Les Crises Les Crises
4.février.20204.2.2020 // Les Crises

La fin de l’État de droit – Par Chris Hedges

Merci 114
J'envoie

Source : Truthdig, Chris Hedeges, 25-11-2019

Mr. Fish / Truthdig

Bruce Fein, un ancien haut fonctionnaire du ministère de la Justice et spécialiste des questions constitutionnelles, a identifié 12 infractions impérieuses commises par Donald Trump. Mais, comme il le fait remarquer, bon nombre de ces violations constitutionnelles ne sont pas le seul fait de l’administration Trump. Elles ont été normalisées par les administrations démocrate et républicaine. Ces violations de longue date sont, pour cette raison, ignorées par les dirigeants du parti démocrate qui cherchent à mettre le président en accusation. Ils ont choisi de se concentrer exclusivement sur la tentative de Trump d’amener le président ukrainien à ouvrir une enquête sur Joe Biden et son fils, M. Hunter, en échange d’une aide militaire américaine de 400 millions de dollars et d’une visite du dirigeant ukrainien à la Maison-Blanche. Ignorer ces violations institutionnalisées pendant l’enquête sur la mise en accusation, craint Fein, les légitimerait et conduirait à la mort de la démocratie.

Dans une lettre adressée vendredi à la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, également signée par Ralph Nader et Louis Fisher, Fein prévient que Trump est en train de « bouleverser tout notre ordre constitutionnel ». Il énumère parmi les violations constitutionnelles les plus graves du président le fait de « défier les citations à comparaître et les contrôles du Congrès ; de dépenser des milliards de dollars qui n’étaient pas destinés à cette fin pour construire un mur à la frontière sud ; de poursuivre ou d’étendre des guerres présidentielles non déclarées par le Congrès ; d’exercer un droit de veto partiel [pouvoir du Président de supprimer des dispositions spécifiques d’un projet de loi sans opposer son veto à l’ensemble du texte législatif, NdT] ; de faire fi de la clause sur les émoluments ; et de jouer au procureur, au juge, au jury et au bourreau pour tuer toute personne sur la planète sur la base d’informations secrètes et non corroborées ». Mais il note également que nombre de ces violations ne sont pas propres à Trump et ont également été commises par Barack Obama et George W. Bush.

« De nombreux démocrates ont été complices de ces violations dans le passé », a déclaré Fein lorsque je l’ai joint par téléphone à Washington. « Ils ont les mains sales. Ils ont acquiescé à la surveillance illégale, comme l’a révélé Edward Snowden. Les violations constitutionnelles les plus graves sont celles qui sont des usurpations institutionnelles. Ces usurpations [par les deux parties] ont affaibli, voire démantelé, de façon permanente le pouvoir du législatif par rapport à l’exécutif. »

« Nous avons un Congrès dont les membres, dans l’ensemble, ne veulent pas des responsabilités que la Constitution leur confie », a poursuivi Fein. « Ils aiment tout céder au président et ensuite pousser des hauts cris si quelque chose tourne mal. Les violations les plus inquiétantes de la Constitution sont malheureusement celles dont se réjouissent de nombreux membres du Congrès. Cela leur permet d’éviter de faire des choix difficiles qui pourraient compromettre leur capacité à se faire réélire. Mais vous ne pouvez pas vous appuyer sur une déréliction passée pour justifier sa perpétuation indéfiniment. »

« Si nous adoptons une approche restrictive de la procédure de destitution, cela signifiera que toutes les violations les plus flagrantes seront considérées comme ayant été approuvées et non réprimandées et que les présidents successifs auront le sentiment d’avoir le feu vert pour imiter Trump sur tout sauf sur une extorsion ukrainienne », a déclaré Fein. « C’est dangereux pour le pays. Cela pourrait faire boomerang, même si nous nous débarrassons de Trump, en approuvant ces usurpations pour toujours. Ce serait un retour à un gouvernement avec une seule branche comme la monarchie que nous avons renversée en 1776. Le résultat involontaire est d’accroître le pouvoir de l’exécutif plutôt que de le diminuer, ce qui devrait se produire. »

Bush et Obama nous ont légué neuf guerres illégales, si l’on inclut le Yémen. Aucune n’a été déclarée par le Congrès, comme l’exige la Constitution. Bush a placé l’ensemble de la population américaine sous la surveillance du gouvernement, en violation directe du quatrième amendement et de la loi sur la surveillance des services de renseignement étrangers (FISA), qui fait de la surveillance de tout citoyen américain sans autorisation légale un crime. En vertu du décret 10333, le président espionne les Américains comme s’ils étaient des étrangers, bien que cette surveillance n’ait pas été autorisée par la loi. Bush s’est lancé dans un programme mondial d’enlèvement et de torture, y compris de ressortissants étrangers, qu’Obama a poursuivi. Bush et Obama ont procédé à des assassinats ciblés, généralement au moyen de drones militarisés, dans le monde entier. Et Obama, réinterprétant la loi de 2002 sur l’autorisation du recours à la force militaire, a donné à l’exécutif le pouvoir d’assassiner des citoyens américains. Les assassinats ont commencé par des attaques de drones contre le religieux radical Anwar al-Awlaki et, deux semaines plus tard, contre son fils de 16 ans. Une telle violation prive les citoyens américains d’une procédure régulière. En signant la section 1021 de la Loi d’autorisation de la défense nationale, Obama – dont le bilan en matière de libertés civiles est encore plus épouvantable que celui de Bush – a vidé de sa substance la Loi de 1878 sur le Posse Comitatus, qui interdit l’utilisation de l’armée comme force de police nationale.

Ces deux présidents, comme Trump, ont violé les clauses des traités qui exigeaient la ratification du Sénat. Obama l’a fait lorsqu’il a signé l’accord nucléaire avec l’Iran et Trump l’a fait lorsqu’il s’est retiré de l’accord. Bush et Obama, tout comme Trump, ont violé la clause de la Constitution relative aux nominations en nommant des personnes qui n’ont jamais été confirmées par le Sénat comme cela était requis. Les trois présidents, pour passer outre le Congrès, ont tous régulièrement abusé de leur droit d’utiliser des décrets.

Dans le même temps, les tribunaux, filiales à part entière du pouvoir des entreprises, ont transformé le système électoral en corruption légalisée par l’arrêt Citizens United, rendu par la Cour suprême en 2010. Le fait que les sociétés versent des sommes illimitées dans les élections ont été interprétées par la cour comme le droit faire une requête au gouvernement et une forme de liberté d’expression, annulant essentiellement les droits du peuple par décision judiciaire. En outre, les tribunaux ont refusé catégoriquement de rétablir les droits constitutionnels fondamentaux, y compris notre droit à la vie privée et à une procédure régulière. « La pourriture constitutionnelle se trouve dans les trois branches », a dit M. Fein.

Les 12 infractions pouvant justifier une procédure de destitution commises par Trump et signalées par Fein sont :

1. Outrage au Congrès

Trump a clairement exprimé son mépris du Congrès en se vantant : « … J’ai l’Article II, selon lequel j’ai le droit de faire ce que je veux en tant que président. »

« Le président Trump a, à plusieurs reprises et de façon inconstitutionnelle, systématiquement sapé le pouvoir de surveillance du Congrès, y compris l’enquête en cours sur la mise en accusation du président lui-même par le Congrès, en donnant pour instruction à de nombreux employés actuels et anciens de la Maison-Blanche et à des membres de l’exécutif de désobéir aux citations à comparaître du Congrès à une échelle sans précédent, bien au-delà de tout président précédent », a écrit Fein à Pelosi. « Sans l’autorisation du Congrès, il a secrètement déployé des forces spéciales à l’étranger et a utilisé des directives secrètes pour des assassinats ciblés, y compris de citoyens américains, sur la base d’informations secrètes non corroborées. Il s’est efforcé, de manière anticonstitutionnelle, d’empêcher des personnes ou des entités privées de répondre aux demandes ou aux citations à comparaître du Congrès, par exemple la Deutsche Bank. Il a refusé de fournir au Congrès des informations sur des habilitations de sécurité népotiques ou autres qu’il a accordées en opposition à ses propres experts en sécurité du FBI. Il a refusé de divulguer ses déclarations d’impôts au président de la Commission des voies et moyens, en violation d’une loi de 1924, 26 U.S.C. 6103 (f). »

2. Abus des pouvoirs du Président et abus de la confiance du public

« Contrairement aux présidents précédents, il a rendu les mensonges présidentiels aussi routiniers que le lever et le coucher du soleil, confondant le discours civil, la vérité et la confiance du public », peut-on lire dans le mémo à Pelosi. « Il a manqué de respect, rabaissé et harcelé des femmes en série, s’est moqué des handicapés, a incité à la violence contre les médias et les critiques, et a encouragé et affiché le sectarisme envers les minorités et les membres minoritaires du Congrès, y compris l’intercession auprès d’Israël en violation grave de la clause de discours ou de débat, article I, section 6, clause 1, pour refuser à deux membres des visas de visite. »

3. Clause de crédits, clause fiscale

« Le Congrès a constamment voté beaucoup moins d’argent que ce que le président Trump a demandé pour construire un mur de plusieurs milliards de dollars avec le Mexique », peut-on lire dans le mémo. « En violation de la Clause et de l’interdiction criminelle de la Loi anti-déficience [Antideficiency Act : loi adoptée par le Congrès des États-Unis pour empêcher l’engagement d’obligations ou la réalisation de dépenses dépassant les montants disponibles en crédits ou en fonds, NdT], le président Trump s’est engagé à dépenser des milliards de dollars bien au-delà de ce que le Congrès a alloué au mur. Le pouvoir de dégager des crédits du Congrès est une pierre angulaire de la séparation des pouvoirs de la Constitution. »

L’article I, section 7, clause 1 de la Constitution exige que toutes les mesures fiscales proviennent de la Chambre des représentants.

« En violation de cette clause, le président Trump a levé des dizaines de milliards de dollars en imposant unilatéralement des tarifs douaniers avec un pouvoir discrétionnaire illimité en vertu de l’article 232 de la Trade Expansion Act de 1962 », peut-on lire dans le mémo. « Il est devenu un tsar du commerce extérieur en imposant des taxes ou des quotas ou en accordant des exemptions de ses restrictions commerciales dans son pouvoir discrétionnaire débridé pour aider des amis politiques et punir des ennemis politiques. Des milliers de milliards de dollars en commerce international ont été affectés. Des richesses sont créées, et les moyens de subsistance détruits du jour au lendemain d’un coup de plume capricieux du Président Trump. »

4. Clause sur les émoluments

« L’article I, section 9, clause 8 interdit au Président (et aux autres fonctionnaires fédéraux), sans le consentement du Congrès, d’accepter tout “présent, émolument, fonction ou titre, de quelque nature que ce soit, de tout Roi, Prince ou État étranger.”

« Le président Trump a notoirement refusé de placer ses biens dans un organisme indépendant de gestion d’actifs », peut-on lire dans le mémo. « Au lieu de cela, il continue à profiter d’hôtels opulents fortement patronnés par des gouvernements étrangers. Il a permis à sa famille de commercialiser la Maison-Blanche. Il a compromis l’intérêt national pour enrichir la richesse familiale à une échelle sans précédent dans l’histoire de la présidence. »

5. Clause du traité

L’article 2 de la section 2 de l’article II exige que les traités soient ratifiés par le Sénat à la majorité des deux tiers. Le texte est muet sur la question de savoir si l’annulation d’un traité nécessite la ratification du Sénat, et la Cour suprême a jugé que cette question était une question politique non justiciable dans l’affaire Goldwater v. Carter, 444 U.S. 996 (1979).

« Le Président Trump a bafoué la clause du Traité en mettant fin unilatéralement au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) avec la Russie », peut-on lire dans le mémo. « Le traité a confié la décision de mettre fin au traité aux “États-Unis”. Le Président seul n’est pas les États-Unis en vertu de la clause du traité. »

6. Clause de déclaration de guerre

La clause 11 de la section 8 de l’article I habilite le Congrès seul à faire passer la nation d’un état de paix à un état de guerre. Ce pouvoir ne peut être délégué.

« En violation de la clause de déclaration de guerre, le président Trump a continué à mener ou a initié des guerres présidentielles en Libye, en Somalie, au Yémen, en Syrie, en Irak, en Afghanistan et au Pakistan, et a utilisé des forces spéciales de manière offensive dans plusieurs pays africains », peut-on lire dans le mémo. « Le président Trump a revendiqué l’autorité de déclencher une guerre contre toute nation ou tout acteur non étatique dans le monde – pas en légitime défense – avec son seul aval, y compris la guerre contre la Corée du Nord, l’Iran ou le Venezuela. »

7. Clause de prudence ; clause de présentation

L’article II, section 3 oblige le président à « veiller à ce que les lois soient fidèlement exécutées ».

« En violation de cette confiance, le président Donald J. Trump a délibérément tenté de contrecarrer l’enquête du conseiller spécial Robert Mueller sur la collaboration entre la campagne Trump 2016 et la Russie pour influencer l’élection présidentielle », souligne Fein. « Entre autres choses, le président a refusé de répondre à des questions spécifiques relatives à sa conduite présidentielle ; il s’est efforcé de congédier le conseiller spécial ; il a fait miroiter des grâces pour les témoins qui ne coopéraient pas ; et il a exhorté le ministre de la justice, M. Jeff Sessions, à revenir sur sa décision de récusation afin de mieux protéger sa présidence. À tous ces égards, le Président tentait de faire obstruction à la justice. »

« Le président Trump a également refusé systématiquement d’appliquer les mandats statutaires du Congrès en révoquant arbitrairement et capricieusement un grand nombre de règles d’agences allant de l’immigration au Conseil de protection des consommateurs en matière financière à l’Agence de protection de l’environnement en violation de loi sur la procédure administrative par exemple », peut-on lire dans le mémo. « Il a régulièrement légiféré par décret au lieu de suivre les processus législatifs prescrits par la Constitution. »

« En violation de son devoir constitutionnel de veiller à ce que les lois soient fidèlement appliquées, M. Trump a démantelé et désactivé des dizaines de mesures préventives pour sauver des vies, éviter des blessures ou des maladies, aider les familles, les consommateurs et les travailleurs, et détecter, dissuader et punir des dizaines de milliards de dollars de fraude d’entreprise », poursuit le mémo. « Il a contesté les perturbations du climat comme étant un “canular chinois”, aggravé la crise climatique par des actions manifestes qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre et la pollution, et exclu ou marginalisé l’influence des scientifiques de la fonction publique. »

8. Clause d’application régulière de la loi

Le cinquième amendement prévoit que nul ne peut être « privé de la vie … sans une procédure légale régulière. »

« En violation de la procédure régulière, le président Trump revendique le pouvoir, comme ses deux prédécesseurs immédiats, d’agir en tant que procureur, juge, jury et bourreau pour tuer des citoyens américains ou des non-citoyens, sur un champ de bataille ou en dehors, qu’ils soient ou non engagés dans des hostilités, qu’ils soient ou non accusés de crime, et qu’ils constituent ou non une menace imminente de préjudice qui déclencherait un droit de légitime défense préventive », peut-on lire dans le mémo.

9. Clause de nomination

« Le président Trump a nommé à plusieurs reprises les principaux responsables des États-Unis, y compris le conseiller à la sécurité nationale et les fonctionnaires du Cabinet, qui n’ont pas été confirmés par le Sénat, en violation de la clause relative aux nominations, article II, section 2, clause 2 », peut-on lire dans le mémo. « Sur une échelle jamais pratiquée par les présidents précédents, M. Trump a rempli jusqu’à la moitié des postes du Cabinet avec des “Secrétaires intérimaires” qui n’ont jamais été confirmés par le Sénat. »

10. Solliciter une contribution étrangère pour la campagne présidentielle de 2020 et la corruption

« Le président Trump s’est efforcé de corrompre la campagne présidentielle de 2020 en sollicitant le président de l’Ukraine pour qu’il contribue à quelque chose de valeur afin de diminuer la popularité de son rival potentiel Joe Biden, c’est-à-dire une enquête ukrainienne sur M. Biden et son fils Hunter concernant des pratiques de corruption potentielles de Burisma, qui a permis de dédommager généreusement Hunter (50 000 dollars par mois). Ce faisant, M. Trump a violé l’interdiction pénale de financement des campagnes électorales énoncée dans la loi 52 U.S.C. 30121 », peut-on lire dans la note de Fein.

« Le président Trump a sollicité un pot-de-vin pour lui-même en violation de l’article 18 U.S.C. 201 en cherchant quelque chose ayant une valeur personnelle, c’est-à-dire en discréditant la campagne présidentielle de Joe Biden en 2020 avec l’aide du président de l’Ukraine pour influencer la décision officielle de M. Trump de débloquer environ 400 millions de dollars d’aide militaire et connexe », ajoute-t-il.

11. Violation de la vie privée des citoyens

« L’espionnage gouvernemental des Américains exige habituellement un mandat délivré par un magistrat neutre fondé sur des motifs raisonnables de croire qu’un crime est en cours », peut-on lire dans le mémo. « Le président Trump, cependant, viole régulièrement le quatrième amendement en surveillant sans soupçon les Américains à des fins de renseignement étranger non criminel en vertu du décret 12333 et en interprétant de façon agressive la loi sur la surveillance du renseignement étranger. »

12. Suppression de la liberté d’expression

« Le président Trump viole le premier amendement en étendant la loi sur l’espionnage pour traduire en justice la publication d’informations classifiées qui ont fait l’objet d’une fuite et qui contribuent à révéler les mensonges du gouvernement et à dissuader celui-ci de commettre des actes répréhensibles ou des méfaits, notamment l’inculpation en cours contre Julian Assange pour avoir publié des informations qui ont été republiées par le New York Times et le Washington Post », peut-on lire dans le mémo.

« La République est à un point d’inflexion », peut-on lire dans la lettre adressée à la présidente Pelosi. « Soit la Constitution est sauvée par la mise en accusation et le renvoi de son incendiaire de la Maison-Blanche, soit elle est réduite en cendres par l’approbation continue par le Congrès, par omission ou par commission, d’un pouvoir exécutif illimité et par l’annulation des freins et contrepoids. »

Source : Truthdig, Chris Hedeges, 25-11-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

vert-de-taire // 04.02.2020 à 07h57

Rien de bien nouveau.
Litanie d’articles qui prouvent la dictature systémique du capitalisme, là-bas et ailleurs.

En prenant du recul dans le temps, on ne fait que dire et redire ce que l’histoire nous serine : les riches oppriment les pauvres, les puissants oppriment les faibles, tout accédant au pouvoir abuse de son pouvoir pour se maintenir au pouvoir …
Je lis cela depuis des millénaires et je ne me sens pas très bien.

Cela incite, depuis des millénaires, à proposer de changer de régime.
ET ÇA RATE !

Plus qu’un problème de pure institution, je verrais un problème de conscience sociale, une capacité à regarder la société, et partager ce regard, comme un ensemble de rapports sociaux à la fois régulés par des institutions mais aussi par la capacité de chacun donc de tous de les apprécier, c’est-à-dire de les transformer en toute connaissance de responsabilité et de cause.
C’est dans l’interaction sociale (notion de conscience de classe, au sens de défendre des intérêts communs) que pourrait naitre un régime excluant toute oppression. L’instruction politique ou dit autrement l’université populaire, lieux de réflexions sociales – la terreur de tous les pouvoirs a-démocratiques et ils le disent : ça donnerait à penser.

Quand un seul (ou presque, désolé) syndicat défend les intérêts de la classe ouvrière voire salariale, qui s’étonnera des dérives des pouvoirs ?
Nous, “population”, avons accepté les soumissions, les pollutions, les dévastations, … et les macrons.

33 réactions et commentaires

  • vert-de-taire // 04.02.2020 à 07h57

    Rien de bien nouveau.
    Litanie d’articles qui prouvent la dictature systémique du capitalisme, là-bas et ailleurs.

    En prenant du recul dans le temps, on ne fait que dire et redire ce que l’histoire nous serine : les riches oppriment les pauvres, les puissants oppriment les faibles, tout accédant au pouvoir abuse de son pouvoir pour se maintenir au pouvoir …
    Je lis cela depuis des millénaires et je ne me sens pas très bien.

    Cela incite, depuis des millénaires, à proposer de changer de régime.
    ET ÇA RATE !

    Plus qu’un problème de pure institution, je verrais un problème de conscience sociale, une capacité à regarder la société, et partager ce regard, comme un ensemble de rapports sociaux à la fois régulés par des institutions mais aussi par la capacité de chacun donc de tous de les apprécier, c’est-à-dire de les transformer en toute connaissance de responsabilité et de cause.
    C’est dans l’interaction sociale (notion de conscience de classe, au sens de défendre des intérêts communs) que pourrait naitre un régime excluant toute oppression. L’instruction politique ou dit autrement l’université populaire, lieux de réflexions sociales – la terreur de tous les pouvoirs a-démocratiques et ils le disent : ça donnerait à penser.

    Quand un seul (ou presque, désolé) syndicat défend les intérêts de la classe ouvrière voire salariale, qui s’étonnera des dérives des pouvoirs ?
    Nous, “population”, avons accepté les soumissions, les pollutions, les dévastations, … et les macrons.

      +26

    Alerter
    • biblo // 04.02.2020 à 18h21

      Ça rate parce que l’être humain n’est pas une chose parfaite qu’il suffirait de délivrer de ceci ou de cela, l’être humain est défectueux par nature, en fait c’est même un truc bourré de défauts. Voilà une chose que les idéologues de tout poil ont un mal fou à comprendre (à accepter pour eux meme?).

        +3

      Alerter
  • Fabrice // 04.02.2020 à 08h44

    Quand comme nous en France on constate que les règles et constitution sont contournés par des exceptions qui deviennent la règle, il ne peut y avoir qu’un constat, le système ne fonctionne plus et doit être changé en profondeur mais pour cela il faudrait que les tenants du pouvoir et ceux qui en bénéficient acceptent de remettre tout en cause sans s’enfoncer dans des règles encore plus compromises. Cela n’arrivera hélas pas et malheureusement les probabilités que cela finisse mal est de plus importantes 😔.

      +15

    Alerter
    • Dominique65 // 04.02.2020 à 21h14

      Un parti politique français demande depuis plus d’un an la destitution de Macron pour toute une série de manquements à la constitution qui ressemblent assez à ce qui se passe au USA. Mais les députés soi-disant d’opposition ne le suivent pas. C’est un peu partout pareil.

        +7

      Alerter
  • Jean D // 04.02.2020 à 09h47

    Merci pour cet article qui décrit bien la profondeur de la crise institutionnelle aux Etats-Unis, son ancienneté et son approfondissement.

    • 11.09.2001, c’est le tournant là-bas
    • 29.05.2005, c’est notre tournant ici

    Depuis les populations n’ont cessé d’abaisser leur seuil de tolérance. On s’habitue à dévaler la pente vers la dictature la plus brutale. On commence même à voir des lois “à trous” votées à l’Assemblée, les trous devant être remplis par Ordonnance du Prince par la suite.

    Pour en revenir au sujet, si les sénateurs Républicains sont si pressés de blanchir Trump c’est très probablement qu’ils ont une trouille bleue de voir M. Sanders devenir Président. C’est d’ailleurs un point commun avec les caciques du parti Démocrate.

    Cette procédure de destitution ressemble fort à une mascarade, je n’aimerais vraiment pas être citoyen des Etats-Unis aujourd’hui, c’est un statut fort dégradant.

      +10

    Alerter
    • Narm // 05.02.2020 à 14h19

      notre tournant ne devait-il pas être janvier 2015 ?
      notre 1 1 sept ?

      mascarade ? non, il s’agit comme d’habitude d’affaiblir ou nuire

        +1

      Alerter
  • Arcousan09 // 04.02.2020 à 10h13

    Ce n’est pas d’aujourd’hui que les lois édictées par des politiques inspirés par leur science infuses ne s’adressent qu’au citoyen lambda: vous et moi, mais surtout pas aux membres éminents des zélites politicardes
    Ces zélites, si inspirées par leur génie autoproclamé,sont bien au dessus des lois et surtout intouchables … ce ne sont pas les preuves anciennes ou récentes qui manquent …. que ce soit aux USA comme en France ou ailleurs …

      +3

    Alerter
  • Yves Falck // 04.02.2020 à 10h17

    Si j’étais citoyen américain, je n’aurais pas voté pour Trump mais je n’aurais pas pu voter non plus pour Clinton. Donc ce que je vais dire n’est en aucune façon une défense de Trump et de ses actions gouvernementales. Par contre l’aspect le plus intéressant de cet article en est le préambule qui démontre très clairement que tous les abus dont Trump est accusé dans la suite ont été très largement pratiqués sans aucune objection d’un ou l’autre des 2 “grands (sic)” partis par un grand nombre d’administrations précédentes et pas seulement celles des 2 Bush et celle d’Obama, cet illusoire “prix Nobel qui aurait dû être d’IGNOBEL” qui a poursuivi et aggravé toutes les guerres dont il a hérité, fait tuer par drones de très nombreuses personnes … sans épargner leur entourage et porté l’espionnage des citoyens américains à des sommets inédits. Il y a donc une contradiction et une AMBIGUITÉ à se réveiller tout à coup quand Trump ne fait que continuer ce qu’ont fait ses prédécesseurs. pour tenter de mieux comprendre les tenants et aboutissants, je pense qu’il ne serait pas inutile de consulter l’enquête en Ukraine d’Olivier Berruyer sur ce même blog .

      +19

    Alerter
    • Narm // 05.02.2020 à 14h23

      c’était en gros le même cas que chez nous, peste ou cholera
      choix entretenu
      théatre et pantins, ici comme ailleur

        +2

      Alerter
  • Macarel // 04.02.2020 à 10h40

    Caucus de l’Iowa Joe Biden fait un bide ! Les résultats sont reportés “siné dié” par le Comité National Démocrate !

    https://results.thecaucuses.org/

    https://twitter.com/dnc?lang=fr

    Ce d’autant plus que le “socialiste”, que dis-je ? Le “rouge” (“the commie”) Sanders serait en tête !

    https://www.20minutes.fr/monde/2710515-20200204-primaire-iowa-sanders-affirme-etre-tete-devant-buttigieg-selon-propres-chiffres

    Quand les résultats ne sont pas conforme à ce que souhaitent les caciques du parti (et ceux qui les sponsorisent, ceux qui ont le pognon pour faire simple), alors l’on s’emploie à tout faire pour saboter le résultat du vote !

    Ce parti s’appelle le parti “Démocrate”, il n’en a que le nom !

    Quant aux USA cela confirme s’il en était besoin que ce ne sont qu’une ploutocratie. “We the people” ça fait bien sur les frontispices, comme”Liberté, Egalité, Fraternité” sur nos bâtiments officiels, chez nous.

    Pauvre démocratie ! Tout le monde (les médias “mainstream” en particulier) a ce mot à la bouche, ce n’est que pour mieux masquer le fait qu’elle est attaquée de toutes parts par des intérêts divers privés, (mais pas que…) qui veulent sa mort !

      +12

    Alerter
    • Macarel // 04.02.2020 à 10h58

      Pour se faire une idée de ce qu’il y a dans le programme du “rouge” Sanders :

      https://twitter.com/AOC

      Reminder of what people are calling the “radical, extreme-left agenda”:

      Résumé de ce que les gens appellent un programme “radical d’extrême-gauche”:


      Medicare for All –>Sécurité sociale pour tous

      A Living Wage & Labor Rights –>Salaires décents & Droits du travail

      K-16 schooling, aka Public Colleges –>Accès à l’éducation pour tous

      100% Renewable Energy –>100% d’énergies renouvelables

      Fixing the pipes in Flint –> Réparer l’adduction d’eau dans des villes comme Flint (ville de Michael Moore)

      Not Hurting Immigrants –> Ne pas maltraiter les immigrés

      Holding Wall Street Accountable –>Demander des comptes à Wall Street

      En effet, ce programme est dangereux ! Pire que celui du “chaviste Mélenchon” en France !, ce n’est pas peu dire !!!

      Il est vrai que c’est tout l’inverse de ce que fait Macron, ici en France. Macron vu comme “le héro et sauveur mondial” de la libre entreprise et de la finance par “The Economist” !

        +12

      Alerter
      • Macarel // 04.02.2020 à 12h25

        C’est là que l’on prend conscience de la droitisation formidable des esprits depuis l’après seconde guerre mondiale, et des acteurs principaux de l’échiquier politique (ceux qui ont table ouverte dans les médias “mainstream”) !
        Droitisation, qui a permis l’émergence d’un Macron en France, pour le malheur de ce pays, d’ailleurs…

          +8

        Alerter
        • Logique // 04.02.2020 à 19h25

          Cette droitisation des esprits – merci la presse en mains des milliardaires – est faite pour préparer la prochaine guerre mondiale. La haine devient sélective, essentiellement contre la Russie, contre l’Iran, contre la Chine.

          Il devrait y avoir des manifestations monstres contre la guerre, contre les agressions, contre le soutien aux terroristes. Mais rien. Ou la lâcheté des peuples.

          Macron, c’est Thatcher.

            +2

          Alerter
      • lois-economiques // 04.02.2020 à 15h42

        Un programme que les USA n’ont absolument plus les moyens de mettre en oeuvre.

          +0

        Alerter
    • Macarel // 04.02.2020 à 11h30

      “The old man” (“Le vieux”) Sanders est populaire chez les jeunes américains, le “jeune” Macron est populaire chez “les vieux” français (en tout cas il l’a été suffisamment en 2017 pour être élu). Depuis il a pas mal maltraité les retraités actuels et futurs, peut-être que “les vieux” s’ils ne sont pas masochistes voteront moins pour lui et son parti ?

        +5

      Alerter
      • d’Aubrac // 04.02.2020 à 13h39

        “peut-être que “les vieux” s’ils ne sont pas masochistes voteront moins pour lui et son parti ?””

        Ne rêvons pas. Les ”vieux” préfèreront toujours le (pseudo) ordre et la (fausse) sécurité.Tant que la cagnotte n’est pas (trop) touchée…

        Sans surgissement de l’imprévisible, Macron peut dormir tranquille, sur son coussin de moutons-retraités.

          +4

        Alerter
      • Patrick // 04.02.2020 à 14h10

        Sanders est, je crois une figure familière pour les Etatsuniens. Du fait de sa longévité mais aussi parce qu’il est un authentique “vétéran” de la bataille pour les Droits civiques.

        La fin brutale de ce mouvement citoyen (assassinats ciblés, emprisonnements massifs sous prétexte de lutte contre la drogue, conscription pour le Viet nam, …) coïncide avec la fin d’une période de prospérité pour tous (American way of life).

        L’impression d’avoir manquer l’occasion de faire la Révolution, d’en finir avec les vieux démons racistes et le mysticisme yankee est peut-être vive chez certains. Sanders, militant de la première heure pour les Droits civiques, est l’incarnation de cette époque “fantasmée”.

        Peut-on invoquer pour certains un “vote rédemption” ?

          +2

        Alerter
    • Macarel // 04.02.2020 à 12h51

      Le DNC ne pourrait, semble-t-il, pas publier les résultats du Caucus de l’Iowa à cause du dysfonctionnement d’une application informatique. “Shit” au pays de Google, de Microsoft, de Facebook, ça la fout mal ! Mais ne serait-ce pas un prétexte facile pour justifier le blocage de la parution des résultats ? Déjà en 2000, lorsqu’il avait été difficile de départager Bush et Gore, l’alibi de dysfonctionnements informatiques avait été invoqué, pour finalement valider l’élection de Bush.
      A ceci près que Sanders, semblait très largement en tête dans les sondages d’avant scrutin.
      Le premier pays du monde, le plus exceptionnel, ne fait pas mieux que la petite Bolivie de Morales lorsqu’il s’agit de “compter” les résultats d’un vote !

        +8

      Alerter
    • calal // 04.02.2020 à 17h16

      le probleme de bernie sanders est le meme que celui de corbyn: ils ne veulent pas intervenir au Moyent Orient.
      Une election avec d’un cote un trump qui ne veut plus (peut etre) intervenir au Moyen Orient face a un sanders qui ne veut pas non plus intervenir au Moyen Orient est une catastrophe pour ceux qui veulent une intervention des us au Moyen Orient…
      Je prends les paris que Sanders ne sera pas le candidat democrate en 2020…

        +1

      Alerter
    • Logique // 04.02.2020 à 19h37

      Chaos dans l’Iowa:

      https://www.zerohedge.com/political/thousands-furious-supporters-claim-iowa-caucus-rigged-against-bernie

      “Des milliers de supporters affirment que le vote dans l’Iowa a été trafiqué contre Sanders.”

      Comme en 2016 en faveur de Clinton. Parti “démocratique” donc.

        +1

      Alerter
    • Logique // 04.02.2020 à 19h42
  • Kokoba // 04.02.2020 à 10h57

    La démocratie Amèricaine n’est pas en meilleur etat que la démocratie Française.

    Il y a peu de doutes sur la ré-election de Trump.
    On en prend donc encore pour 4 ans qui peuvent dégénerer en guerre majeure au moyen-orient ou même en guerre civile aux US.

    Et après Trump ?
    Est-ce qu’il y aura un sursaut démocratique aux US ?
    Peut-être si les Démocrates de la base arrivent à se débarrasser de leur oligarchie Clintons et autres Obamas.

      +3

    Alerter
    • Macarel // 04.02.2020 à 11h33

      Si les caciques du parti Démocrate (mal nommé), arrivent à éliminer Sanders de la course comme en 2016, alors oui Trump sera réélu ! Wait and see !

        +2

      Alerter
    • Jean-Do // 04.02.2020 à 13h27

      … et du corruptible Joe Biden. Et des milliardaires: au moins Buttieg et Giulani si j’ai bien suivi :-/

        +2

      Alerter
  • Cornelius // 04.02.2020 à 14h47

    Avec la raréfaction des ressources naturelles, on va s’éloigner de plus en plus de “l’état de droit”. A mon sens, c’est bien parce qu’il existe de moins en moins de marges de manœuvre et de “grain à moudre” que les régimes politiques montrent leur vrai visage.

    Quand vous avez de moins en moins énergies fossiles disponibles en abondance et à moindre coût, permettant de faire fonctionner les machines qui elles-mêmes font fonctionner nos sociétés technologiques, on revient à des logiques brutales. Un tyran fouet en main, et les manants qui triment dans les champs.

    Le compromis, c’était avant.

    L’abondance énergétique est mère des systèmes démocratiques. En tout cas c’est comme ça que j’analyse la situation.

      +1

    Alerter
    • calal // 04.02.2020 à 17h19

      moins d’energie fossile? la mer mediterrannee semble remplie de gaz: libie,egypte,grece,chypre,turquie grece israel liban palestine,tous vont se battre pour s’approprier et vendre ce gaz a l’europe. Du gaz en abondance pour se chauffer l’hiver,des moteurs electriques pour se deplacer, ou est le probleme?

        +0

      Alerter
      • Cornelius // 04.02.2020 à 20h34

        Les sources de pétrole et de gaz disponibles diminuent. Je n’ai pas dit qu’elle disparaîtraient demain. Simplement la lutte pour accéder à ces ressources et les contrôler est et sera sans pitié. Si vous voulez nier le caractère fini et limité des ressources fossiles et donc leur inéluctable disparition, libre à vous.

        Ce sujet est largement documenté par des organismes sérieux (asop, gail tverberg, shift project….)

        Ou bien étudiez les rapports des grandes compagnies pétrolières. Étudiez l’évolution du taux de rendement énergétique depuis 1945.

          +0

        Alerter
        • calal // 04.02.2020 à 23h12

          “Ce sujet est largement documenté par des organismes sérieux (asop, gail tverberg, shift project….)
          Ou bien étudiez les rapports des grandes compagnies pétrolières. Étudiez l’évolution du taux de rendement énergétique depuis 1945.”

          croyez ce que vous voulez. je crois a la manipulation de l’information pour le pouvoir et l’argent,a la speculation financiere et aux reseaux de complices grassement remuneres.

          ps:”Si vous voulez nier le caractère fini et limité des ressources fossiles et donc leur inéluctable disparition, libre à vous. ” bien sur que c’est fini et limite.Mais est ce que cette limite nous posera un probleme? je ne crois pas:l’age de pierre ne s’est pas termine parce qu’il n’avait plus de cailloux….
          pps peut etre que les matheux francais vont arreter d’aller travailler dans les banques plutot que de reflechir a la fusion nucleaire…

            +1

          Alerter
  • marc // 05.02.2020 à 09h41

    On parle beaucoup de trump obama, mais je m’etonne que personne ne parle de nicolas sakorzy, qui est a lui seul un petit obama, responable de l’intervention en Lybie.
    Il serait utile de rappeller que kahdafi etait la bete noire de la francafrique (la DGSE avait d’ailleurs des plans pour le liquider de diverses facons) donc de la plutocratie du medef ; Deja, khadafi a toujours ete presenté de facon tres caricaturale sur les chaines francaises

      +1

    Alerter
  • christian gedeon // 05.02.2020 à 13h19

    Bof! Ce que Hedges ne voudra jamais admettre,et tant d’autres avec lui,c’est que ce n’est pas la fin de “l’état de droit”,mais le triomphe du non état DES droits. Cette inflation ad nauseam “des droits “,la pullulement des communautarismes, l’hyperindividualisme avec son cortège de “désir de ceci ou de cela”,tout çà a tué l’état de droit. Qu’on se le dise et se le répète.Cette débâcle politico-sociétale,commencée dans les années soixante du siècle dernier a atteint son but. Partout et pour tous.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications