Les Crises Les Crises
14.avril.201814.4.2018 // Les Crises

[Affaire Skripal] Fake News à la Une

Recommander 4
J'envoie

Retour sur l’affaire Skripal…

I. Le mensonge du gouvernement anglais

Le 3 avril, le directeur du Laboratoire scientifique militaire anglais de Porton Down a contredit une partie de la propagande gouvernementale anglaise comme on le voit ici :

II. Le rapport de l’OIAC

Comme vous le savez, dans l’affaire Skripal, le gouvernement britannique a refusé de donner des échantillons du poison à la Russie, mais a mandaté l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC / OPCW en anglais) pour réaliser une enquête technique.

Cette organisation a rendu ses conclusions hier, dans un rapport secret transmis aux États.

Elle a également publié un résumé public que voici :

Comme on le voit, le point vraiment important est le suivant :

“The results of analysis by the OPCW designated laboratories of environmental and biomedical samples collected by the OPCW team confirm the findings of the United Kingdom relating to the identity of the toxic chemical that was used in Salisbury and severely injured three people.”

“Les résultats de l’analyse par les laboratoires désignés par l’OIAC des échantillons environnementaux et biomédicaux prélevés par l’équipe de l’OIAC confirment les conclusions du Royaume-Uni concernant l’identité du produit chimique toxique qui a été utilisé à Salisbury et qui a fait trois blessés graves.”

Le rapport ne donne pas le nom du produit, mais des informations de la presse anglaise laissent penser qu’il s’agirait du produit nommé A-234 (dont la formule a été révélée dans un livre en 2008) :

Formule de l’agent A-234 (lien 3D)

Bref, l’OIAC indique simplement, comme on pouvait s’y attendre, que le poison est un agent neurotoxique.

Et elle ne peut guère faire plus – en particulier au niveau de l’origine du poison.

En effet, scientifiquement, vous pouvez montrer qu’il s’agit de A-234, mais comment savoir où il a été fabriqué ?

En réalité, c’est en théorie possible, la forme des molécules est une sorte d’empreinte digitale. Mais il faudrait pour cela avoir des échantillons de produits russes. Et comme il s’agit de produits militaires secrets, c’est probablement impossible, sans une aide honnête de la Russie.

De plus, ces produits chimiques dangereux ont été créés il y a des décennies, et leur formule est publique depuis des années. Il est probable (et sans doute souhaitable) que de grands États aient synthétisé ces produits à des fins de recherche pour trouver des antidotes. Vladimir Poutine a indiqué que “selon des experts internationaux, une vingtaine de pays dans le monde peuvent fabriquer ces substances neuropathiques”, ce qui est probable.

III. L’information traitée par les médias

Voici donc comment les médias ont informé le public sur le fait que “l’OIAC confirme les conclusions du Royaume-Uni concernant l’identité du produit chimique” (ce qui est donc une information intéressante, mais n’accuse en rien la Russie), comme ici France 24 , le 12 avril vers 13h00 :

On note bien que figure à la fois la citation traduite du rapport sur la confirmation de “l’identité”, mais que titre et commentaire transforment en “origine russe” (le mot russe ne figurant dans le rapport) !

Il s’agit en fait d’une Dépêche AFP à peine retravaillée, qu’on peut lire par exemple ici.

Du coup cela a été repris par tous les médias :

(On notera au passage que RT n’a pas déformé le rapport)

Voyant ceci, nous avons immédiatement contacté l’OIAC pour, d’une part, l’alerter sur l’erreur de l’AFP afin qu’ils interviennent et, d’autre part, demander s’ils confirmaient le propos sur “l’origine russe”.

Très réactive, et vu la sensibilité de l’affaire, l’OIAC nous a répondu de simplement nous reporter au rapport public :

Cependant, une heure plus tard, l’AFP publiait un correctif :

On notera que ce n’est pas arrivé dans les pays étrangers (Source : CNN ou Mirror) :

III. Comment Le Monde cache ses erreurs

Il est intéressant de voir comment le journal Le Monde a réagi face à cette fausse information qu’il a diffusée, alors que l’erreur apparaissait de façon évidente dans le corps même de la dépêche. Et ce, à un moment d’extrême tension, voire de danger. Ce qui a contribué à alimenter la confusion auprès de lecteurs inattentifs au risque de diffuser de fausses informations :

Voici donc la modification opérée le 12 avril après-midi :

Cliquer pour agrandir

On voit que quelques heures après, Le Monde a corrigé son article.

Du côté négatif, on note que, si le titre est devenu neutre et factuel, le chapeau se termine désormais par “Moscou responsable de l’attaque”.

Autre point, alors que les autres sites indiquent ceci :

On note que le journaliste du Monde a rajouté “un communiqué consulté par l’AFP”. Or le communiqué est public, ce qui montre qu’il n’a même pas pris la peine d’aller le lire…

A contrario, notons qu’il y a du positif, dont la correction, car beaucoup de sites concurrents ne l’ont pas fait – 24 heures après restent non modifiés Libération, L’Obs, France 24, 20 Minutes, FranceTvInfo, BFM, Le Figaro, Ouest France, JDD… Ce qui est très grave. Mais Europe 1 et RFI ont bien modifié leur article.

Comparatif des modifications en 48 heures (source)

A contrario, Le Monde a également pris le soin, le 12 avril, d’indiquer ceci à la fin de son article corrigé :

Un lecteur rigoureux…

Cela reste plutôt professionnel donc. Au final, le billet est corrigé.

Ils ont même essayé de tweeter, mais le lien ne s’est pas mis à jour :

Fin de l’histoire ?

Non. Car le 13 avril, le Monde a de nouveau modifié profondément l’article :

On se rend compte d’importantes modifications :

1/ le titre comporte en gros Novitchok – on n’allait pas se priver d’un nom russe. Rappelons encore que c’est un nom ridicule, qui n’est pas le nom utilisé en Russie (ça veut dire “nouveau venu”). C’est le nom de code du programme militaire secret soviétique des années 1970. La substance est, a priori, nommée A-234, ou scientifiquement, un truc du genre “N-2-diethylaminomethylacetamidido-ethoxyphosphonofluoridate”.

Écrire que Skripal a été empoisonné par du Novitchok, c’est comme dire que les Coréens du Nord possèdent la “bombe Manhattan” plutôt que “bombe atomique”.

On comprend cependant qu’au niveau propagande, il vaut évidemment mieux appeler le poison Novitchok que “fluoridate” (pour faire simple)…

2/ la citation du rapport de l’OIAC a été entièrement supprimée

3/ Le Monde écrit que l’OIAC laisse “sous-entendre que seul un État aurait été en mesure de la produire”, ce qui est sans doute juste dans l’absolu, mais une pure affabulation au vu du rapport de l’OIAC

4/ enfin, Le Monde a sciemment caché son erreur en supprimant la note sur la modification réalisée par l’AFP !

Bref, c’est un intéressant exemple du traitement d’une Information erronée diffusée par les grands médias…

Bonus – Les sites d’information : de simples filiales de l’AFP ?

Dans le même ordre d’idées, autre exemple de ce qui se passe sur le web :

13/04, 11h24, le Point publie un article issu de l’AFP “Syrie: l’Occident hésite à frapper face aux menaces russes de guerre” :

Il a changé, mais en fait une copie existe sur d’autres sites (qui ne modifient pas les articles) :

Information importante. Trop ? Car à 19h02, l’AFP modifie le titre, enlevant les “menaces russes” :

Pour terminer, toujours sur le MÊME article à 23h10 par ceci :

Titre qui affole moins les populations quant aux décisions de leurs gouvernements…

Ainsi, le même article du Point a donc été modifié 3 fois, avec des titres diamétralement différend. Ce qui est certain, c’est que ça commence à être difficile à suivre pour un lecteur.

 

Je viens d’ailleurs de me rendre compte que c’est l’AFP qui fait ces modifications, et qu’elles se répercutent a priori instantanément et automatiquement sur la plupart des sites abonnés :

Quand on clique sur les liens vers les articles depuis Google, on voit qu’on arrive sur des pages modifiées, a priori automatiquement vu le délai.

Cela signifierait donc que, non seulement les médias reprennent en copiant-collant les articles AFP, mais qu’il y aurait même un lien direct entre l’AFP et ces sites, qui ne seraient donc rien de plus qu’un “outil” de l’AFP pour diffuser ses articles…

Quant aux “preuves” sur la Syrie, on se rapprochera aussi de ceci :

Ce qui illustre bien l’adage disant que “la première victime en temps de guerre, c’est la vérité”.

Cela montre aussi que dans un conflit, les deux camps prennent les citoyens pour des imbéciles…

À nous donc de rester très vigilants…

Commentaire recommandé

Christophe // 14.04.2018 à 07h27

“Sâr Rabindranath Macron avez-vous des preuves?
Oui, j’ai des preuves.
Mesdames, Messieurs, le Sâr Rabindranath Macron a des preuves!
On l’applaudit bien fort, on revote pour lui, et on cautionne immédiatement la guerre nucléaire, ce sera plus rapide et efficace.”

Ca pourrait être drôle si des vies n’étaient pas en jeu.

94 réactions et commentaires

  • caliban // 14.04.2018 à 06h51

    Très intéressant.

    Notamment concernant l’automaticité (via des flux RSS ?) de la reprise des dépêches AFP. Un professionnel pourrait-il nous renseigner sur la technique employée ?

    En tout état de cause, il semblerait que l’information diffusée sur le web soit le fait de “robots”. Ce qui est très ironique lorsque l’on sait l’attachement des journalistes à leur indépendance et à leur sens critique.

    Dans les exemples que vous citez on a l’impression que les “journalistes” (en fait de petites mains de pigistes) sont payées pour corriger les erreurs en cascades introduites par les robots.

     45

    Alerter
    • gracques // 14.04.2018 à 10h30

      Sauf que l’informations est produite par des humains …. et diffusée par les robots.
      Donc liberté de la presse peut être , pluralisme certainement pas .

       7

      Alerter
      • sassy2 // 14.04.2018 à 10h54

        En tous cas afp est passé à 100 pc à l intelligence artificielle de En Marche/intelligence completement artificielle

         6

        Alerter
      • Papagateau // 14.04.2018 à 11h28

        Pour résumer :
        Les “vérités” sont introduites à l’AFP par les officines de propagande, lobbyistes privés et ministères, puis diffusées par les robots de l’AFP dans tout les médias simultanément, unanimement, et enfin corrigées par le public, lentement.

        La correction par des journalistes est facultative, et se fait toujours sous pression.

         15

        Alerter
    • sassy2 // 14.04.2018 à 10h50

      Bonjour, j ai lu un truc encore plus dingue. Que des softs pouvaient modifier des articles journo, dans la mémoire cache de goog, à conditionque l original soit dégaģé.

       3

      Alerter
    • Chris // 14.04.2018 à 12h15

      Je ne suis pas en détail les variations sémantiques des articles AFP, mais j’ai noté plusieurs fois des différences langagières chez Romandie.com/news : du genre “gouvernement” au lieu de “régime” dans un texte repris intégralement d’AFP, différences qui suivent l’évolution politique du moment…
      Une réalité : nous vivons une époque complètement “défèque niouses” organisées par la mafia médiatico-politique.
      Les robots ont bon dos. Ça me rappelle la première décennie du tout informatique où quand un commerçant tentait une escroquerie, venait comme un refrain : c’est la faute à l’informatique.
      Depuis, le public a quand même ré-appris que l’erreur était humaine, du moins j’espère !
      Se rappeler que l’OTAN en est le chef d’orchestre en Lituanie où stationne son centre d’information pour l’Europe, gentiment nommé “centre d’excellence pour la lutte contre la propagande” :
      https://www.lrp.lt/fr/centre-de-presse/communiqus-de-presse/le-centre-dexcellence-de-lotan-pour-la-lutte-contre-la-propagande/23493
      On pourrait en sourire…

       4

      Alerter
      • Haricophile // 19.04.2018 à 10h12

        Ce n’est pas l’erreur qui est informatique, c’est la diffusion de l’erreur. Il est entendu que la source d’erreur du système informatique dans ce cas provient bien de l’interface chaise-clavier.

        Quand a la question précédente sur la mise a jour automatique d’un titre c’est extrêmement simple depuis un document a la structure connue, et encore plus quand il est balisé : https://www.w3schools.com/xml/ par exemple, je ne sais pas ce qui est utilisé.

        Toujours est-il que la profession, toujours prompte a dénoncer l’amateurisme et le manque de fiabilité des blogs qui ne remplacent jamais les infaillibles “vrai journalistes”, quand bien même ces blogs seraient tenu par les spécialistes sources de leur information, cette profession là est tombée plus bas que terre à quelques remarquables exceptions près.

         0

        Alerter
    • Dominique // 14.04.2018 à 12h15

      « Un professionnel pourrait-il nous renseigner sur la technique employée ? »
      Oui, c’est très simple.

      La plupart des pages qu’on lit (y compris sur les-crises.fr) sont des pages “dynamiques” (mot qui s’oppose à statiques).
      Nous recevons tous des pages web au format html (épaulé par le CSS et le javascript), mais sur les serveurs, ces pages dynamiques sont construites par ce qu’on appelle des scripts
      qui les élaborent à la demande du client (le navigateur de l’utilisateur) à partir de différents éléments, dont beaucoup sont stockés dans une ou plusieurs bases de données (BDD), internes ou externes à ce site. Il suffit donc aux journaux d’être branchés sur la BDD de l’AFP pour que dès qu’une info est modifiée dans cette BDD, cette modification se répercute instantanément sur la page que reçoit le client. Notons que ces pages ne sont pas modifiées que dans le temps, mais aussi dans l’espace (un habitant d’une région peut recevoir une info différente que celui d’une autre) et selon des informations que peuvent fournir les navigateurs via les cookies.

       15

      Alerter
      • caliban // 14.04.2018 à 15h31

        @Dominique

        Vous pensez donc à une base de donnée partagée ?

        Cela me parait assez improbable (des millions de connexions sur un même serveur !) même si la logique ne doit pas être loin de celle que vous décrivez.

        Je pensais plutôt à un flux RSS (comme celui-ci : https://www.les-crises.fr/feed/) mais amélioré afin que la petite main du journal / du media puisse intervenir avant publication.

         0

        Alerter
        • Dominique // 15.04.2018 à 10h38

          « Cela me parait assez improbable (des millions de connexions sur un même serveur !) »
          J’ai donné un exemple. Cela dit, je ne pense pas qu’il y ait des millions de journaux abonnés à l’AFP !

           0

          Alerter
      • Alfred // 14.04.2018 à 17h00

        Le fin du fin est, en fonction des cookies du lecteur, d’ecrire gouvernement syrien ou russe sur le navigateur d’un lecteur des crises et régime sur celui d’un lecteur du monde. Ainsi chacun a sa pitance et la propagande est discrète.

         2

        Alerter
        • caliban // 14.04.2018 à 19h54

          @Alfred

          Un cookie permet de déterminer quantité d’éléments (par exemple la langue du navigateur) et servir du contenu adapté (c’est d’ailleurs leur rôle, améliorer le confort de l’utilisateur).

          En revanche je ne vois pas comment il pourrait servir des pages au contenu différent en fonction d’un “profilage” du visiteur. Si c’est techniquement faisable je l’ignore, mais ce n’est certainement pas très efficace puisque l’utilisateur n’aurait qu’à vider des cookies / sa mémoire tampon pour repasser au rang lambda et s’apercevoir de la supercherie.

           0

          Alerter
          • Alfred // 14.04.2018 à 22h26

            Mais c’est le principe même du cookie et de la publicité ciblée. L’affichage dynamique de pubs en bandeau ou de mots clés dans un corps de texte c’est presque la même chose si j’ai bien compris l’explication de Dominique.
            (Pour ce qui est du côté “confort de l’utilisateur” fuck. C’est bon pour personnaliser la pub et pas grand chose de plus).
            Bien sûr un utilisateur averti passeras entre le goutes mais c’est justement la beauté du truc. C’est de faire passer des messages cibles “à la Cambridge analytica” sans que les utilisateurs ne s’en rendent compte (il leur faut pour cela comparer un texte avec deux profils antagonistes en même temps).

             1

            Alerter
          • Dominique // 15.04.2018 à 11h02

            « Un cookie permet de déterminer quantité d’éléments par exemple la langue du navigateur »
            Aucun cookie n’est nécessaire pour cela, le navigateur fournissant cette info dans l’entête de sa requête HTTP

            « En revanche je ne vois pas comment il pourrait servir des pages au contenu différent en fonction d’un “profilage” du visiteur »

            Un cookie ne sert pas de page, il ne fait que fournir une info (une variable de type chaîne) qu’un programme côté du serveur va utiliser dans son traitement.

            Précisons qu’un cookie est écrit par le navigateur lui-même dans un fichier. Ce cookie est par la suite renvoyé au site (et à lui-seul, discriminé simplement par le nom de domaine), tant qu’il est valide. C’est encore une fois le site qui détermine la durée de validité.

             0

            Alerter
    • Max // 14.04.2018 à 12h26

      Ce qui est sûr c’est qu’ils suivent de très près (probablement grâce à des outils qui les notifient) les dépêches AFP. Mais il me semble très improbable que les titres soient copiés de façon automatique. De toute façon, il faut bien écrire un article en-dessous (quelle que soit sa qualité).

      En somme, la conclusion irait pour moi plutôt du côté du manque de travail (liée en partie à l’habitude de production industrielle d’articles) qui fait que, pour aller plus vite, on recopie directement les titres de l’AFP. Pour écrire un vrai titre, il faut se replacer dans le contexte, penser à toute la portée de ce qu’on écrit -c’est vrai en particulier pour les titres d’articles, qui ont une importance démesurée aujourd’hui. Recopier le titre de l’AFP et le mettre à jour dès qu’il change est beaucoup plus sûr et rapide (même si c’est fait à la main : CTRL+C – CTRL+V).

       2

      Alerter
      • Dominique // 15.04.2018 à 11h10

        « Mais il me semble très improbable que les titres soient copiés de façon automatique »
        Pourquoi ? Les journaux perdent du fric et ce ne serait pas aberrant que certains fassent des économies là-dessus. Bien entendu que pour faire Ctrl C, Ctrl v, il ne faut pas un quart d’heure. Mais la veille demande en emploi à plein temps.

         0

        Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 14.04.2018 à 06h55

    Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

    S’il est vrai que la première victime d’une guerre est la vérité, tuée par TOUTES les parties du conflit, la vidéo avec les témoignages des ‘’acteurs’’ de l’hypothétique gazage de Douma semble probante et ça commence à faire beaucoup.
    Surtout, on se demande la raison de la précipitation des ‘’alliés’’ qui, faisant fi du droit international ont bombardé cette nuit sans même attendre les conclusions des inspecteurs de l’OIAC qui doivent arriver aujourd’hui.
    On s’interroge aussi sur l’attitude de nos médias qui loin d’évoquer ce crime contre la paix, semble au contraire soulagés de l’attitude “ferme”, c’est à dire de délinquant au regard du droit international, de Manuel Macron

    Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

     39

    Alerter
    • Jiojio // 14.04.2018 à 13h58

      Même si il y avait des preuves, en ce qui me concerne ce serait toujours “pas en mon nom”.
      Les enjeux sont trop importants pour laisser notre président va t’en guerre décider tout seul pour nous.
      Il est grand temps que les forces armées, ainsi que d’autres prérogatives, reviennent à un pouvoir plus représentatif.

       11

      Alerter
  • RD // 14.04.2018 à 07h14

    La formule de l’agent A-234 et très mal retranscrite. Un “D” n’a strictement rien à faire là où ça devrait être une liaison fluor-phosphore (F-P), et la liaison phosphore-groupe acétoamydine est également à l’ouest. En gros la représentation doit être identique au A-230 (qui est aussi un peu foireuse, les liaisons au phosphore sont décalées), mais avec un groupe éthanolate (O-C₂H₅) à la place du groupe méthyle (CH₃).

    J’imagine que c’est un scan automatique foireux qui est à l’origine de ce bazar…

    Pour une meilleure visualisation (parce que la formule semi-développée, c’est moyen), en 3D ça donne ça https://chemapps.stolaf.edu/jmol/jmol.php?title=&model=CCN%28CC%29%2FC%28C%29%3DN%2FP%28%3DO%29%28F%29OCC
    (pas de panique, c’est juste un interpréteur de SMILES https://fr.wikipedia.org/wiki/Simplified_Molecular_Input_Line_Entry_Specification)

     16

    Alerter
    • sg // 14.04.2018 à 08h45

      Il se peut que des erreurs aie pu être glissées sciemment, pour éviter que n’importe quel terroriste en herbe ne puisse en synthétiser. Il y a eu un précédent avec l’opération des services secrets US pour fournir des plans nucléaires erronés.

       7

      Alerter
    • Les-crises // 14.04.2018 à 16h28

      merci – intégré 🙂

       3

      Alerter
    • Lusituationniste // 14.04.2018 à 16h52
      • Amora // 14.04.2018 à 20h16

        Je partage votre point de vue. Personne ne semble avoir réalisé votre intervention: Lavrov BOMBSHELL: Swiss Lab confirme la «toxine BZ» produite aux États-Unis ou au Royaume-Uni utilisée dans l’empoisonnement de Salisbury. Au revoir Novichok … bonjour BZ toxine: Cette info vient du très sérieux laboratoire De Spiez en Suisse: https://www.zerohedge.com/news/2018-04-14/independent-swiss-lab-says-bz-toxin-used-skripal-poisoning-usuk-produced-not

         11

        Alerter
        • Martin // 14.04.2018 à 21h08

          Donc en fait il ne s’agit pas de Novitchok A-234 quelle que soit sa formule, mais de BZ.

          https://en.wikipedia.org/wiki/3-Quinuclidinyl_benzilate

          “BZ is odorless and nonirritating with delayed symptoms several hours after contact.”

          “BZ est sans odeur et non irritant avec des symptômes qui n’apparaissent que plusieurs heures après contact.”

          De plus: il est très persistant sur la plupart des surfaces et c’est un agent incapacitant (plutôt qu’un agent chimique toxique) avec une grande marge de sécurité.

          BINGO!!!

          Les rosbifs ont menti sur toute la ligne. D’où l’agression de cette nuit pour faire oublier l’affaire May. Car il n’y a plus d’affaire Skripal.

           13

          Alerter
        • Tuscarora // 15.04.2018 à 19h54

          Ce qui m’a choquée dès le départ, c’est qu’avec l’agent A-234, ils seraient morts très vite. L’utilisation du BZ est beaucoup plus compatible avec le fait que les victimes aient survécu.
          Les MSM ont fait leur “travail” comme d’habitude.
          Mais l’OIAC a caché dans son rapport destiné au public la présence du BZ.
          D’autre part, il est très surprenant qu’ils aient trouvé du A-234 et si longtemps après l’évènement.
          L’OIAC est-elle plus fiable que les MSM ?

           1

          Alerter
  • yack2 // 14.04.2018 à 07h25

    Et c’est parti!!!!! On va croire encore longtemps que de foutre le bordel partout sur terre ne va jamais nous retomber sur le museau. Mais p! on ne peut pas leur foutre la paix.
    60 ans de Palestine, 20 ans d’Afghanistan,15 d’Irak,10 de Libye ……Même pas capable de gagner une guerre et la propager partout…..Je ne croirais à ces clowns guerriers que lorsqu’ils seront en première ligne….lorsqu’ils seront physiquement responsables de leur choix…..On peut toujours rêver ,en attendant c’est un cauchemard.

     43

    Alerter
  • Christophe // 14.04.2018 à 07h27

    “Sâr Rabindranath Macron avez-vous des preuves?
    Oui, j’ai des preuves.
    Mesdames, Messieurs, le Sâr Rabindranath Macron a des preuves!
    On l’applaudit bien fort, on revote pour lui, et on cautionne immédiatement la guerre nucléaire, ce sera plus rapide et efficace.”

    Ca pourrait être drôle si des vies n’étaient pas en jeu.

     61

    Alerter
    • LA ROQUE // 14.04.2018 à 07h42

      Macron serait t’il en passe de devenir notre Colin Powell ?

       41

      Alerter
    • caliban // 14.04.2018 à 07h55

      @Christophe

      Je mets le lien, on a besoin de rire 🙂
      https://www.youtube.com/watch?v=6KcZbwLwDzE

       15

      Alerter
    • Touriste // 14.04.2018 à 14h14

      Bonjour,
      Le Sâr Macron met en confiance, sa présence rassure, sa proximité est confortable. Bref, c’est un Sâr cosy…

       3

      Alerter
    • Haricophile // 19.04.2018 à 10h23

      Il faut mettre un lien pour les petits jeunes qui ne connaissent pas. Et préciser que s’ils ont été aussi bon avec une telle spontanéité, c’est qu’ils étaient tellement bourrés en arrivant sur scène qu’ils ne se souvenaient plus du texte.
      https://www.ina.fr/video/I16020608
      https://www.youtube.com/watch?v=6KcZbwLwDzE

       0

      Alerter
  • Grand-père // 14.04.2018 à 07h49

    Malheureusement, tout cela montre que la coalition atlantiste est la plus forte et que la Russie est obligée de plier l’échine malgré le travail fait depuis quatre ans en Syrie. Poutine fait le dos rond sur Skripal les frappes etc car il n’a pas les moyens de résister à une guerre économique plus brutale de la part des trois Zoros d’opérette. ils le tiennent là où ça fait mal, c’est à dire l’économie qui impacte le bien être des russes qu’il ne peut sacrifier.
    Cette impuissance est terrible.

     8

    Alerter
    • calal // 14.04.2018 à 08h20

      Je crois que vous sous estimez les risques encourus de notre cote…Poutine n’est pas impuissant: il place ses pieces et attend le bon moment. Je crois que “notre” cote est perdant sur le moyen terme…

       26

      Alerter
    • Gilles // 14.04.2018 à 09h34

      Visiblement les russes avaient été prévenus en détail des cibles visées par les missiles otanniens (qui les évitaient soigneusement) et avaient prévenus les syriens. On reste, tant mieux, dans la communication guerrière! Reste juste à savoir s’il est exact que la DCA syrienne a abattu les 2/3 des missiles ce qui remettrait totalement en cause leur efficacité..😎

       23

      Alerter
      • MichelR // 14.04.2018 à 13h05

        voilà, du cinéma… un film devrait sortir prochainement… pas belle la vie?

         1

        Alerter
    • Gleux // 14.04.2018 à 10h38

      Je pense surtout que les néo-cons, ont choisi l’option minimaliste. Ce qui est finalement la meilleure option (même si je ne la défend en aucun cas). Cela leurs permet de sauver la face même si c’est totalement symbolique. C’est l’option « regardez comme nous sommes durs », face à laquelle la Russie n’a aucun intérêt a riposter en risquant une escalade dangereuse.

      James Mattis a précisé que «C’est une frappe unique», confirmant que les opérations étaient terminées, comme quoi les “menaces” russes ont peut-être calmé les ardeurs guerrières des 3 pays représentant la “communauté internationale”.

      Après, les néo-cons prendront sans doute cela pour de la faiblesse et tenteront une nouvelle provocation.

       12

      Alerter
      • Alfred // 14.04.2018 à 11h06

        Oui ce matin je suis heureux : je suis humilié en tant que Français aux yeux du monde. J’appartiens à une nation imbécile et lâche, agressive et soumise, grossière et puante. Mes dirigeants “superinteligents” prennent tous mes compatriotes pour des idiots sous les sarcasmes de “la rue arabe” (et de toutes les rues du monde en vérité).
        Mais heureux. Nous avons “bien sûr” evité de taper pour de vrai et nous avons juste dépensé notre argent pour faire semblant de donner le change (plusieurs dizaines de millions d’euros pour la face à duc.. kameme).
        Avec un peu de chance nous ne recevrons pas des voitures piégées mais juste des sandales sur la tête.

         24

        Alerter
      • Alexei Zaysen // 15.04.2018 à 13h03

        C’était surtout un piège tendu à la Russie: la frappe était effectivement relativement modeste, mais vu l’ampleur du dispositif mis en place derrière en appui, nul doute qu’il était prévu une vague de réplique massive en cas de réaction russe (par ex contre les navires). Cette 2e vague aurait permi de “légitimer” des frappes contre les bases russes, ce qui pour le coup aurait changé la donne en Syrie. A mon sens, l’objectif était là, et malheureusement ca ne sera probablement pas la dernière provocation de l’Otan qui cherche à l’évidence une confrontation avec la Russie.

         2

        Alerter
    • Mitch // 14.04.2018 à 10h54

      Après la rhétorique ultra belliqueuse de ces derniers jours, il fallait sauver la face. Les cibles visées semblent être sans grand intérêt.
      “L’occident” avait surtout besoin de se rassurer.

       11

      Alerter
  • numaroumestan // 14.04.2018 à 07h52

    L’industrie de la haine et du mensonge n’a pas changé depuis 1914.
    On peut cependant se souvenir que la prédication de vérités révélées fut aussi le moyen de détruire les écoles philosophiques à la fin de l’Empire romain, lorsque la secte des galiléens eut pris le pouvoir.
    On peut en déduire que le monothéisme justifie le mensonge pieux comme l’ont enseigné, quand cela a été possible, les philosophes.
    Le slogan ” le serment fait à l’infidèle n’engage pas” est le lemme dominant de la racaille en possession de l’occident et de ses puants collabos médiatiques

     9

    Alerter
    • calal // 14.04.2018 à 13h31

      On peut en déduire que le monothéisme justifie le mensonge pieux .

      Quel bilan des 200ans dernieres annees depuis que le monotheisme a cede la place au materialisme?
      Bientot une 3 eme guerre mondiale?
      YOLO…

       1

      Alerter
  • Thomas Savary // 14.04.2018 à 08h13

    Ciel ! Mais que fait le Décodex ? Comment ça, on ne mord pas sa propre main ? 😉

     18

    Alerter
    • Manuel // 14.04.2018 à 13h52

      Bah il ferme sa bouche.

      Pour le coup, je pencherai sur le niveau d’anglais de nos journalistes. Le texte en anglais peut prêter à confusion si on ne maîtrise pas l’anglais.

      Je pense que cette mauvaise manipulation de la langue anglaise dans sa subtilité et un FORT parti pris dans cette affaire ont provoqué cette erreur d’interprétation entre source et identité a été commise.

      En tout cas, très beau billet de la part d’OB qui démontre avec rigueur comment le parti pris des journalistes mainstream a entraîné une erreur d’interprétation.

      Merci.

       2

      Alerter
  • Nerouiev // 14.04.2018 à 08h16

    Il transparaît une obsession médiatique à convaincre le peuple d’accuser la Russie, notamment par l’homogénéité du discours. En dehors du fait que ce nom de novitchoc n’a jamais été qu’un nom de laboratoire, je me pose immédiatement trois questions :
    1) quelle est la nature de l’échantillon analysé (nature, date, origine, mode de prélèvement …) car la Russie le voit comme hyper dangereux à des doses infimes et porteur de séquelles ; à tel point qu’ils pensent que les sujets n’ont pas pu l’avoir subi.
    2) Y avait-il une préparation de l’opinion à cette haine anti Russe, accompagnée par une action diplomatique forte, en prévision d’une redite à Douma en Syrie ?
    3) pourquoi s’en prendre à un pays qui ne nous veut que du bien en s’attaquant au terrorisme que nous subissons chez nous ?

     28

    Alerter
  • Patrique // 14.04.2018 à 08h58

    Extrait :
    …La décision solitaire de Macron est ainsi non seulement contraire à la prudence et à la sagesse dont doit faire preuve un chef d’État lorsque la paix mondiale est en jeu, mais elle est illégale au regard de la Charte de l’ONU et du droit international, et elle bafoue l’esprit même des institutions et de la démocratie.
    Le président de la République vient ainsi de faire preuve d’un « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat », selon les termes précis que requiert l’article 68 de la Constitution pour engager la procédure de destitution du chef de l’État…

     38

    Alerter
  • Homère d’Allore // 14.04.2018 à 09h02

    Ce matin, réveil cauchemardesque avec France Info.

    Bruno Tertrais plastronnait suivi par Pierre Servent qui nous expliquait que les frappes annulées de 2013 visaient “Bachar comme Al Nosra”.
    Puis un néo-con américain non identifié félicitait Macron. Pour conclure, on nous rappelait que le peuple américain soutenait désormais Trump car “même Mc Cain” était d’accord.

    J’ai fini par éteindre la radio. Petit déjeuner en paix.

    Peut-être l’un des derniers.

     20

    Alerter
  • A PARTAGER // 14.04.2018 à 09h55

    A VOIR : vidéo des 2 étudiants médecins qui parlent d’une manipulation des images où ils apparaissent (maquillée en scène d’attaque chimique) :

    Russian MoD Briefing: Syrian Eyewitnesses Reveal How Douma Provocation Was Made
    https://www.youtube.com/watch?v=AVswvR6G3go

    Traduction du 2ème témoignage, avec le t-shirt Prada

    Je m’appelle Khalil Azizah.
    Je suis étudiant en médecine.
    Je travaille à l’hôpital central de Douma, aux urgences.
    Le 8 avril, un bâtiment dans la ville a été bombardé. Les étages supérieurs ont été détruit. Les étages du bas ont pris feu. Tous les blessés du bâtiment ont été amenés à l’hôpital. Les résidents de l’étage supérieur souffraient de l’inhalation de fumée. C’est pour cela qu’on les a pris en charge, en nous basant sur leurs symptômes.

    Pendant les traitements, un inconnu est arrivé. Je ne sais pas qui c’était. Il a dit que c’était une attaque chimique. Les gens ont pris peur. Une bagarre a éclaté.

    Des proches des victimes ont commencé à verser de l’eau sur les uns et les autres. D’autres ont commencé à donner des inhalateurs pour l’asthme aux enfants, alors que ces personnes n’étaient pas des médecins (“professionnels de médecine”).

    Nous n’avons vu aucun patient présenter des symptômes d’empoisonnement chimique.

    (Les deux étudiants se reconnaissent et se montrent du doigt sur la vidéo.)

     29

    Alerter
  • Olposoch // 14.04.2018 à 09h59

    Le lieu de l’empoisonnement des Skripal se trouve justement a une encablure de Porton Down, labo britannique de pointe en matière d’armes chimiques… what are the odds quand même, 3000 chercheurs en armes chimiques d’une grande pureté à 7 miles…
    Et si les auteurs de l’empoisonnement avaient plutôt choisi de les renverser avec une BMW ‘d’origine allemande’, on aurait des sanctioons contre l’Allemagne, pas des bombardements sur les sites de production de WMD en Angleterre…

     13

    Alerter
    • Papagateau // 14.04.2018 à 12h14

      Oui, quand j’ai lu que l’agent chimique analysé était “d’une grande pureté”, je me suis demandé ce que ça faisait dans l’article de la presse-officielle-AFP.
      Comment ont-ils pu retrouver un échantillon “d’une grande pureté” après dilution dans la nature ? J’appelle ça plutôt une grande dilution. Dans le sang des skipal ? Vu l’efficacité du poison la dilution devait être de 1000 milliards plus tout les métabolites.
      Ont-ils retrouvé un flacon de produit pur soigneusement rebouché ?

      Non, non. “Une grande pureté” voulait tout simplement dire “labo militaire géant” donc preuve de la Russie. Accuser sans se mouiller. Mentir.
      Ah, au fait, les animaux de compagnie des skipal , a priori morts de soifs, ont été incinérés, sans prélèvement. Pas de bol.

       15

      Alerter
  • Dorian // 14.04.2018 à 10h37

    « On croit mourir pour la patrie, et on meurt pour des industriels. »

    « Ainsi, ceux qui moururent dans cette guerre [14-18] ne surent pas pourquoi ils mouraient. Il en est de même dans toutes les guerres. Mais non pas au même degré. Ceux qui tombèrent à Jemappes ne se trompaient pas à ce point sur la cause à laquelle ils se dévouaient. Cette fois, l’ignorance des victimes est tragique. On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. Ces maîtres de l’heure possédaient les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes : des usines, des banques, des journaux. »
    Ces fameuses lignes d’Anatole France (dans l’Humanité, juillet 1922) n’ont pas pris une ride.

    Le Monde a clairement choisi son camp, celui des industriels, ses propriétaires.

     21

    Alerter
  • Bordron Georges // 14.04.2018 à 10h45

    C’est aujourd’hui que sera reconnu le point de basculement dans les relations internationales. Trois pays ont perdu toute légitimité morale: la France, la Grande Bretagne, les Etats Unis. Ils ont appliqué la loi de Bismarck: «mon droit est ma force» et piétiné les règles internationales. Comment pourront-ils encore justifier la primauté de leurs décisions sur le reste du Monde, à l’ONU en particulier?
    Leurs mensonges, leurs manipulation, les raisons profondes de leurs actions apparaitront au grand jour. Comme disait J.F. Kennedy: «On peut tromper quelqu’un tout le temps, on peut tromper tout le monde un certain temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps».

     13

    Alerter
    • Bordron Georges // 14.04.2018 à 11h51

      Je dois me corriger. L’expression de Bismarck est: “ma force est mon droit”. Ce qui n’est pas tout à fait pareil!

       2

      Alerter
  • Toutatis // 14.04.2018 à 10h49

    On ne réfléchit pas assez à ce qui pousse les gens à regarder les journaux (ou à regarder les infos à la télé). Est-ce vraiment le besoin de s’informer ? N’est-ce pas plutot pour conforter une idéologie dans laquelle on baigne ? (en particulier dans le milieu professionnel, du moins dans les grandes villes).
    Philippe Grasset parle de “narratives” (terme emprunté au cinéma je pense) qui ont remplacé les descriptions de la réalité.
    Existe-t’il encore beaucoup de vrais journalistes ? Leur proportion doit être infime dans la presse actuelle. On voit par exemple dans l’affaire Skripal, une interview de son créateur montrant que ceux qui sont victimes du “Novitchok” ont très peu de temps de survie, ou alors avec de lourdes séquelles, et on voit ensuite peu après les Skripal quasiment indemnes. Un journaliste digne de ce nom ne devrait-il pas convoquer des spécialistes, en particulier médicaux, pour leur demander ce qu’ils en pensent ? Je n’ai rien vu de tel.
    Il y a quelques mois de cela on a pu entendre un haut responsable de CNN (enregistré à son insu) à propos de l’hystérie anti-russe de cette chaine. Ce responsable a reconnu que c’était du “bullshit”, qu’il n’avait personnellement rien contre les Russes, mais que ça augmentait les ventes (et les clics). On sert donc à un certain public ce qu’il demande. Rien à voir avec le journalisme au sens classique du terme.

     22

    Alerter
    • calal // 14.04.2018 à 13h38

      comme pour la mode je pense: faire comme le courant dominant,pour faire croire que l’on appartient a ce courant dominant. Accessoirement cela permet de montrer patte blanche devant les autres et ne pas etre “mis a l’ecart”.

      Il y a de nombreux temoignages sur la shoah et les deportations de resistants qui disent que certains avaient des occasions de s’enfuir mais ne prenaient pas le risque et preferaient rester avec les autres. Le probleme c’est que c’est le genre de comportements qui est bien etudie par les psychologue et qui a ete utilise par les ingenieurs dans les camps de concentration pour “maximiser” le rapport gardien/ gardes…

       1

      Alerter
    • Geai rare Manvhussah // 14.04.2018 à 13h56

      Bonjour,

      Avez-vous pu conserver une trace ou un lien de cet aveu d'<> ?
      Peut-être pas, sinon, vous l’auriez déjà indiqué.
      Ce genre de témoignage est toujours très intéressant à conserver, si quelqu’un en a des traces….

       0

      Alerter
  • Ivan // 14.04.2018 à 10h50

    Il faut noter que la Russie a bien produit des témoignages du personnel médical de l’hôpital de Douma qui a traité les victimes de “l’attaque chimique” en Syrie et que ces témoins affirment que ces victimes étaient traitées pour une intoxication au CO2 suite aux départs de feu dans leur immeuble résultant d’un bombardement “conventionnel”. Le personnel médical décrit l’arrivée des casques blancs qui a transformé ces victimes d’une intoxication au CO2 en victimes d’une “attaque chimique”.
    Les éléments sont disponibles ici :
    https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

     14

    Alerter
    • René Fabri // 14.04.2018 à 12h06

      Les occidentaux parlent maintenant de “chlore” au lieu de “gaz interdit”.

      En effet, ce matin, le US defense secretary, Jim Mattis, et le général Joseph Dunford, justifient l’envoi des cent missiles de cette nuit, en ne parlant que de “chlorine gas” (chlore), et plus de sarin ou d’autres substances. (source Reuters : https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-mattis/u-s-fires-one-time-shot-at-syria-after-chlorine-attack-idUSKBN1HL04K ). Or, le chlore est une substance autorisée, tout comme le gaz lacrymogène. D’ailleurs, le spécialiste des questions militaires, Jean-Dominique Merchet, a dit, que l’utilisation de chlore est fréquent et pas interdit, les victimes pouvant s’enfuir sans séquelles.

      Reuters remarque aussi ce changement de discours à la baisse en indiquant : “Allegations of Assad’s chlorine use are frequent in Syria’s conflict, raising questions about whether Washington had effectively lowered the threshold for military intervention.”

       5

      Alerter
      • Papagateau // 14.04.2018 à 12h38

        De l’eau de Javel dans un hôpital d’un pays en guerre avec des restrictions sur l’eau potable ?
        Imparable. Cynisme absolu.

        Lecteurs qui avaient de l’eau de Javel chez vous, méfiez-vous du TPI, et du F16 qui passe. Le crime de guerre n’est pas loin.

         4

        Alerter
    • LAG // 14.04.2018 à 13h26

      Ouais, Sputnik… Depuis qu’ils ont laissé entendre à son décès que Udo Ulfkotte aurait été éliminé pour ses révélations alors que tout le monde savait pertinemment qu’il avait fait ses révélations se sachant condamné par la maladie, j’ai rangé Sputnik News dans la même case « Propagande Merdiatique » que Le Monde et compagnie.

       2

      Alerter
  • Louis St O // 14.04.2018 à 11h20

    En tout cas, moi je constate une chose, on critique les journaux, et comment faire autrement tant ils sont le doigt sur la couture du pantalon du pouvoir, mais tout de même, l’AFP sait que tous ces moutonniers vont copier/coller la dépêche AFP sans même la lire, et à chaque fois, (ou en tout cas très souvent quand ça l’arrange) c’est l’AFP qui se trompe et ensuite elle corrige mais trop tard la dépêche est partie …
    J’ai remarqué que plusieurs fois l’AFP corrige ses dépêches après avoir fait une erreur … mais ces erreurs sont toujours dans « dans le bon sens ». L’info est partie, peut être corrigé mais quand même diffusée avec un erreur.

     8

    Alerter
  • Ivan // 14.04.2018 à 11h38

    Il serait intéressant dans le cadre de cette affaire, de se pencher sur la situation actuelle de Ioulia Skripal. Elle a affirmé vouloir rentrer le plus vite possible en Russie,selon sa cousine. Pourtant il semble que les autorités britanniques la maintiennent “au secret” et lui refusent de se rendre à l’ambassade de Russie et filtrent ses contacts avec l’extérieur. Ioulia Skripal est-elle retenue contre sa volonté ?
    https://fr.sputniknews.com/international/201804081035849339-cousine-skripal-ioulia-russie-retour/
    http://www.europe1.fr/international/affaire-skripal-moscou-accuse-londres-de-retenir-par-la-force-ioulia-skripal-3625241
    https://francais.rt.com/international/49691-moscou-doute-que-declarations-attribuees-yulia-skripal-police-authentiques

     7

    Alerter
    • moshedayan // 14.04.2018 à 14h11

      Récemment, Londres a laissé entendre que les Skripals allaient bénéficier d’un programme de “protections des témoins” c’est-à-dire être mis dans l’anonymat complet, l’oubli. Ceci veut dire qu’ils “disparaîtront” de la circulation. Londres les protégera soit “honnêtement” à leur façon, soit aura tout le temps pour les éliminer définitivement après un “certain temps” de “mort naturelle”. Seule une organisation internationale suisse ou norvégienne neutre est maintenant en mesure d’exiger du gouvernement britannique qu’il donne des nouvelles des Skripal. Si j’étais un officiel russe je n’hésiterai pas une seconde à faire appel à la Norvége (où il existe encore des honnêtes hommes pour les Droits de l’Homme).

       8

      Alerter
  • moshedayan // 14.04.2018 à 11h41

    Dans une interview vue sur RT, un scientifique russe expliquait que la seule méthode valable pour identifier la signature-l’origine nationale du poison est une spectrographie, à partir d’échantillons (et si possible dans de bonne conditions). La molécule en soit est imitable facilement, c’est la méthode de mélanges qui varie et les éléments de base.
    Or, le Royaume-Uni a refusé de confier les échantillons et même les résultats de leur spectrographie (s’ils l’ont fait) à la Russie ou à un laboratoire tiers et neutre.
    L’OIAC n’a d’ailleurs pas plus joué franc-jeu en refusant d’écrire simplement que “la composition chimique du poison n’atteste en rien d’une signature russe”.
    Tout ceci sent un montage de 3 pays -USA, France et R.U, pour justifier, au nom de la non-prolifération des armes chimiques, une attaque contre la Russie. La pression peut vraiment déboucher sur une guerre générale, puisque c’est en rapport avec la Syrie.

     13

    Alerter
    • moshedayan // 14.04.2018 à 13h50

      Merci pour le lien je le lirai plusieurs fois attentivement. Mon orientation n’a pas été soudaine. C’est depuis 2005 à peu près : en faisant une rétrospective : Timisoara, Kosovo, Ossétie du Sud, Ukraine -1re rev. “Orange””, Libye, Syrie, Donbass que j’ai été amené à penser que les Occidentaux, la France officielle et ses grands médias n’avaient plus aucune crédibilité dans leurs paroles ou la présentation des faits. Et le fait que ce soit un .gouv.fr ne fait que mettre ce tampon “à prendre avec précaution” “à décrypter” sur les réelles intentions de la France.
      Pour remédier à cela, que faire ? Tout changer ou éradiquer l’influence française à l’extérieur ?

       2

      Alerter
  • Triste // 14.04.2018 à 12h38

    Rappel sur Jaysh al-Islam cité dans le PDF de mon précédent commentaire :
    https://web.stanford.edu/group/mappingmilitants/cgi-bin/groups/view/533

     0

    Alerter
  • Triste // 14.04.2018 à 12h41

    “Tout au long de 2015 et 2016, Jaych al-Islam a été mêlé à une série de controverses. En novembre 2015, le groupe a placé des soldats syriens et leurs familles dans 100 cages à l’est de Ghouta pour dissuader les attaques du régime Assad contre des zones civiles, comme les marchés et les hôpitaux. En réponse, le groupe a fait l’objet de critiques généralisées au sein de l’Eastern Ghouta pour avoir utilisé des soldats comme boucliers humains. De plus, Jaych al-Islam aurait utilisé des armes chimiques lors d’une attaque contre les unités de protection du peuple et d’autres forces kurdes à Alep en avril 2016. Toutefois, le groupe a nié les allégations et a précisé qu’il avait pris des mesures disciplinaires contre un commandant pour avoir utilisé des “roquettes GRAD modifiées” et non des armes chimiques au chlore. La dernière grande controverse a commencé lorsque Faylaq al-Rahman, un groupe d’opposition qui comprend l’ancienne Union islamique Ajnad al-Sham et est soutenu par Jabhat Fatah al-Sham, a affirmé que Jaysh al-Islam a tenté d’assassiner l’ancien juge en chef du Conseil judiciaire unifié. En réponse, Jaysh al-Islam a commencé à prendre pour cible Faylaq al-Rahman jusqu’à ce que les deux groupes parviennent à un traité de paix en mai 2016. [26] [27]”

     0

    Alerter
  • Duracuir // 14.04.2018 à 13h11

    Je viens de supporter moins de 17 secondes France Info par erreur en voiture. Les deux “journalistes” étaient défaillants de suavité orgasmique en évoquant Macron revêtant son “habit de chef de guerre”. Et pourtant, ils n’ont même pas l’excuse de bosser pour un oligarque sourcilleux.
    Vite, un émétique.

     9

    Alerter
    • Fritz // 14.04.2018 à 14h26

      17 secondes ? Le choc a dû être violent, heureusement vous n’avez pas eu d’accident.
      « Pour votre sécurité », bloquez les canaux des radios porno quand vous conduisez : France Intox, Radio Lagardère, etc.

       1

      Alerter
  • V_Parlier // 14.04.2018 à 15h09

    Félicitations pour avoir publié aussi vite et bien une telle synthèse, aussi détaillée! J’avais suivi ces bidonnages avant-hier mais je me sentais dépassé, n’ayant pas pu obtenir non plus le rapport original de l’OIAC. Je m’étais donc contenté d’un diaporama commenté sur YT. Mais là c’est beaucoup plus fouillé et j’en apprend encore!

     4

    Alerter
  • JC // 14.04.2018 à 16h03

    Merci pour cet article. Lorsque j’ai vu l’article de l’imMonde, cette manipulation m’a sauté aux yeux, après je comprends que pour les croyants en la parole de la diplomatie des 3 États-voyous, le biais de confirmation leur a empêché de voir cette bêtise. N’empêche qu’il faut faire boulot pour les autres, donc merci Olivier de prendre le temps de le faire, aussi efficacement en plus.

     8

    Alerter
  • Ivan // 14.04.2018 à 16h53

    Il semble que la situation évolue rapidement.
    Selon l’agence sputnik :
    “Un laboratoire indépendant situé en Suisse a analysé les échantillons recueillis par l’OIAC à Salisbury et y a détecté les traces de l’agent toxique baptisé BZ, a annoncé ce samedi Sergueï Lavrov. La substance fait notamment partie de l’arsenal des États-Unis ainsi que du Royaume-Uni et n’a jamais été produit ni en Russie ni en URSS, a-t-il ajouté.”
    https://fr.sputniknews.com/international/201804141035948612-moscou-skripal-agent-toxique/
    A suivre…

     3

    Alerter
  • statistique de langage // 14.04.2018 à 17h14

    Personne n’a semblé noter la remarque de l’OPCW sur la grande pureté du produit. La seule pureté que la personne en charge de l’analyse ait pu mesurer est celle de l’échantillon lui-même, et pas celle du produit utilisé. Pour les échantillons biologiques prélevés sur les victimes, il est certain que la pureté ne peut pas clairement être évaluée chaques composés identifiés a dû être recherché en particulier, on ne peut rechercher toutes les impuretés imaginables. Pour ceux environnementaux, le fait qu’ils soient purs est en fait surprenant. Les organophosphates (en particulier l’amidine phosphorylé A-234) sont sensibles à l’hydrolyse. Recueillis à l’extérieur ils seront contaminés par les sous produits d’hydrolyse (et par toutes les saloperies qui trainent à l’extérieur).

     2

    Alerter
  • statistique de langage // 14.04.2018 à 17h29

    C’est pour cela que les laboratoires spécialisés dans les analyses d’armes chimiques préparent non seulement de petites quantités des produits actifs eux-mêmes, mais aussi une collection de sous produits de décomposition pour comparer avec les échantillons environnementaux.
    D’autres part un produit chimique “sale” est pollué par les réactifs qui ont servit à le préparer, eux-mêmes s’hydrolysant pour donner les mêmes sous produits (ici le diethylacetamidine, et le dérivé d’acide phosphorique). C’est à dire que faute d’avoir l’échantillon sorti du labo de fabrication, il est pour le moins difficile d’évaluer la pureté de l’arme utilisée. En bref, si j’étais analyste, je ne manquerais pas de (faire) remarquer la grande pureté de l’échantillon fournit pas les autorités anglaises, pour le moins atypique pour un échantillon provenant d’un site d’attaque chimique.

     3

    Alerter
  • statistique de langage // 14.04.2018 à 17h38

    Enfin: “En réalité, c’est en théorie possible, la forme des molécules est une sorte d’empreinte digitale”
    Je suis pas sur de ce que l’auteur de ces lignes entend par “forme” des molécules (la forme est la structure, qui est ce qui définit la molécule en tant que disctinct d’une autre), mais dans tous les cas c’est l’analyse isotopique des différents atomes qui peut révéler l’origine géographique des matières premières et ainsi potentiellement indiquer la voie synthèse, laquelle pouvant mener à l’auteur.

     4

    Alerter
  • Alfred // 14.04.2018 à 18h00

    La version officielle à des allures de Titanic pour ce qui est de skripal. Un labo suisse dit que la toxine du cas skripal vient des anglo-saxons :
    https://www.zerohedge.com/news/2018-04-14/independent-swiss-lab-says-bz-toxin-used-skripal-poisoning-usuk-produced-not

    Mais aussi de la Syrie:
    https://www.zerohedge.com/news/2018-04-13/us-intelligence-officials-who-warned-about-false-wmd-claims-iraq-war-are-now

    Bref après la petite frayeur viebt le moment de la grosse poilade.

     6

    Alerter
  • Osperato // 14.04.2018 à 18h29

    A noter que de petites mains diligentes ont réussi à intégrer cette affaire Skripal dans le Wiktionnaire français pour l’expression “Modus Operandi” !!
    Comme exemple d’emploi, on a maintenant aussi :

    – Le Royaume-Uni accuse la Russie d’avoir commandité cette tentative d’assassinat, dont le modus operandi porte la signature de Moscou. — (LE MONDE, « Affaire Skripal : le rapport de force avec la Russie est nécessaire », Le Monde. Mis en ligne le 27 mars 2018)
    https://fr.wiktionary.org/wiki/modus_operandi

     1

    Alerter
    • Martin // 14.04.2018 à 19h09

      Comme s’il n’était pas tout ce qu’il y a de plus facile de copier un “modus operandi”.

      La preuve: les rosbifs ont copié le modus operandi de Colin Powell à la tribune de l’ONU en 2003.

       3

      Alerter
  • Martin // 14.04.2018 à 19h06

    Pour l’immonde et leurs déconneurs – oups pardon, faute de frappe! – c’est l’arroseur arrosé!

    Pour cette brillante démonstration à citer dans toutes les écoles de journalistes, un triple HOURRA pour Olivier!!!

    C’est tout ce qu’il y a de plus jouissif à lire et à contempler!

    Merci, merci et encore merci Olivier pour cette brillante et imparable démonstration.

    Permettez-moi d’ajouter mon petit grain de sel. De quelle molécule d’A-234 s’agit-il? Car il y en a deux… une selon Mirzayanov et une selon Hoenig…

    https://en.wikipedia.org/wiki/A-234_(nerve_agent)

     1

    Alerter
  • ledufakademy // 15.04.2018 à 01h36

    Mais alors qui possède et finance AFP, Reuter (etc.) ?
    C’est drôle non de toujours reboucler !

     1

    Alerter
  • Owen // 15.04.2018 à 03h45

    Ouatchti !

    Google + Skripal = ” l’OIAC a trafiqué les résultats de son enquête ”
    Avec le titrage automatique qui sort dans les journaux, comme expliqué dans cet article d’OB:
    TVA Nouvelle – 20 minutes – Le Figaro – Europe 1 – Le Point – RTBF
    Et les autres journaux qui retouchent, mais reprennent le titre.

    Et le Monde ? Rien le Monde ! Panique générale à tous les étages, le Monde !

    Et Macron ce soir à la Télé !!!! Banzaaaaaaaaaaaaaï !

     0

    Alerter
    • V_Parlier // 15.04.2018 à 19h41

      Oh non, aucune panique. Ils vont se payer la tête de Lavrov, c’est tout, à moins d’un miracle qui consisterait en un doute sincère…. Mais depuis 2011 (et ça aurait pu être avant) je n’y crois plus.

       0

      Alerter
  • Owen // 15.04.2018 à 04h30

    Ah, oui…

    A Douma, l’enquête est mené par …

    Pour 2018, l’homme de l’année sera: Sergueï Lavrov.

    Paix Soit Sur Lui.

     0

    Alerter
  • Owen // 15.04.2018 à 05h10

    Allez, une dernière et j’arrête.

    Theresa May:
    ” Les bombardements en Syrie sont « un message à ceux qui pensent qu’ils peuvent utiliser les armes chimiques avec impunité », a déclaré la première ministre britannique.”
    http://www.lemonde.fr/international/article/2018/04/14/l-avertissement-de-theresa-may-a-la-russie_5285608_3210.html#tzTJ0sTQoJbaotxm.99

    Elle est en assemblée avec le Parlement lundi…
    On va avoir une semaine passionnante !

     0

    Alerter
  • ledufakademy // 15.04.2018 à 09h48

    Définition : Laboratoire P4
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoire_P4
    Qui en possède ? Qui fabrique les agents neuro-tox ?
    Les mêmes qui bombardent la Syrie.
    Source : http://www.geopolintel.fr/article2016.html

    A mon avis tout ceci est jeu diplomatique pour agiter les foules : ça marche.
    Poutine n’est pas dupe, alors Lavrov …
    Netanyahou espère … dommage pour lui.

    Superbe article olivier, merci.

     1

    Alerter
  • Betty // 15.04.2018 à 17h09

    AFPData est un nouvel écosystème éditorial basé sur les données. Le projet comprend trois parties :
    – Créer des jeux de données à haute valeur ajoutée éditoriale.
    – Mettre à disposition des rédactions ces jeux de données, produits par l’AFP, par des partenaires ou sélectionnés par l’Agence parmi des sources open-data, via Api ou par téléchargement grâce à la solution de la plateforme OpenDataSoft.
    – Utiliser ces jeux de données pour produire automatiquement ou semi-automatiquement des contenus d’actualité en direct.
    https://www.petitesaffiches.fr/actualites,069/economie,045/afpdata-un-projet-associant-l-afp,10247.html

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications