Les Crises Les Crises
4.juin.20184.6.2018 // Les Crises

“L’origine nazie du nom de l’Iran” : une nouvelle Fake News de BHL (1/3)

Merci 35
J'envoie

Aujourd’hui, démontage d’une énorme Fake News de BHL, visant à manipuler l’opinion publique et à attiser les tensions contre l’Iran.

Partie I.

  1. 07/04/18 : BHL chez Ruquier
  2. Extrait du livre de BHL Les cinq rois
  3. Un premier Factchecking par CheckNews de Libération
  4. Éléments d’explication

Partie II.

  1. La Réponse de BHL à CheckNews
  2. Factchecking de la réponse de BHL par O. Berruyer

Partie III.

  1. L’avis des iranologues sur BHL
  2. BHL : Bon Aryen ou Mauvais à tout ?
  3. À vous de jouer !
  4. Épilogue

I. 07/04/18 : BHL chez Ruquier

BHL invité par Ruquier (sans véritable contradicteur) a pu se livrer à un incroyable récit, que voici :

(copie de la vidéo ici)

Ruquier : Puisque vous avez cité parmi les cinq rois l’Iran. Or, il y a quelque chose que j’avais oublié. Que j’avais appris, mais que j’avais oublié : le fait que l’Iran s’appelait la Perse. Mais on oublie le moment du changement de nom : 1935. Et ça, vous estimez que c’est important.

BHL : C’est une histoire surtout incroyable, et en effet que très peu de gens savent, et, en tout cas, je ne l’ai lue nulle part. Je la raconte en détail. Je l’ai découverte d’ailleurs au Kurdistan.

Le 21 mars 1935, la Perse décide de changer de nom et de s’appeler l’Iran sur ordre de l’Allemagne.

Pourquoi ? Parce que Iran, en persan, en farsi, ça veut dire “le pays des Aryens”. Et, comme elle est à l’époque en pleine ascension, l’Allemagne nazie propose aux Persans “le deal du siècle”. L’Allemagne nazie dit aux Persans : « On va faire, vous les Aryens de l’Est, nous on fera les Aryens de l’Ouest, on va faire une chouette aventure commune, on va dominer le monde ! » Et les Iraniens acceptent le deal, et on a cette espèce de “coup d‘État sémantique” incroyable !

Parce que la Perse ce n’est pas rien. La Perse c’est une poésie, c’est des porcelaines, c’est un art extraordinaire, c’est tellement de choses, c’est une civilisation immense, c’est la civilisation achéménide, c’est un passé glorieux, La Perse décide ce jour-là de tirer un trait sur ce passé-là pour s’aligner sur l’Allemagne nazie.

Et ce qui est très intéressant, c’est que bien sûr, ça ne passe pas comme une lettre à la poste, je raconte tout ça en détail.

Ruquier : Vous dites que les Alliés, en 1941, quand ils entrent à Téhéran forcent le shah à abdiquer, tentent bien quelque chose et disent au fils et successeur du shah déchu que la plaisanterie a assez duré, et qu’il est urgent de révoquer ce décret scélérat. Le Shah n’en fait rien, et tout ce qu’obtiennent les alliés, c’est un ni-oui ni-non, qui permette qu’on dise indifféremment Perse ou Iran – sauf qu’on a continué à dire Iran.

BHL : en 1958, il y a un débat national qui se déroule en Iran avec des tas de gens qui disent attendez, ça va on s’est appelé pendant 2000 ans la Perse, ça fait 20 ans qu’on porte ce nom terrible, on va revenir au nom ancien ! Ça n’a pas marché, les dirigeants ont choisi de le garder.

Et au moment de la Révolution islamiste, et c’est encore le plus intéressant. Là encore la question s’est posée. On a dit, voilà, en 1979 revenons à la Perse, revenons à cette grandeur de civilisation extraordinaire ! Et pour d’autres raisons, alors des raisons philosophiques, parce qu’il y avait dans l’entourage des ayatollahs, des jeunes ou moins jeunes philosophes qui étaient Heideggériens – le philosophe nazi Heidegger – , et qui trouvaient toujours très très bien d’être islamistes et aryens, et qui trouvaient formidables de faire un Aryanisme Islamiste, ou un Islamisme Aryen. Et donc la révolution islamiste fonde « la République islamiste d’Iran ».

Et cette histoire est intéressante parce que c’est rare qu’un truc comme ça arrive, parce qu’elle est extravagante. Mais surtout parce qu’elle donne le vrai décor, ce qu’on sent bien à propos de l’Iran, on sent bien ce fond obscur, non dit, sur lequel se déploie l’islamisme, la vague brune !

La vague brune dont sont victimes les femmes iraniennes qu’on oblige à se voiler, dont sont victimes les homosexuels iraniens qu’on met en prison, dont sont victimes les femmes adultères iraniennes qu’on lapide ou qu’on menace de lapider comme Sakineh Mohammadi Ashtiani, et tant d’autres.

Et ça nous dit beaucoup de choses aussi sur l’islamisme radical et sur ce qu’on appelle le djihadisme. Parce que ça, c’est l’islam chiite, mais il y en a autant du côté de l’islam sunnite.

Ce djihadisme c’est deux choses, c’est le croisement de deux éléments. Bien sûr l’islam : ces gens, les djihadistes, les islamistes radicaux, sont des musulmans. il faut prendre très au sérieux le fait qu’ils prétendent parler au nom du Coran.

Mais c’est aussi des gens qui n’ont pas liquidé le passé noir et tragique et atroce du XXe siècle ; ce sont les derniers à ne pas s’être dénazifiés.

Le monde entier c’est dénazifié, l’Allemagne a fait un travail sur elle-même, un travail de mémoire extraordinaire, la France dans les années 80 avec (André) Harris et (Alain) Sedouy, avec le travail de Simone Veil et beaucoup d’autres, s’est dénazifiée, le Japon s’est dénazifié…

Le seul endroit où la dénazification ne s’est pas opérée, c’est le monde chiite, la Perse, et puis le monde sunnite avec les Frères musulmansle grand-père de Tariq Ramadan, c’était un nazi, pas un nazi par image…

OB : le Japon s’est “dénazifié”, pas l’Iran => BHL m’a tué

II. Extrait du livre de BHL Les cinq rois

Voici ce que dit BHL dans son livre sur ce sujet (c’est même en 4e de couverture – je cite pour ne pas être accusé d’avoir dénaturé son propos) :

À quoi pensaient les Iraniens quand ils rebaptisèrent l’ancienne Perse, en 1935, pour lui donner un nom nazi ?

Autre exemple. Il est peu connu et c’est l’extraordinaire épisode du changement de nom, en 1935, de l’empire perse.

Reza Chah, fondateur de la dynastie Pahlavi, se trouve être l’ami de l’Allemagne dont il soutiendra l’Anschluss, le coup des Sudètes et la croisade antibritannique. Il pense, comme les futurs baasistes arabes, comme le Grand Mufti de Jérusalem, qu’un nouvel empire allemand est en train de naître qui ne sera ni saint, ni romain, ni seulement germanique, mais aryen.

Il sait, par ailleurs, que ce mythe aryen est, au même moment, en Allemagne, au centre d’une intense agitation intellectuelle qui enfièvre les universités, redynamise les écoles d’archéologie, divise les académies de linguistique comparée et de philologie.

Il sait que, dans ces discussions, est en train de s’imposer l’idée que le « berceau », de cette langue, de cette civilisation et de cette race « aryennes » se situerait quelque part entre l’Euphrate et l’Himalaya, c’est -à-dire, selon certains, ô miracle, au coeur de la Perse actuelle.

Et le voilà qui, voulant complaire à ces nouveaux cousins que les sciences reines de l’époque sont en train de lui découvrir, prend par décret royal, en date du 21 mars 1935, la décision inouïe de débaptiser son pays qu’on ne devra plus, dans les capitales étrangères, les relations internationales, les livres, la presse, appeler « la Perse», mais « l’Iran », c’est-à-dire, littéralement, en farsi, le « pays des Aryens ».

Bien sûr, les descendants des Achéménides se sont toujours aussi appelés, en farsi, « iraniens », c’est-à-dire « Aryens ».

Bien sûr, le mot « Ariaoi » apparaît, dès Hérodote, pour désigner le coeur de cet empire qui s’étend entre le Danube et le Nil.

Et lui-même, Reza Chah, dix ans plus tôt, lors de sa cérémonie de couronnement, avait tenu à ce qu’un crieur annonce, dans la plus pure tradition perse : « Enfin un homme appartenant à la race aryenne est arrivé à la tête de notre Etat ».

Mais il faut se mettre dans la tête d’un diplomate en poste à Téhéran, puis d’un responsable d’une grande chancellerie, recevant, en ce jour de mars 1935, la nouvelle qu’il est devenu interdit de dire « Perse » et que seul « Iran » sera, désormais, recevable.

Il faut lire, en France, la presse d’extrême droite de l’époque et, par exemple, dans l’édition de Je suis partout du 6 juillet, le reportage enthousiaste, tonitruant, triomphant, signé du fasciste belge Pierre Daye, intitulé « La Perse qui devient l’Iran » et consacré, pour une grande part, à ce changement de nom.

Il faut savoir enfin que cette brillante idée était venue de la légation iranienne à Berlin qui se l’était vu, elle-même, suggérer par les autorités allemandes – et en douterait-on que Radio Zeesen, l’antenne en persan de la radio nazie, ce média de propagande qui ne cesse de prêcher, à Téhéran, l’alliance entre « les Aryens du nord » et « la nation de Zoroastre » et qui présente Hitler comme le douzième imam qu’attendent les chiites depuis huit siècles, ne manque pas une occasion de le rappeler.

Il ne fait de doute pour personne, ce jour-là, que la décision s’inscrit, pour les uns comme pour les autres, dans le cadre d’un rapprochement de grande ampleur; qu’il s’agit d’être le plus nombreux possible à crier, à l’unisson, « Aryens de tous les pays unissez-vous » ; et que c’est l’occasion, pour les Persans-Iraniens, de se hisser à la hauteur du destin qui leur est offert par l’hitlérisme et qui leur permet de s’aligner sur ce qui semble être alors la combinaison gagnante de l’Histoire.

Mais ce n’est pas tout. Car arrive 1945.

Les nazis et leur idéologie, que l’on pensait sur le point de régner mille ans, ont été jetés aux poubelles de l’Histoire.

Tout le monde s’attend à ce que les « Iraniens », comme tant d’autres, disent : « voilà, la parenthèse se referme, la Perse sera toujours la Perse – que pèsent, face à deux mille cinq cents ans de gloire et de splendeur sans tache, ces pauvres dix années où, sous la nocive influence d’une poignée de fils indignes, les descendants de Darius et de Xerxès se sont malencontreusement alignés sur l’étoile noire de l’Europe ? reprenons notre bien ; réhabilitons notre beau nom « Perse ».

Or, étrangement, cela n’est pas dit. Or, plus exactement, cela n’est pas fait.

Les Alliés, en 1941, quand ils entrent à Téhéran et forcent le shah à abdiquer, tentent bien quelque chose et disent au fils et successeur du souverain déchu que la plaisanterie a assez duré et qu’il est urgent de révoquer le décret scélérat : le Shah n’en fait rien et tout ce qu’ils obtiennent est un « ni oui ni non » permettant que l’on dise, indifféremment, « Perse » et « Iran ».

Le Premier ministre du nouveau shah, Mohammad Ali Foroughi, qui se trouve être aussi un grand lettré, auteur de fins commentaires de Hafez, Rûmî ou Saadi et, par ailleurs, de traductions en persan de Descartes, a renchéri en s’indignant que l’on ait, « d’un trait de plume », transformé un pays légendaire en une sorte de nouveau pays, au nom inconnu, que le reste du monde confondra avec l’Irak : il n’est pas davantage écouté et meurt, l’année suivante, désolé de ce qui lui apparaît comme le suicide d’une grande nation.

Le problème devenant brûlant et des voix s’élevant, de plus en plus nombreuses, dans le monde et en Iran même, pour dire qu’il est plus que temps, en effet, de revenir à la situation qui prévalait avant ce funeste coup d’Etat sémantique, on va, en 1959, jusqu’à réunir une commission de lettrés, écrivains, consciences morales, constitutionnalistes, politiques. Elle recommande, elle aussi, cette commission, de refermer la parenthèse et de revenir, une fois pour toutes, à ce noble nom de Perse qui, dans l’esprit du monde, est associé à la poésie, aux miniatures, aux porcelaines, aux grands textes, voire aux chats ou aux tapis persans – tout un humble et prestigieux héritage dont on a pris le risque de se couper en ne se présentant plus, urbi et orbi, que comme le « pays des Aryens ». Le pouvoir résiste toujours. Le pouvoir s’obstine encore. Et l’on ne parvient, là non plus, qu’à imposer un usage « optionnel » des deux noms.

Et quand, en 1979 enfin, les islamistes chiites renversent le régime, il reste des Iraniens pour se souvenir de la folle mutilation infligée, quarante-quatre ans plus tôt, à leur pays ; il reste des voix qui, lorsqu’on leur dit que l’Iran doit s’appeler « l’Iran » car c’était aussi l’ancien nom persan de la Perse, répondent que c’est comme si la Grèce s’avisait, tout à coup, de se faire appeler « Hellas », l’Egypte d’imposer son nom arabe de « Misr » ou la Chine celui, mandarin, de « Zhongguo » ; il reste des érudits pour objecter qu’à ce compte-là il faudrait également appeler « Iraniens » toute une foule de territoires qui couvrirent historiquement le Kurdistan, le Baloutchistan, I’Ossétie, le Tadjikistan, l’Afghanistan, la Sogdiane, et on en passe ; mais ce sont là des considérations qui, parce qu’elles ne peuvent que réanimer les cendres d’un passé pré-islamique, n’intéressent guère les ayatollahs en marche vers le pouvoir ; ils semblent parfaitement à l’aise, eux aussi, avec leur « nom de pays » hérité du national-socialisme ; et c’est ainsi que la boucle se boucle et que l’Iran s’appelle, jusqu’aujourd’hui, « République islamique d’Iran ».

La dénazification nominaliste n’a pas eu lieu.

La dénomination « pays des Aryens », avec tout ce qu’elle charrie forcément, dans l’oublieuse mémoire collective, du coup de force de 1935, a effacé l’usage du nom de Perse.

En sorte que, si l’on croit, tant soit peu, à l’inconscient des langues et à la puissance de leurs noms, il faut bien conclure qu’un spectre hante l’Iran et que c’est celui, encore, de ce que le xxe siècle européen a produit de plus désastreux.

D’ailleurs, est-il si certain que cette affaire ait paru dénuée d’intérêt aux ayatollahs?

Et ne savaient-ils pas très bien ce qu’ils faisaient en persistant, comme l’ancien régime, à préférer une appellation inspirée par les nazis lors du putsch nominaliste, encore très proche, de 1935 à celle que leur léguait leur tradition nationale ?

P.S. afin de donner toute la publicité méritée à BHL, nous avons réalisé une traduction en anglais de ces propos, consultable dans ce billet.

III. Un premier Factchecking par CheckNews de Libération

Le service CheckNews de Libération (qu’on peut chaleureusement féliciter) a fort heureusement réalisé une enquête de grande qualité :

“Pour vérifier les propos de BHL (rapportés du Kurdistan et qu’il dit n’avoir jamais lus ailleurs), CheckNews a contacté plusieurs chercheurs du laboratoire pluridisciplinaire «Mondes Iranien et Indien», qui relève des tutelles du CNRS, de l’Université Sorbonne nouvelle, de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Institut National de Langues et Civilisations Orientales. Nous avons pu joindre les historiens Yann Richard, Florence Hellot, Denis Hermann ainsi que le géographe Bernard Hourcade.

Tous nous ont fait part de leur surprise, voire de leurs ricanements en découvrant l’histoire racontée par Bernard-Henri Lévy sur France 2. Aucun n’estime que le changement de nom de Perse en Iran, qui a bien eu lieu en 1935, n’est lié à un «ordre de l’Allemagne» nazie.

[… suivent les intéressants témoignages, à lire ici…]

En résumé: CheckNews a contacté plusieurs historiens français spécialistes de l’histoire de l’Iran. Aucun ne confirme la thèse énoncée par BHL selon laquelle, la Perse serait devenue l’Iran à cause de l’Allemagne nazie. Les historiens interrogés notent que le nom Perse était employé par les Occidentaux, alors que les habitants du pays utilisaient déjà le nom Iran. C’est pour s’affirmer en tant que pays moderne, détaché de l’exotisme que provoque le nom Perse, que le dirigeant Rezâ Shâh aurait décidé, en 1935, d’appliquer le nom Iran à son pays.”

IV. Éléments d’explication

Alors qu’en est-il ?

4-1 Un peu de Géographie

L’Iran se situe au confluent de plusieurs plaques tectoniques : l’arabique, l’indienne et l’euro-asiatique

De telles tensions se traduisent d’ailleurs par des séismes fréquents :

Mais elles ont surtout permis la création du plateau Iranien ou plateau Aryen. C’est une formation géologique importante située entre le Moyen-Orient et l’Asie centrale. Il couvre la plus grande partie de l’Iran (environ les 2/3 du pays depuis les monts Zagros en allant vers l’est), toute la région de l’Azerbaïdjan, l’Afghanistan (principalement les parties occidentales et méridionales du pays), le Pakistan occidental (dans le Baloutchistan) ainsi que les parties méridionales et orientales du Turkménistan.

De la Caspienne au nord-ouest jusqu’au Baloutchistan au sud-est, le plateau iranien s’étend sur près de 2 000 km. Sur un quadrilatère formé par les villes de Tabriz, Shiraz, Peshawar et Quetta, il a une superficie d’environ 3 700 000 km², soit plus de 6 fois la France.

Bien qu’appelé “plateau”, il est loin d’être plat, mais contient plusieurs chaînes de montagnes, le plus haut sommet étant le Damavand dans l’Alborz à 5610 m, le Dasht-e Lut à l’est de Kerman dans le centre de l’Iran tombant en dessous de 300 m.

Notons que tout le trait caractéristique du pays est l’immense désert de son plateau central, qu’encerclent en amphithéâtre des pâturages et des cimes alpestres :

4-1 Un peu d’Histoire

Il y a 3000 ans environ, les Perses et les Mèdes, peuples d’origine et de langue indo-européennes quittèrent leur territoire d’origine, situé près de l’Oxus en Asie centrale et nommé Aryavidge dans l’Avesta pour émigrer vers le plateau iranien et s’y installer.

Ces peuples se divisèrent en deux groupes lors de leurs déplacements :

  • le groupe indien, ou indo-aryen, qui a pénétré dans le sous-continent indien ;
  • le groupe iranien qui occupa au second millénaire av. J.-C., l’Asie centrale, le plateau iranien, l’Afghanistan, l’Ukraine et les plaines méridionales de la Russie actuelle.

Ces peuples se définissaient par le terme proto-indo-iranien Arya – francisé en aryen -, venant du sanskrit ārya qui signifie « excellent, honorable, noble » par opposition aux peuples voisins. Les Iraniens d’aujourd’hui sont issus de ces premières ethnies aryennes.

Les langues indo-iraniennes (ou aryennes) sont apparentées à celles des Latins, des Celtes, des Slaves, des Germains, ou des Grecs. Elles forment une famille qualifiée d’indo-européenne. Les peuples qui parlent ces langues sont appelés les Indo-Européens.

Au milieu du VIe s. av. J-C, ces ethnies s’allièrent afin de vaincre les États sémites de l’époque et fondèrent un grand État, parfois nommé Iran, contraction du perse Iranshahr : le “pays des Aryens”. La première forme est Aryanam désignant chez les premiers Perses toutes les terres habitées alors par les peuples aryens.

Ainsi naquit l’Empire perse achéménide, le plus vaste de l’Antiquité, s’étendant de l’Inde à la mer Égée.

L’empire chute en 330 av. J.-C., conquis par Alexandre le Grand, sous Darius III. Les généraux d’Alexandre établissent la dynastie des Séleucides, qui s’effondre à son tour en 60 av. J.-C., sous l’assaut des Romains. L’empire parthe leur succède jusqu’en 224, quand le roi Artaban IV est défait par un de ses vassaux perses. Une nouvelle dynastie naît : les Sassanides, qui donnent naissance au second empire perse (226 – 651).

Les Sassanides sont les premiers à appeler officiellement leur empire Iranshahr ou Eranshahr. Il s’agit d’une des périodes les plus importantes de l’histoire de l’Iran : la civilisation perse s’accomplit dans de nombreux domaines, et influence considérablement le monde romain, les deux empires étant perpétuellement en guerre. L’Iran est ensuite conquis par les musulmans.

On le voit par exemple dans cette vieille inscription datant de la fin du IIIe siècle :

(source : Revue archéologique, 1898)

(source : Ancient Persia From 550 BC to 650 AD 2001 de Josef Wiesehofer)

Dénomination de deux rois sassanides évoqués sur une stèle d’époque (sources : Histoire de la Perse de Sir John Malcolm, 1821, Wikipedia 1 et Wikipedia 2)

Il est à noter que la Perse (en grec ancien ἡ Περσίς / hê Persís) est le nom métonymique qu’utilisaient les Grecs de l’Antiquité pour désigner le territoire gouverné par les rois achéménides. Il fait en effet référence à une région de l’Iran, le Fars ou Pars :

La région de Fars

Cependant, les Grecs désignaient aussi la région sous le terme d’Ariana (terre des Aryens), terme introduit par le géographe grec Ératosthène, (-276 – -195), comme ici sur sa carte :

Carte d’Ératosthène, vers , employant les termes d’Ariana et Persis (vers -194 av. JC)

L’utilisation du terme Aryen a décliné durant la première moitié du XXe siècle. Les nazis reprirent cette appellation pour bâtir une entreprise idéologique et raciste à partir de deux hypothèses. La première avait été avancée par le comte Joseph Arthur de Gobineau, dans son Essai sur l’inégalité des races humaines, publié en 1855. Il émit l’hypothèse qu’un peuple dit “Aryen” aurait constitué une race présumée biologiquement pure ayant vécu en Asie, dont la langue aurait été le sanskrit, imaginé comme langue-mère de toutes les autres langues indo-européennes. La deuxième hypothèse, formulée par Ludwig Geiger en 1871 et par Karl Penka vers 1885, situait l’origine de ce peuple imaginaire en Allemagne.

Les propagandistes nazis empruntèrent le terme d’Aryen et lui donnèrent une couleur biologique dans le but d’en faire un concept idéologique. Ils associèrent ce terme à une « race germanique » qu’ils considéraient comme supérieure aux autres, et qu’il fallait prémunir de tout mélange génétique. Évidemment dépourvue de tout fondement scientifique, cette théorie stupide et paradoxale entraîna à l’époque de nombreuses moqueries :

Le type aryen : « blond comme Hitler, mince comme Göring, grand comme Gœbbels ».

4-2 Le changement de 1935

Le 31 décembre 1934, l’empereur Reza Shah Pahlavi (de 1925 à 1941) publie un décret demandant à toutes les relations étrangères du pays de le désigner sous le nom d’Iran dans leur correspondance officielle, et non plus de Perse, et ce à compter du 21 mars 1935, date du Nouvel An iranien.

Il est à noter que, de tout temps, les Iraniens appelaient bien leur pays, dans leur langue, “Iran”. Ce sont les étrangers qui l’appelaient Perse, nom historique en Occident, mais qui était seulement celui d’une région. C’est un peu comme si les étrangers appelaient l’Allemagne “Prusse”.

4-3 L’origine du changement est trouble

Sous le règne de Reza Shah Pahlavi, la Perse accélère sa modernisation : fondations d’universités, constructions de chemins de fer et industrialisation massive, nouveau système monétaire, nouvelle structure de l’État, nouvelle armée, nouveau calendrier, reconstruction de nombreux sites historiques en Iran. Il bouleverse l’ordre social établi en accélérant les réformes et en essayant de faire passer l’Iran au XXe siècle. Il fonde la première université moderne du pays, l’université de Téhéran (1934), instaure l’usage des noms de famille et du livret d’état civil, modernise la justice et l’armée et entreprend un effort considérable pour moderniser le système éducatif. En 1935, il interdit le port du voile pour les femmes et oblige les hommes à se vêtir « à l’occidentale ».

Selon certaines sources, la modification de la dénomination occidentale du pays aurait peut-être été inspirée par l’ambassadeur iranien en Allemagne, Abdol Ghassem Nadjm, mais cela semble peu sûr. En tout cas, les experts ne parlent jamais d’une influence du gouvernement allemand nazi (source).

Ce changement s’inscrit cependant dans une dynamique de très nombreuses modifications – des villes iraniennes ont également été renommées par exemple (source).

Il est vrai que Reza Shah Pahlavi essaya de développer les relations avec l’Allemagne – ce qui finit par provoquer une intervention anglaise qui le renversa, mais il n’en fut jamais un allié (sources 1 et 2).

Enfin, on ne saurait trop conseiller à BHL de lire plus régulièrement le site du Musée Mémorial de l’Holocauste de Washington. Il rappelle que le nom Perse était négativement connoté en raison de l’impérialisme anglo-russe, et l’article ne traite en rien des théories fumeuses de BHL :

Si les élucubrations de BHL avaient eu le moindre fondement, il est probable que l’Encyclopédie de l’Holocauste en aurait parlé…

4-4 Pour le reste, c’est une pure invention de BHL

Ainsi, aucune source sérieuse ne vient corroborer les affirmations de BHL :

“la Perse décide de changer de nom et de s’appeler l’Iran sur ordre de l’Allemagne.”

l’Allemagne nazie propose aux Persans “le deal du siècle”. L’Allemagne nazie dit aux Persans : « On va faire, vous les Aryens de l’Est, nous on fera les Aryens de l’Ouest, on va faire une chouette aventure commune, on va dominer le monde ! » Et les Iraniens acceptent le deal, et on a cette espèce de “coup d‘État sémantique” incroyable !”

4-5 Il suffisait à BHL de lire… des dictionnaires !

Nous conclurons cette partie par ces éléments tirés de l’encyclopédie Universalis, et rédigés par deux des plus grands iranologues français – Henry Corbin et Robert Mantran :

Nos deux sommités ne font évidemment aucune référence aux élucubrations avancées par BHL…

Mais on peut aussi lire le Larousse édition… 1901 :

qui faisait suite au Grand Dictionnaire Universel de Pierre Larousse de 1873 :

Qui faisait suite à ce qu’en disait l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert de 1765 :

On a ceci aussi dans les livres (source) :

Mais le meilleur restait à venir, car BHL a réagi à la polémique… A lire demain dans ce second billet.

Commentaire recommandé

Fabrice // 04.06.2018 à 06h34

Depuis le temps on sait que BHL tord la réalité en fonction de ses fantasmes, le jour où il adaptera ses fantasmes à la réalité ce sera déjà un pas de géant.

Le plus inquiétant c’est qu’il existe des personnes qui l’écoutent et suivent ses prescriptions sanglantes. Un vieil adage dit ” qui est le plus fou ? Le fou ou celui qui suit le fou ? ” la réponse pourrait expliquer l’état de la France ainsi que sa position déclinante dans le monde.

123 réactions et commentaires

  • Fabrice // 04.06.2018 à 06h34

    Depuis le temps on sait que BHL tord la réalité en fonction de ses fantasmes, le jour où il adaptera ses fantasmes à la réalité ce sera déjà un pas de géant.

    Le plus inquiétant c’est qu’il existe des personnes qui l’écoutent et suivent ses prescriptions sanglantes. Un vieil adage dit ” qui est le plus fou ? Le fou ou celui qui suit le fou ? ” la réponse pourrait expliquer l’état de la France ainsi que sa position déclinante dans le monde.

     134

    Alerter
    • Manuel // 04.06.2018 à 09h01

      Le problème dans ce cas, ce sont les biais d’association et l’amalgame que BHL soulève.

      Dans ce billet, il est impossible de comprendre l’intention de Reza Shah Pahlavi de changer de nom. “détaché de l’exotisme que provoque le nom Perse” ? ça semble un peu léger pour convaincre. Et en plus comme ce changement de nom se fait en 1935, l’association à travers l’ambassadeur iranien en Allemagne, les Nazies, et l’Iran est facile à faire.

      Là est la source du problème qui se résume en deux points :
      1) il n’existe pas une version/fait fiable qui permet de contredire clairement l’idée de BHL
      2) la juxtaposition d’une date, de noms et la simultanéité d’évènement historiques, qui n’ont pas forcément de lien entre eux, crée un flou cognitif qui lui même forme AUTOMATIQUEMENT un lien de cause à effet !! Et nous en sommes tous victimes : les limites de l’intelligence humaine.

      Et dans ce jeu, BHL est difficile à battre !

      C’est pour toutes ces raisons qu’il ne faut pas prendre les gens pour des fous, mais plutôt qu’ils ont manqué d’éducation…

       11

      Alerter
      • Jean-François91 // 04.06.2018 à 10h15

        Le spécialiste de Botul, qui se dit philosophe, et dont il est question ici, ne connaît guère le rasoir d’Ockham, qui lui aurait évité tout ce fatras.
        Le faisceau de données présenté ici suffit amplement à éclairer l’histoire du nom du pays sans qu’il soit besoin d’invoquer des raisons cachées impossibles à étayer. Les chercheurs spécialistes du domaine n’ont pas trouvé la moindre trace des élucubrations du botuliste.
        On ne peut oublier que la diabolisation par rapprochement /assimilation au nazisme est, par ailleurs, une pratique récurrente (attestée) de l’Empire otanesque et de son satellite colonial au Moyen-Orient.
        Pour toutes ces raisons le bénéfice du doute ne saurait disculper le botuliste de son mensonge.

         54

        Alerter
        • Manuel // 04.06.2018 à 14h55

          Si vous parlez du rasoir d’Ochkam, c’est que vous avez reçu une éducation et vous avez développé votre esprit critique.

          Ce qui n’est pas le cas d’un grand nombre de personnes !

           1

          Alerter
      • Meurisse // 04.06.2018 à 10h25

        De la même façon, il n’existe pas de faits tangibles prouvant que les anciens Égyptiens n’avaient pas de téléphones portables. Nous n’avons en effet découvert aucun fil dans les sites archéologiques.
        Voilà à quoi on arrive si on prend les mêmes raisonnements qu’un vulgaire spécialiste de Botul.

         36

        Alerter
      • Evariste // 04.06.2018 à 12h32

        Il ne s’agissait pas d’un changement de nom puisque “Iran” est celui que les iraniens eux-mêmes et les peuples voisins ont toujours utilisé. C’était plutôt le retour au nom historique de ce pays, par opposition à celui de “Perse” utilisé par ses anciens ennemis grecs/romains puis par les puissances coloniales occidentales… Rien là-dedans qui évoque une connivence avec le nazisme (ce qui n’implique pas qu’il n’y ait pas eu éventuellement une sympathie du Shah pour cette idéologie mais c’est une autre question).

         11

        Alerter
        • Fritz // 04.06.2018 à 19h15

          Bravo à Olivier pour ce grand travail de salubrité publique.
          Il me semble que le mot “Aryanam”, d’où vient “Iran”, est un génitif pluriel en vieux-perse : [le pays] des Aryens. Ce terme qui s’applique aux tribus indo-européennes orientales, du Kurdistan à l’Inde, se retrouve peut-être dans le Caucase, où l’un des dialectes de l’ossète (langue iranienne isolée) se nomme l’iron.

           7

          Alerter
      • . // 04.06.2018 à 18h20

        BHL se porte pas en agent de la vérité absolue alors qu’ elle n’est seulement que contextuelle.
        Nétanayou nous montre très discrètement des armoires de documents et de cd relatifs à l’activité de l’Iran en matière de recherche atomique,Trump met en cause le traité relatif à l’armement de l’Iran…et BHL nous montre qu’il existe lui même en associant l’Iran aux nazis.
        Avec sa contribution déterminante (soit disant) pour l’agression illégale de la Lybie par la France et les USA il veut exister et s’associe comme toujours aux intentions d’Israël ainsi qu’à sa défense.
        Botul dont il est l’inventeur contribue autant que sa dernière saillie à la juste dimension que ne manqueront pas de lui réserver auditeurs et téléspectateurs(beaucoup pour si peu!)

         5

        Alerter
      • CHAÏB-DRAA // 04.06.2018 à 19h53

        B.H.L. est connu pour être un bon bricoleur des livres, et arriver à berner presque tous ses lecteurs, il est devenu excellent dans ce domaine.
        Ceux qui l’ont choisi pour les aider à étayer leur décision de tuer Kaddafi, ne diffèrent guerre de ceux qui l’emploient au moyen orient…

         6

        Alerter
      • Louis Martin // 05.06.2018 à 04h09

        Je crie, monsieur, je HURLE mon désaccord ABSOLU avec vous.

        Il n’y a pas de mots pour décrire la stupidité abyssale de ce que raconte BHL. En vérité, même ce billet manque de rigueur, tant la totalité des gribouillages mentaux de l’« orateur » sont imbéciles. Ils sont surtout méprisants pour les Iraniens. Ce qui serait encore audible, si ce mépris ne reposait pas sur une identité juive dont BHL semble en ignorer davantage que le premier catéchumène de 12 ans armé d’une Bible (cf. Cyrus II de Perse et l’Hypothèse documentaire sur Wikipédia).

        Par où commencer ? Est-il seulement crédible de se figurer un peuple vieux de trois mille ans changer de nom pour s’accorder aux fantaisies d’un tribun dont la nation tout juste cinquantenaire vient seulement d’être écrasée dans une guerre contre les Français ? Que ne change-t-on le nom de la France pour devenir la Wahhabie, puisque c’est à la mode dans un pays lointain et sans rapport ? Surtout que, la mode, en 35, c’est encore Mussolini, pas Hitler, que tout le monde vomit, même les fascistes (contrairement à une idée répandue).

        À supposer que ce peuple le fît tout-de-même, ce ne pourrait être analysé indépendamment du proche contexte indien, où le Raj britannique exploite les castes locales en sur-abusant de la légitimité raciale, puisque ce peuple parle une langue « proche » de la notre (Raj = rex = roi) et qu’il était déjà dominé par des blancs avant la colonisation. Les Anglais, en effet, on inventé la théorie aryenne. Ils ont aussi inventé le camp de concentration. Ironiquement, c’était pendant la guerre des Boers : et on y envoyait que de grands blonds sveltes (i.e. qui crevaient de faim) aux yeux clairs. Si le Chah a très improbablement voulu se faire quelque chose, il a voulu se faire « Anglais », pas nazi.

        Quel rapport entre la « race » aryenne et la « race » juive, hors d’une Europe xénophobe où il y aurait « trop » de Juifs ? Parce que, si les Iraniens sont Aryens, il n’aura échappé à personne qu’ils sont blonds comme Hitler, et que leur « race » supérieure se prend branlées sur branlées depuis Xénophon. Dans l’Iran de 35, l’enjeu, c’est plutôt de ne pas être confondu avec les Arabes et les Turcs, qui sont respectivement la puissance culturelle (Coran) et militaire (ex-califat) de la région. Difficile d’affirmer la supériorité de sa race devant ces deux-là… Et où sont les Juifs, dans l’histoire ? Sûrement au Japon, qu’il a fallu aussi « dénazifier ». Je gage que dans la galaxie d’Andromède, en ce moment même, on complote contre les Juifs. Montons un Rafale et trois ogives sur un lanceur Ariane, et allons dénazifier tout ça à grands coups de bombes. Il faut sauver le peuple Andro-mède (sic) et lui apporter la démocratie.

        J’ai déjà écrit un pavé et le feu dont je brûle est inextinguible. Arrêtons-là.

         11

        Alerter
        • Manuel // 05.06.2018 à 15h43

          Vous n’avez surtout pas compris mon message.

          Je dis que son discours crée l’amalgame auprès des personnes qui n’ont pas développé leur esprit critique. Et BHL surfe sur les biais d’association. Comme Dieudonné !!

          C’est tout !!

           2

          Alerter
          • FracoisG // 06.06.2018 à 06h54

            Tous deux sont humoristes.?

             0

            Alerter
          • Louis Martin // 10.06.2018 à 01h54

            Pardon, j’étais très énervé, c’est tombé sur vous et je m’en excuse. Je ne comprends pas que dans mon pays on puisse raconter des âneries comme celles de BHL sans souffrir aucune contradiction à l’antenne. C’était le cri du désespoir ; la levée de bouclier me semble encore très en-dessous de ce qu’elle devrait être. Pas au nom du bon sens géopolitique : au nom du bon sens tout court ; du peu d’intelligence que le genre humain peut se féliciter de posséder. BHL réussit à écrire des livres encore plus bêtes que Mein Kampf. Un jour, il réussira peut-être à provoquer des drames plus graves que la seconde GM ? C’est qu’après la Lybie, il reste encore beaucoup de pays à anéantir…

             2

            Alerter
    • jules vallés // 04.06.2018 à 10h06


      Oui, comme moi, comme ça je sais où il ne faut pas aller et ce qu’il ne faut pas penser! Une sorte de repère négatif…

       4

      Alerter
      • Fabrice // 04.06.2018 à 13h01

        oui c’est une idée qui m’est venu, certaines personnes quand elles donnent leur avis servent involontairement à éveiller la suspicion, un warning un peu comme dans le film V comme vendetta ou une animatrice a un tic nerveux quand elle ment et éveille la vigilance.

         3

        Alerter
    • Arcousan09 // 04.06.2018 à 10h28

      Un intellectuel aussi brillant, aussi ouvert, aussi génial, ce penseur de notre si génial Sarkozy, ce défenseur de la paix et de la démocratie … diffuser des fausses nouvelles …. ça dépasse l’entendement.
      Il va certainement aller faire des courbettes devant Netanyaou que Macron reçoit en grande pompe à l’Elysée … un vrai pacifiste, un vrai démocrate un modèle de défenseur du “bien” contre cette cohorte défenseurs du “mal”
      Drôle de société !!!

       17

      Alerter
    • Haricophile // 04.06.2018 à 12h08

      BHL a une double de fonction de lobbyiste et de barbouze privé. il n’y a aucune folie la dedans, s’ils osent lui accorder du crédit c’est parce qu’il y a de la collusion d’intérêts, intérêts qui n’ont RIEN a voir avec l’intérêt général. Ses discours ne sont pas émis par un fou, mais par un propagandiste. La vérité ou la responsabilité de ses actes ne sont pas des choses incluses dans l’équation.

       39

      Alerter
      • CHLéO // 05.06.2018 à 15h54

        “… Ses discours ne sont pas émis par un fou, mais par un propagandiste”…

        Il y a quand même quelque chose d’un cerveau très malade chez ce monsieur. Ce qui est étrange, c’est qu’il voit du nazi en Iran, mais en Ukraine, non… Etonnant, non ?

         5

        Alerter
    • Ben // 04.06.2018 à 12h28

      Il y a beaucoup de gens qui bénéficient de la protection de BHL, notamment dans le domaine de la presse, de l’édition, de la culture en général.
      Cet homme a une fortune personnelle et un réseau d’exception. Dans ce monde de brutes, il est bon d’avoir un protecteur comme ça. Les bénéficiaires n’ont aucun intérêt à se défaire de ce bienfaiteur, surtout s’ils sont placés à des postes stratégiques. C’est ainsi que BHL continue sa brillante carrière.

       23

      Alerter
    • K // 04.06.2018 à 16h07

      Il faut relativiser l’influence de BHL.
      Ses pieces de théâtre (hotel Europe) et ses films (Tobrouk) font d’enormes flops malgrés un tapage médiatique inoui. Pareils pour ses livres.
      Seul son carnet d’adresse lui permet de se faire inviter sur tous les plateaux télé. Et les patrons de presse sont surement les seules personnes qui donnent du crédit à ce personage.

       11

      Alerter
      • Les-crises // 06.06.2018 à 22h20

        “Il faut relativiser l’influence de BHL.”

        => Je vous laisse aller convaincre les Libyens

         4

        Alerter
  • Thomas Savary // 04.06.2018 à 06h37

    Savoureux… Quel fort minable philosophe !

     39

    Alerter
    • Pegaz // 04.06.2018 à 09h11

      Norman Finkelstein ” Que dire d’un pays qui pense que BHL est un philosophe ? ”
      https://www.youtube.com/watch?v=r6bCFJ44yGg

       56

      Alerter
      • douarn // 04.06.2018 à 18h24

        Bonjour Pegaz
        Ce n’est pas le pays qui le dit mais juste son oligarchie

         7

        Alerter
        • Pegaz // 05.06.2018 à 20h41

          Afin d’éviter ce genre de quiproquo, j’avais défini le sujet donnant lieu à l’estocade de M. Finkelstein (la modération ne l’a pas jugé utile)

           0

          Alerter
  • joebardoc // 04.06.2018 à 06h41

    Souhaitons que la loi sur les fake news puisse s’appliquer à lui. BHL remplit sa mission, travailler à la diabolisation de l’Iran et des Iraniens, afin d’atténuer la réaction du peuple lorsque ses amis de la coalition internationale bombarderont ce pays sous un motif fallacieux ou fabriqué de toutes pièces, et on connait bien cette technique à présent.

     69

    Alerter
    • Mich // 04.06.2018 à 07h08

      Il n’a a pas à promulguer de loi contre les “fake news”.
      Tout un chacun doit avoir le droit d’exprimer son opinion en public et de part là démontrer qu’il est un abruti.

       32

      Alerter
    • Nicolas // 04.06.2018 à 07h10

      En ayant un poids démentiel dans les médias français malgré son absence totale de légitimité, c’est mal barré pour que quoi que ce soir s’applique à lui. Ce ne sera qu’à titre posthume qu’on pourra lui retirer la légion d’honneur et le reste.

       20

      Alerter
      • Kiwixar // 04.06.2018 à 07h34

        Il me semblait qu’il avait déjà sa place réservée au Panthéon. Peut-on retirer la légion d’honneur à quelqu’un enterré au Panthéon, et à quelqu’un de tellement formidable qu’on l’y envoit de son vivant?

         8

        Alerter
        • Alfred // 04.06.2018 à 20h32

          Vous rigolez mais tout est possible au point où on en est. Vous feriez moins le malin. 😉

           5

          Alerter
    • JEAN DUCHENE // 04.06.2018 à 09h42

      non ce n’est pas vraiment une fake news, c’est une manipulation à des fins idéologiques, une façon de faire dire à des faits historiques plus qu’ils n’en disent. Le plus grave c’est que BHL essentialise l’Iran et les iraniens, comme étant presque génétiquement liés au nazisme, en faisant un amalgame grotesque entre le régime Phalavi en 1935 et celui des ayotallahs d’aujurd’hui.

       17

      Alerter
  • Nicolas // 04.06.2018 à 07h05

    Pour les dates d’Eratosthène: l’année -276, c’est 277 avant JC, puisqu’il n’y a pas d’année 0 JC.
    “C’est un peu comme si les étrangers appelaient l’Allemagne “Prusse”.”
    Ou plus simplement comme si les étrangers appelaient les Pays-Bas “Hollande” (2 provinces sur 12)

     10

    Alerter
  • lefredle // 04.06.2018 à 07h06

    Je pense qu’il n’avait pas fait mieux depuis “Botul” !
    J’ai hâte de lire sa réaction…C’est certainement que l’histoire se trompe…lui ne peut pas…
    Quid de la “dénazification” du Japon??

     15

    Alerter
    • Nicolas // 04.06.2018 à 07h30

      Ce qui est ennuyeux avec ces tentatives de diaboliser les pays indépendants de l’Empire du Bien, c’est que ça commence à faire beaucoup. Tant que ce n’était que le Venezuela, la Corée du Nord et la Russie au sujets desquels il fallait pousser des cris hystériques sur les violations des droits de l’homme (d’affaire, à piller les ressources nationales), ça va les Français comme les américains sont totalement ignorants de ces pays. Mais quand il faut aussi diaboliser l’Iran et la Chine, ça commence à faire beaucoup. Et puis à la mort de Bouteflika, faudra ajouter l’Algérie, qui s’est beaucoup rapproché de la Russie. Etc., de plus en plus de pays privilégient leur relation avec la Chine et la Russie à celle avec l’oncle SAM. La Russie n’est pas isolée, mais l’occident, par son intransigeance et son hybris, se ferme au reste du monde.

       32

      Alerter
    • François Lacoste // 04.06.2018 à 08h34

      La dénazification de la France!

      Au passage BHL se fait un plaisir (on se demande pourquoi?) d’ancrer toujours un peu plus cette lecture de l’histoire dans le crane des français.

      La question de la France en tant qu’entité nazi est directement liée à la légitimité du gouvernement Pétain, ce dernier étant voté par la chambre des députés le 16 juin 1940, par conséquent il est formellement exacte que le gouvernement Pétain est légitime.
      Cependant, à ce moment, la situation de la France est celle de la débâcle militaire bien décrite dans cet article de wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_de_Vichy
      Les troupes allemandes sont à Paris, le gouvernement Pétain élu (quitte Bordeaux pour Vichy) succèdant à celui de Paul Reynaud.
      Le général de Gaulle gagne Londres…

      Wikipédia:
      “La question de savoir si, derrière ce changement d’appellation, l’« État français » est la même personnalité de droit public et international que la République française, reste encore controversée. En effet, deux thèses s’opposent, selon l’une:

      l’« État français » est la même personnalité de droit public et international que la République française, parce que c’est le Parlement qui a investi le maréchal Pétain du pouvoir de former un gouvernement et de demander l’armistice : à l’appui de cette thèse, ses tenants rappellent que jusqu’à fin 1944, les ambassades des États étrangers dialoguaient toutes avec le gouvernement Pétain et non avec la « France libre » ;

      selon l’autre:
      pendant les quatre années d’occupation, la continuité historique et juridique de l’État français revient à la « France libre », au Conseil de défense de l’Empire, au Comité national français, au Comité français de Libération nationale (reconnu par les Alliés le 26 août 1943) et au Gouvernement provisoire de la République française : à l’appui de cette thèse, ses tenants rappellent qu’en 1940, le Parlement qui a voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain ne s’est pas réuni librement et régulièrement, mais sous la pression de la panique provoquée par la défaite militaire.”

      Un état occupé par une armée ennemie qui lui impose les termes de l’armistice et de l’occupation peut-il prétendre être légitime bien qu’il soit légal? Jacques Sapir pourrait-il nous éclairer sur ce sujet?

       9

      Alerter
      • Subotai // 04.06.2018 à 19h19

        En période de bordel, la légitimité est a celui qui gagne ET rétablit l’ordre.
        Donc dans le cas dont on parle: La France Libre. Point.
        🙂

         3

        Alerter
  • Lysbeth Levy // 04.06.2018 à 07h27

    Pitoyable BHL ! Il veux tellement “hitlériser” ce pays, l’Iran, qui fait parti de l’agenda néocon des 7 pays a abattre, qu’il finit par croire en ce qu’il dit, et qui va oser lui dire qu’il se trompe et en plus qu’il ment ? Tout pour justifier encore une énième guerre, comme si on avait besoin de ça depuis 2001. Franchement comment ces ami-e-s les puissants qui vont faire la fête a Saint-Germain des Prés, chez lui, osent ils encore lui donner du crédit ? Parce qu’il est riche et s’invite depuis des lustres dans la politique étrangère du pays, il se croit désormais tout permis. C’est une honte pour notre pays de laisser cet “agent” de l’extérieur, vouloir faire la pluie et le beau temps, mais surtout la guerre, car avec tous ces appels pour la Yougoslavie, Serbie Irak Lybie, et Syrie il serait passible de crime contre la paix par le biais de la propagande de guerre. C’est plus grave qu’une fake-news ça. …

     73

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 04.06.2018 à 07h52

    Parmi les idées toutes faites et imposées comme vérité tout en sachant que peu prendrons la peine de vérifier, il y a Heidegger cité par BHL comme philosophe nazi.
    Pour ma part je me suis intéressé à ce philosophe mort en 1976. Je l’ai lu.
    Il est clair que ce philosophe dans la lignée de Leibniz et de ses prédécesseurs, parle de “l’Être” et de “l’Etant”. En fouillant bien dans le texte je ne trouve rien qui soit susceptible de soutenir l’idéologie nazi. Le seul reproche qu’on puisse faire à ce philosophe est de n’avoir pas ouvertement dénoncé le nazisme, alors qu’il occupait une chaire importante sous ce régime. Mais il ne faisait pas de politique il ne faisait que de la philosophie.
    Ou alors, j’ai mal lu.
    Heidegger s’inscrit dans l’héritage des philosophes grecs, tel qu’Anaximandre entre autre, sur l’être contenu en l’homme. Il serait intéressant de se demander en quoi ces philosophes dérangent le pseudo-philosophe BHL.
    Sans doute des raisons idéologiques secrètes qui le pousse à ne pas aimer les vrais philosophes qui ont participé à la culture européenne. Pour ces mêmes raisons il s’en prend à la culture perse.
    J’en conclus que ceux qui n’adhèrent pas aux visions (non philosophiques, mais politiques) de BHL sont considérés, par lui, comme des nazis.
    Si vous ne m’aimez pas c’est parce que vous êtes nazis, c’est simple non?

     23

    Alerter
    • Manuel // 04.06.2018 à 08h46

      ” Mais il ne faisait pas de politique il ne faisait que de la philosophie.”

      Je dois avouer que cet argument ne tient pas vraiment la route. A partir du moment, il occupait une chaire importante, et qu’il avait un statut d’autorité, en tant qu’intellectuel, il possédait indubitablement un rôle politique.

      En tout cas merci pour cet éclairage…

       9

      Alerter
      • DUGUESCLIN // 04.06.2018 à 12h22

        Dans ce cas il faut dire la même chose pour tous les professeurs, chercheurs, militaires, hauts fonctionnaires, et toux ceux qui continuaient à faire leur travail et qui étaient loin d’être tous des nazis. Pourquoi Heidegger plus qu’un autre?
        Sont considérés comme coupables, ceux qui n’ont pas dénoncé le nazisme. En avaient-ils les moyens? Devaient-ils se faire harakiri ?Sont-ils “coupables par défaut” à la mode BHL?
        Je pense que BHL est dérangé par la vraie philosophie et les philosophes authentiques.

         12

        Alerter
        • Manuel // 04.06.2018 à 17h06

          “Pourquoi Heidegger plus qu’un autre?” Vous avez raison. J’opterai pour une question d’influence.

          “En avaient-ils les moyens? ” Quand on voit ce qui est arrivé aux membres de Die Weisse Rose, on peut se dire que c’était très compliqué.

          “dérangé par la vraie philosophie” Je dois avouer que j’essaie de me dégager de la vraie philosophie ou des philosophes authentiques.

          Puisque vous parlez de la IIGM, la position qu’a tenu Bertrand Russell est loin d’être la meilleure… Mais bon, là je suis HS par rapport aux billets.

          Mais, malgré son agrégation de philosophie, BHL n’est pas un philosophe.

           4

          Alerter
          • Nul H // 04.06.2018 à 22h36

            Un agrégé pour passer au rang de chercheur, se doit de passer une thèse de doctorat’ puis une HDR’, ou thèse d’état (auparvant), ce tout accompagné de nombreuses publications scientifiques, donc reconnus par ses paires. ..

            Pour le cas de cet article, nous en sommes à la seule sortie, normale, de la rue d’Ulm, agrégé, c’est-à-dire un concourt de connaissances, non une thèse.. . d’où des problématiques, supposées scientifiques, discutées ici… vraisemblablement par des connaisseurs.

             3

            Alerter
        • Sandrine // 04.06.2018 à 19h39

          « Pourquoi Heidegger plus qu’un autre?»
          Duguesclin, vous poussez un peu quand même… Heidegger a eu sa carte au parti nazi jusqu’à la fin de la guerre; il ne s’est ensuite jamais exprimé pour dire qu’il regrettait d’avoit adhéré (il est mort en 76, je crois, et a publié nombre de ses ouvrages les plus importants -sur la technique notamment – après-guerre)Et puis surtout il a demandé que l’on publie après sa mort ses « cahiers noirs » où il exprime sans aucune ambiguïté son antisemitisme…

           4

          Alerter
          • Emmanuel // 06.06.2018 à 22h16

            Heidegger était raciste plus largement. Et il n’était pas le seul….ce qui n’empêche pas qu’il ait produit des idées philosophiques. En tant qu’intellectuel de premier rang, on ne peut pas lui enlever une responsabilité politique certaine. Ce qui prouve seulement qu’on peut être doué pour certaines choses, et totalement nul pour d’autres. Le manichéisme n’est pas de ce monde … !

             0

            Alerter
      • manant // 04.06.2018 à 14h10

        Faut-il dénigrer Albert Camus, son œuvre, parce qu’il n’a pas pris position contre l’Algérie française ?
        Ou Schopenhauer pour avoir écrit ceci : “il faut généralement considérer comme un grand malheur que le peuple dont la culture passée aura principalement servi de base à la nôtre ne fut pas celui des Indiens ou des Grecs ou même des Romains, mais précisément celui des Juifs?” (Le Monde comme volonté et comme représentation, page 461, Gallimard 2009 Folio-Essais). Autrement dit, l’opinion d’un auteur condamne-t-elle sa pensée, ou son art (Céline)?, ou sa moralité (Jean Genet)? N’est-ce pas dangereux de s’aventurer sur ce terrain ou la Justice et le Droit ont bien raison de ne pas s’aventurer?

         9

        Alerter
        • Sandrine // 04.06.2018 à 19h59

          Ouais, mais quand on est philosophe, être antisemite ça tue un peu quand même, surtout quand on continue à l’etre après 45…

           3

          Alerter
    • Jeanne L // 04.06.2018 à 09h27

      Je ne sais pas si vous avez mal lu Heidegger, mais la question se pose non seulement de l’attitude de celui-ci vis à vis de Hitler ,de son adhésion au parti nazi et de son poste de Recteur en 1933, mais surtout du sens du contenu de sa philosophie, y compris dans son aspect le plus métaphysique et ontologique.
      La question est posée, le débat rude et argumenté en particulier à partir du remarquable livre d’Emmanuel Faye “Heidegger, l’introduction du nazisme DANS la philosophie” [ed.Albin Michel](c’est moi qui souligne “dans”) .
      Je dois dire que ce livre (bien plus que celui factuel et plutôt historique de V. Farias) m’a “réveillée de mon sommeil dogmatique” et de mes lectures de la totalité de ce qui est paru en français (je n’ai pas accès à l’allemand) et cela m’a permis une relecture de Heidegger, y compris les livres les moins chargés a priori d’actualité comme “Héraclite” ou celui sur Dun Scott sans parler de l'”essence de la vérité”… Je tends de plus en plus à prendre en compte la démonstration de Faye qui est un vrai philosophe, et non un histrion néfaste et plastronnant comme Henri-Lévy.

       12

      Alerter
      • DUGUESCLIN // 04.06.2018 à 17h45

        Que ce soit Faye ou Beaufret, l’un comme l’autre s’efforce d’apporter un éclairage sur la pensée Heidegger.
        Ce qui évite les pensées toutes faites à la façon BHL.
        Ce n’est pas ce pseudo-philosophe, malgré ses études, qui m’empêchera de m’interroger sur l’Etre et l’Etant et la pensée Heidegger. Le simple fait de m’interroger n’implique pas l’adhésion mais agit comme une source d’approfondissement et d’humilité.

         6

        Alerter
        • Fritz // 04.06.2018 à 21h50

          Être et étant = concepts nazis ! Puisque c’est “du Heidegger” !
          Bon, soyons sérieux, si on veut dénigrer Martin Heidegger, on doit citer sa source : Victor Farias.
          Ah ben zut, il a aussi dénigré Salvador Allende…

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Farias

           2

          Alerter
    • ceusette // 04.06.2018 à 09h33

      Ce n’est pas tant la philosophie de Heidegger qui est gênante, d’ailleurs, il a contribué au renouvellement de la philosophie française du XXe siècle, influençant notamment des philosophes d’origine juive: Derrida, Levinas, etc. Je ne suis pas un grand spécialiste du philosophe allemand, mais on lui reproche d’avoir adhéré au parti nazi et que la montée du nazisme aurait “un peu” accéléré sa carrière… La question reste controversée et pas complètement tranchée. Disons que c’est le point qui relève le moins de l’intox de la part de BHL… Pour plus de détails: https://fr.wikipedia.org/wiki/Heidegger_et_le_nazisme

       2

      Alerter
  • Dieselito // 04.06.2018 à 07h53

    BHL (acronyme caché de Bien Heureuse Lybie?), qui ne sert aryen, devrait se pencher sur les implications historiques actuelles de ces théories racistes en France même plutôt que de les chercher ailleurs:
    “Les propagandistes nazis empruntèrent le terme d’Aryen et lui donnèrent une couleur biologique dans le but d’en faire un concept idéologique. Ils associèrent ce terme à une « race germanique » qu’ils considéraient comme supérieure aux autres, et qu’il fallait prémunir de tout mélange génétique.”
    L’heure Bretonne du 21 juin 1941 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8984491.item
    et l’origine d’un logo bien connu affiché ouvertement partout dans l’ouest de la France:
    http://regionalismes.info/infos/etudes/gwenn_ha_du/gwenn-ha-du.pdf
    ainsi que l’implication d’une droite capitalistique dans la banalisation de cette symbolique nazie:
    https://brest.mediaslibres.org/spip.php?article638

     7

    Alerter
  • astap66 // 04.06.2018 à 07h54

    En fait, c’est très éclairant sur les “faiseurs d’opinion” au pouvoir en France depuis 30 ans. Si les citoyens ordinaires qui ne s’intéressent pas beaucoup à la politique mettent cette “fake news” en regard des articles du Monde sur l’affaire Skripal, ou mieux encore l’affaire du faux mort Arkady Babchenko, ils seront définitivement discrédités.

     11

    Alerter
  • Fred // 04.06.2018 à 07h58

    encore la politique manipulatrice du dévoiement des mots, des concepts, de l’histoire… bref, le diable est toujours élégant, séduisant et présente toujours le mal comme un bien et le bien comme un mal…

     9

    Alerter
  • Manuel // 04.06.2018 à 08h06

    L’Asie non plus n’a pas été denazifié !!
    Quand vous regardez sur les plans de ville, il y a plein de croix gammée un peu partout qui indiquent les lieux de prière où on lit mein Kampf et on chante à la gloire d’Hitler.

    Étonnant qu’il n’en est pas encore parlé, ou le fera-t-il quand il voudra attaquer la Chine ?!

    http://campsd-extermination-en-chine.20minutes-blogs.fr/media/00/01/39734794.2.jpg

    Ce mec est un foyer d’infection !

     17

    Alerter
  • Frédéric Boyer // 04.06.2018 à 08h16

    Si vous regardez bien Poutine, vous remarquerez qu’il ressemble à Hitler, mais avec des cheveux blonds, et sans moustache. Faudrait en parler à BHL, Hitler aurait survécu à la chute du IIIème Reich et, après une cure de jouvence, serait revenu menacer la civilisation, en se mettant à la tête de la très très méchante Russie dont les très très gentils américains nous protègent. Tout cela est certifié exact par Botul, et nous attendons de BHL qu’il annonce au monde l’affreuse nouvelle : Poutine, c’est Hitler !

     14

    Alerter
    • Fritz // 04.06.2018 à 19h05

      D’ailleurs, la Russie est le seul pays du monde qui n’a pas été dénazifié. Comme l’Iran.
      C’est beau, le botulisme.

       2

      Alerter
  • vlois // 04.06.2018 à 08h40

    Ce type est un propagandiste de guerre, il s’arrange avec l’histoire pour un récit poussant à la haine. Il est un astre noir, qui occulte la vérité, ignore volontairement qu’outre ses délires sémantiques dans le camps du bien, les anciens nazis recyclés et nationalisés aux USA sans que cela ne pose pas trop de scrupules ? De même, Klaus Barbie – ex. Robert Altman, ainsi que d’autres en Amérique du Sud, pour la contre-insurrection…

    Pire : Volkswagen, Birkenau, Dachau, etc. c’est nazi aussi, ces noms propres, ca devrait être débaptisé ?

     7

    Alerter
  • Toff de Aix // 04.06.2018 à 08h55

    BHL à une tribune médiatique permanente, parce que les journalistes sont des ignares qui ne cherchent que le buzz, pas la vérité.

     19

    Alerter
    • Kiwixar // 04.06.2018 à 10h42

      Je pencherais plutôt vers la possibilité que certains invités leur permettraient de rire en douce comme dans « Le dîner de cons ».

       6

      Alerter
      • Alfred // 04.06.2018 à 14h58

        A chaque fois qu’on parle de ce type je pense au diner de cons. Mais malheureusement il y a une nuance dans ce diner de cons là. Par exemple: Ce type fait une pièce de théatre qui ne trouve pas de public(au hasard hotel europa). Personne ne va voir ça sauf le gratin parisien qui se presse pour se faire voir et montrer patte blanche. Une fois que c’est fait le theatre passe vite à aute chise (faut pas déconner personne ne va voir ça). Ce type pond un livre qui ne trouve pas de lecteurs? Il fait une lecture publique à la BNF à laquelle se presse le gratin parisien pour se faire voire et montrer patte blanche (ancien president de la republique compris). Il ne s’agit de rien d’autre que de compter les siens (ses alliés et obligés, sa clientèle) et de le faire voir. Une demonstration de puissance. Le mystère est que des gens soit disant puissants et ayant connu “la réussite” se sentent obligés de subir un pensum abrutissant pendant quelques heures de leur vie comme le prix à payer. prix à payer de quoi? Mystrère. Il est la de diner DES cons. Nous tous, toute la France, voyons nos “zélites” se presser régulièrement pour baiser les babouches d’un charlatan. C’est une variante des variantes modernes et de masse du diner de con qu’est la télé réalité. Sauf que les perles selectionées par la “prod” c’est not’ ancien président et la moitié de paris.

         24

        Alerter
        • Nadji Algérie // 04.06.2018 à 17h50

          Réaction que beaucoup dont moi-même partageons pour chaque terme.
          Cependant vous écrivez : ” Le mystère est que des gens soit disant puissants et ayant connu “la réussite” se sentent obligés de subir un pensum abrutissant pendant quelques heures de leur vie comme le prix à payer. prix à payer de quoi? ”
          Si ce charlatan plagiaire déjà depuis de nombreuses années et escroc “littéraire et philosophique” puisque se prétendant publiquement et par écrit tantôt “écrivain” et tantôt “philosophe”, ose rameter la ban et l’arrière de la République et des “beaux quartiers” pour sa piètre pièce et son livre-bidon, c’est qu’il doit bien y avoir une raison, et une bonne, qui fasse marcher tout ce beau-monde, par ailleurs bien informé de tout aux meilleurs sources de la République.
          Ne serait-ce pas Israel, son gouvernement, son armée, son mossad et ses réseaux tentaculaires partout en France (ex: réseaux finanbciers occultes, réseaux politiques au coeur de la France, réseaux médiatiques de P. Drahi et consorts, réseaux universitaires à Paris, au CNRS, et ailleurs, ???!!!

           12

          Alerter
    • sissa // 05.06.2018 à 13h27

      Je crois plutôt que dans le système médiatico-parisien, chacun considère que son intérêt et son avancement sont plus important que la vérité.

       2

      Alerter
  • Astrolabe // 04.06.2018 à 09h01

    Merci à Olivier pour ce patient travail de rectification. Le monde est plein de ces “experts” qui remplacent le savoir par des déclarations fracassantes fondées sur un grand Rien. Les charlatans de l’info……

     22

    Alerter
  • Wollaston // 04.06.2018 à 09h04

    Il serait temps de questionner d’où vient le pouvoir de cet homme!
    Aucune légitimité philosophique ou artistique, aucune crédibilité géopolitique et pourtant ce bouffon va-t-en-guerre est invité et craint de tous des présentateurs ou animateurs…
    Pourquoi ses «l’appel a la haine» ne sont pas sanctionnés a la même mesure que pour d’autres?
    A quand une pétition pour interdire de media cet assassin par procuration?

     48

    Alerter
    • Alfred // 04.06.2018 à 20h40

      Vous y êtes pas du tout. Ses réseaux ne disparaîtraient pas parceque vous lui coupez la parole. C’est aucontraire lorsqu’il s’exprime en public qu’il défait et ruine lui même le travail accompli. Fasse au contraire le ciel que son orgueil le maintienne souvent sous les projos. Il est son meilleur ennemi (mais peut être pas celui de ce soir qui l’utilisent).
      Enfin, et ce n’est pas anecdotique, vous avez un bien mauvais réflexe à vouloir faire taire quelqu’un (même quelqu’un d’aussi soulant et dangereux que bhl). Vous ne trouvez pas que l’epoque se rigidifié déjà assez? Qu’il parle et qu’il parle tout son soul.

       7

      Alerter
  • KaM // 04.06.2018 à 09h16

    Est-il plus lamentable de voir que BHL ose encore se prétendre philosophe, ou de constater qu’il a encore une audience?

    Puisque ce Mr se permet de faire le lien entre l’Iran et les nazis, je me permets de le comparer à Dieudonné.

     6

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 04.06.2018 à 09h17

    Bonjour,
    qui peut encore accorder une once de crédit à Jean Baptiste Botul?
    La tarte (à la crème s’entend…) est la seule décoration digne pour ce très riche Jean-foutre qui nous pollue l’esprit depuis trop longtemps!

     17

    Alerter
  • Michel Ickx // 04.06.2018 à 09h37

    Ce ne sont pas des “fakenews”, le pauvre BHL a tout simplement été manipulé par les Nazis qu’il a inocemment rencontrés en Ukraine.

     16

    Alerter
    • Claude // 08.06.2018 à 22h23

      pas innocemment dans une émission télévisé où il était interrogé sur son alliance en Ukraine avec des néo-nazis il a répondu “il ne faut ps faire la fine bouche” (vu sur youtub)

      Quoiqu’il en soit, comment faire pour interpeller la direction de France 2

      pour demander un démenti et des excuses publiques aux iraniennes et iraniens ?

      En effet, cette diffamation infâme à l’encontre des iraniennes et iraniens s’est produite sur une chaine publique
      sans que personne n’y ai apporté aucune contradiction, voire n’ait émis de doute.

      Comment Laurent Ruquier a-t-il pu croire à ces fadaises qui de toute évidence sont délirantes ?

       0

      Alerter
  • Ardéchoix // 04.06.2018 à 09h50

    bhl est à la philosophie ce que Socrate est au désossage de quenelles.
    bhl “Tout ce que je sais, c’est que je sais tout.”

     15

    Alerter
  • christiangedeon // 04.06.2018 à 09h52

    Sacré Bhl…le spécialiste du mélange des genres et des mélanges douteux.On aurait cependant tort de prendre ses foucades à la rigolade. Parce qu’il avance sur un terrain fertile,et les sorties complètement folles d’un Ahmadinedjad sur Israël,mais aussi sur la Shoah lui facilitent grandement la tâche,par association d’idées. Et historiquement,les nazis ont en effet lancé une offensive de charme en direction du monde musulman ( cf le grand mufti de Jérusalem,copain copain avec Heydrich et Himmler),et ont probablement essayé de séduire(sic!) les iraniens aussi. Sans aucun succès de ce côté là. La technique de Bhl est vieille comme le monde.Prendre deux ou trois éléments qui ont existé,et écrire une fiction autour. Mais qui lit encore Bhl,telle est la vraie question,non? Mdr!

     8

    Alerter
  • Sandrine // 04.06.2018 à 09h59

    A noter que les nazis préféraient le terme « nordique » au terme aryen. Contrairement à ce qui est dit dans le texte, ce ne sont pas les nazis (ni même Gobineau) qui ont donné une « coloration biologique «  au terme aryen ; l’idee d’une race aryenne a été un grand sujet de recherche scientifique pendant tout le 19e siècle

     5

    Alerter
  • marc // 04.06.2018 à 10h48

    par la voie de l’ambassadeur iranien en allemagne, les nazis ont possiblement suggéré de rendre officiel le changement de nom mais il est clair qu’ils n’en sont pas à l’origine

    c’est un détournement abusif de bhl pour justifier un antisémitisme iranien fantasmé

    en effet, il y a une communauté juive en iran de 25000 personnes et “La Constitution iranienne attribue à la minorité juive, comme aux minorités chrétienne et zoroastrienne, un député au Parlement”

    les nazis s’intéressaient beaucoup à la région puisque ces habitants sont des aryens….ils y firent des fouilles archéologiques importantes

    il faut dire aussi que les premières croix gammées (et non les svastikas) ont été trouvées en mésopotamie https://fr.wikipedia.org/wiki/Croix_gamm%C3%A9e_nazie#Origines_du_symbole (et que nazi est aussi le début du nom d’un roi iranien https://en.wikipedia.org/wiki/Nazi-Maruttash )

     2

    Alerter
    • Christian Gedeon // 04.06.2018 à 12h01

      Nazi du roi n’a rien à voir avéc nazi qui est la contraction de national socialiste…vous faites,un peu,du BHL là…

       11

      Alerter
  • max // 04.06.2018 à 10h57

    Pendant la seconde guerre mondiale, l’ambassadeur d’Iran, Abdol Hussein Sardari, a Paris falsifia plus de 1.000 passeports pour des juifs afin de leurs accorder la nationalité iranienne et de les sauver.
    https://en.wikipedia.org/wiki/Abdol_Hossein_Sardari
    A une période ou les relations entre l’Iran et Israël sont vives c’est à rappeler.

     19

    Alerter
    • Zoroastre // 04.06.2018 à 16h42

      Ambassadeur du Roi Aryen Reza Chah, c’est à rappeler, car aujourd’hui l’Iran qui est en mauvaise relation avec Israel, est sous le joug d’un régime d’occupation, ethniquement et religieusement sémitique.

       2

      Alerter
  • Max31 // 04.06.2018 à 12h03

    Aucune preuve matérielle, aucun témoignage…
    Vitement que Michel Onfray s’empare de cette affaire avec le talent qu’on lui connait !

     4

    Alerter
    • Jean-Paul B. // 06.06.2018 à 13h03

      C’est vrai que Michel Onfray est un spécialiste réputé de “l’à peu près” si l’on veut bien se souvenir de la découverte de l’Amérique par les Vikings au Xème siècle de l’ère commune. Découverte “attestée” par la découverte d’un drakkar dans le Tennessee (cette découverte était en réalité un canular, mais M.O l’a pris (sur internet!) pour argent comptant,c’est un peu son J-B Botul à lui!).
      Imposteurs ces deux “philosophes” auto-proclamés.

       2

      Alerter
      • Julia // 06.06.2018 à 15h13

        Les Vikings ont bien découvert l’Amérique, notamment le fils d’Erick Le Rouge. C’est un fait historique avéré. Après la fonte des glaces, ils longeaient le Groeenland jusqu’au Canada où l’on a retrouvé quantité de vestiges. A noter que le Canada est américain, l’Amérique étant un continent. M. ONFRAY est sans doute plus philosophe qu’historien. Ceci n’enlève rien à son talent.

         0

        Alerter
        • Emmanuel // 07.06.2018 à 06h28

          Cette idée que qui que ce soit à découvert l’Amérique est révélateur d’une forme de pensée déformée. L”amérique était habitée avant ! Idem sur ce concept d’aryen, comme tout concept ethniciste (pour ne pas dire raciste) qui essentialise et donc fausse la réalité (souvent au service d’une idéologie avec des visées politiques). Au fait sommes nous gaulois (d’après les romains ou d’après Sarkozy (sic !)), celtes, germains (ou plus exactement francs), gallo-romain (ou gallo-americain, pour citer un de nos fameux auteur contemporain), latins (et donc, si j’ai bien compris ici, d’origine indo-europeenne, et donc avec des origines aryennes justement), judeo-chretiens, ou pourquoi pas normands,, sans compter tous les autres et tres nombreux et importants apports au fil du temps….et l’histoire ne s’arrête pas là . Assigner à une prétendue origine unique est une totale vue de l’esprit …(le contraire de la pensée complexe).

           0

          Alerter
          • Destartine // 07.06.2018 à 07h13

            Le terme d’Aryens désigne le rameau asiatique de la famille indo-européenne. Un Européen ne peut donc pas, par définition (et contrairement aux délires des théoriciens racistes du début du 20e siècle), être un Aryen.

             0

            Alerter
  • Asasasa // 04.06.2018 à 12h14

    Dire qu’ en France ce genre d’individu, au service d’une idéologie intégriste, nourrie depuis des siècles l’errance, se permet de porter le noble adjectif au sens large du terme donc ” le philosophe”
    La philosophie de ce charlatan est fondée avec quelques mots hystoriques et archeologiques utilisés sans aucun gene dans les soirée parisiennes ou dans des commissions télé ou radio.
    Pour se faire une place au près des individus louches comme SARKOSI ou Nethanyahoo, cette opportuniste de bas de gamme n’hésite même pas salir l’histoire, même son propre histoire.
    Reprochant à 8 milliards sur terre d’être anti sémite, lui comme son ami académicien et sa complexé consoeur, sont capables d’inventer n’importe quelle histoire, et si par malheur quelqu’un ose répondre à leurs mensonges et leur hystérie, ils deviendront victimes et criront au antisemitisme

     4

    Alerter
  • Destartine // 04.06.2018 à 12h27

    Quoiqu’il en soit, les Iraniens SONT des Aryens (tout comme les Indiens, les Pakistanais, les Pachtounes…). Je ne vois donc pas ce qu’il y a de gênant à ce qu’ils continuent d’appeler leur pays Iran. Les Allemands, eux, ne sont pas, n’ont jamais été, des Aryens. Laissons donc les délires de Hitler où ils sont: dans les poubelles de l’histoire. De plus, je pense que le fait de s’appeler à nouveau “Perse” pourrait exacerber chez eux le sentiment nationaliste, voire impérialiste.

     3

    Alerter
    • Sandrine // 04.06.2018 à 13h00

      Vous allez un peu vite la…
      Il est vrai que le concept de langues indo-européennes est depuis peu fortement remis en cause… mais ne s’agit-il pas d’une énième marotte universitaire? Après avoir considéré pendant 2siecles que les invasions indo-européennes étaient un fait avéré sans beaucoup de preuves, on considère maintenant que c’est une stupidité (y compris le concept de langues indo-européennes) … en se basant sur tout aussi peu de preuves…

       7

      Alerter
  • L’esprit de darius // 04.06.2018 à 12h34

    Voilà que ce nostalgique du nazisme BHL tente de faire revivre le nazisme dans les esprits en désignant un peuple qui n’a jamais eu aucun lien avec les nazis. Ras le-bol. Encore un qui veut faire porter aux autres ses ingnominies croyant alléger ses propres péchés et pensant duper Dieu. Le mot infidèle cité dans le Coran était certainement pensé pour désigner ce genre de personnage.

     4

    Alerter
  • Villegagnons // 04.06.2018 à 12h38

    Historiquement, c’est la linguistique du 19ème qui a remis au gout du jour le terme “Iranien”. (Cf. par exemple, le livre d’Henriette Walter, “L’aventure des langues en Occident”. Les recherches sur l’origine des langues ont amené les linguistes à fonder l’identité “indo-européenne” sur ce groupe linguistique dont la racine est la langue iranienne de la culture Perse (branche indo-iranienne). Bien sûr, le nazisme a épousé cette thèse qui lui donnait un accès aux fondations premières de l’Europe que cette Idéologie souhaitait construire (Cf, Les livres de Chapoutot). Il y a donc la langue iranienne et la culture perse. La langue iranienne est parlée en dehors de la Perse alors que la Perse est en Perse. Mais nous parlons iranien assez souvent et le christianisme a véhiculé beaucoup de doctrines perses. Le premier contact historique fut fait avec l’Occident (en Grèce) par les Maguséns qui étaient les Mages de la culture Perse. On leur doit les ‘Rois Mages” du nouveau testament par exemple. Mais Les Grecs ont souhaité masquer l’ensemble de ces emprunts théoriques, ce que les philosophes depuis F. Nietzsche n’ont cessé de rappeler. C’est donc de bon droit que ce peuple, qui parle une langue iranienne reconnue par l’Occident, a recouvré le droit de se nommer “Iranien”. Y voir une machination politique est semble-t-il une vue de l’esprit; il faudrait plutôt y voir une influence de la linguistique du 20eme qui a éclipsé la philosophie jusqu’au structuralisme.

     6

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 04.06.2018 à 12h53

    BHL est un idéologue, un vrai de vrai qui n’est qu’un dualiste, un manichéen au premier degré qui va diaboliser le Brexit par une pièce de théâtre comme il diabolise l’Iran par son nom ancien et que pour lui, il y a la lumière et les pures ténèbres. Et ainsi, conseiller du prince, il est de l’école du pouvoir. Il a un droit de parole que peu ont en France et dans le monde parmi même les savants, sans parler des citoyens soupçonnés sur internet de véhiculer le populisme et sur ce qui en serait l’origine: l’extrémisme. Il y a des -sages- qui n’en sont pas.

     3

    Alerter
  • fox 23 // 04.06.2018 à 13h17

    BHL est loin de tout ça, comme d’habitude, il roule pour l’impérialisme US et participe, à sa mesure, à la préparation des (petits) esprits dans l’optique d’une prochaine agression des étasuniens seuls ou en compagnie de leurs représentants au moyen-Orient, Israël contre l’Iran.
    L’enfumage est en marche !

     12

    Alerter
    • Sandrine // 04.06.2018 à 14h09

      Oui.
      Se rappeler que la dynastie Palavi à laquelle on doit ce retour au nom antique de l’Iran s’est distinguée par son souverainisme (Suite notamment à la terrible famine de la fin de la 1ere guerre mondiale dans laquelle l’armee impériale anglaise a une grande part de responsabilité)
      L’influence allemande par rapport au changement de nom est peut-être vraie, d’ailleurs. Ce ne serait pas la première fois où les Allemands auraient encouragé les mouvements nationalistes pour faire pièce à l’imperialisme anglais et allemand.

       2

      Alerter
  • Spartel // 04.06.2018 à 13h24

    Botul est un imbécile au service des néocons en guerre perpétuelle depuis la colonisation du Nouveau Monde.
    Quand je pense que ce monsieur est né à Rachgoun, Algérie.
    Cette haine du monde arabe et musulman me surprendra toujours, surtout à la lecture de l’histoire contemporaine, aussi bien au Maghreb qu’en Orient, car le nazisme est européen assassinant les Juifs européens.
    Que ce monsieur relise l’histoire des liens entre le roi du Maroc, Mohamed V et les Juifs marocains ou la protection des musulmans d’Algérie aux Juifs algériens face aux extrémistes à la solde de Pétain qui voulaient livrer les Juifs aux nazis.
    Nous vivons une époque de merde et elle se lit sur le visage de BHL.

     11

    Alerter
    • Alfred // 04.06.2018 à 15h07

      Vous sous estimez grandement ce monsieur, son intelligence et son fanatisme.

       2

      Alerter
  • Balthazar // 04.06.2018 à 13h52

    C’est vraiment énorme comme article.
    Heureusement que vous êtes là pour nous en parler tout en nous donnant des clés de lecture.
    Cela fait un moment que je n’ai pas vu l’entarteur frapper. Il a pris sa retraite ? Ou bien fiché S il est mis à l’ombre pour “notre” SSécurité.

     5

    Alerter
  • Scrib // 04.06.2018 à 14h51

    J’invite tout les lecteurs à lire les droits de réponse dans l’article d’origine. Ca faut son pesant d’or 🙂
    Pauvre BHL !
    Vous comprendrez surement, entre les lignes, qu’en plus de faire de la propagande, ils s’est fait traiter de manipulateur par un des auteurs qu’il cite !

     6

    Alerter
  • Galien // 04.06.2018 à 14h51

    J’ai un vieil atlas géographique de 1872. Il y est écrit: “Perse ou Iran”. Fermez le ban.

     6

    Alerter
  • D’Aubrac // 04.06.2018 à 14h56

    Bravo pour cette magistrale claque au pathétique bouffon aux mains rouges.

    Mais par pitié, quand abandonnerez-vous cet effroyable ” fake-news” directement venu du langage des Maîtres,
    et qui dit assez bien à quel point nos intellects sont colonisés ?

    Nous disposons d’une pluralité de mots désignant le fait, chacun avec sa nuance et sa couleur ! Boniment, craque, canular, mensonge, falsification etc…

    S’agissant de BHL, un mot me semble particulièrement illustratif du personnage : bobard !

     4

    Alerter
  • Letellier // 04.06.2018 à 15h22

    Cette interprétation (ce livre sort, comme par hasard à un moment de grande tension dans cette région) n’est-elle pas liée aux problèmes de l’Iran avec Israel et l’Amérique afin de donner un sens particulier et dans une direction conforme aux aspirations de ces deux pays ? L’Iran est dangereux parce qu’il porterait en germe des principes nazis comme la Libye en dernier lieu portait des germes dictatoriaux et rétrogrades dangereux pour nos démocraties et qu’il fallait combattre (avec quel résultat…)!

     5

    Alerter
  • Raplan // 04.06.2018 à 15h53

    Il faudrait un jour poser la question radicale : pour qui et quoi BHL travaille-t-il ? On peut estimer qu’il poursuit sa soif de notoriété jusqu’à la folie d’amorcer la destruction d’un pays, la Libye. On peut aussi voir que son attention se porte tout autour d’Israël, de la fragmentation des pays qui l’entoure. On peut aussi dire à ce propos que c’est le fait d’une passion Israélienne personnelle. On peut tout de même s’interroger si cette passion ne relève pas d’autre chose, beaucoup plus grave.
    On pourrait aussi enquêter sur ses moyens de subsistance. On sait qu’il a hérité d’une fortune environ 150 millions d’euros à l’origine, placée à droite à gauche (quelques informations transparaissent). Pour le reste, il n’a aucune autre activité rémunérée et/ou assez rémunérée (Grasset, LRJ) qui expliquerait son train de vie dispendieux de notoriété publique.
    Pourtant, cherchez partout, vous ne trouverez aucune société, SCI, etc., en France dont il serait le dirigeant ou le propriétaire. Alors quoi ? BHL stock 150 millions sur ses comptes bancaires courants et autre produits financiers attachés à ceux-ci ? Qui peut y croire ?
    La réalité est que personne n’a sérieusement enquêté sur ce personnage.
    Qu’à force d’en donner la vision d’un philosophe foutriquet, on passe à côté de l’essentiel.

     10

    Alerter
    • BlueMan // 04.06.2018 à 19h43

      La réponse à la question est simple :

      En 1 : pour Israël. ^^
      En 2 : pour maintenir la fausse démocratie actuelle, celle ouverte aux 4 vents des lobbies économiques, financiers, sociétaux, et étrangers (Israël notamment) qui permet d’écarter du pouvoir le peuple en le rendant impuissant politiquement afin que ces oligarques en profitent un max et perpétuent ce système inique dont ils profitent heure après heure (Attali est aussi dans le même cas, notez le bien).
      En 3 : pour son égo de vanité, de narcissisme.

      C’était quand même pas compliqué de le déterminer…

       4

      Alerter
  • Zoroastre // 04.06.2018 à 16h37

    Excellent article et merci pour l’effort de débunckage !

    Juste une petite correction, les iraniens zoroastriens ont fondé quatre empires :
    1er) Empire Mède (c’est les mèdes qui conquirent l’empire assyrien)
    2nd) Empire Achéménide (Médo-Perse).
    I) Interlude Alexandre le Grand / Séleucids
    3eme) Empire Arsacide, dynastie parthe réunissant les peuples et maisons nobles perses, mèdes et parthes (les parthes étaient originaires du Khorassan)
    4eme) Empire Sassanide, dynastie perse réunissant les peuples et maisons nobles perses, mèdes et parthes.

    Des mèdes (empire fondé en 678 av JC) jusquà la fin des sassanides (651 ap JC), nous avons quasiment 1000 ans de continuité civilisationnelle imprégnée par le zoroastrisme.

    Et même après la chute des sassanides, durant 400 ans des royaumes zoroastriens persistèrent en Iran et résistèrent à l’envahisseur arabo-musulmans.

    BHL est un abruti ! Il est dans son réflexe pavlovien de vouloir effacer le terme Aryen à cause des crimes nazis de la seconde guerre mondiale. Cet abruti n’a pas compris qu’une Iran qui rejetterait l’islam et qui affirmerait son identité Zoroastrienne et Aryenne serait le meilleur allié d’Israel en tant Nation des juifs tout comme l’ont été les empires iraniens sous le règne des empereurs zoroastriens (c’est bien Cyrus le Grand, empereur Aryen Zoroastrien qui libéra les juifs du joug de leurs cousins sémites assyro-babyloniens et qui finança le retour des juifs en Israel et la reconstruction de leur Temple sacré). C’est dans l’intérêt d’Israel et du peuple juif que l’Iran redevienne Zoroastrienne et Aryenne !

     10

    Alerter
  • charles-de // 04.06.2018 à 17h04

    Je pense beaucoup plus simplement que l’influence allemande a pu avoir du succès en Iran soumis à l’influence anglaise, comme en d’autres temps et en d’autres lieux, l’influence américaine s’est implantée en Arabie face à l’anglaise, l’influence allemande en Egypte dans les années 1930 face à l’anglaise (voir le pedigree de Sadate), l’influence allemande face à la française en Bretagne pendant l’Occupation, ou l’influence romaine en Gaule face à l’invasion helvète. Le grand principe étant “Les ennemis de nos ennemis sont nos amis”, ce qui a d’ailleurs très souvent tourné au drame pour ceux qui y ont cru !

     1

    Alerter
  • gewargios // 04.06.2018 à 17h43

    perse est le nom arabe des ´´alfources’´.qui est en rapport avec cheval…et les iraniens se sont toujours appelés ´´iranis’´ alors que les arabes les aapelaient ´´fources’´ cavaliers……et le monde a suivi l’appelation…..comme le cfe turc qui est en fait. arabe etc…les denominations changnt d’un pays a l’autre..

     0

    Alerter
  • BlueMan // 04.06.2018 à 18h10

    C’est pire qu’une fake news : c’est du révisionnisme intéressé : il veut prouver que face à Israël, l’Iran serait un pays nazi… : “ce sont les derniers à ne pas s’être dénazifiés”.
    Ahurissant !
    Aucune limite !
    Mais qui arrêtera BHL ?

     9

    Alerter
  • martin // 04.06.2018 à 18h43

    On aura remarqué que la brillante invention de BHL vient à point nommé pour appuyer la campagne de fabrication du consentement à la guerre contre l’Iran, qui est, on l’aura remarqué, la nouvelle cible des néocons. Le sieur Bernard joue donc son rôle de “leader d’opinion” (ouarf) en créant un lien “subtil” (je pouffe) entre l’Iran et le nazisme. Il n’a pas compris ce que les généraux US ont dores et déjà clairement expliqué aux “élites” (débiles) de Washington, à savoir que s’attaquer à l’ Iran risque de faire très mal aux forces US (ouch! Ca va piquer fort!). Mais la ligne Washington – Paris semble avoir pas mal de friture en ce moment.

    Ce garçon est vraiment très sot, il ne voit pas l’histoire tourner sur son axe, il se croit encore dans les années 2000.

    Consternant!

     7

    Alerter
  • Fritz // 04.06.2018 à 19h18

    Noël Godin, tu dors ? BHL réclame une nouvelle tarte à la crème !
    Il est en manque !!
    https://www.youtube.com/watch?v=iKd70C-Cx9M

     4

    Alerter
  • . // 04.06.2018 à 21h15

    Je me permet d’ajouter à ma précédente intervention la contradiction à l’affirmation par BHL ” l’Allemagne et la France ont fait le nettoyage après la fin de la guerre après 1945″.
    De nombreux collaborateurs et cadres nazis ont continué à exercer tant dans le privé que dans l’administration.
    Par exemple,un chancelier allemand a été démasqué comme étant un ancien SS,toute l’administration nazi a été conservée tant dans l’industrie que dans la justice.
    Quand à la France,la collaboration très importante tant dans l’administration que dans l’industrie n’a pas été épurées.Certes,à la libération de nombreux assassinats ont eu lieu mais pas dans les élites ,pour mémoire Touvier,Papon…
    mais aussi nombre de dirigeants d’industrie collaborateurs ont fait partie de gouvernements à partir de 1946 et dans les années cinquante.
    Pour une information sure avec toutes les références, à partir des archives nationales ,se référer aux travaux de l’historienne et chercheuse Mme Anne Lacroix-Riz

     6

    Alerter
  • . // 04.06.2018 à 21h38

    La conduite à tenir ,après lecture ou audition d’une assertion tonitruante(comme celle du moment) ou réservée:-le fait,les preuves et la possibilité d’une véritable contradiction.
    Si ,de tels éléments ne sont pas réunis,le DOUTE à minima est impératif, l’attribution au seul orateur ou écrivain de l’assertion sont les suites à donner!

     0

    Alerter
  • Gavroche // 04.06.2018 à 21h54

    [modéré]
    Le mot Iran vient de l’ancien perse, Eranshahr, qui signifie « la Terre des Aryens ».
    Et la Perse était effectivement le pays des “aryens”, installés là 2000 ans avant JC.

    Pour faire court : dans cette région, à l’époque, la religion était le mazdéisme, le zoroastrisme, en bref, un dualisme. Ces religions, avec le bogomilisme (venu de Bulgarie) ont directement inspiré la religion cathare, chez nous.

    Et quand on connaît la fascination des nazis pour l’ésotérique, et notamment pour les cathares, on comprend comment le dénommé BHL a pu franchir la ligne. Une de plus.

    Amalgame, quand tu nous tiens.

     1

    Alerter
  • openmind // 04.06.2018 à 22h09

    Le très gros problème n’est pas que ce funeste personnage dise des mensonges, c’est surtout qu’on les lui laisse dire sur France 2 devant des millions de personnes et sans contradicteurs, comme on a laissé dire pis que pendre des musulmans par un Zemmour il y a quelques années. La montée des tensions est unilatérale et on commence à comprendre de plus en plus d’où elle vient et comme diraient certains, BHL a fait plus pour la montée de l’antisémitisme que quiconque.

     8

    Alerter
  • Julia // 04.06.2018 à 23h23

    Les Aryens, population d’origine indo-européenne, qui à partir du XVIIIe s. av. JC se répand d’une part en Iran, d’autre part dans le nord de l’Inde. En Iran, ils s’installent sur le plateau iranien. Au IXe s av. JC leurs descendants les Mèdes et les Perses atteignent la chaîne du Zagros. Fin du VIIe s. les Mèdes posent les bases de la puissance iranienne. 550av. JC Cyrus le Grand de la dynastie des Achéménides détruit l’Empire Mède et fonde l’Empire Perse.
    Hitler a fait le choix de la croix gammée, la Svastika en sanskrit et signifiant : « qui conduit au bien-être». Il est émis l’hypothèse que ce signe est une marque caractéristique de la conquête aryenne, car on la trouve un peu partout.
    En Inde la Svastika possède un caractère sacré, c’est un signe mystique.
    Or les Tziganes qui sont d’origine aryenne et parle l’aryen ont été persécuté et massacré par Hitler. On n’en parle peu, la shoah a tout occulté y compris les résistants, les ecclésiastiques, les homosexuels et d’autres encore.
    Cette race pure d’Hitler est une invraisemblable erreur de génétique. De plus, pas un seul de ces chefs nazis ne correspond à la description de cette race supérieure, à commencer par Hitler complètement à l’opposé et qui par conséquent était le premier à éliminer.

     4

    Alerter
  • Muhamar // 04.06.2018 à 23h26

    Tout ceci s’inscrit dans la mise en pratique de l’adage qui dit que “un mensonge répété mille fois devient la Vérité” ( Goebbels ? ). Ici, il se trouvera des gens qui n’auront pas cherché plus loin, qui écouteront d’une oreille distraite, et qui cautionneront sans broncher n’importe quelle guerre contre l’Iran, puisqu’on leur répète à toutes les sauces que l’Iran est un pays nazi, etc… BHL prépare le terrain, souvenons nous qu’il a commencé sa funeste carrière il y a déjà bien longtemps, et a déjà connu beaucoup de succès par le passé dans ses oeuvres…

     8

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications