Du lourd…

Source : Libération, Jean Quatremer, 31-05-2016

Les Britanniques voteront pour ou contre la sortie de l'UE le 23 juin. Photo Emmanuel Dunand. AFP

Les Britanniques voteront pour ou contre la sortie de l’UE le 23 juin. Photo Emmanuel Dunand. AFP

Edito Amis Anglais, puisque c’est vous seuls qui êtes tentés par le «Brexit», ne vous laissez pas convaincre par les arguments des partisans du remain et votez pour le leave le 23 juin ! Je vais être honnête : ce n’est vraiment pas dans votre intérêt de quitter l’Union européenne. Il est évident que les partisans du Brexit vous mentent en vous faisant croire que, seuls, vous vous en sortirez mieux dans un monde qui est déjà dominé par les Etats-Unis, l’Asie et, demain, l’Afrique, d’autant que l’Europe que vous honnissez est largement à votre main idéologique, au point qu’elle gouverne vingt-huit nations dans votre langue.

 

Suite à lire ici : Libération, Jean Quatremer, 31-05-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

64 réponses à Le Brexit, un sacrifice pour sauver l’Europe, par Jean Quatremer

Commentaires recommandés

caliban Le 13 juin 2016 à 00h39

“Et promis, dans vingt ans, on vous laissera revenir. A nos conditions, bien sûr, la corde au cou et en robe de bure : un faible prix à payer pour sauver le rêve européen.”

L’UE c’est la concorde entre les nations du vieux continent nous a-t-on appris à l’école. Mais quand ses défenseurs autoproclamés exultent une telle haine, aujourd’hui vis-à-vis des britanniques, hier à propos des Grecs … on se demande s’il ne serait pas judicieux de mettre une camisole de force à ces eurolâtres qui conçoivent l’UE comme un “club” de happy fews.

Et pas dans 20 ans la camisole!

  1. caliban Le 13 juin 2016 à 00h39
    Afficher/Masquer

    “Et promis, dans vingt ans, on vous laissera revenir. A nos conditions, bien sûr, la corde au cou et en robe de bure : un faible prix à payer pour sauver le rêve européen.”

    L’UE c’est la concorde entre les nations du vieux continent nous a-t-on appris à l’école. Mais quand ses défenseurs autoproclamés exultent une telle haine, aujourd’hui vis-à-vis des britanniques, hier à propos des Grecs … on se demande s’il ne serait pas judicieux de mettre une camisole de force à ces eurolâtres qui conçoivent l’UE comme un “club” de happy fews.

    Et pas dans 20 ans la camisole!


    • Bruno Le 13 juin 2016 à 09h30
      Afficher/Masquer

      C’est une vieille habitude des europeistes type Cohn Bendit.
      Au parlement europeen, apres le refus des Suisses, par referendum, de limiter l’ “immigration de masse” :

      «Vous êtes des crétins finis, parce que vous n’avez pas compris les valeurs de l’Europe».
      Les suisses «reviendront à genoux parce qu’ils ont besoin de l’Europe».


      • John Le 13 juin 2016 à 21h01
        Afficher/Masquer

        “valeurs” : voilà un mot que les UElatres ou faucons arrivent à placer dans TOUS leurs discours. Vous l’entendez souvent dans le monde réel?


    • triari Le 13 juin 2016 à 13h38
      Afficher/Masquer

      Il est optimiste. L’UE ? Encore là dans 20 ans ? Ha !


  2. Guillaume Besset Le 13 juin 2016 à 00h42
    Afficher/Masquer

    Pour une Europe Libérale Verte !
    (pour une Justice forte, de faibles taxes sur le travail et de fortes taxes sur les pollutions)


    • Jean Le 13 juin 2016 à 01h35
      Afficher/Masquer

      Le libéralisme c’est la destruction des entraves légales à l’expression de la loi du plus fort. L’écologie c’est restreindre la liberté de tous aujourd’hui pour préserver l’avenir des générations futurs. L’Europe libérale est en marche et les 99% deviennent chaque jours un peu plus vert de rage. L’Europe libérale verte nous y sommes jusqu’au cou et on ne pourra pas reprocher aux peuples de l’avoir voulue.


      • triari Le 13 juin 2016 à 14h42
        Afficher/Masquer

        Hum ! L’écologisme, c’est aussi un moyen dont se sont dotés les pollueurs d’occident pour faire la morale auprès des économies émergentes.

        Aujourd’hui, on bombarde les pauvres au nom de la démocratie et de la liberté, demain on le fera au nom du salut de la planète (ce qui ne signifie pas bien-sûr qu’il n’y a pas de pollutions à combattre).


        • Jean Le 13 juin 2016 à 15h28
          Afficher/Masquer

          Toutes les bonnes causes peuvent être dévoyées par les toxicomanes de l’enrichissement personnel. La véritable écologie nous concerne tous et nécessiterait, notamment dans les pays les plus industrialisés, une profonde remise en question de nos modes de vie.
          Nous n’avons malheureusement pas choisis de résoudre rationnellement les problèmes que posent la surconsommation, nous avons collectivement choisis l’aveuglement et l’insouciance. Le mur de la réalité écologique, vers lequel nous fonçons à toute allure, nous fera chèrement payer ce manque de clairvoyance. La catastrophe s’annonce d’une telle ampleur que je ne doute pas que ce soit une leçon que l’Humanité retiendra.


  3. Phypsi Le 13 juin 2016 à 00h58
    Afficher/Masquer

    Oui un vrai cas d’école. Ce mec qui passe son temps à écrire de la m**** européiste pour un journal qui n’existerait plus sans l’argent public. Je ne sais même pas s’il est encore lu !!! Le problème, c’est que ses copains européistes au pouvoir en France pensent exactement comme lui. Il s’agirait presque d’une secte qui ne dit pas son nom.
    C’est ce même imbécile (qui s’étouffe de petits fours et de caviar dans les salons européens) qui prétendait il n’y a pas si longtemps que les grecques méritait ce qui leur arrivait.

    Rappelons que (et c’est à pleurer de rire) :

    Le 13 février 2009, cinq journalistes grecs et lui-même reçoivent le prix du journalisme européen Konstadinos Kalligas pour leur « capacité, expérience, expertise et éthique
    Le 30 juin 2010, il fut récompensé par le prix de « l’initiative européenne » remis par la Maison de l’Europe et le Club de la presse européenne32 afin de « souligner les efforts qu’il déploie pour présenter dans la presse les questions européennes d’une manière claire, précise et vivante »


    • Phypsi Le 13 juin 2016 à 00h58
      Afficher/Masquer

      Mais heureusement, tout le monde ne se laisse pas berner :

      L’économiste Frédéric Lordon a consacré à Jean Quatremer un article critique dans lequel il lui reprochait sa tendance à confondre critique de l’Union européenne et conspirationnisme. Selon lui, Quatremer serait le « journaliste le plus attaché à traîner dans la boue – y compris pour conspirationnisme – toute position de gauche critique de l’Europe »37. Cette façon de défendre l’Union européenne fait de Jean Quatremer « le meilleur agent de l’europhobie en France » pour le journaliste Daniel Schneidermann38.

      Finalement il n’a rien du journaliste qu’il prétend être !
      Ps: sources wikipedia


      • Chris Le 13 juin 2016 à 09h26
        Afficher/Masquer

        Je rebondis sur l’Europhobie avec cet article de Philippe Grasset :
        http://www.dedefensa.org/article/soudain-le-brexit-nous-met-dans-tous-nos-etats
        En substance :
        “Hier, à Bruxelles, la consigne était brusquement et impérativement, dans ces mêmes institutions et à l’intention des fonctionnaires : “Ne rien dire à propos du Brexit, ni pour ni contre, silence complet…”
        L’interprétation a été aussitôt celle-ci, d’une de nos sources qui sonne comme un constat préoccupant du crédit dont dispose l’UE sur ses divers territoires : “Cela signifie qu’il faut à tout prix éviter toute interférence dans le débat en cours en Angleterre,

        selon l’idée que tout ce que dit l’UE est interprété dans un sens qui lui est défavorable dans l’opinion publique”.


  4. Sami Le 13 juin 2016 à 01h01
    Afficher/Masquer

    On sent le dépit et l’aigreur suinter…
    Mais bon, pour rester dans le style ironique de Quatremer, réjouissons-nous de le voir terrorisé, en vérité, par … comment dit-il ?… le failed project !
    Et puis, rendons-lui grâce : il nous dit sans détour, que le véritable projet, la substantifique moelle du “project”, c’est ce bon vieux fédéralisme intégral. C’est bel et bien la fin des nations. C’est bel et bien l’avènement d’une entité absurde : l’agglomération proprement artificielle de peuples/nations parlant tous des langues différentes, avec des cultures parfaitement différentes, des visions du monde étrangères les unes aux autres, des histoires différentes…
    Bonjour les dégâts !
    Il est bon que cela soit dit clairement. Merci Mr Quatremer. Car beaucoup ne se rendent pas bien compte de la finalité précise du “project” !


    • Jean-Paul B. Le 15 juin 2016 à 09h24
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      remercions chaleureusement notre “ami” 4mers, c’est notre meilleur agent pour nous qui voulons restaurer la souveraineté des nations contre “l’idéal” des fédéraliste.
      Laissons donc éructer cet “idiot utile”,il nous aide à son insu !!!


  5. Spectre Le 13 juin 2016 à 01h05
    Afficher/Masquer

    SACRIFICE, subst. masc.
    A. − RELIGION
    1. Action sacrée par laquelle une personne, une communauté offre à la divinité, selon un certain rite, et pour se la concilier, une victime mise à mort (réellement ou symboliquement) ou des objets qu’elle abandonne ou brûle sur un autel.

    J’aime la connotation religieuse — sans doute involontaire — du titre. L’Union européenne (et non l’Europe) est en effet un dieu jaloux : il faut tout lui sacrifier. La souveraineté populaire. La démocratie. Les conquêtes sociales. La Grèce. L’État-nation. Les peuples.

    Notez la lettre du texte : les “souverainistes” ne gagnent pas le pouvoir, ils le confisquent. Sans doute un euphémisme pour “usurper” puisque seul le dévot européiste est Légitime. Les autres — la racaille populiste — ne sauraient prendre le pouvoir que par abus ou effraction.

    Pauvre Jean Quatremer, petit soldat hargneux réduit à distribuer anathèmes et excommunications alors que son beau navire au drapeau étoilé prend irrémédiablement l’eau de toutes parts.

    Quant à la corde au cou de la dernière phrase, on la réserve à la troïka…


    • jilonimo Le 14 juin 2016 à 00h05
      Afficher/Masquer

      J’aime bien vos explications mais l’Europe et l’Union Européenne et un amalgame politico-médiatique conscient.
      Il me semble que nous sommes sous des traité dit TUE (traité sur l’Union Européenne) et TFUE (traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne).
      Pour moi l’Europe c’est un continent indivisible sauf en cas de cataclysme.
      D’où l’amalgame fait nous sommes dans Union Européenne et régit par ses traités nos lois nationales ne priment pas face a celle de cette union.
      Nos orientations économiques et politiques (PS LR FN FG DLF…) “plus d’Europe” ou “changer d’Europe”, sont apprivoisés par les GOPÉ un point en commun Européisme absolue parfois Eurocritique …


  6. K Le 13 juin 2016 à 01h19
    Afficher/Masquer

    Notre journaliste de Libé est donc pour le Brexit.
    Alors je n’aurais jamais pensé dire ça un jour mais en fait je suis d’accord avec Jean Quatremer !

    “Et promis, dans vingt ans, on vous laissera revenir.”
    Cette citation me fait penser à un conjoint violent qui se serait fait largué par son (sa) compagn(on) et qui, plutôt que de se remettre en question, préfère se dire que sa moitié ne parviendra pas à vivre sans lui au point de pouvoir la récupérer à la petite cuillère dans quelques jours…

    Et oui, quand on est habitué à gagner depuis 40 ans, on n’accepte plus la défaite (d’où les propos antidémocratiques décomplexés tenus depuis quelques mois par Junker, Schulz et toute la bande).


  7. albert Le 13 juin 2016 à 01h23
    Afficher/Masquer

    Ce qui restera de ce papier, c’est le style déplorable de l’écriture.
    il n’y a vraiment rien à sauver; c’est écrit avec les pieds et Quatremer se prend de nostalgie certainement, de l’époque de son Bacho, où l’emporte pièce pouvait peut être apparaitre comme spirituel. Et encore …
    la tentative d’ironie, par inversion de la charge tombe lamentablement à plat, puisqu’il est maintenant clair que l’europe est une plaie pour les peuples et la démocratie, et son appel à des ‘dirigeants visionnaires (s’il en reste)’ force l’éclat de rire, puisqu’il apparait plutôt qu’il n’y en eût jamais, ou plus exactement, que ceux qu’on qualifia ainsi, avait l’oeil myope et corrigé par Washington.
    Pour ce Jean là, l’ Europe est son totem, il s’y attache et s’y frotte comme un toutou à un tibia, et c’est presque avec jubilation qu’on lit son idiote petite morgue à longueur de papiers, tant si peu chez lui semble se rattacher à un soupçon de réel.


  8. michel Le 13 juin 2016 à 01h25
    Afficher/Masquer

    Brexit : la fin du mur de Bruxelles comme celui de Berlin. et c’est tant mieux ce sera la fin des mondialistes qui veulent faire de monde un magma informe de CON- SOMMATEURS en assassinant les Nations. Qu’ils continuent cela et ce sera des guerres civiles en pagaille


  9. abcinuits Le 13 juin 2016 à 01h30
    Afficher/Masquer

    quand on voit que notre président actuel est du même fanatisme que cet olibrio (quatrem….) de propagande,
    cela nous donne la mesure de la déchéance de la politique française
    nous ne sommes pas encore sorti du tunnel ,
    bonne chance aux anglais qui nous précèdent !


  10. Louis Robert Le 13 juin 2016 à 03h10
    Afficher/Masquer

    Avec quelle hauteur et quel mépris souverains les Britanniques ne sont-ils pas susceptibles de recevoir et de considérer pareil message! Voilà qui donne des sueurs et froid dans le dos… Si, les connaissant d’un peu plus près, JQ l’avait seulement soupçonné, il se serait sans doute abstenu de publier son texte. Le fait est qu’un homme raisonnable ne s’adresse pas ainsi à un grand peuple.


  11. Christophe Le 13 juin 2016 à 03h51
    Afficher/Masquer

    Ah ouais quand même.
    Citer Audiard devient inutile.

    On est dans la pathologie, celle de la projection psychologique, dans une transposition inconsciente, évidemment pas intentionnelle, d’un état psychique personnel vers un objet extérieur.
    “Il arrive très rarement, sinon jamais, que, dans l’objet choisi il n’y ait aucune trace de ce qui est projeté. Jung parle par conséquent du crochet offert par l’objet, servant à celui qui projette d’y accrocher sa projection comme on suspendrait un manteau à une patère.” Marie Louise von Franz

    Les journalistes trouvent des crochets sur lesquels ils jettent leur manteau. Je trouve l’image assez juste.


  12. DUGUESCLIN Le 13 juin 2016 à 05h36
    Afficher/Masquer

    L’Europe ( toute l’Europe) celle des pays frères, si elle veut continuer à exister, ne peut que se débarrasser des européistes qui la divisent, la bradent, la trahissent, l’affaiblissent, pour des intérêts qui ne sont pas ceux des peuples d’Europe. Ce journaliste soutient l’européisme mais ne soutient pas l’Europe. Il aime l’européisme mais n’aime pas l’Europe.


    • UltraLucide Le 14 juin 2016 à 15h01
      Afficher/Masquer

      L’européisme idéologique est en train de tuer le rêve européen. Les Anglais ont toujours été des gens pragmatiques dénués d’idéologie. Ils fuient d’instinct cette Europe devenue une dangereuse utopie anti-démocratique. Ils la laissent aux réveurs français et au IVème Reich neo-bismarckien allemand. deux peuples que la dictature ne gênent pas tant que cela, au vu de leur Histoire respective.


  13. FifiBrind_acier Le 13 juin 2016 à 07h53
    Afficher/Masquer

    Quatremer fait croire que seuls Farage et la Droite sont pour le Brexit.
    Alors que le Brexit divise tous les Partis anglais, le Labour est aussi divisé que la Droite sur la question. Article de Romaric Godin, bien plus équilibré que celui de Qatremer:

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/brexit-pourquoi-les-ouvriers-anglais-detiennent-la-cle-du-vote-578339.html

    Silence radio aussi, sur un syndicat, très à gauche, celui des Transports anglais, qui est pour le Brexit depuis 2013. C’est le RMT, National Union of Rail, Maritime & Transport Workers, 80 000 adhérents.

    Question démocratie, Quatremer devrait se souvenir que les Britanniques ont inventé en 1215 les libertés publiques, la “Magna Carta”, le droit à la liberté individuelle qui limitait l’arbitraire royal, et l’habeas corpus contre l’emprisonnement arbitraire.
    http://www.upr.fr/actualite/800e-anniversaire-de-la-magna-carta-dangleterre-et-de-linvention-des-libertes-publiques


  14. Georges Clounaud Le 13 juin 2016 à 08h08
    Afficher/Masquer

    “Je ne suis pas un adepte de la «crise salutaire», mais l’Europe est déjà en catalepsie, et seul un choc de grande ampleur pourrait la réveiller et obliger les dirigeants les plus visionnaires (s’il en reste) à réagir pour éviter un émiettement mortel.”

    Sa formulation me fait penser à celle souvent employée par ceux qui commencent leur phrase par “je ne suis pas raciste mais…” pour se dédouaner de toute mauvaise pensée avant de prononcer des propos extrémistes.
    Mais de quel “choc de grande ampleur” parle-t-il ? Un conflit armé avec la Russie peut-être ? – provoqué bien sur par les méchants russkofs qui, comme chacun le sait ne rêvent que d’envahir notre belle UE démocratique ) – Peut-être permettrait-il à tous les pays européens vassalisés à l’Otan de s’unir contre un ennemi commun et ainsi de faire naitre dans les larmes et le sang ce sentiment européen qui fait tant défaut à ce chimérique “rêve” fédéraliste ? Cette vieille recette améliorée sans cesse depuis 250 ans outre-atlantique pour sceller l’unité étatsunienne serait peut-être adaptée au “bien commun européen”. Avec ces talibans européïstes le pire est toujours à craindre…


  15. Maurice Le 13 juin 2016 à 08h10
    Afficher/Masquer

    Mais, à la différence de ce triste sire J. Quatremer, les peuples, eux, ils aiment l’Europe et détestent tout autant l’Européïsme !


    • Django Le 13 juin 2016 à 16h20
      Afficher/Masquer

      Je crois plutôt qu’ils aiment leurs pays respectifs, et c’est déjà bien.


  16. Georges Clounaud Le 13 juin 2016 à 08h16
    Afficher/Masquer

    Les partisans de l’UE sont ceux qui en touchent les dividendes et ils sont de moins en moins nombreux dans notre belle économie néolibérale mondialisée. Le beau projet européen conçu pour épouser ses belles valeurs ne peut donc que s’écraser contre le mur des réalités et du déclassement social. A moins de s’exonérer de toute considération démocratique…


  17. BA Le 13 juin 2016 à 08h32
    Afficher/Masquer

    31 août 2008 :

    Le 31 août 2008, l’européiste Jean Quatremer désignait UN ENNEMI COMMUN : la Russie.

    Puisque les peuples consultés par référendum votent « non », les européistes veulent imposer la construction européenne en utilisant cette vieille ficelle :

    « La Russie va nous envahir ! Unissons-nous pour pouvoir résister à l’invasion russe ! La Russie, c’est l’ennemi ! »

    Puisque par référendum, les peuples votent « non », les européistes veulent contourner la démocratie et désigner un méchant, un agresseur, UN ENNEMI COMMUN.

    C’est le seul moyen qu’il leur reste pour convaincre les peuples de faire encore plus d’Europe.

    A partir de 2008, la propagande européiste va répéter ce message :

    « La Russie va nous envahir ! Unissons-nous pour pouvoir résister à l’invasion russe ! La Russie, c’est l’ennemi ! »

    Pour les européistes, il s’agit de faire l’Europe par l’épée.

    Lisez ce texte de l’européiste Jean Quatremer :

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2008/08/31/leurope-par-lp/


  18. St3ph4n3 L. Le 13 juin 2016 à 09h01
    Afficher/Masquer

    Un sacrifice ? C’est donc à quelque chose de l’ordre du religieux que nous avons affaire ?
    L’idée fondatrice de cette religion : le doux commerce rapproche les hommes. Pourquoi pas ?
    L’excès de cette religion : seul le doux commerce rapproche les hommes. Ah bon ?
    Ce qui causera la chute de cette religion : avoir confondu le prix des objets et la valeurs des choses. En gros, ne pas avoir insufflé à ce projet plus d’imaginaire que dans un quelconque paquet de lessive.


  19. Tikehau Le 13 juin 2016 à 09h15
    Afficher/Masquer

    Pour éviter que l’océan, dans un immense raz de marée, n’engloutisse les iles britanniques, nous avons bien compris le message sans détour de monsieur Jean Quatremer.

    Vive l’Union Européenne ! Vive le TAFTA ! vive l’OTAN ! vive les Etats Unis d’Amérique, nos dominants (vous l’écrivez !), avec qui nous ne pouvons que vaincre les retors asiatiques, les peu fiables africains mais surtout, vous l’omettez soigneusement dans votre prose, les très méchants russes.

    On ne nous dit pas tout…


  20. Pepin Lecourt Le 13 juin 2016 à 09h36
    Afficher/Masquer

    “””””Il est évident que les partisans du Brexit vous mentent en vous faisant croire que, seuls, vous vous en sortirez mieux dans un monde qui est déjà dominé par les Etats-Unis,”””””

    On croît rêver !

    Quatremer semble voir l’UE comme moyen de résister à la domination US alors qu’elle n’en est que la créature, complètement soumise à ses diktats économiques, complètement livrée militairement avec l’OTAN, caniche de sa politique étrangère !

    Le continent Européen réduit au néant !

    Même la Grande-Bretagne, pourtant simple appendice des USA, semble prendre conscience de l’ampleur du naufrage et cherche un canot de sauvetage pour ne pas être engloutie !


  21. Ouaille Le 13 juin 2016 à 09h40
    Afficher/Masquer

    D’après dedefensa l’idée du moment dans les cercles européens paniqués semble être de s’appuyer sur un éventuel brexit pour aller vers un coup de force vers plus de fédération.


    • Olivier Berruyer Le 13 juin 2016 à 11h33
      Afficher/Masquer

      oh, ils tenteront, et là, ça va devenir très intéressant…


  22. Denis Monod-Broca Le 13 juin 2016 à 09h57
    Afficher/Masquer

    Ce papier de Quatremer est très révélateur.
    Qu’on doit européiste ou eurosceptique, comment savoir s’il faut opter pour remain ou pour leave ?
    L’analyse de Quatremer est pertinente : l’Europe va très mal, le départ de la Grande-Bretagne serait-il le début du délitement final ou l’occasion d’une refondation ? Bien malin celui qui peut le dire…


    • Olivier Berruyer Le 13 juin 2016 à 11h33
      Afficher/Masquer

      quand 75 % des gens ne veulent pas “+ d’Europe”, pas besoin d’être très malin pour imaginer la suite, notez…


      • Balthazar Le 13 juin 2016 à 21h01
        Afficher/Masquer

        Je dirai plutôt que les gens ne veulent plus de cette entité supranationale appelée Union Européenne.
        Le village mondial (où tout le monde qui veut , y vient) organisé par les Soros and Co, bizarrement il se fait en Europe. Enfin, l’Europe avec eux elle va jusqu’en Géorgie hein…
        Rien en Afrique du Nord cependant.
        Mais c’est vrai que pour les villageois comme Attali ou Cohn Bendit, le but c’est d’unir les peuples d’Europe et les gars qui jouxtent l’Espagne, ben cela c’est pas l’Europe, hé ho.
        Il n’a qu’à dépenser son pognon en Hongrie ou aux USA, le Soros, il sera accueilli !


      • almuixe Le 17 juin 2016 à 12h54
        Afficher/Masquer

        Certes,mais on n’écoute pas trop les gens en ce moment.


  23. Homère d'Allore Le 13 juin 2016 à 11h09
    Afficher/Masquer

    Un autre papier de Quatremer essaie de nier que la Commission a inspiré en grande partie la rédaction de la Loi Travail.

    http://www.liberation.fr/france/2016/06/12/loi-travail-un-texte-en-service-recommande-par-bruxelles_1458974

    Et pour cela, il écrit que la responsabilité est celle de la signature du Six-Pack ! Bref, c’est pas L’UE, c’est L’UE…


    • Olivier Berruyer Le 13 juin 2016 à 11h32
      Afficher/Masquer

      ben d’un autre coté, c’est vrai que ce sont bien les chefs d’Etat qui ont signé cette bouse qui donne du pouvoir à l’UE…


      • Leterrible Le 13 juin 2016 à 14h49
        Afficher/Masquer

        Olivier Berruyer , successivement :
        ben d’un autre coté, c’est vrai que ce sont bien les chefs d’Etat qui ont signé cette bouse qui donne du pouvoir à l’UE
        et
        quand 75 % des gens ne veulent pas “+ d’Europe”, pas besoin d’être très malin pour imaginer la suite“..
        Tout est dit.
        Alors , s’il y a cohérence entre ces deux affirmations ( que je crois paradoxalement chacune correcte , me désolant , moi , d’être loin , très loin d’être de la majorité d’avis exprimés des votants ) , QUE faire , dans un syndicat , dans un parti politique …pour sensibiliser et orienter les politiques intérieures dans le sens de ce qui devrait correspondre , pour moi , à l’intérêt général..??
        L’article ( de Quatremer) repris par Homère d’Allore le 13/06 à 11h32 décrit parfaitement l’enchaînement mortifère du processus actuel , dûment démocratiquement voté par ( un beaucoup trop grand ) nombre de victimes inconscientes des conséquences de leur (?absence de) vote au moment X dans le pays Y.
        Il ( l’article ) est à analyser d’urgence dans ses tenants et aboutissants .
        En ce sens , si J.Quatremer n’existait pas , tel qu’il est , il faudrait l’inventer…


        • Homère d'Allore Le 13 juin 2016 à 17h22
          Afficher/Masquer

          “dûment démocratiquement voté”…

          Je ne partage pas totalement votre analyse, par ailleurs fort intéressante.

          Lorsque le peuple français rejette le Traité Constitutionnel en 2005 et que Sarkozy ne pipe mot lors de sa campagne en 2007 de ses intentions de “négocier”, sur les mêmes bases, le Traité de Lisbonne, un an après puis que Hollande se fasse élire sur la promesse de “renégocier les Traités européens” puis n’en fait rien, je ne sais pas si l’on peut réellement parler de “processus dûment démocratiquement voté”

          On peut aussi définir cela comme la trahison de nos représentants.


          • jilonimo Le 17 juin 2016 à 10h07
            Afficher/Masquer

            Effectivement j’adhère et je rajouterais que tout ceci à été possible légalement par une succession de modification de notre constitution : la suppression de la haute trahison et la sûreté & complotisme contre l’État.
            Ce qui fait que depuis Sarkozy le régime du Président est mise sous tutelle et ses pouvoirs données au commissaire chargé de la France.
            Le rôle ce limite a appliquer sans relâche le droit Européen en droit Français, que ce soit d’un point de vue politique ou économique “GOPÉ” (grand orientation politique et économique) c’est la feuille de route du nouveau Président depuis 2007 et c’est ce qui explique l’orientation de tout les parties politiques médiatiques “Plus d’Europe” (plus de droit Européen en Droit Français) ou “Changer d’Europe” (passer par la commission ou par le parlement) ce dernier n’a jamais aboutit est mathématiquement impossible d’aboutir a un compromis (histoire sans fin …).


            • Leterrible Le 17 juin 2016 à 12h58
              Afficher/Masquer

              Rien contre les deux réactions précédentes… Cependant…
              A moins que d’attendre la prochaine révolution multi-états européens avec rétablissement de la guillotine , on pourrait (peut-être?) réfléchir à voir comment (=par quel(s) canal(aux)) imposer au niveau des (de certains) états un nouveau mode objectivé de délégation de mandature par les démocratiquement élus qui sépare clairement les enjeux nationaux ( et donc l’expression des votes par parti sur base des objectif intérieurs à chaque pays et donc les rapports de force conduisant à la constitution des différents exécutifs aux moments à synchroniser des élections “nationales”) des objectifs supra?para?-nationaux reportés sur des individus(groupes) revendiqués clairement d’une des deux , et seulement deux orientations [ 1)libéralo-comptable 2)sociale-redistributrice ] proposées pour le devenir de l’E.U.
              Ridicule?Utopique?Les deux?


  24. BA Le 13 juin 2016 à 11h13
    Afficher/Masquer

    Lundi 13 juin 2016 :

    A propos du Brexit, un dessin génial, intitulé « Abandon ship »  :

    https://pbs.twimg.com/media/CkuDYFcUkAEhW1H.jpg


    • Merle Le 13 juin 2016 à 15h03
      Afficher/Masquer

      J’en rigole depuis trois jours. La tête du bureaucrate de Bruxelles…


  25. LS Le 13 juin 2016 à 11h17
    Afficher/Masquer

    Quel “vivre ensemble” veut-il construire pour la France, l’Europe et le Monde ? Quelle solidarité ? Quels éléments de souveraineté protéger et contre qui ou partager et avec qui ?
    En quoi la fédéralisation apporte plus que la confédération ?
    Cet article n’apporte rien.

    Cela veut dire quoi “s’en sortir mieux” : préserver sa souveraineté ? Sa démocratie ? Son pouvoir d’achat ? Sa qualité de vie ? La planète ? Avoir la plus grosse ? autres ?
    Le seul critère abordé est la place dans le monde.

    Un soutien démocratique au sein de sa nation apporterait un avantage pour faire valoir ses intérêts dans les négociations au sein de l’union. Ah bon ?
    Les valeurs culturelles européenne s’effondrent pour cause d’arrêt de l’intégration étatique. Ah bon ?

    Silence sur les intérêts européens (et pas qu’anglais) qui se voient plus nord atlantique (l’occident) qu’européen et qui penche à l’ouest d’ailleurs.
    Silence sur l’espace européen de domination social et politique qui se construit de plus en plus rapidement.


  26. Lmb Le 13 juin 2016 à 11h30
    Afficher/Masquer

    Il y a quand même une pépite de vérité dans ce fatras d’un fanatique religieux : “[L’UE] gouverne vingt-huit nations…”
    Ah, oui ! En effet ! Et c’est bien le problème.
    Pour le reste, ce Cassandre apocalyptique fait plus rire qu’autre chose. Voilà bien longtemps qu’il n’a plus peur du ridicule, ce qui suggère l’état de panique totale de la curie européiste. Elle ne comprend plus rien à rien, refuse de comprendre quoi que ce soit et se demande depuis trente ans pourquoi les admirables solutions qu’elle a proposé pour résoudre des problèmes inexistants ne marchent pas.
    Même l’Église catholique, qui nous en a fait voir des vertes et des pas mûres chez nous, sait bien que “perseverare diabolicum”, pas eux… jamais, sur rien et en toutes circonstances.
    Et le style !! Grotesque ! Une rédaction d’un gamin en CM1 (en font-ils encore d’ailleurs ?) est plus plaisante à lire.


  27. Linder Le 13 juin 2016 à 12h26
    Afficher/Masquer

    Quand je lis “De l’esclavage des Nègres” de Montesquieu, je me dis “Quel génie !” … En prétendant défendre l’esclavage, Montesquieu montre à quel point c’est ignoble.

    http://www.bacdefrancais.net/de-l-esclavage-des-negres-montesquieu.php

    Quand je lis l’article de Jean Quatremer, je n’arrive pas à être aussi sur des intentions de l’auteur alors je retiens mon exclamation. Qu’essaye t-il au juste ? Je lis, je relis et je compare à Montesquieu et je finis par me dire que mes descendants, dans 2 ou 3 siècles, liront Montesquieu mais ne sauront pas qui est Jean Quatremer …


  28. SanKuKai Le 13 juin 2016 à 12h47
    Afficher/Masquer

    “Avec des amis comme ceux là, pas la peine d’aller se chercher des ennemis”
    Dixit N. Farage à propos de l’élite de Bruxelles.

    Les mêmes propos ont été tenus par le conservateur anglais Michael Gove, lorsque la France a “laissé entendre” (ie: menacé) qu’en cas de Brexit ce serait portes ouvertes à Calais.

    Cette phrase s’applique parfaitement à cet article de Jean Quatremer.


    • Homère d'Allore Le 13 juin 2016 à 13h56
      Afficher/Masquer

      Vouloir contraindre un Anglais (ou un Gallois, un Écossais, un Irlandais) sous la menace, c’est faire preuve d’une totale ignorance de l’Histoire.

      Ces gens ont perdu tout sens de cette dernière.

      C’est à se demander ce qu’on apprend dans nos grandes écoles. Si c’est le résultat, mieux vaut les fermer. Elles coûtent très cher au contribuable et si elles produisent des Macron, alors il n’y a plus qu’à tirer la chasse…


  29. Alain Le 13 juin 2016 à 14h41
    Afficher/Masquer

    Le plus extraordinaire dans cet article, c’est qu’il est impossible de savoir si c’est ironique ou si c’est sincère tellement les deux hypothèses sont plausibles.

    Mais dans les deux cas on ne peut que s’étonner de l’aveuglement: pour raffermir l’UE il faut proposer plus d’intégration alors que c’est l’intégration que la population supporte de moins en moins.

    Celui qui veut sauver l’UE doit avoir le courage de dire qu’il n’y a pas de rêve fédéraliste des populations mais seulement d’une petite “élite” auto-proclamée vivant hors-sol et qu’il faut au contraire reculer pour sauter dans une autre direction encore à rechercher


  30. thmos Le 13 juin 2016 à 14h49
    Afficher/Masquer

    Dommage de donner encore sinon plus de crédit au moins plus, trop, de visibilité à ses 4mères ( EU,Leur Monde, Libé, Arte ). La réflexion de Todd est pertinente à propos des Européistes flippants devant leur nauvrage : ” Qu’ils se démerdent !” après tout plutôt que de profiter d’avis assez peu complotistes des Sapir, des éconoclastes etc ils censurent et s’obstinent à faire comme si existait ce “peuple européen” – qu’ils maltraitent – donc à la manière de cet Euro de Foot et des immanquables “débordements” prévus, annoncés mais absolument ingérables, que ces ambitieux se démerdent … Opposons leurs un peu d’humour et quelques faits têtus plutôt que d’abonder dans l’hyper couverture de leur dogme rigide


  31. Artur Le 13 juin 2016 à 18h32
    Afficher/Masquer

    Par ailleurs, un site anglais, type décodeur, extrêmement bon pour vérifier les faits avancés par les deux camps pendant la campagne :
    en anglais : https://fullfact.org/europe/


  32. RGT Le 13 juin 2016 à 19h23
    Afficher/Masquer

    Le seul terme qui me vienne à l’esprit pour qualifier Jean Quatremer est “coprolithe“.

    J’espère que la modération ne supprimera pas ce message car ce terme élégant qualifie des objets fortement recherchés par les paléontologues.
    Ce sont des mines d’or pour connaître le mode de vie et l’alimentation des espèces disparues…

    Les eurolâtres sont-ils AUSSI une espèce en voie de disparition comme de nombreuses autres actuellement ?

    Par contre, la cause de leur extinction n’est ABSOLUMENT pas liée au réchauffement climatique ou aux activités humaines.
    C’est plutôt leur absence totale d’évolution et d’adaptabilité qui permettra de ranger leurs ossements à côté de ceux des autres espèces éteintes.

    Espérons seulement que d’autres fossiles vivants les rejoindront sous peu, avant d’avoir totalement détruit leur écosystème : Les politiciens professionnels (dont la plupart sont d’ailleurs eurolâtres).
    Prions pour que ces extinctions viennent très rapidement !!!


  33. jilonimo Le 14 juin 2016 à 00h17
    Afficher/Masquer

    Je suis sur si je prend une vidéo avant UE on a les même discours cataclysmique les mêmes paraphrases le guide du parfait collaborationniste dans le désespoir de voir le château de carte s’effondrer, il faut plus de peur car après ça ils fuiront leurs responsabilités dans ce désastre sans nom
    Qui sera le prochain, un certain Joseph prix Nobel d’économie a dit : “les premiers qui sortirons de l’UE seront les mieux économiquement, quand arrivera la prochaine grande crise.


  34. Emmanuel Le 14 juin 2016 à 05h03
    Afficher/Masquer

    Puisque M. Quatremer s’intéresse aux Anglais, il devrait aussi se pencher d’urgence sur la signification du mot ” delusional “. De toute évidence, ça le concerne de près.


  35. BA Le 14 juin 2016 à 08h40
    Afficher/Masquer

    Mardi 14 juin 2016 :

    Coup de tonnerre : The Sun appelle à voter pour le Brexit !

    Le quotidien populaire britannique The Sun a appelé ses lecteurs à se prononcer en faveur d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, lors du référendum du 23 juin, en une de son journal aux couleurs de l’Union Jack.

    “BeLEAVE in Britain”, peut-on lire en toutes lettres dans l’édition de mardi 14 juin du journal. Un jeu de mots qui phonétiquement signifie “croire en la Grande-Bretagne” mais qui contient le terme “sortie” de la Grande-Bretagne.


  36. Le Wallon Le 14 juin 2016 à 14h00
    Afficher/Masquer

    Mon Dieu, ce papier sent bon la fin de l’Entente Cordiale. Monsieur Quatremer devrait savoir que toutes les guerres livrées par la France contre l’Angleterre ont été perdues. Toutes (même la Guerre de Cent ans, indirectement) !

    D’autant plus qu’une France opposée à la Russie et à la Grande-Bretagne, ça sent bon le début du XIXe siècle.


  37. stef1304 Le 14 juin 2016 à 19h33
    Afficher/Masquer

    Vivement que ce Monsieur Quatremer prenne sa retraite.
    Parce que clairement, il n’est plus au contact de la réalité.


  38. BA Le 14 juin 2016 à 20h36
    Afficher/Masquer

    Mardi 14 juin 2016 :

    Royaume-Uni : les partisans du Brexit ont 7 points d’avance sur les partisans du maintien dans l’Union européenne.

    Sondage de l’institut TNS :

    Maintien dans l’Union européenne : 40 % des personnes interrogées
    Sortie de l’Union européenne : 47 % des personnes interrogées
    Ne savent pas / N’iront pas voter : 13 % des personnes interrogées

    Leave campaign ahead in latest TNS poll.

    London, 14th June –

    The latest EU referendum voting intention survey by TNS gives the Leave campaign a significant lead nine days out from polling day.

    The survey of 2,497 adults in the UK gives the ‘Leave’ campaign a lead of 7 points over ‘Remain’. Voting intention among likely voters (including those not fully decided but leaning in one direction) is as follows :
    Remain 40%, Leave 47%, Undecided/Would not vote 13%

    http://www.tnsglobal.co.uk/press-release/leave-campaign-ahead-latest-tns-poll


  39. NICOLE DE NICOMAQUE Le 14 juin 2016 à 23h49
    Afficher/Masquer

    Quand on lit dans la bouche de Monsieur Quatremer cette phrase :

    ” La scène nationale étant désormais partout dominée par les souverainistes qui ont confisqué le débat… ”

    …on se pince et on a vraiment du mal à poursuivre l’article. Une telle mauvaise foi augure mal du débat ou du dialogue versus ” Quatremer ” – Je questionne ces autres mots : “le rêve fédéraliste des pères de l’Europe “….c’est asséné comme un coup de matraque, la matraque de l’évidence dont il est interdit de critiquer le motif mille fois révéré … Le Rêve Fédéraliste …des Pères de l’ Europe ? Mais et les vivants, y pensent-ils seulement aux vivants, l’idéaliste Jean Quatremer ? Et que veut dire aujourd’hui ce Signifiant-maître , la dite “Europe ” , judicieusement confondue jusqu’à la nausée avec le territoire géographique et l’ Union Européenne…


  40. NICOLE DE NICOMAQUE Le 14 juin 2016 à 23h53
    Afficher/Masquer

    La dite ” Europe ” sous commandement du gouvernement allemand ! Aurions-nous perdu la dernière guerre ? Une bien étrange histoire en vérité où l’idéal des disparus, l’idéal des morts , l’hallucination éveillé des ” Pères ” doit impérativement prendre le dessus sur la réalité des vivants qui n’en peuvent plus de ces diktats et surtout de cette classe néo-aristocratique qui fait semblant d’être sourde pour mieux rester dans ses bottes. M.Quatremer a beau ironisé en appelant au Brexit, il n ‘y a rien de concret sous sa plume. Rien qui renvoie à la réalité de millions d’européens qui ont bien compris que quoi qu’il arrive, il sont ce(s) peuple(s) doué(s) d’invisibilité à qui on ne parle plus depuis belle lurette. Depuis le fameux Rêve des Pères Fondateurs ? Ce rêve si cher à M.Quatremer, l’homme qui préfère les romances d’hier aux réalités présentes et qui préfère se satisfaire de son salaire plutôt que d’informer comme il se devrait. M.Quatremer, un vulgaire commissaire politique de l’ Union Européenne ?


  41. Patrice Le 18 juin 2016 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Les élites politiques Européennes sont fédéralistes ET souverainistes. Depuis Giscard-Schmidt Mitterand-Kohl etc. Europe-Puissance ça s’appelle.

    Malheureusement, politiquement ça n’est pas “vendable” aux peuples, car l’Europe-Puissance est attaquée depuis trente ans:
    – par la mondialisation financière, la doxa néo-lib, opposée à toute souveraineté, tout état
    – par le CMI US/OTAN qui vassalise l’Europe au profit des guerres US.
    – par le discours politique (national) lui-même, les gouvernants et élus se “défaussent” sur l’Europe pour justifier les limites de leur action.

    Et pourtant la montée des “populismes” ou “souverainismes” tant décriée est bien une demande des peuples pour que l’état les protège des excès de la mondialisation.

    Cambadélis: “Le rêve Européen ne nous a pas empêché de connaître un cauchemar ultra-libéral”.
    Renan: “Les nations […] ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement, les remplacera.”

    Une Europe-puissance pourrait jouer le rôle que ne peuvent plus jouer les états-nations trop faibles. Encore faut-il la construire, et pour la construire il faudrait déjà expliquer clairement pourquoi elle est nécessaire et quels seraient ses objectifs.

    “Le courage de la vérité”. A la faveur du Brexit pourquoi pas.


Charte de modérations des commentaires