Les Crises Les Crises
1.juin.20201.6.2020 // Les Crises

Le drone sous-marin russe « Poséidon » se prépare à être testé

Merci 506
J'envoie

Source : Moscow Times
Traduit par l’équipe Les-Crises

La Russie prévoit de tester à l’automne son appareil nucléaire sans pilote « Poséidon » dans ses eaux arctiques, un an après qu’un accident mortel de missile à propulsion nucléaire ait fait la Une des journaux internationaux en provoquant un pic de radiation dans une ville voisine.

La drone à énergie nucléaire « Poséidon » sera lancé à partir du sous-marin Belgorod, a déclaré mardi 26 mai une source anonyme de l’industrie de la défense à l’agence de presse gouvernementale RIA Novosti.

Ce drone en forme de torpille géante et construit pour porter une tête nucléaire de maximum deux mégatonnes, est décrit par les analystes de l’armement comme une « bombe atomique de l’apocalypse ». Alimenté par une petit réacteur nucléaire, le Poséidon aurait une portée de 10 000 kilomètres.

Lancé depuis la mer de Barents ou depuis d’autres eaux de l’Arctique, le drone pourrait ainsi traverser l’Atlantique Nord de manière autonome. S’il explose au large de la côte est des États-Unis, la tête nucléaire pourrait créer une vague de tsunami de plusieurs dizaines de mètres de haut, en plus des dommages causés par l’explosion nucléaire elle-même.

Le Barents Observer a signalé pour la première fois l’existence de cette arme en 2016. En mars 2018, le président Vladimir Poutine a confirmé l’existence du futur drone sous-marin géant. Le Poséidon était l’une des six nouvelles armes nucléaires stratégiques présentées par le président à l’époque.

En juillet 2018, le ministère de la Défense a publié une vidéo montrant l’atelier où le drone a été assemblé, et un film d’animation montrant comment le drone pouvait être utilisé dans une situation de guerre réelle.

« Un drone a plusieurs avantages. Un sous-marin avec un équipage à bord est, bien sûr, une arme puissante, mais il y a certaines restrictions sur le facteur humain. Dans la pratique, le Poséidon peut être en alerte et accomplir les tâches qui lui sont assignées à tout moment », a déclaré mardi l’ancien colonel du GRU Alexander Zhilin sur la radio du Kremlin « Sputnik ».

Aujourd’hui, Zhilin est à la tête du Centre d’étude des problèmes de sécurité nationale appliqués au public de l’Université Lobachevsky à Nijni-Novgorod.

A l’abri des pirates informatiques

Zhilin a voulu dissiper les inquiétudes concernant les vulnérabilités potentielles des drones face aux pirates et aux cyberterroristes.

« L’apparition de cette classe de drones, bien sûr, demande beaucoup de responsabilité car elle est gérée par un logiciel. Il est clair qu’il y a certains risques lorsqu’en opération, les pirates peuvent essayer d’en prendre le contrôle. Mais, en discutant avec nos ingénieurs et nos concepteurs, j’en suis venu à la conclusion qu’il existe une protection massive contre les interférences extérieures », a déclaré M. Zhilin sur la station de radio.

Avec le drone à grande profondeur Poséidon, la Russie pourra contrer tout système de défense antimissile américain et assurer la dissuasion avec une capacité de seconde frappe.

Le plan est de déployer 16 drones Poséidon en mission de combat avec la flotte du Nord. Deux sous-marins spéciaux, le Belgorod et le Khabarovsk, seront chargés de l’armement. Les deux sous-marins ont été construits au chantier naval de Sevmash à Severodvinsk.

Le Belgorod est un prototype de sous-marin basé sur une coque prolongée d’un sous-marin nucléaire de classe Oscar-II. Il a été lancé en avril 2019 et devrait commencer les essais en mer dans quelques mois.

Le sous-marin Khabarovsk

Le deuxième sous-marin à transporter le Poséidon est le Khabarovsk, un prototype de sous-marin spécial basé sur la coque des sous-marins russes de quatrième génération de la classe Borei, équipés de missiles balistiques.

La RIA Novosti a annoncé au printemps dernier que le Khabarovsk serait lancé à partir de l’atelier de Sevmash dès juin 2020, suivi d’une période d’essai de deux ans.

Ni la RIA Novosti ni Zhilin n’ont précisé où aura lieu le lancement d’essai du drone Poséidon, mais les nouvelles armes basées sur les sous-marins sont normalement testées en mer Blanche (nord-ouest de la Russie), qui présente l’avantage de ne pas figurer parmi les eaux internationales, là où les marines ou les navires espions d’autres pays peuvent naviguer. En outre, les zones d’essai sont proches de Severodvinsk où les sous-marins et les drones sont construits.

Explosion d’un missile à propulsion nucléaire

En août dernier, un missile Burevestnik a explosé lors de ce que l’on croit être une opération de récupération. L’explosion qui a tué cinq hommes et a provoqué un pic de radiation dans la ville voisine de Severodvinsk s’est produite sur une barge située à environ 4 kilomètres du rivage, à l’extérieur du site d’essai de missiles de Nenoksa (ou Nyonoksa).

Les responsables russes n’ont publié aucune information sur les éventuelles substances radioactives qui pourraient être rejetées dans l’environnement marin lors des prochains essais du drone sous-marin à propulsion nucléaire « Poséidon ».

Source : Moscow Times
Traduit par l’équipe Les-Crises

Commentaire recommandé

jean-pierre.georges-pichot // 01.06.2020 à 08h56

L’origine de vos faux espoirs et de votre désillusion : vous aviez été convaincu, comme l’essentiel des populations européennes, que dans la guerre froide, l’agresseur était l’Union soviétique. Grosse faillite de l’enseignement de l’histoire. Il faut reprendre les choses à l’origine : en 1917, les capitalistes occidentaux ont d’énormes intérêts dans l’empire des tsars. Depuis cette date, ils ont été exclus de l’extraction de plus-value sur le sixième des terres émergées. Ils ne s’y résigneront jamais. Or même 1989 n’est pas revenu sur cette situation après le hola mis au pillage de l’Europe de l’est et la liquidation du système Eltsine. C’est pourquoi l’antisoviétisme a survécu à l’Union soviétique elle-même. Le cadavre bouge encore et les Etats-Unis iront jusqu’à la guerre pour l’achever si la Russie ne se donne pas les moyens de la dissuasion. C’est pourquoi la production de toute arme nouvelle et sans réplique dans le camp anti-impérialiste est une bonne nouvelle. La Russie, elle, n’a jamais attaqué et n’attaquera jamais personne car son territoire et ses ressources excèdent largement les besoins de sa population.

50 réactions et commentaires

  • Fabrice // 01.06.2020 à 07h48

    Quand quelques mois après la chute du mur de Berlin je visitais l’ex rda je m’étais dit qu’enfin on en avait terminé avec la guerre froide et avec la menace d’une guerre mondiale avec un gars plus ou moins tatillon avec le bouton rouge.

    Je suis attéré de voir qu’en si peu de temps on a gâché cette chance d’un monde apaisé pour en revenir à une menace encore pire du fait de technologies de destruction toujours plus monstrueuses avec des dirigeants qui jouent aux pyromanes.

    Cette chanson n’aura jamais été autant d’actualité :
    https://youtu.be/zdq0zdkSeh8

      +11

    Alerter
    • jean-pierre.georges-pichot // 01.06.2020 à 08h56

      L’origine de vos faux espoirs et de votre désillusion : vous aviez été convaincu, comme l’essentiel des populations européennes, que dans la guerre froide, l’agresseur était l’Union soviétique. Grosse faillite de l’enseignement de l’histoire. Il faut reprendre les choses à l’origine : en 1917, les capitalistes occidentaux ont d’énormes intérêts dans l’empire des tsars. Depuis cette date, ils ont été exclus de l’extraction de plus-value sur le sixième des terres émergées. Ils ne s’y résigneront jamais. Or même 1989 n’est pas revenu sur cette situation après le hola mis au pillage de l’Europe de l’est et la liquidation du système Eltsine. C’est pourquoi l’antisoviétisme a survécu à l’Union soviétique elle-même. Le cadavre bouge encore et les Etats-Unis iront jusqu’à la guerre pour l’achever si la Russie ne se donne pas les moyens de la dissuasion. C’est pourquoi la production de toute arme nouvelle et sans réplique dans le camp anti-impérialiste est une bonne nouvelle. La Russie, elle, n’a jamais attaqué et n’attaquera jamais personne car son territoire et ses ressources excèdent largement les besoins de sa population.

        +103

      Alerter
      • Fabrice // 01.06.2020 à 10h42

        Bonjour je n’avais pas plus que cela d’hostilité ou d’apriori contre un camp ou l’autre c’était contre l’arme nucléaire que j’ai toujours un problème, avoir visité le musée d’Hiroshima n’avait fait que le confirmer 😉.

          +8

        Alerter
        • Fritz // 01.06.2020 à 11h05

          Et de toute façon, la « chute du Mur » a été une occasion ratée. La faute à qui ?

          De Gaulle était trop optimiste quand il confiait à Peyrefitte : « l’Alliance disparaîtra quand le rideau de fer se lèvera et que les pays de l’Est seront devenus pareils aux autres ». Non seulement elle n’a pas disparu, notait Alain Peyrefitte trente ans plus tard, mais son organisation militaire, l’OTAN, a progressé vers l’Est, en violation des assurances verbales données à Gorbatchev et Chevardnadzé en février 1990.

          https://www.spiegel.de/international/world/nato-s-eastward-expansion-did-the-west-break-its-promise-to-moscow-a-663315.html

            +26

          Alerter
          • Basile // 01.06.2020 à 12h20

            « quand les pays de l’Est seront devenus pareils aux autres ».
            C’est là le problème (pour les atlantistes), la Russie refuse de devenir pareille à eux. Quel affront pour le camp qui se croit supérieur. C’est quasiment les nier.

              +22

            Alerter
        • Eric // 01.06.2020 à 11h33

          Ce musée est une honte et devrait être détruit…
          Je fus choqué lors de ma visite d’y découvrir pratiquement que des « oeuvres » prouvant que les japonais sont responsables d’avoir obligé les USA à utiliser la bombe atomique…

          Quand j’ai posé la question à mon épouse japonaise si elle pensait que les japonais était responsables de s’être fait bombarder, elle s’est rendu compte qu’elle n’y avait jamais vraiment réfléchi et que cette version de l’histoire lui avait été imposé toute petite et qu’elle ne l’avait jamais vraiment remise en question depuis…

          La même chose en Allemagne où les jeunes allemands continuent de battre leur coulpe pour des crimes qu’ils n’ont pas commis.

          L’histoire est quelque chose de complexe et doit être manipulé avec précaution…

            +28

          Alerter
          • Myrkur34 // 01.06.2020 à 13h36

            Et combien y aurait il eu de morts dans les deux camps si les américains avaient « simplement » débarqués comme à Iwo Jima, Saïpan, Okinawa ?

            Entre le gouvernement ultra militariste japonais qui poussait à la lutte jusqu’au dernier japonais, les soviétiques qui envahissait la Mandchourie et l’île Sakhaline, et le peuple américain qui voulait un retour rapide des boys vu que la guerre en Europe était fini depuis 3 mois, Truman était quasi obligé de l’utiliser. (Je parle d’un point de vue politique et non humain évidemment).
            L »ampleur des destructions avec une seule bombe a prouvé aux japonais l’inutilité de poursuivre la guerre à outrance. Il y a eu la pirouette avec la conservation de l’empereur à son poste pour sauver la face et la capitulation a été accepté dans tous ses termes.
            On parle toujours de l’horreur nucléaire mais le bombardement de Tokyo avec des bombes incendiaires a fait 100000 morts donc plus qu’à Hiroshima ou Nagasaki.
            Et d’autre part, ces 2 bombardements nucléaires sont le paravent bien pratique de certains japonais pour oublier toutes les horreurs commises par les troupes militaires japonaises dans les pays conquis. Demandez donc aux coréens, aux chinois et aux philippins. C’est bien gentil de se présenter comme les libérateurs de la domination blanche impérialiste bien réelle en ces lieux mais le peu de ralliement des autochtones à l’armée japonaise prouve l’extrême rigueur voire la cruauté de cette même armée japonaise à l’encontre de ces populations.

              +10

            Alerter
            • Logique // 01.06.2020 à 14h58

              « Truman était quasi obligé de l’utiliser. »

              Foutaises. Propagande made in US. Les Etatsuniens voulaient être les seuls à signer la capitulation du Japon et il fallait empêcher à tout prix que les Soviétiques débarquent sur Hokkaïdo. Le Japon n’a pas capitulé à cause des bombes atomiques (ils avaient déjà connu la destruction de Tokyo aux bombes incendiaires…), mais à cause de la peur des « Rouges » qui progressaient en Mandchourie en renversant les troupes nippones. Pourquoi la date du 6 août? Parce que l’URSS devait entrer en guerre exactement 3 mois après la fin de la guerre en Europe. Et ils ont tenu parole. Ce qu’on peut leur reprocher.

              Les deux bombes atomiques ont été lâchées contre l’URSS, pas contre le Japon. Et ce sont des populations civiles qui ont été visées. Ce sont des crimes contre l’humanité.

              « Et d’autre part, ces 2 bombardements nucléaires sont le paravent bien pratique de certains japonais pour oublier toutes les horreurs commises par les troupes militaires japonaises dans les pays conquis. »

              Aucun crime ne justifie un autre crime. Et d’autre part, aucun des principaux dirigeants japonais, dont l’empereur n’ont été condamnés suite à ces crimes de guerre.

                +49

              Alerter
            • Anfer // 01.06.2020 à 15h22

              En effet ce n’est pas la bombe atomique qui a fait capituler le Japon.

              C’est la déclaration de guerre soviétique, suivit de l’anéantissement en moins de 15 jours de l’armée du Kwantung forte de 700 00 hommes, qui a pousser les dirigeants japonais terrorisés à l’idée d’une occupation soviétique à capituler.

              https://www.slate.fr/story/73421/bombe-atomique-staline-japon-capituler

                +24

              Alerter
            • ouvrierpcf // 01.06.2020 à 17h34

              sans etre accros de la chaine arte (des anti communistes primaires) un débat film intéressant vu ce week end Oui les bombes de HIROSHIMA ET NAGAZAKI étaient en fait des tests réels et une mesure de dominance pour les US pour l’URSS
              On parle toujours de l’horreur nucléaire mais le bombardement de Tokyo avec des bombes incendiaires a fait 100000 morts donc plus qu’à Hiroshima ou Nagasaki. oui vu dans le film

                +8

              Alerter
            • tepavac // 01.06.2020 à 20h14

              « les soviétiques qui envahissait la Mandchourie et l’île Sakhaline, »

              De mémoire il me semble que c’est à la demande des forces Américaines que la Russie est intervenue dans le conflit avec le Japon. Violant du coup le traité de paix entre les deux pays.

                +5

              Alerter
        • jean-pierre.georges-pichot // 02.06.2020 à 11h55

          Je respecte tout à fait l’idéal pacifiste, mais ceux qu’il inspire doivent se garder de quelques écueils qui se sont montrés fatals dans plusieurs conjonctures historiques. Il y a d’abord la tendance à renvoyer un agresseur dos à dos avec l’agressé, alors que les torts ne sont pas toujours partagés. Il y a des nations prédatrices et des nations proies, et comme cela découle souvent de réalités démographiques et géographiques lourdes, ce sont des situations durables et sur lesquelles la bonne parole pacifiste n’a aucune valeur opératoire. Il y a ensuite ce qui n’est qu’une version du technicisme, qui est de croire qu’on empêchera la guerre en prétendant contrôler la production des armements. Cela n’a malheureusement jamais marché.
          Les doux doivent rester armés et s’entendre pour faire peur aux violents.

            +3

          Alerter
        • RGT // 02.06.2020 à 21h09

          Cher Fabrice.

          Qui est le SEUL pays au monde a avoir lancé non pas une mais DEUX « bombinettes », et même pas sur des objectifs militaires mais sur des populations civiles totalement désarmées ?

          L’URSS s’est lancée dans la course à larme nucléaire suite à ce haut fait d’armes d’une grand bravoure parce que Staline qui était une personne peu scrupuleuse mais pas un imbécile avait très bien compris que si l’URSS ne s’équipait pas au plus vite le « camp du Bien » n’hésiterait pas un seul instant à remplir ses arsenaux afin de « stériliser » le territoire de l’URSS sans le moindre état d’âme.

          Et quand on voit la suite des événements qui a culminé avec la « guerre des étoiles » sous Reagan on comprend très bien que le seul moyen de ne pas se faire tordre le bras par « l’empire bienveillant » est simplement de posséder des armes asymétriques permettant de ramener les stratèges du Pentagone à la raison.

          Ce qui explique que la Corée du Nord existe encore alors que l’Irak, la Libye et tant d’autres ont été anéantis…

          Et que De Gaulle avait défini comme priorité que la France possède elle aussi sa propre « bombinette » simplement pour pouvoir inviter l’Oncle Sam a aller se faire voir chez les grecs.
          De Gaulle ne craignait absolument pas l’ogre soviétique car il savait que ce pays n’avait aucunement l’intention d’envahir ses voisins.
          Et que la « conversion » des pays de l’est à ses propres frontières était causée par le souci de sanctuariser son territoire (et de punir les anciens collabos des nazis aussi).

          Qui s’est retiré unilatéralement le premier des accords de limitation nucléaire ?

          Ce ne sont pas les russes, mais personne n’en parle bien sûr.

            +6

          Alerter
      • JEAN DUCHENE // 01.06.2020 à 12h55

        La vison simpliste est de voir un camp impérialiste (les USA, etc.) et un camp anti-impérialiste (la Russie, la Chine). Les acquis de la révolution russe ont été anéantis pas une clique d’oligarques qui règnent actuellement en Russie. Nous avons une lutte entre des bourgeoisies concurrentes. Le degré de plus ou moins grande intervention étatique dans l’économie, de dirigisme économique n’indique rien sur le régime de la propriété? Ce qui est déterminant est de savoir au service ce quelle classe l’Etat intervient. En Russie, en Chine, comme aux US l’Etat est au service des possédants privés. C’est dans ce contexte qu’il faut analyser les préparatifs guerriers des uns et des autres. La Russie a le droit de prendre toutes les mesures appropriées pour se défendre, certes. Mais il faut comprendre que cette défense est d’abord celle de ses couches privilégiées, pas celle de son peuple. N’en déplaisent aux néo staliniens qui sont restés de l’autre côté du rideau de fer intellectuel.

          +5

        Alerter
        • moshedayan // 01.06.2020 à 15h48

          Duchêne : Une réponse anticapitaliste à la trotskyste -réponse à tout.
          Et j’ai moi en mémoire… Dans le train vers Lipetsk, j’entends encore cette réponse à nos discussions « Heureusement, ils n’ont pas encore tout détruit de notre système soviétique sur la sécurité sociale » et d’un représentant de Yandex au départ vers Sotchi « nous avons notre google et ça marche bien… yandex services… yandex taksi… etc… l’Europe occidentale peut faire la même chose mais vous n’en avez pas la volonté… »
          Il y a bien des « oligarques » mots qui vous plaît en Occident… Moi je dis ploutocrates parce que le sens est plus précis et effectivement il y a une lutte en Russie entre différentes conceptions … Et il y a bien des ploutocrates russes prêts à se vendre , à vendre l’espace russe parce que leurs fortunes a explosé sous Eltsine et ils sont prêts à recommencer… Mes amis russes les appellent la 5e colonne… Mais il y a aussi des ploutocrates qui s’en tiennent à leur seul espace national et ne cherchent pas à avoir plus que s’ils ont déjà et ce qu’ils ont est déjà largement suffisant « s’ils aiment vivre à la russe »… ceux-là acceptent le « compromis patriotique » et voient aussi que pour la stabilité de leur vie et du pays, il faut quand même se soucier du reste de la population… jusqu’à quel point – c’est une question qu’il faut voir avec chacun d’eux mais je ne les fréquentais pas…
          ps. ma faute intellectuelle , mea culpa mea maxima culpas Seul le modèle coopératif comme en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie me convenait…

            +10

          Alerter
      • moshedayan // 01.06.2020 à 13h08

        Tout est dit, vous traduisez ce que mes amis russes pensent. L’Occident veut la peau de la Russie, veut le libre accès à son espace pour continuer le pillage des ressources naturelles pendant un certain temps, et parce que le système capitaliste libéral s’essouffle… La Russie n’a aucune envie d’expansion agressive, elle a déjà fort à faire avec son espace, elle en est fier mais pas plus. Elle regrette avec un certain mépris ou tristesse l’attitude de pays comme les Baltes parce qu’elle avait des liens historiques et culturelles avec eux qui remontent au Moyen-Age, pareil pour la Pologne… et pense qu’il y a bien mieux à faire avec un voisin que de se regarder en ennemis; mais elle ne se laissera pas ou plus faire sur ses frontières…

          +20

        Alerter
        • Massajou // 01.06.2020 à 23h22

          Je veux bien que le budget russe soit très dépendant des revenus pétroliers ET gaziers, mais il s’agit de 40%, et non de 80% comme vous l’avancez :
          http://www.consultant.ru/document/cons_doc_LAW_308390/8e2dd0994342861d9616fc6cb51fd401f8b41f9e/
          Le Minfin vient d’ailleurs de publier ses données quant au manque à gagner lié aux revenus pétroliers ET gaziers pour le budget fédéral de février à mai, et il s’établit à environ 250 milliards de roubles. Sur un budget de 20 000 milliards, c’est 1,25%. C’est important, mais loin d’être catastrophique. Il sera comblé en pigeant dans les réserves (35 000 milliards de roubles).
          https://www.vedomosti.ru/economics/news/2020/05/08/829833-minfin-raskril-poteri-byudzheta
          D’ailleurs, le secteur pétrolier et gazier ne représente plus que 8% de l’économie russe, il faut arrêter avec les clichés de McCain et d’Obama.
          Quant au déficit des sujets de la fédération, c’est un serpent de mer que l’on ressort de temps à autre, mais comme ceux-ci ne sont pas sujets de droit international, leurs dettes sont essentiellement envers l’État fédéral, qui le cas échant, les éponge, comme ce fut le cas en 2014 et 2015. Quoi qu’il en soit, si je me souviens bien, la dette cumulée des 85 sujets est de l’ordre de 10 à 15 % du PIB. Ici non plus, rien de dramatique.

            +6

          Alerter
        • Massajou // 01.06.2020 à 23h23

          Suite…

          Et enfin, la baisse du budget militaire de 20% a été annoncée en novembre et n’a donc rien à voir avec la crise en cours : elle était planifiée de longue date car le rééquipement de l’armée est complété à 65%.
          https://www.rbc.ru/politics/11/11/2019/5dc92ce29a794747c333ec7f
          Vous pourrez aussi rappeler à vous amis Polonais que les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Lituaniens, les Ukrainiens et les Russes, entre autres, se rappellent eux aussi avec émotion du passage des armées polonaises sur leur territoire pendant sept siècles. Je sais, c’est ancien, mais les hargnes nationales durent longtemps et le Russe qui a commencé à s’en prendre à la Pologne n’était après tout que le petit fils de celui qui monta sur le trône après avoir chassé les Polonais de Moscou en 1613 – un siècle à peine s’était écoulé.
          Sans nier le sort très malheureux – un euphémisme – de la Pologne depuis 1750, il convient de rappeler qu’avant que la Russie naisse, c’est bien la Rzeczpospolita Polska qui envahissait sans arrêt ses voisins. Ceci simplement pour ne pas oublier les délicieuses nuances de gris de l’histoire…

            +10

          Alerter
          • Massajou // 01.06.2020 à 23h55

            1 ) Vous devriez donc vous abstenir de parler de ce que vous ne connaissez pas, plutôt que de reprendre les antiennes de feu McCain.
            2 ) À 42$ le baril, le budget prévoyait un excédent de 3% du PIB. À 20 $, on parle d’un déficit de 3 à 4 % du PIB. Encore une fois, c’est douloureux mais pas catastrophique.
            3 ) Bien sûr, on fixe les dates comme cela nous arrange… Parlez donc aux Ukrainiens d’aujourd’hui de leur amour des Polonais…

              +5

            Alerter
        • jean-pierre.georges-pichot // 02.06.2020 à 11h27

          Les deux points que vous soulevez sont intéressants. Sur les rapports polono-russes, l’animosité qui persiste après 75 ans de paix est une tragédie pour les deux peuples, et aussi pour les autres pays d’Europe, car elle contribue à faire de la Pologne à nouveau l’étincelle dans la prochaine guerre qui en finirait à coup sûr avec notre civilisation commune. Si les Français peuvent aujourd’hui coexister pacifiquement et même collaborer un peu avec les Allemands, il me semble que les Polonais devraient pouvoir en faire autant avec les Russes, plutôt que de pousser les drôles de protecteurs américains dans le mauvais sens. D’ailleurs, sur ce qui s’est passé en 1939, une vision vraiment informée de l’histoire conduit à des conclusions de torts réciproques. Second point : la Russie, comme tous les autres pays, a une classe dominante critiquable. Mais certaines sont un minimum tenues, ou se tiennent, en deça de la limite à partir de laquelle il faut parler de trahison. Les Etats-Unis n’ont pas réussi à installer en Russie la classe politique qui leur convient. Leur politique le démontre, et c’est une bonne nouvelle. En France, c’est une autre affaire…

            +3

          Alerter
      • UnKnown // 03.06.2020 à 11h41

        MMh les Russes ont leur manière de mener des interventions extérieures, c’est juste qu’ils recherchent moins les caméras, qu’ils ne disposent pas de moyens de concentration aussi pléthoriques que ceux USA, et qu’ils enlèvent leurs insignes (brigades spéciales du GRU)… Ou passent par Wagner (qui sert de couverture officielle sur certaines opérations). Non pas que je face un reproche aux Russes de vouloir défendre leurs intérêts géopolitiques, mais il ne faut pas croire qu’on a à faire à des anges non plus
        Ils sont juste très bon à exploiter le brouillard de guerre et la communication/désinformation (qui font partie intégrantes de l’art opératif à la Russe depuis 1930-même si Staline n’a pas aidé à son instauration).
        Probablement un des meilleurs état major contemporain, parfaitement au fait des forces et faiblesses (qui sont nombreuses) de son outil.

          +1

        Alerter
    • Dominique65 // 01.06.2020 à 12h12

      « je m’étais dit qu’enfin on en avait terminé avec la guerre froide »
      On n’était pas encore conscient dans les années 90 de la main mise du maintenant fameux complexe militaro-industriel étasunien. La mise en garde d’Eisenhower n’était pas arrivée à nos oreilles. La chronologie et les forces menant à l’état actuel de la guerre froide et ses conséquences pour l’Europe sont très bien expliquées dans cet article de capital que ce site aurait en temps normal (c’est à dire hors obsession chloroquinique) relayé.
      https://www.capital.fr/economie-politique/du-danger-pour-leurope-de-la-strategie-nucleaire-des-etats-unis-et-de-lotan-1371357

        +13

      Alerter
      • Fritz // 01.06.2020 à 12h53

        Merci, Dominique. Ce texte est capital, sans jeu de mots, par la gravité du sujet, et par la qualité de ses signataires.
        « le concept otano-américain est en opposition frontale avec le principe même de la dissuasion française rappelé par le Président de la République à l’École de guerre »
        « savoir dire non à la poursuite de la politique américano-otanienne de provocation et de création artificielle de l’ennemi russe, suicidaire pour l’Europe et pour le monde »

          +7

        Alerter
  • Berrio // 01.06.2020 à 07h55

    Heureusement les Américains nous protègent de ces armes qu’ils n’auraient jamais l’idée de créer eux-mêmes. De plus, les armes américaines n’ont jamais de dysfonctionnements.
    In God We Trust

      +14

    Alerter
  • José // 01.06.2020 à 08h09

    Terminé avec la guerre froide? Elle a éclaté en 1945 et ne s’est hélas jamais arrêtée alors que L’URSS était gisante à terre. Même sur des radios « bien pensantes » comme France Culture, la petite musique de guerre est distillée à coup d’éditos ; je pense à des gens comme Brice Couturier quand il était sur la matinale. Alors que dire des autres chaînes que je n’écoute pas … La guerre froide est dans « nos  » têtes avec ce langage guerrier incessant de nos journaux qui relaient fidèlement les politiques aux manettes . L’OTAN s’est étendu et nous protège: tout est dit …

      +25

    Alerter
    • jean-pierre.georges-pichot // 01.06.2020 à 09h08

      Oui, mais il faut aller plus loin, ou plus exactement plus haut dans le passé. Voyez ma réponse à Fabrice. La guerre froide commence peut-être en 1945, mais elle prolonge une guerre pas si froide que cela commencée en 1917, mais qui n’a jamais cessé. J’ai lu récemment les mémoires de l’ambassadeur soviétique à Londres pendant la seconde guerre mondiale, Ian Maïski. Une lecture essentielle. On y trouve confirmé que même à une époque où est affichée une solidarité contre le nazisme, et où des éléments de collaboration existent effectivement, les rapports Est-Ouest restent empreints de méfiance, de réticence et de duplicité, d’ailleurs réciproques. Alors imaginez après la disparition de l’ennemi et du danger commun!

        +13

      Alerter
      • LibEgaFra // 01.06.2020 à 09h21

        Cf; Opération Pike et Opération Unthinkable.

          +2

        Alerter
      • jp // 01.06.2020 à 10h09

        A partir de 1930 pour l’Europe bien pensante et dirigeante le Mal absolu c’est le le Communisme Stalinien.
        Hitler, qui a remarquablement joué de cela est vu comme l’anticommuniste qu’il faut favoriser. Jusqu’à ce que les Anglais et les Français comprennent malgré eux qu’ils ont été les cocus des deux psychopathes (Accords honteux de Munich et Pacte Germano Soviètiques, envahissement de la Pologne et Débâcle Française de 1940 ), Roosevelt ne pouvant ni ne voulant entrainer les USA dans une Guerre jusqu’à l’attaque de Pearl Harbour. A partir de la, la Déclaration de Guerre au Japon entraine par alliance celle contre l’Allemagne et l’Italie et donc un soutien à l’URSS qu’Hitler envahit (opération Barbarossa). Après la Victoire de 1945 le Mal absolu est toujours STALINE d’autant qu’il est le grand vainqueur à Yalta de cet affrontement et qu’il dispose enfin de l’arme atomique grâce à ses espions américains et surtout anglais, alors que Truman pensait être le seul à en disposer.
        L’effondrement de l’URSS en 1989 a été compris comme la Victoire des USA sur celle-çi, et suivi du démantèlement de la Russie jusqu’à l’arrivée étonnante du nationaliste Poutine, à la pensée Tsariste. .

          +3

        Alerter
        • ouvrierpcf // 01.06.2020 à 17h42

          L’effondrement de l’URSS en 1989 non non et non l’URSS s’est dissoute par des décisions et des votes création de la CEI etc la suite . la RUSSIE LURSS n’était pas un immeuble mais une Union comme l’UE qui elle aussi va s’effondrer enfin un vote des décisions feront quelle n’existera plus en tant que telle Pour nous la France par le FREXIT on y arrive vite le FREXIT

            +5

          Alerter
      • lon // 01.06.2020 à 13h15

        Oui , peut-être arrivera un jour où le bombardement de propagande anti-communiste élaboré à base de goulags, déportations, famine ukrainienne , faillite de l’économie planifiée et j’en oublie , se sera suffisamment atténué pour qu’enfin on admette que l’expérience soviétique fut attaquée dès le départ et tout au long de son existence . Encore peut-être une centaine d’années par après et avec un peu de chance on en viendra à lui reconnaître ses mérites .

          +16

        Alerter
        • jp // 01.06.2020 à 23h34

          Le Communisme est dans l’absolu une généreuse pensée humaniste . Mais son application pratique est faite par des hommes qui ne sont pas des saints. Son application n’était pas au départ destinée à la Russie mais à l’Allemagne et Lénine a été introduit en Russie par des officiers des renseignements allemands. Malheureusement pour le monde entier et surtout pour le plus grand malheur du peuple Russe Staline, implacable dictateur psycopathe lui a rapidement succédé et a fait le vide autour de lui et a gouverné à la manière d’Yvan le Terrible. Au 20° Congrès, les révélations par Khroutchev lui-même sur les crimes de l’époque stalinienne ont été un formidable cataclysme qui a porté un coup terrible à toute l’Eglise communiste mondiale, qui jusque la n’avait jamais voulu l’admettre. Si Hitler et Staline, les deux plus grands criminels du XX° siècle, n’avaient pas existé l’Histoire de l’Europe et de la Russie aurait été infiniment moins sanglante.

            +1

          Alerter
    • Dominique65 // 01.06.2020 à 16h09

      « Même sur […] France Culture, la petite musique de guerre est distillée à coup d’éditos […] que dire des autres chaînes que je n’écoute pas »
      C’est peut-être un tort. Si tu écoutais Sud Radio, pare exemple, tu verrais que certains médias résistent au délire ambiant.

        +2

      Alerter
  • LBSSO // 01.06.2020 à 08h49

    Verser son sang pour son pays ?

    C’ est du passé !
    Cet article illustre la tendance actuelle à la mise au point d’armes électroniques autonomes qu’elles soient terrestres,navales ou sous-marines.

    Par ailleurs – devançant sans doute @Kiwixar et d’ autres commentateurs peu admirateurs des porte-avions – j’imagine ce type d’arme explosant au milieu de la flotille qui les accompagne même avec une charge classique…

      +1

    Alerter
    • LibEgaFra // 01.06.2020 à 09h19

      « Verser son sang pour son pays ? »

      La bonne blague. Pour les capitalistes, oui. La guerre, ce sont des gens qui se connaissent et ne se tuent pas et des gens qui ne se connaissent pas et se tuent. Les gens meurent pour des intérêts industriels et financiers. Toujours (re)lire à ce sujet le général Smedley Butler: « La guerre est un racket ».

      En cas de guerre nucléaire, le sang n’est pas versé, le corps est vaporisé.

        +12

      Alerter
      • LBSSO // 01.06.2020 à 09h43

        Vous avez un grand sens du second degré….merci de l’ avoir démontré une nouvelle fois.Il s’agissait de se moquer des « progressistes » qui voyaient en la fin des nations la fin des guerres et du sang versé. Ils se sont évidement trompés. Mais qu’ ils se rassurent ! les robots s’ entretueront.
        Je vous le précise : ce dernier commentaire est ironique

          +6

        Alerter
  • patoche // 01.06.2020 à 09h22

    Steve Bannon: «La menace chinoise sera le sujet clé de la présidentielle de 2020»

    On imagine la surenchère guerrière sachant que l’électeur américain est gavé de propagande antirusse et plus encore antichinoise au quotidien.
    J’ai lu que les débats de la campagne 2016 n’avaient concerné que pour 10% les sujets politiques.
    Ça promet pour la prochaine…
    Evidemment aucune illusion sur Biden certes moins taré que Trump mais qui est au moins une aussi belle crevure.

      +17

    Alerter
    • Blabla // 01.06.2020 à 16h16

      Biden moins taré ? Je dirais plutôt plus poli, plus présentable.
      Cela me fait penser aux réactions du voisinage quand on identifie un terroriste ou un tueur fou : « il était si gentil, poli, discret ».
      Tant que les gens ne se fieront qu’aux apparences, il y aura de la place pour des monstres.

        +5

      Alerter
  • Fritz // 01.06.2020 à 10h20

    Cet article est extrait du Moscow Times (en anglais), mais ce n’est pas une raison pour écrire Zhilin.
    Александр Жилин , cela donne en français : Alexandre Jiline.
    Ça me rappelle « Zhores Medvedev », dans le journal de révérence (Le Monde) qui ne s’était pas aperçu que ce prénom était tout simplement Jaurès… Qui aurait l’idée d’écrire Lionel Zhospin ou Zhaques Shirac ?

      +14

    Alerter
  • François Marquet // 01.06.2020 à 10h26
  • lon // 01.06.2020 à 13h04

    ……..Mais, en discutant avec nos ingénieurs et nos concepteurs, j’en suis venu à la conclusion qu’il existe une protection massive contre les interférences extérieures », a déclaré M. Zhilin sur la station de radio……..

    Faudrait pas que les ricains prennent le contrôle du cigare sous-marin au milieu de l’Atlantique et le renvoient à l’expéditeur, ça la foutrait mal .

    Pour résumer : l’Occident a loupé le coche russe dans les années 90 avec une absence totale de responsables politiques capables de réfléchir au delà d’une mise en coupe réglée de l’économie soviétique, avec l’aide d’une partie de la Nomenklatura communiste corrompue jusqu’à la moëlle .
    Résultat 30 ans après : hystérie otanienne anti-russe et armes apocalyptiques  » de seconde frappe » pour répondre entre autres aux mini-bombes nucléaires tactiques chères à Trump .

    La question demeure de savoir si on est plus , ou moins mal barré que sous la guerre froide .

      +4

    Alerter
  • Massajou // 01.06.2020 à 23h49

    Hum..
    Le Moscow Time, journal d’opposition financé par des intérêts occidentaux (il appartient depuis 2017 à des intérêts néerlandais) et dans lequel écrivait la très russophobe – (et accessoirement petite-fille d’un nazi notoire, mais elle n’y est en effet pour rien, l’ukrainien Mykhailo Khomiak) actuelle vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland.

    « Communiqué officiel », vraiment ?

      +2

    Alerter
  • jp // 01.06.2020 à 23h58

    L’Histoire se déroule en continu. Il vaut mieux la connaitre. Par exemple la Politique étrangère des USA est certes influencée ou parfois réorientée par le Président du moment mais elle évolue sur des bases relativement constantes.
    Et pour espérer gagner aux échecs ou au Poker il faut plutôt être au courant de pas mal de choses.

      +0

    Alerter
  • Bobam // 02.06.2020 à 03h10

    Je crois si mes lectures sont crédibles, que les scorpions se fichent bien complètement des radiations nucléaires, ils survivront donc à une éventuelle submersion radioactive du globe. L hypothèse ensuite d un impérialisme Scorpionite voulant dominer cette boulette bleue suspendue dans le noir intersidéral n est pas exclue.

      +2

    Alerter
    • jp // 02.06.2020 à 10h22

      Les insectes en général sont la plus formidable réussite de la nature et effectivement ils résistent à des doses d’irradiation très supérieures à ce qu’un animal supérieur peut tolérer en irradiation totale. Le monde aquatique devrait aussi survivre facilement. Le résultat d’un confrontation atomique devrait être une remise à zéro de notre évolution et donc un nouveau départ pour ceux qui nous suivront. Ce ne serait que la 5° ou 6° fois parait-il.

        +0

      Alerter
  • FredT. // 02.06.2020 à 12h49

    Et l’allemagne qui s’apprête à devenir une nation nucléaire grâce à son amie la France qui va lui donner l’accès au contrôle de son arsenal . L’europe c’est la paix, ouf .

      +0

    Alerter
  • christian gedeon // 03.06.2020 à 14h51

    Grand progrès pour l’humanité,faut bien le dire! Si avec ces trésors d’inventivité,on arrive quand même à éviter l’apocalypse,ce serait un miracle. C’est vrai pour les russes,les us,les chinois,les israéliens etc…faudrait quand mêmpe arrêter un peu les conneries là quoi?!

      +0

    Alerter
  • VladPourLesIntimes // 04.06.2020 à 16h31

    « Avec le drone à grande profondeur Poséidon, la Russie pourra contrer tout système de défense antimissile américain et assurer la dissuasion avec une capacité de seconde frappe. »

    Euuhh de mémoire c’est le rôle d’un sous marin d’assurer la seconde frappe et les Russes n’en manquent pas !

    Cette article prouve une seul chose, que les russes ont une mentalité aussi merdique que les US n’en déplaise au Russophile naïf et béa.
    Bah oui, dire que c’est une bonne chose d’avoir un drone (donc sans humain à bord) qui se balade dans l’atlantique avec 2 mégatonne et tout les risques que ça comporte, chapeau les gars avec un peu de chance cette bouse va s’échouer sur les cotes bretonne et on pourra manger des crêpes au césium.
    Ah oui et dire que la Russie n’a jamais fait que se défendre c’est de la malhonnête intellectuelle ou de la stupidités de groupies.

      +0

    Alerter
    • VladPourLesIntimes // 04.06.2020 à 16h44

      Ces 17 millions de km2 ils les ont eu comment les Russes ?
      Ils se sentent proche des pays baltes et bien ce n’est pas réciproque ! Pareil pour les Polonais, les Norvégiens, les Suédois, les Ukrainiens, les Géorgiens ..
      Ah au faite et la Transnistrie comment les Russes sont arrivés la-ba ?
      Je parle pas de l’Asie mineur …
      Il y a une constante en France c’est la collaboration et la servitude volontaire, j’écumes les sites d’information et c’est toujours pro-US contre pro-Russe ou Chinois mais personne n’aborde l’information du point de vue pro-Français !

      Certain voudrais que la Russie nous envahisse ou avoir Poutine comme président,moi j’ai la solution Go-Home Russia !
      (Afin de ne laisser personne sur la touche mes propos visent également les pro-yankee, pro-coco, les adorateurs des ayatollah, groupie d’Israel etc.. (la liste n’est pas exhaustive)

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications