américaines précisent qu’aucune décision définitive n’a été prise quant à la destination des troupes actuellement stationnées en Allemagne.

Trump s’est dit déterminé à réduire le nombre de soldats en Allemagne de 35 000 à 25 000. La rumeur du départ des troupes est ancienne et conforme aux efforts du Pentagone d’envoyer davantage de militaires dans le bassin Indo-Pacifique. Mais les commentaires de Trump indiquent que ce choix est lié plus directement à sa colère envers l’Allemagne qui n’a pas fourni à l’OTAN le budget attendu pour la défense.

« Plusieurs milliers de soldats actuellement affectés en Allemagne pourraient être redéployés dans d’autres pays d’Europe », a annoncé, dans un éditorial publié mardi dans le Wall Street Journal, Robert O’Brien, conseiller de Donald Trump pour la sécurité nationale. « Des milliers de ceux-ci doivent s’attendre à être envoyés dans le bassin Indo-Pacifique, là où les États-Unis maintiennent une présence militaire comme à Guam, Hawaï, en Alaska et au Japon, mais aussi dans des endroits comme l’Australie. »

Un certain nombre de membres du Congrès se sont opposés à la décision de Trump, et des Républicains lui ont envoyé une lettre soulignant leur inquiétude. Retirer les troupes, a dit Michael McCaul, représentant républicain du Texas « pourrait davantage nuire aux intérêts de la sécurité nationale des États-Unis et à nos alliés et partenaires de l’OTAN qu’encourager l’Allemagne à augmenter sa contribution. »

Au total, les États-Unis comptent 47 000 soldats et personnels civils en Allemagne, répartis sur différentes bases, quartiers généraux et installations diverses. La plupart des 35 000 soldats en service actif se trouvent dans une poignée de bases plus importantes de l’Armée et de l’Air Force, y compris la base aérienne de Rammstein, un pôle régional. Il y a également 2 600 gardes nationaux et réservistes en Allemagne et presque 12 000 civils travaillant pour les services du ministère de la défense.

Source : Military Times, Jonathan Lemire, Deb Reichmann
Traduit par les lecteurs du site les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 03.07.2020 à 08h30

Imaginez que la Russie envoie « 1000 soldats supplémentaires » au Mexique, à la demande de Mexico.
Imaginez que Vladimir Poutine déclare : « Nous n’avons jamais été plus proches du Mexique qu’à présent ».
Imaginez l’hystérie à Washington, les titres de nos journaux, les réactions du NATO, etc.

Comparaison osée ? Mais les USA ont pris bien plus au Mexique (1845-1848) que la Russie n’a jamais pris à la Pologne. Et c’est bien la domination polonaise (XVIe-XVIIe s.) qui a détaché l’Ukraine de la Moscovie, ces deux Russies que l’Occident a voulu monter l’une contre l’autre.

Devant une situation anormale, il est bon d’imaginer le symétrique. Prenez le drame de Cavalese (1998) : les Américains auraient-ils accepté qu’un avion militaire italien tranche accidentellement le câble d’un téléphérique aux USA, causant la mort de vingt personnes, et que l’équipage responsable soit rapatrié en Italie ?

https://it.wikipedia.org/wiki/Incidente_della_funivia_del_Cermis

27 réactions et commentaires

  • Pie vert // 03.07.2020 à 07h33

    Bonjour, c’est assez logique la Pologne est un état clé en Europe pour séparer la Russie de l’Europe occidentale. La France, comme l’Allemagne traversent une crise dont on peut être certain qu’elle va les affaiblir durablement et engendrer des politiques erratiques; à l’inverse la Pologne est cohérente et ne fait confiance ni à Berlin,ni à Paris et là encore c’est assez logique. : Regardez Macron il fait des discours agressifs à l’encontre d’Erdogan pour vite se coucher dans les faits en Mediterranee, Merckel est transparente. Les polonais se doutent bien que face à Poutine ces européens sont des nains .

      +7

    Alerter
    • Ovni de Mars // 03.07.2020 à 08h07

      La Pologne fait tout à fait confiance à l’Allemagne puisqu’elle dépend d’elle pour sa prospérité économique ! La Pologne est subventionnée par le budget de l »UE donc par l’Allemagne. Beaucoup de Polonais travaillent indirectement pour les entreprises allemandes.
      Les pays européens ne sont pas des nains par rapport à Poutine mais plutôt la Pologne puisqu’elle estime avoir besoin des soldats américains

        +22

      Alerter
      • Pascalcs // 03.07.2020 à 10h02

        Il y a du vrai et du raccourci dans votre commentaire.
        1. De nombreuses entreprises autres qu’allemandes sont installées en Pologne même si les entreprises allemandes sont les plus représentées. Je pense qu’il n’y quasiment aucune entreprise dans le CAC ou en dehors qui n’ai d’activité plus ou moins développée en Pologne.
        2. L’Allemagne est la plus haute contribution au budget de l’UE mais pas que. Le UK, la France, l’Italie sont aussi des hauts contributeurs et la Pologne est le plus haut récipiendaire sauf erreur de ma part.
        En fait la Pologne a la mémoire des années 39-40 et à raison de ne pas faire confiance à des pays dont le revirement de veste et la lâcheté quasi légendaire de leurs dirigeants et édiles n’est plus à prouver. Difficile de ne pas comprendre les polonais. Par contre ceux-ci font dans l’UE preuve d’un opportunisme hautement agaçant.

          +4

        Alerter
        • Anfer // 03.07.2020 à 10h24

          Je connais bien la Pologne.

          La version de l’histoire enseigné la bas est un mélange de nationalisme chauvin combiné à un côté « calimero » de victimes de l’histoire.

          La question des erreurs colossales commises par les dirigeants Polonais successifs durant l’entre deux guerres n’est jamais abordé.

          En fait, le point commun de la France et de la Pologne, c’est d’avoir une classe politique/économique indigne de sa population, volontiers apatride et préférant la domination étrangère à la perte de ses privilèges.

          La Russie est actuellement faible, moins que durant la période Eltsine, mais sa puissance n’a rien à voir avec l’époque soviétique.
          Personne de sérieux ne pense qu’elle a l’intention de se retrouver avec 50 millions de polonais hostiles à gérer, alors quelle galère déjà avec ses minorités. (En plus pour quelle raison ? Je vexe les polonais en leur faisant remarquer que leur pays n’a aucun intérêt pour la Russie)

          Le moment est idéal pour la Pologne de se rapprocher se la Russie, en plus les gouvernements des deux pays sont assez proches au niveau de leurs valeurs.

          Au lieu de ça, les dirigeants polonais, comme leurs prédécesseurs ses années 20 et 30, sont persuadés d’être bien plus fort qu’ils ne le sont, et se remettent à rêver d’une grande Pologne de la baltique à la mer noire.

          Ils ne semblent pas réaliser que le soutien américain est conditionné uniquement aux intérêts des États-Unis, et qu’ils n’hésiteront pas à laisser tomber la Pologne si ça favorise leurs intérêts.

            +40

          Alerter
          • hub // 03.07.2020 à 13h14

            Oui c’est à peu près cela . la Pologne doit se remettre à la page . La Russie ne les attaquera jamais , même les pays baltes n’intéresse pas la Russie . L’empire est mort et bien mort pour la Russie et aucun russe n’a envie de le résussiter . Tout empire est en premier ruineux .

              +13

            Alerter
          • Philippe T. // 03.07.2020 à 18h05

            Bonjour,
            Vous surestimez la population polonaise, 50 millions? Non, il ne sont que 38 millions.
            Je ne sais pas si, comme vous le pensez, les polonais s’illusionnent sur leur forces, mais ce que je sais c’est qu’ils sont bien conscients du malheur historique d’être placés entre l’Allemagne et la Russie.
            Cordialement

              +1

            Alerter
            • galvan // 04.07.2020 à 08h25

              Je pense, pour travailler avec des polonaIs tous les jours, que la peur du voisin russe est bien présente dans les esprits. Par contre il est certain qu’un certain enthousiasme pro occident les pousse souvent à surestimer leurs capacités. L’expérience technologique reste quand même fragile et n’est encore au même niveau que les pays d’europe de l’ouest.

                +2

              Alerter
          • galvan // 04.07.2020 à 08h18

            Juste une petite correction : les polonais ne sont pas 50 millions, ils sont à peine 38 millions avec de gros problèmes de natalité.

              +2

            Alerter
      • pie vert // 03.07.2020 à 16h42

        économiquement vous avez raison, mais l’Allemagne refuse d’exister politiquement donc la Pologne qui connait fort bien ses limites face à Moscou, se rend à Washington, et c’est assez logique.
        Mais du reste avec la politique de la BCE et les coups de mentons vert de l’Allemagne (et bientôt la France) même économiquement la Pologne devrait revoir ses intérêts et se rapprocher des USA et du royaume-uni.

          +1

        Alerter
    • Anfer // 03.07.2020 à 08h08

      C’est de la politique intérieure avant tout, il y a des élections présidentielles en Pologne et la russophobie est une ficelle bien éprouvé.

      1000 ou 10 000 soldats de plus ne changerons pas grand chose.
      Personne de sérieux ne pense que la Russie a l’intention d’envahir la Pologne.
      Qui de toute façon n’a que l’enclave de Kaliningrad comme frontière avec la Russie.

        +27

      Alerter
    • Emery // 03.07.2020 à 13h42

      J’ai bien peur que leur manque de confiance soit tout à fait inutile comme les 1000 soldats américains qui sont comme une petites pilules homéopathique.
      Les Russes se foutent complètement des soldats américains basée en Pologne.
      Avec leur enclave à kalinine ils peuvent en toute sécurité observer ces pauvre soldat.
      Tout cela doit bien faire rire Poutine.
      Plus les Américains dépenses de l’argent et mieux c’est pour les Russes car ils savent que c’est tout à fait inutile comme l’exemple de l’Ukraine nous le montre.

        +9

      Alerter
      • Pierre Darras // 03.07.2020 à 18h21

        Non, je ne pense vraiment pas que Poutine ai envie de rire quand il constate qu’une bande de cinglés en plein hubris à la langue fourchue, alimentent l’hystérie des enragés russophones pour implanter des systèmes transformables incognito en lanceurs nucléaire à moins de 20 minutes de missiles de Moscou.
        Personne n’a envie de rire en Russie, raison du revirement total et soudain de Poutine quant à la possibilité de rester à la tête du pays et aussi du véritable plébiscite du référendum consécutif.
        Les Russes savent mieux que personne ce quecoûte la folie arrogante de l’ouest catholico-protestant, teutoniques, Polonais, Suedois, Français, Francais+anglais, Allemands puis Zuniens. Et même s’ils ont foi en une victoire finale, ils connaissent le prix.
        Non, je ne pense pas qu’ils aient envie de rire.

          +17

        Alerter
        • Emery // 06.07.2020 à 16h27

          Je pense que si. ça les fait sourire. Il n’y a absolument aucun risque pour les Russes. Les Américains le savent, ‘l’otan le sait, les Russes le savent, seuls les Polonais l’ignorent.
          Pourquoi les Russes s’inquiéterait t-il de la présence de 1000 soldats américains qui seront étroitement surveillés depuis kalinine.
          Il paraît que pendant les bombardements de la seconde Guerre mondiale, les défense anti-aérienne allemande qui se révélèrent la plupart du temps inutile faisait le plus de bruit possible pour rassurer la population.
          Cette mesure est du même tonneau.
          Putin se fout complètement de la Pologne. Il attend pour l’instant que l’Ukraine s’effondre. De plus ce qui se passe en mer de Chine et beaucoup plus important pour lui.

            +0

          Alerter
  • Fritz // 03.07.2020 à 08h30

    Imaginez que la Russie envoie « 1000 soldats supplémentaires » au Mexique, à la demande de Mexico.
    Imaginez que Vladimir Poutine déclare : « Nous n’avons jamais été plus proches du Mexique qu’à présent ».
    Imaginez l’hystérie à Washington, les titres de nos journaux, les réactions du NATO, etc.

    Comparaison osée ? Mais les USA ont pris bien plus au Mexique (1845-1848) que la Russie n’a jamais pris à la Pologne. Et c’est bien la domination polonaise (XVIe-XVIIe s.) qui a détaché l’Ukraine de la Moscovie, ces deux Russies que l’Occident a voulu monter l’une contre l’autre.

    Devant une situation anormale, il est bon d’imaginer le symétrique. Prenez le drame de Cavalese (1998) : les Américains auraient-ils accepté qu’un avion militaire italien tranche accidentellement le câble d’un téléphérique aux USA, causant la mort de vingt personnes, et que l’équipage responsable soit rapatrié en Italie ?

    https://it.wikipedia.org/wiki/Incidente_della_funivia_del_Cermis

      +57

    Alerter
    • LibEgaFra // 03.07.2020 à 10h26

      Mexique? Ou Cuba? Ou même Vénézuéla? Avec des rampes de missiles anti-missiles? Avec un stock bombes nucléaires?

        +7

      Alerter
      • Anfer // 03.07.2020 à 11h05

        C’est comme mettre des missiles nucléaires en Turquie…
        Pays qui avait en 1961 une frontière directe avec L’URSS.

          +11

        Alerter
    • Pierre Darras // 03.07.2020 à 18h35

      Excellent, ou les personnels diplomatiques Russes et Chinois recevant les BLM à l’ambassade ou s’affichant avec les deboulonneurs de statues de Washington, Jefferson et Teddy Roosevelt en saluant ce combat contre l’oppression raciale, annonçant un financement de plusieurs dizaines de millions de dollar de ces mouvements. Et Soljeninstyne, main dans la main avec Douguine sur le Capitol criant au monde de venir aider militairement ces victimes de l’oppression.. J’en pleure de rire.

        +13

      Alerter
  • Thierry Balet // 03.07.2020 à 12h50

    Je savais pas que la Russie allait envahir la Pologne………et c’est vrai que 1000 hommes supplémentaires feront la différence…….

      +12

    Alerter
    • Pierre Darras // 03.07.2020 à 18h45

      Évidemment voyons que la Russie veut envahir la Pologne et les confettis Baltes, avec leur 8 hab/km2( France 105), ils manquent de place les pauvres, et c’est vrai qu’avec leur 145 millions d’habitants, ils ont absolument besoin d’intégrer 50 millions de non-orthodoxes qui les haïssent de toutes leurs fibres. Et ils ont absolument besoin du charbon Polonais et du hareng Balte. Le premier crétin venu peut voir qu’il est du premier intérêt stratégique Russe d’envahir ces pays, même au risque de l’ostracisation mondiale et même d’une guerre contre un OTAN 10 fois plus peuplé, 40 fois plus riche, 50 fois plus industrialisé, et disposant d’une puissance militaire nominale 30 fous Supérieur.
      C’est même dingue qu’on en discute

        +20

      Alerter
      • LibEgaFra // 04.07.2020 à 10h32

        « et disposant d’une puissance militaire nominale 30 fous Supérieur. »

        Vous calculez comment? Parce que même les ricains ont la trouille des armes russes.

          +3

        Alerter
  • Pierre Darras // 03.07.2020 à 12h50

    L’option Polonaise de Napoléon nous a donné certes 70000 excellentissimes soldats mais nous a coûté une guerre implacable des Russes avec le désastre final qu’on sait. La France perdit définitivement sa place de première puissance mondiale.
    L’option Polonaise de la 3e république en 1920 nous coûta l’invasion Allemande de 40 ( qu’ils n’avaient même pas programmé) et nous a coûté notre sortie de l’Histoire quelques furent les soubresauts gauliens.
    Il ne faudrait pas que l’option Polonaise prise le bras tordu par les anglo-saxons en 98, après avoir détruit toute possibilité f’Europe intégrée, souveraine et sociale tout en nous coûtant une fortune, nous entraîne dans une route inepte de collision avec les Russes où, pour le coup, notre pays disparaîtrait dans le feu nucléaire..
    Laisser ce pauvre pays martyr de la 2e GM , laissé totalement décérébré par les Allemands en 44, prendre une telle importance à l’encontre de TOUS nos intérêts stratégiques laisse pantois sur la lâcheté, la faiblesse et la lucidité de nos gauleiters.

      +23

    Alerter
    • Pierre Darras // 03.07.2020 à 15h11

      Et alors Boyington? Le pacte Ribbentrop Molotov n’a fait que répondre au pacte de Munich où même la Pologne a envahi sa part de la Tchécoslovaquie au grand Dégoût de Churchill. Vous auriez fait Cyr au lieu de jouer avece vos navions, vous auriez eu quelques rudiments d’histoire militaire où il est bien expliqué que Guderian du proposer un plan bricolé à la va vite car Hitler ne pensait pas un seul instant avoir à faire la guerre à l’ouest y étant le chouchou de toute la haute bourgeoisie dans son combat anti bolchevique.
      Et vous auriez dû faire une fc d’histoire aussi. On sort de la 1erecGM saignés à blanc mais victorieux, jouissant d’un prestige unique, maîtres d’un empire considérable et parmis les 1ere puissances mondiales. On sort de la seconde par la bonne gràce des alliés, notre pays failli, notre empire condamné et notre souveraineté anéantie. Seule le finesse du jeu d’équilibre Gaullien entre les blocs nous laissé un zeste d’autonomie, doctrine fidèlement suivie 50 ans avant la livraison du pays aux USA en 2007.
      Et la Marche Vers l’Est était proclamée et martelée depuis Mon Kampf. Pas la marche au sud. Ne mélangez pas tout. Vous manquez de rigueur dialectique cher monsieur et vous faites beaucoup de confusions. Quoique c’est souvent le propre des hommes d’action. On ne peut pas avoir des nerfs d’acier et pratiquer l’ouverture d’esprit. Antinomique. Dés qu’on sort de sa check list intellectuelle, on est perdu. Raison pour laquelle un theoricien d’état major génial est rarement un top opérationnel. Et vice versa.

        +1

      Alerter
    • ouvrierpcf // 04.07.2020 à 00h43

      heu cher ami pour ce commentaire L’option Polonaise de la 3e république en 1920 nous coûta l’invasion Allemande de 40 mon grand père polonais attend toujours l’armée française arrêtée à …DUNKERQUE ! et se débinant déjà au mois d’aout !! pour déclarer la guerre au mois de septembre 1939 et c’est vous la France et les anglais qui avaient signé un accord militaro industriel pour aussi le charbon polonais pour les mineurs polonais venus de leur plein grès la fleur au fusil enfin à la pelle extraire votre charbon pour le vendre aux nazis La France des compagnies privées de charbon commerçait avec les nazis : c’est pour cela que Maurice Thorez nationalisa les charbonnages )Ce n’est pas la Pologne qui déclara la guerre ! Pour l’invasion oui mais la collaboration c’est Pétain oui ou non En Pologne pas de Pétainski pétainska la collaboration la collaboration aucun pays au monde aucune peuplade indienne africaine n’a collaboré avec son envahisseur Pétain et sa clique oui ‘dont François Mitterrand décoré de la francisque oui oui on a les archives maintenant au fait combien de morts résistants en Pologne en France ? pour les camps les stalags AUSCHWITZ aucune compassion ? ah vous ne saviez pas ah oui Merci [modéré]

        +2

      Alerter
      • Pierre Darras // 04.07.2020 à 04h57

        Ce que vous dites ne change absolument rien à mon propos.
        L’option polonaise coûta à Napoléon une guerre inexplicable contre les Russes, tout comme le maintien de notre frontière au Rhin avec occupation Belges et Hollandaise nous coûta une guerre à mort avec l’Angleterre .
        Et si nous avons déclaré la guerre à l’Allemagne en 39, alors que nous n’avions aucun moyen sérieux contre un tel ennemi, c’est bien parce que nous avions garanti les frontières de la Pologne en 1920.
        On peut comprendre l’émotion sur un sujet mais il convient de ne pas se laisser aveugler en mélangeant tout . Salutations

          +7

        Alerter
  • jacqurocant // 03.07.2020 à 17h33

    Eu égard aux infos anxiogènes de nos médias sur la grande, énorme et gravissime pandémie du Covid aux USA, la Pologne devrait demander, par précaution et en même temps, une assistance médicale à l’OTAN. 1000 soldats avec un R0 possible d’au moins 2,5 la Pologne va devoir se confiner illico presto.

      +8

    Alerter
  • mikatypa // 04.07.2020 à 08h24

    Ne pas oublier les commandes d’armes qui vont avec les 1000 soldats US! Trump se moque complètement de l’Europe et de la Russie qu’il laisserait envahir sans bouger. Mais face à l’énormité des contrats avec la Pologne, il n’hésite pas. Surtout au dépend des fabriquant européens et surtout français..
    « La Pologne est sur le point de signer une commande de 32 avions de combat F-35A
    PAR LAURENT LAGNEAU · 24 JANVIER 2020 »

      +6

    Alerter
  • Ribellu // 04.07.2020 à 16h06

    C’est bien car en cas de conflit avec la Russie ce sera 1000 morts en plus, l’OTAN ne fait pas le poids contre la Russie…

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications