Les Crises Les Crises
22.mars.201822.3.2018 // Les Crises

Zakhar Prilepine : «On demande aux Russes d’avoir honte de leur existence», par Eugénie Bastié

Merci 32
J'envoie

Source : Le Figaro vox, Zakhar Prilepine, Eugénie Bastié, 20/03/2018

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – L’écrivain Zakhar Prilepine était invité au Salon du Livre à Paris, qui a mis la littérature russe à l’honneur. L’auteur de «Ceux du Donbass», un récit de sa guerre aux côtés des rebelles pro-russes en Ukraine, se livre à un examen de la situation politique, religieuse et internationale de la Russie.

Zakhar Prilepine est l’un des romanciers les plus en vogue de la Russie contemporaine. Ancien membre du part national-bolchévique de Limonov, il mène une double vie d’écriture et d’aventure politique. Son roman L’Archipel des Solovki (Actes Sud, 2017), une fresque de 800 pages intense et dostoïevskienne, raconte l’histoire du premier camp de rééducation mis en place par les bolchéviques dans les années 1920. Il publie aux éditions des Syrtes Ceux du Donbass, un récit de sa guerre aux côtés des rebelles pro-russes qui se sont insurgés contre le pouvoir ukrainien.

FIGAROVOX.- Que pensez-vous de la réélection triomphale de Vladimir Poutine?

Zakhar PRILEPINE.- Je respecte le choix du peuple. À l’heure actuelle il n’existe pas en Russie un membre de l’opposition qui puisse contrebalancer ce choix. Un ex-membre des services secrets français a dit un jour que Poutine était un animal politique. Apparemment, ça plaît au peuple russe. Mais je crois que la Russie reste un pays démocratique. On regarde toujours les quatre mandats de Poutine: mais Merkel aussi entame son quatrième mandat. Aux États-Unis, il y a des dynasties présidentielles: Bush père et fils, les Clinton!

«Je n’aime pas beaucoup le pouvoir soviétique. Simplement, ceux qui ne l’aiment pas du tout appartiennent à un type d’individus qui, en général, me révulsent» écrivez-vous dans L’Archipel des Solovki. Êtes-vous dans la nostalgie de l’URSS?

Ce n’est pas le pouvoir soviétique qui compte en ce moment pour les Russes, il est écrasé, pitoyable, renié. Les gens font leur choix en grande partie par nostalgie. Ils réagissent à un antisoviétisme qui a viré à la russophobie chez certains. Les Occidentaux ont tendance à penser que les Russes ne regrettent pas le pouvoir soviétique, mais c’est pourtant le cas. Dans les années 1990, nous avons détruit le pays, anéanti l’économie, supprimé l’idée de gauche. Nous avons écrit des centaines de livres, de films, où il était question de haine à l’égard de l’union soviétique. On nous demande de nous sentir coupables, honteux de ce passé, de notre existence.

On accuse les Russes d’être partout, de truquer les élections. Pensez-vous qu’il existe une russophobie en Occident?

Je pense que la russophobie existe dans l’élite politique, mais qu’elle ne touche pas la plupart de la population. Je suis venue en France au moins 25 fois, et je n’ai jamais eu de conflits avec les lecteurs. La France est le seul pays européen à avoir accepté d’éditer mon livre «Ceux du Donbass». En revanche, les récits de ceux qui combattent côté ukrainien sont édités partout.

Boycotter la littérature russe, c’est boycotter ce qu’il y a de plus européen en Russie.

Que pensez-vous de la décision d’Emmanuel Macron de boycotter le pavillon russe au Salon du Livre de Paris où vous étiez présent?

Poutine n’aurait jamais fait ça en Russie. Ce n’est pas […]

Suite à lire dans : Le Figaro vox, Zakhar Prilepine, Eugénie Bastié, 20/03/2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean Paul B. // 22.03.2018 à 08h56

CARNET DE JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT
Pas de paix durable en Europe sans un étroit partenariat avec la Russie

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, Représentant spécial de la France pour la Fédération de Russie (19/03/2018)

“La participation massive de l’électorat russe – supérieur aux deux tiers – plus encore que l’ampleur du vote en faveur de Vladimir Poutine – les trois quarts des suffrages exprimés – devrait faire réfléchir les coryphées de la russophobie en Occident.
On ne peut fonder une paix durable en Europe qu’à travers un étroit partenariat avec ce grand pays qu’est la Russie.
C’est le rôle de la France de contribuer à un dialogue franc et ouvert avec Vladimir Poutine dont la légitimité sort puissamment confortée de ce scrutin.”
Tout est dit!

51 réactions et commentaires

  • Scorpion bleu // 22.03.2018 à 07h25

    Philippine est un magnifique écrivain et aussi un homme clair puissant et digne. Prendre le temps de le élire ouvre des horizons immenses.

    Suite à l’attitude de Macron au Salon du livre, il a ajouté “les présidents passent et les écrivains restent”

      +25

    Alerter
  • isidor ducasse // 22.03.2018 à 07h41

    «On demande aux Français d’avoir honte de leur existence»

      +21

    Alerter
  • Fritz // 22.03.2018 à 07h46

    Eh oui, l’opposition à Poutine, ce n’est pas seulement Navalny et Ksenia Sobtchak… Concernant la coupure de l’Ukraine en deux, Prilepine demande ; « Que les Européens m’expliquent quelle est la différence entre la liberté revendiquée à Kiev et celle revendiquée dans le Donbass ? »

    On pourrait risquer cette réponse : la liberté revendiquée par les manifestants de Maïdan est un pas vers l’UE et l’OTAN ; celle qui est réclamée par les Untermenschen du Donbass ou de Crimée n’est qu’un leurre de Poutine, le dictateur-agent du KGB. Hein ? Odessa ? C’est où, déjà ? La maison des syndicats ? C’est quoi ?

      +33

    Alerter
    • Christian Gedeon // 22.03.2018 à 18h24

      Cher Fritz…comme on dit aujourd’hui,je dis ça ,je ne dis rien. Nadia Savtchenko l’ex prisonnière héroïne de l’Ukraine vient d’être arrêtée pour tentative de coup d’état contre le regime néo nazi ukrainien. Les lignes bougent,et un réveil du peuple ukrainien,y compris dans l’Ulraine anti russe en théorie n’est plus à exclure…il va falloir que les mains étrangères alliées aux nazis Ukrainiens mettent leks bouchées doubles et triples. C’est de l’intérieur que le regime,pour le coup, néo nazi ukrainien va s’écrouler. Péut etre que les gens commencent à se rendre compte qu’on les a…baises. Désolé pour le terme,mais y en a t il de meilleur?

        +12

      Alerter
      • R.C. // 23.03.2018 à 12h15

        Je ne crois guère au réveil intérieur en Ukraine. On nous avait déjà dit “vous allez voir, ILS ne passeront pas le terrible hiver…” On entame la cinquième année de la junte oligarco-néonazie !

        Certes, une majorité d’Ukrainiens sont plus ou moins réticents à l’encontre du régime en cours, mais guère plus ou moins qu’eux-mêmes, ou leurs pères, subissaient Staline, Krouchtchev ou Brejnev !

        Tant que l’occident soutiendra le pouvoir issu du putch de Maïdan, aucun “réveil intérieur” ne pourra aboutir à quoi que ce soit.

        Quant à l’épisode Savtchenko, ce n’est que la lutte fratricide des scorpions dans le même panier.
        A noter que l’ex héroïne des médias mainstream commence déjà à regretter la justice et la prison russes…

          +0

        Alerter
      • Beatrix // 23.03.2018 à 15h46

        Les Ukrainiens sont pris au piège dès le début de Maïdan. Certains en étaient conscients d’autres étaient obnubilés par les promesses du “rêve européen”.
        L’OTAN, l’UE avec l’Allemagne en tête et les USA n’ont qu’un but: entretenir la déstabilisation complète de l’Ukraine comme dans le Moyen-Orient, au besoin, de l’alimenter de conflits, de saboter toute tentative de redressement. L’Occident a besoin de ces zones instables aux portes des pays émergents comme la Chine, l’Inde et l’Iran et évidemment comme la Russie renée, encore plus vigoureuse, de ses cendres. Sans cela, l’Occident végète ou trépasse dans la décadence.

          +2

        Alerter
  • Nerouiev // 22.03.2018 à 07h54

    Le titre est la parfaite synthèse de la pensée atlantiste. La richesse du sous-sol russe ne peut pas appartenir aux Russes ni à celui qu’ils ont élu et qui a osé incarcérer Khodorkovski et mettre fin au pillage. C’est bien ce peuple qui génère des hackeurs, des sportifs dopés, des guerriers conquérants … ! Les USA veulent prouver par tous les moyens que leurs alliés restent fidèles en se plaçant avec raison au-dessus du peuple Russe. Ce n’est plus la peur du rouge, mais pire celle d’un peuple qui ne mérite pas sa terre. On est bien d’accord ?

      +44

    Alerter
    • Fritz // 22.03.2018 à 08h01

      Prilepine : « On demande aux Russes d’avoir honte de leur existence ».
      Fabius ajouterait : « Le peuple russe ne mériterait pas d’être sur la Terre ».
      L’ennui, c’est que les Russes savent la défendre, leur terre. 1812, 1941…

        +48

      Alerter
      • Vjan // 22.03.2018 à 13h13

        ” Pourquoi La terre russe est-elle ainsi faite qu’il faut toujours tuer ou mourir en son nom ?
        

Question futile, toutes les terres sont ainsi faites. Ce qui importe, c’est de trouver sa terre, de sentir qu’on a des racines, qu’on est solidement ancré et que pas un vent déchaîné ne saura nous en arracher. Et soudain on comprend que tuer pour elle ne sera peut-être pas nécessaire et que vivre pour elle est un pur plaisir. 
Ma terre est heureuse, légère comme une plume, elle porte la joie, elle danse en mesure, elle nous accueille quand nous sommes prêts à tomber.”

        Zakhiar Prilepine, Je viens de Russie, 2014 pour la traduction française.

        C’est peut-être un cliché de parler de l’âme slave. En tous cas, pas de doute, ce peuple aime sa terre.

          +11

        Alerter
        • Bigtof // 22.03.2018 à 15h10

          Rappelons tout de même que les trois derniers soldats russes pris dans le feu de djihadistes en Syrie se sont battus jusqu’à la mort, essayant d’entraîner le plus possible d’assaillants avec eux… Ils ont refusé de se rendre, montrant là un courage incroyable (et certains diraient fanatique).
          Cela fait peut-être aussi partie intégrante de l’âme russe ?

            +8

          Alerter
  • Dmitry // 22.03.2018 à 08h09

    “Les Occidentaux ont tendance à penser que les Russes ne regrettent pas le pouvoir soviétique, mais c’est pourtant le cas.”

    Je suis d’accord avec lui. Car la grande partie des russes, surtout de génération agée, se rappellent des bons souvenirs du temps soviétique. À l’époque il y avaient l’idéologie humaine, l’État social et des idéaux décents. Ce n’est pas par hasard que le candidat du parti communiste Groudinine se trouve à deuxième place aux élections présidentielles récentes, juste après Poutine et à grand écart par rapport au autres candidats nuls.

      +24

    Alerter
    • Owen // 22.03.2018 à 10h30

      Le choix de Poutine du prochain chef de gouvernement nous donnera peut-être une indication. Pas difficile d’imaginer qu’il doit en avoir soupé des libéraux qui cherchent incessamment à tout piquer à la Russie. Cela me plairait bien qu’il se choisisse un “communautariste”, tendance patriote, ou tendance communiste, ou les deux.
      On sait que la Russie se tourne vers l’Orient et les sociétés de constructions communautaires. Il a su aussi réveiller l’âme russe, avec tout le réservoir imaginaire qu’offre le gigantisme des espaces et la variétés des ethnies permanentes, encore autogestionnaires, qui n’ont pas été acculturées comme dans les “démocraties libérales” de l’Occident.

        +11

      Alerter
      • Dmitry // 22.03.2018 à 11h43

        Oui, j’espère que Poutine prenne dans son équipe un bon gestionnaire comme Pavel Groudinine pour développer l’agriculture. Qu’il s’occupe plus de la politique intérieure qu’extérieure. C’est ça, ce qu’on attend de Poutine au premier lieu.

          +6

        Alerter
  • moshedayan // 22.03.2018 à 08h13

    Merci de publier en partie cet interview, j’ai un ami qui a des enfants franco-russes, et au pire de l’hystérie médiatique durant les événements d’Ukraine et de Crimée, il m’a confié que ses enfants n’osaient même plus dire qu’ils étaient à moitié russe.
    C’est pour cela aussi, pour tous les événements passés depuis l’effondrement de l’URSS et de la Yougoslavie que mes propos sont parfois influencés par la colère.

      +31

    Alerter
    • Sandrine // 22.03.2018 à 08h30

      Mes enfants sont franco-russes (Franco-ukrainien du Donbass plus exactement) et les « durs » de la cité voisine qui sont scolarisés dans leur collège disent qu’ils ne les touchent pas parce que les russes sont « fort ». C’ est mon fils qui m’a dit ça, je ne sais pas ce qu’il faut en penser.

        +12

      Alerter
      • Alfred // 22.03.2018 à 08h58

        Vous pouvez en penser du mal mais vous en réjouir. Songez que les anglais de Telford n’ont pas eu cette réputation (à juste titre peut être) et que leur progéniture en a souffert. Nous glissons peu à peu dans un monde dégueulasse où il vaut mieux avoir la réputation d’un tchétchène que d’un Justin Trudeau.

          +23

        Alerter
      • Fritz // 22.03.2018 à 09h00

        Vous pouvez en penser du bien. “Les Russes sont forts”, c’est un éloge.
        D’autant plus net qu’il est dit par les durs de la cité voisine.

          +19

        Alerter
      • koui // 22.03.2018 à 21h58

        Ca me rappelle un jeune franco-allemand qui me disait “j’aime les russes car il n’ont pas peur de se battre contre les turcs”. Nos sociétés ouest européennes ont perdu le gout de la brutalité. La violence ne cesse de diminuer. On a eu des émeutes massives pendant plusieurs semaines en 2005 et il n’y a même pas eu un seul mort. Les russes ou les africains ne comprennent pas notre passivité face aux perturbateurs/voleurs/violeurs. Ils viennent de sociétés très violentes ou la population n’a pas peur de s’impliquer dans le maintient de l’ordre. Mais je préfère le Peace&Love.

          +1

        Alerter
  • Fabrice // 22.03.2018 à 08h37

    La Russie devrait être un partenaire au même titre que les USA, notre élite a décidé de faire deux poids deux mesures envers l’un d’eux, en lui vouant un culte aveugle à l’un et en condamnant l’autre au pire traitement.

    Alors que nous devrions avoir une vision neutre et lucide sur les agissements des deux afin de leur faire réaliser que leurs excès ne sont pas dans leur intérêt.

    Je trouve que cette situation avec la Russie est un immense gâchis, nous avions une position d’intermédiaire privilégié entre les deux et nous l’avons irrémédiablement compromise en nous rangeant aveuglément au coté des Etats-Unis.

      +56

    Alerter
    • Fritz // 22.03.2018 à 08h42

      Dans les années 1970, on disait volontiers que la France était à mi-chemin entre Moscou et Washington…

        +11

      Alerter
    • Madudu // 22.03.2018 à 11h08

      En réalité nous devrions avoir une relation plus profonde avec la Russie qu’avec les états-unis, la première est sur le même continent que nous alors que les seconds sont de l’autre côté d’un océan immense.

      Vivement que l’on construise une coopération digne de ce nom en Europe, de Lisbonne à Vladivostok sans passer par New York ou Washington.

        +29

      Alerter
    • Vladimir // 22.03.2018 à 21h47

      Parce que vous croyez vraiment que nous avions le choix???
      Vous n’avez pas lu les vantardises de ce secrétaire d’état Américain déclarant que c’est son pays qui a OBLIGE l’Europe a prendre des sanctions contre les Russes ?
      Les dirigeants européens sont terrorisés par les américains ,ouvrez les yeux !

        +4

      Alerter
  • Elodie // 22.03.2018 à 08h40

    Ce qu’on demande aux russes c’est de brader ses resources naturelles pour le bien de l’humanité des marges de l’atlantique du nord. C’est ce que les autres peuples font, volontiers ou pas.

      +14

    Alerter
    • Kami74 // 22.03.2018 à 11h48

      “c’est de brader ses resources naturelles”

      C’est vrai, mais il y a plus. On veut que leurs élites économiques et politiques se soumettent, ouvrent leur pays à nos produits et à nos entreprises, acceptent nos normes, nous fournissent une main d’oeuvre bon marché, mettent au pas leurs médias pour qu’ils reprennent la bonne parole officielle, et surtout qu’ils alignent leur politique étrangère sur celle de l’Empire.

      Ce dernier point signifie en particulier qu’ils devront aboyer quand leur maître désignera un nouvel ennemi (les caniches britanniques et français parfaitement dressés pourront en cela leur servir d’exemple) et fournir troupes et matériel lorsque l’Empire décidera d’attaquer et de détruire cet ennemi (cette intervention sera bien évidemment entreprise pour des raisons humanitaires, que leurs médias devront expliquer avec pédagogie).

      Bref, dans un monde où les relations internationales fonctionnent sur un mode féodal, on leur demande de s’inféoder au camp des États-Unis.

        +28

      Alerter
  • Jean Paul B. // 22.03.2018 à 08h56

    CARNET DE JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT
    Pas de paix durable en Europe sans un étroit partenariat avec la Russie

    Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, Représentant spécial de la France pour la Fédération de Russie (19/03/2018)

    “La participation massive de l’électorat russe – supérieur aux deux tiers – plus encore que l’ampleur du vote en faveur de Vladimir Poutine – les trois quarts des suffrages exprimés – devrait faire réfléchir les coryphées de la russophobie en Occident.
    On ne peut fonder une paix durable en Europe qu’à travers un étroit partenariat avec ce grand pays qu’est la Russie.
    C’est le rôle de la France de contribuer à un dialogue franc et ouvert avec Vladimir Poutine dont la légitimité sort puissamment confortée de ce scrutin.”
    Tout est dit!

      +56

    Alerter
  • Louis Robert // 22.03.2018 à 09h32

    Ce texte vient à point nommé.

    Je suis très troublé, ces temps-ci, de voir la russophobie se généraliser en virant du politique à l’existentiel: on diabolise en effet de plus en plus souvent le Russe, comme jadis les Japonais (les Japs des films de propagande de guerre américaine). Tout se passe alors comme si était mauvais et condamnable le simple fait d’être Russe… comme s’il devait être souhaitable que tout ce qui est russe cessât d’exister.

    Cette approche d’un Empire qui a perdu la raison prépare puis mène directement à la guerre.

      +26

    Alerter
    • tepavac // 22.03.2018 à 22h54

      Cela à déjà été expérimenté en 36 contre une communauté pour les dépouiller de leur bien.
      Puis contre un petit peuple des Balkans, pour le dépouiller aussi en le démembrant.
      Puis contre l’Irak, qu’ils ont ramené à l’age de pierre. Puis la Libye, Syrie, Vénézuéla…

        +2

      Alerter
  • Ben // 22.03.2018 à 09h40

    “ancien membre du parti national bolchevik de Limonov”. Merci de cette précision. Limonov était un tueur et un aventurier raté.
    Peut-être un bon écrivain, mais un sale type sans aucun doute.

      +3

    Alerter
    • Sandrine // 22.03.2018 à 10h08

      Un tueur?
      Ce n’est pas ce qui est décrit dans le livre de Emmanuel Carrère.

        +7

      Alerter
      • Vincent // 22.03.2018 à 10h20

        Ben veut certainement dire qu’un gars qui s’engage dans le Donbass pour combattre des néo-nazis est forcément dans le camp du mal…

          +13

        Alerter
        • Ben // 22.03.2018 à 10h46

          En Bosnie , il n’a pas fait que boire de la vodka et jouer au poker. Mais tous les dégoûts sont dans la nature. Si vous admirez ce genre de personnage, libre à vous. Il faut simplement savoir de quoi l’on parle.

            +1

          Alerter
          • moshedayan // 22.03.2018 à 12h20

            La Bosnie parlons-en , une terre d’entraînement des islamistes, dès la Guerre de Bosnie, tout en reconnaissant que les nationalistes serbes -du moins beaucoup- n’ont pas su porter les réponses appropriées à la question bosniaque et ont bien souvent dérapé, mais dans l’autre camp ce n’était pas mieux.
            Aujourd’hui, regardez la Bosnie, guère mieux que le Kosovo, Un Etat inféodé à l’UE et aux investissements allemands, quasi-mafieux aussi et où s’entraînent encore des groupes islamistes. Merci l’OTAN !
            ps : toute velléité d’opposants bosniaques avec des idées fédéralistes (coopération avec les Serbes) ou anti-corruption est ostracisée, quand ce n’est pas des assassinats mystérieux.

              +15

            Alerter
        • V_Parlier // 22.03.2018 à 19h54

          Limonov c’est une chose (je m’en méfie aussi). Mais quelqu’un qui A ETE dans son parti en est une autre. Il y a plusieurs ex-membres du PNB qui bien évolué par la suite.

            +3

          Alerter
  • METZGER // 22.03.2018 à 10h27

    @Ben
    Désolé, mais vous ne connaissez pas la biographie de LImonov :
    http://www.tout-sur-limonov.fr/

      +4

    Alerter
  • alexg81 // 22.03.2018 à 10h39

    Pripeline c’est l’idéologie eurasienne dominante en Russie qui force à tout prix à dissoudre le peuple russe au milieu d’asiatiques et de musulmans d’Asie Centrale et du Caucase. Dans ce cas comment expliquer que la plupart des russes dans leurs campagnes ou leurs provinces ne semblent même pas connaître l’évolution démographique de villes comme Moscou ou Saint Petersbourg depuis l’arrivée de Poutine au pouvoir en 2000. Pour Moscou (toute ressemblance avec les mégalopoles occidentales ne peut être que pure coïncidence me dira-t-on) : https://ii.yuki.la/8/6e/a2465c9561f9e75fac18b0e0ff791035b8f82e38fdf367577122d5b7c23086e8.png

    La Russie européenne c’est mort politiquement depuis la révolution d’octobre 1917. Staline a cherché à cultiver la différence culturelle vis à vis de l’Europe au nom du communisme. Poutine continue en renforçant à l’extrême les traits asiatiques de l’âme russe au travers de l’idéologie eurasienne et de la multipolarité.

      +1

    Alerter
  • Morbihan // 22.03.2018 à 10h55

    Cessons d’appeler “nos élites” les bénéficiaires du système. Lorsque je suis rentré en France, quelle n’ont pas été ma surprise et mon désarroi face au rejet du patriotisme et de l’histoire millénaire de notre pays par ces “élites”.

    Les Russes ont pleinement conscience de leur patrie, comme de leur culture, qui est infiniment plus proche de la nôtre que celle (?) des Anglo-saxons? et ils en sont fiers à juste titre. Et j’aimerais que nous en fassions autant.

      +26

    Alerter
    • Le Rouméliote // 22.03.2018 à 11h28

      C’est justement là le point nodal de l’exécration des Russes par les castes dirigeantes. Les Russes sont patriotes et l’affirment haut et fort. Cela va à l’encontre des projets européo-atlantistes de dissolution des nations dans une mayonnaise anglo-saxonne de deuxième ordre.

        +23

      Alerter
  • Michel Ickx // 22.03.2018 à 12h17

    Quel immense gâchis que cette propagande russophobe omniprésente avec tous les mensonges qu’elle nécessite. Il faudra beaucoup d’efforts pour faire oublier à cette grande nation la haine absurde qu’elle suscite. Heureusement que les événements et les faits révèlent une autre réalité et que beaucoup de Français ne croient plus aux média/menteurs

      +12

    Alerter
  • openmind // 22.03.2018 à 13h20

    La Rada veut retirer l’immunité à Savchenko pour pouvoir l’arrêter car elle devient un danger pour l’Ukraine. Elle est accusé d’être pro Donbass et de défendre les séparatistes. Quel retour de bâton pour le régime(un vrai celui là) à propos l’égérie du Maïdan!!!!!

      +9

    Alerter
    • V_Parlier // 22.03.2018 à 19h57

      BHL va en manger son chapeau! Je ne me suis pas encore penché sur ces éventuelles réactions…

        +3

      Alerter
    • tepavac // 22.03.2018 à 23h06

      Elle a été arrêté aujourd’hui et emprisonnée sur les accusation de tentative de prise de pouvoir par la force et complot visant à assassiner quelques putschistes…

        +1

      Alerter
  • ROUDIL // 22.03.2018 à 15h48

    Dommage que F Fillon ait été éliminé (par des moyens peu démocratiques) car il voulait garder des liens étroits avec la Russie, grand pays voisin !

    Je trouve les Anglais assez gonflés de demander aux Pays d’Europe d’expulser les diplomates russes installés chez eux alors que Le Royaume-Uni sort justement de l’Europe parce qu’elle ne lui convient pas – et quelles tractations ! Le ridicule, voir l’indécence ne tue pas?

    E Macron s’est comporté en grossier personnage en refusant de se rendre au Pavillon Russe pour rencontrer les écrivains. Quel manque de diplomatie et quelle inculture !

    J’ai des amis russes ! je les assume ! en fait peu ou pas de gens dans mon entourage font preuve de russophobie.

    Les embargos envers la Russie ont rendu nos agriculteurs plus pauvres ! Le “Prix Nobel de la Paix Obama” exerçait son chantage sur les Européens mais lui ne souffrait pas de ces embargos inutiles et contre productifs.

    J’attends toujours une réprimande des capitales occidentales ou de l’Otan adressée au valeureux Erdogan qui massacre les kurdes mais je ne lis ou n’entends rien à part la colère plusieurs fois exprimées de Franz Olivier-Giesbert contre la lâcheté des occidentaux !

      +9

    Alerter
  • ANNA // 22.03.2018 à 16h17

    En fait, les français n’imaginent pas a quel point la situation est drôle !
    Emmanuel Macron a snobé le stand russe du salon de la littérature !
    Sauf que il y a un bon paquet des écrivains russes, qui sont les opposants a Poutine, et qui sont venu au salon du livre :
    Zakhar Prilepine est un opposant a Poutine
    Viktor Erofeev est un opposant a Poutine
    Liudmila Oulitskaia est une opposante a Poutine
    Boris Akounine est un opposant a Poutine
    et d’autres
    Ils se sont fait beaux, se sont fait coiffer et nettoyer les ongles, ils ont mis leur habits de lumière… Toute notre cinquième colonne des opposants a Poutine était là, a attendre la visite de Macron en espérant que Macron viendra les soutenir contre le tyran russe…
    Mais comme Macron est un inculte, il ne connait rien en littérature russe, ni en opposition russe a Poutine.

      +10

    Alerter
    • V_Parlier // 22.03.2018 à 20h01

      Il lui aurait fallu Ksenia Sobchak… mais a-t-elle écrit un livre?

        +3

      Alerter
      • tepavac // 22.03.2018 à 23h09

        ” aurait fallu Ksenia Sobchak”

        Elle est trop jeune, faut pas pousser.

          +2

        Alerter
  • METZGER // 22.03.2018 à 16h34

    @Roudil : merci pour vos commentaires ! Puis-je ajouter que la Russophobie ambiante des émissions en ces temps de vote Russe ( avec mention spéciale pour 28 minutes, LE journal de la désinformation ) est doublée d’un silence tonitruant sur l’élection à vie du dirigeant Chinois…
    Là, Mme Quin n’est pas scandalisée, elle a oublié, ou pas le temps…
    Pas un mot non plus du feuilleton des pieds nickelés Mikheil Saakachvili et Petro Porochenko, et de la haute tenue du parlement à Kiev. Il y a des angles morts et une absence de profondeur de perspective dans la presse main-stream made in FRANCE….
    Encore mille merci à Olivier Berruyer et son équipe pour leur travail de Titan !

      +12

    Alerter
    • Christian Gedeon // 22.03.2018 à 18h36

      Madame Quin est passionnément,dans l’ordre,anti russe,anti syrienne,anti Venezuela,anti hongroise,anti…polonaise,anti Trump évidemment,mais pas anti ultra libéralisme,anti tout ce qui peut rappéler le patriotisme,passionnément pro Merkel,terriblement germanophile,et j’en passe. La vérité est qu’aux débuts de son émission était intéressante et plutôt objective. Tirez en les conclusions. Je pense que contrainte et forcée,elle fait ce qu.on lui dit de faire.

        +4

      Alerter
  • METZGER // 22.03.2018 à 21h14

    [modéré]
    Mille merci à Anna pour son commentaire percutant, qui décrit avec justesse la médiocrité crasse de nos dirigeants : je connais bien ces auteurs, et c’est effectivement une occasion ratée… Il était urgent d’établir une tête de pont avec ces gens sensibles et équilibrés, souvent déchirés, qui savent… Encore une occasion ratée…

      +3

    Alerter
  • Roger Brunet // 22.03.2018 à 23h01

    Bonjour à Tous,

    J’ai entendu dire que l’émission “Le téléphone sonne” du 15 mars consacré à l’élection présidentielle en Russie était très intéressante par le décalage entre la ligne de l’émission et les interventions des auditeurs.

    Je me suis donc rué sur le site de France Inter où j’ai découvert qu’hélas, à la différence de toutes les autres diffusions, celle du 15 mars n’y figurait pas.

    Je sais bien que parler de censure serait une attitude purement conspirationniste et je ne ferais donc aucun commentaire sur cette mystérieuse disparition.

    Néanmoins l’un d’entre vous pourrait-il me tuyauter sur le moyen d’écouter cette diffusion?

      +7

    Alerter
  • mennesson // 23.03.2018 à 07h59

    Depuis le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie ( après référendum tenu sous l’égide d’observateurs internationaux et largement gagné par les tenants au rattachement ) et la sécession légitime de la partie Est de l’Ukraine par une grande partie des populations russophones ( suite aux premières dispositions du nouveau gouvernement putschiste Ukrainien contre l’utilisation de la langue Russe dans les administrations et les écoles ( putsch fomenté d’ailleurs en grande partie par les Américains et soutenu officieusement par l’U.E ) , les sanctions économiques illégitimes et sans fondements de nombreux pays occidentaux à l’égard de notre partenaire russe , sont un véritable scandale .
    Et , cerise sur le gâteau , l’absence des chefs d’états occidentaux à la commémoration du 8 Mai ( date de la fin de la guerre en Europe ) à Moscou , est un véritable camouflet à l’égard d’un pays saigné humainement par ce dernier conflit mondial ( plus de 20 millions de morts ) .
    Nous , peuples d’occidents , devrions avoir honte du comportement inique et méprisant de nos dirigeants à l’égard d’un grand pays comme la Russie qui a tant contribué à la chute du régime nazi.
    l’alignement , pour ne pas dire l’ “aplaventrisme” de notre gouvernement ( est t’il encore Français ?) à l’égard de Washington , doit désormais nous interpeller !
    Réveillons nos consciences et affirmons notre opposition à ces comportements honteux et IRRESPONSABLES inique et qui vont à l’encontre de nos intérêts , tant économiques que diplomatiques . .

      +5

    Alerter
  • ceusette // 24.03.2018 à 20h37

    Le boycott de la littérature russe, ce n’est pas simplement “boycotter ce qu’il y a de plus européen en Russie”, mais c’est boycotter sans doute ce que la Russie a fait, et fait encore de mieux (bien sûr, il y a aussi la musique, le cinéma, etc.). C’est nier la contribution de ce pays à la culture non seulement européenne, mais aussi mondiale. Tous les écrivains russes actuels ne sont pas forcément pro-poutiniens, ils sont divers, et à la limite, c’est cette diversité qu’il aurait fallu défendre. C’est donc une faute tragique.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications