Les Crises Les Crises
4.juillet.20204.7.2020 // Les Crises

Interdit d’interdire – Faut-il déboulonner les statues ?

Merci 57
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Frédéric Taddeï reçoit Françoise Vergès, politologue et historienne et Dimitri Casali, historien et essayiste.

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 04.07.2020 à 10h33

On n’efface pas l’histoire et surtout pas avec notre vision actuelle car juger des évènements sans tenir compte du contexte est un aberration et relève de la même mentalité des autodafés de sinistre mémoire. On notera que cette affaire fait oublier en faisant affronter les couleurs de peau que le problème était bien un problème d’exploitation par des riches un système monstrueux, (c’est édifiant que l’on retrouve encore les banques et systèmes financier derrière cette monstruosité sans qui rien n’aurait été possible).

L’esclavagisme était une monstruosité répandu partout dans le monde, mais qui a prit une ampleur jamais connu car les européens qui sortaient du servage se mirent à exploiter les nouvelles terres découvertes et achetèrent aux tribus esclavagistes en les incitant aux razzias et en pratiquant celles-ci le long des côtes africaines. Je recommande cette série portant sur le thème : https://youtu.be/YknRNQW1PdI

comme disait Churchill « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » oui c’est une monstruosité pour notre époque mais à l’époque c’était admis partout dans le monde, l’occident a exploité ce qui était fait en Afrique, certains peuples profitant de se débarrasser d’autres pour assurer leur pouvoir, richesse et main mise sur des territoires ainsi débarrassé de leur concurrent, la simplification à l’outrance d’un problème sert ceux qui veulent qu’on oubli le reste.

L’Europe doit accepter ce passé et veiller que cela ne se reproduise pas et faire cesser l’esclavage moderne qui persiste de trop nombreuses fois et sur lequel elle ferme les yeux quand elle achète des produits à vil coût en sachant que ceux-ci sont issu de l’exploitation de femmes, d’hommes et d’enfants (https://lareleveetlapeste.fr/lenfer-enfants-esclaves-plantations-de-cacao/) mais pas sans que les autres parties du monde ne se questionnent sur leurs agissements passés et présent.

72 réactions et commentaires

  • EnDirectDeChine // 04.07.2020 à 06h57

    Bonjour. Il va se passer des choses graves aux USA. Mais pas celles que vous voyez a la television. Suivez la source de la Maison blanche QAnon (intelligence militaire). Pour suivre QAnon, il y a des sites qui relayent les posts de QAnon, mais je vous conseille avant de vous faire votre propre idee de l’authenticite de QAnon sur cette excellente video https://www.youtube.com/watch?v=Z15Xt1vGXns et ensuite de suivre QAnon sur cette chaine youtube https://www.youtube.com/channel/UCSio3E7kYvPeHKhfuYZWriA

      +7

    Alerter
  • florian lebaroudeur // 04.07.2020 à 08h37

    L’esclavage est coutumier depuis les premières civilisations humaines et comme le dit très justement Dimitri Casali 40 millions d’esclaves existent encore de la Mauritanie au Pakistan, que fait-t-on pour eux ?
    On ne le dit pas assez, mais ce qui a joué un rôle déterminant dans l’abolition de la traite des esclaves africains au XIX ème siècle, ce ne sont pas les valeurs et les principes en vogue à cet époque mais la révolution industrielle et la mécanisation du travail qui a rendue obsolète le maintien de millions de petites mains.
    La guerre de sécession en 1861-1865 était du aux ambitions des états industriels du Nord qui voulait étendre leurs intérêts à l’ouest et du sud et l’économie des plantations représentait de ce fait un obstacle.
    D’ailleurs les milliards de travailleurs actuels devraient savoir qu’ils font tous partie de ce prolongement adaptif issue de la loi de Speenhamland en 1834 qui a immédiatement succédé à la slavery abolition act en 1833.
    Ce qui est intéressant c’est de constater que ceux qui veulent bannir les énergies fossiles ( charbon, gaz, pétole ) ne sont pas opposer au déboulonnage des statues alors que l’élimination des 300 esclaves énergétiques que possède en moyenne chaque homme moderne nous feraient immédiatement rebasculer vers ce qui représente pour nos mentalités d’aujourd’hui un cauchemar.

      +22

    Alerter
    • Anouchka // 04.07.2020 à 09h16

      Mais non, mais non, enfin, nous avons le nucléaire…

        +0

      Alerter
      • florian lebaroudeur // 04.07.2020 à 09h45

        Si je vous réponds, on risque de s’écarter du sujet de cet vidéo.
        C’était juste pour signifier que l’absence de travail forcé et le recours au travail consentie était avant tout déterminé pour une évolution des techniques, bien plus qu’une évolution des mentalités qui n’est que la conséquence psychologique obtenue par le confort permise par la technique.

          +6

        Alerter
        • Anouchka // 04.07.2020 à 10h17

          Il faut les deux (les conditions matérielles et l’évolution des mentalités).
          Beaucoup d’anthropologues et de préhistoriens (Marcel Otte, Philippe Descola, par exemple …) pensent que ce sont des mutations spirituelles qui ont induit les grands progrès « techniques » de l’humanité. P. Descola pense par exemple que l’invention de la domestication a été induite par la volonté de remplacer les hommes par des animaux lors des sacrifices. En ce qui concerne l’industrialisation, on peut aussi regarder le problème dans l’autre sens et considérer que c’est parce qu’on a voulu abolir l’esclavage (ou tout au moins l’exploitation de l’homme par l’homme, qu’on jugeait depuis intolérable pour des raisons spirituelles) qu’on a cherché d’autres moyens de produire des denrées. Il faut avoir aussi une conception matérialiste du monde, libérée de la peur du châtiment divin pour pouvoir avoir l’idée de bouleverser radicalement l’ordonnancement du monde par des techniques révolutionnaires (et investir du temps pour les développer)

            +0

          Alerter
    • Cyd // 04.07.2020 à 09h36

      L’esclavage et le servage étaient déjà une survivance du passé en 1315 quand le roi de France l’abolit définitivement dans ses états.

      La révolution industrielle n’avait donc rien à faire là dedans, c’est bien les valeurs du catholicisme qui ont agis

      https://www.herodote.net/L_esclavage_dans_l_Europe_medievale-synthese-11.php

      « Les mœurs évoluent toutefois aux XIIe et XIIIe siècle du fait de la prospérité économique et de l’émancipation de la paysannerie. L’esclavage devient objet de scandale. Le roi de France Louis X le Hutin publie le 3 juillet 1315 un édit qui affirme que « selon le droit de nature, chacun doit naître franc ». Officiellement, depuis cette date, « le sol de France affranchit l’esclave qui le touche ».

      Dans les faits, la prohibition de l’esclavage connaît de nombreuses entorses dans les régions méditerranéennes qui entretiennent des relations commerciales avec les pays musulmans.
      (…)
      On n’a plus de traces de cet esclavage au XVIe siècle, sous la Renaissance, ce qui fait dire à Jean Bodin, dans Les Six Livres de la République, en 1576 : « Tout le monde est rempli d’esclaves, hormis un quartier de l’Europe ». »

        +9

      Alerter
    • lit75 // 04.07.2020 à 11h49

      Même si c’était officiellement du salariat, la situation des travailleurs de l’United Fruit Company en Amérique Centrale dans les années 1920-1930, payés en bons utilisables seulement dans les magasins tenus dans l’entreprise.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/United_Fruit_Company

      C’est un exemplle intéressant d’ailleurs, car il montre que l’argent fiduciaire est aussi un moyen fondamental de l’exercice de nos libertés.

      Il semble qu’il n’y ait pas vraiment eu d’esclavage dans l’Egypte antique (enfin, pas avant la période hellénestique, sous l’influence des grecs, d ailleurs), même si certaines formes de servitude s’en rapprochaient , en particulier les peines de condamnations aux travaux forcés transmissible aux générations suivante https://fr.wikipedia.org/wiki/Servitude_dans_l'%C3%89gypte_antique. Peut-être que l’apport de la crue du Nil permettait d’assurer la subsistance de la population avec beaucoup moins d’efforts que dans les autres sociétés antiques ?

        +3

      Alerter
      • Anouchka // 04.07.2020 à 12h06

        Je suis très sceptique par rapport à l’argument (proposé par Aristote pour justifier l’esclavage) qui consiste à dire qu’il est un produit des conditions matérielles difficiles dans lesquelles vivent les hommes. Je pense bien au contraire qu’il est un produit des représentations, de la spiritualité des sociétés, de la manière dont elle conçoivent l’homme.
        On voit par exemple en Sibérie des peuples comme les Iakoutes qui pratiquaient massivement l’esclavage alors que certains de leurs voisins proches géographiquement (les peuples de la haute Kolima notamment qui vivaient dans des conditions tout aussi difficiles, voir plus dures) ne le pratiquaient pas.

          +2

        Alerter
  • Julien // 04.07.2020 à 09h24

    Personne ne pose les vraies questions encore et toujours du pourquoi on en est arrivé là particulièrement en France ? Qui est derrière BLM qui finance et quel est le but. Floyd était camé jusqu’à la moelle, le Fentanyl l’a tué, c’est un dépresseur respiratoire. Il aurait été sain il serait toujours là. Qui est derrière Traoré qui finance ? Voilà les vraies questions auxquelles les réponses sont interdites. on trouve toujours les mêmes derrière toutes les révoltes sociales ou raciales. Soit on enlève ses œillères et on parle franchement soit on arrête de tourner autour du pot. À titre personnel, je suis pour qu’on laisse les statues tranquilles, elles n’ont jamais dérangé quiconque c’est notre histoire. Point barre. jusqu’à qu’on dise à ses racistes de la dernière heure (Traoré, Diallo et compagnie…) qui étaient ces gens et ce qu’ils ont pu faire. Avant ça ils étaient tellement idiots que leur vie était centrée autour de KFC, leurs fringues et leur smartphone. Soyons honnêtes deux minutes, ces gens sont des idiots utiles. Leur haine suinte par tous leurs pores et que Castaner ne bronche pas devant leurs manifestations en dit long sur l’utilité qu’ils ont et leur pouvoir déstabilisateur au sein de la société. Car de cette manière ces mouvements ne rejoindront jamais le pan social de la contestation. on aura donc d’un côté les gilets jaunes (appelés Fachos par Traoré et sa bande) et de l’autre le mouvement Traoré financé par des instances très marquées communautairement. Le parfait mélange qui finira par péter sévèrement et cela fera les affaires du pouvoir.

      +44

    Alerter
    • Julien // 04.07.2020 à 09h31

      On évitera aussi de nommer les principaux esclavagistes modernes et leur origines. Bizarre Traoré n’en parle pas, beh oui ce sont les mêmes qui la finance .. on appelle cela l’inculture et le manque de courage

        +22

      Alerter
      • Cyd // 04.07.2020 à 09h39

        Les Traoré sont une famille d’aristocrate malien pleine de frustration d’avoir été privée de ses esclaves par les armées de la République et qui s’essaient à la contre-révolution espérant pouvoir retrouver ses privilèges de rang et notamment le droit de terroriser, voler, violer les gueux

          +5

        Alerter
    • Cyd // 04.07.2020 à 09h46

      Un petit commentaire de tous nos indigénistes ? non ? rien, moi qui croyais que l’esclavage était la raison de leur lutte

      https://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/20/chez-les-esclaves-de-la-famille-du-president-senegalais-macky-sall_4598251_3212.html

      « ’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, rendu furieux par le procès contre son fils Karim, avait traité son successeur de « descendant d’esclave ». « Le Monde Afrique » est allé vérifier au village. La famille Sall n’était pas esclave, elle avait des esclaves.
      (…)
      Au village de Ndouloumadji Founaybé, près de Matam, dans la région sénégalaise du Fouta à la frontière de la Mauritanie (600 km de Dakar), les accusations de l’ex-président Abdoulaye Wade ont sonné comme une insulte. Il faut dire que c’est le village d’origine de Macky Sall, le président actuel, traité fin février par son prédécesseur de « descendant d’esclave ».

      Une dizaine d’hommes ont été conviés sur une parcelle sableuse appartenant au chef du village. Ils ne décolèrent pas. C’est Djiby Sall, cousin du président, qui donne le ton : « Wade a tout faux sur notre famille. Nous sommes de grands propriétaires terriens. Nous avons des esclaves partout dans le Fouta ». Le septuagénaire est nerveux, visiblement secoué par des propos qui visent, selon lui, à « jeter le discrédit et la honte » sur toute sa lignée. »

        +11

      Alerter
    • Jean // 04.07.2020 à 10h56

      @Julien,

      => « on aura donc d’un côté les gilets jaunes (appelés Fachos par Traoré et sa bande)… »

      « S’ensuit un épisode de confusion : souhaitant stigmatiser les gilets jaunes d’extrême droite, la soeur d’Adama Traoré s’exprime maladroitement et semble décrire l’ensemble d’entre eux… « On ne va pas laisser la place aux fachos, à tous les gilets jaunes racistes ». Une femme s’en émeut dans le public, tente de prendre la parole pour répliquer. Assa Traoré : « Tu me laisses parler ! On laisse parler les quartiers populaires ! On parle des gilets jaunes racistes, les autres on les rejoint. Fallait écouter. Alors taisez-vous Madame. » »

      Source : https://www.marianne.net/politique/gilets-jaunes-comite-adama-francois-ruffin-convergence-luttes

      => Qui est derrière Traoré qui finance ? Voilà les vraies questions auxquelles les réponses sont interdites. on trouve toujours les mêmes derrière toutes les révoltes sociales ou raciales.

      Qui finance les révoltes sociales ?

        +4

      Alerter
      • Julien // 04.07.2020 à 11h41

        Certaines ONG par exemple. Derrière BLM vous avez Open Society et derrière cette ONG vous avez un homme, un philanthrope (lol) qui a dit dans une interview dans les années 90 : avec le pouvoir et l’argent que j’ai je peux aussi bien déstabiliser un état entier. CQFD. Faites vos recherches.

        Derrière Traoré vous avez entre autre une Fondation, portant le nom d’une grande banque. Donnez vous la peine de vous renseignez correctement et non pas au travers du torchon qu’est Marianne. Quant à Ruffin, laissez moi rire….

          +15

        Alerter
        • Jean // 04.07.2020 à 13h08

          Julien,

          Vous dites vous même, cf plus bas, que « les GJ étaient un mouvement totalement spontané », donc pas financé par les sujets de votre obsession, mais vous écrivez pourtant : « on trouve toujours les mêmes derrière toutes les révoltes sociales ou raciales. »
          Il y a ceux qui croient à la lutte des races et ceux qui croient à la lutte des classes. Les premiers rêvent de guerre civile, sans réaliser qu’ils rendraient service à leurs véritables oppresseurs, les seconds savent qu’il y en a largement assez pour tout le monde et qu’il n’y a qu’ensemble que nous parviendrons à obtenir une redistribution équitable des richesses.

            +0

          Alerter
          • Astatine // 04.07.2020 à 17h39

            Les GJ se font mutiler par centaines, des traoré ou des blm sont reçus par le gouvernement ou le président. Cela suffit à savoir où se trouve la véritable opposition au pouvoir.

              +12

            Alerter
            • Jean // 04.07.2020 à 17h58

              Astatine,

              Le pouvoir cherche toujours à diviser l’opposition, c’est même sa seule chance de survit lorsqu’il ne représente pas la majorité.

                +3

              Alerter
        • Cyd // 05.07.2020 à 01h33

          https://www.causeur.fr/arret-maladie-assa-traore-rothschild-178173

          La porte-parole du comité Vérité pour Adama était salariée de l’Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rothschild jusqu’en décembre 2019. Elle a milité pendant un an alors qu’elle était officiellement en arrêt-maladie.

            +4

          Alerter
      • Julien // 04.07.2020 à 11h47

        Je vous pari une bouteille de champagne que jamais le mouvement Traoré ne rejoindra les gilets jaunes et si il le rejoint vous verrez que ce sera pour le véroler exactement comme l’extrême gauche l’a fait avec les Blackblocks. Les contestations sociales comme BLM, Traoré ont toutes des racines mondialistes et tout ce qui va avec. Les gilets jaunes était un mouvement totalement spontané récupéré ensuite par on sait qui.

          +11

        Alerter
        • Jean // 04.07.2020 à 13h29

          Julien,

          Traoré n’a pas à rejoindre le mouvement des GJ, tout comme le mouvement des infirmières ou des instituteurs en colère n’a pas à rejoindre celui des GJ, mais tous ces acteurs peuvent prendre conscience que les conséquences dont-ils se plaignent n’ont qu’une seule et unique cause.
          Sinon pour la convergence des luttes entre GJ et Traoré, elle existait déjà il y à un an :
          « Ce samedi dans le Val-d’Oise, le rassemblement en mémoire du jeune homme, décédé le 19 juillet 2016 peu après son arrestation au terme d’une course-poursuite, a pris des allures d’un mouvement de convergence des luttes. Et pour cause, des Gilets Jaunes ont accompagné l’hommage à Adama Traoré. Aujourd’hui c’est aussi l’acte 36 des Gilets Jaunes, qui ont appelé à venir marcher ici, a expliqué Youcef Brakni, du Comité Adama. Comme nous depuis 40 ans, ils sont réprimés par la police. « Cette marche avec les Gilets Jaunes est un grand pas dans le combat contre les violences policières », a affirmé Assa Traoré, la sœur d’Adama, lors d’une conférence de presse, quelques minutes avant le début de la manifestation. »

          Source : http://www.20minutes.fr/societe/2568087-20190720-val-oise-proches-adama-traore-gilets-jaunes-marchent-ensemble-contre-violences-policieres

            +0

          Alerter
          • cedivan // 04.07.2020 à 15h59

            Brakni est un agitateur professionnel bien connu, qui manipule Assa Traoré, et vous remarquerez qu’il ne cite les GJ que pour parler des violences policières. Les revendications de fond des GJ ne l’intéressent absolument pas; c’est un manipulateur complet.

              +7

            Alerter
            • Jean // 04.07.2020 à 18h02

              cedivan,

              Je ne connais pas ce monsieur, c’est possible mais cela ne change rien au fond du problème : Lutter ensemble ou subir chacun dans notre coin.

                +0

              Alerter
  • Brigitte // 04.07.2020 à 09h25

    Rien que le titre me choque. La question ne se pose même pas!
    Qui peut se permettre de réécrire l’histoire au nom d’une mode prônant la haine et l’ignorance?
    Cette tendance binaire très moyenâgeuse, le bien contre le mal, resurgit par hoquets, entretenus par les médias dont le rôle est de doser l’huile et le feu, huile importée des USA bien entendu….frelatée donc.
    J’aime bien cette émission mais là, je ne vais peut-être pas perdre mon temps à écouter un débat stérile.

      +13

    Alerter
    • florian lebaroudeur // 04.07.2020 à 10h04

      « Qui peut se permettre de réécrire l’histoire au nom d’une mode prônant la haine et l’ignorance ? »
      Un peu près tout le monde…
      C’est même une constante de l’histoire.
      Après 1815, la monarchie restauré avait bien l’intention d’effacer des mémoires plusieurs réalisations napoléoniennes.
      Après 1945, la famille Rockefeller a déboursé une grosse somme d’argent pour que soit publier une certaine version de la seconde guerre mondiale dans les manuels scolaires.
      En 1989, suite au déboulonnage des statues de Lénine et de Staline, Philippe de Villiers a appelé au déboulonnage des statues des artisans de la révolution française coupable du génocide vendéen.
      L’histoire est dit-on écrite par les vainqueurs de l’histoire, mais rassurez-vous chaque vaincu ne valent pas forcément mieux que leurs bourreaux.

        +8

      Alerter
      • cedivan // 04.07.2020 à 16h00

        le génocide vendéen est une réalité historique qui d’ailleurs figure encore dans la loi française. Mais ce pan d’histoire honteux dérange la sacro sainte République….

          +3

        Alerter
        • Anfer // 07.07.2020 à 22h09

          Il n’y a de « génocide » vendéen que pour l’extrême droite.

          Pour les historiens (les vrais, pas Frank Ferrand ou Laurent Deutsche), le terme génocide est anachronique et n’a de toute façons aucun sens.
          C’est une guerre civile, avec les pro, les contres, et beaucoup de gens entre les deux.

          Pas plus que la « Terreur » comme système de gouvernement, terme apparu fin juillet 1794, essentiellement du fait de gens qui ayant commis des crimes de guerre, Fouché, Tallien, Barras, Collot d’herbois, Carrier, qui ont tout mis sur le dos de Robespierre.

          Lisez ou regardez les conférences de Jean Clément Martin, et vous verrez une historiographie récente basé sur des sources, au lieu de la propagande réactionnaire dont la télévision (de service publique en plus) nous abreuve.
          (Preuve d’ailleurs que si les médias dominants reprennent ces thèses, c’est qu’elles n’ont rien de subversives).

            +0

          Alerter
          • guzy // 09.07.2020 à 10h53

            ON peut effectivement parler de crime de guerre s’agissant des guerres de Vendée, et ça va au-delà du dérapage de quelques soldats. Génocide n’a pas de sens, c’est sûr.

              +0

            Alerter
  • Anouchka // 04.07.2020 à 09h25

    La lutte contre l’esprit de l’esclavage doit-elle être la seule boussole de l’identité française contemporaine au risque d’effacer tous les autres dimensions de cette identité ?

      +3

    Alerter
    • cyd // 04.07.2020 à 09h51

      « La lutte contre l’esprit de l’esclavage » n’est pas leur boussole, c’est juste une manière de jouer avec nos manières nous manipuler, car sinon, ils lutteraient réellement contre l’esclavage qui existe vraiment de nos jours,ou bien ils dénonceraient tous les esclavagistes y compris ceux d’Afrique et d’Arabie.

      Mais Horia Boutelja l’explique tres bien dans son livre « les blancs, les juifs et nous », il ne faut surtout critiquer pas les noirs et les arabes, même en cas de viol, pour ne pas faire le jeu des blancs

      Ces gens là ne sont que des « suprémacistes raciaux » qui veulent pouvoir et se le partager sur des bases éthniques

        +3

      Alerter
  • Pierre Darras // 04.07.2020 à 09h33

    Ça dépend.

    Vouloir s’en prendre à Colbert, un des cinq hommes les plus bénéfiques au pays dans notre Histoire pour des raisons sorties du contexte est insensé.
    Mais, n’en déplaise à Zemmour, je suis scandalisé qu’on puisse conserver des statues et des noms de lieu pour des ordures dont toute l’histoire salit notre mémoire. Bugeaud par exemple ou Rochambeau, personnages abjectes aux actes abjects et honteux pour notre pays.
    Mais d’une manière générale, détruire un nom ou une statue c’est amputer notre mémoire.
    Et demain quoi? Les néo féministes fremeniennes exigeront la destructions des statues de Voltaire et Victor Hugo parce qu’ils étaient de véritables ordures en fait d’abus sexuels sur les domestiques et veuves sans revenus?
    Pour une fois, je suis d’accord avec Macron, ne détruisons rien mais réparons l’immonde injustice de la mémoire. Éditions des statues et nommons des lieux aux noms des héros Africains qui ont porté haut nos couleurs.
    Les Marocains qui ont enlevé le Monte Cassino en 43 sous nos couleurs, où est leur mémoire. Ces Spahis de 1918 qui effectuérentune charge de… 800 km provoquant un effet d’effondrement domino des forces austro-roumaines, ou est leur mémoire.
    Mais il n’y a pas que des soldats. Point de repentance mais ils ont leur place de plein droit aux premières loges de notre histoire.

      +4

    Alerter
  • J // 04.07.2020 à 09h39

    S’agissant de Colbert, on pourrait se renseigner un minimum. Il n’a pas instauré l’esclavage, il l’a réglementé, donnant même certains droits aux esclaves. http://bouquinsblog.blog4ever.com/code-noir-louis-xiv

      +6

    Alerter
  • J // 04.07.2020 à 09h40

    Sur la traite trans-saharienne, bien plus longue et meurtrière et inhumaine que la transatlantique, http://bouquinsblog.blog4ever.com/le-genocide-voile-tidiane-n-diaye
    Par ailleurs, si le drapeau corse est ce qu’il est, c’est que la Corse a servi pendant des siècles de réserve d’esclaves à l’Afrique du Nord.

      +5

    Alerter
  • Cyd // 04.07.2020 à 09h54

    En tout cas, personne chez ces gens là ne semblent vouloir aller taguer un mosquée ou brûler un Coran, alors que Mahomet, l’islam et les arabes sont des vrais esclavagistes racistes, et encore de nos jours

    https://www.lemonde.fr/afri
    L’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, rendu furieux par le procès contre son fils Karim, avait traité son successeur de « descendant d’esclave ». « Le Monde Afrique » est allé vérifier au village. La famille Sall n’était pas esclave, elle avait des esclaves

    https://www.lemonde.fr/afri
    Libye : des migrants vendus aux enchères comme esclaves

    (d’ailleurs en arabe, le mot esclave vient de « noir », alors qu’en français et encore plus en anglais, le mot esclave vient de « slave » ces gens qui vivent dans les pays de l’est)

    Alors qu’en France métropolitaine, ca fait 7 siècles qu’il n’y a plus d’esclaves ou que tout esclave arrivant en France est automatiquement affranchi
    (cf Ordonnance de Louis X, du 2 juillet 1315,)

      +10

    Alerter
  • Fabrice // 04.07.2020 à 10h33

    On n’efface pas l’histoire et surtout pas avec notre vision actuelle car juger des évènements sans tenir compte du contexte est un aberration et relève de la même mentalité des autodafés de sinistre mémoire. On notera que cette affaire fait oublier en faisant affronter les couleurs de peau que le problème était bien un problème d’exploitation par des riches un système monstrueux, (c’est édifiant que l’on retrouve encore les banques et systèmes financier derrière cette monstruosité sans qui rien n’aurait été possible).

    L’esclavagisme était une monstruosité répandu partout dans le monde, mais qui a prit une ampleur jamais connu car les européens qui sortaient du servage se mirent à exploiter les nouvelles terres découvertes et achetèrent aux tribus esclavagistes en les incitant aux razzias et en pratiquant celles-ci le long des côtes africaines. Je recommande cette série portant sur le thème : https://youtu.be/YknRNQW1PdI

    comme disait Churchill « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » oui c’est une monstruosité pour notre époque mais à l’époque c’était admis partout dans le monde, l’occident a exploité ce qui était fait en Afrique, certains peuples profitant de se débarrasser d’autres pour assurer leur pouvoir, richesse et main mise sur des territoires ainsi débarrassé de leur concurrent, la simplification à l’outrance d’un problème sert ceux qui veulent qu’on oubli le reste.

    L’Europe doit accepter ce passé et veiller que cela ne se reproduise pas et faire cesser l’esclavage moderne qui persiste de trop nombreuses fois et sur lequel elle ferme les yeux quand elle achète des produits à vil coût en sachant que ceux-ci sont issu de l’exploitation de femmes, d’hommes et d’enfants (https://lareleveetlapeste.fr/lenfer-enfants-esclaves-plantations-de-cacao/) mais pas sans que les autres parties du monde ne se questionnent sur leurs agissements passés et présent.

      +11

    Alerter
    • Alfred // 04.07.2020 à 13h47

      C’est une vision bien ethnocentree que de se croire la cause de tout (en mal comme en bien) et responsable de tout (en mal comme en bien). Au non de quelle supériorité morale cerait ce spécifiquement à l’occident de faire cesser l’esclavage en Mauritanie ou au nord ouest du Mali? (Il y a un gag dans cette histoire qui fait référence au Peuls et à certains de leur représentants en France).

        +4

      Alerter
      • Fabrice // 04.07.2020 à 14h50

        Simplement que c’est à nous de ne pas acheter des produits qui entraînent un esclavage comme les enfants dans le cacao vous avez une vision interventionniste mais oubliez que nous avons d’autres moyens d’agir Alfred.

          +3

        Alerter
        • cedivan // 04.07.2020 à 16h03

          On peut alors arrêter d »acheter des ordinateurs, des frigos, des smartphones, des télés etc fabriqués en Chine dans des conditions de travail insupportables voire carrément par des prisonniers en camp de rééducation. et je ne parle pas du textile….

            +2

          Alerter
          • Alfred // 04.07.2020 à 17h02

            Je me suis retenu de le faire remarquer mais effectivement il est quand même intéressant de constater que deux des figures de proue de ces mouvements qui nous font la morale sont plus proches des esclavagistes par leur généalogie que la majorité des Français ne l’a jamais été. C’est quand même pas piqué des vers.

              +6

            Alerter
            • Alfred // 04.07.2020 à 19h22

              C’était un commentaire destiné à cedivan au sujet du pedigree de la verges.

                +2

              Alerter
          • Fabrice // 04.07.2020 à 20h47

            oui personnellement je regarde l’origine de mes vêtements, de conditions de mes achats quand ce n’est pas possible, vous avez des marques qui produisent encore en France, mais oui ça coûte plus cher, du temps mais cela dure généralement plus longtemps je suppose que d’autres critiquent et restent dans le c’est ainsi ma brave lucette.

              +3

            Alerter
    • Fernet Branca // 04.07.2020 à 16h26

      Citer Churchill il faut oser.
      Un homme dont les responsabilités et les déclarations dur la famine du Bengale en 1943 sont célèbres. Il y a aussi son ordre d’utiliser les gaz de combat contre les rebelles kurdes en Irak.
      Et en cherchant un peu plus.
      Par exemple correspondant de guerre contre les boers, guerre pendant laquelle les britanniques appliquaient la loi 303 qui doit son nom au calibre de leurs fusils pour ne pas dire la corvée de bois

        +4

      Alerter
      • jp // 04.07.2020 à 18h16

        je ne sais pas où vous trollez, mais au sujet de Churchill et les Indiens, la famine au Bengale, c’est vrai. Il a déclaré :
         » Je hais les Indiens. C’est un peuple bestial, avec une religion bestiale. »
        https://www.monde-diplomatique.fr/2015/11/DESQUESNES/54219

          +0

        Alerter
        • Fabrice // 04.07.2020 à 20h55

          Donc vous êtes dans la lignée de ceux qui pourrissent des statues incapables de voir le pour et le moins des personnes de l’histoire, qui veulent effacer tout sans nuance, oublier pour ne pas à avoir à voir que la vie n’est pas d’un pureté immaculée, des amis de ceux qui définissent ceux qui font parti de l’axe du mal (forcément les autres).

          Des adeptes de jeter le bébé avec l’eau du bain de jusqu’au-boutiste, j’espère que vous savez faire preuve d’autant d’exigence sur vos actes et propos que vous ne le faites sur les autres car tant de perfection c’est miraculeux . ;-P

            +5

          Alerter
      • Fabrice // 04.07.2020 à 21h03

        Fernet Branca oui j’ose car je suis dans un pays encore libre de citer une phrase pertinente d’un homme qui a sa part d’ombre et de lumière, si on devait vous écouter on devrait s’auto-censurer à la manière de ces puritains qui sont dans le politiquement correct.

        Bonne chance dans votre meilleur des mondes, nous entrons grâce à ce genre d’attitude dans la dictature du verbe, ou la moindre expression finira par passer par des filtres d’auto-censure sous peine d’opprobre, méfiez vous que cette attitude ne se retourne pas contre vous à la fin.

          +2

        Alerter
  • Anouchka // 04.07.2020 à 11h33

    Verges se contredit dans son argumentation : d’un côté elle dit que l’esclavage pratiqué par les Européens ne peut pas être comparé à l’esclavage pratiqué par d’autres civilisations (celles de l’Afrique au moment de la traite transatlantique par exemple) car l’esclavage européen a produit, ou tout au moins est partie prenante du monde dans lequel nous sommes, c’est à dire le monde capitaliste et consumériste qui implique la destruction de la nature et l’inégalité sociale. Mais d’un autre côté elle dit militer pour que les gens comme elle (noirs, etc.) soient reconnus et optiennent des places intéressantes précisément dans CE monde-là.
    Du coup faudrait savoir… soit on veut détruire le monde tel qu’il est parce qu’on le juge injuste en faisant des révolutions culturelles et tout ça, soit on lutte pour avoir une place dans la course généralisée aux meilleures places…

      +5

    Alerter
    • cedivan // 04.07.2020 à 16h06

      Françoise Vergès descend par sa mère d’une famille qui avait des esclaves…et par son père d’une dynastie communiste de la Réunion. Beau pedigree pour faire la morale….

        +4

      Alerter
  • Anouchka // 04.07.2020 à 11h55

    Taddei acte le fait que « les blancs » puisse désigner une classe sociale.
    Je me demande si la plus grande manipulation de tous ces débats autour de la mémoire de la colonisation, du racisme structurel, etc. ne vient pas du fait que l’on accepte comme évidente cette idée ( plus en plus, partout dans les médias), qui est loin pourtant d’aller de soi.
    Elle relève au contraire, à mon avis, d’un parfait sophisme (pour reprendre un mot que certains aiment bien sur ce site).Les blancs ne sont pas, n’ont jamais été, une classe sociale (les noirs peut-être, dans certaines sociétés, comme celle des états-unis du temps de l’esclavage – mais jamais la blancs).
    Si on démonte ce sophisme, tout le reste de l’édifice pseudo -marxiste (lutte pour l’émancipation, contre la domination de privilégiés,etc.) s’écroule et il ne reste plus que la volonté (toute neo-liberale) de promouvoir la compétition de tous contre tous en abattant ce qui reste de sentiments nationaux et d’enracinement dans une tradition.

      +5

    Alerter
    • Barbe // 04.07.2020 à 22h40

      Fantoche à faire
      La couleur de peau signale une diversité, une différence.
      La classe sociale relève d une inégalité.
      On ne peut confondre différences, naturelles, et inégalités, sociales. Seules les inégalités ont un remède…

        +0

      Alerter
    • Karine // 04.07.2020 à 22h53

      Je vous rejoins sur le fait de nier que les « blancs » soient forcément une classe sociale au-dessus des « noirs » : dans le livre « la couleur des sentiments », elle insiste sur ces « petits blancs », des pauvres blancs, dont on ne parle jamais mais qui pourraient s’unir aux pauvres noirs. C’est peut-être évident pour tous, mais j’avoue que c’est ce livre qui m’a fait réaliser qu’on simplifiait toujours trop…

        +0

      Alerter
  • moshedayan // 04.07.2020 à 12h41

    Ecoutez ce débat, … et vous comprenez pourquoi toute l’Europe de l’Est ! désolé pour cette historienne de la Réunion, pense ainsi : gardez votre héritage colonial… gardez vos immigrés…. On n’en veut pas parce que l’on n’est pas concerné… Quant à penser qu’un des éléments est la soif des Européens pour le sucre de canne … et bien on se gardera de celui-ci pour celui de la betterave… mais je doute fort très fort que Cuba qui produit un sucre de canne de qualité comme des médecins apprécient certains discours de vos ‘anti-racistes’ … le débat est détourné…dangereusement par des agitateurs qui sont parfaitement conscients de leurs objectifs et dont je soupçonne qu’ils ont en tête des stratégies « à la kosovo »…

      +7

    Alerter
    • Alfred // 04.07.2020 à 13h57

      C’est tout à fait cela. C’est la raison pour laquelle j’en veux tant aux benêts qui rêvent de convergence des luttes avec des gens qui rêvent de les traiter comme des Serbes du Kosovo. (Car leur amour et leur pacifisme transparaît à tout moment n’est ce pas?) Quand les « pov opprimés » avec l’aide des plus grandes puissances et cercle de pouvoir de la planète martyrisaient « les vilains oppresseurs » (sur leurs terres multiséculaires soit dit en passant). Les bonnes âmes étaient du côté des tortionnaires pas des martyrs. Il aura fallu combien de décennies pour que ce que tout le monde d’ honnête savait pointe enfin le bout de son nez dans les médias? Les crimes contre l’humanité du Che guevara de l’uck (le grand copain de koukouche le french doctor) finiront ils par être reconnus par tous? Et dans quelle mesure la clique à Clinton et un petit pays réceptionnaire des organes prélevés auront ils droit aux projecteurs (à défaut de procès)?

        +5

      Alerter
    • Kasper // 04.07.2020 à 15h34

      Le remplacement de la canne à sucre par la betterave comme source de sucre date de 1811 (justement parce que les anglais empêchaient la canne des Caraïbes d’arriver en France). Avant ca on avait pas d’alternative.

        +0

      Alerter
      • moshedayan // 04.07.2020 à 20h13

        Vous avez raison ! Et c’est justement Andréas Sigismund Marggraf – un Allemand qui réussit le sucre de betterave et un Français Prussien d’origine Huguenote ! -grâce à lui ! trois fois Grâce! François Charles Achard qui a développé la première fabrication industrielle d’un pain de sucre de betterave en Silésie en 1799 (région polono-autrichienne ou allemande ?) – un grand merci à lui, l’Est européen pouvant ainsi se passer des colonies… En Pologne, on s’intéressait aussi au suc de pomme non fermenté et réduit.

          +0

        Alerter
  • Anouchka // 04.07.2020 à 18h36

    « L’Afrique et ses immenses empires »… bourrés d’esclavagistes et d’antropophages… whaou!
    Qu’est-ce qu’ils vous ont apporté exactement pour que vous éprouviez le besoin de les célébrer de la sorte?

      +1

    Alerter
    • Anouchka // 04.07.2020 à 22h13

      Pillés pour mon confort et avec la bénédiction des élites en place là-bas.
      Mais vous ne répondez pas à ma question : qu’est-ce que ces empires vous ont apporté, à vous, précisément ?

        +1

      Alerter
      • Anouchka // 05.07.2020 à 09h28

        Des sources peut-être au sujet des baignoires des sultans et de la paille des rois de France? Au passage, on se demande avec quelles richesses ces sultans payaient leurs baignoires d’eau chaude… le travail des esclaves, peut-être…?

        J’ai déjà lu cette histoire de paille et d’eau chaude chez un autre commentateur il y a peu de temps dans un autre billet. Ce qui me laisse supposer que c’est un argument classique dans un certain discours.
        Ça m’intéresserait de savoir d’où tout cela vient. Mais probablement ne le savez-vous pas vous-même.

          +2

        Alerter
  • Esther // 04.07.2020 à 21h12

    En vérité, il faut espérer un nouvel iconoclasme. Déboulonner les esclavagistes est nécessaire, c’est un point de départ consensuel. Mais de façon générale, le portrait individuel étalé en place public a quelque chose d’incongru. Quel est son rôle, précisément ?
    Mémoriel ? La mémoire ne périt pas, c’est un mensonge romantique. Vouloir effacer la mémoire de quelqu’un, c’est le meilleur moyen de lui offrir la postérité. Damnatio memoriae romaines et gloire des poètes dissidents soviétiques, même combat. On connaît mieux les damnées que les damnateurs. Et sincèrement, va-t-on oublier Napoléon, de Gaulle ou Hugo parce qu’ils n’hanteront plus les places publiques ? À l’inverse qui se souvient, au hasard, de François XII de La Rochefoucauld ? Pourtant, il a sa statue à Liancourt. Essayons un autre rôle : Éducatif ? Ce n’est pas sérieux, les statues ne sont même pas un bon moyen mnémotechnique. Ou alors seulement pour ceux qui savent déjà. En effet, comment deviner qui est Froissart au Louvre sans s’être préalablement infligé ses Chroniques ?
    1/2

      +1

    Alerter
    • Esther // 04.07.2020 à 21h13

      Moral, peut-être. Les grands hommes, ils inculquent forcément les vraies valeurs, le kalos kagathos qui élève le citoyen ! Le cas des négriers statufiés suffit à démontrer l’argument. Mais allons plus loin : que nous inculque une statue équestre de Louis XIV ? Que pour avoir droit à la gloire d’un bronze, et faire jaser les érudits, mieux vaut se donner la peine de bien naître ? Et puis, y a-t-il encore quelqu’un pour croire que l’art améliore l’homme ? On ne devient pas écrivain en contemplant Dumas, courageux devant Ney, meilleur historien devant Michelet. Dans le dernier cas, on risque même de devenir pire : l’histoire n’aime pas la réification. La statue, le portrait individuel en place publique, est l’argument d’autorité ultime. Il écrase la réflexion. C’est l’arme des pédants. La sculpture allégorique, à la limite, est amusante. Si on est un peu versé dans la mythologie, on peut jouer à décrypter les références de l’artiste. L’allégorie est presque inoffensive. Un libéral peut, sans rougir, admirer L’ouvrier et la kolkhozienne. Plus difficile avec Lénine.
      Heureusement, on sort doucement de la statuomanie.
      2/2

        +1

      Alerter
      • Alfred // 04.07.2020 à 22h26

        C’est très savant tout ça mais simplement où est l’urgence? Ou est l’urgence de déboulonner des statues? C’est vraiment le premier pas vers un monde meilleur ? Sur cette route la ce doit être le deuxième (le premier étant de pisser dans un violon).
        (Par contre couper un peuple de ses totems et de ses artefacts culturels c’est une étape classique sur le chemin de sa mise à mort).

          +2

        Alerter
        • Esther // 05.07.2020 à 09h46

          L’histoire n’est ni raisonnable ni pragmatique. Au risque d’alimenter un cliché, les byzantins trouvaient très urgent de discuter le sexe des anges, derrière les remparts de Constantinople assiégée. Pendant peu ou prou mille ans, pisser dans des violons ne leur aura pas trop mal réussi.

            +0

          Alerter
      • Cyd // 05.07.2020 à 01h31

        Ces statuts nous rappelle que nos ancêtres à un moment donné ont trouvé, à tort ou à raison, ces gens dignes d’être statufiés.

        Ce n’est pas Louis XIV, Robespierre, ou Lénine qu’on respecte, c’est l’esprit de nos anciens, parce que ce sont nos anciens, leurs succès ou leurs erreurs, qui font que nous en sommes là pour le meilleurs et pour le pire

          +3

        Alerter
        • Esther // 05.07.2020 à 09h47

          Ces statues nous rappellent qu’un gratin infinitésimal imposa à l’écrasante majorité les portraits de ses maîtres. Nos ancêtres ? C’étaient d’obscurs paysans. Sur l’érection de la statue d’un quelconque Colbert, croyez-vous qu’ils aient eu voix au chapitre ?

            +0

          Alerter
          • Alfred // 05.07.2020 à 10h00

            Certes nos ancêtres n’ont pas eu voix au chaoitre.. mais « c’était mieux avant quand même » car leurs élites avaient un minimum de talent, pas les nôtres. A la lave de statues de marbres ou de bronze représentant des milliers d’heures de travail et des années de formation on nous propose quoi? Un plug anal géant en plastique dessiné sur un logiciel de dao en 15 secondes? A l’époque de Colbert les élites étaient identifiées et « responsables » d’une certaine manière (gloire ou oprobre, rente ou exil). De nos jours nos maîtres sont majoritairement des anonymes pour le public responsables mais non coupables, qui socialsent les pertes et privatiser les profits; des planqués quoi.
            La grande guerre a d’ailleurs été la dernière ou l’élite a envoyé ses rejetons au front. Après plus jamais.

              +1

            Alerter
            • Esther // 05.07.2020 à 10h51

              Et pourtant, le plug est moins scabreux que Napoléon charognard juché sur la colonne Vendôme. La Commune de Paris ne s’y est pas trompée. J’en reviens à mon message initial, les statues allégoriques, ou au moins non-figurative, sont plus inoffensives. Le plug n’a commis d’autres crimes que d’épater le bourgeois.

              Quant aux élites, détrompez-vous. Aujourd’hui comme hier, c’est les lampistes qui trinquent. On ne touche pas aux lignées touchées par la grâce du talent héréditaire (et de la particule, ça aide) : exemple, combien de ministres donnèrent les Phélypeaux ? En matière de concussion, Cahuzac est encore dans les langes face à Mazarin. Au Palatinat, Louvois valait bien BHL en Libye. C’est l’art et le romantisme qui nous donnent pour le passé les yeux de Chimène. Ces amourettes sont mensongères, il faut grandir.

                +0

              Alerter
          • cyd // 05.07.2020 à 16h15

            C’est sûr que le boulevard Lénine à Argenteuil, c’est le gratin infinitésimal

            Il n’y a pas que les statues. Quand je visite un temple gaulois où on pratiquait des sacrifices humains, des thermes gallo-romaines, une église de campagne, un château fort je pense à mes ancêtres.

            Tous n’ont pas été contraint, et ce n’est pas parce que je réprouve les sacrifices humains, que je vais détruire les temples gaulois ou les églises.
            Au contraire, je souhaite les entretenir parce que c’est un morceau de notre histoire que ce soit folklorique, glorieux ou encore douloureux

              +1

            Alerter
            • Esther // 05.07.2020 à 19h24

              Vous remarquerez que je n’ai pas eu la prétention d’aborder autre chose que la statue, plus précisément le portrait individuel. Les moyens de commémorations que vous citez relèvent d’un autre débat.
              Quant aux vestiges, figurez-vous que j’éprouve un sentiment proche du vôtre. Avec une nuance, je pense aux hommes, sans considération de sexe, et non aux ancêtres.

                +0

              Alerter
  • hub // 06.07.2020 à 03h38

    On ne parle jamais du pire , l’esclavagisme arabo-musulman qui dura quatre fois plus longtemps et fit bien plus de victimes .
    j’aime beaucoup Colbert un grand ministre . La France et l’Angleterrre sont les premiers à avoir abolit l’esclavage . elle est un peu dingotte cette femme . Elle va provoquer les tensions ethniques dans nos sociétés , ce qui n’est jamais bon .

      +0

    Alerter
  • rolland // 06.07.2020 à 06h14

    Etonnammant plutôt que de soumettre l’éducation nationale pour qu’elle enseigne à tous les crimes et autre inhumanités produites par ces gens statufiés, les gens préfèrent détruire ces statues et donc l’histoire qui y est apparentée.
    Effectivement, je ne me rappelle absolument pas que l’école publique française m’ait enseigné les horreurs de ces gens statufiés ni celles de ceux qui voient leur nom être utilisé pour des noms de rue……..c’est surtout là qu’est le problème car à ne pas enseigner la réalité des faits, on pourrait penser dans ce contexte que la volonté des pouvoirs en place successifs a été de glorifier ces personnalités.

      +0

    Alerter
  • nanann // 06.07.2020 à 20h19

    Déboulonner des statues serait encore une énième manière de nous auto-flageller. En ce qui concerne l’ esclavage, l’ affaire est pourtant entendue. Qui oserait aujourd’hui contester les horreurs de l’ esclavage ? La France est claire avec son histoire sur le sujet comme sur bien d’ autres d’ ailleurs. Pour alimenter la haine, on nous sort le Code noir, pensé dans un pays où le servage existait encore. Descendants de serfs, demandons , dans la foulée, la démolition de tous les châteaux ! L’ Amérique et ses campus fournit la matière à tous ceux qui veulent faire la peau à notre histoire, indigénistes, néo-féministes, racialistes… Continuons comme ça, notre histoire disparaîtra et tout ce qui fut notre civilisation avec. D’ aucuns s’en délectent. Pas encore tout le monde. Heureusement…

      +0

    Alerter
  • Mona Redmoor // 08.07.2020 à 12h46

    Déboulonnons et détruisons les statues et les bustes de cet enc… de Jules César génocidaire de la Nation gauloise à plus d’un titre.

      +1

    Alerter
  • Mona Redmoor // 08.07.2020 à 13h08

    Au moment du Code noir – qui il faut l’entendre est une forme de progrès ! – ce régime n’est pas particulier aux personnes noires, puisqu’on est sous l’Ancien Régime où il y a encore des serfs – des « français » enchaînés à « leurs » terres.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications