La Russie qu’ils ont perdue

Nous avons trouvé ce texte du journaliste russe Dimitri Sokolov-Mitrich, dans Pravoslavia.ru (site russe donnant des versions anglaises de certains de ses textes), le 14 septembre 2014, puis repris sur d’autres sites, toujours en anglais, tel que Slavyangrad.org, le 24 septembre 2014. Nous avons décidé d’en réaliser une traduction et une adaptation française pour lui donner la plus grande diffusion possible, parce qu’il nous a paru complètement exemplaire d’une évolution russe assez générale, entre la chute du communisme et la crise ukrainienne. L’article de Sokolov-Mitrich montre bien que l’auteur était au départ un de ces “libéraux-occidentalistes” complètement acquis à la cause américaniste et du bloc BAO, ou disons intoxiqué par elle. (L’article mérite lui-même d’autres commentaires que cette simple présentation. Nous nous y emploierons.)

22/11/2014

La Russie qu’ils ont perdue

Nous étions, somme toute, tombés amoureux fou de l’Amérique. Je me rappelle clairement la passion amoureuse que nous portions à l’Amérique. Quand nous approchions l’âge d’homme, au début des années 1990, la plupart de mes amis n’avait pas le moindre doute à propos des liens qui nous unissaient à la civilisation occidentale. Et ces liens étaient bienheureux, comment aurait-il pu en être autrement ?

Contrairement à nos grand’parents, et même à nos pères, nous ne voyions pas du tout “la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle” comme une catastrophe. Pour nous, elle marquait le début d’une ère nouvelle et magnifique. Enfin, nous nous étions échappés de notre cocon soviétique pour plonger dans ce grand et formidable monde du réel. Enfin, nous allions pouvoir assouvir notre appétit de sensations multiples et excitantes. Nous pensions que nous n’étions peut-être pas nés au bon endroit, mais que nous étions certainement nés au meilleur moment possible. C’est inconcevable aujourd’hui mais même l’Église, libérée de la surveillance et du contrôle du communisme, se trouvait dans le même espace sémantique que celui où triomphaient les valeurs occidentales. La célébration du millénaire du Baptême de la Russie et le premier concert des Scorpions chantant Les vents du changement étaient de même nature.

Les guerres en Irak et en Yougoslavie se déroulèrent sans qu’on y prêtât grande attention. Et ce n’était pas parce que nous étions jeunes et indifférents. Moi-même, par exemple, je faisais mes premières armes au journal du Komsomol, dans le département des nouvelles étrangères. Je surveillais les dépêches en anglais pleines des noms de Izetbegovic, Mladic, Karadzic, mais pour une raison quelconque je ne considérais pas cela comme de la moindre importance et signification. Cela arrivait quelque part, loin de chez nous. Et, bien entendu, pour moi la guerre des Balkans n’impliquait aucune implication occidentale. Quel rapport avec l’Amérique ? Aucun.

Dans les années 1990, nous votions pour le parti Yabloko, nous manifestions devant le Parlement pour la démocratie, nous regardions la nouvelle station de télévision NTV et écoutions la station de radio Echos de Moscou. Dans nos premiers écrits de journaliste, nous ne manquions pas une occasion de nous référer au “monde civilisé” et croyions profondément que c’était réellement la civilisation. Au milieu des années 1990, nous nous aperçûmes qu’apparaissaient dans nos rangs des “eurosceptiques” mais ils étaient considérés comme de ces distraits à l’image du professeur Jacques Paganel de Jules Verne. J’ai passé une année entière dans un dortoir d’étudiants avec Pierre le communiste et Arséni le monarchiste. Mes amis des autres dortoirs me voyaient les quitter le soir avec ces mots pleins d’empathie : “Vas-y, retourne à ton asile de dingues”.

Le premier coup sérieux porté à notre enthousiasme pro-occidental vint avec le Kosovo. Ce fut un choc. Brusquement, nos lunettes colorées de rose nous tombèrent du nez. Les bombardements de Belgrade devinrent pour ma génération ce que l’attaque du World Trade Center fut pour les Américains. Notre conscience entama un tournant à 180 degrés ; de la même façon que l’avion transportant le Premier ministre d’alors Eugene Primakov en route vers les USA, au-dessus de l’Atlantique, reçut l’ordre de son passager de rebrousser chemin vers la Russie à la nouvelle de cet acte d’agression de l’Amérique.

A cette époque, il n’y avait pas la moindre propagande anti-occidentale dans nos médias. Notre chaîne NTV nous expliquait, jour après jour, que les bombardements d’une très grande ville européenne était certes un peu … bon, excessif, mais après tout Milosevic était répugnant au-delà de tout ce que le monde avait connu et nous n’avions qu’à faire contre mauvaise fortune bon cœur. Le programme satirique Poupées présentait la chose comme une querelle dans un immeuble où un voisin saoul torturait la “citoyenne Kosovo” et où personne ne pouvait rien faire pour elle sinon son petit ami, – il avait l’allure avantageuse et le visage de Bill Clinton. Nous acceptions la chose mais, d’ores et déjà, n’y croyions plus guère. Ce n’était plus vraiment drôle. Nous avions commencé à comprendre que le conflit en Yougoslavie était le précurseur des choses à venir.

Le deuxième conflit irakien, l’Afghanistan, la partition finale du Kosovo, le “printemps arabe”, la Libye, la Syrie, furent peut-être des surprises mais nullement des chocs. Toutes nos illusions s’en étaient allées ; nous savions désormais plus ou moins avec quelle sorte de puissants nous partagions notre planète. Pourtant, malgré tout cela, nous gardions notre orientation pro-occidentale. Le mythe d’une Europe bienveillante, à côté d’une Amérique devenue mauvaise, persistait. Le choc du Kosovo perdait peu à peu de sa force et notre position de compromis devenait : certes, bien sûr, nous ne pouvons nous tenir complètement coude à coude avec ces joueurs, mais nous pouvons jouer le grand jeu de la politique et de la civilisation avec eux. Après tout, avec qui d’autres pouvions-nous le faire ?

Même la parade des révolutions multicolores nous apparut comme quelque chose d’une assez mineure importance. Mais sont venus alors Euromaidan et la guerre civile qui a suivi : une démonstration d’une clarté aveuglante que, hors de toutes règles et procédures, avec un “processus démocratique” saupoudré avec légèreté sur le territoire ennemi, nous sommes désormais face à quelque chose qui n’a plus rien à voir avec un quelconque avatar géopolitique mais, d’une façon bien différente, qui est constitué par de très réels systèmes de destruction massive. Il s’agit désormais du seul type d’armement qui peut être utilisé contre une nation qui possède un bouclier nucléaire. C’est aussi simple que ceci : quand vous pressez un bouton et envoyez une fusée vers un autre continent, vous recevrez en riposte les mêmes fusées puissantes. Mais quand vous déployez une chaîne de réaction de chaos successifs sur le territoire de votre ennemi, vous n’avez pas à justifier ni à prouver quoi que ce soit. Agression ? Quelle agression ? C’est un processus naturellement démocratique ! Une volonté naturelle d’un peuple d’être libre !

Nous voyons du sang répandu et des crimes de guerre commis par des soldats ; nous voyons des corps de femmes et d’enfants. Nous voyons une nation entière en train de revenir aux années 1940, alors que le monde occidental, que nous aimions passionnément lorsque nous étions si jeunes, nous déclare simplement que nous imaginons des choses. La génération qui produisit Jim Morrison, Mark Knopfler et les pittoresques Beatles, la génération Woodstock et ses hippies âgés et passés de mode qui ont chanté Can’t Buy Me Love un millier de fois, ne voit pas ces choses. La génération allemande du baby boom d’après-guerre, qui a baissé la tête pour recevoir l’absolution et se faire pardonner les pêchés de ses pères, ne voit pas ces choses.

Le choc est bien plus fort qu’avec le Kosovo. Pour moi et les nombreux milliers de trentenaires avancés qui vinrent au monde avec l’American Dream dans la tête, le mythe du “monde civilisé” s’en est allé pour toujours. Mes oreille résonnent de ces horreurs. Le monde civilisé n’existe plus désormais. Il ne s’agit pas d’un simple moment de mélancolie ou d’une quelconque amertume jalouse mais d’un temps de très sérieux danger. L’humanité qui a perdu ses valeurs morales est en train de se transformer en une productrice de bande de prédateurs et la possibilité d’une grande guerre est juste une question de temps.

Il y a vingt ans, nous n’avons pas été vaincu, nous avons été soumis. Nous n’avons pas perdu une guerre ; nous avons été défait dans le sens culturel du terme. Nous voulions simplement devenir comme EUX. Le rock and roll a joué un bien plus grand rôle dans cette défaite que les têtes nucléaires. Hollywood s’est avéré bien plus puissant que toutes les menaces et tous les ultimatums du monde. Le vrombissement des Harley Davidson fut bien plus efficace que le tonnerre des avions de combat durant la Guerre froide.

Amérique, combien tu peux être stupide ! Si tu avais attendu vingt ans, nous serions devenus tiens pour toujours. Il aurait suffi de vingt années de plus à ce régime et nos politiciens t’auraient donné nos armes nucléaires comme un présent d’allégeance et t’auraient longuement serré la main en signe de gratitude pour l’avoir accepté. Quelle bénédiction ce fut que tu te sois révélée si stupide, Amérique !

Tu n’as aucune idée de qui nous sommes ! Il y a juste deux ans, on disait que nous étions sur le point de nous précipiter pour investir le Kremlin en hurlant. Depuis lors et à cause de toi, Amérique, il n’y a plus grand monde dans les manifestations dans les jardins publics. Tu as dit et pensé des choses complètement absurdes et tu as obtenu comme résultat d’empiler erreur après erreur. Il fut un temps où tu étais le plus séduisant de tous les pays, Amérique. Après la Première Guerre mondiale, tu t’es imposée comme moralement supérieure à l’Europe, et après la Seconde Guerre comme la plus grande puissance. Bien sûr, il y eut Hiroshima, le Vietnam, le Ku Klux Klan et un ensemble de vilaines casseroles de ce genre, comme tous les empires. Mais l’un dans l’autre, tous ces déchets n’avaient pas atteint ta masse critique, celle où le vin tourne au vinaigre. Tu montrais au monde entier comment l’on devait vivre avec un but : d’une façon constructive, avec le sens de la création et la liberté. Tu as accompli des miracles dans des pays comme l’Allemagne de l’Ouest, le Japon, la Corée du Sud, Singapour. Mais depuis cela, tu as changé. Pour quelque raison que j’ignore, tu n’écris plus des chansons que le monde entier reprend en refrain. Tu as gaspillé ta principale richesse, – la moralité, qui est tombé à un si bas niveau, – ce qui ne se restaure pas aisément.

Tu es doucement en train de mourir, Amérique. Et si tu crois que je m’en réjouis, tu te trompes. Les grands bouleversements d’une ère historique sont toujours accompagnés de torrents de sang et je n’aime pas le sans répandu. Nous, qui avons subi les affres de la perte d’un empire, nous pourrions t’expliquer ce qu’il en coûte de mal agir. Mais nous ne le ferons pas. C’est à toi d’expérimenter la chose.

Dimitri Sokolov-Mitrich

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

161 réponses à [Reprise] La Russie qu’ils ont perdue, par Dimitri Sokolov-Mitrich

Commentaires recommandés

vérité2014 Le 04 décembre 2014 à 02h24

Ils sont en faillite,sans guerre commerciale et ou réelle,ils ne peuvent pas s’en sortir.

Le capitalisme financier proche du fascisme financier a tué le vrai capitalisme industriel à cause de la corruption intellectuelle des ‘élites’ et l’envie de toujours plus de gains à court terme(économie casino).
Il y a longtemps que le travail ne rapporte plus rien.Même Copé l’a compris,en disant que toute personne qui gagne moins de 5000 ou 10.000 euros par mois est un plouc.
La classe moyenne(et européenne c’est deja bien parti)va disparaitre..le problème est,que vont faire les ‘1 pct’ une fois qu’ils n’auront plus de clients?
Ben voyons,exporter comme dirait Merkel et son mercantilisme pour soutenir les rentiers.
Jusqu’au moment ou l’explosion sociale(réelle) arrivera mettre un terme à tout cela.
La encore tout est prévu:Etat policier,fascisme,plus de libertés…pour le moment les moutons sont bien sages car une majorité ne vit aucune crise et n’a donc rien à perdre,mais ça va venir lentement.
La fameuse ‘recovery’ n’existe pas,c’est une crise différente,il n’y aura jamais de reprise au contraire.Seule la guerre pourra partiellement résoudre cette équation,mais quelle guerre et ou?

  1. Lithan Le 04 décembre 2014 à 22h20
    Afficher/Masquer

    Alors qu’il est de notoriété publique que les USA et l’Arabie Saoudite se sont mis d’accord sur une chute des prix du pétrole afin d’affaiblir l’économie de la Russie (entre autre), la région de Tchétchénie (après une décennie de calme) a de nouveaux été le théâtre aujourd’hui d’attentats islamistes. La maison de la presse de Grozny a été attaquée (et quasiment détruite) par une dizaine de terroristes, tous morts.

    https://www.youtube.com/watch?v=vPUah2JsLos&list=UUqEVwTnDzlzKOGYNFemqnYA

    https://www.youtube.com/watch?v=YNL86ctVsy0&list=UUqEVwTnDzlzKOGYNFemqnYA

    A noter qu’il y’a déjà quelques semaines, trois policiers tchétchènes sont morts en empêchant un kamikaze de commettre un attentant dans la capitale.

    Un avertissement pour la Russie ?

    ——————-

    Sinon, j’ai hâte d’entendre les réactions du gouvernement Américain suite aux déclarations du secrétaire général de l’ONU qui a demandé “aux Etats-Unis de s’assurer que leurs policiers répondent davantage de leurs actes”, en référence aux événements de Fergusson et de New-York.


  2. coinfinger Le 05 décembre 2014 à 02h24
    Afficher/Masquer

    Les Turcs aussi , en tous cas Erdogan , semblent estimer que l’Amérique c’est plus ce que c’était .
    Et là avec les nouveaux accords c’est du gros . çà change la donne pour l’Europe , le Moyen orient , et l’Ukraine . Les conséquences m’apparaissent considérables . Je ne crois pas un moment qu’on puisse séparer économie et politique , méme en Turquie .
    Et toujours pas de politique US extérieure , claire et cohérente . De l’invective hystérique et des privations de dessert . Lamentable .
    Je ne vois qu’une explication , l’impossibilité de réaliser pour eux qu’il faut faire moins mais mieux .


  3. Lysbethe Levy Le 13 décembre 2014 à 18h50
    Afficher/Masquer

    Bonjour ..J’ai lu sur ce journal quelque chose d’intéressant mais je ne comprends pas ce que cela veut dire : http://fortruss.blogspot.fr/2014/11/grandmaster-putins-golden-trap.html

    “Et la Russie est maintenant prêt à vendre son pétrole et de gaz à l’Ouest seulement en échange de l’or physique! La torsion du jeu de Poutine est que le mécanisme de la vente d’énergie de Russie à l’Occident que pour l’or fonctionne maintenant indépendamment du fait que l’Occident accepte à payer pour le pétrole et le gaz russes avec son or artificiellement pas cher, ou non”

    “Et la Russie est maintenant prêt à vendre son pétrole et de gaz à l’Ouest seulement en échange de l’or physique! La torsion du jeu de Poutine est que le mécanisme de la vente d’énergie de Russie à l’Occident que pour l’or fonctionne maintenant indépendamment du fait que l’Occident accepte à payer pour le pétrole et le gaz russes avec son or artificiellement pas cher, ou non. P

    ” En 1971, le président américain Richard Nixon fermé la fenêtre ‘or » , se terminant le libre échange des dollars en or, garanti par les Etats-Unis en 1944 à Bretton Woods”
    .
    “En 2014, le président russe Vladimir Poutine a rouvert la fenêtre ‘or » , sans demander la permission de Washington.”

    ” Éminents économistes occidentaux sont certainement conscients de la gravité de la situation et le désespoir de la situation du monde occidental se trouve dans, dans le piège d’or économique de Poutine. Après tout, depuis les accords de Bretton Woods, nous le savons tous la règle d’or: “. Qui a plus d’or fixe les règles” Mais tout le monde dans l’Ouest est muet à ce sujet”.

    Je savais que le dollar était la monnaie obligatoire pour la vente de prétrole ..la fin du dollar serait un bien pour tous;.et la relation avec l’or ? ou est l’or américain ??



Charte de modérations des commentaires