Les Crises Les Crises
7.décembre.20197.12.2019 // Les Crises

La France au sommet de l’OTAN du 4 décembre 2019: résistance ou résignation ? Par Hannoun Hervé

Merci 56
J'envoie

Source : Le Blog Mediapart, Hannoun Hervé, 29-11-2019

«En déclarant que l’OTAN était “en état de mort cérébrale”, le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d’une organisation qui, depuis la fin de la guerre froide, mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d’être». On ne peut que souscrire à ce jugement de l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire”.

«En déclarant que l’OTAN était “en état de mort cérébrale”, le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d’une organisation qui, depuis la fin de la guerre froide, mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d’être». On ne peut que souscrire à ce jugement de l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire”. A la suite des déclarations justifiées du Président Macron dans The Economist le 7 novembre sur les graves dysfonctionnements de l’OTAN, on a assisté à une levée de boucliers dans le microcosme des milieux ultra-atlantistes, lequel attend maintenant avec fébrilité que, au sommet de Londres du 4 décembre 2019, la France capitule et rentre dans le rang. Ce serait pourtant une faute historique pour notre pays. Il y a quatre raisons fondamentales de ne pas céder, et de choisir le 4 décembre la résistance plutôt que la résignation.

1/La première, et la plus récente, c’est la manière indigne dont l’OTAN s’est lavée les mains en octobre 2019 de l’agression perpétrée par l’armée turque, la seconde de l’OTAN par le nombre, contre les Kurdes de Syrie. Après les désastres des interventions de l’OTAN en Serbie en 1999 (création du Kossovo après des mois de bombardements aériens) et en Lybie en 2012, l’intervention turque au Nord Est de la Syrie en 2019 est un nouveau dysfonctionnement grave de l’OTAN, car cette agression n’a à aucun moment été condamnée ni par le Secrétaire général Stoltenberg ni par les autres organes de l’Alliance. Tout a été dit par le Président français sur cet épisode affligeant. On peut simplement ajouter que, à défaut d’exclure la Turquie de l’organisation, l’OTAN devrait à tout le moins mettre un terme au stockage sous l’égide de l’OTAN de bombes nucléaires américaines sur le sol de la Turquie.

2/ Le deuxième problème fondamental de l’Alliance est que l’appartenance à l’OTAN, organisation étroitement dépendante des Etats-Unis, de 22 sur 28 pays membres de l’Union Européenne n’est pas compatible avec l’affirmation de la “souveraineté européenne” en matière de défense souhaitée par le Président Macron.

Lors du référendum de 1992 sur l’Union européenne et le Traité de Maastricht, nul ne pouvait imaginer que ce grand projet de Mitterrand et Kohl pour la Paix allait être dévoyé, à partir de 1998, par le projet géopolitique américain de prendre le contrôle de fait de la politique de défense et de sécurité commune européenne. Ceci grâce à l’élargissement simultané de l’Union Européenne et de l’OTAN aux pays de l’Est de l’Europe, et grâce aussi à la décision lourde de conséquences du Président Sarkozy d’abandonner en 2008 la position stratégique gaulliste de refus de participation au commandement militaire intégré de l’OTAN. A partir du moment où 22 des 28 pays de l’UE, dont la France, devenaient membres à part entière de l’OTAN, l’esprit initial de Maastricht était trahi car “l’Europe pour la Paix” allait inévitablement être contrariée par l’ingérence des Etats-Unis, avec leurs objectifs géopolitiques propres, dans la politique européenne de défense et de sécurité commune. Pour revenir à l’Europe de la Paix dessinée en 1992, il n’y a pas d’autre voie que de mettre fin à l’imbrication actuelle entre l’OTAN et l’Union Européenne, ce qui supposerait la sortie de l’OTAN des 22 pays de l’Union européenne qui en sont membres. Il serait en effet incohérent de conduire les Français dans l’aventure d’une “défense européenne” tout en maintenant dans le commandement intégré de l’OTAN – sous direction américaine – 80 % des pays de l’Union Européenne.

L’idée des dirigeants allemands actuels de la “complémentarité OTAN/UE”, c’est à dire l’idée de faire de l’OTAN la “pierre angulaire” de la politique européenne de défense et de sécurité commune, est directement contraire à toute notion de “souveraineté européenne”. Cette idée apparait comme un leurre si l’on se rappelle que au sein de l’OTAN le Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) est toujours un général américain.

Il faut avoir la lucidité de reconnaitre la divergence d’intérêt qui s’approfondit entre la France et l’Allemagne sur la question de l’OTAN .Le concept géopolitique porté par le trio Von Der Leyen/Merkel/Kramp-Karrenbauer consiste en un élargissement massif de l’UE et de l’OTAN à l’Est de l’Europe sous le parapluie américain.Une forme nouvelle de la pulsion historique du “Drang nach Osten”, qui va conduire de façon certaine dans quelques années, si la Macédoine,la Bosnie-Herzégovine, le Kossovo, l’Ukraine et la Géorgie devenaient membres de l’OTAN, à la confrontation avec la Russie, souhaitée par le “deep state” à Washington et donc par la technostructure de l’OTAN. Cet expansionnisme à l’Est de l’Union européenne se fait sous le parapluie nucléaire américain, avec lequel les allemands sont familiarisés du fait de la présence sur leur sol d’armes nucléaires tactiques américaines (bombes nucléaires B61) destinées à être en cas de guerre larguées par des avions de la Luftwaffe sous l’égide de l’OTAN. Par ailleurs la CDU vient de se fixer l’objectif d’atteindre à terme les 2% du PIB de dépenses militaires ,soit un énorme budget de 80 MDS d’euros par an, qui conduirait à une remilitarisation de l’Allemagne contraire aux aspirations actuellement pacifiques de sa population.

La France n’a aucun intérêt à endosser ce concept géopolitique allemand. Elle a sa force de frappe nucléaire indépendante. Elle se méfie de l’élargissement de l’UE et de l’OTAN à marche forcée à l’Est.Elle souhaiterait une défense européenne indépendante des Etats-Unis, qui ont actuellement le contrôle total de l’OTAN.

Il n’y a pas donc pas aujourd’hui de “couple franco-allemand” sur les questions de défense et de sécurité. Il y a deux Nations dont les intérêts divergent. L’Allemagne accepte son alignement strict sur les Etats-Unis dans l’OTAN pour soutenir son expansion à l’Est , tandis que la France, elle, n’a pas renoncé à être une puissance d’équilibre, son intérêt étant de revenir à la position gaulliste de non alignement, seule conforme à la vocation universelle du pays de la déclaration des droits de l’Homme.

3/ Le troisième problème majeur posé à la France par l’OTAN, c’est que cette dernière est une Alliance nucléaire. Une Alliance nucléaire floue et dangereuse.

L’OTAN se veut une alliance nucléaire, dont la sécurité collective est garantie d’une part par des forces nucléaires stratégiques, c’est à dire les armes de grande puissance délivrées par des vecteurs à moyenne ou longue portée, et d’autre part par des armes nucléaires tactiques, c’est à dire les armes à plus courte portée destinées à un usage sur le champ de bataille.

-Du côté des armes nucléaires stratégiques, le communiqué du dernier sommet de l’OTAN à Bruxelles le 12 juillet 2018 indique : “Les forces stratégiques de l’Alliance, et en particulier celles des États-Unis, sont la garantie suprême de la sécurité des Alliés. Les forces nucléaires stratégiques indépendantes du Royaume-Uni et de la France ont un rôle de dissuasion propre et contribuent de manière significative à la sécurité globale de l’Alliance.” ( Fin de citation: les mots “de manière significative” ont été rajoutés en 2018 par rapport au langage du sommet précédent).

Ce communiqué semble indiquer que les forces nucléaires stratégiques française et britannique contribuent à la garantie suprême de la sécurité collective des 29 alliés, ce qui semble en contradiction avec le fait que, lorsque la France a décidé en 2008 de rejoindre le commandement intégré de l’OTAN, elle l’a fait à l’exclusion du Comité des plans nucléaires dont la France, pour démontrer l’indépendance de sa force de frappe, n’a pas souhaité faire partie. Il y a là une ambiguïté que l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire” avait soulevée dés le lendemain de ce sommet en 2018, sans recevoir de réponse publique. Cette ambiguïté mériterait d’être levée. Pour cela, la France devrait, au sommet de décembre 2019 à Londres, rappeler de la façon la plus nette qu’elle ne fait pas partie de l’Alliance nucléaire de l’OTAN puisqu’elle ne participe pas au Comité des plans nucléaires. Une telle clarification est indispensable pour éviter à notre pays d’ être un jour la victime collatérale d’éventuelles aventures nucléaires des néo- conservateurs américains, qui ont de facto le contrôle de cette alliance nucléaire qu’est l’OTAN.

-Du côté des armes nucléaires tactiques, armes à plus courte portée et à plus faible puissance, des armes nucléaires tactiques américaines sont actuellement déployées à l’avant en Europe dans des bases situées dans 5 pays sous l’égide de l’OTAN: Allemagne, Belgique, Italie, Pays-Bas, Turquie. Il s’agit de bombes nucléaires B 61 qui seraient lâchées en cas de guerre depuis des avions appartenant à ces 5 pays. Ces armes inutiles, dangereuses pour la sécurité des Européens et présentant des risques en termes de prolifération, auraient dû depuis longtemps être retirées du sol européen, comme de nombreux experts français le recommandaient.

-S’agissant des armes nucléaires de portée intermédiaire, la dénonciation annoncée le 1er février 2019 par le Président Trump, puis par le Président russe, du traité INF de 1987 a de façon irresponsable levé l’interdiction de déployer en Europe des armes nucléaires de portée intermédiaire lancées du sol. Certes au sein de l’OTAN on peut espérer que des pays comme l’Allemagne, se souvenant de la crise des Euromissiles des années 80, refuseront le déploiement de nouveaux missiles nucléaires américains avec base à terre sur leur sol. En revanche les pays les plus belliqueux et russophobes de l’Alliance tels que la Pologne la Roumanie ou les trois États baltes pourraient favoriser un tel déploiement, créant de graves risques nucléaires aux frontières orientales de l’Union européenne.

L’OTAN a joué un rôle néfaste dans cette affaire en publiant le 1er février 2019 une déclaration du Conseil de l’Atlantique Nord (regroupant les Ministres des Affaires Étrangères de l’Alliance) soutenant unanimement la dénonciation du Traité INF par les Etats-Unis. Alors que le Président Macron avait initialement exprimé ses fortes réserves sur cette dénonciation , la technostructure de l’OTAN n’a pas sérieusement tenté de préserver ce traité très important et elle n’a fait que relayer la position des Etats-Unis. Contrairement à l’affirmation de M.Stoltenberg dans une récente interview au Figaro selon laquelle l’OTAN “protège près d’un milliard de personnes”, la réalité est que l ‘OTAN les expose plus qu’elle ne les protège, notamment en soutenant aveuglément la relance par les États-Unis de la course aux armements.

Pour toutes ces raisons, il serait sage pour notre pays de s’éloigner de cette alliance nucléaire dangereuse, dont le leadership américain actuel accroit encore la dangerosité compte tenu de sa nouvelle doctrine d’ emploi des armes nucléaires (Nuclear posture review), publiée en 2018, qui n’exclut plus, pour défendre les intérêts vitaux des États-Unis, l’utilisation d’armes nucléaires en réponse à des attaques non nucléaires.

4/ Le quatrième problème majeur posé à la France par la posture actuelle de l’OTAN concerne la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et la question de la Crimée .

Le Président Macron ne ménage pas ses efforts depuis quelques mois pour essayer de réduire les risques de confrontation russo-ukrainienne. La réunion qu’il a convoquée à Paris le 9 décembre en format Normandie 4 sur le Donbass en est l’illustration. Mais il a affaire à un ensemble de forces qui agissent dans le sens contraire et exacerbent les tensions.

Le détonateur d’une confrontation en Europe pourrait être à l’avenir le lancement du processus d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Le Secrétaire général de l’OTAN, adepte de la politique dite de “la porte ouverte de l’OTAN à l’Ukraine”, a reçu en Novembre 2018 le Président du Parlement ukrainien, le nationaliste A. Parubyi. Ce dernier, après cette visite , a réussi à faire inscrire dans la Constitution ukrainienne en janvier 2019 le principe de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Jens Stoltenberg a par ailleurs lancé en avril 2019 de grandes manœuvres navales de l’OTAN en Mer Noire, manœuvres conjointes avec l’Ukraine et la Géorgie, signalant ainsi que l’Ukraine et la Géorgie sont dans l’antichambre de l’OTAN. Alors que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN progresse sans bruit, il est temps pour la France de s’opposer à ce processus, comme Emmanuel Macron s’y était engagé devant les Français avant son élection dans sa plateforme présidentielle de 2017. Il serait en effet peu judicieux pour la France de laisser prospérer ce dossier d’adhésion car une fois l’Ukraine dans l’OTAN, la France constaterait qu’elle est engagée par l‘article 5 du traité de l’OTAN à soutenir militairement l’Ukraine en cas de conflit russo-ukrainien.

Les pays du G7 ont , à la suite de l’ incident du Détroit de Kerch, durci leur position sur la Crimée. Le 30 novembre 2018, les Ministres des Affaires étrangères du G7, ont déclaré: “Nous ne reconnaissons pas, et nous ne reconnaitrons jamais, l‘annexion de la Crimée”. En donnant un caractère éternel à leur position par l’introduction du mot “jamais”, les pays du G7 se prononçaient pour la rétrocession par la Russie de la Crimée à l’Ukraine. Le 31 octobre 2019, le Secrétariat général de l’OTAN a saisi l’occasion de la commission Ukraine-OTAN pour évoquer dans le communiqué de cette réunion “le retour de la Crimée sous contrôle ukrainien”, en paraissant ignorer que ce dossier fait partie de ceux qui peuvent conduire à la troisième guerre mondiale.

L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN élèverait le risque du scénario catastrophe d’une guerre pour la Crimée entre l’OTAN et l’Ukraine d’une part, la Russie d’autre part, avec implication de la France dans une guerre qui n’est pas la sienne.La sortie de l’OTAN est le seul moyen d’éviter à notre pays d’être entrainé dans les enchainements belliqueux d’une alliance contrôlée de Washington, sur laquelle il n’a que peu de prise.

Au sommet de l’OTAN du 4 décembre 2019, la France va devoir continuer à faire entendre la voix de la raison sur la question de l’OTAN, comme elle a commencé à le faire le 7 novembre , sans craindre les critiques superficielles sur le “risque d’isolement” ou de “crisper nos alliés”. Seule la France est en position d’arrêter la marche actuelle des somnambules de l’OTAN vers la confrontation à l’Est de l’Europe.

Source : Le Blog Mediapart, Hannoun Hervé, 29-11-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pie vert // 07.12.2019 à 09h56

Avec sa déclaration puérile Macron se voyait déjà au sommet de l’Olympe OTANienne, en fait il s’est couvert de ridicule.
Car il faut avoir les moyens de ses propos, or qu’est ce que la France de Macron ? Sur le plan économique elle s’est liée à l’Allemagne, sur le plan militaire elle est dépendante des USA, et nos entreprises stratégiques passent sous pavillon US : Alsthom hier,Latécoère aujourd’hui. Du coup: Trump met la fessé, Merckel fronce les sourcils et Erdogan se marre, et nous on pleure de ridicule.

32 réactions et commentaires

  • basile // 07.12.2019 à 07h34

    je n’ai pas compris la crispation sur le terme « mort cérébrale ». Certes, ce n’était pas flatteur pour les adorateurs de l’Otan, de s’entendre dire que leur chérie est morte, puisque c’est çà que ça veut dire.
    Or, Macron en utilisant ce mot, ne critique pas l’Otan (ses objectifs), il regrette seulement qu’elle soit morte. Nuance.

    j’aurais préféré l’entendre taper du poing sur la table, et dire, l’Otan se trompe d’adversaire. Et je ne joue plus

      +19

    Alerter
    • fred // 07.12.2019 à 11h13

      pas du tout. micron est énervé que nos soldats aient du fuir devant l’armée turque dans un bordel invraisemblable en étant abandonné par l’armée US sur laquelle elle était obligée de s’appuyer. de deux, la france soutient les kurdes pour créer cette illusion de rojava et l’invasion turque a foutu ce projet en l’air. c’est ça le pb de micron.

        +16

      Alerter
    • daniel // 07.12.2019 à 20h37

      Normal de ne pas comprendre. Parce que les journalistes n’ont pas rapporté la totalité du propos. Ils ont préférés ne retenir que le gros titre simplificateur. Et faux.
      Reprenons:
      1-Trump retire ses troupes de la frontière Syrie-Turquie où elles protégeaient les Kurdes d’une agression turque.
      2-Le satrape d’Ankara se sent conforté dans son hystérie anti-Kurde et attaque la Syrie. Il visait un ‘corridor’ d’une largeur de 30 à 35 km sur 480 km de long. Ses raisons sont multiples et variables selon l’interlocuteur. La principale est que tout Kurde aux alentours de la frontière, quelque soit son âge et son sexe est un terroriste. Et il l’a bien montré, mais pas eux, jamais.
      3- Macron apprend tout ça dans les journaux, comme un vulgaire pékin ou sans-dent. Question évidente: tous ce beau monde, Usa, Turquie et France, faisant partie de l’Otan, à quoi sert-elle? Comme il n’y a eu aucune concertation, elle est donc en état de mort cérébrale.

        +5

      Alerter
      • daniel // 07.12.2019 à 20h37

        [suite]

        J’ai un peu simplifié. En particulier, il y avait (et peut-être y sont-elles encore) des troupes françaises collaborant avec les Kurdes pour traquer les vrais terroristes, ceux de Daech/Isis. Effectif français: sans doute moins de 200. Depuis longtemps, Anadolu, l’agence Turque officielle avait publié les emplacements des troupes françaises, comme pour indiquer des cibles. Il est évident que Macron est un supporter des terroristes (Kurdes) qu’il protège. Le satrape l’a dit et répété. A quoi sert l’Otan?

        [ Dans ce qui précède, aucune approbation concernant notre bien-aimé ‘French’ Young Leader Président. J’dis pas si y quitte l’Otan…]

          +1

        Alerter
  • Catalina // 07.12.2019 à 08h16

    en complément
    https://www.legrandsoir.info/louable-lucidite-et-rejouissantes-angoisses.html
    ” Pierre LEVY

    Emmanuel Macron a fait de bien étranges et bien lucides constats à l’occasion d’un entretien fleuve publié par l’hebdomadaire britannique libéral The Economist. Quelle mouche l’a donc piqué ?”

      +5

    Alerter
  • Paulomack // 07.12.2019 à 09h17

    C’est quand même osé de parler de mort cérébrale de l’ OTAN quand sa propre armée a eu besoin des américains pour emmener troupes et matériels au Mali

      +2

    Alerter
    • alexandre // 07.12.2019 à 10h53

      cérébrale.. les jambes fonctionnent encore bien. C’est dans la tête le problème.

        +11

      Alerter
      • Logique // 07.12.2019 à 18h40

        La preuve que la tête est pourrie: il s’est trouvé un gniolu pour proposer l’otan pour le prix nobel de la paix. Si, si, si, c’est même RT France (tv) qui l’annonce. Sans l’otan les méchants auraient déjà envahi l’europe. Et quand l’otan fait la guerre, c’est pour promouvoir et établir la paix. Tel que. Nous vivons dans un monde merveilleux.

          +8

        Alerter
  • tchoo // 07.12.2019 à 09h29

    Ne comptez pas trop sur Macron pour sortir la France de l’OTAN, à part faire de la communication notre jupiter n’a pas d’autres courages a défaut d’avoir une vrai vision stratégique pour la France

      +19

    Alerter
  • Brigitte // 07.12.2019 à 09h48

    C’était OTAN où Bruxelles Bruxellait….
    La formule de Macron est ambiguë. Veut-il une défense Européenne débarrassée de la tutelle des Yankees?
    Mais alors pourquoi suivre servilement les américains dans leurs guerres illégales?
    D’OTAN……. que la guerre froide n’est pas du passé et l’élargissement à l’Est renforce la tutelle américaine. Les Yankees ne lâcheront pas le morceau. L’UE n’a d’intérêt pour eux que si elle est à leur botte. Dans cette tactique géostratégique, les pays de l’Est jouent le rôle de cirage…
    Et que dire de l’Ukraine et la Turquie?

      +16

    Alerter
    • basile // 07.12.2019 à 11h34

      Joli !
      Effet pervers. Maintenir l’otan chez les excités Polonais ou Baltes, ne fait qu’entretenir leur paranoïa, style « si on nous envoie des troupes, c’est bien parce qu’on est menacés ».
      Pour les obliger à ouvrir les yeux avec les Russes, il serait plus efficace, comme on le fait avec un garnement, de les laisser seuls assumer les conséquences de leur va-t-en-guerre.. Ils auraient vite fait de parlementer avec leur voisin. .

      or, comme des petites frappes, ils jouent les matamores, sachant que le grand frère est pas loin.

        +16

      Alerter
  • Pie vert // 07.12.2019 à 09h56

    Avec sa déclaration puérile Macron se voyait déjà au sommet de l’Olympe OTANienne, en fait il s’est couvert de ridicule.
    Car il faut avoir les moyens de ses propos, or qu’est ce que la France de Macron ? Sur le plan économique elle s’est liée à l’Allemagne, sur le plan militaire elle est dépendante des USA, et nos entreprises stratégiques passent sous pavillon US : Alsthom hier,Latécoère aujourd’hui. Du coup: Trump met la fessé, Merckel fronce les sourcils et Erdogan se marre, et nous on pleure de ridicule.

      +33

    Alerter
    • christian BERNARD // 07.12.2019 à 10h56

      Excellente synthèse ! presque une somme complète plutôt qu’une synthèse, d’ailleurs !

        +8

      Alerter
  • moshedayan // 07.12.2019 à 10h06

    « destinées à être en cas de guerre larguées par des avions de la Luftwaffe sous l’égide de l’OTAN.» cette phrase décrivant la stratégie allemande “Drang nach Osten” .
    Si et si… elle est dans les dossiers de l’état-major allemand n’aura qu’une réponse
    – la vitrification de régions entières de l’Allemagne, son invasion et pour les militaires russes l’objectif “d’aller chercher jusque dans les chiots” les dirigeants allemands responsables.
    Ajouté à cela, le fait que bien d’autres dirigeants d’Europe de l’Est auront le même sort et dans beaucoup de pays slaves la Russie trouvera des Alliés , notamment en Tchécoslovaquie. La ploutocratie polonaise n’a aucune faveur, pareil à celle de la Roumanie… Les honnêtes gens à l’Est savent parfaitement que la russophobie entretenue dans les pays de l’Est sont avant tout des privilégiés de l’effondrement du communisme et que leurs discours anti-russe a seulement vocation à les maintenir au pouvoir.
    Le “monde russe” n’acceptera jamais une nouvelle agression majeure allemande. Elle en tirera des conclusions bien plus fortes qu’en 1945.

      +8

    Alerter
  • ZoumZoum // 07.12.2019 à 10h27

    Macron c’est encore et toujours “en même temps”.
    Macron a poussé à la vente l’Alstom à l’américain Général Electrique qui fabrique les turbines de nos sous-marins nucléaires et de nos centrale.
    Maintenant c’est l’américain GE qui les fabrique.
    Et Macron fait son théâtre au sommet de l’Otan, il veut une Europe militaire d’indépendante des US !

      +20

    Alerter
  • christian BERNARD // 07.12.2019 à 10h52

    “Résistance ou résignation ?”

    Cinéma et éléments de langage à usage interne, comme d’hab.

    Macron n’est qu’un mauvais acteur (n’est-ce pas en faisant l’acteur au lycée qu’il séduisit sa ‘pygmalionne’ ?), l’homme-sandwich d’un monde qui le surplombe et sur lequel il n’a aucun impact.

      +9

    Alerter
    • s // 07.12.2019 à 18h54

      Macron, apparemment, croyait avoir un talent d’acteur. Selon ses camarades de khagne, il se présentait à de nombreux castings, mais, étrangement, il n’a jamais décroché le moindre rôle…

        +4

      Alerter
  • Pegaz // 07.12.2019 à 11h43

    « l’accès aux ressources est de sécurité nationale »

    Entendu lors d’un audit au Sénat, de la part d’un cadre supérieur de l’armée française.

    A ce postulat, nous avons tout ce qui a attrait aux guerres commerciales, contrats, alliances, traités, ce qui représente la face plutôt pacifique de cette course aux ressources, même entachées de corruptions, de coups de Jarnac voir d’assassinats.
    Sur l’autre face, cela va du soutient au changement de régime, déstabilisation, guerre civile jusqu’au guerre « humanitaire »

    Ce que certain obtiennent pas le commerce d’autre le prennent par les armes. Dans les faits, deux nations s’en distinguent, USA et France.

    « Sommet OTAN, le parti de la guerre se renforce »
    https://www.mondialisation.ca/sommet-otan-le-parti-de-la-guerre-se-renforce/5639504

      +1

    Alerter
    • Jean // 07.12.2019 à 14h11

      1/2
      => “Ce que certain obtiennent pas le commerce d’autre le prennent par les armes. Dans les faits, deux nations s’en distinguent, USA et France.”

      Les nombreuses nations qui ont les moyens de cette politique se regroupent pour mutualiser leurs moyens d’interventions, c’est la raison d’être de l’OTAN aujourd’hui. La question est donc de savoir si l’UE, à qui l’on demande d’augmenter sa participation au budget de l’alliance atlantique, pourra choisir d’intervenir en fonction de ses intérêts géostratégiques ou pas.
      La rébellion d’Erdogan c’est faite à cause de la volonté de l’OTAN de constituer un foyer de déstabilisation à ses frontières : Le Rojava. Erdogan n’a pas accepté que les intérêts d’une puissance étrangère prédominent sur ceux de son propre pays. Mais pour s’émanciper de la tutelle américaine il a fallu qu’il organise une véritable chasse aux sorcières dans l’administration et l’armée turque. Désormais, il peut espérer rendre à son armée une certaine indépendance technologique en diversifiant ses sources d’approvisionnements en matériels militaires.

        +6

      Alerter
    • Jean // 07.12.2019 à 14h13

      2/2
      En Europe ce processus se fait dans le sens inverse et nous assistons, par la prise de contrôle d’entreprises stratégiques, à une augmentation de l’emprise américaine sur les moyens d’entretenir et de projeter, mais aussi d’organiser et de moderniser notre armée. Mais ce projet de renforcement de la dépendance européenne envers le matériel et la technologie américaine ne se fait pas sans résistance… en Allemagne. C’est le sens de la déclaration de Merkel le 26/11/19 suite à l’affaire 5G/Huawei : “La sécurité, en particulier en ce qui concerne l’extension du réseau 5G, mais également ailleurs dans le domaine numérique, est une préoccupation très importante pour le gouvernement allemand. Nous définissons donc nos normes nous-mêmes.”

        +5

      Alerter
      • Pegaz // 07.12.2019 à 15h00

        @Jean – Absolument tout est à prendre en compte. Toutefois mon intervention est en complément au prisme de lecture de l’article cité. La face B de ce postulat.

        Pour ce qui est des USA l’actualité est déjà suffisante. Pour ce qui est de la France : Plus de 30.000 militaires sont engagés au travers de nombreuses structures aux justifications diverses. 13.000 sur territoire – 7.500 outre-mers en tant que force de souveraineté et 11.000 hors frontières dans une vingtaine de pays.

        Carte des opérations et missions militaires
        https://www.defense.gouv.fr/operations/rubriques_complementaires/carte-des-operations-et-missions-militaires

        OU https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_op%C3%A9rations_militaires_impliquant_la_France_depuis_2000

        Quel est la nature véritable de la plupart de ces « opérations » ?

          +1

        Alerter
        • Jean // 07.12.2019 à 16h30

          @Pegaz

          Nous sommes d’accord sur les raisons profondes qui animent la politique des états occidentaux depuis trop longtemps. Une étape a cependant été franchie lorsque ces mêmes états se sont affranchis du droit international et des règles de fonctionnement de l’OTAN. Nous assistons à une nouvelle étape dans l’ignominie durant laquelle l’UE augmentera les risques d’instabilités à ses frontières, tout en s’intégrant aux processus qui relancent la course aux armements nucléaires voulu par l’administration américaine depuis Obama.
          Mais dans l’armée française des voix discordantes se font entendre :

          https://www.youtube.com/watch?v=t6EW5GhZav8

            +3

          Alerter
          • Pegaz // 07.12.2019 à 18h07

            @Jean – Encore d’accord avec vous et concernant les voix discordantes, critiques et dissidentes, c’est leur hétérogénéité sociale et politique qui rend cette époque tout à la fois dangereuse et intéressante. Du militaire au journaliste en passant par le politique, l’historien et tant d’autres jusqu’au citoyen, c’est du jamais vu, la fracture est verticale. Malheureusement l’indécrottable a le discrédit et l’opprobre facile usant de lois et de médias pour enlever le nerf, étouffer ou dissimuler.
            Ce colonel en vient a s’exprime sur Sputnik comme d’autres ou sur RT !!! Crédit et visibilité souffre du discrédit lié à ces médias !

            Et pour revenir sur le sujet proposé que vous semblez occulter, je place la France en tant que 2ème prédateur (opérations militaires) au monde.

              +0

            Alerter
            • Jean // 08.12.2019 à 01h35

              @Pegaz

              => Et pour revenir sur le sujet proposé que vous semblez occulter, je place la France en tant que 2ème prédateur (opérations militaires) au monde.

              Je ne comprends pas l’intérêt qu’il y a à établir un top10 des crimes contre l’Humanité car au-delà d’un certain seuil toutes les ignominies se valent, d’autant que la capacité de nuisance d’un état dépend de sa puissance. Qu’aurait fait la Chine si elle avait été le leadership du Monde depuis la fin de le seconde guerre mondiale ?
              Mais lorsqu’on s’interroge sur l’origine du Chaos, il ne faut jamais sous-estimer la perfide Albion. Car économiquement et spirituellement, avec le néolibéralisme et le protestantisme, ce monde est malade de l’idéologie anglo-saxonne. Les USA sont aujourd’hui le pays des adorateurs de Mammon et nous ne sommes pas encore devenu comme eux. .

                +0

              Alerter
            • Pegaz // 08.12.2019 à 10h59

              @Jean – Juste prendre conscience de l’ampleur de l’interventionnisme armé français sur son « pré carré » africain – Le classement est annexe puisqu’il n y a pour ainsi dire pas de 3ème nation intervenant de la sorte.
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27op%C3%A9rations_militaires

                +0

              Alerter
  • yvon // 07.12.2019 à 12h16

    sans oublier,quand même,que tout le matériel militaire français,est sous gestion de microsoft!!!
    ce qui en dit long sur notre indépendance stratégique…

      +10

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 07.12.2019 à 14h53

    Il serait intéressant d’ouvrir ces pages à l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire”, qui permet peut-être d’envisager un rempart de bon sens populaire déterminé à la folie belliqueuse et dominatrice de tou-te-s les “dirigeant-e-s” inconsidérément élu-e-s.

    La première sécurité à laquelle tous les moyens possibles devraient être consacrés, c’est la sécurité alimentaire et sanitaire de l’ensemble de l’espèce humaine qui ne peut être assurée que par une coopération de tous les pays(en commençant par y associer tou-te-s les scientifiques/chercheurs-euses de bonne volonté). Il semble que l’ONU ait choisi cette voie, en dépit des dénigrements/moqueries que cela suscite dans les rangs des enragé-e-s militaristes/expansionnistes/colonialistes.

    Les incessants affrontements et combats perpétrés depuis les siècles des siècles en vue de garantir la sécurité de petites parties de population sur des territoires abusivement déterminés sont rétrogrades et n’ont plus aucune raison d’être, à l’heure où nous SAVONS qu’ils sont la cause principale de la détérioration des conditions de la vie sur terre et de sa destruction annoncée.

    “Lorsque l’humanité sera enfin sage,
    nous passerons de la compétition dans l’individualisme
    à l’individualité dans la coopération.”
    Colette Magny en 1963

      +1

    Alerter
  • raloul // 07.12.2019 à 14h54

    Bonjour,

    Je suis toujours très surpris de la «naïveté» extrême de certains analystes, particulièrement en France, quant à la présence de l’armée des U.S.A. et d’armes nucléaires en Allemagne.

    L’Allemagne a perdu la dernière guerre, c’est un pays occupé et totalement vassal des États-Unis. C’est bien de réaliser que les intérêts géostratégiques français et allemands sont très divergents!!! bravo il en a fallu du temps…
    Le continent européen est pour son plus grand malheur bloqué par la pax americana depuis plus de 70 ans.

    Heureusement, il reste quelques analystes crédibles en France, comme Caroline Galacteros ou Jacques Hogard, entre autres.
    Mediapart a toujours été très limité en matière de géopolitique; c’est juste intéressant pour les révélations de scandales de la vie politique française. Pour le reste, bof…

      +8

    Alerter
  • Jean // 07.12.2019 à 15h40

    => L’Allemagne a perdu la dernière guerre, c’est un pays occupé et totalement vassal des États-Unis.

    Ne voyez-vous pas aujourd’hui que la soumission de la France, qui a gagné la guerre, est supérieure dans certains domaines à celle d’une Allemagne qui l’a perdue ? Pensez-vous que l’Allemagne de Merkel se laisserait dépouiller d’un savoir faire stratégique, comme le fait la France de Macron, sans rien entreprendre ?

      +8

    Alerter
  • Fritz // 07.12.2019 à 16h42

    Tous les [censuré] qui ont remis la France dans l’OTAN devront être jugés tôt ou tard. Même celui qui est six pieds sous terre au cimetière du Montparnasse, on pourra juger sa dépouille.

      +6

    Alerter
  • Arcousan09 // 07.12.2019 à 21h19

    La France pays souverain !?!?
    Mort de rire …
    Le général qui a bien connu les anglo-saxons nous a fait sortir de ce machin OTAN et il a fallu qu’un nabot aille faire à nouveau allégeance à un ancien alcoolique fut-il président des USA … état voyou parmi les voyous …
    La France indépendante !!!! il faut avoir la mémoire courte pour ne pas se rappeler qu’un autre génie autoproclamé de la politique de haut vol n’a pas livré aux russes ses bateaux de Saint Nazaire mais, vraisemblablement sur ordre les a cédés à l’Egypte !!!
    Comme preuve d'”indépendance” et de “grandeur” il y a mieux …. Non ???
    Nos génies politiques vont donc continuer à faire allégeance au peroxydé en continuant d’étrangler son peuple afin de participer à des guerres iniques et criminelles qui ne nous concernent pas.

      +8

    Alerter
  • basile // 08.12.2019 à 05h11

    un général (2s) sur BV montre sa fidélité à ce qui a fait toute sa raison de vivre, et surtout et sa source de revenus. On peut donc douter de son impartialité. Il nous ressert le thème que l’Otan est uniquement une organisation de défense si l’un de ses membres est attaqué. Mais par qui ? Il ne le dit pas.

    c’est un point de vue purement égoïste d’une France bien à l’abri à l’ouest de l’Europe (et vendeuse d’armes), qui entretient aux frontières de cette UE, via l’Otan, une espèce de cordon sanitaire constitué de pays qu’on maintient dans la paranoïa.

    – Pour leur montrer qu’elle chance ils ont eu de rejoindre l’UE ?
    – Pour leur vendre des armes ?
    – Pour avoir une main d’œuvre à bas coût ?

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications