Source : Alexandre Devecchio, Le Figarovox, 18/06/2017

Crédits photo : Ludovic Marin/AFP

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Témoignage des fractures du pays, le premier tour des législatives se caractérise par le plus haut taux d’abstention sous la Vème République. Le décryptage de ces élections de Jérôme Sainte-Marie.

Diplômé de Sciences Po Paris et d’une licence d’histoire, Jérôme Sainte-Marie a travaillé au Service d’Information du Gouvernement et à l’Institut Louis Harris. Il a ensuite dirigé BVA Opinion de 1998 à 2008 puis CSA Opinion de 2010 à 2013. Il a fondé en parallèle l’institut iSAMA en 2008. Il dirige actuellement Pollingvox, une société d’études et de conseil spécialisée dans les enjeux d’opinion, fondée en 2013. Il a publié Le nouvel ordre démocratique (éd. du Moment, 2015).

FIGAROVOX. – Le deuxième tour des élections législatives devrait permettre à En Marche d’obtenir une majorité très large. Cependant, l’événement marquant du premier tour a été la très faible participation. Que cela vous inspire-t-il?

Jérôme SAINTE-MARIE. – Les 51% d’abstention du premier tour sont un événement considérable. Il s’agit du premier revers politique d’importance pour Emmanuel Macron depuis son élection. À partir du 11 juin, il est beaucoup plus difficile de parler d’élan populaire en faveur du nouveau pouvoir, puisque les candidats LREM et leurs alliés ont, de fait, recueilli 1,3 million de voix de moins que leur leader au premier tour de la présidentielle. À ce niveau, on peut parler de refus de participer, d’insubordination civique. Il ne s’agit pas à ce stade de dire que cette abstention est une protestation, et pas davantage un consentement. Elle traduit cependant l’inadéquation bien perçue par les citoyens de notre mécanique électorale. Non seulement le résultat de la présidentielle conditionne celui des législatives depuis l’instauration du quinquennat mais cette fois-ci, exactement comme en 2002, les choses étaient réglées dès le soir du premier tour. Jacques Chirac, du haut de ses 19,9% de suffrages exprimés, n’avaient pas eu à faire la moindre concession politique à ses concurrents pour triompher au second tour, puis pour obtenir, avec 365 députés élus, une majorité très large pour l’UMP nouvellement créée. Emmanuel Macron aura fait beaucoup plus d’efforts, avec la constitution d’un gouvernement alliant ministres de gauche, du centre, et de la droite. L’absence de possibilité d’une majorité alternative face à lui, du fait de la quadripartition de l’opposition, aura convaincu la moitié des électeurs de l’inutilité de se déplacer. Sans le savoir, ni forcément le vouloir, ces abstentionnistes ont creusé une mine profonde sous l’édifice du nouveau pouvoir.

Est-ce l’expression d’un fossé qui se creuse entre deux France?

Après le vote de classe du premier tour, nous observons en effet une abstention de classe. Ce qui permet d’ailleurs à certains de dire que les différences sociologiques entre les différents électorats se sont estompées lors des législatives. Certes, mais précisément parce que ce scrutin s’est déroulé non seulement hors sol, car la dimension locale a particulièrement peu compté dans le vote, mais surtout hors peuple. Ainsi, 66% des ouvriers et 61% des employés se sont abstenus, au lieu de 45% des cadres. La jeunesse, si présente dans l’image projetée par le mouvement En Marche!, est en fait restée sur le bord du chemin: 64% des moins de 35 ans se sont abstenus (et encore ce chiffre est minoré par l’importance de la non-inscription parmi eux), au lieu de 35% des plus de 60 ans. Dès lors, les commentaires sur la relative homogénéisation sociologique du vote entre les différents électorats aux législatives sont sans objet. Si l’on s’en tient aux suffrages exprimés, il en manquait plus de treize millions le 12 juin par rapport au 23 avril. Ce qui s’est traduit par un corps électoral effectif totalement distordu par rapport au corps électoral théorique. Donc, oui, les législatives confirment et amplifient l’enseignement de la présidentielle. Entre les Macron-compatibles et les autres, il n’y a pas qu’une différence d’opinions, mais aussi un profond fossé social.

Une note du CEVIPOF montre que la composition de la prochaine Assemblée pourrait être plus homogène socialement que jamais. Parmi les candidats LREM, il n’y aurait que 0,2 % d’ouvrier et 0,9% d’employés. Le renouveau se fait-il par le haut?

Ce travail de Luc Rouban est d’autant plus spectaculaire qu’il montre qu’au même moment

Lire la suite sur : Alexandre Devecchio, Le Figarovox, 18/06/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

82 réponses à Jérôme Sainte-Marie : Une élection sans le peuple ? Par Alexandre Devecchio

Commentaires recommandés

Ardéchoix Le 20 juin 2017 à 06h31

Une élection sans le peuple, pour un parti sans programme. Je vais me faire un café.

  1. Stella 2b Le 20 juin 2017 à 06h26
    Afficher/Masquer

    ” çà ne sert plus à rien de voter ” , c’est ce que disent les dégoûtés de la politique, les exclus du système qui sont déjà dans le rouge les premiers jours du mois.
    ” Ils ne peuvent rien faire, ce ne sont que des pantins, c’est l’Europe qui décide tout “.
    La démocratie est morte, il faudrait un changement radical pour que ces citoyens retrouvent le chemin des urnes.
    Quand le résultat d’un vote ne leur convient pas, les puissants le balaient d’un revers de manche.
    Les ” intellos médiatiques ” qui les traitent de fainéants, feraient mieux de réfléchir avant de parler: bien à l’abri du besoin, jouissant d’une aisance matérielle qui fait qu’ils ne redoutent pas le lendemain, profitant d’une tribune pour s’écouter déblatérer leurs leçons de morale, ces gens sont d’une paresse intellectuelle à vomir.
    Nous vivons une époque inhumaine et intolérable et nous devons faire preuve d’empathie à l’égard de ces personnes désespérées, c’est cette insupportable injustice sociale qui les y a conduits.


    • Euskadi Le 20 juin 2017 à 08h38
      Afficher/Masquer

      Je suis dans l’ensemble d’accord avec votre commentaire à l’exception de la dernière phrase.

      Nous avons connu dans l’histoire des périodes bien plus terribles qu’aujourd’hui et il existe des pays où la situation est quand même bien pire qu’en France.

      Il ne faut pas oublier que même si la situation est difficile pour les plus démunies, ils ont accès à un confort inconnu dans d’autre pays où dans l’histoire. Eau courante, soin, électricité, éducation …

      Il y a à peine 100 ans, nos mineurs ne pouvaient pas en dire autant pour ne parler que d’eux.


      • Stella 2b Le 20 juin 2017 à 11h53
        Afficher/Masquer

        Je ne vous donne pas complètement tort, néanmoins, quand nos anciens ont combattu ces injustices pour que nous ayons un sort plus enviable, ce n’était pas pour que nous connaissions à nouveau ce recul. Les moyens et l’évolution font que c’est toujours vers le progrès que l’humanité doit tendre. Et puis l’on sait à qui profite cette misère, elle ne devrait pas exister, l’argent est bien là, mais disponible seulement pour 1 %, alors qu’il serait si facile qu’avec un peu moins d’argent chez ceux-là, les autres puissent avoir simplement une vie digne.


        • RGT Le 20 juin 2017 à 19h35
          Afficher/Masquer

          Pensée anarchiste :

          “Tout homme doit avoir des revenus correspondant à ses BESOINS VITAUX”.

          Ces besoins sont :
          – se nourrir,
          – se loger,
          – se soigner,
          – s’éduquer

          Le reste n’est que du BONUS qui ne devrait être disponible que lorsque TOUS les humains verraient leurs besoins vitaux satisfaits.

          Pour l’instant, ce n’est pas franchement le cas et j’ai la certitude que ça ne va pas s’arranger.

          Et ne culpabilisez pas, ce n’est pas en gagnant l’équivalent de 3 SMICs que vous mettez en danger les plus pauvres.

          Contrairement à ce qu’on nous raconte, un “revenu pareil” n’a rien de gargantuesque, surtout si on calcule ce qu’il rapporte à d’autres personnes qui passent leur temps à tenter de nous faire croire qu’il s’agit d’une “faveur exceptionnelle”.

          Ce qui est scandaleux c’est bien que des personnes qui travaillent d’arrache pied ne gagnent que le SMIC, voire moins, et qu’ils ne peuvent même pas s’extraire de leur condition en ayant la tête maintenue sous l’eau toute leur existence.


      • Babeuf Le 22 juin 2017 à 20h15
        Afficher/Masquer

        Vous plaisantez ? 9 millions de pauvres dans ce pays, des milliers de mal-logés quand ce n’est pas dans des puciers insalubres, des milliers de SDF, de gens qui n’ont plus accès aux soins, qui ne peuvent plus honorer leur facture énergétique, des conditions de travail qui se dégradent (je vous passe les différentes enquêtes et statistiques), la précarité qui, sous Macron, va aller en croissant, voilà ce qu’est devenu ce pays. Oui, il y eut un progrès social (à quel prix au demeurant !) mais aujourd’hui nous assistons à une grande régression y compris démocratique. S’il est est révoltant, effectivement de constater la misère qui règne dans beaucoup de contrées de cette planète, les comparaisons tirant vers le bas, sont un peu faciles…


      • lvzor Le 23 juin 2017 à 07h22
        Afficher/Masquer

        “Il ne faut pas oublier que même si la situation est difficile pour les plus démunies, ils ont accès à un confort inconnu dans d’autre pays où dans l’histoire.”

        J’ai toujours détesté les raisonnements du type : “vous avez le cancer, mais d’autres sont amputés des 4 membres, alors regardez-vous marcher et réjouissez-vous”.

        Par ailleurs, il y a 100 ans la majorité des français n’était pas dans les corons, mais plus souvent à la campagne, propriétaires d’une petite exploitation, autosuffisants si ce n’est prospères, ou bien artisans ou commerçants. Quant aux salariés, les familles avec davantage d’enfants qu’aujourd’hui pouvaient vivre avec 1 salaire. Et il y a 100 ans les sdf ou infra pauvres ne se comptaient pas par millions. Accessoirement il y a 100 ans l’école gratuite laïque et obligatoire existait et l’éducation y était confiée à des instituteurs pas encore totalement illettrés. En bref, je me demande si aujourd’hui et particulièrement depuis les 10 dernières années, il se trouverait une majorité pour dire qu’ils vivent mieux que ne vivait leur famille il y a 100 ans.


        • Falcao Le 23 juin 2017 à 10h33
          Afficher/Masquer

          Ah c’est sur, on ne comptait pas les SDF et de toute façon, ils crevaient. On passera sur ce qu’était le “soin” à cette époque hein. Et vivre sur un salaire? les Bengalis le font très bien ! De là à dire que les familles vivant sur un salaire vivent mieux que nos précaires en France….y a la distance terre-lune que vous franchissez tellement facilement.

          Non, je ne penses pas que vous trouverez beaucoup de monde….


    • Allan Bic Le 20 juin 2017 à 09h08
      Afficher/Masquer

      Et bien je pense que mon vote est inutile.
      Non content de penser qu’ils sont tous pourris, vendus et incompétents, je les pense inutiles.

      De plus, la loi est faite pour que toute vérification et contestation soit impossible car inutile. En effet, les bulletins sont détruits immédiatement après le dépouillement, ce qui fait que toute preuve devient impossible.
      Et un bulletin annoté que j’aurais comptabilisé pour mon candidat donc invalide ne pourra être décompté après vérification alors que celui moins nul de mon adversaire sera reconnu nul .

      Tout comme ne pas décliner l’invitation d’une blondasse ni lui répondre car je n’en ai rien à faire ne m’oblige pas à l’épouser, ne pas me déplacer car des pourris m’invitent à choisir par lequel d’entre eux je préfère être torturé ne légitimise pas son accession au pouvoir en étant promu par maximum de 18% de mes concitoyens.

      Ce qui signifie que plus de 80% se sont exprimés contre lui.
      Et donc le respect se mérite, il ne s’impose pas.


    • Julien Le 20 juin 2017 à 12h21
      Afficher/Masquer

      Je suis abstentionniste mais ne me retrouve pas dans votre commentaire.

      Je ne dis pas que c’est inutile de voter ou que les politiciens ne peuvent rien faire. C’est utile…..pour ceux qui sont élus.
      Si je veux voir un changement, je préfère y contribuer directement plutôt que de ne rien faire et, éventuellement, voter pour un “représentant” qui le fera à ma place. Et ça serait vachement bien que les gens cessent de considérer leurs “représentants” comme ceux qui apporteront la solution à tous les maux qu’ils ont eux même causés.


  2. Ardéchoix Le 20 juin 2017 à 06h31
    Afficher/Masquer

    Une élection sans le peuple, pour un parti sans programme. Je vais me faire un café.


    • DUGUESCLIN Le 20 juin 2017 à 07h18
      Afficher/Masquer

      Il y a un programme, celui de la domination sans partage des financiers.


      • Falcao Le 23 juin 2017 à 10h35
        Afficher/Masquer

        Hahahaha…je rigole ! Vous n’avez pas vu tout ces candidats de FI qui n’attendent que vous pour gouverner? L’assemblé, c’est le vrais pouvoir, un gouvernement ne peut rien faire sans eux.

        On attend donc tout ces opprimés, qui sont aller voter pour FI……ou pas..


    • Fritz Le 20 juin 2017 à 08h06
      Afficher/Masquer

      @Ardéchoix :
      Votre café n’empêchera pas les somnambules de Macron de dormir En marche !
      Ce “bloc élitaire” n’a pas besoin du peuple.


      • Ardéchoix Le 20 juin 2017 à 08h20
        Afficher/Masquer

        @Fritz
        Faut-il comprendre, qu’on c’est fait sucrer les élections ?
        “Richard Ferrand va quitter le gouvernement pour devenir le chef de file des députés de la majorité à l’Assemblée, un homme d’expérience afin d’éviter le lobbying.” BFM
        ( le café me donne des aigreurs )


        • Crapounet Le 20 juin 2017 à 08h52
          Afficher/Masquer

          C’est pour l’immunité^^.

          Je suis mauvaise langue.


    • Contribuable Le 20 juin 2017 à 08h23
      Afficher/Masquer

      C’est une vieille antienne des “démocraties” de Staline à l’UE que de vouloir faire le bonheur du peuple pour le peuple, avec le peuple et même contre le peuple s’il le faut.


      • Tonton Poupou Le 20 juin 2017 à 11h48
        Afficher/Masquer

        Le bonheur du peuple pour le peuple, avec le peuple et même contre le peuple s’il le faut. Ca a même commencé en ………1789 en France. La bourgeoisie entamant ses “réformes” (déjà !?) pour faire entrer le pays dans l’économie capitaliste. “Réformes” que les anglais avaient faites bien avant les français……..


    • Guepe Le 20 juin 2017 à 15h50
      Afficher/Masquer

      Il y a un programme pour qui sait lire. Ce genre de simplifications sont les memes que ceux qui disent Fn = Raciste antisémite homophobes machistes et FI = Dictature lénino-stalino-chavezienne.


    • Poux Le 20 juin 2017 à 22h05
      Afficher/Masquer

      Ruffin élu, cela va me donner envie de regarder plus souvent l’hemicycle


  3. DUGUESCLIN Le 20 juin 2017 à 07h17
    Afficher/Masquer

    L’abstention, qui se manifeste plus chez les ouvriers et les jeunes, n’est pas un désintéressement ou un blanc seing, mais plutôt l’expression d’un défaut d’espoir. Une forme de fatalisme, de à “quoi bon”, de “rien ne peut changer”.
    La vague LREM de 14 %, montée en épingle par les commentateurs et médias, est, à peu de choses près, équivalente au 13 ou 14 % de FI, FN et proches réunis. Elle ne fait qu’accroître le sentiment d’être floué pour beaucoup. Cette situation de non choix correspond à un manque d’espoir plutôt qu’à l’indifférence.
    La France souffre des faux espoirs, des faux discours, des fausses espérances, avec le sentiment frustrant que rien ne semble pouvoir changer. Le transfert des pouvoirs vers une gouvernance mondialiste des financiers apatrides, indifférents aux peuples, semble inexorable, elle mène à l’abstention, mais pas à l’indifférence.
    Rien n’est plus grave pour un peuple que l’absence d’espoirs.


    • d'Aubrac Le 20 juin 2017 à 17h27
      Afficher/Masquer

      En écho à votre très juste propos, “Mémoires d’Espoir” fut le titre des derniers mémoires de de Gaulle.


    • RGT Le 20 juin 2017 à 19h50
      Afficher/Masquer

      “l’expression d’un défaut d’espoir”

      Je n’ai pas la certitude que ce soit ça.

      Ce n’est pas du désespoir, c’est plutôt de l’écoeurement.

      Ecoeurement lorsque l’on constate que de toutes façons quel que soit le parti politique de “l’élu” rien ne changera car le système est totalement verrouillé institutionnellement.

      Les rares “élus” qui ne sont afiliés à aucun parti comptent pour du beurre car ils sont totalement minoritaires.

      Quant à ceux qui sont “adoubés” par un parti, ils sont OBLIGÉS de suivre les instructions sinon ils se font virer comme des malpropres et ne pourront même pas espérer récurer les fosses septiques à l’issue de leur mandat.

      Alors comme RIEN ne peut changer, un “gouvernement légal” élu par 15% de la population pouvant décréter l’état d’urgence et envoyer la troupe mater les “hooligans” on fait quoi ?

      On s’abstient car de toutes façons le seul droit réel qui nous soit donné est de fermer notre gueule.


  4. Gier13 Le 20 juin 2017 à 07h18
    Afficher/Masquer

    Avec une assemblée élue par environ 35% des citoyens en âge de voter, où les dominants sont sur-représentés, d’où les ouvriers sont absents et son allure d’assemblée de notables contents d’eux, qui vont voter sous la dictée d’une Europe prédatrice des lois liberticides et néfastes socialement, dont ils auront peu à souffrir, nous sommes bien en marche. Mais c’est vers le monde du XIX° siècle que nous nous dirigeons. Un XIX° siècle ubérisé, hyper technologique et déshumanisé.

    C’est gens-là veulent nous faire passer le goût du bonheur.


  5. Duracuir Le 20 juin 2017 à 07h32
    Afficher/Masquer

    Pour la première fois de ma vie, j’ai voté blanc.
    Je note d’ailleurs que la prochaine fois, JE N’IRAI PAS VOTER.
    Pourquoi?
    Parce que partout, et ICI MÊME, on lit et entend qu’il y a eu 57% d’abstention. CE QUI EST FAUX.

    Avec les blancs et nuls il y a eu 62% D’ABSTENTION!!!!

    62%!!!!!!

    quelqu’un peut-il me dire le seul endroit où on ai pu lire ce chiffre?


    • Ardéchoix Le 20 juin 2017 à 07h53
      Afficher/Masquer

      Si je peux me permettre ici
      https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2017/06/legislatives-2017-1.jpg
      Mais je comprend votre colère.


    • de passage Le 20 juin 2017 à 08h23
      Afficher/Masquer

      ici https://russeurope.hypotheses.org/6102
      citation: “Si l’on additionne les abstentions et les votes blancs et nuls, votes qui ont connu une très forte progression entre le 1er et le 2ème tour (on est passé de 500 000 à 2 millions), on dépasse les 61,5%, dont 57,36% d’abstentions et 4,20% de blancs et nuls.”


    • Françoise Le 20 juin 2017 à 08h37
      Afficher/Masquer

      Pardon, je n’obtiens pas le même chiffre que vous, si je reprends les chiffres de la article d’hier : 57.36/100 d’abstention + 6.93/100 vote blanc + 2.94/100 vote nuls = 67.23/100 qui n’ont pas voulu voter pour les candidats en piste !

      Et sur les 32,77/100 ayant voté pour un candidat, il y en aurait 32/100 ayant voté LREM soit 10.48/100 (que dire si on rajoute les non inscrits).


      • Françoise Le 20 juin 2017 à 08h49
        Afficher/Masquer

        Erreur je dois prendre des % inscrits et pas des % votants pour ce qui concerne les blancs et nuls soit 2.95 + 1.25 donc à ajouter à 57.36 cela fait 61.56 %


    • Téji Le 20 juin 2017 à 09h26
      Afficher/Masquer

      J’ai voté blanc aussi, et me réjouis que les blancs aient fait un bond…
      7% des votes !
      Certes, ça n’est pas dit, qui s’en étonne ?
      Mais si les élites sont partiales, elles ne l’auront pas moins vu, et je pense que le message des 62% est passé (ce qui ne veut pas dire qu’il sera pris en compte…)
      Pourquoi aller voter pour un candidat quand les LREM sont assurés d’être élus, alors même qu’ils ont signé un blanc-seing à leur idole, reniant leur fonction avant même que de l’atteindre ? Ce que certains, au passage, ont jugé inconstitutionnel, et la réponse de LREM ne m’a pas du tout convaincu !


    • WASTERLAIN Le 20 juin 2017 à 09h40
      Afficher/Masquer

      Et si on y ajoute les non inscrits, on est à plus de 70% !


      • Jean-Paul B. Le 25 juin 2017 à 10h45
        Afficher/Masquer

        Attention, ceux qui ne s’inscrivent pas ou refusent de choisir au premier tour quand il y a des candidats plus ou moins proches de leurs idées, se soumettent à l’avance et sans combattre à la loi de ceux qui votent.
        C’est comme cela que l’on se retrouve avec des députés élus par 15% des électeurs inscrits et qui pendant 5 ans vont imposer leur programme aux 85% qui n’ont pas voté pour eux.
        La Démocratie,au moins au premier tour, ne s’use que si l’on ne s’en sert pas!


  6. Fritz Le 20 juin 2017 à 07h33
    Afficher/Masquer

    La suite de l’entretien mérite d’être lue : face au “bloc élitaire” constitué par le mouvement En Marche, “réunification des élites de droite et de gauche” (une première depuis la fête de la Fédération en 1790), il n’y a pas de bloc populaire tant ces forces d’opposition sont fragmentées (FN, FI, etc.), mais seulement un “archipel populaire” : “c’est un déséquilibre stratégique majeur”.

    “selon moi, le «bloc élitaire» désigne tous ceux qui appartiennent aux élites sociales, ceux bien plus nombreux qui aspirent à en être, et enfin les personnes qui considèrent que l’obéissance aux élites est aussi légitime que naturelle” (Jérôme Sainte-Marie).

    “l’épopée macronienne se fonde d’abord sur la volonté de donner aux réformes de structure de notre société une base politique et sociale suffisante.”


    • Charles Michael Le 20 juin 2017 à 08h53
      Afficher/Masquer

      Fritz,

      oui, l’expression bloc élitaire est très juste comme celle d’archipel populaire.

      La logique de cette situation voudrait la constitution d’un Bloc Populaire. Si la FI j’espère associée au PC consituera une opposition populaire à l’intérieur de la Chambre, donc du Système, ce n’est que par son débordement médiatique qu’elle pourrait proposer ce Bloc Populaire.

      ça demanderait pas mal de révisions programmatiques de la part de FI; un départ de Philippot du FN, une clarté nouvelle sur Sortir de l’Euro et de l’Otan, etc..
      du souverainisme sous un autre nom.

      Proche de ce que Jacques Sapir souhaitait si justement.


      • DUGUESCLIN Le 20 juin 2017 à 11h28
        Afficher/Masquer

        Si j’ai bien compris les médias qui s’inquiétaient de la montée du populisme, se félicitent de la montée du petit-bourgeoisisme.
        L’avantage du petit-bourgeoisisme c’est qu’il est uni dans un système gauche/droite, alors que les populistes n’ont pas la force de dépasser les clivages, chacun voyant dans l’autre un danger de totalitarisme. Totalitarisme d’extrême gauche contre totalitarisme d’extrême droite. C’est un fantasme du passé. Staline et Hitler sont morts. Ils n’ont pas compris que c’est fini ce clivage. La moitié du peuple contre l’autre moitié fait le jeu de ceux que le peuple des deux bords voudrait dégager. Le simple fait de le dire entraîne des réactions épidermiques de chaque côté. Je le sais, puisque j’ai essayé.
        En attendant c’est le totalitarisme du système financier, qui utilise le petit-bourgeoisisme et les clivages populistes qui en tire l’avantage et s’impose avec une minorité.


        • Larmec Le 20 juin 2017 à 19h20
          Afficher/Masquer

          Bonsoir, je vous donnerais raison, mais en premier lieu il faut s’accorder sur ce qu’est le peuple.
          il va falloir que nous acceptions tous de changer. Pour certains c’est arrêter de voir les jeunes comme des écervellés sans conscience politique.
          pour d’autre de cesser de se focaliser à la couleurs de peaux ou à la religion.
          Et pour d’autre encore d’accepter que le monde à changer et qu’il faut s’adapter.
          il y’a du boulot c’est clair.


          • Larmec Le 20 juin 2017 à 19h24
            Afficher/Masquer

            Ha j’oublier et d’autres encore devrons cesser de se cacher derriére les accusations de racisme ou d’antisémitisme lorsqu’ils dépassent les bornes du vivre essemble.


      • Shirmeck Le 21 juin 2017 à 11h20
        Afficher/Masquer

        Si Philippot se barre du FN, et MLP avec lui ; si, par ailleurs, le bloc de la droite parlementaire se scinde en deux, et que les non-macro-compatibles (Wauquiez, Ciotti) esquissent un pas de deux avec ce qui reste du FN ; alors, vous serez très loin d’avoir un “parti issu du FN” (selon l’expression de Sapir) proche des positions de la gauche. Tout au contraire, vous aurez un parti entièrement et intégralement de droite, dans la lignée de Marion Maréchal-Le pen et Ménard.

        Ménard disait en novembre : «Sur un bon nombre des idées de François Fillon, je suis d’accord. Sur les questions de société et de politique internationale notamment. Sur le plan économique, son programme libéral me semble assez bien, à condition qu’il ne soit pas mis en place au détriment des plus faibles ». MMLP a dit à peu près la même chose.

        Bref, avec l’abandon du vernis philippotiste (qui s’est pris une double rouste familial aux législatives, et est très contesté en interne), le FN redeviendra ce qu’il n’a jamais cessé d’être : un parti conservateur, réactionnaire, partisan du libéralisme, de l’UE, de l’Euro, de l’austérité, reaganien, etc. C’est d’ailleurs le seul moyen qu’il a de percer chez les retraités (chez qui le FN nouvelle formule, ça ne prend pas) : abandonner sa ligne économique “gauchiste”, sa ligne gay friendly, et virer les oripeaux trop visiblement FN à l’ancienne (Jean-Marie, Marine, le nom FN, etc.).


    • Haricophile Le 20 juin 2017 à 09h03
      Afficher/Masquer

      J’aime bien ce mot de Novlang : “réforme” largement employé, alors qu’ils s’agit de démolition de l’existant. Il faudrait peut-être se préoccuper un jour d’appeler un chat un chat au lieu de réutiliser les termes du discours de désinformation qui est justement fait pour ça : pour semer la confusion.

      C’est dommage que tous ces gens qui déversent leur ire contre la mauvaise ortografe dans les comentères ne se hérissent pas plus quand il s’agit du mauvais emploi des mots.

      Ceux qui connaissent un peu la micro-société qu’est une réunion de copropriété savent bien que la couleur de l’étiquette de la boite au lettre est infiniment plus importante que les fuites dans le toit ou la gestion douteuse du SYNDIC.

      L’Homme n’est pas si intelligent que ça surtout quand il agit s’agit de société.


    • Guepe Le 20 juin 2017 à 15h56
      Afficher/Masquer

      encore cette obsession tenace de la lutte des classes, la France est vraiment un pays de socialistes collectivistes.

      D’ailleurs, je constate que personne l’a relayé sur le site la nouvelle modif du statut d’auto entrepreneur . Evidemment , ça manque de syndicat et d’ouvrier ^^


      • Larmec Le 20 juin 2017 à 19h29
        Afficher/Masquer

        Bonsoir, auto entrepreneur, autoesclave, vous pourriez m’expliquer la différence??
        Mais si vous mettre au service de la classe dirigeante en payant vous mêmes les externalités de votre job vous permet de pensez que vous êtes un nantis grand bien vous fasse.


        • lon Le 21 juin 2017 à 13h46
          Afficher/Masquer

          Je suis “auto-entrepreneur” depuis pas mal d’années et je dois dire que vous avez raison . En fait on est tous les larbins de la classe dirigeante ( les riches ) , mais quand vous êtes comptable à la Cour Européenne de Justice ou employé des Postes ça se ressent moins , il y a ( encore) un ” matelas” juridique et social qui amortit chocs et conflits et on peut se dire qu’on fait son job et après 18h00 le déluge merci bonne soirée …..quand vous êtes ” auto-machin” rien de tel , c’est quasiment tous les jours que vous faites l’expérience crue et directe des rapports de force , des hiérarchies de domination, des négociations hypocrites et épuisantes , de l’insécurité, d’une certaine paranoïa quant à la ” concurrence” , du calcul, du contrôle émotionnel . Si c’était à refaire je trouverais une planque-fromage et basta , mais bon , j’ai toujours été un libéral tout en souhaitant une économie socialiste, on a tous nos contradictions .


      • Tunk Le 20 juin 2017 à 20h25
        Afficher/Masquer

        “auto entrepreneur” c’est juste un nouveau mot pour “journalier.”

        Si si, en cherchant, vous verrez 🙂


      • Nico Le 23 juin 2017 à 07h18
        Afficher/Masquer

        Selon Warren Buffet je crois, il y a lutte des classes et les riches sont largement en train de la gagner. Et je ne pense pas que cela s’applique au seuls USA….


  7. Patrique Le 20 juin 2017 à 07h51
    Afficher/Masquer

    Quand un “spécialiste” a besoin d’attendre les résultats du 1er tour des législatives pour savoir que Macron n’est soutenu que par moins de 20% des français (résultat du 1er tour de la présidentielle), mieux vaut peut-être demander l’avis de non spécialistes.


  8. Xavier Le 20 juin 2017 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Personnellement, ayant constaté l’absence de proposition cohérente et l’inutilité du vote blanc jamais évoqué, l’abstention est un choix logique renforcé par ce souhait de délégitimer un pouvoir qui organise son maintien à l’aide de stratégies cyniques.

    J’ai espéré cet effet de mine creusée et l’image me paraît bonne, correspondant au délitement de la société.


  9. Jacquesjacques Le 20 juin 2017 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Connaissez-vous le poète allemand Friedrich Hölderlin ? Nous sommes entrés dans le passage douloureux, mauvaise nouvelle…. Je trouve cette citation bien adaptée au moment que nous vivons :
    ” Là où croît le danger croît aussi ce qui sauve”. Patience ! Tenez bon !


    • Teejee Le 20 juin 2017 à 12h22
      Afficher/Masquer

      Ce qui sauve, c’est ce que fait celui qui veut se sauver. On ne peut être sauvé sans rien faire.
      “Dans ces actes successifs d’une seule et même tragédie, la France jouait le rôle de la victime qui attend son tour” (Charles De Gaulle, Mémoires de guerre, tome 1, L’appel).


  10. gryzor Le 20 juin 2017 à 09h53
    Afficher/Masquer

    L’abstention n’a pas le même sens selon le tour. L’abstension de premier tour ne signifie pas forcément la même chose qu’au second. (Et a fortioti, il en est de même des votes blancs et nuls). Et le différentiel d’abstension entre un premier et un deuxième tour devrait être considéré également comme un indicateur intéressant.

    Je suis frappé que cela ne soit pas commenté par les analystes (ou trop peu pour que je sois tombé dessus ^^)

    (Et à l’autre bout, dans un discours truffé de lieux communs style “c’est un devoir citoyen d’aller voter”, Macron 1er incrimine les partis politiques – http://www.leparisien.fr/elections/legislatives/legislatives-macron-attribue-l-abstention-aux-partis-qui-n-ont-pas-mobilise-20-06-2017-7069464.php )

    Ouvrons les paris sur la date où ce président aura réussi à s’établir une popularité encore plus faible que son prédécesseur – https://d25d2506sfb94s.cloudfront.net/cumulus_uploads/document/cxdkvjk9ks/Results_YouGov_HuffingtonPost_Barom%C3%A8tre_Avril_033_06.04.16.pdf . Pour ma part je mise sur T2 2018.


  11. Balthazar Le 20 juin 2017 à 10h06
    Afficher/Masquer

    Encore une fois, comme d’habitude, on voit que ce sont les seniors qui votent et donnent une légitimité à ces “politiques” qui saignent le pays.
    Pourquoi ?
    1) Ils ne sont pas concernés par la loi travail
    2) Ils ne sont pas concernés par la réforme du chômage
    3) Ils espèrent ne plus payer leur taxe d’habitation

    Alors bien sûr, en écoutant les journalopes, on pourrait croire qu’ils vont être mis à l’amende car la CSG va augmenter pour eux.
    Et d’un, elle va augmenter pour moi, qui ne suis pas retraité.
    Et de deux, quel sacrifice ! Merci les gars, que ferait on sans vous, qui distribuez des “richesses” à vos enfants et petits enfants, quelle générosité.
    Sans blague…


    • Tonton Poupou Le 20 juin 2017 à 10h47
      Afficher/Masquer

      Tous ceux qui ont voté pour Macron et cette assemblée LREM – soit environ 15% des inscrits (57% des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés, et 10% des Français qui se sont finalement rendus dans les bureaux de vote ont glissé un bulletin blanc ou nul dans l’urne ; les autres pour l’opposition.) ont voté pour un ectoplasme. Un mirage. Une illusion. Ils ont : soit pas lu le programme ; soit pas compris ce qui se joue réellement, fondamentalement, dans les propositions de ce programme. Leur analyse est une analyse superficielle. L’homme est comme la lapin. Il s’attrape par les oreilles !


      • Françoise Le 20 juin 2017 à 11h38
        Afficher/Masquer

        57.36% d’abstention + 2.95% votes blancs(inscrits) + 1.25%(inscrits) de nuls cela fait 61.56 %
        100%-61.56%=38.44% ont voté pour un candidat. seulement 32% ont voté LREM cela donne un taux de 12.30% des inscrits.


      • Jbb Le 21 juin 2017 à 00h24
        Afficher/Masquer

        Merci pour cette insulte gratuite pour 15% des électeurs. Sympa pour eux. Vous avez oublié de compter les électeurs des Republicains qui sont surement encore plus bêtes. ..


    • Larmec Le 20 juin 2017 à 19h37
      Afficher/Masquer

      Bonsoir, minute papillon svp, je suis senior et sans vouloir vous offenser, stop ne pas mettre tout le monde le même sac.
      J’en ai marre des vieux qui dénigre les jeunes par ce qu’ils sont jeunes alors accepter le contraire me gonfle aussi.
      Même si je suis en partis d’accord avec vous, n’oublions jamais que nous avons tous était des jeunes cons et que certain réussirons à devenir des vieux cons.
      Mais bon le plus dur et de constater que vous n’avez pas entierement tort.


    • Jean-Paul B. Le 25 juin 2017 à 10h59
      Afficher/Masquer

      Dès le 1er janvier 2018 avec l’augmentation de la CSG pour soi-disant “alléger” les cotisations chômage des actifs du secteur privé, les retraités percevant plus de 1200 euros mensuels, vont voir leur retraite baisser de 25 à 45 euros par mois sans compensation.
      Au passage je signale qu’il en sera de même pour tous les agents de la Fonction Publique.
      Sans doute l’ignoraient-ils au moment d’entrer dans l’isoloir pour offrir leur bulletin à Macron et ses pions!


  12. ALAIN PUIGMAL Le 20 juin 2017 à 10h14
    Afficher/Masquer

    A méditer.. Le tirage au sort conduirait à “Une équitable irréprochable démocratie sans les partis politiques”, à supprimer les intérêts personnels, de groupe et à œuvrer pour l’intérêt des citoyens de ce monde et à préserver l’intégrité de notre planète Terre…
    Utopie, vous avez dit ? C’est ma philosophie.


    • Jbb Le 21 juin 2017 à 00h28
      Afficher/Masquer

      On pourrait aussi tirer au sort qui va piloter l’avion avant le décollage ça serait rigolo.


      • lvzor Le 25 juin 2017 à 19h27
        Afficher/Masquer

        En faisant cette réponse, vous postulez que la politique est une affaire de professionnels hautement spécialisés. (Accessoirement, si on élisait celui qui va piloter l’avion avant le décollage, il n’est pas sûr qu’il soit meilleur que tiré au sort.)

        C’est une vision des choses qui me paraît assez éloignée de ce qu’on peut appeler démocratie. Par contre, vous me paraissez mûr pour adhérer au PS, si ce n’est déjà fait.


  13. Tonton Poupou Le 20 juin 2017 à 10h32
    Afficher/Masquer

    Lamentable. Ce matin sur BFM le premier sinistre nous prouve que soit il est un menteur soit il est un incapable : à propos de l’augmentation de la CSG pour les retraites, il affirme que pour 80% des retraités, ils ne seront pas impactés par l’augmentation car il y a tous ceux qui sont en dessous du seuil de 1200€ qui ne subiront pas l’augmentation, mais que ceux qui la subiront se feront compenser par la suppression de la taxe d’habitation (?). Quand Bourdin lui pose la question de savoir si il a calculé cette affirmation, le premier sinistre ne répond pas. Ces soit disant kadors de la finance (Macron en tête) n’ont même pas pris la peine de faire des calculs élémentaires. Soit par exemple : un retraité qui a 1370€, loue un studio en centre ville de 20m2, possède une assurance vie avec 25000€ va perdre au bas mot environ 300€ par an avec la CSG – calcul à la louche mais au moins calculé lui contrairement aux kadors qui ont la prétention de nous gouverner ! ) Alors qu’il paye 80€ de taxe d’habitation.


    • Françoise Le 20 juin 2017 à 11h53
      Afficher/Masquer

      Ceux qui gagnent très peu ne payent pas de taxe d’habitation mais ils vont payer de la Csg !
      Ceux qui payent la taxe d’habitation plein pot, vont la voir supprimer ex 3000 euros/maison et vont effectivement y gagner.
      En faite les moyens riches vont y gagner et les faiblement pauvres et pauvres vont y perdre.
      C’est le bloc élitiste contre l’archipel populaire. On va bien les séparer !
      Cette mesure était évidemment électoraliste, par sûre qu’elle aboutisse. Idem pour le chômage des indépendants…


    • Larmec Le 20 juin 2017 à 19h47
      Afficher/Masquer

      300 euro par ans c’est ignoble, non je plaisante.
      Ce genre de calcul doit faire rire les jeunes travailleurs qui vivent avec 1100 euro ou les parent isolés qui nourrissent 2 ou trois personnes avec 1300 euro par mois sans être proprio, sans épargne et avec peut d’espoir d’avoir une retraite.
      Mais oui je compatis.


      • Tonton Poupou Le 21 juin 2017 à 10h08
        Afficher/Masquer

        Larmec. Essaye de vivre avec 1370€ par mois en louant un appartement (et en payant tes impôts). Sans aucune aide sociale (pas d’apl, pas d’aide municipale, pas d’aide à la complémentaire santé etc etc etc) parce que avec 1370€ tu es au dessus du seuil de la CAF et de la Sécu. Alors que les cas que tu cites ont eux droits à toutes les aides sociales et une imposition minime. Larmec : rigole si tu veux mais moi je rigole pas et le cynisme ne mène nul part.


  14. Guepe Le 20 juin 2017 à 15h49
    Afficher/Masquer

    Bah voyons….. Si l’abstention délégitime le parte d’Emmanuel Macron, elle a encore pluis délégitimer les partis d’opposition comme la fn et la Fi. Avev un Lr a moitié décomposé, un parti socialiste ,tous leurs adversaires à moitié dans le coma et les marcheurs du gouvernement qui accumule les casseroles, ils n’ont meme pas 5% des députés à eux deux.

    A la présidentielle , on avait Macron 24% , Marine 20%, Lrs et Mélenchon 19/20%. Aux légistatives , on a Marcheurs 30%, Fnistes 13% Zombies 20% et Mélenchonistas 11%. On voit parfaitement qui s’est abstenu. La Fi et le Fn ont perdu plus de 4 millions de voix. Apparement, le peuple ne voulaient pas d’eux non plus pour servir d’opposition à Macron. Ceux qui doivent se remettre en question , c’est eux.

    Ce qu’à montré cette élection, c’est que Macron a été capable de mobiliser ses électeurs quand le Fn et la Fi en ont été parfaitement incapables.

    Quand à Mélenchon, qui adore parler au nom du peuple, il a été élu avec 62 %d’abstention. CQFD


    • Ellilou Le 20 juin 2017 à 18h04
      Afficher/Masquer

      Pendant 5 ans on ne va pas vivre avec le programme “l’Avenir en Commun” porté par la France Insoumise mais avec le programme d’acharnement thérapeutique pour sauver les plus fortunés et de saccage total de ce qui protégeait encore un tant soit peu les moins fortunés du Jupitérien. Donc là tout suite maintenant la véritable opposition elle se fait contre tous ceux qui le portent la bouche en cœur ou la bave aux lèvres.


    • Tonton Poupou Le 20 juin 2017 à 19h45
      Afficher/Masquer

      Quand vous êtes – par exemple – électeur FN à Paris, vous allez voter au 1er tour de la Présidentielle pour votre candidate – peu importe qu’au final elle ne fasse que 10 % à Paris. Mais pour les législatives, votre vote est inutile, car il n’y a aucune chance qu’un candidat FN l’emporte à Paris : beaucoup d’électeurs FN ne vont donc pas voter, d’où la forte baisse constatée par rapport à la présidentielle. Idem pour les électeurs France Insoumise (pourquoi l’électeur FI a Neuilly va-t-il aller faire la queue ?). Bien sûr, ceci est trop profond pour certains “philosophes”…


      • Jbb Le 21 juin 2017 à 00h38
        Afficher/Masquer

        J’ai pas l’impression que beaucoup de gens aient fait la queue pour aller voter. Apres il aussi prendre en compte le fait que certains partis n’avaient pas de candidats dans toutes les circonscriptions. C’était le cas de LREM dans au moins 10% des circonscriptions.


  15. Le Rouméliote Le 20 juin 2017 à 15h53
    Afficher/Masquer

    C’est bien un diplômé de sciences po’ le commentateur avisé ! Ce n’est pas depuis le début de la V° république que le taux d’abstention est si élevé, mais depuis le début du suffrage universel masculin, soit depuis 1848 ! Y’a comme un lézard…


    • pong Le 20 juin 2017 à 23h08
      Afficher/Masquer

      Ça m’intéresse votre truc, vous développez un peu ?


    • Jérôme Le 21 juin 2017 à 00h12
      Afficher/Masquer

      J’ai bien mieux pour vous : les 1ères élections législatives organisées théoriquement au suffrage universel en France. Celles de septembre 1792, à peine un mois après le renversement de la monarchie.

      Le taux de participation avait été de … 10%.


  16. Pegaz Le 20 juin 2017 à 16h15
    Afficher/Masquer

    Prendre du recul avec les présentes et mise en relief par celle de Coluche en 1981.
    Coluche et sa candidature aux présidentielles était un stratagème pour contourner la censure de ses émissions radiophoniques. Stratégie qui a bien fonctionné en début de campagne seulement.

    Il répond au journaliste de la télévision suisse
    https://www.youtube.com/watch?v=hBVkCxl-trc

    Dans la vidéo ci-dessous le sujet est traité entre 04:16 et 09:44
    https://www.youtube.com/watch?v=oxuHSlc3dBc

    Coluche : Sa candidature aux présidentielles de 1981 – FR3
    https://www.youtube.com/watch?v=psjO43Dg1do


  17. DUGUESCLIN Le 20 juin 2017 à 17h39
    Afficher/Masquer

    La vague LREM, au regard des chiffres, n’est qu’une supercherie, une imposture, un trompe l’œil.
    Le vote d’adhésion est très faible. Je n’entends pas beaucoup de gens se vanter d’avoir voter LREM dans mon entourage. Ce silence ou cette discrétion serait-il l’aveu d’un vote honteux, face au nombre de ceux qui déclarent ne pas soutenir ce mouvement? Les seuls qui avouent à mi-mots me disent:” je ne l’apprécie pas mais il faut lui donner une chance”. “On ne sait jamais?”
    Tout cela est flou, je ne ressens pas d’enthousiasme et je ne suis pas convaincu de la vague LREM.


    • Thierry Le 21 juin 2017 à 09h08
      Afficher/Masquer

      Les gens étaient enthousiastes pour voter Mitterrand. On a vu la suite.
      Les gens étaient enthousiastes pour voter Sarko. On a vu la suite.
      Les gens étaient enthousiastes pour voter Hollande. On a vu la suite.

      Je continue?

      Peut être que ‘les gens’ commencent à comprendre qu’il faut accepter la fin de la croissance et du monde d’avant,et que les promesses d’y revenir ne peuvent pas être satisfaites.


  18. pong Le 20 juin 2017 à 18h01
    Afficher/Masquer

    Qu’est-ce qui se passe au Fig ? On devient subversif ? Serge est en vacance ou quoi ? Ou alors le pauvre a perdu tout ses repères. On peut comprendre.


  19. Christian gedeon Le 20 juin 2017 à 18h03
    Afficher/Masquer

    Waw…comme ça les gens s’abstiennent parce qu ils ont perdu espoir ou sont dégoûtés ! Je ne veux contrarier personne mais si 30 pour cent des ces dégoutes avaient voté,au hasard,insoumis ou Mélenchon ou FN et Le Pen,ça aurait musique un sacré para aisés et nolens volens fait bouger les lignes!!! Et ça ,c’est de l’arithmétique. Et qu on ne vienne pas me dire qu il n y avait pas d’offre politique…elle était pléthorique. Alors n en déplaise à leurs supporters,je considère que les abstentionnistes se sont tirés une balle dans le pied(et à nous avec). Pour ce qui me concerne,c est de l irr’esponsabilite politique.


    • Balthazar Le 20 juin 2017 à 20h00
      Afficher/Masquer

      Quand aux élections régionales, le FN arrive 1er avec près de 30%, mais qu’au final il ne gagne aucune région, vous avez la preuve que les dés sont pipés et qu’il ne peut gagner que si il gagne au 1er tour.
      Car sinon, Front Republicain-bla-bla-bla toussa.
      Ca marche aussi avec une percée de la France Insoumise (peste rouge- confiscation des biens oulala) qui ne sera jamais élue sauf victoire au 1er tour.
      Quand vous savez que les gens hésitent entre FN et FI, les jeux sont faits.


      • Tunk Le 20 juin 2017 à 21h00
        Afficher/Masquer

        “Ca marche aussi avec une percée de la France Insoumise (peste rouge- confiscation des biens oulala) qui ne sera jamais élue sauf victoire au 1er tour.”

        Et bien, si on cherche, on fouille, et on trouve les “non-infos” (vous savez, celles qui sont vite enterrées derrière la bonne propagande), on trouve des articles, de vraie perles :

        http://www.francetvinfo.fr/elections/legislatives/je-ne-realise-pas-encore-promis-a-la-victoire-ces-candidats-en-marche-aux-legislatives-ont-finalement-ete-battus_2243827.html

        Et on y voit que la FI ne suscite pas de rejet dans une frange des électeurs qui ne sont pas “de base” FI. Tout l’inverse du FN, donc.


      • Thierry Le 21 juin 2017 à 09h17
        Afficher/Masquer

        Si Mélenchon avait participé à la primaire de la gauche, il serait peut être président.

        Au lieu de ça il a préféré diviser la gauche, ce qui avec les règles de la 5° république, conduit nécessairement à son élimination.
        Mitterrand avait fait le contraire, car il voulait le pouvoir. Mélenchon, lui, ne le voulait pas.


      • christian gedeon Le 21 juin 2017 à 15h10
        Afficher/Masquer

        Les dés ne sont pas pipés,c’est le système électoral actuel! On peut le contester,vouloir le changer,mais c’était comme çà! Mon point n’est pas là…je dis que les abstentionnistes,supposés “anti système” avaient aux deux élections,législatives et présidentielles,l’occasion de l’envoyer valdinguer…la moitié des électeurs ou presque a préféré se retirer sur son olympe en faisant des mines et la petite bouche,pour venir pleurnicher ensuite.Personne n’a empêché qui que ce soit de voter que je sache! Et çà,çà me rend dingue.Maintenant,s’il faut à chaque électeur potentiellement abstentionnistes son propre programme qui lui convient sur tous les points,sinon il s’abstient et tape des pieds,on n’en sortira jamais.Mais votez donc,nom d’une pipe! va falloir attendre un bon coup maintenant,hein?


  20. triari Le 20 juin 2017 à 18h22
    Afficher/Masquer

    Donc, si on peut résumer : le profil-type du votant LREM (et même du votant tout court) lors des dernières législatives est : un vieux cadres à la retraite qui vote pour un programme ultralibéral-démocrate (LREM) ou démocrate-ultralibéral (LR sans EM) qui met au pouvoir un homme qui a promis, tacitement, de faire souffrir les classes humbles & les jeunes mais qui, au final, fera également baisser le niveau de vie de ceux qui l’ont élu (hausse de la CSG qui touche les retraités).
    Ils sont fous ces français ! Non, pire, ils sont cons. La minorité des profiteurs qui entend faire marcher à la baguette les autres, moins bien lotis qu’eux, mais qui vont se retrouver au final mis dans le même panier de crabe. Gageons que lorsque les réformes Macron n’apporteront pas le bonheur promis : les médias rejetteront la faute sur les classes populaires afin de faire dresser les vieux riches et les jeunes pauvres les uns contre les autres. La haine et la bêtise des premiers aidera beaucoup à ça.


  21. loki Le 20 juin 2017 à 21h05
    Afficher/Masquer

    Bonne chance aux macronautes élus dont la mission d’exploration du vide sidéral de la pensée néolibérale et eurobéate a commencé tambour battant !
    Prévenez le peuple quand vous foulerez une planète viable histoire qu’il regrette vraiment de s’être abstenu face à cette fantastique société civile méritocrate, mais en attendant coupez la radio et la télé qu’on a bien trop entendu et qui ont contribué à leur façon à cette envie de ne plus aller voter du tout !


  22. Alain Hache Le 21 juin 2017 à 07h59
    Afficher/Masquer

    La com’ c’est fini, maintenant les actes! Et là cela va faire mal. Macron a été le joueur de flûte. Bonjour le réveil chez ceux dans les classes moyennes qui ont voté Macron et En marche. A cela s’ajoute la montée de l’insécurité.Cela fait beaucoup pour notre kénédillon. La crise est majeure mais pour le moment on en voit pas l’issue.


  23. christoph Le 21 juin 2017 à 15h27
    Afficher/Masquer

    Jérôme Sainte-Marie ne dit pas des choses originales, mais il articule bien des propos qui il n’y a pas si longtemps étaient tabous (paravent de la diversité et de la parité…etc), voire oubliés ( vote de classe/abstention de classe…etc).
    Bonne photographie.


  24. G2 Le 22 juin 2017 à 01h26
    Afficher/Masquer

    Merci de ne pas publier, c’est là juste une remarque et si vous voulez travailler…
    Résultats des élections législatives 2017 par le ministère de l’intérieur :

    https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/Resultats-des-elections-legislatives-2017

    Des résultats incomparables avec les publiés du premier tour, mais aussi ceux de 2012, même site.
    En 2012, le ministère de l’intérieur modifie les données publiées entre les deux tours des législatives : le 1er tour est France entière le second ne tient qu’à France Métropolitaine
    Aucun problème pour personne
    En 2017, la publication en ligne est juste illisible, mais pourquoi ?


Charte de modérations des commentaires