Les Crises Les Crises
23.mars.201823.3.2018 // Les Crises

[Orwellisme] Boris Johnson : la position de la Russie dans l’affaire Skripal est “de plus en plus bizarre”

Merci 106
J'envoie

Nous vous proposons la traduction de cette incroyable interview du Ministre des Affaires Étrangère anglais…

Rappelons très clairement qu’il ne s’agit nullement ici de défendre mordicus la Russie, mais simplement, au vu de la gravité des événements et accusations, d’exiger un scénario crédible appuyé par des preuves indiscutables.

Dans ce cas, nous appuierons alors évidemment avec force les plus fortes sanctions contre les coupables.

Source : DW, 20/03/2018 (vidéo disponible ici)

Dans un entretien exclusif avec Zhanna Nemtsova de DW (Deutsche Welle), le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson explique pourquoi Londres pense que la Russie est responsable de l’attaque contre l’ex-espion Sergei Skripal, en citant des expériences “amères” avec le Kremlin.

DW : Monsieur Johnson, il y a quelques jours, vous avez dit qu’il était extrêmement probable que le président Poutine ait personnellement ordonné l’utilisation d’un agent neurotoxique pour attaquer l’ancien agent double Sergei Skripal. Qu’est-ce que le Parlement britannique et vous-même détenez comme preuve à l’appui de ce point de vue ?

Boris Johnson : Je pense qu’il est très important avant tout de montrer que nous ne pensons pas que le coupable est peuple russe, la Russie. Nous n’avons pas de querelle avec la Russie. Ce sont des problèmes avec le Kremlin et avec l’État russe tel qu’il est actuellement. Et la raison pour laquelle j’ai expliqué ce que j’ai fait, c’est que si vous regardez ce qui a été utilisé, c’est un agent Novitchok, d’après nos scientifiques de Porton Down. Vous devez également tenir compte du fait que Sergei Skripal est identifié comme une cible pour une liquidation et que Vladimir Poutine a lui-même dit que les traîtres, c’est-à-dire les transfuges comme M. Skripal, devraient être empoisonnés. C’est donc un agent neurotoxique possédé seulement par la Russie.

Avez-vous des preuves solides que Poutine l’a commandée directement ? Parce que ce que vous avez proféré l’accusation la plus directe envers dirigeant russe.

J’ai bien peur qu’il soit responsable « du train qui fait du bruit », comme on dit au Royaume-Uni. Quelqu’un doit être responsable, et nous, au Royaume-Uni, pensons que les preuves accusent l’État russe, comme dans le cas d’Alexander Litvinenko. Vous vous souvenez que la traînée de polonium avait mené très clairement à l’État russe. En fin de compte, M. Poutine est responsable, et je crains qu’il ne puisse échapper à sa responsabilité et à sa culpabilité.

Pourquoi avez-vous – je veux dire, le gouvernement britannique – fait cette déclaration sans attendre le résultat de l’enquête que vous menez actuellement ?

C’est parce que nous avons une expérience très amère avec la Russie de Poutine lorsque nous avons un problème comme celui-ci. Il y a douze ans, nous avons eu l’assassinat à Londres d’Alexander Litvinenko. Et à cette étape, c’était un événement extraordinaire. Le Royaume-Uni a procédé avec beaucoup de soin et de patience et nous avons décidé de travailler avec le système judiciaire russe pour tenter d’extrader M. Kovtun et M. Lugovoi, qui étaient fortement soupçonnés d’être responsables. A la fin, nous avons juste une sorte de refus sarcastique de coopérer avec notre processus judiciaire. Nous avons estimé qu’il était très important de prendre cette décision, d’aller de l’avant, de montrer que si vous utilisez de façon imprudente un agent neurotoxique – qui n’a pas été utilisé en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale – à Salisbury, alors vous devez faire face à certaines conséquences diplomatiques.

Vous dites que la source de cet agent neurotoxique, Novitchok, est la Russie. Comment avez-vous réussi à le découvrir si vite ? La Grande-Bretagne en possède-t-elle des échantillons ?

Permettez-moi d’être clair avec vous…. C’est quand je regarde les preuves, je veux dire les gens de Porton Down, le laboratoire…

Ils ont donc les échantillons …

Ils en ont.

[NdT : note importante. Il y a une ambiguïté ici. On ne sait pas si l’un et l’autre parlent d’échantillons préexistants à l’attaque, ou s’il s’agit, plus probablement (au moins pour M. Johnson) d’échantillons prélevés sur la scène de crime]

Ils étaient absolument catégoriques et j’ai demandé au scientifique moi-même, j’ai dit : “Êtes-vous sûr ?”. Et il a dit qu’il n’y avait aucun doute. Nous n’avions pas d’autre choix que de prendre les mesures que nous avons prises. Mais je dois dire que la différence entre cette époque et ce qui s’est passé il y a 12 ans avec Alexander Litvinenko, c’est le fait qu’il y a davantage de sympathie au sein de la communauté internationale, beaucoup plus de compréhension face au comportement qu’adopte la Russie depuis ces dernières années. Autour de la table à Bruxelles, en parlant à tous les autres pays européens, il n’y a presque personne qui n’a pas connu directement ou indirectement une sorte de comportement malveillant ou perturbateur de la part de la Russie.

Dans une interview de dimanche, vous avez mentionné que vous aimeriez avoir une coopération constructive avec la Russie sur cette question. Sachant que vous avez accusé directement Poutine, comment voyez-vous cela ?

Comme l’a dit le Premier ministre, nous avons laissé un choix. On a dit, “écoutez, c’est bien du Novitchok. Donc s’il y a une explication rationnelle de la manière dont il s’est échappé de vos stocks et de comment il a pu être utilisé dans les rues de Salisbury, alors venez : Travaillons ensemble et allons au fond des choses. Si, par contre, il n’y a pas d’explication, on ne peut que conclure qu’il s’agit de l’État russe”. Or, on n’a pas eu de réponse. Nous avons juste eu droit à de nombreux tweets sarcastiques et à des trolls.

Le Kremlin a dit qu’ils aimeraient avoir accès aux échantillons de matériaux. Autoriserez-vous cet accès aux enquêteurs russes ?

Je pense qu’en premier lieu, si je puis le dire respectueusement aux détectives du Kremlin, nous ferons confiance aux experts techniques de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques. Nous verrons ce qu’ils en pensent. C’est la procédure que le Royaume-Uni doit suivre en vertu du Traité sur les armes chimiques. Et, vous savez, je dois dire que je trouve la position russe sur ce qui est arrivé avec le Novitchok de plus en plus bizarre.

Le gouvernement britannique et le Premier ministre du Royaume-Uni ont donc tous deux annoncé certaines mesures. Vous avez déjà expulsé 23 diplomates russes de Grande-Bretagne et obtenu une réponse symétrique. Quelles autres mesures allez-vous prendre ?

Nous avons expulsé 23 diplomates, probablement des espions déguisés en diplomates. Et il y a d’autres choses que nous allons faire. En particulier, nous renforçons nos frontières ; nous avons beaucoup de lois qui nous permettent de sévir contre l’argent obtenu illicitement ou contre l’argent corrompu au Royaume-Uni. Nous pouvons le faire. Nous avons la National Crime Agency, la National Economic Crime Unit, ils poursuivront ce travail. Toutefois, je dois souligner que le Royaume-Uni est un pays de droit, et je ne peux pas, en tant que politicien, dire « allez chercher l’argent de cette personne, faites ceci ou cela ». Ce n’est pas comme ça que ça marche.

Source : DW, 20/03/2018 (vidéo disponible ici)


On précisera à ce stade une anecdote (et on évitera toute conclusions hâtive) que le Laboratoire militaire de Porton Down, un des plus secrets du pays, se trouve à 8 kilomètres de Salisbury… (Source : Wikipédia)

8 kilomètres séparent le lieu de l’attentat contre Skripal d’un des plus secrets laboratoires militaires anglais

Il est donc indispensable que la presse obtienne du gouvernement anglais la réponse à la question : “Des échantillons de Novitchok se trouvaient-ils à Porton Down avant l’attaque contre Skripal ? (pour des recherches sur des antidotes par exemple)”

Nous vous renvoyons vers la réaction du MAE russe, Sergeï Lavrov, qui a indiqué :

“Le fait qu’ils [les officiels britanniques] refusent catégoriquement de déposer une demande officielle et qu’ils encouragent délibérément et avec arrogance la rhétorique anti-russe dans la sphère publique d’une manière qui frôle l’hystérie, indique qu’ils comprennent clairement qu’ils n’ont pas de prétexte formel pour s’engager sur une voie légale. […] Si vous faites appel à cette organisation [l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC)], vous devez vous conformer aux dispositions de la Convention [sur les armes chimiques]qui prévoient le dépôt d’une demande auprès de nous, parce que nous sommes soupçonnés d’être un pays d’origine et même le pays qui a utilisé cet agent empoisonnant, et de nous fournir des échantillons de cet agent, afin que nous puissions, avec les experts de l’OIAC, l’analyser”.

Annexe : Best-Of des tweets du Ministère des Affaires Étrangères anglais (on a vu se déclencher des guerres pour moins que ça…)

« Que la Russie parte et se taise » d’après le ministre britannique de la Défense, Gavin Williamson (source : Daily Mail)

Et on finira par ce monument :

Commentaire recommandé

Jean-Luc // 23.03.2018 à 06h49

A part cela, l’espion a été échangé avec des espions otaniens il y a 18 ans, tout d’un coup, il serait dangereux pour la russie ? Hmmm…
De plus, l’inventeur du novitchok réside aux USA depuis vingt ans, et la russie serait seule capable de produire ce poison ? mmoui…

26 réactions et commentaires

  • hansolo // 23.03.2018 à 05h53

    Extrêmement impressionnant !
    À ce demander si le Royaume Uni veut déclancher un conflit ?!

      +14

    Alerter
  • Nicolas // 23.03.2018 à 06h43

    C’est du complotisme ! … Ah, on me souffle dans l’oreillette que nous sommes de toutes façon face a une affaire de complot, et que toute hypothèse prétendant y répondre est forcément complotiste. Du coup, les chiens de garde (Rudy machin et les autres) ne vont rien dire parce que leur théorie est tout aussi complotiste. Hein, ils ne seront quand même pas assez hypocrites?

      +16

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 23.03.2018 à 06h49

    Ce Monsieur dit qu’il ne met pas en cause le peuple russe. Le peuple n’est pas coupable. Mais il l’est pour avoir choisi un “mauvais” président. Doit-on en conclure que le peuple russe est inconscient ou simplement idiot pour au moins pour 77% d’électeurs qui ont choisi Poutine? Quel mépris vis à vis des russes?
    Comment comprendre autrement?
    Si on compare avec la France, les chiffres sont à l’inverse, il y a à peine plus de la moitié de 40% de votants qui ont choisi Macron, les 60% qui ne l’ont pas choisi sont peut-être aussi des inconscients ou des idiots?
    Cet anglais peut retourner ses phrases comme il le veut, il insulte bel et bien le peuple russe en attaquant le Président qu’il a choisi, et dans lequel il se reconnait.

      +41

    Alerter
    • Madudu // 23.03.2018 à 10h26

      Il y a une nuance essentielle à intégrer pour comprendre le discours occidental actuel concernant les gouvernements étrangers : il faut distinguer le résultat du processus démocratique des “valeurs de la démocratie”.

      Ainsi lorsque le résultat du processus démocratique ne correspond pas aux “valeurs de la démocratie”, ce ne sont pas les dites “valeurs” qu’il faut questionner mais le processus démocratique : Poutine a été élu démocratiquement mais c’est un dictateur quand même !

      Et ce n’est pas là une pure et simple contradiction dans les termes, non non non ! C’est un “paradoxe” …

      De la même manière le résultat du référendum sur la constitution européenne de 2005 ne correspondait pas aux “valeurs de la démocratie” et n’a donc pas été pris en compte : les “valeurs de la démocratie” exigeaient de s’asseoir sur le résultat du processus démocratique.

      Par ces éléments de langage il est possible aux gouvernements illégitimes occidentaux de parler de démocratie absolument partout et à toutes les sauces sans jamais avoir à en respecter les principes.

      C’est un double-langage sans inconvénient, au moins à court terme. Une fois l’hypocrisie démasquée c’est par contre complètement odieux et ridicule. Pour conclure, nous sommes dors et déjà en dictature orwellienne, et la démocratie est dors et déjà à chercher ailleurs.

        +37

      Alerter
    • ManuUK // 24.03.2018 à 18h46

      Encore un coup d’orwellisme . Finalement ce que l’on critique à Boris Johnson contre la Russie, c’est ce qu’on a applaudit pour le Brexit.

      Pourtant ce sont les mêmes principes, les mêmes manières.

      Saura-t-on accepté nos erreurs du passé et nos propres contradictions ?

      A en croire les modérateurs de ce site, je ne crois pas. Finalement, personne ne sait réellement sur les-crises.fr ce qu’a été le Brexit.

        +1

      Alerter
  • Jean-Luc // 23.03.2018 à 06h49

    A part cela, l’espion a été échangé avec des espions otaniens il y a 18 ans, tout d’un coup, il serait dangereux pour la russie ? Hmmm…
    De plus, l’inventeur du novitchok réside aux USA depuis vingt ans, et la russie serait seule capable de produire ce poison ? mmoui…

      +58

    Alerter
    • Madudu // 23.03.2018 à 10h32

      Celui qui réside aux US depuis 20 ans n’est pas l’inventeur du truc justement. C’est comme si on attribuait à un quelconque ingénieur travaillant sur la conception des pneus du Su-35, l’invention du Su-35.

      Il a surtout aimé se faire mousser pour se faire bien voir dans son pays d’adoption.

        +11

      Alerter
    • Dominique // 23.03.2018 à 11h55

      « De plus, l’inventeur du novitchok réside aux USA depuis vingt ans, et la russie serait seule capable de produire ce poison ? »
      D’autant plus qu’il a rendu la formule publique !

        +9

      Alerter
      • SPARTACUS18 // 23.03.2018 à 16h00

        Deux jours après cette révélation du Novitchock sur la 2 on nous a montré la formule de ce poison, un laboratoire avancé peu le reproduire surtout s’il dépend d’un état. A qui profite le crime a Poutin qui était sur de sa réélection ou a May qui est en chute libre dans son pays et ait dans le fond du sac avec un bretxit qui ne se passe pas si bien que cela pour elle?

          +9

        Alerter
  • Dizalch // 23.03.2018 à 07h21

    B. Johnson est à l’Angleterre ce que L. Fabius fut à la France… c’est tout dire…

    Cet herzatz de minsitre des affaires étrangères pourrait-il se renseigner auprès des professionnels du secteur, qui “tous” déclare qu’il n’y a pas que la Russie qui peut synthétiser cet agent pathogène… (mais aussi ,es les US, le UK… Isr. etc.);

    NB: toute ressemblance avec les affirmations d’un certain C. Powell agitant sa fiole devant les Nations Unies pour le déclenchement de la guerre en Irak, est une pure “coïncidence”… bien entendu…

      +46

    Alerter
  • Fritz // 23.03.2018 à 07h35

    Comme l’avait souligné Stanko Cerovic, la Grande-Bretagne reste en pointe pour le mensonge de guerre (Dans les griffes des humanistes, Climats, 2001). Elle y fait preuve de maestria, un peu comme un vieux danseur, mais elle ne mène plus la danse.

      +14

    Alerter
  • dubius // 23.03.2018 à 08h51

    « nous ferons confiance aux experts techniques de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques. »

    Russia Insider publie un article d’un certain Stephen Lendman qui fait remarquer que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPCW) s’est distinguée en Syrie par son utilisation, sans s’être rendue sur place, d’informations fabriquées fournies par les Casques Blancs liés à al-Qaïda et autres sources anti-syriennes discutables. Alors que son mandat lui impose de mener des inspections « crédibles et transparentes » sur place.

    Par ailleurs l’Organisation est censée mettre en application les articles de la Convention sur les Armes Chimiques (CWC), qu’ont signée et le Royaume Uni, et la Russie.
    Et la Russie (Lavrov, ministre des AE) déclare que le Royaume Uni a refusé d’envoyer une demande officielle à Moscou en rapport avec l’implication de l’OPCW […] , violant ses obligations légales. […] Si vous en appelez à l’OPCW, vous devez vous conformer aux obligations du CWC, qui stipulent qu’une requête doit nous être envoyée […] et que des échantillons [du poison sur lequel porte l’enquête] doivent nous être fournis

    https://russia-insider.com/en/opcw-likely-rubber-stamp-uk-claim-about-skripal-poisoning/ri22832

    Voir aussi l’article de Dimitri Orlov qui après examen de divers aspects, notamment techniques, de cette histoire, et quelques remarques sur ces pays qui ne peuvent avoir le moindre espoir de jamais gagner au jeu de la diplomatie du fait d’une pénurie aigue de diplomates compétents, conclut qu’un scepticisme sain est requis et que, face à la destruction des institutions publiques aux US et au RU, le moins que l’on puisse faire est de refuser de prendre pour argent comptant ce qui paraït être de flagrantes provocations […]

    https://russia-insider.com/en/shocking-diplomatic-incompetence-theresa-may-and-boris-johnson/ri22802

      +15

    Alerter
  • Haricophile // 23.03.2018 à 08h51

    Vous sous-entendez quoi avec cette proximité avec le laboratoire, que ça pourrait être un stupide accident de manipulation déguisée en complot russe (saisissons les opportunités, recyclons un emmerde en chose utile…)?

      +3

    Alerter
    • Alfred // 23.03.2018 à 10h47

      Simplement que ce fait qui pourrait amener des esprits simples à des conclusions trop hâtives est consciencieusement passé sous silence dans les médias alors que des faits bien plus vagues (le poison s’appelle novichok on vous dit est ce que ça sonne brésilien pour vous?) sont martelés ad nauseam.
      Rappeler où se situe Porton Down permet simplement de réveiller l’esprit critique des benêts et d’arriver à la seule conclusion possible pour l’instant: Quasiment personne ne sait exactement ce qui s’est passé à Salisbury les accusations portées par le Gouvernement britannique sont gênantes à forces d’être ridicules. Un vrai journaliste devrait être bien embarrassé d’avoir à associer son nom à ce torrent d’aneries.

        +10

      Alerter
    • tepavac // 24.03.2018 à 15h09

      C’est une coïncidence plausible à bien des égards, la région de Salisbury étant stratégique de par son laboratoire sous sécurité militaire, toutes ces personnes vivent sur place, se connaissent, y construisent des liens sociaux, des amitiés…
      Qui sait si certaines mauvaises habitudes n’ont pas engendré ce malheur, les victimes n’étant que coïncidence.

      Cela pourrait expliquer le déroulement médiatique de cette histoire, d’abord les convulsions des deux victimes, un agent qui leur porte secours semble succomber aussi très rapidement à des convulsions, toutes les trois victimes aurait été emmenés à l’hôpital ?
      Voià les seule éléments tangibles que nous possédons. Pour le reste…

      Combien de personnes étaient présentes sur les lieux, l’agent était-il de passage ou à t-il été appelé à l’aide, qui d’autres ont approché les victimes, combien de temps après les faits les secours sont arrivés, les secouristes ont-ils été touché par cette épidémie mystérieuse et mortelle, étaient-ils déjà habillés en conséquence d’un virus foudroyant ou contre un agent toxique mortelle, à quel hôpital et enfin dans les premières heures du drame la zone a t-elle étés mises sous quarantaine, sur quelles bases l’a t-on décidés. Quelles sont les consignes de la sécurité publique en ce cas???

      Toutes ces questions d’ordre judiciaire sont immanquablement et systématiquement développées dans la recherche de la vérité. Il y a supposition d’une tentative d’assassinat, c’est une enquête criminelle.

        +1

      Alerter
  • olivier // 23.03.2018 à 09h17

    On sait ce qui est advenu de leurs “vaches folles”… ils les ont transformé en farine et se les snifent au petit déjeuner.

      +12

    Alerter
  • Louis Robert // 23.03.2018 à 11h02

    Non seulement de si graves accusations et attributions prématurées de responsabilité criminelle par le régime May sont une perversion et un déni de justice, elles préparent à la guerre.

    Considérer ces événements comme « une attaque contre le Royaume » mène directement à la guerre,

    Les excellents articles d’Alexander Mercouris, dont le plus récent, « Britain’s ultimatum to Russia BACKFIRES, NATO and EU allies reject demands for action on Skripal », montrent en détail que les Russes ne sont pas dupes du savant stratagème.

    http://theduran.com/britain-struggles-win-allied-support-skripal/

      +5

    Alerter
  • rosecestlamort // 23.03.2018 à 11h46

    voir le dernier article de Craig Murray où l’on a maintenant la preuve que Boris Johnson ment sciemment, le rapport de Porton down n’affirmant PAS categoriquement qu’il s’agit de l’agent toxique incriminé, mais seulement possiblement de quelque chose du meme genre (closely related agent). Autrement dit absolument rien n’incrimine la russie (si ce n’est les cris de guerre des neocons), la formule pour fabriquer ce genre d’agents etant disponible en librairie depuis les années 90…

    https://www.craigmurray.org.uk/archives/2018/03/boris-johnson-a-categorical-liar/

    “The samples tested positive for the presence of a Novichok class nerve agent OR CLOSELY RELATED AGENT.”

    c’est exactement le meme coup qu’en syrie avec l’attaque au “sarin” à Khan Sheikhoun, quand le rapport mentionnait un produit ‘sarin-like”…

      +11

    Alerter
  • Olposoch // 23.03.2018 à 13h04

    Petit détail de l’histoire, lors des jeux de 1936, la Russie soviétique était absente quand l’équipe d’Angleterre y faisait le salut nazi face à la tribune d’honneur…

      +28

    Alerter
  • LOLcat245 // 23.03.2018 à 13h32

    Blablablablabla …… NAZIiiii !!!

    L’accusation de nazisme c’est presque devenu un automatisme chez eux. Nous sommes conditionnés la dessus depuis tellement longtemps qu’ils savent qu’on réagira comme des chiens de Pavlov. Ils utilisent ça pour nous faire avaler des couleuvres depuis 70 ans… pourquoi arrêteraient ils puisque ça marche ?

      +4

    Alerter
  • Pepin Lecourt // 23.03.2018 à 13h59

    Xavier Moreau excellent connaisseur de la Russie a déclaré dès le début de la tentative d’assassinat dont la responsabilité Russe lui apparaissait dépourvue de logique qu’il pensait à une manoeuvre pour saboter le mondial de foot en Russie qui constitue une vitrine qui agacerait au plus haut point les anglo-saxons, surtout avec la perspective de milliers d’occidentaux, se rendant en Russie et découvrant un pays qui ne correspond pas à la caricature qui en est régulièrement faite en occident.

    Et c’est un fait que rapidement les Britaniques ont commencé par déclarer que les officiels allaient boycotter la manifestation, puis par comparer la coupe du Monde à Moscou comme les jeux Olympiques à Berlin en 36, rien que çà, bref il y a tout un conditionnement de l’opinion qui se met en place pour sinon faire capoter les jeux, en ternir au maximum la perspective et démotiver les occidentaux de s’y rendre .

      +15

    Alerter
  • moshedayan // 23.03.2018 à 14h04

    Je ne crois pas qu’il faille prendre à la légère le montage de l’opération britannique “Novitchok”. Les commentaiires et réactions des dirigeants britanniques et les graves accusations de B. Johnson révèlent, selon moi, qu’il s’agit bien d’une opération type “Gleiwitz 2”. Les derniers propos de ce même B. Johnson, où il compare la prochaine coupe du Monde en Russie de Poutine aux Jeux olympiques de Hitler, révèlent clairement que les Occidentaux préparent maintenant les esprits des peuples de l’Europe occidentale à une agression directe contre la Russie pour “libérer les Russes du tyran”. C’est ce scénario hypothèse que l’OTAN a maintenant dans ses ordinateurs.
    Ceci est évidemment à mettre en lien avec le sujet d’Olivier Beruyer sur la prochaine crise pétrolière vers 2020, c’est-à-dire demain. L’OTAN et l’UE trépignent d’envie de mettre main basse sur les ressources qui “restent encore” en Russie, sans vouloir en payer le juste prix.

      +16

    Alerter
  • Babar // 24.03.2018 à 11h44

    Porton Down est célèbre pour les rumeurs concernant des essais de différents toxiques aussi bien chimiques dont les neurotoxiques, que de bactéries pathogènes notamment peste et anthrax sur des animaux, des humains consentants mais aussi des populations civiles ignorant qu’elles étaient utilisées comme cobaye. Un fait est indéniable car très documenté: les essais de nombreuses bombes à anthrax (maladie du charbon) sur une 60aine de moutons en 1945 sur l’île écossaise de Gruinard. Cette expérience fut couronnée de succès au point que l’île fût interdite d’accès pendant 50 ans jusqu’à sa décontamination en 1990.
    https://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1359420/Legacy-of-fear-on-blighted-anthrax-island.html

      +2

    Alerter
  • Raul // 26.03.2018 à 17h26

    Pourquoi la Russie devrait-elle tuer Skripal? Mais d’un autre côté, pourquoi la Grande-Bretagne. Il y a des traîtres beaucoup plus sérieux et sérieux, dont la liquidation entraînera une satisfaction modérée de la société russe. au mot que la provocation est le travail du côté britannique est clairement visible de l’article.
    L’incident est devenu une occasion pour Londres de gonfler la campagne anti-russe à un nouveau niveau, à la fois dans les médias et au niveau officiel. Cela donne à May l’occasion de détourner l’attention du public britannique des négociations de Brechzit, qui ne sont pas entièrement réussies pour le Royaume-Uni. Y a-t-il d’autres options qui répondent à la question?

      +1

    Alerter
  • Ines Perret // 28.03.2018 à 14h05

    Cette affaire pourrait avoir pour but de revenir en arrière sur le Brexit.
    Comment fait-on manger du piment à un chat ? On lui en badigeonne le trou du c… (proverbe anglais ?)
    Ici, c’est un peu pareil… revenir sur le Brexit ce serait manger du piment mais avoir peur d’une guerre avec la Russie, se sentir isolé, se sentir menacé…ça peut tout justifier.
    Imaginons l’opinion publique anglaise dans 2 ans : peur d’une guerre, tensions avec la Russie… les me(r)dias leurs expliquent que c’est une conséquence du Brexit.
    Ok pour revoter.
    Ok pour rester dans l’UE

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications