Merci à Gaël pour son alerte 🙂

Nous verrons que “enseignement moral et religieux” serait plus adapté” que “enseignement moral et civique”

Ministère de l’éducation nationale, Bulletin officiel du 25 juin 2015 :

“L’enseignement moral et civique (EMC) a été créé par la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République. Ce nouvel enseignement est mis en œuvre de l’école au lycée à partir de la rentrée 2015.

Il se substitue aux programmes d’éducation civique existants à chacun des niveaux de l’école élémentaire, du collège et du lycée :

  • instruction civique et morale à l’école élémentaire,
  • éducation civique au collège,
  • enseignement civique, juridique et social (ECJS) dans les classes de seconde générale et technologique et les classes du cycle terminal des séries générales,
  • éducation civique, au sein du programme d’histoire-géographie-éducation civique dans le cycle terminal des séries technologiques,
  • éducation civique au lycée professionnel et dans les classes préparatoires au certificat d’aptitude professionnelle (CAP).

Il est mis en place dans les classes terminales des séries technologiques STI2D, STL et STD2A.

L’EMC doit transmettre un socle de valeurs communes : la dignité, la liberté, l’égalité, la solidarité, la laïcité, l’esprit de justice, le respect de la personne, l’égalité entre les femmes et les hommes, la tolérance et l’absence de toute forme de discrimination. Il doit développer le sens moral et l’esprit critique et permettre à l’élève d’apprendre à adopter un comportement réfléchi. Il prépare à l’exercice de la citoyenneté et sensibilise à la responsabilité individuelle et collective.

Vous trouverez ici en ligne le manuel des éditions Nathan (mais bon, j’imagine que c’est pareil pour tous les manuels. On peut les contacter ici d’ailleurs).

Quand on s’intéresse à la propagande, ça vaut sacrément le coup d’oeil…

Avant de vous en proposer le best of, une remarque. Je note bien sûr le changement au niveau du fond par rapport à il y a 25 ans (on n’est plus dans le factuel et le neutre), mais je trouve aussi éloquent le changement de forme : on n’a plus un “livre”, un “manuel”, en gros à apprendre ; on a un machin où il n’y a que des espèces d’exercices de pseudo-réflexion, des sortes de jeux, etc. – du coup, l’élève, n’a presque plus rien avec lui quand il rentre à la maison…

Best of donc, de ce qu’est capable de produire notre société pour “développer l’esprit critique” (rions un peu – je me permettrais de rajouter (ironiquement) en commentaire les instructions qui manquent à mon sens, à rajouter pour l’édition 2025) :

Page 24 :

“L’enseignant veillera à développer le jugement critique en parlant de la journée de l’Amour du 11 janvier 2015. Il dénoncera évidemment au commissariat tout élève critiquant la parole du gouvernement, ainsi que les parents ayant éduqué cette graine de terroriste.”

“L’enseignant sanctionnera tout élève demandant pourquoi une publicité pour un groupe de presse privé figure dans un manuel d’éducation civique.”

“L’enseignant veillera à développer le jugement critique en parlant du 7 janvier. Il dénoncera évidemment au commissariat tout élève choqué, jugeant que l’attentat a plus à voir avec le crétinisme avancé de barbares et le droit d’insulter les convictions des autres, qu’avec la liberté d’expression, ainsi que les parents ayant éduqué cette graine de terroriste.”

“Programme 2025 : Titre : Face à la menace terroriste toujours croissante, menaçant votre vie au quotidien, est-il bien raisonnable de conserver encore des libertés individuelles, vu que vous n’avez rien à vous reprocher ?”

“L’enseignant insistera sur la caractère totalement archaïque de ces notions, inadaptées au XXIe siècle. Il dénoncera évidemment au commissariat tout élève s’interrogeant sur la responsabilité de notre politique étrangère dans ces attaques, ainsi que les parents ayant éduqué cette graine de terroriste.””

“L’enseignant veillera à saluer l’action de Big Brother, qui assure désormais la sécurité des citoyens – malgré, hélas, les attentats qui perdurent. Il insistera sur le besoin d’une 47e loi sur le renseignement, prochainement décrétée par Big Brother.”

(WTF : l’esprit critique sur les droits sociaux ????)

“L’enseignant fera acclamer par les élèves, debout devant la photo de Big Brother, la suppression du droit de grève. Les élèves travailleront par petits groupes afin de débattre des raisons d’un délai aussi incroyable avant cette saine suppression.”

“L’enseignant sanctionnera tout élève s’interrogeant sur les propriétaires de nos groupes de presse et l’impact sur les journaux. Il veillera à chanter les louages de notre liberté. Il rappellera que l’oppression, c’est la liberté.”

“L’enseignant sanctionnera tout élève déviationniste, se demandant pourquoi dans le pays de la Liberté éclairée et de la Démocratie, les gens se détournent du vote – et qui demandera comment y remédier. Rappeler l’exemple de Frédéric Martin, fusillé pour non vote pour Big Brother en 2022.

“Chaque équipe devra montrer que les élections en France ont un caractère démocratique.”

Ah flûte, ça y est déjà ça…

“L’enseignent expliquera que l’esprit critique, c’est accepter qu’un journaliste s’exprime sur le journalisme sans contradicteur, dans un manuel scolaire, afin de gagner du temps de débat inutiles. Sanctionner toute évocation du nom de Noam Chomsky ou même de Serge Halimi.”

Non, c’est bien ça, rien à changer…

“L’enseignant, après la prière laïque à nos soldats défendant la justice et les droits de l’Homme dans nos nouvelles colonies, veillera à ce que ne soient pas évoqués le contexte de l’intervention en Haïti de 2004 ni les raisons économiques de celle du Mali en 2015 ou de la Grèce en 2019.”

“L’enseignant veillera à ce que les élèves connaissent la liste des pays où nos soldats ne sont pas encore présents, afin de s’en indigner.”

“L’enseignant affichera le poster de nos nouvelles colonies, leur indépendance ayant montré leur échec total.”

“Enfin, l’enseignant sanctionnera tout élève ayant vu ces interviews de Michel Collon sur le Mali, pour manque total d’esprit critique et de patriotisme : ”

L’ingérence du privé dans l’État, avec l’exemple de la guerre au Mali :

“De même s’il connaît ces 5 principes de la propagande de guerre :

  1. Cacher les intérêts
  2. Cacher l’histoire
  3. Se faire passer pour les défenseurs des victimes
  4. Diaboliser l’adversaire
  5. Monopoliser et empêcher le débat

“Programme conforme aux instructions du Ministre chargé de l’Éducation Nationale, de l’Esprit critique et de la Liberté des Esprits au Politburo de Bruxelles.”

 

« Les hommes naissent ignorants et non stupides. C’est l’éducation qui les rend stupides. » [Bertrand Russell, (1872-1970)]

P.S. Pour mémoire, voici un manuel de morale de 1926…

107 réponses à [Enseignement de l’ignorance] Les nouveaux programmes “d’enseignement moral et civique”

Commentaires recommandés

Beatrix Le 10 septembre 2015 à 02h16

Cette réforme obtiendra des résultats meilleurs que ceux de la décriée Corée du Nord.

Sans complexes, l’Etat-Major de la République recours à l’asphyxie de ses citoyens. Là, il les étouffe à la sortie du berceau.

Totalitarisme, dépravation, appel à délation…
C’est le boomerang des dictatures que la France avait installées dans ses colonies.

Jean Ferrat, si tu étais encore vivant, que chanterais-tu à la place de “Ma France”?
La France de l’imposture, la France de l’inquisition? La France des bassesses?
La France des immatures?
La France malade…
Chacun devrait avoir mal à sa France!

  1. Beatrix Le 10 septembre 2015 à 02h16
    Afficher/Masquer

    Cette réforme obtiendra des résultats meilleurs que ceux de la décriée Corée du Nord.

    Sans complexes, l’Etat-Major de la République recours à l’asphyxie de ses citoyens. Là, il les étouffe à la sortie du berceau.

    Totalitarisme, dépravation, appel à délation…
    C’est le boomerang des dictatures que la France avait installées dans ses colonies.

    Jean Ferrat, si tu étais encore vivant, que chanterais-tu à la place de “Ma France”?
    La France de l’imposture, la France de l’inquisition? La France des bassesses?
    La France des immatures?
    La France malade…
    Chacun devrait avoir mal à sa France!


    • Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 11h08
      Afficher/Masquer

      “C’est le boomerang des dictatures que la France avait installées dans ses colonies.”

      +

      Que cela est bien dit!

      Ce que notre Régime fait subir aux autres, il nous le fait bientôt subir. Voilà qui est bien dans l’ordre des choses de ce monde.

      Voyez comme il traite ces réfugiés (qu’il affuble lâchement du titre de “migrants”) affluant non pas seulement de la Syrie mais de tous les pays que nous avons détruits et rendus invivables! Ne vous méprenez pas, n’en doutez surtout pas, ce sera bientôt notre tour. Tout est déjà en place. Ne reste qu’à régler quelques détails…


      • Anouchka Le 11 septembre 2015 à 10h00
        Afficher/Masquer

        Hannah Arendt a bien analysé le processus dans “les origines du totalitarisme – tome 2 : l’impérialisme”. Elle montre que c’est la facon dont les démocraties impérialistes (France, mais surtout Angleterre) ont gouverné les colonies ( notamment la promotion dans les colonies des “hommes superflus”, de ce qu’elle appelle la “populace” ) qui a ensuite rendu possible le développement du totalitarisme en métropole.


    • Michel Donceel Le 10 septembre 2015 à 23h22
      Afficher/Masquer

      Encore pire quand on est d’une minorité francophone. On se sent tout-à-fait abandonnés face aux orques germano-saxons…


    • omoshiro777 Le 10 septembre 2015 à 23h53
      Afficher/Masquer

      Il devrait surtout s’en prendre à la république car ce n’est pas mon pays charnel, La France qui est responsable de ces infamies. Il faut séparer les hommes, les régimes politiques et les territoires car ces derniers sont les seuls à ne jamais mentir. Ils demandent juste à être aimés et vous le rendent toujours…


  2. olivier69 Le 10 septembre 2015 à 02h56
    Afficher/Masquer

    On peut encore appeler cela du libéralisme ? Cette perte de liberté sous couvert de sécurité ? Sérieusement ? Les manuels des programmes ont été réalisés par les multinationales (l’élite intouchable), les peuples n’ont qu’à bien se tenir. Il faut être aveugle pour ne pas voir s’appliquer un programme qui relève du communisme. Certes déguisé par l’anonymat des actionnaires, véritables décisionnaires au sein du “Politburo de Bruxelles”, usant du lobbying, mais…

    Le pire, c’est que nos enfants devront sans doute payer (financement) dans le futur (comme le modèle US avec explosion des crédits étudiants) pour absorber la nouvelle mise à jour cérébrale. Le droit d’entrée sera bientôt un droit de jambage intellectuel et financier afin d’espérer rester en connexion avec le réseau. Il devient intéressant le métier d’enseignant, vous ne trouvez pas ? Un peu à l’image d’un huissier cybernétique…
    Tout ceci me fait penser aux propos alarmants de Charlotte Iserbyt.


    • Tassin Le 10 septembre 2015 à 10h04
      Afficher/Masquer

      Le néolibéralisme en vigueur n’a jamais rien été d’autre que l’utilisation de la puissance publique pour mettre en place par la force des logiques de marché.


      • olivier69 Le 10 septembre 2015 à 16h22
        Afficher/Masquer

        Non, pas d’accord, seulement des logiques de distribution (matérielle et intellectuelle).


    • Philippe, le belge Le 10 septembre 2015 à 22h40
      Afficher/Masquer

      Veuillez éclairer ma lanterne en m’indiquant dans l’article ce qui relève d’un programme communiste!

      A moins d’être un adepte de la mise en parallèle du communisme et du fascisme sous le sceau du totalitarisme (et dans ce cas vous êtes vous-même déjà bien formaté!) je n’en vois aucun!

      D’autant plus que, en effet, le totalitarisme est aujourd’hui plutôt le fait du libéralisme…


  3. Abemus Le 10 septembre 2015 à 05h50
    Afficher/Masquer

    Pincez-moi, que je me réveille, c’est un cauchemard…

    Sur l’esprit critique :

    Il y a une “conférence gesticulée” de Franck Lepage sur l’éducation populaire qui est absolument essentielle et que je voudrait conseiller à tous ceux qui ne l’ont pas vu.

    Ce document, très drôle de surcroît, explique notamment comment tout à été fait pour qu’une éductation populaire ne soit pas mise en place, le développemnt d’un esprit critique étant un danger pour l’élite dirigeante…

    (le passage, culte, sur la langue de bois est sans doute déja connu de beacoup, mais l’ensemble est très très bon…)

    https://www.youtube.com/watch?v=9MCU7ALAq0Q


    • Renaud 2 Le 10 septembre 2015 à 09h17
      Afficher/Masquer

      L’éducation populaire prodiguée par les “conférences gesticulées” est très précieuse. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé “La faim du pétrole”, “L’eau, ça chie” et celle sur l’idéologie médicale.


    • Beliou Le 10 septembre 2015 à 09h38
      Afficher/Masquer

      Le pire c’est que c’est un cauchemar collectif et que personne ne semble vouloir se reveiller…


      • Zasttava Le 10 septembre 2015 à 14h38
        Afficher/Masquer

        Au contraire, je dirais que les gens sont parfaitement réveillés, mais que la chape de titane de la bien pensance post-Charlie provoque une dissonance cognitive fabuleuse.


    • Varinyky Le 10 septembre 2015 à 16h41
      Afficher/Masquer

      Frank Lepage un homme debout éveillé.
      Il est d’ailleurs maintenant passé à l’étape suivante avec l’auto dissolution du Pavé.
      La prise de conscience est en route, nous avons les outils, maintenant qu’est ce que l’on en fait ?
      Sinon cela ressemblera au “Magical Mystery European Tour de Varoufakis”, le choix entre créer un personnage people de plus ou vraiment changer notre environnement.
      Moi je ne crois que la reconstruction çà ne peut se passer qu’a un niveau individuel et centrifuge, pouvoir passer entre les gouttes et remplacer les MJC par des comptoirs du Vieux Campeur.


  4. Olivier HB Le 10 septembre 2015 à 07h39
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier, je viens d’avaler mon café matinal de travers !! C’est proprement hahurissant !


    • Alfred Le 10 septembre 2015 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Tout pareil.
      Pour la forme il faut se réveiller c’est le diktat du ministère. Heureusement qu’il reste des crétins gauchisses ou pas qui n’appliquent pas les normes bêtement et dont encore des cours.
      Pour le fond. Ben la je suis sidéré (et pourtant je suis dans le mammouth).
      Cependant les manuels sont toujours politiquement corrects et plus royalistes que le roi. Rien n’empêche un enseignant de faire appel à Chomski ou à Halimi.
      La question c’est quelle proportion. Heureusement personne ne peut y répondre (ni les anti-profs ni les pro ni le ministère). Le jour ou cela sera possible LA ce sera fini.


      • Gaël Homère Le 10 septembre 2015 à 08h38
        Afficher/Masquer

        EURSS nous voilà.


    • Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Nous devons vite en venir à ne plus être ahuris, nous étant pénétrés du fait que telle est, parmi nous, “la nouvelle normalité”, accompagnée bien sûr de “tout ce qui va avec”. Assurément, nous n’avons encore rien vu!…


  5. Homère d'Allore Le 10 septembre 2015 à 08h30
    Afficher/Masquer

    C’est une assez bonne prépa pour Sciences Po.


    • V_Parlier Le 10 septembre 2015 à 10h08
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas encore assez menteur pour çà! Ils n’ont pas trop osé vanter nos autres actions récentes “pour la démocratie” dans le monde ailleurs qu’au Mali (là où tout de même, le gouvernement malien était demandeur). Ils ont esquivé les causes initiales, bien sûr, mais il ne faut pas s’attendre à mieux que çà.


  6. Bruno Le 10 septembre 2015 à 08h49
    Afficher/Masquer

    “Par petits groupes, les élevés viendront expliquer pourquoi il est parfaitement bienfondé qu’en France, 95% de la presse soit aux mains de groupes industrielles, de préférence d’armements.

    Les élevés justifieront ensuite le fait que les journaux télévises soient directement rédigés soit par Matignon (audio-visuel public), soit par les communicants des grands groupes industriels (audio-visuel prive) et que les journalistes déviants soient limoges dans la semaine.

    Les élevés en concluront que la dictature c’est la démocratie et que l’esclavage, c’est la liberté.”


  7. CANDIDE Le 10 septembre 2015 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Je laisse ceci à votre méditation comparative. Cela date de 1926 !

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5450383n/f6.image


  8. Dom Le 10 septembre 2015 à 08h53
    Afficher/Masquer

    La première vidéo de Michel Collon me donne l’idée suivante : construire un contre manuel !
    Un manuel qui alerte et invite à l’esprit critique.
    Est-ce que cela existe déjà pour les enfants ? Si oui, je suis preneur.

    Pour mes enfants, c’est certain : ils vont avoir le droit maintenant à un cours maison sur ces sujets.

    Merci à Olivier et tous ceux qui participent à ce site pour mener ce combat pour une information diversifiée et de qualité.


    • Xavier Le 10 septembre 2015 à 10h19
      Afficher/Masquer

      “L’histoire expliquée sous l’angle de la quête de la dominance” ça commencerait bien…
      Pas de gentils ni méchants, pas de religions, mais une recherche propre à chaque peuple, à chaque individu.

      Ensuite un topo sur l’intérêt de l’expansionnisme pour maintenir la dominance ou l’étendre.

      Les bases seraient déjà solides et la (nouvelle ?) grille de lecture serait implacable.


      • FifiBrind_acier Le 10 septembre 2015 à 18h58
        Afficher/Masquer

        Sous couvert de défendre je ne sais quelle cause démocratique ou humanitaire, les mots ont lentement changé de sens et ce qui est interdit devient un droit: le droit d’ingérence.
        Or Il n’existe aucune trace du droit d’ingérence dans le Droit International…

        Par contre, on y trouve clairement l’obligation de NON ingérence. Il est interdit d’attaquer, de survoler ou d’entrer sur le territoire d’un Etat souverain qui ne vous a pas déclaré la guerre. Sinon, il s’agit du droit du plus fort, qui ne respecte pas la souveraineté des Etats, c’est un crime d’ingérence.

        Sauf mandat de l’ ONU évidemment, mais nombre d’interventions militaires se passent de mandat des Nations Unies.


    • sadsam Le 10 septembre 2015 à 20h19
      Afficher/Masquer

      @Dom,

      En fait il faudrait organiser localement avec des profs bénévoles des cours de latin et de grec (langue mais aussi histoire et civilisation) pour parents-enfants.
      Jacqueline de Romilly avait écrit de si belles pages en faveur de l’enseignement du grec ancien en rappelant son histoire personnelle pendant la seconde guerre mondiale.
      Cela m’avait incité à faire faire du grec à mon petit dernier (il y a déjà très longtemps). Catastrophe, c’était méthode globale pour le grec aussi, je passais tous mes samedis soir à essayer de décrypter les leçons pour faire faire les devoirs à la victime le dimanche (je n’avais pas étudié le grec ancien). Il ne m’est resté de cette pénible année que la compréhension des mots Mésopotamie, hippopotame et batrakos.
      La victime n’a pas lu non plus en français Thucydide ou Hérodote. Même pas Aristophane. Platon et Aristote, mieux vaut ne pas en parler.


  9. Renaud 2 Le 10 septembre 2015 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Encore une nouvelle preuve qu’il ne faut absolument pas laisser nos enfants seuls face au système éducatif. Les parents restent le seul rempart, le seul contrepoids à la propagande distillée par l’école et les médias. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si notre société se dirige vers des familles monoparentales ou avec deux parents cumulant plusieurs jobs comme aux Etats-Unis. “Laissez-nous vos enfants, travaillez et regardez la télé en rentrant avec votre smartphone connecté sur Facebook, tranquillement, nous nous occupons de tout”…


    • @renaud2 Le 10 septembre 2015 à 10h30
      Afficher/Masquer

      Beau plaidoyer pour l’enseignement privé, pour le carcan familial, pour le droit paternel (ou maternel).
      Vous laissez entendre que les enseignants n’ont pas de libre arbitre, qu’ils n’ont pas de liberté pédagogique, qu’ils sont des robots lobotomisés par le ministère.
      Merci pour eux !!!!!!
      Les parents seuls remparts ? Laissez moi rire (ou pleurer).
      Comme si être parents était une garantie de libre arbitre, de liberté.
      Comme si un enfant ne se construisait pas contre toute autorité y compris celle de ses parents


      • Renaud 2 Le 10 septembre 2015 à 14h06
        Afficher/Masquer

        Vous êtes bien susceptible. Je n’ai pas dénigré les enseignants mais les manuels provenant du ministère. Je renvoie ainsi à la conférence gesticulée sur l’idéologie médicale, si les médecins prescrivent des médicaments à tout va, c’est qu’on leur a enseigné que c’était la meilleure façon de faire. Je suppose que dans l’éducation, on formate également dans un certains sens (pour la médecine c’est surtout à partir des années 90, pour l’éducation je ne sais pas, c’est peut-être très récent). Cela étant dit, il existe encore de très bons médecins qui savent accompagner leurs patients (les médecins hippocratiques dont la maxime est : guérir parfois, soulager souvent, réconforter toujours), tout comme il existe de nombreux professeurs qui ont à coeur de développer l’esprit critique de leurs élèves.
        Ce sont des résistants, qui ont bien sûr toute ma sympathie. Le système éducatif proposé par nos dirigeants pousse à la spécialisation sans aucune vue globale ni esprit critique. Libre à chaque enseignant de suivre ou pas cette voie, mais pour combien de temps ? Le climat actuel laisse à penser que ces professeurs vont être ostracisés (voir le cas du professeur muté à cause de sa non-Charlietude).
        Quant aux parents, je n’ai jamais parlé de libre-arbitre, simplement de proposer un autre point de vue que la propagande médiatique (qui peut aussi se trouver à l’école), si l’enseignant ne s’en charge pas. Mon message était plus un appel à tous les parents de passer du temps avec leurs enfants, pour voir ce qu’on leur apprend à l’école. L’enfant se construira ensuite contre chaque autorité certes, mais au moins il aura eu deux sons de cloche (ou plus).
        Je me rappelle d’une professeure d’histoire-géo du lycée qui avait dit lors d’un cours : “la pauvreté dans le monde est largement entretenue par les pays du Nord, il faut le dire”. Cette phrase m’avait vraiment interpellé à l’époque, et poussé à réfléchir. Je n’ai malheureusement pas beaucoup d’exemples de ce type.
        Bref, tout ça pour dire que le combat contre la propagande passe par l’engagement de tout le monde, parents comme enseignants.


        • Papagateau Le 10 septembre 2015 à 19h23
          Afficher/Masquer

          Le problème, c’est que ce n’est pas à nos enfants de lutter pour la démocratie, c’est à nous.

          Mais virer l’umps, c’est le saut dans l’inconnu, pas maintenant, plus tard, autrement, pas tout de suite, ça pourrait être pire que mieux.

          Mon gars, quand tu seras mort de vieillesse, tu ne voteras plus. Pas grave pour tes enfants, t’auras toujours été quelqu’un de gentil.
          Pas de courage, même dans l’isoloir. Le combe de l’hypocrisie.


          • Tatare Le 11 septembre 2015 à 08h11
            Afficher/Masquer

            Virer l’umps est impossible à cause du mode de scrutin.
            Les médias nous ont déjà désigné les candidats, que le vainqueur soit de droite ou de gauche n’a aucune importance, c’est juste pour amuser la galerie.


    • zorba Le 10 septembre 2015 à 10h48
      Afficher/Masquer

      “”Beau plaidoyer pour l’enseignement privé sans contrat d’association, pour le droit paternel absolu (ou maternel).
      Ce post suggère que les enseignants n’ont pas de libre arbitre, de liberté de penser, de sens critique, qu’ils sont des robots lobotomisés par le ministère.
      Merci pour eux !!!
      Les parents seuls remparts ??? Faut-il en rire ? en pleurer ?
      Etre parents est-ce une garantie de liberté d’esprit, de laïcité (par exemple) ?
      Soyez logique demandez l’abrogation des lois Jules Ferry (obligation, gratuité, laïcité) !


  10. Jeff Le 10 septembre 2015 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Je ne vois rien de bien nouveau : l’histoire (enseignée) a toujours été la propagande du vainqueur. Ni plus ni moins totalitaire qu’il y a un siècle, simplement cela se voit peut-être davantage à cause de la circulation de l’information.


    • Alain au bar Le 10 septembre 2015 à 12h14
      Afficher/Masquer

      Ouais mais bon avant c’était presque discret, là ça commence à se voir costaud.
      Selon le principe physique action-réaction moins les gueux y croient plus on essaie de les convaincre et pour cela tous les moyens sont bons. C’est pratiquement un aveu d’échec.
      Se sentirait on en danger dans les milieux autorisés ?


    • Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 14h45
      Afficher/Masquer

      Ceci va bien au-delà de l’histoire et de l’enseignement.

      Il s’agit ici de faire intégrer des conduites réflexes par la pratique individuelle et en groupe, rien de moins qu’un conditionnement en profondeur par l’action (voire la gestuelle) qui engage déjà et qui compromet même l’acteur (enfant, élève ou jeune étudiant) devant tous. Non seulement on ne laisse ni penser ni juger, on oriente idéologiquement dès le point de départ, tout en prétendant faire exercer le jugement critique. Sous l’hypocrisie grouillent l’intimidation et le chantage, ennemis de toute éducation qui se respecte et qui respecte l’élève, à savoir celui qui est appelé à s’élever, comme faisait remarquer le philosophe Alain.

      Bref, les dés sont pipés, tout comme dans l’enseignement des institutions catholiques que j’ai trop bien connu durant de si longues années…

      Nouvelle religion dite “laïque”, nouveau fanatisme!


  11. Eric Le 10 septembre 2015 à 09h34
    Afficher/Masquer

    J’adore les commentaires faits dans le texte, pertinents, et bien poilants.
    J’aime cet humour. Ca fait du bien…
    Trop souvent, ce qu’on apprend sur ce site donne plutôt envie de se flinguer…
    D’ailleurs, le fond de cet article est assez flippant. J’espère que les élèves seront très dissipés pendant les cours “civiques”, ou au contraire très très très éveillés.


  12. adrien Le 10 septembre 2015 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Contrôler la réflexion des adultes par médias dominants interposés ne suffisait pas, il fallait aussi formater l’esprit des enfants dès le CP. Les attentats du 11 janvier ont permis une mise en place accélérée de ce nouvel enseignement EMC : les propos dès le 13 janvier de Nathalie-St-Cricq, chef du service politique de France 2, servent de référence :
    ” Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie ” –> Mission Accomplished (Bush,2003)

    On se souvient aussi des propos de NVB, suite aux incidents dans les écoles où était imposée la minute de silence : ” Il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves ” …puis à propos du Deux poids, deux mesures, et de Pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là : ” ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école qui est chargée de transmettre des valeurs “. L’accusation d’apologie du terrorisme a permis de faire auditionner par la police des enfants de moins de 10 ans, un prof de philo a été suspendu puis muté (non ce n’est pas Finkie), ect … Ces programmes de désinformation et d’endoctrinement ne suffiront pas à faire disparaitre la mémoire des faits .


  13. Pytheas Le 10 septembre 2015 à 09h35
    Afficher/Masquer

    “Les frères Kouachi ont en réalité été formés et armés par Fabius et consort pour aller faire la guerre à un gouvernement qui dérangeait les multinationales des États-Unis et d’ailleurs. » Michel Collon Nord Eclair du 28/05/2015, complotiste patenté, mixture intellectuelle : une pincée de confusion, une pincée de soviétisme, une pincée de gauchisme etc….


    • Alain au bar Le 10 septembre 2015 à 12h18
      Afficher/Masquer

      Des pincées seulement pour une bonne grosse vérité.


  14. Beliou Le 10 septembre 2015 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Mon dieu que j’ai peur pour mes enfants…
    En plus, on n’a meme plus le droit de dire “non, ces sujets la, c’est moi qui m’en occupe” car si vous vous y opposez, c’est convocation au tribunal direct…
    Le pire, c’est que je vois tellement de moutons qui disent “Ce n’est pas grave”, etait-ce comme cela aussi sous le communisme? Devrons-nous reellement attendre un veritable effondrement economique pour que le systeme s’effondre et que nous puissions reprendre notre destin en main? Car j’ai bien peur que cet effondrement ne viendra pas et que ce qui nous attend dans ce monde digne de 1984 est encore bien pire…


    • Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 11h47
      Afficher/Masquer

      “La résistance ou la mort!” — Rien de bien nouveau…

      L’esprit qui ne résiste pas, mais plutôt collabore, meurt.

      Dans un monde de conflit permanent et de guerre perpétuelle, le citoyen qui ne résiste pas, mais plutôt collabore, meurt.

      Nos enfants et nos petits-enfants doivent, très tôt, se familiariser avec cette réalité et savoir choisir.


  15. Xavier Le 10 septembre 2015 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Bon, ça tombe bien car ce matin qq’1 m’a forwardé le très beau et très émotionnant dessin de Titeuf http://zepworld.blog.lemonde.fr/2015/09/08/mi-petit-mi-grand/ qui se retrouve devenir réfugié…

    Terriblement vrai !… Mais aussi servant une vision très parcellaire de ce qui se passe…

    C’est la “beauté” de nos démagocraties occidentales et de ses pompiers-pyromanes !

    Et l’Europe de se redorer le blason vis à vis des gens de gauche en passant pour humaniste alors que le patronat se frotte les mains de voir débarquer ceux qui seront nos mexicains…

    Et les partis au pouvoir heureux de pouvoir cliver sur l’immigration et stigmatiser les nationalistes, “sans cœur”…

    Beau, très beau coup dans cette “partie” dont on n’oubliera pas qu’elle a été lancée par Sarkozy & BHL, continuée par Hollande et bien d’autres…

    Il faut écrire une jolie histoire à se raconter et surtout à pouvoir être racontée à l’exil dans ces enseignements nouveaux autour de la citoyenneté… Dont on voie bien l’utilité maintenant : ré-enchanter la société occidentale dont on commence à trop voir qu’elle vit sur l’exploitation des autres peuples et de leurs richesses…

    La propagande s’appuiera sur des gauchistes Bisounours ou qui n’avaient plus d’illusions et qui pourront ainsi justifier leur position et ne plus trop remettre le système en question !

    Qui d’entre eux voudra s’apercevoir de cela ?
    Qui le pourra quand la censure médiatique et le streaming sont tellement élevés qu’aucune autre analyse n’est permise ou même audible ?!…

    Au royaume de l’émotion et des médias privés, TOUT est bon pour nous induire dans un choix entre droite et gauche, entre gentils et méchants… bien sûr les autres !


    • Xavier Le 10 septembre 2015 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Je préciserai ma pensée en rajoutant que tout ce qui sera abordé sur un plan civilisationnel pourra intégrer ces “enseignements” car le choc des civilisations est désormais systématiquement clivant en mode “démocratie vs barbarie”.

      On n’est pas près de changer de paradigme car on ralentit ainsi la prise de conscience par nos enfants de ce que notre société n’est possible qu’avec les richesses et main d’œuvre d’autres, ailleurs, qu’elle est une pyramide de Ponzi.

      Il faudra donc laisser de la place à des “valeurs humanistes” ou “écologistes”.
      Quand on voit le tapage pour un animal abattu ou un écosystème localement perdu et le mutisme pour des milliers d’enfants tués (Gaza, Irak, etc.) et des cultures (au sens organisations sociales) rayées de la carte par le capitalisme !!!!

      Si on réfléchit, tout revient à la même chose : le remplacement des principes intangibles (séparation des pouvoirs, neutralité, déontologie, conflit d’intérêt, liberté d’expression) qui devraient régir les médias et la politique, par des “valeurs” crées pour nous justifiées et fondées autour du conflit de civilisation…

      Tant qu’on ne se battra pas dans cet optique avec la mise au clair de ces mots, on aura plusieurs coups de retard.


    • FifiBrind_acier Le 10 septembre 2015 à 19h17
      Afficher/Masquer

      Je crois que les raisons sont beaucoup plus politiques qu’économiques.
      Avec l’épisode grec, l’ Union européenne est apparue pour ce qu’elle est.
      Seul un large rassemblement des citoyens peut nous sortir de là.

      Pour certains, les réfugiés sont des réfugiés.
      Pour d’autres, ils deviennent des immigrés.
      La question des migrants divise. Bonne pioche!
      Diviser pour mieux régner, c’est quand même ce qu’on fait de plus efficace pour empêcher tout rassemblement…


  16. Lt Anderson Le 10 septembre 2015 à 09h48
    Afficher/Masquer

    Edward Bernays revient, t’as encore du boulot!

    Je ne sais quoi dire… Je ne pensais pas devoir lire ce genre de “chose” qui, il fut un temps, était considéré comme faisant partie d’un passé révolu.

    En fait non, l’histoire donne l’impression de bégayer lamentablement. Le bégaiement d’un vieillard grabataire qui se refuse à mourir : le capitalisme.


  17. zorba Le 10 septembre 2015 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Cinq remarques.
    1. Les enseignants-tes ont le choix des manuels, sauf parfois en cas de mutation où ils héritent du manuel du-de la collègue précédent-e.
    2. Les enseignants-tes ne sont pas obligés-es de se servir de manuels
    3. C’est bien d’alerter, c’est bien aussi de faire son propre manuel ou de faire un contre-manuel collectif (à la manière du contre-manuel d’histoire du monde diplo)
    4. La liberté de penser ne s’use que quand on ne s’en sert pas
    5. Faisons un contre manuel, mettons-le en circulation, utilisons le


    • Xavier Le 10 septembre 2015 à 10h25
      Afficher/Masquer

      Parle avec des profs d’HG et tu comprendras qu’il n’y aucune place entre l’auto-censure, l’inspection, les collègues et l’académie pour être autre chose que confirmant du système ou à la rigueur nostalgique communiste.

      Beaucoup de gens se demandaient comment le système tolère les enseignements très communistes… C’est que la grille de lecture n’est au fond pas si différente de celle capitaliste, qu’on a toujours un conflit entre gentils et méchants.

      Aujourd’hui ce conflit “démocratie” (moi je l’appelle démagocratie) vs barbarie écrase tous les débats.
      Ils ont gagné, mais provisoirement car ils génèrent une frange de population qui doit se taire (stigmatisation de facho systématique) mais qui a raison, donc qui ne lâchera pas.

      Ça sent le roussi social et donc la surenchère en termes de clivage… de terrorisme barbare donc.


      • zorba Le 10 septembre 2015 à 11h31
        Afficher/Masquer

        Prof, ni plus ni moins prof qu’un autre, fréquentant donc des profs, lycée banal d’une banlieue de ville de région, je ne me reconnais pas et je ne les reconnais pas globalement, même si j’en reconnais dans ce que tu dis.
        Il me paraît urgent de soutenir ces profs qui, malgré tout (média, certains parents, inspection, administration, etc), visent à construire l’humanité (pas le journal) dans et avec leurs élèves. Plus urgent plutôt de les affliger d’une suspicion globale et apocalyptique.


        • Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 15h14
          Afficher/Masquer

          Lorsqu’il s’agit de penser, il ne faut compter que sur soi… accompagné, si possible, des plus Grands Esprits de l’Humanité: Platon, Shakespeare, et leurs copains à travers les siècles… en leurs œuvres éternelles.

          Alain (“Propos sur l’éducation”): “Quand la jeunesse ne voit point de maîtres, elle se détourne; elle va chercher de ces livres qui n’espéraient pas être lus. Que ce soit science, ou poésie, ou philosophie, le succès va à ce qui est solitaire et difficile… Il n’y a de pensée que dans un homme libre; dans un homme qui n’a rien promis, qui se retire, qui se fait solitaire, qui ne s’occupe ni de plaire ni de déplaire.”


    • scrongneugneu Le 10 septembre 2015 à 13h40
      Afficher/Masquer

      Oui Zorba,
      Mais juste un manuel sur les techniques de propagande utilisées dans le monde serait suffisant pour éveiller l’esprit critique de nos enfants, ils découvriraient alors que nous sommes les spectateurs d’une interminable “comedia del arte” médiatique.
      Bien assimiler le manuel d’utilisation de l’outil médiatique très performant de nos pseudo démocraties et pourquoi pas aussi l’outil répressif des dictatures, en passant par tout les moyens de magouillo-craties plus ou moins efficace.
      Comprendre le rôle de certains services d’état travaillant pour le compte d’individus non élus, comprendre le rôle des ONG en zone de guerre, l’utilité des camps de réfugiés aux frontières de ces même zones, du rôle des agences de presse à celui des “experts” de nos journaux télévisés, etc..
      Comprendre enfin qu’une information n’est jamais neutre, qu’elle possède en elle même une orientation qu’il faut savoir détecter pour pouvoir exercer un vrai travail de citoyen du monde.


  18. Master8 Le 10 septembre 2015 à 10h32
    Afficher/Masquer

    Bonjour, je remarque qu’il m’arrive souvent en passant sur ce site un problème technique que je ne rencontre pas (ou presque pas) ailleurs. Mon écran se fige quelques secondes et une partie importante (mais pas tout) du texte se transforme en symboles illisibles. Je ne sais pas à quoi c’est dû mais je me demandais si le problème touche d’autres que moi ?


    • Surya Le 10 septembre 2015 à 11h40
      Afficher/Masquer

      changez de navigateur ? ça arrive avec firefox ?


  19. yann Le 10 septembre 2015 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Ce qui choque ce n’est pas seulement ce qui est écrit, mais aussi la qualité du langage employé. C’est à se demander si les absurdités que notre société produit aujourd’hui ne sont pas aussi le résultat d’un effondrement intellectuel global. Il suffit de comparer les manuels éducatifs d’aujourd’hui à ceux employés dans les années 60 pour voir la disparition de l’esprit de synthèse et l’effondrement de la qualité d’expression. L’imprécision du langage produit le déclin de la raison, et le déclin de la raison favorise la montée du despotisme et de l’extrémisme.


  20. dupontg Le 10 septembre 2015 à 10h42
    Afficher/Masquer

    la “droite “n’est pas contre puisqu’elle proposait de limiter l’ecole à la maison aux seuls handicapes..
    bourrage de crane obligatoire sans doute pour eviter la propagation des idées “dissidentes”
    projet du senat..de 2013

    http://www.senat.fr/leg/ppl13-245.html


    • Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Cela s’appelle joliment “la reproduction du capital humain”…


  21. Louis Robert Le 10 septembre 2015 à 10h53
    Afficher/Masquer

    À une France qui devient ÇA, on ne peut que souhaiter la meilleure des chances dans son œuvre magistrale de conditionnement, si méticuleux, de sa jeunesse. Quel avenir brillant se profile à l’horizon, à marcher docilement dans les pas de l’Empire tant et si longtemps admiré! Il suffit de lire Hedges, Berman et Chomsky (et quelques lignes d’Orwell peut-être?…) pour s’en convaincre.


  22. Laurence Le 10 septembre 2015 à 11h39
    Afficher/Masquer

    Mais nous sommes encore libres (pour ceux qui en ont les moyens et surtout une très grande motivation) de sortir nos enfants de l’école (école à la maison) ou de choisir des établissements totalement indépendants. De plus en plus de parents veulent d’un autre enseignement . Les écoles, collèges et même lycées alternatifs existent, à nous de les remplir…. Lorsque nous serons trop nombreux à déserter l’enseignement traditionnel; nous devrons nous battre car l’État trouvera une parade pour faire rentrer les récalcitrants dans les rangs. En attendant, nous pouvons déjà agir en boudant l’éducation nationale et c’est déjà pas mal!!!!


    • Xavier Le 10 septembre 2015 à 11h43
      Afficher/Masquer

      “Lutte contre la radicalisation islamiste” + Impossible en Allemagne de déscolariser : vous avez la “raison de fond” et l’excuse (harmonisation européenne) qui feront qu’une réforme empêchera probablement très bientôt cette option…


    • Astatruc Le 10 septembre 2015 à 11h51
      Afficher/Masquer

      oui,seulement pour ceux qui ont les moyens, et les autres?
      Une école Montessori coûte:

      FRAIS DE SCOLARITE

      Dans un souci de mixité sociale et pour rendre la pédagogie accessible au plus grand nombre, la participation financière des parents tient compte de leur situation personnelle et de leur quotient familial transmis par la CAF ou la MSA.

      Frais de scolarité : 3 – 6 ans

      Les frais de scolarité annuels sont compris entre 2 100 euros (soit 210€/mois sur 10 mois) et 4 550 euros (soit 455€ /mois sur 10 mois) en fonction du quotient familial des parents et du rythme scolaire pour les 3-6 ans.

      Frais de scolarité : 6 – 12 ans

      Les frais de scolarité annuels sont compris entre 3 000 euros (soit 300€/moi sur 10 mois) et 4 950 euros (soit 495€/ mois sur 10 mois) en fonction du quotient familial des parents et du rythme scolaire pour les 6-12 ans.

      Le règlement peut s’effectuer par remise de 5 ou 10 chèques en début d’année ou par virement bancaire en début de chaque mois.

      Les frais d’inscription s’élèvent à 300 euros lors de la première inscription, puis de 150 euros les années suivantes.


      • Xavier Le 10 septembre 2015 à 11h56
        Afficher/Masquer

        Sans compter que les écoles sous contrat auront certainement obligation de prodiguer ces enseignements dans leur cahier des charges sous peine de perdre leurs subventions…

        Il y a bcp de marge pour (encore) resserrer les vis !


  23. DUGUESCLIN Le 10 septembre 2015 à 11h43
    Afficher/Masquer

    A partir du moment où l’état veut se substituer aux parents, on peut parler d’une velléité de dictature et d’abus de propagande insidieuse.
    Certes la réalité se cache derrière les mots pour faire croire à la démocratie, mais on devine l’idée générale qui est celle de conditionner nos enfants et même, s’il le faut, contre les parents.
    Le mot tolérance veut tout dire et rien dire. Car à partir de quel moment le tolérable s’oppose à l’intolérable. Quelle est la limite entre l’acceptable et l’inacceptable et sur quels critères?
    En utilisant ce mot, le but aussi est de culpabiliser les esprits. Suis-je tolérant ou intolérant? Voilà ce que pourront se demander les enfants. Evidemment “on” leur apprendra ce qui est tolérable et ce qui est intolérable selon l’idéologie non avouée.
    En fait, la tolérance est la conséquence d’une évolution personnelle mais n’est pas la cause de cette évolution.
    De plus la tolérance n’implique pas l’approbation. Comprendre sans haine ni discrimination n’est pas forcément approuver.
    Cette utilisation de l’éducation a échoué chez les soviets. Au contre cela a donné la forte inspiration au retour au spontané et à la liberté de choisir et comprendre.
    Ce sera chez nous un fiasco et en aucun cas les parents ne doivent se culpabiliser, s’ils disent des choses différentes que celles “qu’on” assène à leurs enfants dans l’école qui au lieu d’être publique devient l’école de l’idéologie du pouvoir.
    Ces programmes sont soutenus par des associations qui se prétendent “progressistes” mais qui sont financées par ceux qui détiennent le pouvoir financier et veulent asseoir leur domination du monde.
    Qui y retrouve son compte entre les idéalistes d’une idéologie et le pouvoir de la haute finance qui veut nous conditionner à l’imbécillité et nous asservir?


    • Lysbethe Lévy Le 10 septembre 2015 à 12h37
      Afficher/Masquer

      “A partir du moment où l’état veut se substituer aux parents, on peut parler d’une velléité de dictature et d’abus de propagande insidieuse.”
      Certes la réalité se cache derrière les mots pour faire croire à la démocratie, mais on devine l’idée générale qui est celle de conditionner nos enfants et même, s’il le faut, contre les parents.
      Le mot tolérance veut tout dire et rien dire. Car à partir de quel moment le tolérable s’oppose à l’intolérable. Quelle est la limite entre l’acceptable et l’inacceptable et sur quels critères?”

      Oui l’état se substitue bien aux parents, en toute choses, et donc si les parents veulent faire écouter Mr Collon sur un sujet sensible comme les guerres impérialistes françaises en Afrique, et bien que va dire l’enfant à ces parents ? “Non papa, non maman, à l’école on nous a dit de ne pas écouter ce monsieur !”

      Pour rappel l’embrigadement des enfants à l’école pour donner un kilo de riz ou plus soit disant pour aider la famine en Somalie : http://www.coup-de-vieux.fr/du-riz-pour-la-somalie/ !

      http://www.ina.fr/video/CAB92061832 dans ces mémoires Kouchner a avoué avoir dû tourner la scène plusieurs fois, afin que l’image pathétique fasse impression sur le publique français.

      Quand on sait que Kouchner a signé le texte du PNAC et est branché aux néoconservateurs, a fait semblant d’ignorer les traffics en tout genre au Kosovo ou Yougosvlavie, dont le traffic d’organes. étant responsable de la mission EULEX ou les combattants de l’UCK ou d’Al Qaida infiltrés nettoyaient la région des serbes.

      Et le pire c’est qu’à l’époque 1992 nous étions très peu a la FCPE, a dire que les écoles et les enfants n’avaient pas à être manipulés pour une “opération politique”, qui a finit par un nouveau conflit en Somalie ou “les sacs de riz” en question ont pourrit sur place ou servi de pare-balle, à la place de sacs de sables.

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/il-est-midi-dr-kouchner-reveillez-24598 La Somalie est un pays sous influence et subit depuis le conflit pour le gazoduc reliant la Corne de l’Afrique à l’Asie..Suivez le pipeline quand vous voulez savoir ce qui se passe dans un pays.

      Vraiment là on atteint le fond, bientôt la France va ressembler à l’Allemagne Nazie ou les enfants devaient dénoncer leurs parents. L’embrigadement la propagande d’état et l’implication des enfants dans la politique de nos élites menteuses et voleuses ne doit pas se faire !


      • Lysbethe Lévy Le 12 septembre 2015 à 18h11
        Afficher/Masquer

        Bonjour anne jordan, ma fille qui avait à l’époque presque 6 ans, m’avait fait une crise parce que je ne voulais pas lui donner son paquet de riz : “moi aussi je veux porter le paquet de riz, toute la classe le fait, je veux porter du riz comme les autres ou alors je serais pas comme eux !”

        J’ai donc donné le paquet mais bon cela démontre la force de la propagande et le laissez faire des chefs d’école peu critique du fait de l’embrigadement des enfants, surtout quand l’état passe en force a travers certains syndicats SGEN CFDT et autres. Et la stigmatisation possible des enfants ou de leurs parents, qui ne le font pas est en soi une sorte de fascisme rampant.

        Oui je crois qu’ils veulent dessaisir les parents de leurs enfants quand on a vu l’évolution à l’école du droit des enfants face aux professeurs (enfants Dolto) et aux parents (moins d’autorité) le résultat 20 ans après la violence et le non respect des professeurs par les enfants s’aggravant avec la crise violences des rapports sociaux, l’incivilité.

        Des professeurs agressés physiquement par leurs élèves et mêmes les parents d”élèves défendant les “droits de leur enfants” (coups de boule d’une mère à un prof pour avoir puni un élève insultant) et pire les académies lâchant le prof face aux parents d’élèves tout puissants.

        On a tout fait à l’école pour éroder le pouvoir et l’autorité des profs et leurs droits pour en faire des gens soumis à un système qui casse le service publique de l’école laique publique et gratuite. En plus d’avoir précariser leur statut et changer les programmes en allégeant ceux ci à un niveau tel que l’école publique n’est plus ce qu’elle était comme il y a 30 ans.


    • Pierre M. Boriliens Le 10 septembre 2015 à 14h33
      Afficher/Masquer

      @Duguesclin
      “Cette utilisation de l’éducation a échoué chez les soviets”
      Je sais, c’est un lieu commun. Mais avez-vous une source sérieuse qui le démontrerait ?
      Parce que prétendre qu’on vire au communisme parce qu’on vient de découvrir que l’école fait aussi de la propagande…


      • DUGUESCLIN Le 10 septembre 2015 à 16h08
        Afficher/Masquer

        Pierre
        Je ne parle pas du communisme mais de la “méthode” utilisée par les soviets pour conditionner les cerveaux. Ce sont des russes qui m’en parlent et en Russie, c’est comme ça que je sais, au travers de ce qu’ils disent maintenant, que la méthode a échoué.


        • Lysbethe Lévy Le 21 septembre 2015 à 18h29
          Afficher/Masquer

          Merci pour vos infos, mais un ancien dissident mort en 2006 a Moscou a fini par voir une autre réalité, et il a écrit de nombreux livres sur le sujet en particulier sur la force de la propagande en Occident même en comparaison de l’ex-Urss :

          Si l’on compare l’influence de l’idéologie dans les pays communistes et occidentaux, on constate bien vite qu’un résultat analogue est atteint en Occident sans les moyens idéologiques dont disposait le parti unique. Le système d’«abrutissement» occidental est incomparablement plus puissant que celui qui existait en URSS dans les années staliniennes et même brejnéviennes. Il ne touche pas seulement les citoyens ordinaires, entièrement plongés dans la sphère de l’action idéologique, mais aussi le milieu professionnel qui s’occupe de l’étude des phénomènes sociaux.

          (L’Occidentisme – essai sur le triomphe d’une idéologie, Alexandre Zinoviev, éd. Plon, 1996 (ISBN 978-2259-183-178), partie L’idéologie, p. 194)

          Un ouragan de désinformation de type nouveau s’est déversé sur l’humanité. Il ne s’agit plus de création et diffusion intentionnelle d’information délibérément fausse pour induire en erreur. Maintenant, on utilise des informations vraies dans le but prétendu de nettoyer les esprits. Mais ces informations sont sélectionnées, traitées, combinées, interprétées et présentées de telle façon qu’une image fausse et déformée de la réalité en résulte.

          (Les confessions d’un homme en trop, Alexandre Zinoviev, éd. éditions Folio, 1991, chap. Postface, 1989, p. 695)

          Le testament d’Alexandre Zinoniev, qui a pris fait et cause pour la Serbie lors de la balkanisation de l’ex-Yougoslavie par les forces Occidentales. Il a compris que en fait nos bons démocrates voulaient la mort de son pays et que les dissidents ont bien été instrumentalisé à cette fin

          Il a fini par admettre la plus grande force de notre propagande sophistiquée soutenue par des moyens gigantesques, et basés souvent sur des études neuro-cognitives très poussés.

          Une fois en occident il n’a eu de cesse de voir la réalité et a assisté médusé a la conquête du monde par l’ultra-libéralisme triomphant :

          http://www.algerieinfos-saoudi.com/2014/02/le-citoyen-abruti-du-monde-occidental-alexandre-zinoviev.html
          http://www.toupie.org/Textes/Zinoviev_2.htm

          Bien à vous


          • Anouchka Le 21 septembre 2015 à 21h51
            Afficher/Masquer

            Zinoviev a la cote en ce moment en Russie pami tous ceux qui aiment bien voir leur pays comme l’éternelle victime d’un Occident jaloux et dominateur, cherchant depuis toujours l’à l’empêcher de s’épanouir et de donner la vraie mesure de sa grandeur.
            La réthorique de Zinoviev est séduisante, fine et accompagnée d’exemple percutants. Mais, elle me fait beaucoup penser à celle de Heidegger par ses côtés apocalyptiques (quand Heidegger disait que l’extermination dans les camps c’était “le même” que l’agriculture motorisée par exemple). Ce genre d’exagérations métaphysiques, même si elles ne sont pas dénuées d’une part de réalité, pêchent par déconnection du réel -et du coup sont tres réductrices. Onfray a bien montré, dans ses cours de l’université populaires cette année et l’année derniere, tout le danger qu’il y a à analyser le réel à travers des concepts et a fortiori un concept unique. Or, à mon avis, Zinoviev tombe dans ce travers.
            D’ailleurs il me semble qu’il a étudié ou enseigné assez longtemps en Allemagne pendant ses années de dissidence. Je ne serais pas étonnée qu’il ait été influencé par la pensée de Heidegger.


            • Anouchka Le 22 septembre 2015 à 08h03
              Afficher/Masquer

              a l’attention de la modération: je ne vois pas ce qu’il avait de dérangeant mon commentaire sur Zinoviev… Et puis de toute façon, il y aurait eu un droit de réponse.
              Désolée de ne pas coller à la doxa.


            • Lysbethe Lévy Le 22 septembre 2015 à 12h18
              Afficher/Masquer

              Excusez moi Anouchka, mais je vie en France et étrangement depuis que Zinoniev critique le système occidentale après avoir longtemps critiqué le système politique soviétique, il n’a plus du tout la côte auprès des médias ! Ces livres sur le sujet ne sont pas médiatisés et même tus.

              Il a été “témoin vivant” de l’anarchie, le vol gigantesque du peuple russe sous le nom de perestroika ou autre euphémisme crée pour masquer cet immonde pillage au profits des mafia, oligarques, délinquants en col blanc délivrés de prisons pour prendre en charge la nouvelle économie de l’ex-Urss.

              Il a compris que l’occident ne voulait pas libérer les peuples russes ou est-européens du système soviétique, mais bien que ces pays soient livrés pieds et poings liés aux banques, multinationales, mafia, ces trois systèmes de pillage étant liés les uns aux autres comme des frères.

              Il décrit la trahison des Gorbatchev, Eltsine, Yakovlev, et autres profiteurs achetés à l’avance par les chers amis occidentaux “démocratiques” (hic) ou droits de l’hommiste à géométrie variable..

              .Sinon lisez le livre d’une anti-poutiniste connue SVETLANA ALEXIEVITCH celle qui a écrit sur la guerre soviétique en Afghanistan “les cercueils de zinc” qui fut encensé.

              https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/original/4/5/3/002588453.pdf

              Zinoniev ne plait pas du tout aux pseudo-intellectuels avide de russophobie avec un petit air de guerre froide et de réthorique anti-soviétique remise au gout du jour.

              Ce que dis Zinoniev sur les DEUX SYSTEMES qu’il soit soviétique ou occidentale a une grande valeur car il ne prends pas partie vraiment sur l’un des deux systèmes mais évalue au fil du temps et des évènements les faits tels qu’ils sont et leur conséquences mortifères sur le monde actuel.

              Ile me semble que maintenant les russes ont le temps de s’intéresser a cette période trouble qu’on présente souvent comme d’une époque formidable de libération et de liberté.

              Mais les dessous de la contre-histoire sont moins élogieux et on oublie de dire que le pays a perdu entre 5 et 11 millions de personnes liés à “la thérapie de choc” tchatériste-reaganiste!

              Les chicago-boys de l’école de Chicago au gangstérisme triomphant et a la drogue, aux sectes, ONG qui se sont engouffrés pour prendre leur part du “gâteau russe” mettant une pagaille telle que le pays a attendu 20 ans, pour enfin par la résilience propre aux russes de retomber sur leurs pieds et aussi a V. Poutine qui a en quelque sorte arrêter l’hémorragie..

              Vladimir Orlov un américain d’origine russe en parle souvent et en fait même une spécialité : l’effondrement économique ou comment s’en sortir en cas de catastrophe politico-économique.

              Ceux qui prétendent que Poutine est un nouvel Hitler oublie vite que celui ne leur plait pas car il n’avait pas prévu cet “homme insignifiant” pâle totalement inconnu ami d’Elstine.

              Cet homme “fade” qu’ils pensaient manipuler comme ils l’ont fait d’Eltsine, Gorbatchev et qui s’est révélé petit à petit plus indépendant que prévu et ayant un projet pour sa nation.

              Il a hérité de la guerre contre la Tchétchénie, (la première guerre sous Eltsine est oubliée) dont on l’accuse d’avoir effacer ce peuple, mais dont on cache que derrière ces “tchétchènes” l’idéologie Saoudienne “wahhabiste” alliée aux Usa et Ben laden ont pris le pouvoir dans le Caucase.

              Tout comme en ex-yougoslavie les wahhabistes sont implantés afin d’attaquer la Russie sur son “ventre mou” : ce Caucase riche en hydrocarbures.

              Voilà pourquoi ils haissent tant Poutine, c’est de ne pas avoir été “un larbin”, et d’avoir pris en main, redonner une certaine vision, et une prospérité a cet immense pays aux richesses minières gazières, pétrolières au moins aussi immenses et tentatrices.

              Les “russian-haters” Zbigniew Brzezinski et Madeleine Albrigth auraient voulu qu’il partage (!!) la Sibérie avec eux afin d’extraire toutes ses richesses.!..Tout ce “war-game” ou soft-power” ou pseudo-droits de l’hommiste” est ECONOMIQUE !

              L’économie ultra-libérale est celle de la prédation à tous les niveaux, les génocides actuels en découlent comme des conséquences ou “dégâts collatéraux” pour les warmongers de l’hégémonie US.

              Engagé contre la Russie de Poutine n’ est pas une guerre pour la liberté en vérité, la Sibérie qu’ils veulent partager en plusieurs morceaux pour se partager ce gâteau sucré.

              Il faut le dire quand même les guerres à l’origine et de tout les temps est économique pas de liberté ou de démocratie toujours mis en avant mais qui masque les vraies raisons..

              Après hein je fais pas l’apologie de Poutine, mais je tente d’expliquer ce jeux mauvais contre lui comme si il était le seul au monde a imposer un “régime autoritaire” ou “démocrature”.

              Car si vous pensez qu’aux Usa c’est la liberté totale ou en Arabie Saoudite notre “amie” Qatar, UE responsable de nombreux crimes en Afrique les donneurs de leçons devraient se regarder dans une glace.

              Bien à vous.


            • Anouchka Le 22 septembre 2015 à 22h25
              Afficher/Masquer

              Je connais bien les arguments que vous avancez, qui sont certes quasiment inconnus du grand public francais mais qui alimentent les discussions des Russes entre eux (sans même parler des médias). Zinoviev a la cote en ce moment – son statut d’ancien dissident qui connaît l’Occident rassure de nombreux sceptiques.
              Je ne dis pas que ses arguments sont infondés. Je trouve seulement qu’il pousse sa logique trop loin (celle d’un totalitarisme qui aurait conquis la planète entière et en premier lieu l’Occident). En cela il me rappelle les argumentations de Heidegger sur la technique, “la grande machination” comme il dit, qui conduirait à un totalitarisme généralisé (un monde où l’agriculture motorisée et l’élevage intensif procèdent du meme processus de technicité que les camp d’extermination). Or, dans un cas comme dans l’autre, sous les oripeaux de grande et profonde pensée, on a finalement une logique assez proche de celle des vulgaires théories du complot. Que cela soit “la grande machination” (Heidegger) ou le totalitarisme occidental qui déploie patiemment ses griffes sur le monde entier depuis des siècles (Zinoviev), le principe est le meme: l’apocalypse est pour demain, choisissez votre camp, braves gens… Et citer des exemples ne prouve rien car un penseur choisit toujours les exemples qui confirment ses thèses et met de côté ceux qui les infirment.


  24. Charlie Le 10 septembre 2015 à 12h35
    Afficher/Masquer

    Ben quoi, je les trouve très bien ces manuels.
    La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage et l’ignorance est notre force.


  25. Tatsuya Le 10 septembre 2015 à 13h14
    Afficher/Masquer

    C’est le retour des éditions Fernand Satan.

    https://www.youtube.com/watch?v=zmWWN1Z8jP0


  26. vlois Le 10 septembre 2015 à 13h31
    Afficher/Masquer

    Pour reprendre le mot d’Olivier on est bien sur un “enseignement moral et religieux”, effectivement, il y a une transcendance (on parle de valeurs, etc.) qui ne dit pas son nom puisque ce serait avouer qu’il existe un religion de laquelle découle ces principes et sortir ainsi de l’ambiguité du terme “laïc” que certain confondent avec areligieux (je pense à la thèse de Monsieur Vincent Peillon)…


    • Xavier Le 10 septembre 2015 à 13h45
      Afficher/Masquer

      Je ne suis pas tout à fait d’accord et dirais plutôt que les principes transcendent et que les valeurs clivent…
      Dans cette société en délitement, il n’y a plus de principes, plus que des valeurs dont en creusant un peu on comprends vite qu’elles sont bidon…

      Qq exemples :
      – “tolérance” = capacité à apprécier ceux qui pensent comme soi,
      – “aider” : pouvoir se valoriser à bon compte en maintenant l’aidé en infériorité dans la hiérarchie sociale,
      – “éduquer” : formater,
      – “humanisme” : création de “valeurs” pour justifier sa dominance et en oublier les conséquences…

      NB : pardon aux gens “degoche” si ils se sentent visés, je n’ai pas grand intérêt à enfoncer des portes ouvertes en attaquant la droite 😉


      • vloiseau Le 10 septembre 2015 à 14h04
        Afficher/Masquer

        Oui vous avez raison sur la définition et sur les buts poursuivis, la société est en délitement, mais alors : est-ce une fuite en avant, la mort d’une civilisation ou est-ce voulu pour reconstruire une nouvelle société, un nouvel homme promothéen (seul face au monde, le rève des libéraux) ou une néo-féodalité ? Cette question pour éclaircir le schéma de pensée de ceux qui ont écrit les livres et ceux qui ont décidés du programme au delà de vouloir dominer.


        • Xavier Le 10 septembre 2015 à 14h38
          Afficher/Masquer

          Je pense que 95% sont dans la fuite en avant et que 5% cherchent à organiser la persistance de leur dominance coûte que coûte (ceux qui ont atteint des niveaux de hiérarchie où le cynisme est obligatoire), ce que certains appellent “complot” et que je pense être simplement “stratégie” dans un système donné et qui peut effectivement paraître proche du complot, voir l’être parfois…


  27. Fabrice Le 10 septembre 2015 à 13h43
    Afficher/Masquer

    Comme toute leçon de morale, elle est dévoyée quand elle est défini par le pouvoir en place, qui oriente forcément sur la seule solution qui lui convienne, “il n’y a pas d’autre solution sinon c’est la fin du monde”.

    Ce qu’ils oublient de dire c’est que ce serait la fin de leur monde, et qu’ils combattront tout Socrate qui remettrait en doute leur version, hélas on sait ce qui advient de Socrate qui fut calomnié et condamné à mourir pour avoir juste voulu ouvrir la réflexion et l’esprit critique de ses concitoyens.

    Certes je ne pense pas qu’ils en viendront à la condamnation à mort mais il y a des méthodes plus perverses, comme nous avons pu en voir les prémices avec Jacques Sapir.


  28. Bordol Le 10 septembre 2015 à 14h14
    Afficher/Masquer

    Là, je pose la question, est-ce que l’absentéisme scolaire doit être sanctionné ?

    Je n’affirme rien, je ne fais qu’exercer mon esprit critique.


  29. step2 Le 10 septembre 2015 à 14h24
    Afficher/Masquer

    5eme, 4eme 3 eme. Bon j’ai encore quelques années devant moi. Puis allumer les contrepoints si il y a échec de la contestation de ce formatage intellectuel. J’espère qu’un certain nombre de prof auront à coeur de donner le devoir suivant :

    ” Faire une analyse critique de l’ouvrage que vous avez devant vous: Neutralité, exhaustivité, orientations politiques éventuelles, partis pris idéologiques. Quelles sont les formulations, contenues et représentations qui vous semblent orienter la présentation des faits.” ça ce serait de l’éducation civique.


  30. dupontg Le 10 septembre 2015 à 14h41
    Afficher/Masquer

    peut etre bien aussi la raison qui pousse à faire la promotion des femmes au boulot..
    -moins de momes dans la classe moyenne,voire meme chez les pauvres malgré les allocs
    -pas le temps de s’en occuper et donc “socialisation” dés le plus jeune age.


    • Renaud 2 Le 10 septembre 2015 à 15h26
      Afficher/Masquer

      Ce qu’a affirmé tout du moins Aaron Russo peu avant sa mort (cancer) lors d’une interview. Nick (il me semble mais c’est peut-être un autre) Rockefeller lui aurait demandé : “A ton avis, pourquoi la Rockefeller Foundation a financé le mouvement féministe ?” “Pour que les femmes aient les mêmes droits que les hommes, qu’elles puissent travailler aussi…” “Tu es stupide ! Pourquoi ne taxer que la moitié de la population ?” [en plus des deux autres raisons citées ci-dessus].
      Aucun moyen de vérifier, mais bon, on peut toujours réfléchir à ce point de vue.


  31. Jls. Le 10 septembre 2015 à 15h09
    Afficher/Masquer

    On notera l’apparition de la notion de morale dans l’intitulé même du programme alors que comme disait Régis Debray: « La morale c’est quelque chose qu’on s’impose à soi-même, pas quelque chose qu’on fait aux autres. »


  32. Louis Le 10 septembre 2015 à 15h35
    Afficher/Masquer

    Après avoir détruit la famille avec le féminisme et l’abaissement des salaires obligeant les femmes à travailler dans le couple il est normal que l’état se charge désormais de l’éducation morale des enfants désormais abandonnés par leurs parents (fatigue, divorce ou simple égoïsme).

    CQFD. Logique imparable.

    Évidemment on pourrait aussi protéger notre économie et nos salaires, pousser un peu plus les femmes à s’occuper de leurs enfants et utiliser des recettes qui ont marché depuis des millénaires … mais ça ça fait pas assez “progrès”. Non c’est pas vendeur …

    Depuis que j’ai lu Huxley et Orwell j’hésite … je ne sais pas trop lequel des deux est notre futur. Sans doute un mix des deux en fait. On risque de bien rire dans les années à venir.


    • Merle Le 10 septembre 2015 à 16h04
      Afficher/Masquer

      Ouais, il a raison. Allez les femmes, occupez vous de nos enfants ! Nous on a mieux à faire vous comprenez (comme rester 5 heures par jour devant la télé et 2 heures sur son smartphone).

      D’ailleurs, si vous lisez Germinal, on voit bien que les femmes ne travaillent pas et s’occupent des enfants ! Ou bien Zola est aussi partie intégrante du Grand Complot ? Sacré Émile …


      • olivier69 Le 10 septembre 2015 à 16h47
        Afficher/Masquer

        C’est vrai que des nourrices agrées hommes, cela court les rues. Voyons, le droit à l’éducation pour les femmes, le droit au travail sont des bienfaits (comme le droit de vote, par ailleurs), personne n’oserait le nier. Bref, le droit à l’égalité, mais le droit à la liberté ? Est-il assuré ? Car, ont-elles aujourd’hui réellement le choix de travailler ou pas ? En attendant les salaires ont stagné, pas les profits mal redistribués.
        Pour moi, cette partie du débat est stérile car deux positions antinomiques alors qu’elles peuvent être complémentaires.
        ps : je suis heureux que ma femme travaille. Elle, peut-être moins….


        • Merle Le 13 septembre 2015 à 11h43
          Afficher/Masquer

          Mon point est juste de dire que les femmes n’ont pas attendu le droit au travail pour travailler. Toute notre littérature en atteste.

          Ta femme est surement heureuse dans le sens où elle ne dépend pas financièrement de toi. C’est aussi un avantage qui lui procure le bien-être de ne pas être un simple meuble.


          • Françoise Le 15 septembre 2015 à 10h38
            Afficher/Masquer

            Réflexion intéresssante: sie je ne travaille pas alors que je suis en couple,
            je devrais me sentir “un simple meuble”!!
            Sans doute parce que ces “meubles” là doivent ête très limités au point
            de vue réflexion et intérêts personnels.
            Le système capitaliste a bien oeuvré pour faire des humains des robots.
            Signé: un meuble vieillissant!!


  33. Andrae Le 10 septembre 2015 à 16h18
    Afficher/Masquer

    Après l’invasion des US en Afghanistan, mais *surtout* en Iraq, c’est les US qui ont ré-écrit les manuels scolaires du primaire. (1) Histoire, éducation civique, rôle des femmes, etc.

    Bien sur en premier lieu pcq c’était un énorme bizness pour les scrivailleurs / imprimeurs / etc. aux US, en permettant d’allouer des fonds sous la rubrique Humanitaire. Avec comme d’hab un tas d’intermédiaires qui se servent.

    Ils ont surtout biffé toutes les références à Saddam Hussein, eliminé sa présence. Il a aussi été ejecté du cursus littérature. Saddam a écrit au moins 4 romans populaires à grand succès, un s’intitule en anglais “Men and the City”, évocateur non? et “Zabibah et le Roi” (Romance! Grand Coeur!) (2) ainsi que des recueils de poésies.

    En France, nul besoin d’un occupant! Le Gvmnt. s’en charge lui-même.

    Bon, ces revirements historiques et ré-écritures sont très fréquents, p.ex. en Ukraine (Kiev) tout a été orienté vers la haine des Russes, russophones, terroristes du Donbass, etc. (sans manuel s’il faut, la maitresse assume.) Je ne connais pas les détails.

    L’ex. de la France est un peu différent (en partie) apart la ré-écriture de l’histoire….c’est faire rentrer directement à l’école une propagande d’ingénierie sociale pour inculquer ‘des valeurs’ comme étant obligatoires. Ce n’est pas le rôle de l’école, mais a été assez efficace un temps en URSS et Allemagne Nazie, par exemple.

    Et contrairement à aujourdhui en Ukraine, l’ennemi n’est pas pointé du doigt (interdit d’accuser une religion, une ethnie, un peuple, un pays) et, comme aux USA, l’ennemi est presenté comme diffus, indesriptible, menacant car non visible, non identifié, et alors terriblement menacant.

    Seul votre Gvmt. votre police votre armée vos dirigeants vos commandeurs vos maitres vos autorités instituées votre voisin qui a plus de contacts que vous…peuvent vous protéger! *OBEIR*!

    Les mesures contre la déviance d’opinion – vers les enfants – font froid dans le dos. Sincèrement, je n’ai pas pu tout lire / écouter, c’est effrayant.

    On assite là à un exemple du passage d’un fascisme paléo (Ukraine) à un neo-fascisme. (N’oublions pas que le fascime est un extrémisme du centre, ni de gauche, ni de droite.)

    1 (exemple) http://hir.harvard.edu/archives/1290

    2 https://en.wikipedia.org/wiki/Saddam_Hussein%27s_novels


  34. Xavier Le 10 septembre 2015 à 17h22
    Afficher/Masquer

    Je mets ici le lien de l’exposé d’Henri Laborit fait à l’invitation des inspecteurs généraux de l’éducation nationale sur le thème “Réforme de pensée et système éducatif” le 14/09/94 : http://nouvellegrille.info/pdfrpe.html

    En mettant un extrait savoureux :
    “Le développement technologique, propriété privée de certaines ethnies établies dans les zones tempérées du globe depuis le début du néolithique et la fin de la dernière glaciation, a permis l’établissement de dominances de ces ethnies sur le reste de la planète. La biologie comportementale peut en fournir une interprétation historique sans doute. Mais elle peut aussi favoriser ces motivations dominatrices, les utiliser pour perpétuer les dominances ou en faire naître de nouvelles. Elle peut en quelque sorte favoriser l’apprentissage de tous les conformismes sociopolitiques qui se camouflent eux-mêmes bien souvent sous une défroque de prétendue scientificité à la mode. Mais qu’est-ce que la Science ou soi-disant telle ? Le temps n’est-il pas venu au contraire de l’utiliser à faire naître une conscience planétaire des finalités de l’espèce et de moyens de la réaliser ? Cette conscience ne peut être que le serviteur de cette finalité et non le moyen d’établir des dominances de groupes par l’intermédiaire de la production de biens marchands et d’armes de plus en plus meurtrières.”

    On n’est visiblement pas encore arrivés à cette conscience là… et certains s’emploient visiblement à nous la faire ignorer !


    • lm bernard Le 10 septembre 2015 à 22h00
      Afficher/Masquer

      Hegel,la Conscience abstraite,l’Esprit.


  35. soleil Le 10 septembre 2015 à 17h39
    Afficher/Masquer

    il devient nécessaire de remarterialiser pour que les gens comprennent dans quelle société ils vivent : exemple les opérateurs téléphoniques qui ont créé des “bureaux d’appel” éloignés de 600 km des lieux de vente comme lieu de facturation. Le monopole France télécom a ouvert son capital. L’État a compile et a mis le client sous les ordres. Pourquoi ne pas rapprocher les lieux de vente et la gestion des factures.


  36. olivier69 Le 10 septembre 2015 à 18h54
    Afficher/Masquer

    Esprit critique enseigné ?
    Reprise : «Ce n’est pas un crime d’être ignorant en économie, qui est, après tout, une discipline spécialisée et celle que la plupart des gens considèrent comme une science lugubre. Mais il est totalement irresponsable d’avoir une opinion forte et bruyante sur des sujets économiques, tout en restant dans cet état d’ignorance.» Murray Rothbard.
    Qu’est-ce que “le” marché, aujourd’hui ? Puisqu’il parait que nous sommes sous les lois du marché dans ce monde. Nous parlons alors sans doute d’un marché, c’est à dire celui qui s’impose à nous….Les marchés n’ont pas de logique, les hommes, si !
    Ils suivent des comportements qui parfois ne relèvent pas d’une équité intrinsèque à la notion de marché ou de consensus. C’est ici, que le libéralisme disparaît et que le rôle de l’état prend une autre dimension….Nous ne sommes plus dans un monde économique (gestion à terme) mais bien dans un monde financier (gaspillage et pillage).


  37. FifiBrind_acier Le 10 septembre 2015 à 19h43
    Afficher/Masquer

    Ceux qui veulent formater les esprits des enfants n’ont rien compris à la formation du surmoi.
    Et c’est heureux. Les petits d’homme ont cette particularité qu’ils naissent “pas finis”, il faudra plusieurs années pour acquérir l’autonomie. En attendant l’enfant dépend exclusivement de ses parents pour sa survie.

    Un enfant jusqu’à l’adolescence, n’a comme référence exclusive que ses parents.
    Ce sont les relations fusionnelles de l’enfant avec ses parents qui permettent de mettre en place des interdits. Lesquels interdits sont indispensables à toute vie sociale et relationnelle, quoi qu’on en dise.

    Ce n’est pas par adhésion morale qu’il apprend à distinguer ce qu’il faut faire ou ne pas faire.
    C’est parce que l’enfant a peur de perdre l’amour de ses parents, qui est vitale pour lui, qu’il va se socialiser petit à petit, apprendre à partager, à contrôler ses colères, ses pulsions, son égoïsme, qu’il va respecter les autres, renoncer à manger la part du gâteau de la petite sœur, et renoncer à zigouiller ce petit frère dont il est épouvantablement jaloux….

    C’est à travers la relation fusionnelle avec les parents que se construit le surmoi.
    Sous réserve évidemment que les parents aient des interdits à transmettre, et qu’ils donnent l’exemple. Certains sont croyants, mais pas pratiquants…

    Il se trouve que la relation élèves – enseignants n’a rien de fusionnel du tout!
    C’est même strictement interdit qu’elle le soit.

    Donc, “cause toujours, tu m’intéresses”, les enseignants peuvent bien raconter ce qu’ils veulent, la référence “morale”, et pour les siècles des siècles, ce sont les parents .


    • Homère d'Allore Le 10 septembre 2015 à 21h51
      Afficher/Masquer

      Cela est sans doute vrai jusqu’à, dirons nous, 16 ans… Vers cet âge, il y a, au contraire, souvent volonté de se construire en opposition aux parents.

      Et le rôle d’un enseignant peut devenir primordial.

      De plus, votre raisonnement, très juste dans le cas d’une famille stable, peut s’avérer moins cohérent dans les cas de démission parentale (volontaire ou non).

      Personnellement, je fus très influencé par ma professeur de lettres en seconde. Et la quasi-totalité de ma conception du monde, encore aujourd’hui, se réfère aux valeurs transmises par cette enseignante.


      • Françoise Le 15 septembre 2015 à 10h58
        Afficher/Masquer

        Vous oubliez le rôle crucial que joue l’inconscient dans les rapports parents enfants.
        Car ce n’est pas uniquement ce que disent les parents ou ce qu’ils font mais ce qu’ils
        ressentent et pensent qui laisse une empreinte sur l’enfant
        L’inconscient est une éponge qui absorbe tout sans différenciation.
        D’òu l’énorme tâche qui incombe aux parents – éducateurs.
        Il ne nous reste qu’une alternative: nous éduquer nous mêmes.


  38. Charlie Bermude Le 10 septembre 2015 à 20h09
    Afficher/Masquer

    Je reposte là aussi . Alors les enfants on leur dit faut faire comme ci , comme çà , où fait pas ci fait pas çà , comme a chanté Jasques Dutronc , y a longtemps déjà . C ‘est en rapport à quoi ? A un extérieur , les autres , la société , ce qu’on estime étre bien , parce que l’enfant ne connait pas les autres , la société , ce qui l’attend .
    Pour un état , et l’éducation narionale ( on ne dit pas instruction nationale , tient , c’est bizarre !), l’éducation devrait revenir à la famille , non ? , l’éducation nationale est un service d’état , pardon , public . ( çà veut dire quoi au fond public ?) . En tous cas les enseignants sont des fonctionnaires , donc plus qu’étroitement controlés , par l’état , avant tout , méme les parents d’éléves . D’ailleurs , y a comme un esprit de corps , trés hermétique .
    Bref tout çà à un rapport avec l’extérieur , l’étranger , au pays , comme les enfants pour la société .
    Le Mali , c’est banal , le Mali il fait ce que la France lui dit de faire , sinon troupes , mais l’Arabie Saoudite , le Qatar , c’est différent , eux c’est plutot çà doit étre comme çà sinon je ne paye pas .
    Méme avec le Texas , c’est comme çà , parce que le cout du pétrole au Texas est trés cher , si l’Arabie vend trop bas , au Texas , on fait la culbute , méme JR dans son monde impitoyable .
    Donc faut penser ces textes en rapport avec notre politique au Moyen-Orient , nous aussi sommes un état pétrolier , sans qu’on s’en tende compte , nous avons Total ….


  39. samuel Le 10 septembre 2015 à 21h03
    Afficher/Masquer

    @ soleil

    Bonsoir,

    Si vous me posez la question au sujet du civisme je vous l’accorde, mais pour le reste demandez-vous pourquoi le monde se dirige vers l’éventualité d’une nouvelle dépression mondiale, surtout à travers la première désinformation US, quand bien même beaucoup auraient fait les grandes écoles du journalisme, de l’économie, du droit ou de la politique. Serait-ce un manque de responsabilité première venant de leur part et donc de civisme ? Je ne sais, car cela concerne un grand nombre de gens, s’il vous plaît posez leur d’abord la question ! Vous savez il arrive un moment, ou je me rends compte que même les gens ayant fait les grandes écoles, et si je puis m’exprimer ainsi, ne changent en réalité aucunement le quotidien de la société. Comment voulez-vous enseigner la morale et le civisme aux petits, lorsque dans le même temps beaucoup de PDG ne se gènent aucunement de se conduire de la même manière que le monde de la finance. C’est sur la première cupidité des hommes conduit tout droit le monde à l’éventualité d’une nouvelle dépression mondiale. Je ne peux vous le prouver, il y a pourtant des signes qui ne trompent pas à travers les nouvelles, après je vous oblige pas à me croire et à m’en remercier de vous l’apprendre ainsi.


  40. lm bernard Le 10 septembre 2015 à 21h35
    Afficher/Masquer

    Le programme de régénération lors de la Révolution française visant à faire passer le peuple de statut de sujet catholique d’un roi(la monarchie et l’Eglise )à celui de citoyen d’une République a priori athée et laïque provoqua deux courants divergents sur la forme mais non sur le contenu,à savoir la nécessité de fonder une identité (régénérer) sur une religion(ce qui unit,relie),garder l’ancienne et la constitutionnaliser(les modérés) ou pour les progressistes refondre une nouvelle religion (l’Homme Nouveau) fondée sur la Raison,l’Etre Suprême (Le dieu grand horloger,celui des savants et des philosophes).
    V Peillon s’était confié:le programme idéologique révolutionnaire n’est pas achevé,J Ferry ne parlait il pas de prêtres de la République concernant les instituteurs,A Conte glorieux positiviste jugeait que l’homme rationnel était enfin adulte.
    Révolution bourgeoise en 89 (et même 93 pour certains historiens honnêtes),idem pour 1830,48 et 1870.
    Le Capitalisme et le libéralisme (économie de marché) s’accommodent bien avec nos libertaires godwiniens(Cf JC Michéa),deux religions pour le prix de l’ancienne( le fétichisme de l’argent,le laïcisme),sa sotèriologie(la repentance et le devoir mémoriel),son heuristique(égalitarisme,liberté des moeurs),son relativisme(la diversité des opinions,et comme toute opinion ne vaut que comme une opinion,chacun peut la donner puisque le but,la finalité c’est de la manipuler).
    Mariage pour tous,PMA,GPA,…
    Fabrique de l’ennemi (Cf excellent livre d’U Ecco),l’islam (bastion de résistance,comme les vendéens),le terrorisme(…,no comment),Poutine…la réécriture de l’histoire (cf Paxton)
    La fabrique du consentement tourne à la dictature et au lavage de cerveau.
    Alors que nos chères têtes blondes ou noiraudes soient les victimes désignées,Lycurgue à Sparte,Platon à Athènes souhaitaient que la République les prennent en charge et que les femmes ne soient que génitrices (des P Bergé avant l’heure),rien de nouveau sous le soleil…


  41. Sumbawa Le 11 septembre 2015 à 01h45
    Afficher/Masquer

    A ma fille,

    Le mali est une ancienne colonie française, les frontières actuelles du Mali sont celles qui avait été dessiné par l’administration française à l’époque et regroupe 2 groupes de peuples différents au nord des peuples touaregs et au sud des peuples voltaïques. les peuples du nord souhaitent leur indépendance et luttait déjà contre les français depuis 1905. le nord du Mali est très riche en matières première Or, pétrole, gaz mais surtout de l’uranium. la Mine d’Arlit au Niger à seulement quelques kilomètres de la frontière malienne fournit 30% des besoins de la France en uranium pour nos centrales nucléaires et tout cet uranium que nous avons extrait pendant 40 ans nous l’avons payé 40 milliards seulement au Niger , 1 milliard par an depuis 40 ans, bref comme ci c’était gratuit car les populations touaregs locales ne touchaient rien, non mais par contre les poussières radioactives dégagées par les mines crées une espérance de vie de 36 ans ( oui ma chérie la bas papa serait déjà mort) donc le MLNA est renforcé par la sympathie des populations locales qui souhaiteraient quitte à mourrir au moins avoir l’argent qui découle de ce qui les fait mourrir. Mais non, on a trouvé une autre solution, avec nos amis du golfe, on a envoyé des religieux qui ont crée leur propre mouvement Ansar Dine, et on s’est dit Ansar Dine va neutraliser le MLNA. Et puis, il s’est passé autre chose, L’inde est venu voir le président du Mali pour lui offrir 10 fois ce que la France payait pour les ressources naturelles et avait déjà signé des contrats. Alors nous avons demandé à Ansar Dine d’attaquer le sud et à un groupe d’officier malien de renversé le président. 15 jours après , le colonel rend le pouvoir mais pas au président mais à un de ses ministres qui devient alors président et donc la première mesure d’urgence qu’il va prendre est de ….. rompre le contrat avec l’Inde… Mais il y a un problème que l’on a pas vu , c’est qu’ Ansar Dine et le MLNA s’unissent pour obtenir l’indépendance du nord , l’occasion s’étant présenté par le renversement du président malien. Notre mainmise sur les richesses du Mali à nouveau garantie, il ne nous reste plus qu’à envoyer nos troupes sur place pour combattre les 1200 islamistes du nord du Mali et assurer sur place notre controle du pays et ce avec une belle mise en scène des médias et le consentement du public.

    Désolé ma chérie ( et amis blogueurs) c’est un peu long comme explication mais la raison de l’intervention de la France au Mali n’est aussi simple que ce que l’on te l’explique dans les médias et malheureusement maintenant à l’école.


    • Romuald Le 11 septembre 2015 à 09h56
      Afficher/Masquer

      Source.

      Je ne trouve aucun texte sur ce contrat entre l’Inde et le Mali…


  42. PIROU Le 11 septembre 2015 à 09h39
    Afficher/Masquer

    Cher Olivier, je propose une petite précision: ne vous focalisez pas trop sur les manuels.

    Généralement d’une exceptionnelle nullité (celui-ci est un cas d’école), ils ne sont pas le programme !

    L’EMC est très imparfait, mais j’observe pour ma part qu’il est finalement assez proche des anciens programmes d’ECJS; la dimension “républicaine” étant cependant accentuée. Mais précisément, ces questions demeurent assez ouvertes pour dispenser un enseignement intéressant et neutre ! Rien n’empêche les profs de ne pas utiliser les manuels !

    Les inspecteurs en histoire-géographie (en aquitaine du moins) recommandent généralement de les utiliser le moins possible – moins pour des raisons idéologiques que didactiques, certes…


  43. Aspietoyendefrance Le 12 septembre 2015 à 13h58
    Afficher/Masquer

    Quoi qu’on en dise, c’est très orwelien comme procédé.

    En ECJS, je m’en souvient,c’était vraiment ennuyeux. Et quand je suis allé en lycée privée, là tout a changé par contre…

    Il y’a tout de même un moyen de trouver à faire quelque chose de bien construit, contre des recherches approfondies.


  44. anne jordan Le 12 septembre 2015 à 17h56
    Afficher/Masquer

    vous avez sans doute remarqué qu’il ne s’agit pas ici de l’enseignement de l’HISTOIRE ; celle ci est la parente pauvre de l’école primaire , du collège comme du lycée . Unanime détestation de cette matière parmi nos chères têtes blondes ou noires .
    Pourquoi ?
    Parce qu’elle est ” ennuyeuse , avec des mots difficiles , qu’on ne s’y retrouve pas , qu’on fait les 2 guerres mondiales du CM1 à la terminale , que les profs nous demandent d’apprendre par coeur , etc… ”
    ( florilège de réponses recueillies récemment auprès d’enfants divers)
    Ne serait ce pas depuis que cette matière est traitée par THEMES et non chronologiquement ?
    Un enfant- jusqu’à la 3 e – a besoin qu’on lui RACONTE DES HISTOIRES , qu’on lui donne des repères visuels et humains, pas qu’on l’embrouille avec des thématiques pour classes prépas …


  45. JC Le 13 septembre 2015 à 00h52
    Afficher/Masquer

    Les captures d’écran du manuel sont incroyables. Pour un type qui s’estime bien débranché de la matrice comme moi, quel choc de voir ça ! C’est grave !
    Il y a quand même une bonne nouvelle, c’est que cette éducation rend idéaliste (au lieu de banaliser l’horreur par exemple). On croit réellement bien faire. Et plus tard, si on découvre la supercherie immense, le fossé entre les idées et les faits, on se raccroche à cet idéal pour se retourner contre la propagande. Ça nous donne la force de nous indigner.


    • Anouchka Le 13 septembre 2015 à 09h26
      Afficher/Masquer

      Oui, ou on fonce dans l’idéalisme radical religieux de type salafiste…


  46. Tinou Le 14 septembre 2015 à 19h58
    Afficher/Masquer

    En tant qu’enseignant dans le primaire (CM1-CM2), j’en ai marre de passer mes journées, mes soirées, mes week-end à travailler pour mes élèves, faire tout mon possible pour leur apporter culture, esprit d’analyse, de compréhension… et m’entendre dire que je ne cherche qu’à former des moutons obéissant au pouvoir en place.


  47. I-Cube Le 21 septembre 2015 à 16h21
    Afficher/Masquer

    Tout cela est bien plus fouillé que je ne saurai faire.
    Personnellement, j’en suis encore à m’insurger de temps à autre.
    Jusqu’à l’écœurement, parfois !

    Bien à vous !

    I-Cube


Charte de modérations des commentaires