Merci à Camille ! 🙂

Source : Youtube, 12-06-2016

Capture d’écran 2016-06-30 à 21.13.36

Aux premières élections européennes au suffrage universel en 1979, Jacques Chirac est candidat avec Michel Debré pour le RPR, il est alors à la pointe du combat politique contre l’Europe, combat notamment marqué par son “appel de Cochin”. Il perdra ses élections face à Simone Veil et révisera alors son jugement sur l’Europe…

Source : Youtube, 12-06-2016

 

Clip de propagande de l’UMP pour le traité constitutionnel européen

Source : Youtube, 20-06-2016

Clip de propagande l’UMP en faveur de la ratification du traité constitutionnel européen en 2005.

Source : Youtube, 20-06-2016

Situation économique de la Grèce avant son adhésion à la CEE

Source : Youtube, 12-06-2016

Source : Youtube, 12-06-2016

 

François Mitterrand sur le marché commun et la PAC

Source : Youtube, 12-06-2016

Selon le Président François Mitterrand, il y a trois conditions pour que l’Europe soit viable :
– une politique agricole commune régulé avec un tarif un unique sur certains produits
– une préférence communautaire
– une union douanière

Source : Youtube, 12-06-2016

28 réponses à [Humour] Chirac sur l’Europe : constance et cohérence

Commentaires recommandés

Abemus Le 05 août 2016 à 02h39

Humour vous dîtes ?

Je trouve que c’est d’une tristesse sans nom.

  1. Louis Le 05 août 2016 à 01h49
    Afficher/Masquer

    “La Grèce est un heureux pays où on manque de main d’œuvre et où le chômage est inexistant”

    J’ai pas pu réprimer un grand éclat de rire à ce moment là. Triste et drôle à la fois …


  2. Abemus Le 05 août 2016 à 02h39
    Afficher/Masquer

    Humour vous dîtes ?

    Je trouve que c’est d’une tristesse sans nom.


  3. Ailleret Le 05 août 2016 à 03h15
    Afficher/Masquer

    La Grèce berceau de l’Europe, l’UE tombeau de la Grèce ?
    Regardez ce qu’ils ont fait de ce beau pays…


    • K Le 05 août 2016 à 09h34
      Afficher/Masquer

      On est dans une phase historique abracadabrantesque comme dirait le comédien de la 1ere vidéo.
      Finalement les pays du sud sont tellement affaiblis du fait de l’UE (du point de vue économique, budgétaire, démocratique, moral…) qu’ils ne sont même plus capables de se sortir du bourbier européen (comme un individu qui ferait fasse simultanément à tous les accidents de la vie – maladie, perte d’emploi, divorce, perte de son logement – et qui serait tellement déstabilisé par ces changements qu’il ne parviendrait plus à lutter contre aucune de ces menaces, et tomberait dans une apathie mortifère).
      C’est pour ça que l’UE va craquer par l’action de la GB, des Pays bas, de l’Allemagne, c’est à dire des pays qui sont moins victime de l’UE, mais qui justement de ce fait, sont encore capables de lever la tête dans un éclaire de prise en compte de l’intérêt général.


    • Wakizashi Le 05 août 2016 à 16h08
      Afficher/Masquer

      “La Grèce berceau de l’Europe, l’UE tombeau de la Grèce ?”

      La Grèce est aussi le berceau de la démocratie. L’UE tombeau de la Grèce, ça en dit long symboliquement…


  4. EchoGMT7 Le 05 août 2016 à 05h27
    Afficher/Masquer

    Je pense que Chichi avait un frère jumeau anti-européen qui prenait sa place les jours de gueule-de-bois.


    • EchoGMT7 Le 05 août 2016 à 05h38
      Afficher/Masquer

      Plus sérieusement, Chirac est devenu pro-europe en reniant son héritage gaulliste.


      • julian Le 05 août 2016 à 09h34
        Afficher/Masquer

        Son héritage gaulliste ? Comme vous y allez !

        Chirac, un temps, sous l’influence de M.F. Garaud et Pierre Juillet, en a adopté la phraséologie, par opportunisme bien sûr, mais aussi par ce qui fait le fond de sa conscience politique : un profond relativisme adossé à quelques principes humanistes .

        Mais il n’a jamais communié à la substance du gaullisme, que sont l’indépendance et la souveraineté : sans quoi il n’aurait promu ni l’Acte Unique, ni le Traité de Maastricht ni la “Constitution” européenne.

        Nos compatriotes sont très majoritairement indulgents à son égard. Ils ont bien tort.

        Autant, sinon plus que Mitterrand, Chirac a contribué à dévaloriser la parole publique et surtout la responsabilité de l’élu. Sauf dans l’affaire d’Irak où il fut exemplaire, et sans doute pour la seule fois de sa vie “gaulliste”, sa longue carrière n’est qu’une illustration navrante de l’impuissance en politique.

        Comme Mitterrand a découragé et déprimé une grande partie du “peuple de gauche”, Chirac aura pour une bonne part détruit dans son électorat la crédibilité de l’action publique face aux corporatismes et aux féodalités.

        Pour autant, n’en doutons pas, la classe politique , unanime ou presque, lui fera de grandioses obsèques nationales !


        • barrancos Le 05 août 2016 à 11h21
          Afficher/Masquer

          En fait, 2 professionnels de la politique , l’hyper-carriériste Mitterrand et Chirac ont fait perdre 30 ans à la France car leur seul et unique objectif était la conquête du pouvoir et les moyens de s’y maintenir coûte que coûte….
          Les bateleurs et ceux qui promettent monts et merveilles gagnent toujours….Il y a qu’à voir le Brexit……..On raconte n’importe quoi + des médias à la pogne….(ici bfm et itélé avec leurs experts…mdrrrrr) et c’est dans la poche…


        • bobob Le 05 août 2016 à 15h59
          Afficher/Masquer

          Chirac était un politicard et non un homme d’État.

          Il a conclu du résultat de 1979 que le peuple français ne le suivrait pas sur ce terrain de l’indépendance de la France et qu’il “préférait l’Europe”.
          Certes peuple influencé par la propagande des milieux médiatiques et économiques. Mais le peuple quand même.
          Alors, en bon démocrate, il a suivi le peuple. Ceux qui n’ont que le mot démocratie à la bouche devraient l’en féliciter.

          On peut bien sûr lui reprocher de ne pas avoir été gaulliste : faire fi du système médiatico-économique et avoir le courage de défendre la France et son peuple contre les intérêts de l’étranger et de l’establishment.
          Tout en espérant être un jour suivi dans cette voie.

          Si on juge en termes de carrière, il a eu raison… En 1992, le “oui” l’a emporté à Maastricht. En 2002, Chevènement a fait 5%.

          Et loin de moi l’idée de jeter la pierre aux électeurs d’alors. La situation actuelle étant qu’une large majorité de Français semble être contre cette construction politique européenne mais se trouve même incapable de faire en sorte d’être suivis par une majorité de politicards (qui composent l’ensemble de la classe politique actuelle).


      • K Le 05 août 2016 à 09h45
        Afficher/Masquer

        On se demande souvent quel président ou quel chef de la droite est responsable de la fin du gaullisme. En fait, ça a été un travail de longue haleine :
        – Ça commence avec Pompidou et sa loi qui limite considérablement la possibilité pour le trésor public de se financer auprès de la banque de France.
        – Ça se poursuit avec Chirac qui renie la souveraineté de la France zn faisant le choix de l’Europe et de Maastricht.
        – Et ça finit en apothéose avec Sarkozy qui revient dans l’OTAN, alligne la position française sur celle des EU en matière de politique étrangère et qui prend à son compte les valeurs américaines : passion de l’argent, anti-intellectualisme, caprices, raison du plis violent…


        • julian Le 05 août 2016 à 13h22
          Afficher/Masquer

          Oui, et sans compter le verrouillage de la vie démocratique et de l’élection présidentielle par les partis !

          De fait nous sommes dans une situation similaire à celle de 1957 : un régime des partis confronté à une impasse tragique, en Algérie, et incapable d’en sortir. Début 58, le pays est passé très près de la guerre civile…

          Aujourd’hui :
          – régime des partis, totalement discrédités , mais verrouillant l’offre politique…
          – impasse sur les questions majeures : terrorisme, Union européenne, chômage de masse…
          – risque de dislocation du pays sur fond de guerre civile potentielle.


          • theuric Le 05 août 2016 à 20h14
            Afficher/Masquer

            Eh oui, la V° république se terminera comme elle a commencé, à l’époque ce ne fut pas un coup d’état, pas tout à fait un coup de force, mais cela y ressemblait bougrement.
            Aujourd’hui nous voyons que ceux pour qui la gueuse était haïssable ont pris le pouvoir, les mêmes qui avaient dominé la France lors de la défaite de 1940, cette défaite qu’ils aidèrent si bien à se produire, heureux qu’elle se produisit.
            Demain il nous faudra reconstruire, pas de maison, certes, juste les usines et l’agriculture, la fin d’une guerre économique est de ce prix là, laissant, comme une guerre armée, les pays exsangues et les peuples affamés.
            Il nous en faudra d’efforts et de pugnacités pour faire cela bien et proprement.
            Mais avant cela il nous faut tenir et tenir encore, la logique de cette guerre qui ne dit pas son nom prend enfin fin de son autodestruction, en nous montrant combien les empires sont mortels, même celui s’appelant État-Unis-d’Amérique.
            Quand à nous, de nouvelles épreuves nous attendrons…


  5. PatrickLuder Le 05 août 2016 à 06h18
    Afficher/Masquer

    Mais sous quelles influences les dirigeants changent totalement leurs fusils d’épaule entre leurs élections et “la réalité* de leurs mandats ?

    Il est trop facile de noyer de bonnes idées logiques sous une avalanche de chiffres et de faux problèmes. Quand nous sommes complètement dépassés, nous nous accrochons à ceux qui maîtrisent la situation …


  6. Ovuef2r Le 05 août 2016 à 07h21
    Afficher/Masquer

    Il y a eu un auteur, malheureusement décédé d’un cancer (pancréas) “fulgurant” qui avait écrit quelques livres sur l’animal : “Noir Chirac”. Sa jeunesse à l’ombre de Marcel Dassault qui l’envoyait passer 6 mois aux USA tisser des relations. Son parcours maçonnique avec ses frères africains et la prospection géologique du sous-sol de ces pays.
    Un autre “auteur” mais de vidéo celui là, Jean Claude Mery mourut également d’un cancer (gorge) “fulgurant” et, malheureusement, DSK avait négligemment posé une cassette qu’il lui avait confié dans son salon puis son fils l’effaçât pour enregistrer un match de foot. Il y décrivait les turpitudes de l’office HLM de Paris. Pour lesquelles son second Alain Juppé serait finalement condamné, ce qui lui permit de passer un an au Canada et de tisser à son tour des relations qui le rendirent plus atlantiste que jamais à son retour….


  7. RGT Le 05 août 2016 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Opportunisme, quand tu nous tiens…

    C’est sans doute la raison pour laquelle de puissants traitements contre le tournis et les vertiges ont été développés par l’industrie pharmaceutique.


  8. sissa Le 05 août 2016 à 08h59
    Afficher/Masquer

    “Selon le Président François Mitterrand, il y a trois conditions pour que l’Europe soit viable :
    – une politique agricole commune régulé avec un tarif un unique sur certains produits
    – une préférence communautaire
    – une union douanière”

    Celle-là je ne la connaissais pas. Impressionnant.
    En résumé, Mitterrand nous expliquait que ce qui faisait que l’Europe puisse fonctionner, c’est une certaine forme de protectionnisme européen, soit justement tout ce que la construction européenne s’est acharnée à démanteler depuis.

    Edifiant.


  9. FrB Le 05 août 2016 à 09h18
    Afficher/Masquer

    Mangeoire politique Franco-Français, discours commerciaux, marketing, tout est bon pour avoir des parts de marché. L’Europe qu’ils disent, comme s’ils avaient une influence sur ce machin qui leur donne leurs ordres … Ils veulent tous refaire la machine sauf qu’ils oublient que la machine ne leur appartient pas !


  10. Vareniky Le 05 août 2016 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Comme a répondu Poutine a une petite fille qui lui demandait si il aiderait Porochenko
    “On ne peut pas aider un homme qui a décidé de se noyer”

    Il est étonnant que ceux qui nous parlent des valeurs européennes soient incapables de les définir et quand ils les définissent de s’y tenir; ce qui manque le plus à cette union européenne ce sont des instances morales, des bornes que l’on sait que l’on ne franchira jamais quelque soit la situation et on en revient au point de départ.


  11. Bernard Grapperon Le 05 août 2016 à 11h09
    Afficher/Masquer

    Tous ces discours sont vraiment convaincants étayés sur une argumentation sans failles ! C’est pourquoi une majorité de français élisent ces représentants. Mais les faits sont têtus !
    Avez vous remarqué que lors de son discours du 8 mai 1979 Jacques Chirac avait un sérieux problème de lunettes ; depuis il en a changé.
    Après, il n’en porte plus. C’est probablement la raison pour laquelle sa vision sur l’Europe a évolué !
    Quant à moi, le texte de ce message reflète toute la confiance et la déférence que j’ai envers nos représentants politiques. Mais je continue à aller voter car le vote est un des rares privilèges arrachés par le prolétariat à ces gens là. C’est en quelque sorte un témoignage envers ces anciens qui ont lutté, souffert et souvent sont morts pour l’obtention pour TOUS de droits civiques.
    Certains penseront “il croit toujours au père Noël” ou achète tout le temps un billet de loterie en croyant qu’au prochain tirage il gagnera le gros lot.
    Ce qu’en fait nos élus est parfaitement illustré par ces séquences vidéo.
    Pourtant, comme disait Guillaume d’Orange : “Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.


    • Jérôme Le 05 août 2016 à 11h45
      Afficher/Masquer

      Les anciens se sont battus pour pouvoir voter certes, mais pour défendre leurs intérêts. Aujourd’hui qui défend les intérêts des travailleurs, des pauvres, des retraités et des jeunes pauvres, des chômeurs? Aujourd’hui, on ne se bat plus pour défendre nos intérêts, nous n’avons pas le même niveau de pauvreté que nos anciens subissaient alors on accepte de croire que le système politique actuel par le fonctionnement des partis politiques, va défendre nos intérêts. Nous savons que c’est un leurre et nous allons voter…


  12. reagere Le 05 août 2016 à 11h20
    Afficher/Masquer

    Les crises que nous passons viennent presque toutes de la période 1970-80.

    Que s’est-il passé ?
    Pourquoi un tel changement de direction, alors que tout semblait fonctionner ?
    Qui a voulu tirer la couverture à lui ?

    Ces vidéos montrent bien que les risques étaient connus, et ils ont laissé faire !

    ex :
    – La CEE vers l’UE (fascisante)
    – La fin de l’étalon OR-USD
    – Le pic pétrolier
    – L’alerte du Club de Rome
    – Le chômage de masse

    Faut-il résumer tout ça au simple fait que pour les USA fallait tuer l’URSS ?
    Aujourd’hui encore ?
    C’est pas suffisant le résultat ?
    On rajoute encore une couche donc ?
    Quand est-ce que ça fini ?


    • Jules Vallés Le 05 août 2016 à 12h39
      Afficher/Masquer

      Que s’est-il-passé?
      Réponse hier sur le blog:
      http://www.les-crises.fr/une-ideologie-a-la-source-de-nos-problemes-le-neoliberalisme-the-guardian/
      Un article qui était bon à approfondir dans la nuit du 4 Août …….


      • CQFD Le 05 août 2016 à 14h48
        Afficher/Masquer

        Ce qui s’est passé, c’est surtout ça: http://www.manicore.com/documentation/petrole/usage_petrole_graph9.jpg (voir http://www.manicore.com/documentation/petrole/usage_petrole.html). Le gâteau pétrolier a continué à augmenter, mais plus assez vite pour compenser la multiplication des bouches à nourrir.

        Le néolibéralisme était un moyen pour ceux disposant du pouvoir (politique, économique) de continuer à se goinfrer de plus en plus malgré cette stagnation voire réduction des parts de gâteau pétrolier par personne. Au début, les classes moyennes supérieures en profitaient encore, mais la limite entre les perdants et les gagnants a tendance à se décaler vers le haut de la hiérarchie sociale, avec de moins en moins de privilégiés de plus en plus riches.

        Quand est-ce que ça finit? Probablement pas avant que la civilisation se soit réorganisée autour d’une base d’énergie par personne plus faible, et surtout n’ait balancé le culte de la crôassance dans les poubelles de l’histoire. Malheureusement, ça ne se fera certainement pas volontairement (essayez un peu de parler de décroissance autour de vous, juste pour rire). Donc ça se finit soit après une catastrophe suffisante pour éliminer une part majeure de la population, surtout la plus riche (*), soit si le Père Noël vient nous apporter sur un plateau une nouvelle source d’énergie magique au moins aussi concentrée que le pétrole.

        (* L’effondrement des Etats-Unis, s’ils n’entraînent pas le monde dans leur chute, pourrait donner un répit temporaire aux autres. Mais même ça ne durerait qu’un temps.)


      • reagere Le 05 août 2016 à 17h37
        Afficher/Masquer

        Oui le néolibéralisme voulu par Reagan, lancé par la fin de l’étalon or sous Nixon.

        71-81, le début du commencement de la fin (Je fais du Chirac)

        https://www.youtube.com/watch?v=OcVtdViitko

        Il y a des crises monétaires provoquées par et pour les spéculateurs. Je décide donc de temporairement (depuis permanent) enlever l’étalon-or.

        Vidéo qui entre pile poil dans le sarcasme de ce billet.

        “Il vous reste quand même le droit d’être cyniques”, Manset dans Tristes Tropiques.

        Je pense qu’il n’y aurait pas eu de néolibéralisme avec un Bretton-Woods toujours en vigueur.

        C’était une étape dans le processus.


  13. Louis Le 05 août 2016 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas du tout assez calé en économie pour saisir toutes les finesses de ce que nous explique cette vidéo. J’en retiens une fois de plus que la Grèce a perdu toute souveraineté et n’est pas prête à se relever si elle compte passer par les voies traditionnelles.

    En revanche la fin du discours me conforte une fois de plus dans mon idée que le salut ne viendra vraiment jamais de ces personnes qui se revendiquent de gauche. Ce grand écart entre “il faut protéger nos citoyens” et “ouvrons tout grand nos frontières aux étrangers alors que nous avons nous même des problèmes” me sidère véritablement. Solidarité avec l’étranger plus encore qu’avec son propre peuple par peur des mots “nation”, “patrie”. Et pourtant la patrie et la nation se sont pourtant bien elles qui vous sauveront à la fin.


  14. sg Le 05 août 2016 à 18h02
    Afficher/Masquer

    Vous avez oublié le meilleur:

    «Clip de propagande américain pour l’abaissement des frontières commerciales en Europe à destination du public français – 01 janvier 1952»

    https://www.youtube.com/watch?v=eYVhn5_ADUA

    C’est marrant mais c’est exactement le même discours qu’on nous sort encore maintenant (64 ans après)… Faut croire que les américains sont visionnaires! (ou propagandistes – ah non, on me dit que ça existe seulement en Russie).


Charte de modérations des commentaires