Les Crises Les Crises
22.novembre.201722.11.2017 // Les Crises

[Vidéo] Impôts : pourquoi le prélèvement à la source est une bêtise ! Par Olivier Berruyer

Merci 97
J'envoie

Source : Ecorama, Olivier Berruyer, 15/11/2017

Après une phase de test, le gouvernement vient de confirmer l’instauration du prélèvement à la source en 2019. Une très mauvaise idée, selon Olivier Berruyer, auteur du blog les crises, tant la réforme sera source de complexité et un véritable casse-tête pour les entreprises ! Ecorama du 14 novembre présenté par David Jacquot sur boursorama.com

Source : Ecorama, Olivier Berruyer, 15/11/2017

Voir la chaîne Youtube de Boursorama ici


Et comme on ne s’en lasse pas :

“On ne revivra pas la crise de 2007 mais plutôt une secousse boursière classique, et les plus malins en profiteront !”, selon Alain Minc

Source : Ecorama, Alain Minc, 14/11/2017

Impôt à la source, flat tax, ISF, optimisation fiscale : l’économiste et essayiste Alain Minc revient sur l’actualité économique et politique. Ecorama du 14 novembre présenté par David Jacquot sur boursorama.com

Source : Ecorama, Alain Minc, 14/11/2017

Commentaire recommandé

Zevengeur // 22.11.2017 à 07h38

En tant que représentant de la caste des boussoles inversées, Minc confirme que la prochaine crise financière sera la”big one” !

49 réactions et commentaires

  • Zevengeur // 22.11.2017 à 07h38

    En tant que représentant de la caste des boussoles inversées, Minc confirme que la prochaine crise financière sera la”big one” !

      +49

    Alerter
    • patrick // 22.11.2017 à 15h49

      c’est tout l’intérêt de ce genre de gars.
      on sait qu’il va se tromper , quelque soit le sujet.

        +14

      Alerter
  • RémyB // 22.11.2017 à 08h50

    Les (grosses) entreprises vont prélever (pour l’Etat) l’impôt de leurs salariés,
    et en même temps délocaliser leurs bénéfices pour une “optimisation” fiscale.
    Vraiment, nous vivons un monde merveilleux …

      +48

    Alerter
    • christian BERNARD // 22.11.2017 à 13h28

      Je ne vois pas le rapport entre le prélèvement à la source de l’impôt dû par le travailleur, et l’optimisation fiscale portant sur les revenus de l’employeur …. !

        +4

      Alerter
      • bobo1414 // 22.11.2017 à 19h24

        et malheureusement vu que tu decides d etre aveugle tu ne le verras jamais mais on peut peut etre te l expliquer imagine un flic voleur devant enqueter sur le vol qu il a lui meme commi …

          +8

        Alerter
        • JBB // 22.11.2017 à 22h24

          L’optimisation fiscale n’est pas interdite que je sache. D’ailleurs je suis sûr que la pluspart des personnes sur ce forum l’ont déjà pratiqué (à leur echelle ).

            +2

          Alerter
          • Trawash // 22.11.2017 à 23h50

            Mieux que ça, c est totalement légale.
            Et je confirme que je pratique dès que j en ai l’occasion.

              +1

            Alerter
          • Jean-Luc // 24.11.2017 à 07h17

            Merci !
            De cette façon, grâce à des législations favorables aux entreprises et à l’oligarchie au détriment des populations,
            une part de plus en plus importante des recettes fiscales sont payées par des gens comme moi (retraité-900euros/mois).
            Profiter d’une forfaiture revient à la cautionner, encore merci.

              +5

            Alerter
  • Nicolas // 22.11.2017 à 08h52

    Ce sont des arguments inhérents, mais la plupart des pays riches sont au prélèvement à la source. Les échos a résumé le système dans 3 pays : Allemagne, USA, royaume uni. Notamment ceci pour le RU qui répond ala question de la confidentialité.
    “L’administration fiscale transmet cette information à l’employeur électroniquement et de façon codée (l’entreprise n’a aucun moyen de savoir ce que sont ces revenus). “

      +4

    Alerter
    • Albert // 22.11.2017 à 10h49

      Bonjour

      concernant la confidentialité, j’ai travaillé pendant 3 ans à Londres dans le département administration et finance d’une entreprise, en charge entre autres des salaires, je voyais les impôts de tout le monde…

        +16

      Alerter
      • Nicolas // 22.11.2017 à 12h30

        Aaaah !? Pourtant les échos c’est decodex vert ! Je ne m’inquiète pas, le ministère des impôts va créer un logiciel “que le monde entier nous envie”, comme on dit. Ou pas.

          +6

        Alerter
      • Chris // 22.11.2017 à 15h41

        Pareil dans une grosse entreprise suisse de distribution où les impôts à la source sont prélevés pour les titulaires de permis de travail F, A et B : autant dire une bonne moitié des employés, vu la rotation élevée.

          +2

        Alerter
    • vinel // 30.11.2017 à 23h28

      C’est l’aboutissement de l’idéologie néo liberale.
      Après la monnaie,L’UE dont le droit est supérieur à la constitution,la disparition progressive des frontières donc plus de territoire,…la levée de l’impôt sera réalisée par le privé.
      Après tout cela et un quinquennat Macron,il n’y aura d’interet à voter qu’autant qu’à celebrer Noël.
      Comptez sur ce systeme pour réprimer la fraude ,les multinationnales en sont les fraudeurs à l’impôt les plus connus,ils n’en payent pas!

        +0

      Alerter
  • keg // 22.11.2017 à 09h10

    Nous avons tous crus que les patrons allaient devenir auxiliaires du fisc-frac…… On ne peut demander à un contrebandier de chiffre d’affaire, de ne pas délocaliser ce dernier.

    Il pourrait au choix :
    * le délocaliser en partie (par le biais de facturations depuis les portes des paradis)
    * le torturer en compte- appeau dans sa comptabilité nationale pour l’amoindrir après un amaigrissement drastique….

    C’est justement ce chiffre d’affaire réalisé, effectivement, en France, qu’il faudrait imposer dès sa création. Faute de quoi on assistera à une imposition à deux niveaux et entre deux clans : riches et pauvres. Où est donc l’égalité des ego…..

    https://wp.me/p4Im0Q-2bK

      +0

    Alerter
  • Ardéchoix // 22.11.2017 à 09h12

    En 30 ans on est passé d’une fiche de paie de 3 lignes fait sur un coin de bureau, à 40 avec un bon ordi, un programme compta avec des mises à jour permanentes . Maintenant je vais faire le percepteur en plus, un vrai bonheur 🙁
    Mais bon c’est dans le cadre du “choc de simplification” .

      +35

    Alerter
  • a // 22.11.2017 à 09h26

    Eh oui,c’est une connerie sans nom…l’embrouillamini que çà va créer va donner des cauchemars aux comptables et aux drh,et le pire,c’est que quasiment personne ne pourra être dans les clous,dans un pays où la diversité des régimes fiscaux est comparable à celle des fromages…si on pouvait utiliser les usines à gaz pondues par les “sachant ” pour produire de l’énergie,personne ne paierait l’électricité en France!

      +16

    Alerter
  • Malbrough // 22.11.2017 à 10h02

    Ah ben si c’est l’union européenne qui réclame la retenue à la source , il n’y a plus à discuter .

      +17

    Alerter
  • PatateMystere // 22.11.2017 à 10h04

    Le prélèvement à la source n’a aucune autre fonction que de flinguer les cotisations sociales et la sécurité sociale telle que nous la connaissons.
    Le but est de faire disparaître les cotisations (déjà acté) et de fiscaliser le financement de la sécurité sociale. Il s’agit de la faire entre plus avant dans le giron de l’état pour la démanteler et la privatiser.
    Cotisation = anticipation de valeur hors état et hors circuit bancaire.
    Impôt = prélèvement sur la valeur créée par l’état

    La mise à mort continue.

      +27

    Alerter
  • Vladimir K // 22.11.2017 à 13h02

    J’imagine que la complexité vient plus du passage au système actuel au prélèvement à la source qu’au prélèvement à la source lui-même.

    Je peux parler de la Finlande et du Québec, deux pays qui pratiquent le prélèvement à la source et où j’ai travaillé (travaille encore en ce qui concerne le Québec).

    L’entreprise n’a aucune information en ce qui concerne mes autres revenus familiaux. Elle ne prélève que la part d’impôts qui concerne le salaire qu’elle fournit, ainsi que les cotisations sociales. Je peux néanmoins demander à mon employeur de prélever plus d’impôt que nécessaire, auquel cas je serai remboursé par le gouvernement du trop perçu.

    En avril-juin je fais une déclaration au(x) fisc(s) (au Québec il y a le provincial et le fédéral) dans laquelle j’indique ce que j’ai payé comme impôt prélevé à la source, et mes revenus réels.

    L’administration fait le calcul et revient vers moi si je n’ai pas été suffisamment prélevé, ou me rembourse s’il y a un trop perçu.

      +15

    Alerter
  • christian BERNARD // 22.11.2017 à 13h23

    Bizarre ce jugement péremptoire et sans nuance ..

    En Belgique, je n’ai jamais connu d’autre système (et j’ai 59 ans.. ); l’entreprise, si elle n’a pas le service interne voulu, confie les calculs à un “secrétariat social” et le contribuable n’a pas de mauvaise surprise ensuite (sauf, pour les plus chanceux, l’impact d’autres revenus).

    Un commentateur ci-dessus, parlant du système anglais, croit pouvoir dénoncer le fait que ce système de prélèvement à la source lui permettait de connaître les impôts de tous ses collègues ; mais en entreprise, le service du personnel connaît toutes les rémunérations, et le prélèvement dont question, ne concerne que les impôts sur les revenus tirés de cette même entreprise…

    Un autre commentateur voit dans le prélèvement à la source une atteinte aux cotisations sociales ; je ne vois décidément pas le rapport.

    Enfin, un autre dénonce l’impossibilité d’une telle retenue compte tenu de la diversité des régimes fiscaux ; cependant, cette retenue, qui n’est qu’une approximation de l’impôt final, peut se concevoir selon un barème forfaitaire, et il ne s’agit, encore une fois, que de frapper les revenus professionnels liés à un employeur précis !

    Bref, une tempête dans une verre d’eau ?

      +14

    Alerter
    • Vladimir K // 22.11.2017 à 16h23

      vous confirmez en fait ce que je pense, et en Belgique le système est visiblement le même qu’en Finlande (et sans doute tous les pays de la coopération nordique / conseil nordique) ou au Canada.

      Le seul désagrément que je vois au prélèvement à la source en France, c’est l’organisation qui sera longue et pénible à mettre en place.

        +1

      Alerter
      • Brigitte // 23.11.2017 à 08h40

        Une autre défaite de la France….une de plus….pour se conformer aux dictats du libéralisme euro-américain. Pourquoi changer un prélèvement qui marche? Juste pour faire comme les autres? ou pour mettre des bâtons dans les roues des entreprises françaises…..A qui va profiter le crime?

          +3

        Alerter
    • TOTO // 23.11.2017 à 01h26

      Petite histoire de la fiche de paye…
      https://www.youtube.com/watch?v=5Z50bcBu3aE

      Colonne de droite et colonne de gauche…la part de l’employé et celle de l’employeur…
      En fait, le salarié crée de la valeur (qui n’est pas seulement du salaire net) contenue dans la part
      de cotisation (la sienne…) et celle que paie l’employeur (les chaaaargggeees !) pour l’ employé.
      En fait la part patronale et la part salariale ne font qu’un: c’est le travailleur qui crée de la richesse.
      Un type qui gagne 1600 balles/mois en net, créé une valeur de près de 3000 balles….mais ça n’est jamais dit. Le petit malin et ses sbires jupitériens qui nous grugent en prélevant la SCG sur les retraités pour compenser la “baisse” des cotisations re-versées “soi-disant” en salaire AMPUTE les salariés d’une part de leur salaire indirect contenu dans les cotisations…C’en sera fini de la sécu dont la gestion était confiée aux intéressés eux-mêmes, les bénéficiaires et les pourvoyeurs de ces richesses se voient déposséder de ce conquis social au profit de l’Etat qui en disposera à sa guise pour mieux les confier aux assurances privées. Et bien le prélèvement à” la source” c’est la même
      chose: déposséder le citoyen de toutes ses prérogatives.

        +2

      Alerter
  • David D // 22.11.2017 à 14h34

    Mon problème est le suivant. Il y a quelques années, j’entendais parler du passage au prélèvement à la source pour les impôts et j’apprenais dans la foulée que tous les pays y sont déjà passés, que seule la France ne le pratiquait pas, et c’était un des arguments du coup pour dire “ah ! la France toujours en retard.” J’entendais un autre argument, le prélèvement à la source, ça fait moins de souffrances que quand à la fin de l’année les gens ont dépensé ce qu’ils devaient garder pour payer les impôts à venir. Ici, j’entends un tout autre son de cloche. Je suis prêt à changer d’opinion, mais j’ai beaucoup de mal à comprendre les avantages et inconvénients des deux approches, à comprendre quels détails techniques font qu’il y a quarante années ç’aurait été peut-être bien (dixit OB), mais pas aujourd’hui. Je nage complet.

      +1

    Alerter
    • Kiwixar // 23.11.2017 à 09h07

      Tous les pays pratiquent le prélèvement à la source? Ah bon? Pas en Chine, ni en NZ, ni en Australie, etc…

      De toute façon, l’argent va de la banque (sur laquelle l’entreprise a une créance) à la banque (sur laquelle le salarié a une créance). Le salarié ne touche déjà pas « son » argent.

        +0

      Alerter
      • Didier88600 // 24.11.2017 à 07h21

        Il doit y avoir moins de 12 pays dans le monde qui ne pratiquent pas le prélévement a la source.
        Pourtant ce prélévement permet :

        – éviter la fraude fiscale
        – libérer la charge de travail des déclarations d’impôts a traiter
        – libérer du budget pour tous les frais d’envois

        Bref ce qui fait peur a la populace c’est de ne plus pouvoir frauder….

          +0

        Alerter
  • Gordon // 22.11.2017 à 15h16

    Je voulais simplement témoigner en tant que belge. Sachez que le prélèvement à la source existe chez nous depuis de très nombreuses années.

    Dans les faits le système fonctionne plutôt bien et ne représente pas un cauchemar, ni pour les comptables, ni pour les employeurs. Tout est informatisé et géré par les secrétariats sociaux.

    Concernant la crainte des indications que le taux peut révéler aux employeurs, en fait les employeurs ne cherchent même pas à connaitre cette info. Les employeurs se fichent complètement de connaître les revenus du conjoint au moment de négocier les augmentations salariales. La situation s’apprécie selon d’autres critères et selon le rapport de force classique (l’employé est il en position de me quitter ou non si je ne l’augmente pas, etc.).

    En revanche il y a un aspect que vous ignorez. Je pense qu’il faut vivre dans un pays où le prélèvement à la source existe pour le comprendre.

    Lorsque vous payez vous même vos impôts, vous savez pertinemment ce que ça vous coûte et le poids sur vos revenus. Psychologiquement c’est très important car vous devez effectuer le payement et vous séparer de cet argent que vous aviez reçu. Dans un pays où le prélèvement se fait à la source, vous ne passez jamais à la caisse et après plusieurs année vous perdez complètement la conscience du coût des impôts pour votre pouvoir d’achat. Pire, la plupart des gens peu éduqués finissent par confondre les notions de salaires net et de salaire, tout court…

    C’est un puissant levier pour le législateur et c’est, je pense, le vrai problème.

    Amicalement,
    Go

      +11

    Alerter
    • xc // 22.11.2017 à 18h43

      “Dans un pays où le prélèvement se fait à la source, vous ne passez jamais à la caisse et après plusieurs année vous perdez complètement la conscience du coût des impôts…”
      Je sais bien que ce serait difficile, mais il faudrait comparer les taux d’impositions entre pays pratiquant le prélèvement la source et pays ne le pratiquant pas.
      De toute façon, il y aura toujours une déclaration de revenus obligatoire suivie, en retour, d’un avis d’imposition. Il sera possible de comparer d’une année sur l’autre.
      Pour ma part, j’ai opté pour le prélèvement mensuel sur mon compte bancaire. Je n’y vois pas de différence fondamentale de transparence avec le prélèvement à la source. Et j’en suis très satisfait.

        +1

      Alerter
  • Vercoquin // 22.11.2017 à 15h57

    Le solde sera toujours payé à la fin de l’année de référence. Comme aujourd’hui !
    La seule chose qui change c’est qu’on introduit un parasite dans les relations entre le contribuable et le fisc: L’employeur.
    L’employeur va devoir dépenser des heures de comptabilité pour faire du travail qui est déjà fait par le fisc. Il y a du doublon là dedans. Quand on parle de simplification, BRAVO.
    Qui va payer ?
    La compétitivité des entreprises !
    Alors qu’on cherche à réduire le coût du travail, voilà un virus qui ne va pas être gratuit.

    Les technocrates de Bercy sont les champions du monde de la fabrication…
    D’usines à gaz …

      +4

    Alerter
    • Vercoquin // 22.11.2017 à 16h42

      … suite

      Avant, j’avais une relation directe avec le fisc, et tout allait bien. Demain qui va me prélever à la source ? Quelle source ?

      Je ne suis pas salarié. Je n’ai pas d’employeur.
      Je suis retraité, avec des revenus divers et variés.
      Revenus de la CNAV, ARCO, AGIRC,
      Placements divers, actions, portefeuilles, assurance vie, SCPI etc.
      Qui va me prélever à la source ?
      Peut-être ma banque ?
      Qui sait ?

        +2

      Alerter
    • Cédric // 22.11.2017 à 23h38

      parce que vous pensez vraiment que cest Bercy qui a décidé de cette merde ? alors que le but principal sera l’éradication pure et simple du ministere ? on en reparle en MArs avec le rapport CAp 2022 pondu par les banquiers.

        +0

      Alerter
  • bobob // 22.11.2017 à 16h34

    Aujourd’hui, vous faites votre chèque ou votre virement au “Trésor Public”. Si demain on vous dit de le faire à “Jean-Claude Juncker”, il va y avoir quelques millions de personnes qui ne vont pas être d’accord. Et quelques millions de personnes, ça va être dur à contraindre “tranquillement”.

    Si, à la place, c’est votre entreprise qui décide à qui elle envoie votre impôt, ça restreint de beaucoup les capacités d’opposition à une telle décision.

      +6

    Alerter
  • Arcousan09 // 22.11.2017 à 17h08

    Demander à des patrons fraudeurs de devenir collecteurs d’impôts c’est demander à Cahuzac de lutter contre la fraude fiscale, à un banquier de ne plus jouer avec l’argent des déposants ….. Si le patron claque le fric ce sera encore au con-tribuable de passer à la caisse pour fraude ???
    Décidément ce gouvernement est dans la droite ligne de tous les autres qui ont précédé ….

      +2

    Alerter
    • xc // 22.11.2017 à 18h33

      Un patron peut frauder le fisc pour ses propres bénéfices tout en lui versant honnêtement les impôts de ses salariés. Et s’il détourne les impôts de ses salariés, il va en taule. Dans ce cas, je doute que le fisc exige des salariés le montant des impôts détournés.

        +0

      Alerter
      • Demo // 23.11.2017 à 00h00

        Comme il va en taule pour Fraude, imaginez le pouvoir supplémentaire que l’on donne à edf ou auchan.

          +0

        Alerter
  • dan // 22.11.2017 à 18h36

    OB l’as bien dit, mais sans aller trop loin, car le sujet fait polémique, et il faut rester consensuel et éviter les sujets qui fâchent : c’est l’UE qui nous impose de faire cette “réforme”, même si cela doit nous coûter 5 milliards d’euros de recettes par an, la commission européenne n’en a cure, on doit le faire parce qu’elle l’a décidé, parce que tous les pays d’Europe doivent suivre le même modèle, celui qu’a dans la tête chacun des commissaires européen. C’est purement de l’idéologie.
    Et effectivement, il risque d’y avoir un effondrement de la consommation quand chaque salarié verra sa paye amputée de 10% au mois de janvier 2019. Mais ça, les commissaires européens s’en foutent. vous savez pourquoi ? Ils sont exonérés d’impôts.

      +5

    Alerter
  • AngMo // 22.11.2017 à 18h37

    Petite précision sur le coût de la collecte par les entreprises : en Suisse, l’entreprise touche 2% du montant collecté. Du moins dans le canton d’Argovie.

      +0

    Alerter
  • HM // 22.11.2017 à 19h08

    Le prélèvement à la source serait une demande de l’Union Européenne ?
    Merci de bien vouloir me transmettre le lien ou la source d’info concernant concernant cette injonction.

      +0

    Alerter
    • Cédric // 22.11.2017 à 23h40

      rapport annuel disponible sur le site du ministre de leconomie et des finances. attention, y’a des grands mots, tout est “codé”.

        +1

      Alerter
  • Rem4s // 22.11.2017 à 20h28

    Etant intérimaire depuis quelques temps, avec ds revenus mensuelles qui peuvent varier du simple au triple, je sais pas pourquoi, je pense que ça va cafouiller gentiment, mais sûrement….

      +0

    Alerter
    • Demo // 23.11.2017 à 00h03

      Et ce modèle est celui qui a été salement promu et le sera de plus en plus, avec l”arrivée de l’IA, pas pour rien qu’il était urgent de détruire le cdi.

        +0

      Alerter
  • David D // 22.11.2017 à 21h31

    A la lecture des commentaires, mes sollicitations pour de plus amples informations seront les suivantes.
    1) Le système mis en place en France va mobiliser l’employeur : sera-ce différent de ce qui se passe dans les autres pays qui utilisent déjà le prélèvement à la source ? Est-ce que c’est la conception proprement française du prélèvement à la source qui pose problème ?
    2) Si non, est-ce que le système français est mieux que ce qui se fait dans les autres pays, finalement ? OB dit que c’est l’un des meilleurs, quels sont les autres meilleurs, leurs méthodes ?
    3) Sur le choc psychologique, il ne peut guère concerner que l’année 2019, puisqu’il n’y a pas de raison que les français s’habituent moins que les autres. Donc, la question, c’est est-ce que l’année du lancement présente des risques et un coût qui ne se posaient pas ainsi il y a 40 ans ?

      +1

    Alerter
  • JBB // 22.11.2017 à 23h05

    Intérêt pour le salarié : le prélèvement s’adapte automatiquement en direct au revenu ( si votre salaire est divisé par 2, votre prélèvement sera divisé par 2) ce qui sera plus confortable par rapport à avant ( ou vous devez toujours payer le montant calculé sur l’année d’avant ). Par contre l’imposition finale n’étant pas proportionnelle au revenu cela promet des régularisations systématiques ( qui arriveront l’année d’après en septembre si c’est comme maintenant). De plus tous les variations des évènement hors salaire ne sont pas pris en compte directement ( notamment tous ceux qui font baisser l’impôt : dons, garde enfants, emploi à domicile) .

    Intérêt pour l’état : sécuriser le prélèvement ( si l’entreprise peut vous payer elle peut du coup en filer directement une partie à l’état) pas de risque de compte vide, ou de gens qui traînent à payer.

    Intérêt pour l’entreprise : aucun, du boulot en plus ( surtout pour les TPE), un taux différent par employé, des risques d’erreurs…

    Et du coup on va avoir quelques lignes de plus sur notre fiche de paye et sur notre déclaration/avis d’imposition ( c’est vrai que ça manquait ).

      +0

    Alerter
  • Galvan // 22.11.2017 à 23h09

    A chaque fois que j’entends Alain Minc s’exprimer, surtout sur des sujets économiques, je me dis qu’il suffit de prendre la position inverse de ce qu’il explique pour avoir une bonne partie de la vérité.

    Voici un beau “docteur Diafoirus” du Néolibéralisme, a vouloir soigner le cancer avec des saignées on va vite empiler les morts …

      +1

    Alerter
    • Trawash // 23.11.2017 à 00h16

      Vous n avez pas tort, il faut toujours ne pas écouter Minc. Mais où avez vous vu que Minc était libéral? C est un oligargue proche des puissants. Libéral en économie mais pas trop surtout si il faut arranger ses copains de l Etat mais sinon clairement anti libéral sur le reste. Bref c est pas Bastiat, ni Mises, ni Revel et je parle même pas de Rothbard. Ce mec n est vraiment pas libéral, croyez moi je suis turbo libéral moi même.
      Le bon côté des choses est que j ai un adversaire politique en commun avec vous et je l’appelle capitalisme de connivence ( crony capitalism )

        +0

      Alerter
  • Krystyna Hawrot // 23.11.2017 à 00h28

    Je suis contre le prélèvement à la source, imposé par l’Allemagne parce que le consentement à l’impôt, donc le fait de le payer tout seul en toute autonomie comme un adulte, est consubstantiel de la démocratie. Le système français instaure un lien direct entre le citoyens et l’Etat via l’impot à déclarer et payer tout seul. Et avec le droit de râler parce qu’on sait ce qu’on paye! Avec le prélèvement à la source, ce sera l’infantilisme et la dépossession.

      +4

    Alerter
  • Trawash // 23.11.2017 à 00h48

    L Allemagne à bon dos. Sinon je plussoie pour l’infantilisation et la dépossession ( Voulez vous dire le vol? )
    Quant au consentement à l impôt c est un concept que j ai un peu de mal à comprendre. On consent quand on naît ? Mais il y a tellement de choses que je ne comprends pas.

      +0

    Alerter
  • Alain // 23.11.2017 à 05h50

    Les Français nous étonneront toujours: le prélèvement à la source (qui n’est qu’une autre forme du tiers provisionnel) est appliqué par tout sans problèmes et sans information sur la situation personnelle à l’employeur (barême fonction du salaire et de la situation familiale et correctif lors de l’imposition) mais en France c’est un problème, une bêtise, un scandale, ….

      +1

    Alerter
    • kasper // 24.11.2017 à 12h48

      pour ne parler que de ce que je connais, ce que vous dites est absolument faux pour le Japon, ou le prelevement est fait a la source et grace a cela mon employeur sait absolument tout de ma situation maritale, de mes enfants…

      ca a ete particulierement desagreable lors du deces de mon fils.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications