Les Crises Les Crises
3.avril.20203.4.2020 // Les Crises

Gaël Giraud : « La sortie du confinement ne sera pas du tout la fin de la crise »

Merci 89
J'envoie

Source : France Inter, Youtube

Économiste et directeur de recherche au CNRS, Gaël Giraud est l’invité d’Eric Delvaux

Source : France Inter, Youtube

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

34 réactions et commentaires

  • Patrick // 03.04.2020 à 12h00

    Eh ben oui .. on se demandait quel serait le déclencheur de la crise économique , on l’a trouvé !!
    en ce qui concerne la décroissance, elle va bien avoir lieu sauf que rien n’est prêt , l’organisation globale de la société ne permet pas une décroissance forte et brutale , sur un temps court.
    Si on prend en compte les grandes agglomérations françaises :
    – il faut des jobs tertiaires pour occuper tous ces gens .. que reste-t-il du tertiaire dans un monde en décroissance ?
    – il faut approvisionner , alimenter des millions de personnes qui ne produisent pas de biens réels
    – il faut générer suffisamment de ressources pour financer l’état , où va-ton trouver le fric nécessaire ?
    Il est gentil Giraud en disant que l’état va financer , où va-t-il trouver le fric ? l’imprimer ? que vaut du pognon que l’on imprime à la tonne ? faudra-t-il une brouette de billets pour aller faire les courses ?

      +6

    Alerter
    • Narm // 03.04.2020 à 12h13

       » pognon que l’on imprime à la tonne  »
      n’est ce pas ce que la BCE fait depuis des mois pour alimenter le gouffre ?
      vaut mieux habiter à la campagne qu’à NewYork où ça risque de saigner ?

        +11

      Alerter
      • Patrick // 03.04.2020 à 12h20

        oui la BCE et surtout la FED impriment en continu depuis 2008, alors qu’il aurait fallu laisser crever les marchés financiers pour y mettre de l’ordre ( grand nettoyage par le vide ), ça aurait mis tout le monde en difficulté mais cela aurait assaini la situation.
        Alors les banques centrales vont continuer la même tactique en espérant que tout tienne encore un peu , mais à mon avis ça va mal finir.
        Je persiste à croire que dans le monde actuel il vaut mieux être à la campane avec un petit lopin de terre ( cette année , nous avons mis un peu plus de patates et de topinambours ).

          +8

        Alerter
        • Anouchka // 03.04.2020 à 13h10

          Illusions, illusions. En cas de problèmes, vos patates et vos topinambours vous seront braquée ou plus vraisemblablement réquisitionnées (vous aurez moins d’accès au supermarché du coin si vous disposez d’un potager…).
          La réponse ne peut être que collective, il faut vous sortir la fable de Mandeville de la tête.

            +10

          Alerter
          • Patrick // 03.04.2020 à 14h04

            Mais c’est aussi collectif, cette semaine on a échangé des salades et du chou contre des œufs ( plus de poules , je pensais en racheter au printemps … raté !!! ) avec les voisins.
            Être prêts individuellement n’empêche pas de jouer collectif et c’est nettement mieux que de ne pas être préparé collectivement.

              +6

            Alerter
        • Vinnie Reb // 04.04.2020 à 14h56

          C’est pour cette raison que Trump a repris la main sur la Fed. Pour qu’elle serve l’économie réelle, Main Street – et non plus Wall Street, les banques et l’économie spéculative et la finance mondialisée.
          Non seulement la Fed faisait payer l’Etat fédéral pour les dollars émis, mais en plus, ses divers quantitative easings (assouplissement monétaire) ne servaient en définitive qu’à Wall Street et les barons voleurs des banques.
          Dans son plan CARES de 2.2 milles milliards de dollars, Trump va stimuler l’économie réelle, notamment en donnant un premier secours de 1,200 dollars par Américain (+ 500 dollars par enfant). Ces gens ne vont pas aller les placer en bourse… ils vont les dépenser dans l’économie réelle : payer les factures, la bouffe, le loyer, etc.
          Poutine a annoncé mettre en place un plan de stimulation de l’économie du même genre.
          Ces deux dirigeants ne sont pas englués dans le carcan néolibéral (même s’ils demeurent capitalistes), ils sont pragmatiques et non idéologiques, ce qui n’est pas le cas des dirigeants de l’UE.
          A choisir, je préfère de très loin le pragmatisme d’un Trump ou d’un Poutine, à l’idéologie d’un Macron. J’ai infiniment plus confiance en Trump et Poutine qu’en cette fiotte de Macron (en qui je n’ai jamais eu confiance, de toutes façons !).

            +5

          Alerter
    • chokk // 03.04.2020 à 14h13

      Rappelons-nous que l’économie est circulaire. Quand on dit « Imprimer des billets », c’est peut-être croire que l’argent est distribué façon helicopter drop et qu’il n’est jamais récupérer. En réalité l’argent retrouve l’Etat par l’intermédiaire de l’impôt, qu’en général les adversaires du financement par l’Etat stigmatise comme étant trop élevé, ce qui garantie justement la circulation. L’inflation qui en découle ne nécessiterait alors pas de « brouettes ». Elle permettrait même de rembourser la dette.
      Par ailleurs, face à l’effondrement des marchés financiers, l’Etat peut redevenir prêteur. Là encore, pas de « pognon imprimé à la tonne ». Le prêt est une création monétaire qui se détruit quand il est remboursé, ne créant in fine pas d’inflation.

        +9

      Alerter
      • Patrick // 03.04.2020 à 18h40

        Tout dépend de la quantité de billets imprimée , et là on est bien partis !!
        Les exemples ne manquent pas d’impression monétaire qui s’est mal terminée , je n’ai pas d’exemple contraire.
        L’effondrement des marchés signifiera aussi la fin de l’épargne des français, l’inflation signifiera l’appauvrissement car les salaires ne suivent jamais l’inflation ( sinon elle ne sert à rien 🙂 ).

          +3

        Alerter
      • Patrick // 03.04.2020 à 18h41

        dans tous les cas c’est la destruction de l’épargne de la classe moyenne

          +1

        Alerter
  • SL // 03.04.2020 à 13h56

    « Un beau jour, le pouvoir sera bien contraint de pratiquer l’écologie. Une prospective sans illusions peut mener à penser que, sauf catastrophe, le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition très minoritaire dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugés, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir, qui est celui de faire ce qui ne peut pas être fait autrement (…) Le système a ses intérêts propres aussi étrangers à la nature qu’à la liberté. L’on peut craindre qu’entre l’écologiste et le Pouvoir la partie soit inégale. Le premier sera-t-il là pour influencer ou servir d’alibi? Les moyens qu’on lui offre jusqu’ici au compte-gouttes ne sont pas n’importe lesquels, et on ne le laissera en disposer qu’à la condition de le faire dans un cadre capitaliste ou étatique auquel il n’est pas question de toucher. »
    Bernard Charbonneau, Le Feu vert, 1980
    https://unpontlance.wixsite.com/cathos-ecolos/extrait-charbonneau-la-rcupration-de-l

      +5

    Alerter
    • Patrick // 03.04.2020 à 14h07

      Pourquoi croyez-vous que la finance est pour la transition écologique ?
      Pourquoi Greta a t elle été reçue à Davos avec les honneurs ?
      Pourquoi Goldman Sachs hurlait quand Trump a abandonné l’accord de Paris ?

        +5

      Alerter
      • Toine // 03.04.2020 à 14h23

        Ah bah oui, pourquoi? Et sinon, comment? Le potager ça va pas suffire, enfin, je crois.

          +3

        Alerter
      • Patrick // 03.04.2020 à 17h59

        Eh oui
        Devant la baisse des profits de l’économie classique, il faut trouver le moyen de récupérer le pognon des contribuables, merci la transition écologique.

          +3

        Alerter
        • Vinnie Reb // 04.04.2020 à 15h01

          Et si au passage on peut utiliser l’écologie pour punir les citoyens ou du moins leur imposer des mesures coercitives et liberticides (dans le sens de la privation des droits civiques), eh bien ce sera tout bénéf’ pour les classes dominantes ! Surtout que ce seront les classes dominées (= qui ne peuvent pas décider des choix stratégiques de société et de politique) qui subiront ces mesures. Ensuite, ça pavera le chemin pour l’établissement d’un régime de surveillance de masse, voire même de mesures d’inspiration autoritaires/fascistes.

            +4

          Alerter
  • Anouchka // 03.04.2020 à 14h26

    Tiens, je lis sur le live de 20 minutes que 6266 détenus vont être libérés pour cause d’épidémie.
    Bon, on a intérêt à bien vérifier la serrure de nos gardes-manger.

      +2

    Alerter
  • Fabrice // 03.04.2020 à 14h47

    Giraud est une bouffée d’air dans cette suite ininterrompu de spécialistes qui ne voient jamais rien venir, au final effectivement l’important sera comment on sort de cette crise, on continu avec l’ancien modèle jusqu’à la prochaine crise qui nous laissera définitivement sur le carreau, ou comme en 29 avec ses funestes conséquences une dizaine d’années plus tard, ou on dit stop il y a un problème on se pose les bonnes questions pour former un nouveau modèle tenable pour nous et pour nos environnements (sociétaux, écologiques, sanitaire, économiques, …).

      +6

    Alerter
    • Fabrice // 03.04.2020 à 15h45

      Ramanujan c’est bien d’être présent mais des affirmations ne changent pas la situation économique qui existent depuis 2008 et faire comme si de rien en disant que c’est le seul choix qui fonctionne n’est pas un argument qui fera triompher le TINA.

      Un modèle qui place toute production de base en un coût de plus en plus bas en seul lieu (ou presque) est une ineptie totale du fait environnemental et social (environnemental https://www.nationalgeographic.fr/environnement/des-cartes-revelent-les-consequences-de-la-mondialisation-sur-lenvironnement économique, social : https://www.un.org/press/fr/1999/19990216.soc4479.html) je vous laisse regarder mais en doutant que cela vous intéresse réellement, la question n’est pas de sauver une croissance qui est une ineptie dans un monde fini avec des ressources limitées mais bien de sauver le maximum de vie (humaine ou pas) avec un nouveau modèle par rapport à l’ancien qui au final ne bénéficiait qu’à une minorité, d’accord c’est connu mais bon le répéter n’est pas un mal.

      Ce modèle n’était plus qu’une économie truquée par la planche à billet des Etats qui maintient un marché zombie qui accapare des sommes de plus en plus importantes entre les mains d’une minorité. l’expression pile ils gagnent face nous perdons ou un social capitalisme qui privatises les gains et socialise les pertes n’a jamais été aussi exacte, donc oui un nouveau modèle est nécessaire, celui existant n’est pas viable car basé sur la dette (environnementale, économique, sociale au détriment principalement des générations à venir)

        +10

      Alerter
      • Fabrice // 03.04.2020 à 16h20

        Vous parlez d’une économie verte qui n’est en fait que du greenwashing qui ne bénéficie qu’à certains investisseurs qui surfent que sur des niches fiscales financées à nouveau par des états.

        Je vous parle d’une économie qui serve l’humanité et non inversement, l’économie est une chose noble quand elle sert la majorité et la fait progresser de manière durable, pas quand elle devient un moyen d’asservissement de l’humain, d’exploitation de la planète pour en tirer un bénéfice maximum en un minimum de temps pour une minorité, cela vous parle plus ?

        tenez je vous invite à voir cette vidéo : https://youtu.be/tl0SKaPVt2Y notre discussion ne résoudra pas de toute manière un problème qui n’est pas simple et est trop souvent simplifié jusqu’au ridicule.

          +8

        Alerter
        • Bats0 // 03.04.2020 à 22h11

          « un problème qui n’est pas simple » une vision sur laquelle je vous rejoins totalement Fabrice. Déjà, faudrait commencer par comprendre le terme « égalité », l’accepté en tant que tel, mais ensuite nous devrons nous pencher sur les notions « d’harmonie », car tant que nous opéreront pas une certaine harmonie de vie entre l’être humain et son environnement, nous combattrons que contre des chimères que nous avons créer afin justifier notre prétendue « supériorité » en tant qu’espèce dominante. Gaël GIRAUD en parle mieux que moi : https://youtu.be/GPf9bDHZmmM?t=2879

            +0

          Alerter
      • jerome lemant // 03.04.2020 à 18h05

        il n’y a pas d’autre moyen que la planche à billet (virtuelle), qui fabrique l’argent sinon ? et ce n’est pas un problème si ceux qui l’actionnent, s’assurent de taxer environ 98 % de la somme

          +2

        Alerter
    • Vinnie Reb // 04.04.2020 à 15h07

      Ainsi qu’au Royaume-Uni. C’est la guerre qui a mis fin au chomage dans ce pays, entrainant la fermeture des camps de travail mis en place pour « occuper » les chomeurs. L’historien David Colledge l’a bien expliqué, il a fait des recherche sur ce sujet.
      https://vimeo.com/80363426
      British Labour Camps set up by the 1929 Labour Government

        +0

      Alerter
  • moshedayan // 03.04.2020 à 18h44

    Mes amis Français qui m’ont parlé de la situation me décrivent au final une situation pour votre pays qui leur paraît semblable à un déclin brutal. En parlant on en est arrivé à ce terme « équivalent à la débâcle de 40 », lorsqu’ils viennent d’entendre que la reprise des cours est envisagée vers début de juin ! Ils sont catastrophés, parce qu’ils se disent « tant qu’à y faire jusqu’à décembre ! » ; ils ont écouté votre ministre de l’Instruction nationale et m’ont rapporté la validation des associations de parents d’élèves sur des diplômes sans épreuve limitée en temps. Je ne sais si la Slovaquie en passera par là, ce sera jugée majoritairement déraisonnable.
    En bref, j’admire votre intellectuel Emmanuel Todd avait raison et …il avait bien prédit ce déclin qui devient une débâcle… Notre pays n’a pas les moyens d’un confinement aussi dur et de plus de 4 semaines…

      +2

    Alerter
    • tepavac // 03.04.2020 à 21h17

      C’est juste la suite de l’étrange défaite, tout y est, il suffisait seulement d’attendre le déclencheur pour qu’elle se réalise. Si cela n’avait été le corona, cela aurait été une grippe plus violente et la même mise en scène des actions par les idiots utiles.

        +6

      Alerter
    • Vinnie Reb // 04.04.2020 à 15h22

      La France n’a pas les moyens d’un confinement de longue durée.
      La comparaison avec la débacle de 1940 est tout à fait juste. Mais celle-ci était surtout due à la haute trahison des élites dirigeantes du pays, leur lacheté et leur cupidité. Puis Vichy s’en est venu, apportant l’ignominie à la lacheté et à la cupidité. Oui, l’étrange défaite avait des causes bien réelles : la haine des élites/oligarchies de l’époque contre la République et le peuple.
      Macron n’est jamais que l’héritier idéologique de Vichy. Il en a toutes les caractéristiques : haine du peuple, haine de la France, mépris de classe, attitude et penchant fascistes, soutien des élites et oligarchies, ignominie, lacheté et cupidité. Avec en plus, la psychopathie et un désir de destruction sans pareil.

        +1

      Alerter
  • Bientôt 78 ans // 03.04.2020 à 20h20

    Sortie de confinement? — On n’en est vraiment pas là! Bien plutôt aux bilans des victimes et des morts que si savamment l’on a tus et continue de taire, notamment de tous ces « vieux« et de toutes ces « vieilles« que les Pouvoirs ont abandonnés puis maintenant s’empressent d’oublier.

    Or enfin se lève néanmoins le voile, lentement et par étapes, il le faut bien, sur ce trop lourd bilan partiel, « très provisoire » encore, de ces mouroirs du Régime pudiquement appelés «EHPADS». Par tranches de centaines de morts, la voilà la révoltante hécatombe!

    Nous n’en sommes certes pas encore à compter les « vieux et vieilles » morts à domicile. Mais il faut croire que ça viendra, au moment le plus propice à l’oubli.

    Devant tout cela, cet inqualifiable « cela », devant cette extrême déshumanisation collective, moi je le crie et jusqu’à la fin de mes jours je le crierai: «Puisse ce Pouvoir infâme, puissent tous ces pouvoirs monstrueux être maudits à jamais! Que même les vers de terre vomissent leurs restes! »

      +6

    Alerter
  • Julien // 04.04.2020 à 00h30

    La seule chose qui pourrait être salutaire c’est attendre patiemment la fin du confinement, sortir et montrer à ces incompétents qui est le patron. Le peuple. mais je n’y crois guère. Quand on accepte sans broncher de se faire assigner à residence pour palier à la destruction du système de santé et à l’incompétence crasse de ces petits dirigeants, je me dis qu’on est mal barré. N’oubliez pas que le gouvernement de Macron est en grande partie rempli de jeunes arrivistes incompétents tout droit sorti des écoles à formater de la république. Ils sont intelligents, oui, mais ils sont surtout cons et n’ont jamais bossé de leur vie. On les voyaient s’offusquer quand 4 gilets jaunes avaient le portrait de Macron sur le bout d’une pique … je sais pas si ils réalisent que cela risquerai d’arriver Parceque je peux vous dire que sur les réseaux sociaux ça commence à bouillonner. Quand on enferme les gens et qu’on les menacent comme Castaner et Lallement, si ils veulent sortir ça va finir par peter. Tout ce merdier est anti constitutionnel. Illégal au plus haut point et basé sur du vent. D’ailleurs dezinguer Pr Raoult est un faux combat, au moins lui fait le taf et sans arrière pensées nauséabondes. Je n’oublierai jamais ce qu’ils ont fait a notre nation. J’ai honte de ce pays.

      +7

    Alerter
    • Vinnie Reb // 04.04.2020 à 15h16

      Je n’ai pas honte de mon pays. J’ai honte de ses dirigeants.
      Nous sommes le pays. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir mis en perspective, pendant 70 semaines, les actions de ce gouvernement.
      Que la honte soit sur Macron et son gang criminel. Personne n’est innocent mais certains sont assurément et délibérément plus criminels que toute la Nation réunie !

        +0

      Alerter
  • douarn // 04.04.2020 à 11h36

    J’aimerais proposer ici un petit jeu. Celui-ci consiste à répondre à la question suivante : Selon vous quels seraient les différents évènements majeurs qui vont jalonner les 2 années qui viennent ?

    Je vous fait ma proposition :
    1/Périodes de confinement COVID19 : fev-avr 2020, sept-oct 2020 (moyen), jan-fev 2021 (petit)
    2/Pétrole : offre>demande jusqu’à nov 2020 (stocks saturés, prix bas), augmentation graduelle prix carburant nov 2020-nov 2021, choc pétrolier (demande>offre) fin 2021
    3/Alimentation : tension sur l’alimentation jul-dec 2020, risques de printemps arabes mar 2021, soutiens aux agricultures mar 2021
    4/Economie : récession mar-nov, pic de reprise éco nov 2020, stabilisation jan-oct 2021, recession fin 2021 (cause : choc pétrolier)

    Je suis sûr que selon les compétences/connaissances de tout un chacun ici, il serait intéressant de confronter nos différentes manières de voir les choses.

      +1

    Alerter
  • Ernesto // 04.04.2020 à 17h08

    Ramanujan: » Ceux qui parlent de tuer les marchés financiers devraient m’expliquer comment ils vont continuer à payer les retraites par exemple ».
    Ce ne sont pas les marchés financiers qui paient les retraites, c’est une cotisation sociale vieillesse prélevée sur le salaire brut des actifs du moment. La caisse d’assurance vieillesse (la CNAV), reverse immédiatement sous forme de prestation les fonds collectés, sans passer par la case marchés financiers, aux ayants droits. C’est ce qu’on appelle la solidarité intergénérationnelle basée sur la répartition. Cela permet d’assurer 50% de la pension de base du régime obligatoire pour tous les salariés. En plus, s’ajoutent les régimes complémentaires AGIRC, ARRCO, au bénéfice des cadres et employés, financés par cotisations additionnelles, gérées par système à points par certaines organisations syndicales (principalement CFDT et MEDEF). Il existe enfin un troisième niveau, basé sur l’épargne individuelle placée en PER ou fonds de pension, gérée en capitalisation et accessible à ceux qui en ont les moyens. (A SUIVRE)

      +2

    Alerter
  • Ernesto // 04.04.2020 à 17h38

    SUITE: En ce qui concerne les fonctionnaires, à la part cotisation salariée, s’ajoute une part cotisation patronale (Etat employeur), beaucoup plus importante que pour le régime général (63% pour la FP d’Etat, plus de 100% pour les militaires, contre en moyenne 15% dans le privé). Ces différences significatives s’expliquent notamment par des raisons historiques liées au besoin de fidéliser les personnels au service de l’Etat et du public, compenser au moment de la retraite des déroulements de carrière et des salaires beaucoup moins attractifs que dans le privé à formations et qualifications égales, permettre la prise en compte des six derniers mois d’activité, période la plus favorable (au lieu des vingt cinq meilleures années pour le privé) comme base de calcul pour la pension. Toutes ces considérations obligent l’Etat, chaque année, à prévoir une ligne budgétaire conséquente pour faire face à ces obligations.
    Mais l’Etat n’est nullement contraint d’emprunter les fonds nécessaires sur les marchés financiers. Il pourrait parfaitement retrouver les pratiques d’avant 1973, époque où il pouvait financer certaines dépenses à taux zéro auprès de sa banque centrale nationale (la banque de France), après autorisation du parlement.

      +3

    Alerter
  • Ernesto // 04.04.2020 à 18h02

    Ce financement par création monétaire, nécessite simplement une contre-partie pour éteindre la dette sans dommages pour l’économie. Le travail doit créer une valeur économique de même niveau que l’avance monétaire qui l’a permise. A cet égard, aucune crainte. Les travailleurs de la sphère non marchande sont productifs. Ils produisent des soins, de l’éducation, des services, de la culture…dont la valeur économique s’ajoute dans le PIB à celle fournie par la sphère marchande. Contrairement à ce pensent les libéraux, le financement de la sphère non marchande n’est pas opéré par une ponction prélevée sur la valeur crée par la sphère marchande. En clair, nul besoin de produire des bagnoles chez Renault et PSA pour pouvoir payer des instits ou des soignants. S’émanciper de la dictature des marchés c’est non seulement possible mais souhaitable. Pour aller plus loin, lire Jean-Marie Harribey, Bernard Friot.

      +3

    Alerter
  • vert-de-taire // 07.04.2020 à 11h28

    « Ceux qui parlent de tuer les marchés financiers devraient m’expliquer comment ils vont continuer à payer des retraites par exemple.. »
    Les marché financiers fonctionnent SANS RIEN produire !
    Donc cette ‘richesse’ n’est que virtuelle.
    Payer les retraites avec du virtuel a ses limites.
    Faire fonctionner le monde avec ce virtuel aussi :
    la preuve la fin du capitalisme en cours.
    Je ne comprends pas que l’on continue de vivre à ce crédit virtuel ..
    Il ne fonctionne que dans la croyance et se base sur des destructions et pillages irréversibles.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications