Les Crises Les Crises
26.juillet.201926.7.2019 // Les Crises

La diplomatie d’Emmanuel Macron au détecteur de mensonges… Par Guillaume Berlat

Merci 133
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 01-07-2019

« On n’est pas obligé d’approuver ses dirigeants pour être patriote ! »

Edward Snowden

C’est l’été radieux, mais nous ne parlerons ni de canicule, ni de surpopulation des plages et des autoroutes. Par contre, nous en profitons – une fois n’est pas coutume – pour revenir sur les choix éditoriaux de prochetmoyen-orient.ch. Parfois, ces derniers donnent lieu à des commentaires étranges, sinon hallucinogènes ! A ce jour, les moyens statistiques les plus sérieux nous créditent de 200 000 visites mensuelles. Avec la reprise d’une dizaine de « sites amis », on peut considérer que nous doublons la mise, ce qui est disproportionné par rapport à la faiblesse de nos moyens ! Ce constat étant fait, notre volonté d’ajuster et d’approfondir une ligne éditoriale plus argumentée, diversifiée et mieux sourcée demeure au service de nos lectrices, lecteurs et visiteurs.

Nous avons délibérément choisi de livrer – chaque semaine – un contenu éditorial fini, sans prolongement interactif, ni discussion dans les réseaux dits « sociaux », succombant trop souvent au dualisme « j’aime/j’aime pas », estimant qu’il s’agit plutôt d’inventer d’autres supports d’échanges « dialectiques » que d’encourager une « opinion opinante » unilatérale. Cela dit, reprenant certains de nos papiers, les « sites amis » provoquent souvent commentaires et critiques auxquels – encore une fois – nous avons décidé de ne pas répondre, restant adeptes du « verum index sui » spinoziste : la vérité étant la marque d’elle-même ou, plus modestement, un contenu argumenté, sourcé et recoupé se défend lui-même !

Toujours est-il que certains professionnels du « commentaire » répètent souvent les mêmes paradoxes, sinon les mêmes contradictions, autant de malentendus qui doivent être éclaircis, sinon déconstruits. Le plus souvent lapidaires, ces réactions peuvent être rassemblées sous trois rubriques générales : 1) vous critiquez souvent vertement la politique étrangère de la France, sa diplomatie et ses orientations, mais vous affirmez dans le même temps des positions volontiers patriotiques, sinon « souverainistes » ; 2) vous êtes résolument hostiles à l’OTAN, voire à l’UE dans son actuelle configuration, alors que notre pays reste justement très attaché à ces deux entités ; 3) enfin, vous défendez régulièrement la nécessité d’une Marine nationale de premier plan et celle de deux porte-avions… aux frais du contribuable ! Reprenons les choses selon l’ordre des raisons, comme dirait René Descartes et ses héritiers.

MONADOLOGIE CONTRE MONDIALISATION

Le philosophe et mathématicien Gottfried Wilhem Leibniz a écrit son œuvre majeure – la Monadologie – en 1714, en français. Le texte propose une vue d’ensemble du système philosophique de Leibniz tel qu’il le concevait à la fin de sa vie. Composé de 90 paragraphes, l’exposé de ses thèses fondamentales se divise en trois parties : de 1 à 36, les « monades » comme « éléments du monde » ; de 37 à 48, « Dieu » ou la cause du monde ; de 49 à 90, le monde créé, en lui-même et son unité.

Hérité de la vieille scolastique aristotélicienne, certes, le vocabulaire de la Monadologie est daté. Et il serait parfaitement absurde de se proclamer aujourd’hui « leibnizien », même kantien ou hégélien… la question étant – qu’après tant de bouleversements intellectuels, politiques, sociaux, esthétiques ou culturels qui nous en séparent – comment peut-il se faire que la pensée de Leibniz demeure présente dans des dimensions très diverses des sciences humaines contemporaines, dont la géopolitique et plus largement l’étude des relations internationales.

Bien qu’« inétendue » (paragraphe 3), la monade est spirituelle, reproduisant un schéma classique du rationalisme cartésien posant à la base de la réalité un principe immatériel. Paragraphe 4 : la monade ne peut périr, pas plus qu’elle ne peut naître d’un commencement absolu. Malgré sa simplicité, la monade est douée de qualités qui fondent son individualité (paragraphe 8). Le changement ne consiste donc pas en une influence réciproque des monades, mais dans un principe interne à chacune d’elle (paragraphes 10 et 11).

La simplicité de la monade ne signifie pas son invariance, mais l’inclusion en elle du principe de changement. C’est pourquoi on doit expliquer « une multitude dans l’unité ou dans le simple » : paragraphe 13. L’Histoire a toujours déjà commencé…

Leibniz parachève son système à l’issue de la Guerre de Trente ans qui a débouché sur la signature du Traité de Westphalie (24 octobre 1648) ; cette paix inaugurant naissance et reconnaissance des Etat-nations modernes. Dans ce contexte, le grand Condé lui-même aurait cherché à s’attirer les conseils de Leibniz, comme théoricien de cette nouvelle Europe en train de naître. A l’époque, les armées de Condé combattent les Habsbourg d’Espagne qui occupent les Provinces unies (des Pays-Bas), celles- ci finissant par obtenir leur indépendance. Dans le langage de l’époque « Dieu » signifie la « nature », c’est-à-dire le monde, voire la mondialisation des XVIème et XVIIème siècles, le concept leibnizien de monade recouvrant aussi les nouvelle unités politiques et géopolitiques en train de s’affirmer ! Monade : allégorie métaphysique de l’Etat-nation !

Quelques siècles après la signature du Traité de Westphalie, notre monde évolue de manière plutôt chaotique/diabolique, mais toute aussi englobante que destructrice : casse des Etat-nations, des services publics et des politiques de redistribution sociale. Malgré tout, dialectiquement et comme ultime ligne de front, la monade « Etat-nation » reprend des couleurs, tient sa position et sa vitalité d’unité, anticorps et cellule « obstacle » à une mondialisation mortifère. Rongé par l’argent et le court-termisme, le « Dieu » de la scolastique s’est échappé de la métaphysique jusqu’à devenir fou ! Ainsi, l’Histoire continue son travail de taupe, perforant les plus solides des vieilles nations et leurs fondations monadologiques. C’est bien là que se joue la partie !

La France est l’un des pays les plus étranges qui soit : elle n’est pas une nation compacte, mais un agrégat successif fait de Bretons, d’Alsaciens, d’Occitans, de Basques et d’Allobroges, élaboré depuis les grands défrichements forestiers du XIème siècle, à travers des conquêtes militaires successives et des mariages territoriaux jusqu’à l’annexion de la Savoie et Nice ! Il faut relire, notamment, le grand Michelet et Fernand Braudel pour mesurer combien ce processus ne fut pas un long fleuve tranquille et comment cette histoire – au fil des monarchies, révolutions, empires, coups d’Etat et républiques – a conforté une centralisation nécessaire mais qui demeure notre malédiction.

Plus récemment Jean Moulin, le général de Gaulle et, dans une moindre mesure François Mitterrand, ont redonné toute sa dignité à cette monade éternelle qu’est la France. C’est du moins notre lecture (qui, heureusement, peut être discutée) de l’Histoire, de notre histoire. Par conséquent, et conformément à cet héritage, nous sommes parfaitement habilités à considérer qu’une défense argumentée de l’Etat-nation France peut/doit être l’une des voies du refus, sinon de résistance à celle-ci, de la mondialisation contemporaine.

Comme le dit si bien Edward Snowden qui ouvre cette chronique : « on n’est pas obligé d’approuver ses dirigeants pour être patriote ! » Dont acte !

UNE AUTRE EUROPE EST POSSIBLE !

Partant de la monadologie de Leibniz, du Traité de Westphalie et de l’héritage gaullo-mitterrandien, il va sans dire que la défense d’une France libre, indépendante et souveraine nécessite les moyens de défendre et de promouvoir cette position qui n’est pas négociable. Avec une mondialisation qui s’affirme de plus en plus par la maîtrise des mers et des océans, il s’agit bien d’être présent, partout où les intérêts de notre pays sont en jeu. Nous y reviendrons.

A l’issue de la Seconde guerre mondiale, la Charte de San-Francisco installe – sur les décombres de la vieille Société des nations – l’Organisation des nations unies (ONU) pour veiller à la stabilité internationale afin d’exorciser le spectre d’une nouvelle guerre mondiale alors que débute la confrontation Est-Ouest. Sous la tutelle des Etats-Unis, le Plan Marshall encadre une reconstruction politique et économique d’une Europe qui profitera d’abord aux investisseurs américains. Il comporte un volet culturel très ramifié, remarquablement décrit par Frances Stonor Saunders1, destiné à vanter et promouvoir la supériorité idéologique du modèle américain sur celui de l’Union soviétique.

La création de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier)2 – anticipation du Marché commun, de la Communauté européenne, puis de l’Union européenne (UE) -, est menée tambour battant par Jean Monnet, agent américain stipendié qui n’eut de cesse de combattre le général de Gaulle3. Et lorsque l’auteur de ces lignes interviewait Jacques Delors, président de la Commission européenne (1985 – 1995) au sujet de la création de l’Euro, des questions que suscitait la banque européenne, des conditions des harmonisations budgétaires, fiscales et sociales, ce dernier répondait tranquillement que « tout cela suivrait naturellement… »

Malheureusement, non seulement rien n’a suivi, mais les doctrines économiques libérales, néo-libérales et de la libre concurrence se sont progressivement imposées aux logiques institutionnelles et politiques de l’UE. En remerciements de ses « bons et loyaux » services, Manuel Barroso (président de la Commission de 2004 à 2014) sera accueilli à bras ouvert au conseil d’administration de la banque américaine Goldman Sachs. Quel aveu ! Son successeur Jean-Claude Juncker (2014 – 2019), qui comme Premier ministre du Luxembourg a couvert d’étranges mouvements de capitaux trouvera, lui-aussi, certainement à occuper utilement sa retraite.

Durant les années Reagan, Madame Thatcher – alors Premier ministre britannique – avait clairement affirmé que « pour tuer définitivement l’Europe politique, il s’agit de favoriser son élargissement continu comme grand marché ouvert à la libre concurrence ». Le programme d’une UE destinée à casser les « monades nationales » a été parfaitement rempli, au-delà de toutes espérances. En fait, tout a vraiment commencé à se déglinguer lorsque Pompidou, puis Giscard ont décidé de vendre notre dette nationale aux marchés financiers ouvrant une boîte de Pandore incontrôlable qui enrichirait les plus riches en appauvrissant les plus pauvres, principe granitique du libéralisme économique ou plutôt du capitalisme dont il est presque interdit de parler aujourd’hui…

Aujourd’hui justement, la perte d’indépendance financière est totale et l’on ne peut qu’être dubitatif lorsqu’on nous parle de défendre « nos valeurs européennes », alors que sont signés des accords de libre-échange avec le Canada, le Mercosur et la planète Mars, concoctés dans la plus grande opacité. Nos agriculteurs apprécient ! tandis qu’en France et dans d’autres pays européens, on ne peut plus acheter une casserole ou un tournevis qui ne soient pas « made in China ». Ne parlons pas du bradage de nos fleurons industriels (Alstom, Technip, Norbert Dentressangle, etc.) et de la mort programmée d’Airbus4. Bonjour les valeurs ! Comme le déplorait Kant : « la voûte étoilée au-dessus de moi, la loi morale en moi ». Le problème est que la morale unique et dominante d’aujourd’hui n’est plus que celle des marchés et des financiers !

Pour l’OTAN, l’histoire est encore plus désespérante, puisque depuis sa création, cette soi-disant organisation de défense Atlantique sert surtout de débouché aux produits du complexe militaro-industriel américain. Logiquement, l’OTAN aurait dû être démantelée au lendemain de la chute du Mur de Berlin, en même temps que le Pacte de Varsovie, afin de redéfinir avec nos amis russes un nouveau système de sécurité collective. Mais comme le dit si clairement aujourd’hui Donald Trump – America first ! non seulement il ne fallait pas tuer la poule aux œufs d’or, mais il fallait surtout continuer à arrimer les pays européens aux choix diplomatiques dictés par Washington, notamment contre l’Iran ! Business as usual !

Très conscient – et de manière ô combien prémonitoire – de ces évolutions, le général de Gaulle a fait sortir la France du Commandement intégré de l’OTAN le 7 mars 1966. Littéralement obsédé par un réalignement de la diplomatie française sur les orientations américano-israéliennes, Nicolas Sarkozy décide en 2008 de ramener notre pays dans cette structure pour disait-il alors « favoriser l’émergence d’un pilier européen de la défense ». Rigolade généralisée… on connait le résultat, l’OTAN continuant à empêcher toute espèce de velléité de défense européenne autonome et ce n’est certainement pas la nouvelle présidente allemande de la Commission européenne – madame Ursula von der Leyen – qui y changera quoi que ce soit…

Sur ce point précisément, notre Hubert Védrine national nous a déçus dans son rapport sur l’OTAN, remis à François Hollande. Sa recommandation principale (qui peut se défendre) était d’arrêter de sortir et de rentrer du Commandement intégré, actant notre appartenance pleine et entière à cette organisation. Bon… mais on attendait de sa part des orientations plus précises pour favoriser l’émergence de cet introuvable « pilier européen de défense ». Devenu consultant pour de grands groupes, notre ancien ministre des Affaires étrangères est resté d’une prudence de Sioux : le client a toujours raison !

Lorsqu’Emmanuel Macron – en campagne pour les dernières élections européennes – a osé parler d’une « armée européenne » sans toutefois préciser ni les conditions de sa constitution, ni ses moyens, ni la moindre ébauche de calendrier, Madame Ursula s’est aussitôt écriée : « oui, oui mais dans la cadre de l’OTAN qui reste notre partenaire naturel… » Naturel ? On le sait pertinemment : chaque fois qu’on fait jouer la « nature » contre l’Histoire, les choses tournent mal. Membre du parti nazi et, lui-aussi très attaché à « l’être contre la raison », Martin Heidegger a écrit nombre de livres édifiants sur cette mortifère machinerie afin de refonder une « métaphysique » de « valeurs naturelles ». On connaît la suite…

Grand connaisseur de Martin Heidegger, de l’histoire de l’Allemagne et des deux guerres mondiales, Jean-Pierre Chevènement le répète depuis des décennies : nous sommes profondément Européens, mais notre tâche principale est de réformer en profondeur l’actuelle UE – machine bureaucratique au service du marché qui fonctionne contre les citoyens – pour refonder une entente politique à partir des Etat-nations, à partir des monades leibniziennes. En effet, n’en déplaise aux porteurs des « valeurs », une autre Europe est possible !

RECONQUERIR LA LIBERTE PAR LA MER

C’est l’une des autres grandes leçons toujours actuelles de la Guerre de Trente ans : chaque monade doit se défendre pour persévérer dans son existence. La nécessité d’une « défense nationale » – non inféodée à l’OTAN, aux américains ou aux Papous – est devenue encore plus urgente dans le contexte de la mondialisation actuelle qui génère réchauffement climatique, régression à l’état de « nature » et une morale étalonnée sur le roi-dollar !

Suite à l’effondrement national de mai 1940 et à l’appel à résister du général de Gaulle, c’est par la mer qu’a commencé à s’affirmer la France Libre, qu’elle a entrepris l’œuvre de reconquête. C’est d’abord l’épopée de l’Ar-Zenith, qui s’embarque de l’ile de Sein pour l’Angleterre, plusieurs dizaines de jeunes Bretons répondant à l’appel du 18 juin. Deux mois après la tragédie de Mers el-Kébir, c’est encore par la mer, au large de Dakar que les Forces Françaises Libres et la marine britannique tentent un débarquement. En novembre 1941, le général de Gaulle dépêche l’amiral Muselier au Canada pour préparer une opération amphibie afin de libérer Saint-Pierre-et-Miquelon, resté aux mains du gouvernement de Vichy. Depuis Halifax en Nouvelle-Ecosse, l’amiral regroupe ses forces : le sous-marin Surcouf et les trois corvettes Mimosa, Aconit et Alysse. Malgré l’opposition des Etats-Unis et du Canada, le général de Gaulle – soutenu par Winston Churchill – donne l’ordre à Muselier de lancer l’opération. Le 23 décembre 1941, la flottille française appareille et aborde les îles le 24 à trois heures du matin. En une vingtaine de minutes et sans tirer un seul coup de feu, l’affaire est entendue. Le lendemain, une consultation populaire donne une majorité de 98,2% des suffrages exprimés en faveur de la France libre. Saint-Pierre-et-Miquelon est ainsi l’une des premières terres françaises ralliées à la France libre. Les Américains sont furieux…

Durant cette période tragique de notre histoire, les Forces navales françaises libres ont été le fer de lance d’opérations décisives pour la résurrection du pays : les coups portés aux sous-marins allemands U-Boote, les victoires contre l’Afrika-Korps de Rommel en Afrique, de même que les missions de ravitaillement de l’URSS par l’Arctique… Une histoire faite de grands succès militaires, de pertes amères et de courage, dont les héros se nomment Honoré d’Estienne d’Orves, Philippe Kieffer, les marins de l’île de Sein et bien d’autres. Les Marins libres sont les seuls Français à débarquer en Normandie le 6 juin 1944, avant de participer à la Libération de Paris puis à celle de l’Europe.

Le livre de Luc-Antoine Lenoir5 se referme par ces mots : « alors que la France prend actuellement conscience des ressources de son vaste espace maritime et de la nécessité d’y asseoir sa souveraineté, la Marine nationale tient une nouvelle occasion de montrer son savoir-faire unique, et d’écrire de nouvelles pages de grandeur sur tous les océans du globe. Elle l’a déjà bien compris. Aux Français d’en faire de même ».

En effet, nous y sommes et il est bien clair que forte de son deuxième espace maritime mondial et de son premier domaine sous-marin, la France est aujourd’hui en position de reconquérir de grandes parts d’indépendance et de souveraineté aliénées par la mondialisation contemporaine et son funeste cortège. Faut-il encore que notre pays coordonne sa stratégie navale à une vraie stratégie maritime définie par une « politique maritime » claire et ambitieuse.

La stratégie navale est fixée par le Plan Mercator à l’horizon 2030/2035. Cela dit, et malgré la dernière loi de programmation militaire, les questions de « masse critique » et du maillage de nos espaces maritimes et sous-marins se pose de manière récurrente. Malgré ses qualités opérationnelles sur un large éventail de missions qui fait de la Marine nationale l’une des premières du monde, il faut dire clairement aujourd’hui que l’on manque de bateaux et de marins. A cet égard, les discussions à venir sur le remplacement du Charles-de-Gaulle (arrivant en fin de mission en 2038) seront décisives : un porte-avions nucléaire ou deux… nucléaires ou conventionnels et avec quel système d’armement ?

Comme le dit Régis Debray, il est des économies qui coûtent chers ! La permanence à la mer de notre Groupe aéronaval (GAN) est devenue une incompressible nécessité. L’hypothèse d’une indisponibilité probable de notre porte-avions (pour entretien et révision) dans le contexte d’une crise internationale majeure affaiblit grandement sa pertinence stratégique. Pour cette raison, avec Régis Debray la rédaction de prochetmoyen-orient.ch proclame haut et fort : deux porte-avions, sinon rien !!!

Et que les bloggeurs déchaînés ne viennent pas nous faire pleurer quant aux incidences de deux porte-avions sur le sort du contribuable français ! Qu’ils s’intéressent davantage – par exemple – aux coûts faramineux de missions inutiles confiées à l’affairiste Bernard Kouchner6 et aux tribulations de nos inspecteurs des finances qui s’en mettent plein les poches en multipliant les allers et retours entre les grandes administrations et le privé. Ne parlons pas du coût faramineux de nos opérations militaires intérieures et extérieures (OPEX) surdimensionnées, souvent prolongées pour des raisons politiques très contestables. Gérer un budget, c’est faire des choix politiques !

Pour défendre sa place et ses intérêts dans une mondialisation de « la guerre de tous contre tous », notre pays doit pouvoir compter sur une Marine nationale de premier plan, disposant de plus de bateaux et de marins. Ce constat ne résulte pas d’un militarisme forcené mais de la réalité du monde actuel et à venir. Afin d’assurer l’indépendance et la liberté de leur pays, les patriotes de prochetmoyen-orient.ch ne veulent s’en remettre ni aux Etats-Unis, ni à la Chine, ni à la Russie ou à la Suisse. Fidèle à la mémoire de ceux de l’île de Sein jusqu’à nos commandos marine dernièrement tombés au champ d’honneur, les Français doivent assurer eux-mêmes leur défense et leur sécurité. Leur présence sur tous les océans et mers du globe leur en offre l’opportunité. En répondant à l’appel de cette voix profonde de la mer, si majestueusement décrite par Michelet, la France d’aujourd’hui est en mesure de délivrer à nouveau un message universel. Faisons-le !

Bel été, bonnes vacances et bonne lecture. Comme disait Tabarly, la mer ce n’est pas seulement ce qu’on a dans le dos lorsqu’on fait face à la plage…

Richard Labévière
8 juillet 2019

1 Frances Stonor Saunders : Qui mène la danse ? La CIA et la Guerre froide culturelle. Editions Denoël, mai 2003.
2 La Communauté européenne du charbon et de l’acier était une organisation internationale fondée sur le traité de Paris entré en vigueur le 23 juillet 1952 pour une durée de 50 ans. Elle n’existe plus depuis le 22 juillet 2002.
3 Sur ce sujet, lire et relire le livre définitif de l’historien Eric Branca : L’ami américain – Washington contre de Gaulle 1940 – 1969. Editions Perrin, août 2017.
4 Richard Labévière : « Comment l’Oncle Sam a mangé Airbus ». Marianne, 8 mars 2019.
5 Luc-Antoine Lenoir : Résister sur les mers – Une histoire de la Marine française libre. Editions du Cerf, juin 2018.
6 « Kurdistan irakien : le Quai d’Orsay confie une mission à l’affairiste Bernard Kouchner », prochetmoyen-orient.ch, 13 juin 2019.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 01-07-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Shock // 26.07.2019 à 06h49

Mais qui va avoir le courage de sortir de l’alliance? La France n’est menacée par personne, hormis par ses dirigeants et les Américains (Alstom, etc.). Par contre la France menace et agresse quantité de pays depuis la Libye jusqu’au Yémen (par la vente de matériel de guerre aux agresseurs).

31 réactions et commentaires

  • Fritz // 26.07.2019 à 06h32

    « Logiquement, l’OTAN aurait dû être démantelée au lendemain de la chute du Mur de Berlin, en même temps que le Pacte de Varsovie, afin de redéfinir avec nos amis russes un nouveau système de sécurité collective » : et comme la logique n’a pas été respectée, la France aurait dû dénoncer le Pacte atlantique de 1949, ce que de Gaulle s’était refusé à faire (« l’Alliance, oui, mais pas l’OTAN, pas l’organisation militaire intégrée aux ordres des Américains », confiait-il à Alain Peyrefitte le 13 octobre 1965).

    « le général de Gaulle a fait sortir la France du Commandement intégré de l’OTAN le 7 mars 1966 » : non, en 1966 la France est sortie de l’OTAN, 50.000 soldats américains stationnés en France ont dû sortir de notre pays, et le QG de l’organisation a dû déménager en Belgique. Cette formulation doucereuse : « la France n’est pas sortie de l’OTAN, elle s’est seulement retirée de son commandement militaire intégré » est contradictoire, car l’OTAN est précisément la structure militaire intégrée imposée à l’Alliance atlantique.

    Cette formulation trompeuse est de rigueur depuis que Chirac a réintégré la France dans l’OTAN (fin 1995), comme pour masquer l’ampleur de sa tra*hison – approuvée et entérinée par nos zélites, Védrine compris.

      +32

    Alerter
  • Shock // 26.07.2019 à 06h34

    “Logiquement, l’OTAN aurait dû être démantelée au lendemain de la chute du Mur de Berlin, en même temps que le Pacte de Varsovie, afin de redéfinir avec nos amis russes un nouveau système de sécurité collective.”

    Logiquement? Comme chez les bisounours? L’auteur méconnaît gravement la “logique” de l’otan qui n’a jamais été une organisation défensive, mais tournée toute entière vers l’agression. Ce qui s’est constamment vérifié (Yougoslavie, Libye, Ukraine, Syrie, etc.).

    Mais pas de chance pour l’otan, car une autre organisation est en train de se créer, elle, complètement défensive avec Russie, Chine, Iran, Inde, Kazakhstan plus 6 autres pays qui vont prendre part à des exercices militaires conjoints.

    A noter que grâce à l’Allemagne qui a reculé au dernier moment, l’offensive de l’otan contre la Nouvelle Russie a fait long feu en 2014. Sans qu’une nouvelle offensive ne soit éventuellement en préparation.

    Lien:

    https://www.zerohedge.com/news/2019-07-23/mh17-evidence-tampering-exposed-cover-ups-hiding-records-witness-misreporting-fbi

    (Recommandation: entretien de Guillaume Long sur RT (Assange, etc.).)

      +13

    Alerter
  • M.Smith // 26.07.2019 à 08h00

    Amusante analogie de la monadologie au discours politique pour démontrer la non incompatibilité entre État nation (Monade) et Europe ou encore Mondialisation (Dieu/Monde). Amusante et boiteuse (la dialectique de Leibniz est ternaire non binaire) mais comparaison n’est pas raison.

    Une frontière présuppose des échanges et une régulation de celles-ci. Vouloir les abattre c’est ne pas comprendre où cela mène, non pas à plus de richesse mais à une uniformisation mortifère. Les problèmes écologiques actuels en sont aussi une démonstration.
    Monade et Mondialisation vont donc de paire ou le devrait, car le problème n’est pas tant leur opposition que l’absence des causes finales. Le néolibéralisme, qui préside à la Mondialisation (mais aussi à nos vies individuelles ) est insensé, il n’a pas de sens, ni signification ni direction. Le plus grand profit matériel sur le plus petit laps de temps pour soi ou pour un entre soi ne mène nulle part.

    Il faut donc redonner du sens, et d’abord par l’éducation. Non seulement scolaire mais tout au long de son existence, se cultiver soi-même. Et notamment par la fréquentation des philosophes et des artistes. Tout le contraire de la tendance actuelle.
    Pour ce faire il faut une volonté, du temps libre et autre absence de contraintes. D’où l’ordre des priorités (dont la sortie de l’UE fait partie).

    En résumé, non seulement l’Etat nation et l’Europe risque de perdre son identité dans une Mondialisation sans bornes mais aussi l’individu et l’espèce humaine.

      +18

    Alerter
  • LBSSO // 26.07.2019 à 08h03

    Le corbeau des mers et… de l’espace

    G Berlat fait référence au livre de Luc-Antoine Lenoir ” Résister sur les mers – Une histoire de la Marine française libre.” Il est synthétique ,riche et facile à lire.
    Un autre livre concernant l’importance stratégique de de la mer : de François-Emmanuel Brézet ” Hitler et la mer” chez Perrin.
    L’auteur montre à quel point Hitler n’a pas saisi les enjeux : incompréhension du théâtre méditerranéen,refus de toute alliance avec la France vichyste ( contrairement au vœu de l’amiral Reader), son souci de préserver ses relations avec l’Italie (conséquences sur la non invasion de l’Espagne–> Gibraltar), son obsession de la guerre à l’Est qui mobilise des moyens considérables,l’importance qu’il accorde à la Norvège, ses erreurs dans la guerre de l’Atlantique, son optimisme sur l’alliance avec le Japon et sa flotte, etc. …
    La résurgence régulière de l’importance stratégique de la mer pour la France dans la presse ou l’édition témoigne de notre perte d’influence (est-ce grave ?) mais aussi et surtout de notre vassalisation.
    Le Corbeau des mers est l’un des autres bateaux avec l’Ar-Zenith cité par G Berlat qui partit de l’ile de Sein . Il fait référence au Grand Cormoran, cet oiseau maritime de grande taille.
    Mais une force navale souveraine est inconcevable sans la maîtrise de l’espace.”La tête dans les étoiles”, les mains dans l’eau et les pieds sur terre.

      +3

    Alerter
  • calal // 26.07.2019 à 08h24

    “Pour défendre sa place et ses intérêts dans une mondialisation de « la guerre de tous contre tous », notre pays doit pouvoir compter sur une Marine nationale de premier plan, disposant de plus de bateaux et de marins. Ce constat ne résulte pas d’un militarisme forcené mais de la réalité du monde actuel et à venir. Afin d’assurer l’indépendance et la liberté de leur pays, les patriotes de prochetmoyen-orient.ch ne veulent s’en remettre ni aux Etats-Unis, ni à la Chine, ni à la Russie ou à la Suisse. ”

    vas y macron, va faire la police dans le detroit d’ormuz, facon t’as besoin du pognon des petromonarchies et des banques qui speculent sur le cours du brut…pis fabriquer des armes ca fait baisser facile le chomage et y a toujours de la demande…

      +2

    Alerter
  • Kokoba // 26.07.2019 à 09h13

    Il y a des choses qu’on considère comme acquises définitivement.
    Je n’aurai jamais cru vivre une époque qui remette en cause l’etat nation.

    L’apparition de l’etat nation ou même de la nation en arme après la révolution Française, c’est cela qui a donné la puissance et la prospérité des pays Occidentaux.
    Puissance militaire bien sur mais aussi efficacité économique, puissance industrielle, capacité d’organisation élevée.
    Un peuple uni avec un gouvernement vaguement représentatif et vaguement démocratique reste le modèle le plus efficace pour organiser une société

    Pourtant, les choses ont changé.
    Aujourd’hui, la classe dirigeante considère qu’elle n’a plus besoin du peuple en arme.
    Cela fait bien longtemps que la France n’a plus été menacée et pour se défendre, ils considèrent que le “parapluie” Américain suffit amplement.
    Et puis le peuple armé, c’est beaucoup trop dangereux.

    La classe urbaine considère aussi qu’elle n’a plus besoin de la province.
    Cela fait bien longtemps que la terre n’est plus considérée comme source de richesse.

    C’est donc le bon moment pour se débarrasser de toute cette populace qu’on traine comme un boulet.
    Plus besoin de solidarité nationale ou d’unité de la nation.

      +20

    Alerter
    • cedivan // 26.07.2019 à 13h05

      La France existait avant la Révolution….

        +11

      Alerter
  • Brigitte // 26.07.2019 à 09h37

    Je cite ” la France est l’un des pays les plus étranges qui soit, elle n’est pas une nation compacte mais composée d’agrégats ..etc..”
    Que je sache, c’est le cas de beaucoup de pays, de toute taille. Pour rester en Europe: Espagne, Italie, Royaume Uni, Allemagne.. et même la Suisse sont composés d’agrégats avec parfois plusieurs langues encore vivantes ! Il n’y a rien d’étrange à avoir un héritage composite.
    Le manque de ferveur patriotique des français ne vient pas d’un régionalisme mal dégrossi mais d’une incapacité à se reconnaitre dans un état-nation qui les méprise depuis longtemps.
    C’est précisément substituer l’état à la nation qui pose problème en France et la décentralisation n’y a rien changé. L’étrangeté de la France vient de son étatisme forcené qui rappelle celui des régimes autoritaires…. Je ne dis pas pour autant qu’il ne faut pas d’état et d’ailleurs les français sont très attachés à leurs services publics et à leurs fleurons nationaux, à juste titre. Le problème de la France est politique plus que géographique.
    D’où l’UE considérée comme un surmoi politique, surtout à gauche…la fameuse Europe sociale et maintenant écolo, avec la mascotte Greta. A droite, on préfère parler de compétitivité, de masse critique face aux nations géantes pour justifier l’UE mais dans tous les cas, les imageries ne collent pas avec la réalité, avec le ça…ne marche pas!
    Bref, il faut trouver une autre voie. Une autre Europe ? un autre fantasme?

      +13

    Alerter
    • Yannis // 27.07.2019 à 11h44

      Très juste, l’État étant considéré comme un horrible héritage du patriarcat ancien, il faut donc qu’il meure en expiant ses péchés, comme tout bon père de la France moderne. Et la nation, on sait comment ce principe qui a mis en place les frontières politiques, culturelles et souvent linguistiques et qui reste la trame de la carte du monde, frontières utiles, ouvertes et non fermées, frontières membranes, frontières-osmose, passages mais avec ses rituels qui amènent à un nouveau regard, une nouvelle interprétation des signes, éventuellement une destabilisation personnelle pour élargir sa conscience. Bref tout l’art du voyage au sens noble, loin du tourisme de masse.

      Attention à différencier par exemple les nations européennes, qui ont évolué avec l’histoire en soulignant des réalités historiques et des différences, avec celles des ex colonies, complètement bricolées pour les besoins du moment – mais que nombre d’états a fini par accepter. La France aurait pu elle aussi éclater et être recomposée sous la pression nazie.

      C’est une évidence que nous avons besoin de redéfinir à quoi servent les frontières, manière aussi de poser certaines limites, si on veut revenir par exemple à un type de commerce plus sain, respectueux des êtres humains et des ressources naturelles, pour favoriser l’interculturel, l’amour et le respect du territoire. Mais tout cela a été retourné par les prophètes de la mondialisation heureuse et de la fausse universalité comptable du chiffre, la dictature financière et idéologique, ce qui fait que les “citoyens du monde”, clones d’étasuniens, sont partout et nulle part chez eux, en devenant de plus en plus déracinés et incultes.

        +4

      Alerter
  • Kokoba // 26.07.2019 à 09h38

    Dans le post précédent, j’expliquais pourquoi nos élites se sentaient en capacité d’abandonner l’état nation.
    Cela leur permet donc d’avancer vers leur vieux rêve : supprimer la démocratie.

    Les Français dans leur ensemble restent très attachés à la démocratie.
    Les élites, par contre, la détestent.
    La démocratie, cela veut dire rendre des comptes au peuple ce qui est inadmissible pour eux.

    Les coups d’etats n’étant plus à la mode en Europe, ils ont donc choisi de construire un pouvoir supérieur à la nation : l’Union Européenne qui viendra tranquillement remplacer la démocratie.
    L’avantage, c’est que cela peut se faire sans brutalité et petit à petit.
    La technique de la grenouille marche toujours.

      +17

    Alerter
  • Kokoba // 26.07.2019 à 09h51

    Sur la question de l’OTAN:

    En théorie, il est évident que la France devrait sortir de l’OTAN qui n’est qu’une arnaque des US.

    Mais de manière pragmatique, on ne peut pas passer notre temps à entrer/sortir de l’OTAN à chaque nouveau président.
    On peut imaginer 2 solutions pour sortir de ce problème :

    1) Un référendum où les Français décident une bonne fois pour toute
    Avec interdiction pour les gouvernements suivants de changer cette décision.

    2) On reste dans l’OTAN sans être pour autant soumis aux Américains
    Etre dans l’OTAN ne coute pas si cher que çà.
    Rien dans les status de l’OTAN n’obligent à acheter du matériel US ou à obéir aux ordres US.

    Je ne crois pas trop à la solution 1 (nos élites détestent les référendums) mais la solution 2 sera sans doute ce qui s’imposera (en fonction des politiques qui se retrouveront au pouvoir).

    Pour moi, l’appartenance ou non à l’OTAN est une non question.
    On peut parfaitement faire partie de l’OTAN tout en refusant d’être soumis aux US
    (exemple en ce moment avec la Turquie)

      +4

    Alerter
    • Fritz // 26.07.2019 à 10h07

      @Kokoba, votre commentaire m’inspire ces remarques :
      1) Vous dites « on ne peut pas passer notre temps à entrer/sortir de l’OTAN à chaque nouveau président », comme si c’avait été le cas en 1959, 1969, 1974, 1981, 1995, 2007, 2012, 2017. Huit fois.
      Or ça n’a pas été le cas : dans l’OTAN depuis les années 50, la France en est sortie une fois (1966), et elle y est rentrée une fois (1995).
      Exagérer le nombre est typique de ceux qui ne veulent pas que la question soit posée, comme cet inspecteur qui me rétorquait : « on ne va pas faire un référendum à chaque fois » parce que je lui avais dit que le vote des Français au référendum de 2005 n’avait pas été respecté.

      2) Vous dites que les statuts de l’OTAN n’obligent pas à acheter du matériel US, ou à obéir aux ordres US ? Vous êtes sérieux ? A votre avis, les Polonais ont-ils acheté des Rafale ou des F16 ? Le commandement militaire de l’OTAN est américain, et les pays-membres sont dépendants du complexe militaro-industriel US. Je vous laisse méditer sur le scandale Lockheed et la mort de Pim Fortuyn.
      http://www.dedefensa.org/article/le-jsf-de-fortuyn

      3) Si l’appartenance à l’OTAN est une « non question », alors c’est un non-sens de la soumettre à référendum. Comme disait le président Delegorgue lors du procès Zola : « la question ne sera pas posée ».

        +16

      Alerter
      • Kokoba // 26.07.2019 à 10h29

        Par “non question”, je veux dire que ce n’est pas l’appartenance à l’OTAN elle-même qui pose problème.
        Etre membre de l’OTAN impose très, très peu de choses.
        Et certainement pas des achats obligés ou des interventions obligatoires sous les ordres US.

        On pourrait parfaitement être membre de l’OTAN tout en restant parfaitement neutre.
        Ce sont les politiques qui choisissent volontairement (par idéologie ou corruption) de faire plus.
        Si la Pologne achète des F16, ce n’est pas parce qu’ils sont membre de l’OTAN mais plus simplement parce que des $ ont circulé.

          +1

        Alerter
        • Fritz // 26.07.2019 à 19h04

          On pourrait parfaitement être membre de l’OTAN tout en restant parfaitement neutre, il fallait la sortir, celle-là. Permettez-moi d’ajouter dans la même veine :
          « On pouvait parfaitement être membre de la Triple Alliance tout en restant parfaitement neutre »,
          « On pouvait parfaitement adhérer au pacte anti-Komintern tout en restant parfaitement neutre », etc.

          Vous me rappelez ces gens, par ailleurs cultivés, qui mettent l’OTAN sur le même plan que l’ONU, ou qui même confondent les deux organisations.

            +8

          Alerter
          • Yannis // 27.07.2019 à 11h59

            Ou encore dans le même registre : on peut parfaitement rester dans l’UE en étant libre d’y choisir sa propre politique monétaire, migratoire, énergétique, blablabla etc…

              +4

            Alerter
    • R.C. // 26.07.2019 à 20h07

      « On reste dans l’OTAN sans être pour autant soumis aux Américains »
      Hypothèse hautement réaliste. A peu près autant que la certitude de l’autruche qui, le nez dans le sable, se dit : mon trou-de-balle est en sécurité, je ne le vois plus !

        +7

      Alerter
  • Gilles // 26.07.2019 à 11h25

    Pour le fun, tentez de trouver des commentaires sur le élections législatives en Ukraine. Quasiment rien !! Aux différents JT ? pareil. Bizarre non? Peut-être les résultats ne vont pas dans le “bon sens”?

    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/07/peau-de-banane-a-la-kievienne.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

      +11

    Alerter
  • la vieille gauloise // 26.07.2019 à 12h16

    Quand pourrez vous admettre que la France est gouvernée par des étrangers vivant sur son propre sol ? ….ils sont là, ils en profittent,
    mais ils n’ aiment pas ce pays …. c’ est l’ unique explication de cette politique de prédation

      +21

    Alerter
    • D’Aubrac // 26.07.2019 à 16h57

      De prédation, oui, et d’abandon ! par des dirigeants qui semblent étrangers à leur propre peuple, vous avez raison !

      L’un des intérêts de l’article de Guillaume Berlat est d’appeler l’attention sur cette carte maîtresse que constitueraient nos domaines maritimes et sous-marins, dans le jeu d’élus mus par le sens du bien collectif. Ce qui, à l’évidence, n’est plus le cas.

      Méditons alors le propos de ce général de brigade “à titre temporaire” (pour l’éternité) qui ”ramassa le tronçon du glaive” alors que notre pays était défait et humilié :

      ”Il n’y a qu’une fatalité; celle des peuples qui n’ont plus assez de force pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir.
      Le destin d’une nation se gagne chaque jour contre les causes internes et externes de destruction.”

        +4

      Alerter
  • chr bernard // 26.07.2019 à 13h31

    “notre tâche principale est de réformer en profondeur l’actuelle UE …. une autre Europe est possible !”
    Toujours ce même bla-bla…

      +13

    Alerter
    • véro // 26.07.2019 à 15h42

      Oui toujours…
      Et pour faire passer la pilule, éloge du domaine maritime, toutes les richesses qu’on va pouvoir exploiter, et la souveraineté qu’on va pouvoir exercer en mer avec des gros bateaux, à défaut de pouvoir l’exercer sur terre ! Cocorico !
      C’est vraiment pathétique… devoir s’exiler en mer pour ne plus voir cette UE qui nous étouffe, et en plus, appeler ça une autre Europe, comme si ça allait changer quelque chose.

        +10

      Alerter
  • moshedayan // 26.07.2019 à 14h07

    Vu de l’étranger, et sans vouloir vous vexer, c’est juste une impression qui vaut ce qu’elle vaut :
    la France n’a plus rien à voir avec celle des années 60-83. Elle suit volontairement la majorité démocrate des Etats-Unis avec quelques rares exceptions. Et puis dernièrement, votre président a défini la Chine comme une difficulté à venir, tout en lui faisant des courbettes et a eu moins de prudence pour la Russie, puisque là la menace russe a été clairement désignée.
    Pour sûr, le départ de Poutine sera une occasion factice de rappeler que la France “aime le peuple russe” et les médias chanteront cette “louange” de pure propagande. Fondamentalement, la France souhaite l’affaiblissement de la Russie comme “espace de ressources”. (et ce depuis longtemps avec François 1er et Louis XIV avec les Ottomans…) Cette ligne a été définie depuis longtemps par toute votre clique de diplomates “high school” brevetés “made in USA” et explique le compromis historique avec l’Allemagne. Les Russes attendent autre chose bien sûr, mais c’est une pure chimère. Il faudra peut-être 50 ans pour que ça change ???
    Tchécoslovaques, Serbes et Russes ont plus d’une fois vu ce que vaut les “amitiés” des “élites françaises”.

      +18

    Alerter
    • R.C. // 26.07.2019 à 20h47

      Ces « élites françaises » sont les mêmes qui, tout au long de l’histoire de la France, par conviction idéologique ou par profit personnel, ont pactisé avec des intérêts extérieurs.
      Que ce soit avec les rois d’Angleterre durant la “guerre de cent ans”, un peu plus tard avec les armées espagnoles d’occupation ou, plus récemment, avec les teutons du IIIe Reich, ce sont à peu près toujours les mêmes qui montrent l’exemple de la trahison et de la corruption.
      Heureusement, à chaque moment dramatique et de désespoir pour la France, il s’est trouvé des résistants (des compagnons de Jeanne d’Arc à ceux de De Gaulle en passant par ceux d’Henri IV…) pour appeler au sursaut national. Mais le salut ne descend pas de l’Olympe (ni du CAC 40), il faut se bouger, payer de sa personne et monter hardiment et avec persévérance au créneau…

        +9

      Alerter
    • Dominique65 // 27.07.2019 à 14h44

      « Fondamentalement, la France souhaite l’affaiblissement de la Russie comme “espace de ressources »
      Si au moins c’était vrai, il y aurait une vision de « la France ». En réalité, depuis que la que la France est gouvernée par des Young Leaders, la réflexion stratégique et diplomatique est abandonnée aux USA et tant pis pour nos intérêts.

        +2

      Alerter
  • Renaud // 27.07.2019 à 00h34

    Historiquement, l’un des drames de la France est dès ses débuts, est de ne pas s’être rendue compte qu’elle est une puissance maritime et non pas continentale. La question ne s’est même pas posée pour le Portugal, l’Espagne, l’Angleterre et les Pays-Bas, tous ces pays cités eurent historiquement leurs ‘grandes heures’ de par les mers et les océans quand la France s’asseyait sans y prendre garde entre plusieurs chaises. Résultat, depuis au moins le XVIIème siècle le quart Nord-Est de la France fut le théâtre s’intensifiant des plus grandes batailles militaires, et ce jusqu’au milieu du XXème siècle où l’arme atomique vint changer la donne dans le monde. En sommes, pour la France, ce fut durant tous ces siècles la continuation des tracas majeurs avec ses voisins du Nord et de l’Est. Aujourd’hui le tracas c’est l’ “Europe” de Bruxelles et son chien de garde qui est un “berger allemand” avec son patron à Whashington qui tient ce funeste rôle.

      +5

    Alerter
  • martin // 27.07.2019 à 19h41

    Le texte de Labévière est brillant, comme toujours, et l’idée de convoquer le diplomate Leibniz et sa monadologie est excellente. Un petit regret cependant: il y a une propriété de la monade dont Labévière ne parle pas, à savoir le fait qu’elle porte en elle la forme de l’univers entier, elle est holographique. En elle la localité se fait globale. Mais il y a une différence de point de vue qui engendre la diversité monadique. Or, chaque nation porte en elle l’image du monde tout entier, et il lui faut comprendre cette image ainsi que la vue locale dont elle naît.

    Sur le fond, Labévière a mille fois raison selon moi
    :
    1> Le futur géopolitique de la France passe par son espace maritime.
    2> Un seul porte-avion équivaut à pas de porte-avion du tout.

    Il faut faire vite, car la France est encore dans le peloton de tête des pays qui possèdent une industrie militaire avancée. Une fois la fenêtre refermée, il sera trop tard pour déployer une nouvelle géopolitique mondiale hors-Otan.

      +1

    Alerter
    • RC // 28.07.2019 à 17h37

      Un porte-avions, dix porte-avions… Même cent n’y changeraient rien, tant que la France sera dirigée par des gens qui n’ont aucun égard pour la souveraineté nationale !
      Une épée au service d’une tête folle aboutira à ce que celle-ci s’y embroche

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications