Les Crises Les Crises
24.janvier.201824.1.2018 // Les Crises

[Vidéo] Olivier Berruyer : “Faites-nous confiance, on va vous dire ce qui est vrai !”

Merci 245
J'envoie

Source : Polony TV, Kevin Boucaud-Victoire, 20-01-2018

Invité de Kevin Boucaud-Victoire sur Polony TV, Olivier Berruyer livre ses analyses et ses inquiétudes au sujet de la loi du gouvernement afin de lutter contre les “fake news”. Quel(s) risque(s) pour la liberté d’expression et la démocratie déjà menacées ? Olivier Berruyer touche quelques points sensibles et soulève pas mal de questions. Questions qui ne seront certainement pas abordées par les personnes en charge du projet, à moins d’un miracle.

Régulation de l’information, lutte contre les “fake news”, lutte contre l’apologie du terrorisme et le “complotisme”, les rumeurs, etc… Autant de motifs invoqués pour tenter de museler des voix dissonantes, mais seulement pendant les élections… pour l’instant. Dérive vers une censure ou plutôt vers une autocensure suggérée et intériorisée ? Quand un Etat tente d’impose par la loi ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, ce que les gens doivent croire et réfuter, est-ce que c’est encore une démocratie digne de ce nom ?

Olivier Berruyer revient également rapidement sur l’outil de décrédibilisation du journal Le Monde, le Decodex, le “Fact-Checking” version américain versus le “Fact-Checking” français, l’étude de la fondation Jean Jaurès sur le complotisme en France et le traitement médiatique de la Russie.

L’entretien est à regarder ici : Olivier Berruyer : “Faites-nous confiance, on va vous dire ce qui est vrai !”

Source : Polony TV, Kevin Boucaud-Victoire, 20-01-2018

Commentaire recommandé

Fritz // 24.01.2018 à 07h08

« L’idée que finalement, c’est le pouvoir qui va dire “Je vais vous dire la vérité”, c’est dans un régime totalitaire qu’il y a ça”, souligne Olivier Berruyer (9’50). En 1967, le procureur Garrison avait fait la même remarque, dans son droit de réponse à NBC : « C’est un concept totalitaire ».

Si vous n’êtes pas des moutons, si vous vous posez des questions, c’est que vous êtes complotistes, car comme le disait le maître à penser des fact-checkers, Rudy Reichstadt, le doute est la porte ouverte au conspirationnisme (19′). Nous sommes tous des complotistes en puissance ? A l’instar de René Descartes : le doute pour sortir de la prison scolastique.

52 réactions et commentaires

  • Fritz // 24.01.2018 à 07h08

    « L’idée que finalement, c’est le pouvoir qui va dire “Je vais vous dire la vérité”, c’est dans un régime totalitaire qu’il y a ça”, souligne Olivier Berruyer (9’50). En 1967, le procureur Garrison avait fait la même remarque, dans son droit de réponse à NBC : « C’est un concept totalitaire ».

    Si vous n’êtes pas des moutons, si vous vous posez des questions, c’est que vous êtes complotistes, car comme le disait le maître à penser des fact-checkers, Rudy Reichstadt, le doute est la porte ouverte au conspirationnisme (19′). Nous sommes tous des complotistes en puissance ? A l’instar de René Descartes : le doute pour sortir de la prison scolastique.

      +96

    Alerter
    • Etienne2 // 24.01.2018 à 10h16

      Hélas, l’histoire nous montre que les régimes totalitaires obligent les populations à être des moutons, il n’y plus trop de choix passé un cap; le chantage, travail,nourriture, logement, carrière fonctionne à merveille surtout vis à vis de population rendue dépendante et de moins en moins autonome: la question de sécurité pour soi-même et les siens demeure prioritaire… après penser autrement ou avoir telle ou telle opinion devient risqué c’est ce qui est dit dans la vidéo: l’auto-censure.Nous en sommes pas à ce point heureusement mais l’alerte n’est pas donné pour faire le buzz.
      Ce qui est dangereux dans ce sondage, ce n’est pas uniquement qu’il soit peu crédible, c’est un mélange de sujets et ça part dans tous les sens, ex: l’attentat de Kennedy n’est pas à mettre sur un même plan que la croyance en la terre creuse, c’est plus qu’un simple indice pour rejeter ce prétendu sondage.

        +19

      Alerter
      • lemoine001 // 24.01.2018 à 16h36

        L’usage intensif de l’adjectif “totalitaire” n’apporte rien à la compréhension. Cela renvoie à un concept “écrase tout” (celui de totalitarisme) qui mêle les choses les plus diverses et contradictoires, qui dispense de toute analyse sérieuse. Pourquoi cette question des fausses nouvelles est-elle posée maintenant et partout ou presque dans le monde. Quelles fragilités cela révèle-t-il ? Quels mensonges et quels intérêts cela veut-il protéger.
        Le fait est que nous sommes soumis depuis des années à une véritable propagande de guerre. Et ceux sont ceux-là mêmes qui nous l’imposent qui dénoncent les “fakes-news” (car ces gens-là ne savent plus parler français – leur “monde libre” est anglo-saxon, américain plus exactement.)

          +37

        Alerter
        • jm // 25.01.2018 à 09h40

          Je crois au contraire que le terme Totalitaire est celui qui désigne le mieux l’évolution d’ensemble de ces dernières années en occident et en France hélas tout particulièrement, évolution d’ensemble dont l’hystérie anti fake news n’est qu’une facette, qu’une.

          Non seulement il n’empêche pas de penser, mais il éclaire en mettant l’accent sur la cohérence d’ensemble de cette évolution dans ses diverses manifestations où un regard inattentif ne verra aucun lien entre elles et aucune logique et cohérence d’ensemble.

          Au contraire, c’est excusez moi votre approche “propagande de guerre” qui empêche de penser, car elle rétrécit la lorgnette à une seule chose, et ne permet pas d’appréhender l’ensemble de cette évolution, de comprendre. C’est bien commode cela dit…

            +5

          Alerter
  • Fritz // 24.01.2018 à 07h21

    Nous devons rester vigilants sur les principes : car pour s’attaquer à un principe aussi fort que la liberté d’expression, le Pouvoir utilise un exemple choquant, extraordinaire. Le projet de loi annoncé par le président Macron le 3 janvier ne se limitera pas aux périodes électorales.
    Comme l’état d’urgence, il deviendra permanent : ce sera un état d’urgence informationnel.

    Olivier cite l’assassinat de J. Kennedy comme exemple d’un doute largement partagé (70 % des Américains). L’article Wikipédia parle lui-même d’un “doute jamais levé”, est-ce là une source conspirationniste ? Le reporter Léo Sauvage, les historiens Trevor-Roper et Thierry Lentz seraient-ils des “complotistes” parce qu’ils doutent fortement des conclusions de la commission Warren ?

      +50

    Alerter
  • Emmanuel // 24.01.2018 à 08h37

    En effet, un mise au point s’avère bien nécessaire… et pour compléter le sujet, voir l’émission de France Culture (une fois n’est pas coutume), “Fake news : le vrai du faux” , invité Frédéric Lordon – La grande table, 2ème partie – Le 19/01/2018….ah, Orwell, 1984 et le ministère de la Vérité…

    MOD je rajoute le lien :https://www.youtube.com/watch?v=_r_ljiBQNNQ

      +14

    Alerter
    • Ben // 24.01.2018 à 13h27

      On y entend Antoine Mercier affirmer que depuis la crise de 2008 “globalement ça va mieux… ” et même que “en Grèce, ça va mieux”. En Grèce ça va mieux !!! Tout ça tranquillement. Comme il dit cette énormité en direct et face à Lordon, on peut penser qu’il croit à ce qu’il dit. Cela situe à quel distance cosmique se trouve la caste quand elle s’imagine détenir la vérité des “vraies news”. Hallucinant.

        +29

      Alerter
      • Micmac // 24.01.2018 à 20h01

        Il me semble que Mercier est clairement ironique quand il affirme ça. C’est ce qu’il m’a semblé en l’écoutant.

          +1

        Alerter
        • Ben // 25.01.2018 à 09h57

          Détrompez-vous. Il répète comme un perroquet ce que la pensée mainstream répand. Moscovici proclame tous les jours que la Grèce va mieux. Il faut toujours prendre au sérieux ce que dit la propagande. Il y a des gens qui sont payés pour le faire, les meilleurs sont ceux qui y adhèrent, comme ce Mercier. Ils sont très nombreux dans les médias.

            +7

          Alerter
    • Opp’s // 26.01.2018 à 15h59

      Petit complément à la Vidéo de Lordon

      – Son analyse de la crise d’autorité des médias est recevable.
      Oui, l’obsession contre les fake news est juste une réaction des médias tradi débordés par les nouveaux sites qui re-interprètent l’information.
      Mais ce mouvement auquel Macro colle dans le souci d’être à la mode n’a aucun avenir car ce n’est absolument pas celui du système .Le système a besoin d’une information parcellisée, diffuse, contradictoire , peu crédible , voir fausse, qui s’étouffe elle-même. Donc la loi accouchera d’une souris ou ne sera pas.
      – Reste que de mon point de vue malgré tout l’intérêt qu’on peut porter aux informateurs ré-interprêteurs alternatifs , un puissant travail de sape est effectué : ainsi par expl la notion de ‘démocratie’ par les outils classique du suffrage universel et de la représentation parlementaire est-elle détruite pour imaginer des systèmes dans lequel le ‘désir’ de tous les chacun aurait une traduction immédiate illimitée (concept d’ailleurs typiquement capitaliste).
      Ce travail de sape mène à des situations de l’imprévisible où peuvent s’engouffrer de l’impensable.
      – Et c’est bien dans ce sens qu’oeuvre imprudemment Lordon : “Il faut sortir du mythe de la vérité et de l’objectivité” car ce serait “le poison de la politique” avec , cerise sur le gâteau, le refus de toute attitude “réaliste”.
      – Bien sûr, à partir du moment où on pose la liberté d’une construction et d’un débat idéologique en dehors du réel si subjectif soit-il, et de l’idée d’une vérité c’est à dire d’une forme de raison, tout est acceptable et recevable , et devient un produit des humeurs et de la météo.
      Ce faisant d’ailleurs on re-légitime tous les médias et leurs inteprétations puisque tout cadre de référence à disparu

        +0

      Alerter
  • vert-de-taire // 24.01.2018 à 08h46

    La surveillance généralisée du monde par NSA était aussi une fake news de complotistes …
    Le tabac et l’amiante étaient inoffensifs,
    les effets des OGM sur la santé aussi ..

    on en a des tonnes
    de toutes parts on a des exemples
    même les plus rigoureux comme les scientifiques les plus reconnus comme à l’académie des sciences ils tentent ou ont tenté de nous tromper.

    Alors le politique qui par contrainte (un lambeau de principe démocratique) doit nous convaincre !!!

      +22

    Alerter
    • PierreH // 24.01.2018 à 11h36

      Les scientifiques les plus rigoureux tentent de vous tromper ? Est-ce que ça veut dire que j’aurais avantage à ne pas chercher à être trop rigoureux ? Sinon je vais être tenté de vous tromper ??? Je vous avoue ma perplexité… Ne parlez-vous pas d’un très petit nombre de scientifiques ayant des visées politiques et tombant donc dans la catégorie de votre dernière phrase ?
      Je rappelle que dans le monde académique, si on découvre que vous avez bidonné ou que vous prenez de fortes distances avec la rigueur pour conclure un peu n’importe quoi, c’en est fini de votre carrière. Si vous parlez de débats encore ouverts, il est normal, puisqu’il y a débat, qu’il y ait des opinions contradictoires dont toutes sauf une finiront par être fausses. Ca ne veut pas nécessairement dire qu’il y a volonté de tromper, à moins de conclure que chaque personne qui se trompe le fait à dessein pour vous tromper…

        +8

      Alerter
      • porcinet // 24.01.2018 à 14h34

        A peu près tous les scientifiques sont corrompus par intérêt financier. Ce n’est pas parce qu’on est rationnel dans son métier que l’on est honnête.
        Les chiens rappliquent dès qu’il y a des bruits de gamelle !
        Combien de comissions “scientifiques” pour dédouaner Monsanto, Servier, Bayer et compagnie ?
        Et combien qui font des recherches pour appliquer des méthodes qui détruisent l’environnement, fliquent la population, la rendent malade et dépendante ?
        Sans parler du nombre de ceux qui pensent détenir la vérité parce qu’ils sont scientifiques ?
        L’argument d’autorité quand on prétend posséder la démarche scientifique, n’y a-t-il pas comme un paradoxe ?
        Dans ce monde de pognon, personne n’échappe à l’appât du gain sauf à vivre en marge.

          +24

        Alerter
        • Mathieu VV // 25.01.2018 à 14h17

          Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas. La plupart des chercheurs travaillent déjà dans des domaines qui ne concernent pas des enjeux de société. Je travaille par exemple en mathématiques appliquées. Je ne vois pas très bien pourquoi l’industrie me paierait pour mentir…pour dire quoi? Cela n’a aucun sens.

          Et dans les domaines où cela arrive (toxicologie, énergie, …) cela ne concerne qu’une minorité. La raison, c’est que la carrière scientifique de qqn qui ment publiquement est terminée. Je dis bien scientifique: dans le milieu, plus personne ne vous parlera si vous racontez des bobards. Donc regardez le CV académique: qqn qui continue à publier à très haut niveau, il ne raconte certainement pas de conneries.
          Par contre, un gars qui n’a plus d’activité de recherche digne de ce nom, et qui exerce principalement son métier dans les médias ou pour compte d’autrui, alors là oui, on peut être suspicieux. Mais de nouveau: cela ne concernen qu’une toute petite minorité…

            +1

          Alerter
      • vert-de-taire // 26.01.2018 à 12h45

        Oui très peu nombreux sont carrément des menteurs.
        MAIS il faut tempérer ce propos.
        1) La plupart des scientifiques dépendent de l’argent qu’ils reçoivent.
        Cet argent venant de plus en plus du privé ET/OU de politiciens ou très proches.
        2) les publications sont essentiellement américaines – faut-il en dire plus ?
        3) On sait que les études demandés par le privé ont souvent pour condition que le rapport est propriété du/modifiable par/ le payeur. Donc … on a des exemples ‘intéressants’.
        4) l’Académie des Sciences (France donc) a produit des communiqués PLUS QUE DOUTEUX concernant la rigueur scientifique. Donc la quintessence (vue par nos dirigeants ignares comme la population) de la sagesse scientifique ne sont pas fiables.
        5) de très nombreux scientifiques se permettent de répondre à des questions scientifiques en n’y connaissant à peu près rien. Entre malhonnêteté et incompétence au mieux.
        6) QQs rares scientifiques sont carrément malhonnête afin de se gaver, au service d’une grosse entreprise (ou État), leur aura (souvent justifiée) INTERDIT la contradiction – par des scientifiques et autres. exemple connus au hasard : Tabacs, amiante. et des millions de morts excusez du peu.

          +0

        Alerter
    • Artefact // 25.01.2018 à 21h06

      C’est la contrainte elle-même qui part en lambeaux. Gare !

        +0

      Alerter
  • Hervé // 24.01.2018 à 08h49

    Olivier, dans cet ITV, ta langue a fourché: à 13mn tu parles du “Newyorker” à la place du “New York times” !

      +1

    Alerter
    • jm // 24.01.2018 à 10h38

      Non, il n’a pas fourché je crois, il pensait bien au journal Newyorker.
      Mais en fait il semblerait que ce soit plutôt le magazine américain Time qui a été le premier à faire du fact checking avec équipe dédiée à ça.

        +1

      Alerter
  • Serge // 24.01.2018 à 09h02

    Les mensonges de nos médias sont énormes et flagrants. Même si on les attrape en flagrant délit il ne faut pas espérer à un démenti de leur part. A titre d’exemple on peut citer la chaîne belge RTBF qui a passé les rebelles du Donbass pour les courageux soldats ukrainiens. Ce fait a été révélé par le journaliste belge Michel Colon: https://www.investigaction.net/fr/RTBF-prise-en-flagrant-delit-de/,
    ou encore les mensonges propagés par l’Obs sur les élections en Russie: http://www.bestrad.pro/elections-en-russie-navalny-et-propagande-de-l-obs-1
    Faux et usage du faux est aujourd’hui monnaie courante de nos médias….

      +28

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 25.01.2018 à 07h49

      Dans les médias et ailleurs. C’est ce qu’on subit également dans les services sociaux. C’est pour cela que je pense qu’il faudrait déblayer ce phénomène qui colle psychologiquement à l’humanité. Dans le but d’éviter des catastrophes, il faudrait que ce soit analysé par des psychologues chevronnés, intelligents et indépendants.

      Pourquoi trouve-t-on tant de gens prêts à être malhonnêtes sans vergogne pour jouer le jeu d’un système ? Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez eux ?

        +2

      Alerter
  • Nerouiev // 24.01.2018 à 09h29

    Ce qu’ignore encore le Gouvernement c’est que le chef de l’Etat sera alors le chef du régime ; ça va en faire rire plus d’un à l’étranger, mais pas nous.

      +7

    Alerter
    • Kiwixar // 24.01.2018 à 20h36

      Macron, le président des riches, est déjà le chef du régime… vu le nombre de Français qui ont faim.

        +9

      Alerter
  • commentaire // 24.01.2018 à 09h55

    Voici comment on traitait des “fausses informations” dans la presse il y a seulement quelques années. C’était systématiquement une accusation portée par le pouvoir contre ce qui lui déplaisait.
    – 13 janvier 2010 AFP
    Iran: interdiction d’un hebdomadaire critique envers le pouvoir
    – 14 janvier 2010 LE TEMPS
    Google: Pékin justifie le contrôle public sur internet
    – 16 janvier 2010 LE MATIN
    Liberté d’expression. Le Maroc, ennemi d’Internet ?
    – 15 novembre 2009 AFP
    Syrie: Peines de prison pour des dirigeants d’un parti kurde interdit (ONG)
    – 16 septembre 2009 LE MONDE
    L’affaire Hortefeux met Internet au banc des accusés (à propos des auvergnats..)
    – 10 septembre 2009 AFP
    Maroc: 3 autres journalistes convoqués pour avoir évoqué la santé du Roi
    – 18 juillet 2009 AFP
    Congo: “harcèlement” de journalistes lors de la présidentielle, selon le CPJ
    – 15 juin 2009 AFP
    Gambie: cinq journalistes arrêtés après avoir critiqué le président
    – 27 avril 2009 XINHUA Agence de presse
    Somalie : fermeture d’une radio et arrestation de plusieurs journalistes
    dans le sud
    – 12 mars 2009 LE POINT.FR
    Cybercensure : RSF dénonce vingt-deux pays, dont deux démocraties (ils ont changé RSF…)
    – 6 février 2009 AFP
    Niger : un journaliste condamné à 3 mois de prison ferme
    – 16 janvier 2009 Le Monde
    La Corée du Sud sévit contre la « démocratie en ligne »

    Ca a bien changé.

      +9

    Alerter
  • Philvar // 24.01.2018 à 10h59

    Ce n’est pas 2% mais plutôt 15% puisque l’islam l’impose.

      +1

    Alerter
    • PierreH // 24.01.2018 à 11h44

      Contrôlez la date à laquelle l’Eglise Catholique a admis que la Terre n’était pas le centre de l’Univers et demandez-vous si tous les catholiques français suivaient là-dessus le dogme de l’Eglise…

        +0

      Alerter
      • Fritz // 24.01.2018 à 13h01

        Le géocentrisme est d’abord une hypothèse scientifique, développée par Ptolémée. Et je ne pense pas qu’il ait été un dogme de l’église romaine.

        Quant aux Musulmans qui seraient obligés de croire que la Terre est plate, sans oublier les 15 % “de gens” (en France ?) qui seraient musulmans… Allégations malintentionnées, pour ne pas dire plus.

          +0

        Alerter
  • jm // 24.01.2018 à 11h05

    Bien bien bien… Bonne idée je trouve de lever le lièvre concernant la mentalité de la poignée en caste, et son prolongement qui est l’interdiction de vote pour la majorité de Français ignares et bêtes qui ne sont pas eux.

    Par contre OB n’a pas répondu dans l’ensemble à la question très “gênante” -gênante car les réponses ne peuvent être que politiquement incorrectes – de l’itviewer sur “pourquoi ce phénomène de la volonté par certains de lutte contre les fakes news”.

      +4

    Alerter
    • commentaire // 24.01.2018 à 12h40

      J’ai mis en commentaire plus haut une liste de titres d’articles de presses et de dépêches évoquant des “fausses informations”, il y a de cela seulement quelques années. Cela permet de savoir quel club nous rejoignons désormais (Iran, Chine, Maroc, Somalie, Congo, Gambie…) et peut-être que cela donne une piste de réponse à votre question. Je considère qu’OB y a répondu par l’absurde, en insistant sur cette question : “qu’est ce qu’on fait de quelqu’un qui croit au créationnisme ?”.

      En préparant cette liste (ici reproduite très partiellement) je n’ai vu que peu d’articles évoquant le problème de la mal-information du public, à part pour ce qui concernait la circulation de fausses informations boursières (articles que je n’ai donc pas intégré à ma liste), et quelques politiques qui dénonçaient des “rumeurs”, ainsi que de la prévention contre les “hoax” et “intox” sur internet.

      Cela montre qu’il y a encore seulement quelques années les journalistes dénonçaient les Etats qui utilisaient de l’argument “fausses informations” pour mater l’opposition. Maintenant c’est … plus compliqué.

        +2

      Alerter
      • jm // 24.01.2018 à 15h07

        Non, désolé, OB n’a pas répondu dans cette itw à la question qui était en gros ““pourquoi cette volonté par certains de lutte contre les fakes news”. La réponse en 3 ou 4 points est très politiquement incorrecte remarquez.

        Par ailleurs, il me semble que ce n’est pas le club des pays que vous listez que nous rejoignons peu à peu ; c’est autre chose, de plus sournois, de plus subtil, de plus invasif et pervasif, qui a plus trait au Totalitarisme qu’à la dictature ou au despotisme tel que dans les pays listés par vous.

        Et comme vous le dites c’est en effet “plus compliqué”.

          +6

        Alerter
  • Okkoh // 24.01.2018 à 11h18

    Partir vers un système qui désigne qui a raison et qui a tord, c’est du déjà vu qui crée nécessairement de la défiance.

    Je propose une règle simple : dès lors qu’une information publiée par une personne morale ou physique est démontrée comme fausse ou délibérément inexacte/incomplète, son diffuseur a l’obligation de diffuser l’erratum à un moment d’audience équivalent à celui de la première information. Et on définit un délai max pour le faire.

    C’est une règle simple qui avant tout limite l’à-peu-près, mais qui oblige aussi les démentis et de fait les excuses. Certes, c’est pas super facile à mettre en place, mais ca force la règle du “dans le doute abstiens-toi” sinon la crédibilité des diffuseurs d’informations en prend un coup. On aurait tellement moins de ce brouhaha fatiguant…

      +9

    Alerter
    • Ardéchoix // 24.01.2018 à 11h26

      @Okkoh
      Très bonne initiative, mais j’ai bien peur que nos journaux d’informations soit constitués de 20% des nouvelles du jour, et 80% erratum des informations de la veille. 🙂

        +7

      Alerter
      • LeFredLe // 24.01.2018 à 13h04

        En son temps Coluche disait “la seule chose exacte dans un journal c’est la date”…il serait étiqueté comme “infréquentable” pour moins que ça aujourd’hui.

        Comme le souligne Olivier dans la vidéo ce que pouvaient dire Les Inconnus il y a quelques années serait aujourd’hui impensable…

          +15

        Alerter
        • Owen // 24.01.2018 à 18h05

          Du coup, avec sa remarque, j’ai replongé dans quelques vidéos des Inconnus.

          C’était vraiment frais et tonique, les satires étaient sans concessions et le jeu des attitudes très abouti, sans besoin de verser des jets de fiel, ni accumuler de lourdeurs.
          Pourtant, le sketch des Raptout était chaud dans la socialie sans limite et s’en prendre à l’intouchable lucarne TV était très iconoclaste.
          Je me souviens d’Anne Sinclair leur demander s’ils étaient “poujadistes”.

          Didier Bourdon avait senti dès 2005 la montée de l’acidité qui annonçait déjà cette entrevue d’Olivier Berruyer.
          https://www.youtube.com/watch?v=L49kX5ascVw

            +7

          Alerter
  • Le Veloute // 24.01.2018 à 13h00

    Le gouvernement a la prétention de répondre à une question, pour ne pas dire La Question, qui a nourrit la Philosophie autant que les religions et, plus tard, les sciences : “qu’est-ce que la vérité ?”

    Je lui souhaite bien du courage et de l’inspiration pour un résultat qui ne pourra être que bidonnant tant le projet est, en lui-même, poilant…

    Je lis, ici et là, que ça phosphore en réaction à cette annonce. Et ça phosphore mal, très mal. On se débat dans un jeu (de langage) dont les règles sont édictées et actualisées par d’autres : comment espérer gagner ?

    “On nous prend pour des pigeon !”, soit ! Agissons en pigeon et retournons l’échiquier, selon l’adage.

    Si je suis conspi ? Rohalala, ma petite dame, vous n’imaginez même pas. Bon, ça passé, on commence à parler sérieusement ?

    Je suis facho ? Non, non, non… Je suis le nouveau Kaizer, l’inspirateur futur du 4ème Reich. Bon, cela posé : on peut parler sérieusement ?

    Effet garanti : soit cela en reste là, soit vous vous paierez le plaisir de poutrer un perroquet moins informé que vous. Inestimable.

      +4

    Alerter
  • thecis // 24.01.2018 à 14h50

    Novlangue, ministère de la vérité, Big data… On y va doucement mais sûrement !

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 24.01.2018 à 15h30

    “Faites-nous confiance, on va vous dire ce qui est vrai !” — Il faut nous savoir parfaitement aliénés pour nous parler ainsi. Or nous le sommes

    1. de vouloir croire désespérément au mythe selon lequel ces messieurs-dames sont là pour être «objectifs», pour « nous dire la vérité », etc.

    2. de nous acharner à frapper le rocher du pouvoir dans l’espoir qu’en jaillira cette source pure qui étanchera notre soif de vérité et de justice.

    Or il n’y a plus rien de tel à en attendre: ces messieurs-dames «n’ont plus de crédibilité» (Chris Hedges), n’étant que les agents idéologiques du Pouvoir, prêts à nous communiquer complaisamment tout et n’importe quoi. Notre acharnement donc n’a plus de raison d’être. Il ne nous reste plus qu’à passer outre vers autre chose: nouvelles institutions, nouvel ordre mondial, pouvoir de tous, par tous, pour tous. Si nous y consacrions autant de temps qu’à nous frapper la tête contre les murs du Pouvoir, peut-être verrions-nous renaître l’espoir.

      +8

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 25.01.2018 à 08h07

      “nouvelles institutions, nouvel ordre mondial, pouvoir de tous, par tous, pour tous. ”

      Si nous n’analysons pas ce que nous sommes, pourquoi toutes ces dérives sont possibles, on risque de toujours, encore et encore, y revenir. Il faut chercher à dévoiler la vérité jusqu’au bout, il n’y a pas d’autre issue. Pourquoi de tels systèmes sont possibles ? Il faudrait changer de civilisation en profondeur.

        +0

      Alerter
  • Roiwik // 24.01.2018 à 16h25

    Par principe et par expérience, il est recommandé de vite se sauver lorsqu’une personne faisant partie d’un milieu bancaire ou d’assurance ou vendeur immobilier ou politique vous dit : faites moi confiance ! Il y a de nombreuses années ,un très célèbre avocat dans le prétoire de tribunal cherchait la vérité avec une lampe tempête !

      +3

    Alerter
  • jacqurocant // 24.01.2018 à 17h58

    Depuis que Macron veut faire une loi contre les “fakes New” et bien voici les sondages “Fakes” pour accréditer l’idée que les infos sur internet sont les méchants et les médias mainstream les fiables et crédibles même si ils sont eux aussi sur internet. D’après ce sondage les Français ont davantage confiance (+7 points, c’est pas une paille) à leur médias (presse et radio surtout) mais ils ne font pas confiance à ceux qui parlent ou écrivent dedans. Cherchez l’erreur.

    https://www.la-croix.com/Economie/Medias/confiance-Francais-medias-traditionnels-progresse-2018-01-23-1200908029

      +1

    Alerter
  • LBSSO // 24.01.2018 à 18h25

    Ces républicains qui ont éteint la lumière.
    Depuis quelques temps, la démocratie est sujette à débat. Le peuple peut se tromper (accords de Munich) ou il peut être trompé (« fake news ») , entend-t-on de toute part. Alors , il faut lui dire le vrai, le faux. Ce discours est répandu parmi nos élites républicaines.
    Or comme l’explique R Debray, la République française c’est la démocratie plus la raison. Elle se différencie ainsi de la démocratie libérale et consumériste anglo-saxonne. Or, aujourd’hui cette deuxième jambe de la République ,la raison, est affaiblie : dépérissement de l’école, concentration des moyens d’information ,etc. .
    Aussi, dans une telle situation ,les politiques ont beau jeu de nous expliquer « ce-qui-doit-être pensé ».Cette élite « républicaine » veut se substituer à la raison qu’elle a contribué à affaiblir par ses choix politiques passés.
    Si elle était restée républicaine, elle :
    – entreprendrait de donner un nouvel élan à l’école et assurerait une pluralité des moyens d’information.
    – relativiserait, l’influence réelle prêtée aux « fake news » et autres théories fumeuses.

    Ainsi, elle se rehausserait à la hauteur de ce qu’a toujours voulu être la France , un projet auquel elle a renoncé. Elle n’est plus républicaine. Elle l’ignore encore.Fin de notre spécificité.Entrée dans le moule.

      +7

    Alerter
    • jm // 24.01.2018 à 18h59

      S’il y a bien une personne à laquelle ne pas se référer pour penser intelligemment et raisonnablement République et Démocratie, c’est bien Debray, car la dévotion est l’ennemie de la Raison et de l’Intelligence.

        +2

      Alerter
  • aije69 // 24.01.2018 à 18h54

    A propos de la russophobie ambiante, un sujet abordé dans la vidéo, SVP, peut-on m’indiquer où trouver des informations sur les opinions parmi la population française générale (non la presse) concernant la Russie ?

      +1

    Alerter
  • moshedayan // 24.01.2018 à 21h56

    J’ai pris la peine de taper sur google.fr ” fake news sur Macron diffusées par RT et Sputnik” et je ne suis pas tombé sur des articles très précis (donc aidez-moi à trouver où sont les preuves). Par contre, les deux médias russes ont en effet relayé deux informations négatives sur Macron, lancées par d’autres médias dont des médias russes ( les Izvestia sur Assange ” qui aurait dit avoir des informations, etc…) et je suis tombé sur ce lien
    https://fr.sputniknews.com/international/201703041030328108-macron-sputnik-rt-accusations-fausses-reaction/
    Bref, j’en arrive à cette opinion – je souligne “Opinion” et non pas fait : les principaux responsables de la campagne de Macron me paraissent avoir sciemment agi pour faire “monter la mayonnaise” selon laquelle Poutine avait décidé de saboter la candidature de Macron et d’influencer la campagne française. Ce scénario de “victimisation” est bien connu. Et Macron a refusé toute invitation de Sputnik et RT à présenter son programme -avant même les dites “fake news”. Mon opinion constitue-t-elle une accusation ? une “fausse nouvelle” ?

      +3

    Alerter
    • Fritz // 24.01.2018 à 22h36

      « les principaux responsables de la campagne de Macron me paraissent avoir sciemment agi pour faire “monter la mayonnaise” selon laquelle Poutine avait décidé de saboter la candidature de Macron » : hou, vilain complotiste, vous serez écarlate au Décodex.

      Puisqu’on vous DIT que Poutine A DÉCIDÉ de saboter la candidature de Macron et d’influencer notre élection présidentielle ! Pourquoi douter ? Et pourquoi prenez-vous la peine de chercher des preuves ?

        +3

      Alerter
    • Jules // 25.01.2018 à 00h06

      Voici ce que Macron reproche à sputniknews:

      https://fr.sputniknews.com/france/201703141030461357-patrimoine-macron-anticor/

      Vous noterez l’intervention d’OB.

      Curieusement Macron n’a jamais mentionné les-crises. Par crainte d’un effet Barbara Streisand?

        +2

      Alerter
      • basile // 25.01.2018 à 07h31

        si c’est cela que Macron reproche à Sputnik, il s’est bien gardé de le préciser (ou je n’ai,pas suivi)

        donc s’il ne l’a pas précisé, c’est pour éviter que les électeurs pas au courant de cette affaire de patrimoine (vu la macron-mania des média mainstream) se posent à leur tour des questions.

        Donc silence de A à Z de sa part sur ces 3 millions. Car le seul fait pour lui d’en parler (pourquoi en parle t-il ?) pour se disculper (il cache quelque chose ?), suffisait à semer le doute.

        il accuse donc Sputnik de mensonges, sans dire sur quoi, jouant sur un auditoire acquis (faites moi confiance, ce que je dis est vrai) et jouant sur des décennies de bashing russe qui ont fait leur oeuvre dans l’opinion du français moyen. Tout de qui vient des Russes est forcément propagande.

        quand le camp du bien parle, c’est la vérité, mais pas les Russes.

          +5

        Alerter
  • Galvan // 24.01.2018 à 23h49

    Pour paraphraser Coluche : “Il suffirait que les gens ne regardent plus (les médias “mainstream”), pour que leur propagande n’ait plus aucun impact”

      +6

    Alerter
  • Catherine // 25.01.2018 à 16h40

    Probablement la meilleure interview d’Olivier.

    Ce sujet est essentiel et j’apprécie qu’ Olivier le considère comme tel.

    Ce que je dis peut paraître surprenant parcer que évident, mais pas autant qu’il n’y paraît :

    Olivier pourrait très bien se satisfaire de l’ “auto censure” pourvu que “Dieu” continue de lui prêter vie.

    Or il souligne à très juste titre ce danger qui est sans doute un des plus pernicieux qui se profile et n’entend pas s’en satisfaire.

    Car la peur de l’épée de Damocles, du couperet qui tombe, peut être très eficace et elle fonctionne déjà très bien pour baillonner certains débats.

    Une autre entrave à la liberté d’expression est la méthode de la culpabilisation à outrance par la question qui tue et supprime toute idée de discussion : t’es antisémite ? Complotiste ? négationniste ? antivaccin ? antiméricain ? homophobe ? etc …

    Il y a longtemps que je n’ai plus peur de dire ce que je pense et je m’en porte bien. Mais pour pouvoir se le permettre il faut être en mesure de maîtriser les sujets, preuve à l’appui.

      +4

    Alerter
    • Opp’s // 26.01.2018 à 14h45

      Bonjour Catherine
      Une très mauvaise interview d’OB. Pourquoi ?
      – C’est bien de dénoncer la propagande ‘dans le cadre’ , mais il y a aussi une propagande ‘Hors cadre’ : OB semble réduire celle-ci à rien pour ne parler que de quelques fake-news . Et pourtant Dien sait qu’il s’est battu contre son propre lectorat au sujet du climat et du WTC …
      – La réduction des victimes du complotisme à quelques ‘débiles’ est fausse : même Kevin s’en étonne.
      – La liberté de l’humour dont il parle relève d’un autre pb , celui du nouveau moralisme que portent les courants ‘alternatifs’.
      – L’exemple de la loi anti-terroriste n’est pas bon non plus : oui quelques dérapages (dont ceux de la COP!) , contenus et terminés mais enfin l’urgence était là et le pb est très compliqué à traiter .(Cela contraste d’ailleurs avec son indulgence pour la Russie “à partir du moment où l’on est pas dans des violations gigantesque” …)
      – Le ‘délire’ anti-russe est exact , mais il ne s’agit pas là d’une fake-news mais d’une interprétation , comme OB peut lui aussi en avoir parfois de très courtes.
      – Pour le patrimoine de Macron dire à la fois “y’a pas de pb mais c’est suspect” est quand même . C’est comme le décodex du monde au sujet de “Les-Crises” : Y’a pas de fake-news mais c’est suspect.
      – L’argument de l’autocensure n’est pas nouveau et il est faux : les journalistes du Monde et Libé pensent ce qu’ils écrivent.
      – L’argument qu’OB a vu 3 SDF alors qu Macron a promis qu’il n’y en aurait plus est un peu infantile
      – C’est très bien de pointer les biais des sondages de la fondation Jean Jaures mais encore faudrait-il être plus exigeant dans sa propre argumentation
      Voili-voilou
      Bise

        +0

      Alerter
  • lupo // 25.01.2018 à 19h29

    D’abord on passe au tout numérique dans un monde de bisounours …
    puis on donne les outils d’un contrôle totale,
    a quelques malades mentaux ;o)

    La monnaie prendra la même logique implacable !

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 25.01.2018 à 19h56

    Je signale cet article qui vient de sortir et qui est fort intéressant : https://m.usbeketrica.com/article/comment-medias-rate-virage-numerique Il comporte en particulier ce passage : “Au delà des réseaux sociaux et de ces deux naufrages, les médias ont regardé chaque nouveauté comme un Graal qui allait leur permettre de remonter la pente. Faites une requête sur la phrase “va-t-il sauver la presse” dans votre moteur de recherche favori pour vous en convaincre. On trouve, pêle-mêle, Le Kindle va-t-il sauver la presse ? (2009), L’iPad va-t-il sauver la presse ? (2010), Snapchat va-t-il sauver la presse ? ou encore, en 2017, Le Bitcoin va-t-il sauver la presse ?”

    Ca fait irrésistiblement penser à : les “fake news” vont-ils sauver la presse ?

      +2

    Alerter
  • basile // 28.01.2018 à 10h02

    petit exemple d’information pré mâchée, prête à emporter : élections tchèques : « le candidat pro russe gagne face à son adversaire pro union européenne ».

    Rien de changé en 70 ans. On ne dit plus le communisme et le monde libre, mais les pro russes et les pro UE.

    On voit bien que la Crimée n’a rien à voir là dedans, ce sont bien de vieilles idées préconçues mises au goût du jour. D’ici 70 nouvelles années, ils auront bien trouvé encore un nouveau prétexte.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications