Les Crises Les Crises
8.juin.20188.6.2018 // Les Crises

Je n’irai pas chez Enthoven, par Jeanne Guien

Merci 12
J'envoie

Source : Le Blog Mediapart, Jeanne Guien, 04-06-2018

Lettre ouverte à M. Raphaël Enthoven, suite à mon invitation à son émission Philosophie(s).

Monsieur Enthoven,

je vous écris pour annuler ma venue à votre émission Philosophie(s) sur Arte, dont le tournage devait avoir lieu ce jour.

Invitée par votre équipe en mars dernier à y discuter de mon sujet de recherche, la réduction de la durée de vie des objets, j’avais accepté dans l’espoir d’y trouver un espace de dialogue philosophique authentique, de production rigoureuse et collaborative d’un savoir critique utile. La lecture et l’écoute de vos diverses productions m’ont cependant convaincue que cet espoir était vain.

Ne connaissant pas, il y a trois mois, votre travail, j’ai en effet découvert depuis qu’il était malheureusement semblable à celui des quelques rares autres « philosophes » représentés dans les médias dominants : un déploiement précieux et allusif de culture légitime, mis au service de la reproduction à l’identique des préjugés sociaux et politiques les plus caricaturaux. Immaturité du mouvement étudiant, mysandrie des féministes, paresse des abstentionnistes, communautarisme des anti-racistes ou encore antisémitisme des antisionistes : il n’est pas un seul des partis pris les plus réducteurs et abêtissants de la droite décomplexée auquel vous ne vous empressiez d’apporter votre soutien, à grand renfort de raccourcis historiques, de coupes et pseudo-concessions à l’adversaire, de citations à l’emporte-pièce et d’invocations toutes faites à la démocratie et la liberté de pensée – qu’il est peu étonnant de voir conduire, infailliblement, au moralisme le plus vide.

Il faut admettre, monsieur, que vous semblez subir là une contrainte, celle de la forme médiatique qui pèse sur votre véritable profession – animateur. Egotrip, name dropping, stalking, trolling, il n’est pas non plus un seul des pièges modernes du fast thinking dans lequel vous ne tombiez aveuglément. Pressé par ce temps médiatique dont vous déplorez vous-même la rapidité[1], vous avouez faire du remplissage d’antenne pour satisfaire à votre emploi du temps professionnel, en réagissant à la va-vite aux moindres audaces verbales glanées sur les réseaux sociaux, sur Wikipédia ou dans la « caverne de Jean-Luc »[2]. Opportunisme carriériste qui vous conduit à réduire un certain nombre de savoir-faire philosophiques (tels que la définition et la conceptualisation rigoureuses, ou encore la hiérarchie des causes) à la fabrique puérile du bon mot infamant.

Ainsi, vous jouez de la polysémie des concepts de « vie » et de « mort », et de la hiérarchie entre causes prochaines et lointaines, pour disculper un éventuel meurtre policier, prétendant (alors même que la vérité sur cette affaire n’a toujours pas été faite) que si une personne blessée par la police est entre la vie et la mort, c’est à cause de la vie et non de la police, et que telle est la condition humaine[3]. Ainsi, vous comparez la féminisation des adjectifs proposée par l’écriture inclusive au remplacement des adjectifs dans « le » novlangue (sic) de 1984[4], comme si, dans les dictionnaires actuels, adjectifs féminins et masculins étaient considérés comme des mots différents, constituaient des entrées distinctes. Ainsi, vous reprochez aux critiques du manspreading d’ « enfermer un individu dans une essence imaginaire »[5], alors même que le mot « man » désigne dans cette expression une identité de genre socialement construite, et sert précisément à nier l’origine « essentielle » des comportements qu’elle prescrit ; sous l’apparence banale d’un laborieux « y’en a des biens », vous réactivez discrètement l’idée qu’il y a des hommes (bons et mauvais, s’étalant ou pas) ; autrement dit, c’est vous qui essentialisez.

Ce ne sont là qu’exemples parmi tant d’autres : je pourrais aussi me mettre, ici, à fouiller, énumérer, moquer les reliques douteuses de votre propre « caverne », regorgeante qu’elle est d’erreurs logiques et de manipulations rhétoriques. Mais la tâche du philosophe n’est-elle pas plutôt de chercher à sortir de toutes les cavernes ? Vous qui appréciez les références allusives, vous comprendrez bien que ce dont il s’agit ici, c’est de sortir du règne de l’opinion et de la séduction, de la comm’ et de la politique-spectacle, pour se mettre à la recherche de la vérité ; ou, au moins, de la sincérité et l’honnêteté intellectuelle.

C’est pourquoi, ne souhaitant pas entrer dans ces jeux d’ombres, je me permets de décliner votre invitation, et de vous prier de bien vouloir cesser de vous revendiquer du nom de philosophe, lorsque, mettant les diplômes institutionnels, l’art oratoire et l’érudition au service du faux, du non-sens et de la manipulation des affects, pour des raisons d’audience et de contrainte professionnelle, vous vous adonnez précisément à une version moderne de cette activité contre laquelle la philosophie s’est construite historiquement : la sophistique.

C’est pourquoi, alors que je pourrais signer cette lettre en tant qu’étudiante mobilisée contre la loi O.R.E. et la répression qui la seconde, en tant que femme en lutte quotidienne contre les manifestations verbales et physiques de la domination patriarcale, en tant que citoyenne qui n’a voté ni Macron ni Le Pen, solidaire des luttes anti-racistes et anti-impérialistes en France et ailleurs, je la signe aujourd’hui en tant que philosophe, désireuse que ce métier existe autrement que sous cette forme fausse et caricaturale par laquelle vous prétendez aujourd’hui l’incarner.

J’invite les personnes souhaitant défendre, présenter ou découvrir ce métier différemment à rejoindre et relayer cet appel.

Je précise que ces remarques ne portent aucunement sur le travail du reste de l’équipe de l’émission Philosophie(s), que je remercie pour sa démarche et à laquelle je présente mes excuses pour les éventuels désagréments engendrés par la publication au dernier moment de cette lettre de refus. Ce délai m’a semblé un moyen nécessaire pour tenter d’attirer l’attention sur le problème décrit.

Jeanne Guien

[1] Cf. « Dénonce ton porc… à la justice ! », chronique où vous accusez Sandra Muller et toutes celles qui ont relayé le hashtag #BalanceTonPorc de préférer à la temporalité de la Justice « le tribunal tweeter », qui « met dix minutes » à condamner un accusé, sans que « [son] dossier ne [soit] jamais examiné ».https://www.facebook.com/Europe1/videos/10156958838950620/.

[2] Cf. « Les insoumis, c’est mon plan B », interview du 12 mars 2018 pour Le vent se lève. http://lvsl.fr/entretien-raphael-enthoven.

[3] Cf. votre tweet du 21 avril 2018. https://twitter.com/enthoven_r/status/987649118272028673.

[4] Cf. « Le désir d’égalité n’excuse pas le façonnage des consciences ». https://www.youtube.com/watch?v=D6QdIUzMCeo.

[5] Cf. « Le ”manspreading”, une pratique qui ne devrait pas être réduite aux seuls hommes ». https://www.youtube.com/watch?v=W3soVlZ3FZ8.

Source : Le Blog Mediapart, Jeanne Guien, 04-06-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

XavierB // 08.06.2018 à 06h05

La rhétorique de cette jeune étudiante est tout aussi discutable que celle de Einthoven, que je suis loin d’apprécier par ailleurs. Sa faconde est hélas tristement politiquement correcte, du prêt-à-penser emprunté aux universités américaines. L’université française produit à la chaîne de ces thésards stéréotypés, se pensant progressistes, mais resservant un discours qui accomplit l’exploit d’être à la fois convenu et d’une inédite idiotie (le manspreading…).
Le monde intellectuel français va mal, et tant Einthoven que Guien nous en apportent la vibrante confirmation.

83 réactions et commentaires

  • Mamiefred // 08.06.2018 à 05h21

    Bravo,mille fois bravo

     18

    Alerter
    • Eugene Varlin // 08.06.2018 à 16h12

      La lettre de Jeanne Guien est tout a fait pertinente ! Ayant eu le déplaisir de participer a une croisiere en compagnie de cet individu( Enthoven), je confirme totalement l’analyse de Jeanne ! Ce monsieur est un pseudo-philosophe, authentique sophiste, cachetonné par ses maitres idéologiques et qui est du coté du manche ! Les barricades n’ayant que deux cotés -comme le disait Elsa Triolet- je suis tout a fait solidaire et d’accord sur le fond avec Jeanne Guien ! jm Toulouse

       10

      Alerter
      • christiangedeon // 09.06.2018 à 08h48

        Elsa Triolet? Sacrée référence…êtes vous bien sûr que cette dame,Dieu ait son âme,apporte quelque chose au débat.

         2

        Alerter
      • Albert-Nord // 09.06.2018 à 14h09

        Cette demoiselle soutient en creux l’écriture inclusive : ” Ainsi, vous comparez la féminisation des adjectifs proposée par l’écriture inclusive au remplacement des adjectifs dans « le » novlangue (sic) de 1984″ , mais elle utilise des mots anglais ; Egotrip, name dropping, stalking, trolling, manspreading, fast thinking qu’une immense quantité de français ne comprennent pas….
        Bref, c’est de l’inclusif pour petite bourgeoisie intellectuelle qui se contre-fout des classes populaires qui ne pigent pas l’english ou le globish .
        Cette demoiselle utilise un langage exclusif donc discriminant !
        CQFD

         10

        Alerter
  • Stella2b // 08.06.2018 à 05h40

    Bravo pour cette remise en perspective brillante et argumentée.
    Il en va de ce pseudo-philosophe comme du reste de notre civilisation, beaucoup de vernis pour allécher le chaland, mais au fond, rien de consistant.
    Des préjugés à la pelle, des avis personnels plus que douteux en lieu et place d’une réflexion objective, décidément, mieux vaut se boucher les oreilles et chercher sa nourriture spirituelle du côté des médias non conventionnels. Faire preuve d’esprit critique et refuser ce ” prêt-à-penser ” généralisé, si arrogant et si sûr de lui.
    Malheureusement, et comme toujours, le lecteur des ” crises ” fait partie de ceux qui ont cette exigence et sont déjà des convaincus. Dans ce cas, comment faire entendre raison aux autres, ceux qui se laissent berner par cette philosophie spectacle, qui n’a plus rien avoir avec la sagesse dont elle est issue?

     28

    Alerter
  • Bigtof // 08.06.2018 à 05h48

    On peut être d’accord ou pas sur le fond… Reste que le procédé, bien qu’elle en explique les raisons, est très incorrect.
    Mr Enthoven devra faire appel aux Insoumis, son plan B.

     5

    Alerter
  • XavierB // 08.06.2018 à 06h05

    La rhétorique de cette jeune étudiante est tout aussi discutable que celle de Einthoven, que je suis loin d’apprécier par ailleurs. Sa faconde est hélas tristement politiquement correcte, du prêt-à-penser emprunté aux universités américaines. L’université française produit à la chaîne de ces thésards stéréotypés, se pensant progressistes, mais resservant un discours qui accomplit l’exploit d’être à la fois convenu et d’une inédite idiotie (le manspreading…).
    Le monde intellectuel français va mal, et tant Einthoven que Guien nous en apportent la vibrante confirmation.

     148

    Alerter
    • Lec // 08.06.2018 à 10h55

      devraient lire ce bon vieux Gustave….

      « Être dans le vent est une ambition de feuille morte. »
      Gustave Thibon

       31

      Alerter
    • marc // 08.06.2018 à 12h09

      politquement correct alors qu’elle défend les abstentionnistes et les anti-sio-nistes? faut m’expliquer là

       12

      Alerter
    • Renard // 08.06.2018 à 12h49

      Tout à fait d’accord, l’auteure semble tout autant verbieuse, hautaine, plate et américanisée que l’est Einthoven.. On a évité un énième débat entre la gauche bourgeoise et la droite bourgeoise.. Ouf !

       33

      Alerter
    • Ploupy // 08.06.2018 à 19h58

      Jaloux.

       6

      Alerter
  • Pinouille // 08.06.2018 à 07h34
  • Brigitte // 08.06.2018 à 07h40

    Enfin un billet écrit par une femme. Il me semble que c’est le premier depuis plus d’un an (mis à part les vidéos). Je n’accuse pas OB de misogynie mais je fais juste le constat que les femmes polémistes se font rares, sur ce site comme ailleurs.
    Je trouve Raphaël Enthoven, dandy culturel et prétentieux. Pourtant, j’appréciais l’émission qu’il animait sur French Culture: les chemins de la connaissance. Je ne le suis plus du tout sur Arte, le “y” du titre Philosophy me bloque et mon temps aussi. Je ne peux donc pas juger de la qualité de l’émission qu’il anime. En est-il arrivé à faire de la philosophie comme Stefane Bern fait de l’histoire? c’est possible.
    Y a t-il un mal à ça?
    Qu’il fasse mal de la philosophie, comme le prétend Jeanne Guien, au point de refuser son invitation, soit, mais qu’il utilise la philosophie pour diffuser ses opinions politiques (celles d’une droite décomplexée?), c’est une autre chose.
    Si tel est le cas, la critique de J. Guien doit se placer sur le plan philosophique pour bien montrer qu’il y a imposture et non sur le plan politique. C’est un exercice difficile auquel elle se livre……où les coups bas ne sont pas permis. Or,….

     8

    Alerter
    • Anti-communautariste // 08.06.2018 à 16h15

      Tant qu’on y est, il faut se demander quel est le nombre de billets publiés sur ce site, rédigés par des noirs. Puis des juifs. Puis des homosexuels. Puis des nains de jardin…
      Ras le bol de ces considérations qui ne font que diviser. Ces “luttes” intersectionnelles n’intéressent personne, hormis trois sociologues, deux “experts” de BFM, et un troupeau d’individus paumés très contents qu’on vienne flatter ses bas instincts communautaristes, nombrilistes et narcissiques.

       46

      Alerter
  • AerosolKid // 08.06.2018 à 08h19

    Si j ai bien compris, car je suis un peu idiot, et à part Schopenhauer et Socrate que j arrive à lire et j espère à comprendre, je n y entends rien en philosophie.
    Cette philosophe se refuse à toute discussion avec un autre philosophe qui n est pas de son obédience et qui n’a donc pas le même amour de la sagesse qu elle même.
    Elle accuse l’autre de sophiste, sans argumenter le moins du monde. Elle le dit, ça doit être vrai, c est ainsi lorsqu on est dans le bon camp.
    Je n’apprécie pas spécialement Enthoven mais qui est cette dame, qui me semble plus faire de la basse politique qu autre chose et occuper des facs au lieu de penser.
    Visiblement, pour elle, un bon philosophe est un philosophe qui pense comme elle.
    Mais je suis un peu idiot et je dois avoir tendance à essentialiser les autres idiots.

     48

    Alerter
    • BouillieIntellectuelle // 08.06.2018 à 09h06

      Oui et ça rejoint le commentaire de Xavier B. Ce texte est une bouillie intellectuelle américaniste. Quand nous ne sommes plus d’accord, il faut systématiquement refuser le débat, c’est le mot. Elle préfère faire une lettre ouverte que de disputer avec Enthoven. Intéressant comme concept

       31

      Alerter
      • Ploupy // 08.06.2018 à 20h51

        Relisez Bourdieu sur la tv les garçons, ça fait un moment qu’on sait que ce média n’est pas exactement l’endroit préféré du débat philosophique.

        Cette petite lettre bien sentie déclenche chez certains une foultitudes de réactions réactives.

        Relisez Gorgias aussi tiens et vous comprendrez mieux ce qu’elle dit des sophistes.

        Et sinon quand les américains utilisent des termes francophone dans leur texte ça fait d’eux immédiatement des penseurs francisés ?

        Macho macho mennn…

         11

        Alerter
  • Albert Charles // 08.06.2018 à 08h23

    Certes, Monsieur Enthoven m’agace: c’est un prétentieux, un pédant et un idéologue. Mais je suis d’accord avec XavierB. Le message de notre thésarde en philosophie est, pour moi, digne de tous les discours militants bien intentionnés qui ont déjà en tête toutes les solutions toutes faites pour résoudre tous les problèmes de notre temps. En fait, Jeanne elle a les mêmes certitudes dogmatiques que son ennemi Enthoven: on est bien loin de la philosophie sérieuse dont les deux se réclament de manière démagogique. Je ne prendrai qu’un seul exemple, pour ne pas être trop long: la défense d’une écriture inclusive (je ne vois pas trop le rapport avec l’émission d’Enthoven, d’ailleurs. Mais abrégeons..) qu’elle ne précise même pas. Laquelle ? Comme si il n’y avait qu’une seule solution au machisme de la langue française…Encore une fois, la militance partisane est passée par là. Quand un militant a trouvé une solution, il estime que c’est la seule à présenter aux autres citoyens. Or, sur ce sujet, l’écriture inclusive proposée par certaines personnes est une telle usine à gaz qu’elle finira, si elle est appliquée, à exclure. Exclure qui ? Exclure les enfants qui on des difficultés scolaires, et exclure la langue française du monde entier au profit d’une langue beaucoup plus simple: l’anglais ! Belle victoire: victoire typique de tous les militantismes idéologiques, les mêmes qui ont fini par exclure les mots Socialisme ou Gauche du vocabulaire de nombreux citoyens soucieux de progrès social. Notre Jeanne philosophe n’est guère plus philosophe que notre journaliste philosophe Enthoven.

     54

    Alerter
  • Toutatis // 08.06.2018 à 08h29

    En gros c’est une tendance du politiquement correct qui tape sur une autre. C’est très bien continuez….

     40

    Alerter
  • AerosolKid // 08.06.2018 à 08h43

    Mais non, la véritable philosophe c est moi. Les autres sont tous des idiots utiles du capitalisme, voire même ils sont sincèrement de droite, la preuve ils ne disent pas la même chose chose que moi. Je n ai pas pas besoin d argumenter je suis une femme philosophe et les causes ( car j ai très peu d argument ) que je défends sont evidemment juste parce que je suis une femme et que l’autre, l homme, est de droite, enfin c est moi qui le prétend. Et comme tout le monde sait que la pluie engendre la sécheresse, là où elle ne tombe pas,tirez en les conclusions que vous voulez. Moi c est fait, je suis une philosophe du bon côté donc j ai raison.

    « Il se peut qu’aucun de nous deux ne sache rien ni de beau ni de bon ; mais lui croit savoir quelque chose, alors qu’il ne sait rien, tandis que moi, si je ne sais pas, je ne crois pas non plus savoir. Il me semble donc que je suis un peu plus sage que lui par le fait même que ce que je ne sais pas, je ne pense pas non plus le savoir. »
    (Socrate)

    Ça a une autre gueule non ?

     26

    Alerter
    • Fritz // 08.06.2018 à 20h56

      Aarghh ! Socrate ! Un HOMME ! Encore un type de droite !!

       12

      Alerter
  • robert pierron // 08.06.2018 à 08h44

    Elle a ecrit un bon devoir une bonne dissertation. Mais son contenu est répugnant plein de cette propagande du neo liberalisme libertaire bien analysé par Clouscard . Un discours de secte pour sectatrices.

     28

    Alerter
    • AerosolKid // 08.06.2018 à 09h20

      Une bonne dissertation, c est vite dit. Peu d idées, des attaques personnelles en pagaille et pire que tout aucun argument.
      En revanche j ai beaucoup de mal à y lire de la ” propagande du néolibéralisme libertaire “. Pouvez vous m éclairez ? Votre décryptage m intéresse.
      Je vois du bon gros SJW qui tache pour ma part.
      Qu est ce que le néolibéralisme libertaire ? Sont ce les libertariens, les anarchistes capitalistes ? Là également je me sens bien dubitatif.
      Je vais aller voir qui est Glouscard en attendant.

       8

      Alerter
      • andrea naz // 08.06.2018 à 10h27

        Eh bien, j’y ai vu une affection pour balance ton porc, l’écriture inclusive et autres joyeusetés que l’on doit bien à l’idéologie dominante!

         13

        Alerter
        • Tacite // 08.06.2018 à 14h30

          Si l’écriture était une idéologie dominante, comme vous semblez le prétendre, alors elle aurait été adoptée de manière officielle depuis longtemps. Cela ne me semble pas être le cas en France.

           1

          Alerter
  • BouillieIntellectuelle // 08.06.2018 à 09h16
    • Alfred // 08.06.2018 à 13h22

      Quoi qu’on pense du monsieur et de ce qu’il défend en général il faut reconnaitre que c’est assez bien tourné et plutôt juste. Merci pour le lien de la réponse.

       10

      Alerter
    • andrea naz // 08.06.2018 à 14h04

      Excellente réponse; certes Enthoven est un homme très médiatique et très mode, mais il a oublié d’être con!

       7

      Alerter
      • marc // 08.06.2018 à 19h47

        pas d’accord, je l’ai vu au ras des paquerettes en visant mélenchon et disant “l’homme au franc parler, quand il s’énerve, c’est pour séduire”

        non il n’a pas oublié

         2

        Alerter
    • Ploupy // 08.06.2018 à 20h56

      Quel clown. Il dit le contraire de ce qu’il affirme une ligne sur deux.

       3

      Alerter
      • Bibendum // 08.06.2018 à 22h52

        J’en connais une autre qui joue de la ligne sur deux…

        “Cher ami,
        Je suis toute émue de vous dire que j’ai
        bien compris l’autre jour que vous aviez
        toujours une envie folle de me faire
        danser. Je garde le souvenir de votre
        baiser et je voudrais bien que ce soit
        une preuve que je puisse être aimée
        par vous. Je suis prête à montrer mon
        affection toute désintéressée et sans cal-
        cul, et si vous voulez me voir ainsi
        vous dévoiler, sans artifice, mon âme
        toute nue, daignez me faire visite,
        nous causerons et en amis franchement
        je vous prouverai que je suis la femme
        sincère, capable de vous offrir l’affection
        la plus profonde, comme la plus étroite
        amitié, en un mot : la meilleure épouse
        dont vous puissiez rêver. Puisque votre>
        âme est libre, pensez que l’abandon ou je
        vis est bien long, bien dur et souvent bien>
        insupportable. Mon chagrin est trop
        gros. Accourrez bien vite et venez me le
        faire oublier. À vous je veux me sou-
        mettre entièrement.
        Votre poupée”

        G.Sand

         4

        Alerter
  • AerosolKid // 08.06.2018 à 09h27

    🤣 le sujet est clos pour ma part.

     4

    Alerter
  • riton // 08.06.2018 à 09h39

    Beaucoup de mépris ici contre cette dame ! Personnellement, je considère M. Enthoven comme un fat, digne successeur du cuistre BHL.

    Signé : “une irresponsable feignasse” parmis quelques millions …

     16

    Alerter
  • Ben // 08.06.2018 à 09h42

    Cette lettre a été relayée dans un bon nombre de médias qui se prétendent de gauche. On y trouve quelques marqueurs “idéologiques” (si on peut appeler ça comme ça) de cette neo-culture revendicative post-gauchiste, proche de la nébuleuse informelle des amis du NPA. Ce lobby intellectuel exerce une très forte influence sur l’opposition culturelle au libéralisme officiel alors même qu’il ne représente aucune alternative politique vertébrée. Ce n’est en fait qu’une variante du macronisme triomphant. Une sorte d’opposition interne, bruyante et narcissique. En l’espèce ici, c’est un sous-genre du style Enthoven, de l’alter-Enthoven bien calibré pour passer dans les médias, ce qui est le but recherché. Mission accomplie. Déprimant.

     23

    Alerter
    • Bibendum // 08.06.2018 à 10h28

      Avec cette volonté sournoise d’éradiquer les idées en éradiquant une langue qui véhicule bien trop de concepts libérant les esprits.

      Ce qui est visé ? La libre cognition!

      “La cognition est l’ensemble des grandes fonctions de l’esprit liées à la connaissance (perception, langage, mémoire, raisonnement, décision, mouvement…). On parle ainsi des fonctions cognitives supérieures pour désigner les facultés que l’on retrouve chez l’être humain comme le raisonnement logique, le jugement moral ou esthétique… (voir éthologie)”

      Ainsi, philosophY, à l’anglo-saxonne, se conjugue qu’avec “THE”. Exit le genre. Volonté cynique d’asexuer l’humanité, la stériliser, quoi.

      Notre thèseuse, taiseuse en ce sens qu’elle préfère se taire tout en taissant par la disqualification ses adversaires, se disqualifie elle même.

      Dans le nouveau monde il ne doit rien subsister du Ying et du Yang. Qu’importe qu’il existe UN jour et UNE nuit, il faut absolument détruire l’idée de complémentarité par l’opposition destructrice des contraires.

      “Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse”
      Ce qui peut se comprendre comme
      “Tant l’escamoteur renouvelle son tour, qu’à la fin on découvre les ficelles.”

      Et la marionnette J.Guien s’emmêle dans ses fils et telle bonne porteuse d’eau se brisera.

       12

      Alerter
      • Bibendum // 08.06.2018 à 10h51

        Et, en rappel de l’article où sont nouées autour du philosophe botulique les ficeles de son dernier tour de camelot, prenons conscience qu’il s’agit d’un combat contre une hydre.

        Coupez une tête et il en repousse au moins deux.

        Certes, l’Hydre de Lerne mais aussi…

        “Littéraire. Mal qui se renouvelle constamment et semble augmenter en proportion des efforts faits pour le détruire : L’hydre de l’inflation.”

        La bataille est au-delà de la philosophie, au-delà même de la métaphysique tant les esprits se sont éloignés de la raison pour ne plus que résonner. Ding Dong d’ONG, son de cloches des nouvelles églises.

         2

        Alerter
    • Emmanuel // 08.06.2018 à 12h12

      Et les-crises.fr aussi a mordu à l’hameçon du ramdam (mot recommandé par l’Académie française pour ” buzz “).
      Je ne comprends guère l’intérêt de ce texte tant son fond manque cruellement d’arguments et n’est que polémique, d’autant qu’au plan sociétal le contenu se trouve déjà abondamment ailleurs. Au demeurant, la réponse de M. Enthoven chez Médiapart remet Mme Guien à sa place (elle se prétend philosophe, on croit rêver), même si on aime guère ce monsieur, ce qui est exactement mon cas.

       23

      Alerter
  • Mr K. // 08.06.2018 à 10h16

    J’ai lu le texte de Jeanne Guien dont l’argumentation s’appuie sur des exemples précis.

    Le commentaire de @XavierB de 6h05 pourtant recevant une majorité écrasante de votes (à ce moment) ne présente quasiment aucun argument s’appuyant sur le texte de Jeanne Guien.

    @XavierB a-t-il vraiment lu le texte de Jeanne Guien, ou en a-t-il pioché un mot au hasard?

    A l’heure ou j’écris la même question se pose pour bon nombre d’autres commentateurs jamais vu sur ce site.

    On pourrait quasiment copier-coller leurs méchants commentaires pour les placer en-dessous d’un article d’une toute autre personne.

     14

    Alerter
    • XavierB // 08.06.2018 à 10h46

      C’est la raison pour laquelle j’ai employé le terme “faconde”; un verbiage, même argumenté, s’il est malhonnête intellectuellement, reste un verbiage. J’ai effectivement lu le texte de Mlle Guien, je vous remercie de vous soucier de l’honnêteté de mon commentaire. Et c’est précisément la lecture de sa lettre qui m’a inspiré ce dernier.
      Je suis désolé que vous ne saisissiez pas d’emblée les marqueurs reconnaissables qui émaillent la diatribe de Mlle Guien. Ils m’ont pour ma part sauté littéralement au visage. L’agrégation en philosophie de l’intéressée ne lui évite pas de réciter les axiomes du politiquement correct comme des antiennes. Dépouillé de ses oripeaux, le discours de Mlle Guien n’est guère plus que ritournelle militante identifiable.
      Par ailleurs, votre mépris pour les commentaires d’autres personnes ici sous prétexte qu’il n’ont “jamais été vus” sur le site me saute également au visage. Comment pouvez-vous dire que ces personnes ne fréquentent pas régulièrement le site (c’est mon cas)? Le fait qu’il ne commentent pas systématiquement tous les articles qui y sont publiés ne leur donne pas moins de légitimité que les commentateurs professionnels spécialistes en toute chose. J’ai tendance pour ma part à avoir une préférence pour les opinions exprimées rarement mais qui le sont car, comme le cas d’espèce, l’imposture intellectuelle est patente, ou parce que les personnes se sentent réellement concernées ou se sentent fondées à s’exprimer en raison d’une forme d’”expertise” sur la question. A l’impossible nul n’étant tenu, et l’expertise d’un seul individu sur la totalité du champ des connaissances humaines n’étant pas de ce monde, on réservera l’expression de ses opinions à ce que l’on connaît ou à ce qui touche sa morale propre.

       31

      Alerter
      • Bibendum // 08.06.2018 à 11h24

        Merci Xavier, pour ce recadrage en bonne et due forme. J’aurais pas eu les mots justes et courtois qui coulent de vos doigts comme autant de petit lait. Dieu sait, dans son immense retenue silencieuse, à quel point j’ai soif de ces idées simples, construites sur un socle commun que beaucoup veulent taire.

         16

        Alerter
      • Mr K. // 08.06.2018 à 11h49

        @ XavierB
        Bah, vous n’arrivez pas à vous départir de votre ressenti général, c’est évident.

        “Je suis désolé que vous ne saisissiez pas d’emblée les marqueurs reconnaissables”, “ritournelle militante identifiable”, en sont bien des “marqueurs” évident, justement.

        Vous remarquerez dans mon commentaire ci-dessus que j’ai pris grand soin d’être très neutre quand au contenu de l’article.
        Justement pour m’extraire de cette bataille de tranchée idéologique où l’on tire à vue sur “l’autre camp” dès que l’on voit un seul “marqueur idéologique”.

        Chacun dans sa caverne pendant qu’au dessus du bocal où se déroulent ces confrontations pour rire, surplombant le tout en droit légal, le rouleau compresseur néolibéral européen ravage la société française. Les vrais tireurs de ficelles se frottent les mains…

        Vous avez sans doute raison concernant ma remarque sur “les autres commentateurs”. Je ne veux disqualifier personne en particulier.
        Globalement j’en reste quand même à cette curieuse impression.

         10

        Alerter
        • Ben // 08.06.2018 à 12h24

          Ces marqueurs sont justement là dans un but d’identitification. Les remarquer et les critiquer pour ce qu’ils sont n’est pas vraiment hors de propos, surtout si on renvoie dos à dos les deux protagonistes, comme c’est le cas dans nombre de commentaires. Ce qui implique que l’on n’est pas dupe de la manœuvre et conscient de ce que les bénéficiaires continuent de se frotter les mains. Votre commentaire n’apporte rien de spécial, celui que vous critiquez a parfaitement vu juste, c’est tout, pas besoin d’en faire des caisses.

           11

          Alerter
          • Mr K. // 08.06.2018 à 18h44

            Il me semble que quand on critique un texte, le minimum est de le faire de manière étayée.
            Discuter d’arguments employés par l’auteur me semble honnête.
            Renvoyer à une idéologie globale “qu’il suffit de repérer” pour disqualification me semble bien rapide et même présentant une automaticité potentiellement dangereuse.

            Je ne vois absolument pas ce que vient faire là dedans le fait que l’on renvoie dos à dos les deux protagonistes.
            Expliquez-moi.

             6

            Alerter
        • Bibendum // 08.06.2018 à 13h54

          Un peu fort de café!!!

          1) Dans votre 1er post vous arguez que J.G propose des arguments (sous entendu recevables) là où Xavier n’en propose pas et vous venez dire en second lieu que vous êtes neutre sur le fond.

          Pourtant Xavier argue et argue plutôt bien ce qui lui vaut l’adhésion des lecteurs: rhétorique discutable, politiquement correct, faconde, prêt à pensé, culture américaine d’importation, thèsards stéréotypés, penseurs progressistes, intellos à la ramasse et j’en passe. Ça en fait, pourtant des arguments… Que l’on peut qualifier de “marqueurs idéologiques”.

          2) Vous extraire de la bataille de tranchée…

          Re lol. Xavier, ne renvoie pas dos à dos Jeannette et Raphaëlito, bien au contraire. Il s’élève au dessus de la mêlée pour en faire apercevoir la vacuité du fond et l’artifice de la forme. Pourquoi reprendrai-t-il les armes factices de la Jeanne qui a pondu son œuf et se flingue (coucou Brassens :-)) alors que ses armes sont en carton pâte et ses idées viciées.

          Connaissez-vous l’idée sur ce sage qui montre la lune avec le doigt, toussa, toussa ?

          3) Chacun dans sa caverne, bla bla bla, ravage la société française, bla bla bla, se frottent les mains… Pirouette, cacahuète…

          Ben vi, et c’est “proprement” le rôle de toutes les “Jeanettes” et de tous les”Raphaëlitos”, à l’insu de leur plein gré ou pas, de s’agiter du bocal, pour rependre votre expression, et nous détourner par la polémique du bruit que fait le rouleau compresseur qui ravage tout.

          4) Je ne veux disqualifier personne…

          Re re lol!!!! Il faut croire que fraîchement sorti de votre propre caverne vous êtes encore un peu ébloui par la lumière, étourdi comme ce lapin qui a été pris dans les phares d’un semi-remorque et qui s’en étant sorti cherche encore à comprendre ce qui s’est passé si vite au dessus de lui.

          Allé, confidence pour confidence, je me suis pas senti disqualifié par votre post. Juste un peu blasé tant le chemin m’est apparu soudainement long avant que tous les lapins est été éblouis puis qu’une fois déniaisés comprennent le sage, oublient le doigt et découvrent la lune.

          Amicalement votre.

           12

          Alerter
          • Mr K. // 08.06.2018 à 18h22

            Désolé pour vous, mais je crois que vous vous emballez un peu vite.

            Vous ne savez même pas précisément ce que je pense du texte de Jeanne Guien, c’est à dire en considérant les arguments un à un (ce que ne fait toujours pas XavierB dans sa réponse à mon commentaire de 10h46, ni vous d’ailleurs à 13h54) , et non pas comme un paquet idéologique.

            C’est bien la logique que je décris plus haut qui est à l’œuvre il me semble.

            Par exemple, le problème soulevé par Jeanne Guien de l’impossibilité structurelle de faire de la philosophie digne de ce nom sur tweeter me semble très intéressant.

            @XavierB et Bibendum, répondez.
            Trouvez vous cet argument intéressant ou non?

            Plus largement n’est-ce pas le média lui même, par ses contraintes physiques structurelles indépassables, et l’environnement sociétal aussi, qui offre un format de communication plus ou moins adapté pour tel ou tel sujet?

            @Bibendum, j’ai déjà fait amende honorable, je crois, sur les commentaires. Dites moi si cela ne vous suffit pas, je peux recommencer.

             3

            Alerter
            • Bibendum // 08.06.2018 à 20h29

              Mr K.

              Oui, j’ai bien vue que vous aviez fait amende honorable, mais en usant de mon droit de réponse j’ai eu envie de glisser mon sage, son doigt, la lune et les lapins “crétins”. 🙂 ne m’en tenais pas rigueur, petite espièglerie taquine…

              Certes, philosophie et twitter… Ou littérature et postit, ça manque un peu d’espace, sauf peut-être pour le second degré, l’ironie ou le sarcasme et j’ose l’anglois, le private joke.

              Et si vous faites allusion au twit de Enthoven du 21 avril que la dame cite en note et dont elle parle vaguement entre autres attaques ad personam, cela prouve qu’elle est idiote ou manipulatrice ou les deux.

              Quand au fond de cette lettre ouverte, il est pour moi inintéressant sauf à démontrer que notre société est en déliquescence et que si nous n’avions rien à attendre des vieux nouveaux philosophes, l’espérons pas davantage des jeunes futurs nouveaux vieux.

              La dame s’y vend philosophe sans l’être; charlatanE, comme ses pères ?

              Notez que je féminise ce nom masculin. Si si, la femme, que je considère l’égal de l’ homme, peut aussi partager sa bêtise et tous ses vices et défauts. Et cette lettre en est la démonstration.

              Donc point de philosophie dans ce règlement de compteS, avec le sieur adressé d’abord, mais aussi la droite sans complexe et tout ce qui n’est pas la gauche démocrate, sociale et progressiste qui sait tout mieux que les autres. Du SJW pour sucre, bon teint.

              Et n’étant ni de gauche, ni de droite sans même passer par l’extrême centre, qu’il soit complexé ou pas, je penche pour les VRAIS philosophes, surtout ceux qui s’ignorent, du moins leur égo.

              En tous cas, si des quelques recherches faites cet après-midi , j’ai vu qu’elle avait commis quelques écrits, elle m’a fort bien dissuadé d’aller les découvrir. Je la laisse, du moins pour l’instant, dans l’ignorance que j’avais d’elle. Elle ne m’inspire pas confiance.

               9

              Alerter
            • Mr K. // 08.06.2018 à 21h12

              Déjà, merci d’avoir répondu.

              Je vois un grand danger dans ce qu’il m’a semblé être des excommunications automatiques. Et il y en a tout aussi bien dans l’autre sens.
              (Si l’on reprend ma métaphore, Enthoven, lui, est au-dessus du bocal puisque forcément favorable à l’UE. Sinon il n’aurait pas la positon qu’il occupe. Dingue quand même d’en être à écrire cela et que ce soit vrai…)

              Cela fracture la société en parties très polarisées qui s’opposent de plus en plus violemment et y passent leur énergie… pour rien, puisque 80% des lois françaises sont des applications directes de lois européennes.
              Nos politiques font du cinéma en feignant en être les instigateurs. Ils n’ont plus du tout les leviers importants en main.

              C’est pour cela qu’il faut à mon avis faire l’effort de considérer les arguments d’où qu’ils viennent et inciter aux échanges respectueux et argumentés sur les différents sujets.

              Et prôner inlassablement le passage obligé pour récupérer notre destin. La sortie de l’UE et de l’euro sur laquelle une majorité doit pouvoir se retrouver.

              Récemment la commission européenne (non élue et centre du pouvoir de l’UE) a manifesté le souhait que pour les questions commerciales elle puisse se passer de l’avis des parlements nationaux.
              Vous ne voulez pas du traité transatlantique, tant pis vous l’aurez quand même, c’est un ordre.

              Je pense avoir mieux compris votre point de vue et nous sommes d’accord sur la théorie du genre que j’exècre profondément. Encore un miroir aux alouettes sociétal…

               3

              Alerter
            • Bibendum // 08.06.2018 à 22h24

              Abavala Mr K. Quand on veut on peut 🙂

              Citation de la dame, en commentaire sous son propre billet de blog chez médiapart:

              “En effet ! Je me questionne sur la place de la philo dans les médias, de masse ou non, ce qui n’est pas la rejeter a priori. Faire défection publiquement et à la dernière minute était purement stratégique, et visait à faire sortir ce débat, et je l’espère des initiatives alternatives.”

              ” […] À la dernière minute était purement stratégique […]”

              Je ne sais si elle sera un.e bon.ne philosophe, mais j’ai envie de prédire qu’elle à de l’avenir en politique.

              Raphaëlito s’est fait B.aiser dans les grandes largeurs, mais il s’en remettra.

              Pour le reste, Mr K, les nations qui prennent les ordres de Bruxelles, qui elle même les prends à Washington, qui les prends à Tel-Aviv, ma foi, C’est une réalité possible, probablement. Un peu loin de moi quand même.

              Plus terre à terre, l’inculture de mes proches immédiat, les manipulations sémantiques, le divertissement présenté comme un art de vivre supérieur, l’individualisme qui supplante l’idée d’individuation, le jeu qui abolit la responsabilité.

              Bref, se contenter de l’existence, hédoniste, et oublier l’essence, épicurienne.

              Vouloir sortir de l’Union européenne, sans en mesurer la complexité et les imbrications, façon mikado, est extrêmement dangereux. Mais pourquoi pas ? Avec de la chance… 🙁

              Être de moins en moins capables de comprendre cette complexité et les imbrications sous jacentes, voilà ce qui m’inquiète.

              Socrate disait que, comme sa mère faisait accoucher les femmes, lui faisait accoucher les esprits des pensées qu’ils contenaient déjà, sans le savoir ou en être conscients.

              Voilà ce que j’attends d’un, d’une philosophe. Une personne emphatique qui aide l’autre à prendre conscience de ce qu’il ne sait pas ce qu’il sait déjà. Le passage d’exister à être. Le corps qui s’approprie l’esprit.

              Sur ce, dodo. Bien à vous.

               1

              Alerter
            • Mr K. // 09.06.2018 à 03h30

              @ Bibendum

              C’est volontairement que j’ai mis de côté mon avis personnel concernant la lettre de Jeanne Guien.
              J’ai utilisé ce procédé quand j’ai vu l’avalanche de commentaires me semblant bien lapidaires et peu ou pas argumentés précisément.

              Madame Guien si elle est encore étudiante et/ou tout juste agrégée est très jeune, elle n’a pas vraiment de recul.
              Qu’elle soit le produit en Philosophie du même type de massacre organisé déstructurant que dans les autres sciences sociales est fort possible.

              Par contre s’il s’agit de faire avancer des idées pour contrer cette tendance, il est tout à fait contre productif de le “faire au bazooka” comme dans certains commentaires.

              Pas besoin d’aller sur son blog pour lire qu’elle a fait défection stratégiquement à la dernière minute, c’est dans la conclusion de sa lettre ci-dessus.

              L’union européenne nous emmène vers la guerre, ainsi que les pays membres, par notre appartenance obligée à l’OTAN qui multiplie des provocations de plus en plus délirantes envers la Russie.

              Des manœuvres militaires d’une ampleur sans précédent depuis la fin de la deuxième guerre mondiale vont avoir lieu aux portes de la Russie.

              Pour votre tranquillité épicurienne future vous devriez y songer sérieusement.

              En parlant de songe, dans la foulée de votre envolée finale vous faites bien d’aller au lit.

               2

              Alerter
            • Bibendum // 09.06.2018 à 10h22

              Hi hi Mr K,

              Vous ne manquez pas de piquant 🙂

              Si j’ai mis ici l’extrait de son post de médiapart, c’est qu’elle y reformule ce qu’elle dit en conclusion de sa lettre, mais avec moins de fioritures; elle est plus directe. Par ailleurs, pourquoi son besoin de reformuler alors que c’est en conclusion ? La nuance !!!

              Elle y avoue sa stratégie, j’y vois plutôt une tactique. Et la différence est de taille. La tactique est le moyen de marquer des points, d’emporter des batailles, de verrouiller des positions… Stratégiques. La stratégie, elle, est l’ensemble des manoeuvres conduisant d’un point A vers un point B.

              Hors, qu’elle est sa stratégie ? Démocratiser la philosophie dit-elle. La vraie. La rendre accessible au commun des mortels. Et tout en chemin elle se disperse dans des combats sociétaux artificiels qui n’ont que pour seule finalité la division utile au règne des puissants.

              La philosophie est un univers complexe, tout comme les mathématiques. Il faut des bases solides, pas de l’approximatif. Ainsi pour maîtriser les concepts, et éventuellement, en concevoir d’autres, il faut pour l’une comme pour l’autre discipline maîtriser le langage, la formulation, la syntaxe et les règles immuables.

              Hors, s’impliquer en militante, se qu’elle revendique, dans un combat féministe, légitime par ailleurs, mais entrepris dans dans une société ou la maîtrise du langage est pour le moins catastrophique, témoigne d’une confusion, pour le moins ici aussi, contre productive.

              Certes il est possible voire souhaitable de “réformer” la langue française. Mais lorsque l’on voit que bon nombre de nos concitoyens ne maîtrisent pas, plus, outre l’orthographe, les simples participe passé, placer le débat avec pour centralité une domination patriarcale abusive, c’est au mieux manquer de clairvoyance, au pire du cynisme. Entre les deux naviguent, souvent opportunistes, les idiots utiles au système.

              Pour ce qui est de l’Europe de Bruxelles, de l’Otan, de la diabolisation de la Russie en général et de Poutine en particulier, et d’une éventuelle guerre, je ne fais pas l’autruche.

              En fidèle disciple de moi même 🙂 je tente de faire la part des choses pour entrevoir des points accessibles à atteindre et à conserver comme points d’appuis pour l’avancée suivante.

              Sun Tzu vs Clausewitz : Vaincre sans combattre

              http://suntzufrance.fr/sun-tzu-vs-clausewitz-vaincre-sans-combattre/

              Je suis “partisan” de Sun Tzu sans ignorer l’approche pertinente de Clausewitz. Il semble que cela soit la stratégie de Poutine en cohésion avec Xi Jinping. Tous deux sembleraient privilégier l’option politique qui déplace l’affrontement sur le terrain idéologique et économique.

              En économie, je ne peux intervenir. Mais sur le terrain idéologique, voyons comment je rebondis pour sortir du hors sujet et revenir sur celui débattu ici même: la philosophie!

              Conquérir les cœurs en paix et non pas les mettre en colère. La colère est mauvaise conseillère. Et à mon niveau, tout en bas de l’échelle sociale, je ne peux qu’essayer de trouver ma propre voie intellectuelle dans un labyrinthe savamment construit par les communicants.

              Il est possible que J.Guien soit jeune, comme vous l’évoquez. Ce qui quelque part donne raison, mais pas tout à fait, à Enthoven; les étudiants sont immatures.

              Je n’irai pas reprendre à mon compte cette assertion, préférant la nuance à l’emporte pièce. Mais si l’on se pose la question: Qui Bono ? Il est alors limpide que l’immaturité générale est un but à atteindre pour nos dirigeants. L’idéologie prête à penser joue ce rôle, en la déclinant sous diverses formes, multiples ramifications des deux pôles que sont les faces d’une seule et même pièce; le bi-partisme!

              Bien à vous.

               0

              Alerter
    • Lec // 08.06.2018 à 11h17

      bonjour
      lisez @AerosolKid — @BouillieIntellectuelle — @Albert Charles — @AerosolKid … etc… qui complètent @XavierB, et ainsi vous aurez, vous aussi, TOUT LU… Ce que vous reprochez à @XavierB, et compris qu’à pat une critique diffuse, cette lettre c’est du “”vide rempli de rien””….
      merci et belle journée à vous comme à tous….

       9

      Alerter
      • BouillieIntellectuelle // 08.06.2018 à 13h30

        C’est tellement vide que la réponse d’Enthoven est “cinglante”, c’est dire le niveau! Cette “philosophe” recrache sa prose apprise par cœur chez les SJW. C’est effrayant de la part d’une agrégée de philosophie.

        Son attitude vis à vis de l’émission est ridicule.

        Je disgresse mais Enthoven est lourdingue, il n’empêche qu’il m’a permit de m’ouvrir à la philosophie, j’ai vite quitté son émission mais le principal, c’est d’y avoir mis un pied. Dans les médias mainstream, il est assuré de n’avoir que mainstream. Mais, la chose la plus importante, c’est de s’en servir pour aller ailleurs, pour s’élever.

        C’est exactement la même chose qu’avec Bern, si ça peut permettre à des gens de pousser plus loin la porte de l’Histoire, et bah c’est gagné.

         12

        Alerter
    • sassy2 // 08.06.2018 à 11h24

      xavierb

      Franchement j’ai lu un peu la correspondanc. arf
      Encore des progrès pour arriver à la cheville du maître planétaire de la philosophie: exemple
      https://laregledujeu.org/2018/05/22/33864/macron-a-la-nrf/

      https://laregledujeu.org/2018/05/16/33843/le-musee-imaginaire-d-emmanuel-macron/

       0

      Alerter
    • Sam // 08.06.2018 à 11h51

      J’ai plussoyé Xavier, parce qu’il avait fort bien exprimé la chose, et qu’il n’y avait pas lieu de répéter.
      Manspreading ? C’est un aveu que d’en appeler à des termes aussi grossiers.

       8

      Alerter
    • AerosolKid // 08.06.2018 à 18h39

      Oui c est un complot. Nous sommes beaucoup à faire exprès de ne pas penser comme vous, juste pour vous ennuyez. Ça va le nombril ?

       1

      Alerter
  • christiangedeon // 08.06.2018 à 10h19

    Ah… de toute façon,ils étaient faits pour ne pas s’entendre. Je ne connais pas l’oeuvre de Mme Guien. Mais autant Enthoven m’éxaspère littéralement,autant je me méfie des partisans de cette ridicule écriture dite “inclusive”,dont semble être Mme Guien. De plus je pense que les absents ont toujours tort. Ne pas aller au combat,même inégal,me paraît être une erreur.

     7

    Alerter
    • marc // 08.06.2018 à 11h05

      les absents ont toujours tort

      moi aussi j’ai tout de meme pensé ça… le calme, l’indifférence, voire la sobriété en disant : vous vous trompez… ça restera toujours possible, même devant les plus affreux de notre chere télévision

      mais c’est vrai que ça demande une qualité qui n’a en fait pas grand chose à voir avec l’intelligence, le self control, c’est plutôt du ressort des arts martiaux, de la respiration, l’hygiène de vie comme ne pas boire de café etc

       2

      Alerter
  • INDIGNEE25 // 08.06.2018 à 10h20

    Bravo ! Bravo ! BRAVO !
    Excellente analyse sur Enthoven !
    Merci

     3

    Alerter
  • Gilles // 08.06.2018 à 10h38

    Une belle réponse de JLM à une question idiote d’Enthoven. A savourer (15° minute):
    https://www.youtube.com/watch?v=yaYILI3V9VQ&feature=youtu.be

     5

    Alerter
  • Jacquesjacques // 08.06.2018 à 10h38

    Qu’il est difficile de se dégager des connaissances acquises et de ses a priori pour découvrir cette liberté qui fait le bonheur terrestre ! Vous avez dit Philosophie ? Regard sur la Vie ? Si les tirades de Monsieur Enthoven me gênent, nous avons là un combat de deux artilleurs ! Navrant.

     3

    Alerter
  • Lapin compris // 08.06.2018 à 11h03

    Un Dogme contre un autre. Le bien contre le mal. Deux camps, face à face, qui resteront sur leurs positions coute que coute.
    Discuter avec l’ennemi, c’est déjà trahir. Mais qui est l’ennemi? C’est l’autre bien entendu. Et l’autre c’est facile, c’est celui qui ne lutte pas dans le même camp. Une division infinie du peuple dans un nombre infini de camps avec un nombre infini de luttes …
    Mais si l’on divise pour régner … qui règne? A qui donc profite le crime de la division du peuple français?

    Une bien triste lettre, pour deux bien tristes personnes. Et pendant ce temps, les shadocks continuent de pomper.

     9

    Alerter
    • Bibendum // 08.06.2018 à 12h08

      Et pendant que les shadoks pompent, d’autres creusent des trous que d’autres encore s’empressent de reboucher…

      “Dans cet essai [Le mythe de Sisyphe], Camus introduit sa philosophie de l’absurde : la recherche de l’homme vaine de sens, d’unité et de clarté, dans un monde inintelligible, dépourvu de Dieu et dépourvu de vérités ou valeurs éternelles. Est-ce que la réalisation de l’absurde nécessite le suicide ? Camus répond : « Non, elle nécessite la révolte ».”

      Et

      “Pour Camus, pour ceux qui se mettent à prendre l’absurde au sérieux et à le suivre jusqu’à ses conclusions finales, ces « sauts » ne peuvent pas être convaincants. Prendre l’absurde au sérieux signifie reconnaître la contradiction entre le désir de la raison humaine et le monde déraisonnable. Le suicide, alors, doit également être rejeté : sans l’homme, l’absurde ne peut pas exister. La contradiction doit être vécue ; la raison et ses limites doivent être reconnues, sans faux espoir. Cependant, l’absurde ne pourra jamais être accepté : il exige une confrontation et une révolte constantes.”

      On a pas sorti le c.ul des ronces…..

       2

      Alerter
    • Ando // 08.06.2018 à 22h20

      Pas vraiment. Ils sont exactement dans le même bocal mais font mine de ne pas s’en rendre compte.

       2

      Alerter
  • ceusette // 08.06.2018 à 12h07

    Je trouve ce message assez injuste. Je n’ai aucune sympathie particulière à son égard, et parfois, sa “cuistrerie” peut m’agacer. Il y a en lui un côté brillant, mais parfois assez superficiel. Dans le même temps, d’après les échos que j’ai pu avoir, je sais qu’il fait son maximum pour rendre agréable la participation à ses émissions (télévisuelle et radiophonique) des personnes invitées. Ce n’est pas toujours le cas. Et au moins, il a le mérite de rendre accessible la culture philosophique à un large public, même si je n’apprécie pas trop les reformatages de son émission sur Arte, qui en ont enlevé l’essence même. Ensuite, la télévision est un exercice particulier, on n’a pas le temps de dire grand-chose, il faut le savoir et faire avec.

     3

    Alerter
  • Didier // 08.06.2018 à 12h33

    Ou sans.

     2

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 08.06.2018 à 12h37

    malheureusement je n’ai pas le temps d’aller voir ce que produit enthoven pour discuter de ses conceptions , et je me rappel un temps ou il était interdit de discuter avec lepen , et pourtant il me semble plus important de discuter avec lepen pour deconstruire son discours , qu’avec cet enthoven … comme il me semble plus important d’écouter bourdieux , que bhl . ah je sais , d’un coté du spectacle de l’autre une pensée
    bon j’avoue que je vais regarder bhl depuis que debouze a perdu l’inspiration

     1

    Alerter
    • Bobby // 08.06.2018 à 14h49

      Pourquoi voulez-vous déconstruire le discours de Le Pen ? Lequel ou laquelle d’ailleurs, un peu de précision n’a jamais fait de mal…

       2

      Alerter
  • RGT // 08.06.2018 à 18h55

    Le seul fait que je ressens à la lecture de cet article est assez concis : Un VRAI philosophe ne peut pas sortir d’un cursus universitaire.

    L’université, c’est bien car elle apporte des connaissances qu’il serait impossible d’acquérir aisément, mais il lui manque une chose primordiale dans la vie : Le libre arbitre et l’inventivité.
    C’est bien là que se situe le principal problème de cette institution qui n’a d’autre objectif que de perpétrer sa propre existence (propre de toutes les institutions d’ailleurs).
    Si un étudiant souhaite suivre ses études jusqu’à l’obtention du précieux diplôme, il doit mettre de côté ses opinions personnelles et sa créativité pour se fondre dans le moule des idées formatées de ses “maîtres à penser”.

    Si l’enseignement de la philosophie avait été me même qu’aujourd’hui dans la Grèce antique de grands penseurs aujourd’hui reconnus n’auraient jamais pu conceptualiser leurs idées.
    Imaginez un seul instant Diogène de Sinope le cul rivé sur le banc d’un amphi… Le résultat aurait été très différent et sa pensée bien plus “conventionnelle”.

    Et s’il n’y avait QUE la philosophie, ce ne serait pas (trop) grave, mais ce biais concerne TOUTES les matières enseignées dans les universités.
    Et pas qu’en France, ce problème est hélas général.

    La meilleur preuve en est donnée par Albert Einstein qui était considéré par la majorité des enseignants comme un étudiant “médiocre”…
    On constatera ensuite l’étendue de sa “médiocrité” dans les faits qui prouveront que ses idées “peu académiques” ont permis des avancées considérables qui auraient nécessité une “maturation” très longue dans un système universitaire “bien ordonné”.

    L’obtention d’un diplôme universitaire ne signifie pas que son titulaire est compétent, il signifie seulement qu’il a bien réussi à rentrer dans le moule et qu’il n’a surtout pas d’idées “délirantes” qui pourraient remettre en cause la “crédibilité” de cette “noble institution.

    RGT, titulaire d’un certificat d’études primaires.
    Authentique, dernière promo (1969), mais je l’ai hélas perdu.

     7

    Alerter
  • Karine // 08.06.2018 à 20h33

    je ne connais aucun des deux participants, mais le procédé me semble discutable : je ne viens pas dans votre émission, mais je le dis partout… et avec la lettre ouverte, on ne risque pas la contradiction! facile et sans risque…
    Mais par contre, je découvre cette citation, et je la trouve très appropriée; donc merci à cette dame finalement! 🙂
    ” toutes celles qui ont relayé le hashtag #BalanceTonPorc de préférer à la temporalité de la Justice « le tribunal tweeter », qui « met dix minutes » à condamner un accusé, sans que « [son] dossier ne [soit] jamais examiné “

     1

    Alerter
  • Fritz // 08.06.2018 à 21h06

    “vous réactivez discrètement l’idée qu’il y a des hommes ” (reproche de Jeanne G. à Raphaël E.)

    Quel scandale ! Alors que la notion d’homme est évidemment une construction fasciste, que nous faisons tout pour éliminer !

    Cf. les manuels d’histoire en 6e, où on parle des “humains préhistoriques”, et le néo-américain où les mots anglo-saxons “man” et “woman” sont remplacés par les affreux “male” et “female”…

     5

    Alerter
  • Ando // 08.06.2018 à 22h05

    Je ne connais que deux disciplines intellectuelles qui forment vraiment l’esprit raisonneur, ce sont les mathématiques et la philosophie. S’agissant de la dernière elle procede par logique, qui n’est jamais qu’une convention, et par l’élaboration de concepts qui permettent de construire une réalité et d’agir sur elle. Mais la finalité reste bien de découvrir une forme de vérité. Ici, rien de tel entre ces manieurs de concepts. Manier une idée sans finalité autre que la rhétorique n’a aucun intérêt. Un peu comme faire du vide avec des mots. C’est le sens du mot misère. Il manque quelque chose.

     2

    Alerter
  • Claude // 08.06.2018 à 22h54

    Brillante analyse.

    Bravo à cette philosophe d’avoir cherché qui est Enthoven,

    ce qu’il vaut ou plutôt ce qu’il ne vaut pas

    et d’avoir décidé enfin de ne pas se compromettre dans une émission avec un animateur mondain, philosophe d’opérette, qui se prend pour ce qu’il n’est pas.

     0

    Alerter
  • Ando // 09.06.2018 à 00h23

    Le sieur Enthoven le dit lui-même et ainsi tout est dit. ‘je ne suis pas philosophe mais professeur de philosophie’. Il n’a jamais emprunté le ‘chemin de la philosophie’ mais a choisi pour occupation de commenter ceux qui l’ont pris. Puisque l’individu en question ne semble pas avoir produit une œuvre intellectuelle qui ait frappé les esprits on en conclu que c’est le banal café du commerce qui s’habille de concepts faciles. Ça habille son homme et ça impressionne les gogos.

     1

    Alerter
  • Antoine // 09.06.2018 à 11h02

    Je ne suis pas convaincu par cette lettre car cette dame se contredit dans sa dénonciation et dans les propos qu’elle tient pour l’expliquer. Finalement, je constate qu’elle refuse d’aller chez M. Einthoven en raison de ses opinions politiques qu’elle catégorise à droite. Depuis quand dialoguer avec une personnalité de droite serait un crime ? Quand bien même, celui-ci se tromperait sur certains sujets, il est donc de la responsabilité de ses interlocuteurs de lui démontrer que ce qu’il dit est faux. Elle récuse son manque dialogue mais refuse de dialoguer avec lui. Voilà qui promet avec une telle contradiction !

    Je tiens à préciser que je ne suis pas toujours d’accord avec ce que dit le philosophe. Je suis chrétien et je n’apprécie jamais ses sorties sur ma religion. Ses récentes chroniques sur le Notre Père suite à la nouvelle traduction ou encore son mépris envers les miracles du pèlerinage de Lourdes qu’il a tenus sur Europe 1 en sont une preuve. Pour autant, j’essaye d’être cohérent avec moi-même. Si je veux qu’il dise des choses juste sur ma religion, c’est à moi de lui montrer.

    Cette dame n’a peut-être pas compris que le dialogue ne se faisait pas seulement entre soi mais aussi avec ceux dont on n’est pas d’accord.

     2

    Alerter
  • Pinouille // 09.06.2018 à 11h24

    Epreuve de philosophie au BAC: “peut-on faire un acte militant au nom de la philosophie?”

    Cette jeune philosophe tombe dans deux travers distincts: la caricature et le jugement.

    Caricature:
    Toute personne ayant, ou étant soupçonnée d’avoir une opinion pro-système est d’emblée réduite au statut de pantin inconscient (idiot utile) faisant le jeu des puissances de l’ombre. C’est dénier à une bonne proportion de la population (la majorité?) son autonomie et sa pertinence intellectuelle alors que ceux qui jugent et militent dans l’autre camp s’attribuent bien évidemment (avec le même manichéisme) les vertus de la vérité et du bien. Dès lors, il ne s’agît plus de débattre, mais de combattre. Bref: la négation de la pensée et de l’altérité.

    Jugement:
    Je rêve d’une étude fouillée sur cette tendance lourde, permise par les nouveaux outils, de céder à la facilité de proférer jugements lapidaires et expéditifs, au détriment de la réflexion honnête et sincère. Il m’est d’avis que les mécanismes psychologiques à l’œuvre relèvent de l’évacuation fugace (donc stérile) d’une frustration prégnante dans le cœur de nombreux plébéiens.

    Certains commentaires (pas tous) tombent dans l’un, l’autre, ou les deux travers.
    Les Crises ne participe-t-il pas à les entretenir tous deux en tombant dans le piège de relayer cette réaction militante?

     0

    Alerter
  • Albert-Nord // 09.06.2018 à 12h47

    Il serait très utile pour des raisons de pluralisme de publier la réaction de R. Enthoven :
    “Jeanne Guien n’aura pas lieu”
    https://blogs.mediapart.fr/raphael-enthoven/blog/010618/jeanne-guien-n-aura-pas-lieu
    Ainsi que celle d’une collègue de cette dernière :
    “Jeanne Guien et Raphaël Enthoven : on n’est pas sorti de la caverne…”
    https://blogs.mediapart.fr/marylin-maeso/blog/050618/jeanne-guien-et-raphael-enthoven-nest-pas-sorti-de-la-caverne

     0

    Alerter
  • BlueMan // 09.06.2018 à 23h19

    Une claque cinglante bien méritée pour cet arrogant, spécialiste de la justification de la pensée unique.
    Bravo Madame !
    Et merci !
    Je relaie sur mon site avec bonheur 😉

     0

    Alerter
  • aleksandar // 10.06.2018 à 09h56

    Tempête de bobos dans un verre d’eau parisien.
    Aucun intérêt.
    Pire, ce genre de polémique rive droite-rive gauche nuit a la crédibilité de ce site.
    ( Pensez a changer le tag, enlever “philosophie ” et mettre ” people ” a la place.)

     0

    Alerter
  • guzy // 11.06.2018 à 14h50

    Une chienne de garde aboie sur un chien de garde, la caravane passe

     1

    Alerter
  • Yann Leloup // 13.06.2018 à 13h44

    Ce qui est rigolo, c’est que cette femme refuse d’aller à son émission. Elle a le droit de ne pas être d’accord sur ce que dit Enthoven, mais elle aurait eu l’occasion de lui dire en face. Première chose. Au lieu de cela, critiquant Enthoven, elle lui reproche plus son conformisme médiatique. Et alors ? Sa position est totalement moraliste. Non content de cela, elle lui prie ” de bien vouloir cesser de vous revendiquer du nom de philosophe,” alors qu’elle s’incarne elle-même “en tant que philosophe, désireuse que ce métier existe autrement que sous cette forme fausse et caricaturale par laquelle vous prétendez aujourd’hui l’incarner.” Au lieu de n’être tout simplement pas d’accord, elle se pare des plus hautes vertues. Quand un philosophe n’est pas d’accord avec un autre, il rejette l’autre comme non-philosophe.
    Elle épouse par ailleurs une grande partie de la doxa bien pensante : “en tant que femme en lutte quotidienne contre les manifestations verbales et physiques de la domination patriarcale”, trouve que la lutte contre le manspreading (quelle cause prioritaire !) se base sur “une identité de genre socialement construite” (théorie du genre) puis admet l’écriture inclusive. Bref…

     2

    Alerter
    • XavierB // 17.06.2018 à 05h59

      Effectivement, tout le logiciel de la social justice warrior est bien en place, prêt à tirer ses boulets tous azimuts mais en particulier sur le mâle blanc. Enthoven eût été femelle, je ne pense pas que Mlle Guien se fût donné la peine de se fendre d’un tel libelle. Tout son vernis de diplômée, toutes ses références ne parviennent pas à masquer le militantisme hystérique. Ce qui décridibilise son propos, qui pour le coup, manque de la plus élémentaire subtilité

       0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications