Les Crises Les Crises
2.février.20182.2.2018 // Les Crises

[GEAB] GlobalEurope Panorama 2018 – Coup de blues dans la finance (extraits)

Merci 25
J'envoie

Source : GEAB, janvier 2018

Forts des 75% de succès de nos anticipations 2017, notre équipe présente dans ce numéro de janvier du GEAB, 5 tendances structurantes et 33 anticipations “Up&Down 2018 » dont voici quelques morceaux choisis sur le thème de la finance.

De très nombreux autres sujets sont abordés dans la version complète (sur abonnement) de ce GlobalEurope Panorama : finance (inflation, QE, zone euro, taux d’intérêt, Fed…), investissements (or, pétrole, sable…), économie (BTP, grandes entreprises, croissance, emploi, Afrique…), monnaies (dollar, euro, yuan), géopolitique (Corées, Iran, Amérique du Sud, Russie…), opinions publiques (pauvreté, longévité, radicalisation…), politique (populismes, régulation, surveillance, Trump, Poutine, May…), technologies (Bitcoin, Airbnb,…), etc…

1 tendance structurante – La crise existentielle de la finance (extrait du Panorama 2018)

La fin de l’argent facile en lien avec l’arrêt des politiques d’assouplissement monétaire, en remettant au goût du jour le jeu de la concurrence après des années de soutien public aux forces économiques en place, promet également un assainissement du tissu économique. En 2018, comme nous l’élaborons plus loin, quelques faillites spectaculaires d’entreprise pourraient envoyer d’importants chocs sur les marchés financiers.

Mais de manière générale, nous anticipons que l’année sera une année difficile pour le monde de la finance qui va aborder une période de questionnement existentiel suite aux innombrables excès et échecs de la dernière décennie. Durant cette décennie, le monde financier est resté indispensable dans l’apport de solutions. Les politiques d’assouplissement monétaire en particulier ont consacré cette centralité.

Figure 1 – Pourcentage de Américains qui n’ont « presqu’aucune confiance » dans Wall Street, 1998-2017. Source : Cato Institute.

Mais tout cela s’arrête : retour à l’économie réelle, fin des QE. Et les questions sur les déséquilibres que le système du « faire de l’argent avec de l’argent » (qui est une manière de résumer la mission des banques et places financières) a provoqués, vont commencer à se poser.

Le bon sens n’a pu en effet que s’effarer de la folie du système de financement de l’économie que ces dix années de crise ont mis en scène. Aujourd’hui tous les combles de l’argent ont été expérimentés concrètement et aux vues de tous. Tout le monde sait maintenant que l’argent peut être créé (QE), que les pires dettes sont soutenables (dette US) et qu’on peut créer de la valeur virtuellement et ex-nihilo (Bitcoin).

A moyen terme, il est impossible que de telles révélations restent sans effets.

Surtout dans un contexte de village global dans lequel des acteurs importants (Chine) œuvrent à inventer une vraie monnaie globale (un euro au niveau mondial) qui sonnerait le glas de la financiarisation par les taux de change et commencerait à supprimer toute notion de valeur intrinsèque la monnaie. Nous parlons là de tendances lentes qui se décanteront au cours des 10-20 prochaines années.

Plus près de nous, dans un monde revenu aux réalités économiques, c’est la recherche de stabilité monétaire plutôt que le potentiel spéculatif qui reprend le dessus. Les banques ont été mises au pas. Il se pourrait que l’on commence à voir les premières initiatives fortes de mise au pas des marchés financiers en 2018. Les délires actuels de valorisation des actifs boursiers ressemblent à s’y méprendre à ceux du Bitcoin[1] et pourraient aboutir aux mêmes réactions de régulation… après une gigantesque prise de bénéfices tout de même, fin des QE oblige.

Une tendance down – Finance : Retour graduel à la raison(-d’être) (extrait des 16 Down)

Nous anticipons que des efforts seront réalisés pour réguler davantage la finance et en particulier les places financières. Celles-ci auront tout intérêt à s’exécuter car l’instabilité dont elles ont largement été responsables au début de la crise pousse l’économie à sortir du système de financement qu’elles proposent : entre les entreprises qui ne souhaitent plus être cotées en bourse et l’émergence de systèmes de financement 4.0 fondés sur la blockchain, les places financières doivent penser à leur avenir et laisser les régulateurs les aider à redevenir des acteurs positifs de l’économie. Si tout le monde est demandeur de régulation, régulation il y aura et 2008 devrait commencer à en donner des signes visibles.

Une tendance Up – Fed : Vers une réforme ? (extrait des 17 Up)

Le choix par Trump de Jerome Powell, un juriste – et non un économiste, à la tête de la Fed, incite à imaginer un objectif de réforme d’une institution depuis longtemps et très largement critiquée par l’électorat de D. Trump. Une telle réforme, si nous voyons juste, a toutes les chances d’aborder la question de la sacro-sainte indépendance de cette institution. Cela dit, toute mise en œuvre de cette politique de réforme dépendra du pouvoir de Trump à l’enclencher. Or nous avons vu que les élections de mi-mandat pourraient affaiblir la Maison Blanche.

Pour découvrir les 4 autres grandes tendances structurantes et les 31 autres « up&down » définies par notre équipe pour la nouvelle année, s’abonner au GEAB.

_________________________________________

[1] Cf cependant : « Bitcoin has little shot at ever being a major global currency ». Source : CNBC, 10.01.2018

Source : GEAB, janvier 2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 02.02.2018 à 06h42

Cette émancipation me semble un tantinet utopiste pour croire que la finance va se laisser reguler avant qu’il ne soit trop tard, c’est je pense un manque de lucidité de LEAP, ils scieront la branche sur laquelle ils sont et demanderont à la branche de les sauver pendant la chute.

22 réactions et commentaires

  • Fabrice // 02.02.2018 à 06h42

    Cette émancipation me semble un tantinet utopiste pour croire que la finance va se laisser reguler avant qu’il ne soit trop tard, c’est je pense un manque de lucidité de LEAP, ils scieront la branche sur laquelle ils sont et demanderont à la branche de les sauver pendant la chute.

      +32

    Alerter
    • Chris // 02.02.2018 à 13h06

      J’ai sursauté à l’affirmation : “Les banques ont été mises au pas”
      Je suppose que LEAP parle d’une autre planète !
      https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-01-19/draghi-task-force-plan-for-euro-safe-assets-is-said-to-be-ready Version française : https://or-argent.eu/le-nouveau-plan-b-de-la-bce-des-eurobligations-synthetiques-structurees/
      ESB, soit European Safe Bond (Obligation Européenne Sûre) : à noter que le sigle de ce (futur) produit financier est le même que l’ESB ((encéphalopathie spongiforme bovine) maladie qui s’attaque au cerveau, transmissible à l’homme. Je gage que ce “prion” BCE, aura les même effets sur l’économie réelle !
      Une tranche senior, avec des obligations AAA ou juste en dessous ;
      Une tranche junior, composée d’obligations moins bien notées, mais toujours de qualité ;
      Une tranche inférieure, qui rassemblerait les obligations les plus risquées (potentiellement pourries, « junk ») et qui offrirait un rendement de 5 à 6 %.
      En bref, ces titres seraient des produits dérivés des obligations souveraines européennes… calqués sur les subprimes.
      A la vôtre !

        +5

      Alerter
    • wesson // 02.02.2018 à 15h21

      Assez d’accord. La finance pariera plutôt sur “une bonne guerre” pour apurer la dette que de s’auto soumettre à un pouvoir qui ne pourrait être autre que étatique, ce que par à coté elle as en horreur.

      Le GEAB je me rappelle de leur prédiction d’effondrement du dollars. Après, évidemment je les ai un peu perdu de vue.

        +3

      Alerter
      • Un_passant // 02.02.2018 à 16h24

        Une bonne guerre… mais comme les Etats n’ont pas assez d’Or physique comparativement à leur endettement et que les cryptomonnaies ont besoin d’électricité et de puissance de calcul… une bonne guerre? Mouhai, au couteau et à la hache une fois l’effondrement consommé, autrement, je ne vois pas comment ils pourraient lancer une guerre de haute intensité genre troisième guerre mondiale.

        Pour rappel l’un des effets d’une bombe nucléaire, c’est de provoquer, aussi, un souffle électromagnétique qui grille tous les systèmes non protégés. Donc leurs cryptomonnaies… lol.

        Mais d’un autre coté, c’est rassurant, ça veut dire qu’ils ne peuvent pas provoquer cette troisième guerre mondiale.

        Pour l’anecdote, la France c’est environ 85 milliards d’Or pour 2000 milliards de dette. Et pourtant, on est plutôt bien lotis comparativement aux USA (la France, c’est environ 2300 tonnes d’Or et les USA 8100 pour une dette de 20 000 milliards).

          +6

        Alerter
        • calal // 02.02.2018 à 16h39

          d’apres certains, la propriete du stock d’or francais aurait ete transfere a la BCE a la faveur ou du passage a l’euro ou de la reaction a la crise fianaciere de 2007.

            +1

          Alerter
          • Un_passant // 02.02.2018 à 22h16

            Certains? Qui? Le GEAB a peut-être un biais europhile et une tendance à l’optimisme, mais ils ont quand même des sources d’informations suffisamment diversifiées et fiables pour découvrir ce genre de données, si données il y a.
            J’y crois d’autant moins que les informations de ce genre ne sont pas secrètes, mais discrètes. Il serait assez facile de savoir s’il y a un fond de vérité ou pas. Et aux dernières nouvelles, il n’y a aucune source fiable pour confirmer ces rumeurs (pas plus d’ailleurs que celles qui parlent d’un fort Knox vidé).
            C’est comme ce délai de 7 ans pour l’Or allemand qui servait à alimenter les théories complotistes. C’est vrai que c’est facile de déplacer 1600 tonnes d’or dans la précipitation. 7 ans, c’est rapide vu le défi logistique en terme de confidentialité. Parce que non, ils n’allaient pas faire des convois exceptionnels militarisés bien voyants comme dans les films. Pour attirer les convoitises et les badauds à l’ère d’Internet?

              +1

            Alerter
  • Fougnard // 02.02.2018 à 08h28

    Les “pensées” et “idées” des groupes eurolâtres comme le LEAP/GEAB ne représentent que des forces destructrices des nations, donc des peuples, si ces 2 mots ont encore un sens. Ils en ont pour ceux dont le cerveau n’a pas été totalement infesté par l’idéologie libérale pour qui l’être humain n’a aucune racine.
    Le présent blabla tend à faire croire que le libéralisme av corriger ses excès par lui-même. Quelle foutaise !!!

      +21

    Alerter
    • calal // 02.02.2018 à 09h55

      Le présent blabla tend à faire croire que le libéralisme av corriger ses excès par lui-même. Quelle foutaise !!!

      disons plutot que peut etre le capitalisme va se corriger par lui meme. ou peut etre par son adaptation aux contraintes exterieures et interieures.
      Force est de reconnaitre que le systeme a ete pilote depuis 2007-2008,et que peut etre l’atterissage se met en place et sera pilote tout aussi bien.
      Tout n’est sans doute pas aussi parfait que nous le voulons mais peut etre cela est il aussi bien car peut etre sommes nous des radicaux qui ne voyons que midi a notre porte.
      L’election de trump et peut etre meme de macron (qui semble avoir permis ladestruction UMPS sans une prise de pouvoir du FN) vont peut etre changer les choses et sont une preuve de la volonte des peuples (ou d’une partie de l’elite) d’inflechir la direction prise depuis la chute du mur.
      qui vivra verra.

        +4

      Alerter
      • CHLéO // 02.02.2018 à 13h30

        … “Force est de reconnaitre que le système a été pilote depuis 2007-2008,et que peut être l’atterrissage se met en place et sera pilote tout aussi bien.”…

        Combien de millions de chômeurs en UE (et ailleurs aussi, bien sûr) ? Qu’est-ce que ça serait si c’était “mal piloté” ???

          +3

        Alerter
        • calal // 02.02.2018 à 14h31

          si cela avait ete mal pilote,peut etre aurions nous eu weimar, l’avenement d’un nouvel hitler ou d’une nouvelle guerre mondiale. Cela dit,le danger n’est pas encore ecarte mais amha des pas sont faits dans la bonne direction.
          Bon je parle “en gros” au niveau mondial c’est a dire grosso merdo les USA. mais il semble malgre notre ego que nous europeens ne soyons que des suiveurs et /ou des vassaux.

            +0

          Alerter
          • rosecestlamort // 02.02.2018 à 23h16

            vous avez pas du noter le montant de la dette publique US depuis 2007 , passant de 8900 à +20000 milliards (et on parle meme pas des dettes privées, faudrait multiplier par 3 ou 4…) pour oser nous sortir Weimar… si c’est du “bon pilotage” , je demande un parachute tout de suite, meme pas doré.

              +0

            Alerter
            • step // 05.02.2018 à 16h27

              je préfère a titre personnel des chiffres qui peuvent se rayer d’un très de plume qu’une trace indélébile dans l’histoire.

                +1

              Alerter
        • vinel // 02.02.2018 à 16h56

          Le plus important est la finalité du système financier ,néolibéral?
          Je pense que son objectif est de se maintenir autant que possible avant le crash généralisé dont il pense se sortir plus fort relativement pour l’essentiel.
          Ainsi il pourra sur le champ de ruines mondialisées reprendre son système sans frein ,sans résistance et…sans limites!
          L’idéologie sous tendue par la financiarisation,les multinationales,les militaires USA et OTAN,à la lumière des expériences vécues avec les deux guerres mondiales,crées par la conjoncture économique et pour ce qui à suivi(banque mondiale,FMI…)il ont bien raisons de penser qu’après le choc du desastre,psychologiquement tout sera possible pour et contre ceux qui resteront …en vie.

            +2

          Alerter
    • patrick // 02.02.2018 à 13h23

      Les états et les banques centrales ont fait des c …. ( dettes et création de fausse monnaie ) pour essayer de faire survivre un système qui aurait du mourir.
      La solution libérale aurait été de laisser faire et de laisser s’effondrer tout le bastringue.

      On a affaire à un excès d’étatisme, pas de libéralisme !!
      Mais bon, c’est pas terminé , l’effondrement est seulement retardé.

        +9

      Alerter
      • Pinouille // 02.02.2018 à 18h48

        “La solution libérale aurait été de laisser faire et de laisser s’effondrer tout le bastringue”
        Et dans ce cas, nous ne serions peut-être plus là pour en parler…

        “On a affaire à un excès d’étatisme, pas de libéralisme !!”
        Disons plutôt un excès de banque centralisme: l’Allemagne s’est opposée au QE de la BCE.
        A ce propos, a-t-elle changé sa position après que la Deutsche Bank ait frôlé la faillite?

        “Mais bon, c’est pas terminé , l’effondrement est seulement retardé.”
        On ne peut qu’espérer que cette rectification, inéluctable, soit savamment maîtrisée par nos dirigeants pour être progressive afin d’en adoucir les effets.

          +0

        Alerter
        • patrick // 02.02.2018 à 20h06

          je ne suis pas sur que nos “dirigeants” maîtrisent quoi que ce soit.
          En 2008-2009 les états avaient de la marge pour intervenir , Il n’ont fait qu’aggraver la situation., mais la prochaine fois il n’auront plus cette marge.
          Le problème n’est pas que nous n’avons pas de plan B , c’est que nous n’avons même pas de plan A 🙂

            +3

          Alerter
  • Ardéchoix // 02.02.2018 à 11h10

    @calcal
    “Force est de reconnaitre que le système a été pilote depuis 2007-2008,et que peut être l’atterrissage se met en place et sera piloté tout aussi bien.”
    En 2007 j’ai vu le décollage, c’était impressionnant de voir l’économie planter ses hélices dans la terre, et maintenant vous parlé de l’atterrissage qui se met en place, super. Moi ce qui m’inquiète, c’est que la tour de contrôle (BCE Fed etc) est située au sous sol, comme son imprimerie de fausses monnaies.
    Le nom de code de cette opération sera “mayday” ?

      +11

    Alerter
    • patrick // 02.02.2018 à 13h27

      Rien n’a été piloté … on était plutôt en VFR sans visibilité !! ( 🙂 )
      Les banques centrales nous ont inventé les “mesures non conventionnelles ” , en gros on improvise et on regarde ce qui se passe en croisant les doigts, les dettes ont explosé , la masse monétaire aussi et maintenant ???

        +6

      Alerter
  • Louis Robert // 02.02.2018 à 11h52

    Pensée positive, visualisation, « Up&Down »… etc.?

    Le sauvetage ne viendra jamais de ceux qui nous y ont mis et si profondément enfoncés.

      +6

    Alerter
  • christian gedeon // 02.02.2018 à 16h34

    Pourquoi est ce que mon petit mot sur la Deutsche Bank a été modéré? Mystère et boule de gomme. Et pourtant ce qui va se passer,c’est à dire la recapitalisation par milliards de cette banque,avec de l’argent “européen” public,montre à souhait que le blues de la finance,c’est juste pour la frime,et rien d’autre. Il faut que tout change pour que rien ne change,telle est la devise de la finance. GEAB à son habitude nous fait prendre des vessies pour des lanternes.La finance ne sera contrôlable que si et seulement si les états occidentaux reprennent la main sur leurs banques centrales et redonnent à ces banques le rôle de contrôle et de sanction de facto qu’elles devraient avoir. Tout le reste est de la roupie de sansonnet.

      +6

    Alerter
  • Pinouille // 02.02.2018 à 19h08

    J’implore OB pour qu’il alimente son blog avec davantage de billets sur la macro-économie. Non pas que le reste manque d’intérêt, mais il me semble que nous approchons d’une période où ces enjeux seront décisifs. Ils méritent donc un éclairage intelligent.

    Tout mon soutient à OB

      +10

    Alerter
  • Barbier // 07.02.2018 à 05h43

    Si tout le monde a parlé du “Bitcoin” en fin d’année, c’était que la vraie spéculation était déjà passée à autre chose de vraiment rentable pour le prochain range de temps. Donc opération fumée extatique + recherche de gros/petits gogos.Goldman and Sachs qui propose des vecteurs d’investissement sur ce bidule, trop rigolo.
    Pour la possible/peut-être crise subprimique, les prêts étudiantes aux States c’est vraiment sympa.:o)
    Pour l’investissement futur, maybe, maybe, les ressources minières et vivrières, plus l’accaparement des terres, eau, sable, coquillages et crustacés. Souvenez vous du fameux” On vous vendra jusqu’à la dernière goutte d’eau parce que çà fait de jolis comptes de résultat”.
    L’invention du futur à part Tesla and cie, la lyophilisation de l’eau. Vu tout ce qui tombe….

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications