Les Crises Les Crises
17.novembre.201617.11.2016 // Les Crises

L’élection de Trump montre un regain de la Démocratie américaine, par Emmanuel Todd

Merci 40
J'envoie

Décrassez votre cerveau avec Emmanuel Todd, au Gros Journal, présenté par Mouloud Achour…

Source : Clique TV, 14-11-2016

Service : pourriez-vous mettre les plus belles citations en commentaires svp (avec le minutage) ?

Merci !

toddgrosjournal

Commentaire recommandé

Logic // 17.11.2016 à 02h17

Du bon Todd. C’est vrai que la classe politique française est remarquablement… nulle. Les “grands” candidats sont tous affligeants. Vu de l’étranger (pas très loin, de Suisse) on compatit et s’étonne beaucoup.

54 réactions et commentaires

  • Fritz // 17.11.2016 à 01h26

    “J’ai un peu de mal à comprendre l’inquiétude des gens” : 5′ 33.
    “J’étais terrorisé par l’hypothèse (d’une élection d’Hillary Clinton) : 6′.
    “On l’a échappé belle” (avec la défaite d’Hillary Clinton) : 7′ 40.

    Beaucoup se retrouveront dans ces trois citations, mais auront du mal à suivre Todd quand il affirme : “Les Américains ont inventé la démocratie” (9′ 12). Todd n’est pas infaillible, heureusement, on l’apprécie parce qu’il donne à penser, et que sa forme de raisonnement nous permet de le critiquer.

      +41

    Alerter
    • FracoisG // 17.11.2016 à 06h55

      Il a voulu dire que ce sont les anglosaxons qui ont inventé la démocratie moderne, parlementaire.

        +21

      Alerter
      • Fritz // 17.11.2016 à 06h58

        Sans doute, mais ce régime parlementaire ou représentatif n’est pas une démocratie. Rousseau et Sieyès m’ont convaincu à cet égard. L’expression “démocratie représentative” est une tromperie rhétorique.

        Quant aux Anglo-Saxons, ils avaient le Witenagemot, une assemblée de sages…
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Witenagemot

          +15

        Alerter
        • LS // 17.11.2016 à 11h07

          Oui cette tromperie date de l’avènement de la IIIe république en France.
          Avant cet avènement, la démocratie était rejeté par les philosophes des lumières et ceux qui ont fait la révolution française (et américaine et anglaise).
          Il faut avouer que la démocratie, au sens strict ou historique ici pas au sens gloubiboulga actuel, est une sorte de dictature, la dictature de la majorité (à comprendre comme on comprend dictature du prolétariat) qui n’a, par exemple pas forcément besoin de constitution. Par dictature, je veux dire qui n’est pas incitée au compromis majorité/minorités et est donc sans limites aux conflits. Je ne connais d’ailleurs pas d’exemple de démocratie multi communautaire durable.
          Si démocratie et république ne sont pas des synonymes, démocratie et libéralisme sont carrément incompatibles.

            +13

          Alerter
          • Jb²o // 17.11.2016 à 15h20

            La Suisse n’est-elle pas une démocratie multi-communautaire?

              +3

            Alerter
            • Olympi // 17.11.2016 à 20h48

              les suisses sont tous, d’un point de vue structure familiale, autoritaire et inégalitaire.

                +1

              Alerter
            • LS // 17.11.2016 à 22h23

              @Jb20 : Oui et non, mais c’est un cas intéressant.

              Ce multiculturalisme est géographiquement assez disjoint et très autonome, ce qui diminue les problèmes de “voisinage”.

              La Suisse a été entouré très longtemps par de puissants voisins belliqueux. C’est une grosse motivation pour maintenir une intégration politique.

              Cela ne fait pas longtemps que ceux-ci ont cessés d’être belliqueux que déjà on voit apparaître des pressions vers une intégration fédérale plus poussée (et avec une portée des référendums locaux amoindrie). On verra comment réagiront les communautés minoritaires à l’avenir.

              Le système politique suisse est effectivement le plus “démocratique” d’Europe, mais par rapport à la définition historique d’un système démocratique, c’est une démocratie inachevée.

                +2

              Alerter
          • LS // 17.11.2016 à 22h48

            @ Olympi :
            Pourtant E.Todd classe les Suisses romans comme ayants une forme familiale égalitaire, sauf erreur (a vérifier dans ses écrits). Je l’ai déjà vu, par contre, s’étonner de la coexistence, à leur propos, de cette structure égalitaire avec le protestantisme. Mais peut-être E.Todd sur-détermine-t-il ces relations forme familiale/forme culturelle/forme politique ?

              +2

            Alerter
            • Ashwolf // 18.11.2016 à 00h01

              Todd ne fait pas d’analyse des faits historiques et ne s’intéresse que peu à la chronologie. Aucune théorie ni aucune prédiction n’est infaillible, et heureusement sinon les sciences sociales seraient des sciences dures.

              La réalité de la Suisse, c’est que son système fédéraliste est directement hérité de l’organisation politique du Saint-Empire, et que le développement exacerbé de son système démocratique est certainement dû au fait que c’est un pays multi-ethnique et multiconfessionnel qui a trouvé dans l’expression démocratique un facteur de stabilité alors qu’il subsiste encore aujourd’hui des oppositions très profondes entre les différents dialectes au sein de la société suisse. Quand chaque citoyen a un pouvoir décisionnel par l’intermédiaire des votations citoyennes, il est moins enclin à trouver le système injuste et à se sentir exclu de la vie politique helvétique.

                +2

              Alerter
    • Mr K. // 17.11.2016 à 13h09

      Je me demande si on ne chipote pas un peu trop.

      Peut-être Todd parle-t-il en général, dans les grandes lignes.

      Thomas Paine, révolutionnaire anglo-américain, élu en France député à l’assemblée nationale en 1792 :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Paine

        +6

      Alerter
  • TuYolPol // 17.11.2016 à 01h48

    Ce qu’il y a de bien, quand l “intelligensia” französe est dépassée par sa propre hystérie, on a Todd et son temps long, son humour, son calme. Jamais fatigué de l’entendre.

      +42

    Alerter
  • Logic // 17.11.2016 à 02h17

    Du bon Todd. C’est vrai que la classe politique française est remarquablement… nulle. Les “grands” candidats sont tous affligeants. Vu de l’étranger (pas très loin, de Suisse) on compatit et s’étonne beaucoup.

      +50

    Alerter
  • Jusdorange // 17.11.2016 à 03h26

    La France produit des dirigeants qui préfèrent lutter contre les mouvements de l’histoire jusqu’à l’explosion soudaine.

    Cette caractéristique produit des “sauts” historiques, tandis que les Anglo-Saxons avancent pas-à-pas.
    Si l’on définit la tendance actuelle comme nationaliste (pour simplifier) alors on peut anticiper un “saut nationaliste” en France.

    Si ce saut s’appuie sur : la souveraineté nationale ; la démocratie (je précise démocratie directe bien que ce soit redondant) ; un État social fort ; une immigration fortement limitée ; la lutte contre les féodalités économiques ; et une définition de la Nation comme choix d’un destin commun (exit les identitaires) ; alors on aura non seulement un mouvement susceptible d’être soutenue par une vaste majorité du peuple, mais surtout qui saura tirer le meilleur de la tendance actuelle tout en évitant le pire.

    C’est en tout cas mon intuition que je soumets à la critique des lecteurs de ce blog.

      +36

    Alerter
    • Fritz // 17.11.2016 à 06h54

      En effet, la France a des dirigeants qui préfèrent tout bloquer, et qui ne manquent jamais de courtisans pour célébrer leur clairvoyance et dénoncer les populismes.

      Un seul exemple : après 1614, la royauté n’a pas réuni les États généraux pendant… 175 ans, et lorsqu’elle les a réunis en mai-juin 1789, on a eu le saut historique que vous évoquez.

        +12

      Alerter
      • jacques Cubaynes // 17.11.2016 à 10h55

        Toutes les tentatives de réforme, notamment fiscales (1771, Louis XV,Maupéou,Terray…), puis les polémiques Calonne /Necker…) ont échoué, bloquées par “les élites” d’alors, campées sur leurs privilèges. Louis XVI a été contraint d’en appeler aux États-Généraux pour contourner le blocage, face à la situation des finances publiques….On connaît la suite.
        Quant aux “nouvelles élites”, elles ont exactement la même attitude.

          +14

        Alerter
    • kesse // 17.11.2016 à 21h48

      Voila bien l’equation qu’ont a resoudre les partis francais, mais aucun ne possede la souplesse suffisante pour la resoudre.

      Mais ce que vous definissez est l’opinion majoritaire … Si Macron est malin, il jouera avec l’ensemble de ces notions dans l’opinion publique, mais sans doute le legitimisme francais l’empechera d’acceder au pouvoir. De toute facon, il n’appliquerai sans doute pas ce programme en particulier dans les domaines qui me semble les plus importants car structurels: Souverainete, democratie et lutte contre l’oligarchisme (ou feodalites economiques)…

        +2

      Alerter
  • samirsvet // 17.11.2016 à 04h39

    Quand l’argent joue dans les élections , le choix démocratique disparait et les élections deviennent une vente aux enchères et le plus offrant gagne , il faudrait interdire complètement les dons et l’utilisation de l’argent pour acheter les électeurs , une surveillance très stricte devrait être instaurer et sanctionner sévèrement tout candidat qui a recours à ce procédé . Mais et malheureusement en occident les élections se sont des farces et des escroqueries , devant des citoyens passifs , les néo-cons font tout ce qu’ils veulent , ils utilisent l’argent pour acheter les médias , les fonctionnaires , les politiciens et malheureusement même les dirigeants . En occident tout est achetable et les citoyens ne sont qu’un moyen pour légaliser leurs actes occultes.

      +21

    Alerter
    • charlie bermude // 17.11.2016 à 09h48

      Je dit çà de la droite , mais je ne voudrais pas dédouaner la gauche , quoiqu’elle fasse plus d’efforts , parce qu’à bon chat , bon rat , selon l’adage .

        +2

      Alerter
      • RGT // 17.11.2016 à 21h34

        “Je dit çà de la droite , mais je ne voudrais pas dédouaner la gauche…”

        La gauche, quelle gauche ?

        Je souhaiterais que vous m’expliquez la différence qu’il y a entre la “gauche” et la “droite” en dehors de la couleur du logo…

        Le vague restant philosophique de “gauche” issu du XIXè siècle a été balayé en 1983 avec la”rigueur”, la vaporisation larvée du PCF, la montée sournoisement orchestrée du FHaine..
        Finalement officialisé par la nomination de Laurent Fabius comme premier sinistre en juillet 1984.

        Vous appelez “ça” la “gôôôche” vous ?

        Désolé, mais la gauche était déjà morte avant même le front populaire. Elle ne le savait tout simplement pas. Pour paraphraser Todd, ça fait bien longtemps qu’ils étaient des “socialistes zombies”…

        Les meilleures preuves : Jaurès était favorable à la colonisation…
        Et qui a instauré, soutenu et couvert la répression horrible pour maintenir l’Algérie dans le giron français à partir de 1954 ?

        Avec une “gauche” pareille, on a pas besoin d’une “droite”…

          +4

        Alerter
    • LBSSO // 17.11.2016 à 20h33

      “il faudrait interdire complètement les dons et l’utilisation de l’argent pour acheter les électeurs”

      Faire,par exemple, ce que font les indiens pendant que l ‘on ne parle que de Trump ?

      http://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/0211492786210-linde-secouee-par-une-operation-coup-de-poing-contre-largent-noir-2042622.php

        +2

      Alerter
  • Fritz // 17.11.2016 à 06h40

    “Que les classes dirigeantes commencent à se dire : Peut-être que notre job, c’est finalement de protéger les Français” (37′ 41). On en est loin, très loin… Alors que le regretté Philippe Cohen avait souligné que des élites qui refusent de protéger le peuple perdent toute légitimité (Protéger ou disparaître, Gallimard, 1999).
    http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Connaissance/Proteger-ou-disparaitre

      +10

    Alerter
  • Homère d’Allore // 17.11.2016 à 06h57

    Il ne faut pas comparer le taux de participation en France et aux États-Unis comme le faisait remarquer justement LBSSO dans un autre fil de commentaires.

    En effet, ce taux est calculé aux USA par un ratio votants/population en âge de voter alors qu’il est calculé par rapport aux inscrits sur les listes électorales en France.

      +4

    Alerter
  • Louis Robert // 17.11.2016 à 06h58

    ????

    La “marge d’erreur”, c’est pour le moral… Faut pas démoraliser les lecteurs dès l’abord mais leur laisser le temps de faire leurs propres calculs et de se convaincre eux-mêmes. Ainsi font les climatologues… Et ça continue de chauffer et de fondre plus vite “que prévu”…

      +0

    Alerter
  • Ovuef2r // 17.11.2016 à 07h02

    En Belgique, où les gens sont obligés de voter ( sous peine d’amende ) le résultat est sensiblement identique, comme si au final ceux qui ne votent pas se répartissaient entre les candidats de la même manière.

      +2

    Alerter
    • Olivier Berruyer // 17.11.2016 à 11h10

      Beaucoup d’études le montrent en effet, c’est un faux argument

        +0

      Alerter
  • LBSSO // 17.11.2016 à 08h24

    @Louis Robert

    “Regain de la démocratie américaine”?

    Je comprends que vous réagissiez ainsi à l’expression de E Todd.
    Il faut replacer cette phrase dans le modèle d’ ET de manière globale .Je vais tenter de vous faire suivre son raisonnement en espérant le respecter:

    1- le système familiale anglais et américain est inégalitaire
    2- la société américaine a un fondement racial
    3 – paradoxe :à l origine ,les US crée une démocratie libérale.
    4- mais comme cette société repose sur des fondements inégalitaires (structure familiale du point 1) elle a reporté “ce besoin,cet état” d’inégalité sur les minorités (indiennes,noires).
    5- L’égalité est donc à l’origine entre blancs.Ces derniers sont égaux entre eux mais les noirs ne sont pas leurs égaux.
    6-ElectionTrump:certains blancs se rendent compte que ce pacte d’égalité entre soi ,entre blancs est rompu (taux de mortalité des 45 ans blancs) en raison d’une mondialisation qui profite à une classe éduquée
    7-L’avènement de la question égalitaire ,sur fond de lutte des classes ,constitue pour ET ” un regain démocratique” face aux classes impérialistes dominantes.

      +7

    Alerter
  • Louis // 17.11.2016 à 09h01

    Emmanuel Todd : “Avec ce ridicule suprême que le FN n’est pas patriote puisqu’il affaiblit la France en excluant certains français”

    Très cher Manu,

    Votre tweet amène chez moi un certain nombre de réactions

    D’une part si ce sont les politiques menées depuis 40 ans qui ont conduit à créer de quasi ghettos de français issus de l’immigration dans nos Banlieues on ne peut donc pas taxer le FN d’en être responsable ni d’avoir exclu qui que ce soit vu qu’il n’avait ni le pouvoir politique ni le pouvoir médiatique.

    D’autre part la patrie étant par étymologie “le pays des pères” peut on en vouloir à un immigré d’avoir peu de chance d’être un “patriote né”?

    Ensuite Je crois beaucoup plus aux initiatives de type Banlieues patriotes cherchant à mettre en lumière des personnes intéressantes issues de l’immigration qu’au blabla de nos politicards sans lendemain.

    Enfin vous qui êtes capables de comprendre que le système faisait voter les ouvriers américains contre leurs intérêts depuis des décennies n’arrivez pas à voir que c’est exactement la même chose avec les immigrés qui votent PS en France?

    Cordialement !

      +14

    Alerter
    • Alain Rousseau // 17.11.2016 à 23h05

      Vous êtes bien sûr que les immigrés ont le droit de vote en France ? J’ai dû rater quelque chose.

        +1

      Alerter
  • calal // 17.11.2016 à 09h02

    “13:41 les francais sont ils sorti de l’histoire? oui tout a fait. avec l’euro la france s’est enferme dans lespace economique allemand.on va elire le type qui va aller demander des autorisations speciales a berlin pour pas avoir a faire des reformes aussi dures pour nous que celles demandees aux italiens et aux espagnoles.cela devient de plus en plsu cruel pour les elites politiques francaises.elles arrivaient a cacher… les gens ne comprennnet pas bien les mecanismes monetaires.les gens ne comprennent pas que quelque fois devaluer cest bien qu’il faut creer de la monnaie.ils ( les elites politiques)pouvaient encore avoir l’air raisonnables en disant qu’ils faut rester dans l’euro.ils pouvaient faire peur aux vieux aux epargnants en disant si on sort de l’euro vous aller perdre vos economies vos retraites vont fondre des choses comme ca. mais avec la remise en question du libre echange par ceux qui l’ont invente,on est confronte a un revolution de magnitude 10.” fin citation Todd

    Si de l’epargne des retraites ou des “privilegies” ( assurance vie,compte >100 000 euros ) disparaitrait suite a une remonte des taux, cela serait amha le point de basculement d’un vote “trumpiste” en france.”doom porn” ou realite ineluctable ? qui vivra verra.

      +7

    Alerter
  • lemoine001 // 17.11.2016 à 09h19

    J’ai relevé ces deux phrases :

    « Trump a recentré le débat politique sur les questions économiques et les affrontements de classe. »
    « L’euro a été une énorme erreur stratégique et économique ».

    Très bien ! Mais dommage qu’E. Todd ne se soit pas souvenu de la première quand il a dit la seconde.

    L’Euro est-il vraiment une erreur stratégique et économique pour toutes les classes sociales et tous les impérialismes ? (parce que si on veut faire une analyse marxiste de cette question la notion d’impérialisme est essentielle)..

      +8

    Alerter
    • RGT // 17.11.2016 à 21h55

      “L’Euro est-il vraiment une erreur stratégique et économique pour toutes les classes sociales et tous les impérialismes ?”

      L’€uro n’est pas une erreur stratégique pour les impérialismes car il permet “d’optimiser” les capitaux de manière très efficace.

      Par contre, pour les moins bien lotis c’est une catastrophe, mais les politiciens professionnels de tous les partis s’en foutent car ce ne sont pas les gueux qui les payent (les gueux se font simplement racketter).

      Si l’€uro ne profitait pas aux impérialismes il n’aurait jamais été créé.

      Dans un univers fermé s’il y a un gagnant il faut obligatoirement qu’il y ait un perdant.
      Et c’est bien sûr toujours le plus faible.
      D’où 1% de très gros gagnants et 99% de très gros perdants.

      Finalement la théorie économique du “ruissellement” n’est pas une supercherie.
      La seule chose qui ne n’est pas dite est que les flux ne sont pas ceux qu’on croit.

      En fait les petits ruisseaux ruissellent vers les rivières, qui ruissellent dans les fleuves qui finalement se jettent tous dans les gros océans, et non pas l’inverse.

        +5

      Alerter
  • jacques Cubaynes // 17.11.2016 à 11h04

    Reprenez les précédents messages du blog sur le sujet, et notamment la carte du vote par comtés….au-delà de la faible participation, qui est une réalité chez nous aussi (voir les régionales, les Européennes…), le vote Trump est un raz de marée dans toutes les zones rurales et périphériques. Il n’y a que dans les mégapoles mondialisées où se concentrent à la fois la richesse, la créativité, les bobos…etc, que le vote Clinton l’a emporté.

      +0

    Alerter
  • Mr K. // 17.11.2016 à 11h47

    L’élection de Trump commence a avoir des effets tectoniques mondiaux semble-t-il.

    “L’Australie repousse Obama, plaque le TPP [accord libre échange pacifique], se dirige vers un accord commercial proposé par la Chine”:

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-17/australia-snubs-obama-dumps-tpp-opts-china-sponsored-trade-deal

    “Un législateur allemand appelle à une dissuasion nucléaire européenne” :

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-16/german-lawmaker-pushes-european-nuclear-deterrence-plan

    On remarquera que si le parapluie nucléaire américain est remis en question cela amènera de facto à un regain de puissance et d’autonomie de la France.

    Bref Emmanuel Todd l’a bien vu : nous sommes à un moment historique de grands bouleversements (avec bien sûr de possibles retours en arrière et du chaos).

    Ce moment actuel est une cristallisation d’une tendance amorcée peut-être avec la crise financière de 2007 – 2008.

      +6

    Alerter
  • Barbier // 17.11.2016 à 11h50

    Puisqu’il est à la retraite en mai 2017…Pourquoi Emmanuel Todd ne se présenterait il pas à la présidentielle ? :o))
    Il écrabouillerait même Juppé lors des débats…..

      +10

    Alerter
  • calal // 17.11.2016 à 14h10

    44:40 Q: que se passe t il si on arrete de voter? R :la question est qui arrete de voter? c’est les classes populaires qui arretetn generalement de voter. c’ets le reve de toute oligarchie.chaque election est un cauchemar pour les milieux dirigeants puisqu’ils sagit quand meme fondamentalement d’un truc formel dans lequel on doit cacher que les decisions qui seront prises n’ont aucun rapport avec le bien des electeurs a part des retraites,qu’il va falloir obeir a l’allemagne.si les gens des milieux populaires les plus martyrises par la politique economique arretent de voter cest pain beni pour les dirigeants.

      +6

    Alerter
  • Azza // 17.11.2016 à 15h17

    En ecoutant Todd, il m’est venu a l’esprit qu’on a pas trop entendu parler des reactions de la classe politique Allemande a l’election de Trump. Or, si on en croit notre prophete prefere, le Monde pourrait se diriger vers une rivalite, en tout cas, une opposition, entre les USA et l’Allemagne.

    Il serait chouette que Les Crises nous fassent une petite recherche sur comment l’Allemagne va decider de se positionner.

      +4

    Alerter
  • moshedayan // 17.11.2016 à 18h52

    Ce régime de visa pour les Ukrainiens, je ne crois pas qu’il change beaucoup les choses : pas en mieux en tous cas. Il mettra en concurrence encore plus féroce des travailleurs détachés en travail temporaire de 2-3 mois d’Europe de l’Est avec des Ukrainiens, plus les quelque milliers de migrants arrivés récemment sur le marché du travail (officiel ou non). Bref, pression salariale et misère : l’UE un projet devenu fou comme le pressent E. Todd. La suite de la folie est évidemment l’élargissement du statut de travailleurs détachés aux Ukrainiens. Là encore, l’Allemagne meneuse de cette affaire prépare son apocalypse -souhaitons que cela ne se fasse pas avant qu’elle mette la main sur la dissuasion nucléaire française. Marc Bloch, l’historien, avait déjà souligné la trahison des élites françaises dans la défaite de 40. Merci encore pour les vidéos d’E. Todd

      +5

    Alerter
  • Garde CH // 17.11.2016 à 19h36

    En gros , monsieur Todd vous dites : ” … les vieux ne comprennent rien à la ” monnaie …” .
    Pourquoi ces paroles alors que vous savez très bien que les ” vieux ( d’aujourd’hui ) ” ont connu le franc ( celui de la 4 ème. République ) , le franc lourd ( celui de l’immense Charles de Gaulle qui a délivré sa patrie … de Berlin ) et l’euro ( la devise des traîtres , Giscard et Mitterrand , qui ont asservi leur patrie à Berlin ) .
    Et tout ce que je vous souhaite , c’est de devenir vieux car , alors , vous radoterez moins .

      +5

    Alerter
  • Goldoni // 17.11.2016 à 20h08

    Je pense que E. Todd situe bien le problème quand il dit que certaines classes votent contre leur intérêt. Et notamment la volonté de l’oligarchie régnante d’écarter les couches populaires.
    Étudier le système éducatif français à la manière de Todd montre bien l’accès très inégal à certaines grandes écoles. La prolifération des écoles de commerce ou de management qui fonctionnent au bénéfice exclusif de l’oligarchie. Je ne reviens pas sur les bassesses du système de divertissement et des moyens d’information si souvent bien analysés ici.
    Comme lui, je ne voterai pas à cette présidentielle en l’état actuel de l’offre politique.
    Le système présidentiel français est à bout de souffle et la représentation parlementaire ne représente pas les attentes du peuple.

      +7

    Alerter
  • Seba_Gx // 17.11.2016 à 21h11

    Ma préférée à 39’25”:

    “Je travaille sur les pays qui ont une histoire actuellement, mais tant que la France croupille, je ne vais pas gâcher mes dernières années de recherche active sur un pays où il ne se passe rien”.

      +5

    Alerter
  • GaM // 18.11.2016 à 00h07

    seul espoir : Mélenchon
    Que Todd écarte comme en 2012 et qui me fait penser que Todd est l’ultime barrage de la caste.

      +0

    Alerter
    • Goldoni // 19.11.2016 à 08h41

      Seul espoir : une gauche rassemblée sur un pacte d’engagements clairs

        +0

      Alerter
  • albert // 18.11.2016 à 03h08

    3’39 (longtemps) l’électorat américain-l’électorat blanc-semblait voter contre son intérêt.Par exemple durant la phase Reagan, il a accepté la dérégulation, la baisse des impôts, beaucoup parce que les républicains de l’époque agitaient le pompon d’un Welfare stage qui ne bénéficiait qu’aux noirs : […] le racisme a été un des déterminants de la montée du néo-libéralisme aux états unis.

    6’53 Hillary Clinton c’était la poursuite du modèle impérial.[…]Les gens ne voient pas l’association qui existe entre la guerre, le libre échange et le système impérial : la globalisation c’est quelque chose qui est géré par le système impérial.

      +3

    Alerter
  • petouille // 18.11.2016 à 08h27

    ” 30 ans de retard sur les démocraties anglo-saxonnes ” il suffisait d’assister à l’émission ” question pour un candidat” hier soir , … un journaliste de 79 ans , encore et toujours des commentaires tentant de passer pour des questions …. circulez …..

      +0

    Alerter
  • David Palmer // 18.11.2016 à 12h12

    Comme d’habitude cet article donnent bien à penser, comme indique Fritz ci-dessus ,ainsi que sa remarque concernant l’importance du Witan dans l’histoire de la démocratie (au sens moderne ). Mais, un DETAIL, qui répresente un défi lorsqu’on se référe aux etats/ peuples/societés anglophones : Le terme ‘Anglo-Saxon ‘ est, pour plusieurs raisons, impropre -trop réducteur ethniquement, culturellement.Une allusion à ‘Anglophone’ me parail plutot nécessaire. Dans cet article , qq.chose comme.’ Les sociétés anglophones les deux côtés de l’Atlantique’ apart la longeur, qui dit mieux ? Merci Olivier

      +0

    Alerter
  • Iloveit // 22.11.2016 à 21h45

    0:39 ce qu’on est en train de vivre est un regain de la démocratie américaine, avoir un pays qui fiche en l’air son establishment, non pas simplement politique mais aussi intellectuel, le pays qui a initié la globalisation, le néo-libéralisme, qui est en vérité à la tête d’un système impérial, qui est élit un candidat protectionniste, partisan d’un recentrage national, plus pacifique en fait.

    2:48 La vérité c’est que depuis des décennies la vie politique américaine est complètement anormale. C’est à dire que le libre échange a fait monter les inégalités (…), jusqu’à 98 les inégalités montaient mais le niveau médian des ménages augmentait encore, depuis 1999 il y a avait stagnation / baisse du revenu médian, et même dans cette période, augmentation de la mortalité dans la population blanche de 45 – 54 ans. Dans ce contexte l’électorat américain (… ) semblait voter contre son intérêt. (…) Et la candidature de Trump, est un type qui a recentré sur les questions économiques et les affrontements de classe. Un rêve marxiste.

    5:19 on essaye de sortir aux Etats Unis d’une période de fausse conscience généralisée où les gens votaient contre leur intérêts, supportaient un système économique qui leur était complètement défavorable pour réclamer, je ne sais pas si ça serait réalisé, pour réclamer des politiques de protection beaucoup plus raisonnables.

    5:58 J’étais terrorisé par l’hypothèse Clinton.

      +0

    Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 21h45

      6:55 Hillary Clinton c’était la poursuite du modèle impérial. C’est à dire encore la globalisation, le libre échange. Les gens ne voient pas l’association qui existe entre libre échange, et la guerre, et le système impérialiste.

      7:42 On peut dire on l’a échappé belle. Il y avait du risque à avoir Hillary Clinton.

      8:46 Si on regarde raisonnablement l’histoire depuis le XVII° siècle, elle est pilotée par le monde anglo-saxon. C’est l’Angleterre qui a fait les premières révolutions, qui a inventé le régime représentatif (…) et les américains ont inventé la démocratie, le capitalisme moderne, le développement économique (…). 1° virage, 79-80, Tatcher en Angleterre, Regan aux Etats Unis, virage néo-libéral. 1980, François Mitterand arrive au pouvoir et nationalise, et entame une politique de type soviétique. Evidemment c’est une catastrophe, 1983 virage de la rigueur et en France depuis on vit avec une droite et une gauche, une droite unifiée maintenant que le PS fait partie de la droite qui essaye de rattraper le monde anglo-saxon dans son concept néo libéral mais avec une société moins adaptée quand même, il y a l’état, l’égalitarisme. Et là, on fait la même chose à l’envers, le monde anglo-saxon vire, le Brexit, recentrage national, un peu de contrôle des frontières, (…) et au moment où le monde anglo-saxon passe à la phase suivante de l’histoire, nous on a une classe politique qui est tétanisée, en retard de 30 ans intellectuellement, et qui continue à parler du libre échange comme si c’était la panacée universelle et qui évidemment s’attache aux détails superficiels.

        +0

      Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 21h46

      12:31 Evidemment, comme le monde anglo-saxon est dominant, on risque de voir se développer une situation de déphasage. C’est à dire notre présidentielle, qui était déjà passablement ridicule par l’absence de propositions concrètes, risque d’apparaitre complètement irréelle, parce que ailleurs l’histoire continue.

      13:42 L’euro a été une énorme erreur de stratégie politique et économique, il a enfermé la France dans l’espace économique allemand, il a créé une situation dans laquelle la démocratie devient complètement formelle puisque le président élu n’a aucun pouvoir réel en termes de décision, (…) et là par exemple on va voter pour le type qui va nous représenter à Berlin.

      15:20 Mais avec la remise en question du libre échange, par les américains eux mêmes, on est confrontés à une révolution de magnitude 10.

        +0

      Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 22h38

      18:22 A très court terme, j’ai un peu de mal à l’imaginer (le scénario Marine Le Pen) (…), la France n’a pas de problème racial…
      M. Achour : … contrairement à ce qu’on veut nous faire croire en permanence.

      19:50 Ce que viennent de faire les américains, c’est à dire élire Trump, faut le dire franchement, les français n’en sont pas capables.

      22:01 Je pense que c’est très difficile de mesure l’énormité de ce qui vient de se passer. La plus grande puissance du monde, le pays qui a inventé la démocratie, la globalisation, pivote, et on va se trouver avec une classe dirigeante, une classe intellectuelle complètement à contrepied de l’histoire.

        +0

      Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 22h39

      25:31 On est confrontés à l’analyse d’une histoire pour laquelle on a pas de précédent. Si vous voulez faire des prédictions sur ce qui va arriver en Russie à la veille de l’effondrement du communisme ou dans les pays arabes à la veille du printemps arabe, vous faites des prédictions sur des sociétés moyennement avancées ou en développement carrément et vous pouvez vous situer par rapport à des pays plus avancés qui ont fait des expériences à des niveaux éducatifs et économiques supérieurs. Mais quand vous parlez des états-unis, ou même de la France ou de l’Allemagne, on ne sait pas, c’est des pays qui font la course en tête, et qui font l’histoire. Tout ce qu’on peut demander aux gens c’est de l’humilité.

        +0

      Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 22h40

      31:21 M. A. : Est-ce que nous en France on aurait pas la possibilité de voter pour un candidat issu de la société civile et pas des partis ?
      E. T. : (…) Ce qui rend les choses plus difficiles ou peut être impossible, c’est une sorte de légitimisme dans la société française (…). Les Français ne sont pas démocratiques de la même manière. Couper la tête de l’aristocratie, oui, il y a une sorte de disposition nationale pour ça, mais faire confiance à quelqu’un qui arrive, qui n’a pas les bons tampons éducatifs, la bonne histoire… mais peut être qu’il y a une légitimité sous-terraine que je n’aperçois pas qui pourrait apparaitre. (…)

        +0

      Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 22h40

      35:15 M.A: qu’est ce qu’on retiendra de François Hollande ?
      E.T.: je sais pas, actuellement c’est trop facile de taper sur lui (…) Le blocage de la société française c’est pas juste François Hollande. C’est même pas juste la caste des énarques. C’est aussi cette stratification éducative, et puis ce corps électoral très âgé qui a peur pour ses économies, sa retraite, et qui bloque. Et là je pense qu’on a un peu tendance à utiliser François Hollande comme une sorte de victime expiatoire, c’est à dire de bouc émissaire de notre nullité. (…) La nullité est structurelle. Elle concerne toute la classe politique qui n’est pas capable de trouver des gens qui soient capables de regarder la réalité, (…) c’est évident que cette paralysie a été amenée par la politique de franc fort et de l’euro, faisons acte d’honnêteté et de lucidité et admettons qu’il faut amicalement sortir de l’euro. Expérimenter. Essayer de faire autre chose.

        +0

      Alerter
    • Iloveit // 22.11.2016 à 22h41

      39:22 Je travaille sur le monde anglo-américain, l’Allemagne, la Russie et le Japon, les pays qui ont une histoire. Tant que la France roupille, je vais pas gâcher mes dernières années de recherche active à travailler sur un pays où il ne se passe rien.

      41:40 Je vais pas voter en 2017. J’en ai marre. (…) Ce à quoi un mec comme quoi peut servir, c’est pas de dire voter pour machin ou machin, c’est d’éclairer le débat sur ce qu’il se passe à l’étranger et de dire dans quel champ de contrainte la France va se retrouver.

      46:23 M.A.: Merci E. Todd, c’était un plaisir de vous recevoir même si à chaque fois où on vous reçoit il y a des gens qui nous le reprochent. Là, je pense qu’après l’éloge de Trump…

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications