Article d’archive, toujours intéressant à rappeler 🙂

Source : Financial Times, le 16/05/2013

Par Roula Khalaf et Abigail Fielding Smith

L’État gazier du Qatar a dépensé jusqu’à 3 milliards de dollars ces deux dernières années au profit de la rébellion syrienne, soit bien plus qu’aucun autre gouvernement, bien que l’Arabie Saoudite soit en train de devenir le principal fournisseur d’armes des rebelles.

Le coût de cette intervention représente pour le Qatar une fraction de ses investissements à l’international. Mais ce soutien financier qatari à une révolution qui s’est transformée en guerre civile féroce ne doit pas masquer le soutien occidental à l’opposition.

De nombreux entretiens avec des leaders de la rébellion vivant à l’étranger ou en Syrie ainsi qu’avec des officiels occidentaux, relatés par le Financial Times ces dernières semaines, révèlent dans le détail le rôle du Qatar dans le conflit syrien, et donnent lieu à une polémique grandissante.

Ce petit État à l’appétit gargantuesque est le plus gros mécène de l’opposition politique syrienne, fournissant même de généreuses primes aux déserteurs (estimées à 50 000 $ par an par déserteur et sa famille) sans compter l’énorme dépense dédiée au soutien humanitaire.

En septembre, de nombreux rebelles de la région d’Alep reçurent ainsi un bonus de 150 $ de la part du Qatar. D’après des sources proches du gouvernement qatari, la dépense totale approcherait plutôt les trois milliards, alors que les sources diplomatiques l’estiment, elles, à un milliard de dollars.

Pour le Qatar, qui détient la troisième réserve de gaz au monde, cette intervention fait partie d’une agressive quête de reconnaissance mondiale et n’est que le dernier épisode en date afin de s’imposer en tant qu’acteur majeur de la région, après son soutien aux rebelles libyens qui renversèrent Kadhafi en 2011.

D’après le Stockholm International Peace Research Institute qui surveille les transferts d’armes, le Qatar a effectué les plus importantes livraisons d’armes en Syrie, soit 70 vols d’avions cargos militaires à proximité de la Turquie entre avril 2012 et mars 2015.

Si le Qatar s’est d’abord voulu pragmatique et opportuniste plus que dogmatique, cet État s’est néanmoins retrouvé engagé entre des politiques exclusives qui ont provoqué les critiques envers les qataris. “Vous ne pouvez pas vous payer une révolution”, assure un homme d’affaires de l’opposition.

Le soutien du Qatar aux groupes islamistes dans le monde arabe, en désaccord avec ses pairs des pays du Golfe, alimente aussi sa rivalité avec l’Arabie Saoudite. L’émir régnant Hamad bin Khalifa al-Tani voudrait être le Nasser d’un monde arabe islamique, affirme un politicien arabe, évoquant feu le leader égyptien du panarabisme.

L’intervention du Qatar suscite une attention croissante. Des rivaux régionaux lui reprochent de vouloir simplement s’acheter de l’influence en finançant de la puissance de feu, quitte à atomiser l’opposition syrienne. Toujours et encore pour concurrencer l’Arabie Saoudite en tant que soutien plus volontaire des rebelles syriens, quitte à renchérir en terme d’engagement.

De récentes tensions au sein de l’opposition à l’occasion des élections pour choisir un Premier ministre par intérim qui emporterait le soutien des Frères Musulmans de Syrie avaient conduit l’Arabie Saoudite à resserrer ses relations avec l’opposition syrienne, une position auparavant abandonnée aux mains des Qataris.

La relégation du Qatar à la deuxième place en tant que fournisseur d’armes répond à l’inquiétude formulée par l’Ouest et d’autres pays du Golfe selon laquelle ces armes pourraient finir dans les mains d’Al-Nosra, groupe proche d’Al-Qaida.

Des diplomates assurent que le Qatar peine à assurer une distribution d’armes constante et stable, alors que les Saoudiens en ont été capables grâce à leurs réseaux plus développés.

Une route d’acheminement d’armes à travers la Jordanie vers le sud de la Syrie a été ouverte ces derniers mois (printemps 2013). Le gouvernement jordanien, terrifié à l’idée de voir les djihadistes contrôler le voisinage de son royaume, a été réticent à autoriser ces livraisons par les Saoudiens.

Le fait que l’Ouest répugne à intervenir plus radicalement en Syrie contraint les opposants à Bachar al-Assad à être dépendants du soutien qatari, saoudien et turc, même si depuis l’an dernier les Émirats Arabes Unis et la Jordanie constituent aussi des partenaires, même mineurs.

Le ministre qatari des affaires étrangères, Khalid al-Attiyah, qui dirige l’intervention en Syrie, assure qu’il n’y a pas de rivalité avec l’Arabie Saoudite et nie toutes allégations quant à l’atomisation de l’opposition syrienne et quant à l’affaiblissement des institutions de l’opposition émergeantes dus à sa politique d’aide aux rebelles.

Dans un entretien avec le Financial Times, il assure que chaque initiative qatarie s’est faite en collaboration avec le mouvement Amis de la Syrie et les pays occidentaux. “Notre problème au Qatar est que nous n’avons pas de plans secrets et donc on nous en attribue toujours à notre place”, dit-il.

Source : Financial Times, le 16/05/2013

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

19 réponses à Le Qatar finance la révolte syrienne avec du cash et des armes, par Roula Khalaf et Abigail Fielding Smith

Commentaires recommandés

Libriste Le 23 octobre 2015 à 12h59

Cette condamnation est une forme de terrorisme juridique en soutien au terrorisme d’état.
Ces supporters ont dit la vérité, ils doivent être exécutés.

  1. gaulliste Le 23 octobre 2015 à 01h29
    Afficher/Masquer

    Poutine ferait mieux d’aller bombarder ce minuscule état qui n’a RIEN à faire sur l’échiquier mondiale!!!

    Poutine avait dejà menacer de bombarder les saouds en cas d’attentats wahhabites en russie… et les saouds se sont tenus à carreaux pendant les JO de Sotchi


    • Inox Le 23 octobre 2015 à 11h12
      Afficher/Masquer

      Rien à faire sur l’échiquier mondial? Pays très riche avec beaucoup d’argent à investir où bon leur semble, et il fait partie du top5 des producteurs de gaz, avec pour objectif de contrôler la Syrie pour développer l’acheminement de sa production vers l’Europe et piquer “quelques” parts du marché à la Russie au passage.

      Je dirai que c’est une pièce maitresse de cette guerre de contrôle des ressources plutôt.

      Oui… Je sais… On combat aussi pour la liberté et la démocratie, pour le bien des peuples, blablabla…


      • Serge@ Le 23 octobre 2015 à 13h50
        Afficher/Masquer

        @Inox
        “. Lors du recensement de 2010, la population totale était de 1 699 435 personnes, 20 % de celle-ci est composée de nationaux, les 80 % restant sont des expatriés. ………………

        la population du Qatar est composée à 65 % d’ouvriers immigrés. La plupart des immigrants proviennent du sous-continent indien et des proches pays arabes qui ne sont pas riches en pétrole. ”
        Wikipédia
        Ce qui fait environ seulement 85 000 nationaux ! L’équivalent d’une petite ville comme Laval.
        Un état-nation ou l’équivalent d’une principauté ?
        Heureusement pour eux qu’ils ont du pétrole et du gaz sous leurs popotins et des esclaves immigrés pour faire le boulot .N’est-ce pas ?


        • Inox Le 23 octobre 2015 à 22h33
          Afficher/Masquer

          Oui, en effet. Sans gisement de gaz ce pays n’existerait même pas. Mais ça ne change rien au fait qu’il soit actuellement incontournable.


    • kèsse Le 23 octobre 2015 à 11h40
      Afficher/Masquer

      Quelle analyse! Vous incitez et appelez de vos voeux le meurtre militaire de populations civiles. Et vous êtes pro-Poutine, Gaulliste? Non, vous êtes pro-“virilité”! à l’instar de Papacito. Et j’espère que comme lui vous êtes une blague.


    • Crapaud Rouge Le 23 octobre 2015 à 12h04
      Afficher/Masquer

      Le Koweit aussi n’avait rien à faire sur l’échiquier mondial, et ça s’est mal passé pour celui qui avait suivi votre recommandation ! 🙂


  2. dissy Le 23 octobre 2015 à 01h56
    Afficher/Masquer

    Putin Just Warned Global War Is Increasingly More Likely: Here’s Why.

    http://www.zerohedge.com/news/2015-10-22/putin-just-warned-global-war-increasingly-more-likely-heres-why

    Vladimir Poutine assiste au forum du club Valdaï à Sotchi

    https://www.youtube.com/watch?v=mo22Fp9AKfQ


  3. theuric Le 23 octobre 2015 à 03h34
    Afficher/Masquer

    Ce que font le Qatar et l’Arabie-Séoudite est stupide et, ce, pour une seule et bonne raison: tout extrémiste trouve toujours, un jour ou l’autre, plus extrémiste que lui.
    Surtout du fait que ce sont ces pays fragiles, prêchant un rigorisme religieux, que ces élites ne respectent pas toujours, qui ont aidé à se développer ces plus rigoristes qu’eux.
    Cela se retournera un jour ou l’autre contre ces apprentis sorciers.
    Ne parlons même pas d’Israël, des U.S.A. ou de la France qui n’auraient même pas dû s’en rapprocher.
    Franchement, tout cela est de la plus totale folie géopolitique.
    Bien, notre pays devrait juste leur fournir ce qu’ils ont payé et se barrer en vitesse de là-bas: du courage, fuyons!
    J’en ris même tellement c’est ridicule.
    Je commence à comprendre pourquoi la France continue son virage discret en direction de la Russie et l’Angleterre, moins discrètement, vers la Chine.
    Bon, je le répète encore, certes, le gaz et le pétrole sont important mais les route maritimes encore plus, il faut toujours penser aux voies de communication, la production s’effectuera d’elle même mais si les routes sont coupées, votre production, vous pourrez l’attendre longtemps.
    Qui tient la Méditerranée tient le monde, c’est de l’évidence même, enfin!


    • Jay SWD Le 23 octobre 2015 à 04h03
      Afficher/Masquer

      Tiens Theuric,vois ce qui suit,en particulier la deuxième carte:

      http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/10/a-quoi-jouent-les-americains.html

      Et tu pigeras où les frappes russes canalisent les Tarés égorgeurs Men in black US-Turquie-Saoud-Quatar approved! !
      ça sent un peu le retour à l’envoyeur,si je puis dire……..
      Salman,tu ramasses tes cinglés stp??
      Je trouve que cette époque a des je ne sais quoi d’automne 89,ds le sens chute d’un Empire,et nos MSM ayant tellement mentis,il va ètre jouissif de les voir sortir les rames à mesure que la chose se précise……………

      Sinon,illustrer cet article par l’affiche où les supporters du SC Bastia allumaient le Daesh Football club,c’est une bonne idée!


      • theuric Le 23 octobre 2015 à 15h02
        Afficher/Masquer

        Le plus amusant dans tout cela c’est que c’était à prévoir.
        J’ai une mappemonde chez moi, google earth également et ai acheté depuis peu une carte du monde que je fixerais sur l’un de mes murs (comme toute maison, j’en ai plusieurs), il suffis d’observer l’un de ces médiats pour comprendre les intérêts de chacun.
        Une fois ces intérêts saisis, le travail de déduction se fait facilement.
        Du-moins faut-il, auparavant, fortement saupoudrer ça d’une bonne dose d’histoire en tenant compte de l’inconscient social de chaque peuple, ainsi que de leur désir de modernité.
        Tenez, la folie des gouvernements U.S. et séoudien me font, par exemple, penser à la guerre des Malouines ou nous vîmes un gouvernement argentin illégitime aux abois tenter de retrouver un petit peu de légitimité en envahissant ces ilots, nous savons ce qui en a suivit, à l’avantage de Madame Thatcher.
        Bon, d’autres déductions logiques peuvent être perçues dans ce qui nous occupe ici, mais franchement, je préfère ne pas m’exposer de quelque façon que ce soit.
        Je vous l’ai dit, il suffit d’être logique et de comprendre la nature de ce qu’est la politique, sans aucun rêve ni nunucherie bienpensante, sans non plus y rajouter je ne sais quels conspirations impossibles ou desseins délirants, en cela, penser la sottise de certains de ceux qui nous gouvernent est bien plus fructueux.
        Au-delà encore, comprendre la dynamique historique en cours, soit les tendances fortes aujourd’hui en jeu dans le monde, ce sont elles qui, également, nous disent ce vers quoi nous allons, en mettant de coté un angélisme ou un catastrophisme béas et inutiles.
        Donc, en ce moment, le processus suit sont cours, nous en avons pour des décennies comme ça, un empire finissant laisse toujours quelques notes à payer que chacun se partage, et les U.S.A. furent l’empire ultime.
        Vous voulez que je vous dise, heureusement que nous avons Monsieur Poutine, mais ce n’est pas un héro, juste un homme comme les autres un peu moins sot que l’ensemble de ses collègues internationaux et, surtout, bien formé.
        Parce qu’il faut aussi tenir compte de la sociologie des peuples qui, eux, aiment les héros, mais sont surtout en proie aux passions et aux aveuglements et, pour moi, ce qui fait nation fait peuple, même les élites, légitimes et illégitimes.


        • Ovuef2r Le 23 octobre 2015 à 15h39
          Afficher/Masquer

          Bonjour,
          J’ai lu “quelque part” (la flemme de chercher où, désolé…) que cette guerre avait été déclenchée à la discrète demande de Mme Tatcher, via son ami Pinochet, afin d’éviter la déroute qui se profilait pour elle aux élections. Videla n’a fait que précipiter sa propre chute, il savait qu’il ne saurait pas garder pas les îles, mieux valait se gagner des amis…
          Pinochet qu’elle sut récompenser lorsqu’il faillit être livré aux espagnol par l’état anglais quelques longues années plus tard.
          On ne saura jamais si, Tatcher ayant perdu le pouvoir, le monde aurait pu éviter la “Révolution Conservatrice” lancée par son ami Reagan (et l’état profond américain). Perso j’en doute..


          • theuric Le 23 octobre 2015 à 16h53
            Afficher/Masquer

            C’est possible.
            Cela pouvant expliquer le refus de Madame Thatcher d’extrader Monsieur Pinochet (qui tient bien son nom dans une optique française).
            Mais quoi qu’il en soit, le dictateur argentin, le Général Bignone, soit avait mis en place sa confrontation d’avec Londres, soit accepta l’aide demandé par le premier ministre anglais de l’époque, par l’entremise du sieur Pinochet.
            Le rasoir d’Occam recommande de ne prendre en compte que l’ensemble des faits connus, tous les faits, et de faire abstraction de ce qui n’est pas prouvé, puis de donner sens à l’ensemble par la thèse ou la théorie la plus simple, en tenant compte de cet ensemble.
            Nous ne pourrons savoir si ce que vous avancez est vrai ou faut qu’à partir du moment où le pouvoir néolibéral en place en Grande-Bretagne aura disparu, pas avant, ou que cette information provienne de Chili ou D’argentine, ce qui voudra dire que le pouvoir ploutocratique n’aura plus suffisamment de puissance pour en interdire la publication, ou aura disparu.
            Souvenons-nous toutefois que le chili et l’Argentine faillirent, peu de temps auparavant, se faire la guerre…
            En ce qui concerne le néolibéralisme, je pense que, tous pays confondus, à de rares exceptions près, y furent entrainés, non pas par manipulation, du-moins pas seulement, mais plutôt, paradoxalement, par l’effondrement simultané de toutes les idéologies monétaristes, de droite comme de gauche, jusqu’aux extrêmes.
            L’image que j’en ai (j’aime bien les images), ce serait celle d’une étoile géante qui, ayant brulé tout son combustible (je sais, ce n’est pas très scientifique comme explication), implose/explose en supernova et transforme ce qui lui reste de matière en neutron, d’où le nom d’étoile à neutron.
            Là, ce sont toutes les idéologies qui ont façonné le XX° siècle qui se sont retrouvés sous une seule forme, celle du néolibéralisme.
            C’est pourquoi je pronostique que nous reviendrons à des formes politiques antérieures, ce que de nombreux signes montrent, comme la montée de parti anti-U.E.€.O.T.A.N..
            C’est pourquoi je suis d’accord avec vous sur le fait que si Madame Thatcher n’avait pas été premier ministre d’Angleterre, cela aurait été un autre, de même type, qui aurait pris sa place, seule l’époque de cette élection aurait pu changer.
            Il est toutefois intéressant de considérer que l’effondrement politique de la junte argentine fut le déclencheur d’une prise d’indépendance des pays d’Amérique-du-Sud d’un U.S.A. au début de son affaiblissement.
            L’ensemble de toutes ces concomitances, avec bien d’autres, devant révéler quelques réalités sous-jacentes encore inconnues.


    • DIAZ RUIZ Le 23 octobre 2015 à 09h44
      Afficher/Masquer

      Ces pays moyenâgeux achètent tout et tous… Ils ont l’argent! Le nerf de la guerre.

      Depuis les années 1970 les preuves existent que Qatar et Arabie Saoudite aident et financent des groupes terroristes et ce souvent avec l’appui des USA, pire sous nos applaudissements dictés par les médias.
      Était-ce la liberté religieuse, en Afghanistan, que nous défendions quand on nous faisait applaudir dans les années 70 ces femmes encagées sous leur tchador ou plutôt l’égoïsme et la futilité de touristes petits bourgeois en mal de traditions et de pittoresque ou autre chose?

      Puis quand l’URSS intervint, alors la ,ce fut un lever de boucliers quasi général de l’extrême droite française à la gauche.
      On nous fit applaudir les djihadistes financés et armés par CIA et Arabie Saoudite!
      Il fallut attendre la fin des années 90 pour que des informations passent le filtre et nous montre le vrai visage de ces gens.
      Par ailleurs, les faits accessibles à tous, montrent que ces gens Talibans, Al Quaida, et autres ISIS s’inspirent du régime de l’Arabie Saoudite… Comme on dit “y a pas photos!”. Il n’y a pas de coïncidence!

      A l’approche des élections, des grandes régions puis des présidentielles,chaque citoyen, plutôt que de se faire peur avec des réfugiés qui fuient des monstres, ne doit il pas poser la question des relations avec ces pays peu respectueux de toutes règles internationales.


    • yann Le 23 octobre 2015 à 13h30
      Afficher/Masquer

      La vraie question c’est que deviendront ces états parasitaires lorsque la manne pétrolière viendra à manquer? Parce qu’ils ne préparent vraiment pas cet inéluctable destin. Bien au contraire ils gaspillent leurs énormes ressources dans des guerres religieuses d’un autre temps et construisent des villes géantes inaptes à survivre dans leur environnement. Ils sont dévorés par l’hubris. Le retour de bâton va être extrêmement brutal.


  4. Vince Le 23 octobre 2015 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Très bon article !!!
    Quand est ce qu’une “nouvelle génération politique” ( la jeune génération ) non féodé au pouvoir de l’argent et des lobbies fera surface???

    J’avais aperçu cette banderole quand le match a été diffusé!! Les corses et toutes autres différences en France et françaises doivent se rassembler pour nous permettre ( dans le “nous” je veux dire français ) de sortir la tête de l’eau et bannir tout ces politicards vérolés par l’argent !!

    Je rêve d’une France réuni sur le plan nationale et forte internationalement!!
    Réunissons nous pour une paix durable !!

    Ps: j’ai vu l’allocution du président biélorusse loucachenko à l’ONU. Il est impressionant de vérité et dénonce beaucoup de chose !! Pilule rouge en accès libre !!! Réveillons nous !!!


  5. Jean-Paul B. Le 23 octobre 2015 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    la photo illustrant l’article a été prise dans les tribunes du stade de Furiani où les supporters du Sporting Club de Bastia l’ont brandie lors d’un match opposant le SCB au PSG.
    Epilogue: quelques jours après ce “blasphème”, le SC Bastia à été condamné par la Ligue Nationale de Football, à une amende de quelques dizaines de milliers d’Euros!!!


    • Libriste Le 23 octobre 2015 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Cette condamnation est une forme de terrorisme juridique en soutien au terrorisme d’état.
      Ces supporters ont dit la vérité, ils doivent être exécutés.


  6. Parousnik Le 23 octobre 2015 à 20h44
    Afficher/Masquer

    Curieux la ce sont des rebelles…mais des qu’ en France un abruti sort un flingue et tire c’est un terroriste… Nous sommes pourtant quelques millions a réclamer la démission de F Hollande ce dictateur par intérim… Alors prenons nous fourches et nos fusils pour voir si mr valls aidera les rebelles français…et dira a ses CRS laisser passer…ce sont des rebelles ils sont armés juste pour le barbecue du soir….


Charte de modérations des commentaires