Les Crises Les Crises
30.octobre.201630.10.2016 // Les Crises

L’orage est imminent, par Victor Davis Hanson

Merci 7
J'envoie

L’article cité par le Général Mark Milley dans son discours martial…

Une illustration de la préparation de populations à la guerre.

Source : Townhall, le 22/09/2016

Victor Davis Hanson | Publié le 22 septembre 2016

448d8ccd-e370-4cbc-90c7-a349b1eb495f

Cet été, le président Obama jouait souvent au golf. Hillary Clinton et Donald Trump promettaient de laisser aller le monde. L’été semblait s’achever dans la torpeur et le monde paraissait plutôt calme.

L’été 1914 en Europe paraissait calme, lui aussi. Mais le 28 juillet, l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche fut assassiné à Sarajevo par Gavrilo Princip avec l’aide de ses complices séparatistes serbes. Cet acte isolé a déclenché la Première Guerre mondiale.

Pendant l’été 1939, la plupart des observateurs pensaient qu’Adolf Hitler en avait enfin fini avec ses intimidations en série. On supposait que les politiques d’apaisement avaient permis de rassasier ses immenses appétits territoriaux. Mais, le 1er septembre, l’Allemagne nazie envahissait soudain la Pologne et déclenchait la Seconde Guerre mondiale, qui allait engloutir quelque 60 millions de vies.

Les guerres paraissent souvent venir de nulle part, alors que des événements imprévus transforment en embrasements planétaires des tensions qui couvent de longue date.

Les boutefeux sont souvent des agresseurs plus faibles qui croient naïvement que les nations plus puissantes qu’eux souhaitent la paix à tout prix et qu’elles ne réagiront pas à une agression opportuniste.

Malheureusement, notre tranquille fin d’été 2016 a dissimulé beaucoup de tensions latentes qui maintenant émergent, en grande partie en raison du désengagement des États-Unis qui seraient, paraît-il, fatigués.

La guerre, elle, à la différence des États, ne dort pas.

La Russie a massé des troupes à sa frontière avec l’Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine semble croire que l’Europe est plongée dans le désarroi et il croit que la principale préoccupation du président Obama est de présenter des excuses aux étrangers pour les fautes passées des États-Unis. Poutine parie qu’au sein des puissances occidentales fatiguées, il ne s’en trouvera aucune pour pouvoir ou vouloir endiguer sa réintégration de l’Ukraine — ou ensuite des États baltes. Quel branché d’Amsterdam se soucie de ce qui pourrait arriver à la lointaine Kiev ?

L’Iran a échangé des otages américains contre une rançon. Il n’y a pas longtemps, un missile iranien a manqué de peu un porte-avions américain. Des Iraniens ont piraté un bateau américain et ont harcelé nos navires de guerre dans le golfe Persique. Téhéran promet régulièrement de détruire soit Israël, soit les États-Unis, soit les deux. C’est un drôle de dividende de paix de « l’accord avec l’Iran » !

La Corée du Nord n’est pas simplement délirante. Les récents essais nucléaires et tirs de missiles en direction du Japon donnent l’impression que l’homme fort de Corée du Nord, Kim Jong-Un, croit vraiment qu’il pourrait gagner une guerre − et obtenir ainsi d’encore plus grandes concessions de la part de l’Occident et de la part de ses voisins asiatiques.

De manière analogue, les islamistes radicaux semblent décidés à mener de nouvelles attaques en postulant que l’Occident ne répondra probablement pas par un déploiement de puissance écrasant. Le week-end dernier nous a confrontés à des explosions de bombes artisanales à Manhattan et dans le New Jersey, ainsi qu’à une attaque à l’arme blanche dans un centre commercial du Minnesota − et à la frustration des Américains.

L’Europe et les États-Unis ont été déstabilisés par un déferlement de migrants − principalement de jeunes hommes − venus du Moyen-Orient déchiré par la guerre. Le politiquement correct a figé les dirigeants occidentaux, les empêchant de ne serait-ce que formaliser la menace et, bien sûr, d’y répondre.

Pendant ce temps le gouvernement américain semble plus préoccupé par la fermeture du centre de détention de Guantanamo, par le souci qu’aucun représentant de l’État ne prononce les mots « terreur islamique » et par la diffusion de mises en garde des Américains contre tout excès dû à leurs préjugés supposés innés.

Les agresseurs sont également encouragés par d’importantes coupes dans le budget de la défense des États-Unis. Le canard boiteux de la présidence Obama, les politiques menées dans l’ombre et la division culturelle et raciale des États-Unis reflètent la lassitude des électeurs vis-à-vis des engagements internationaux.

Ce serait une erreur de croire que la guerre est impossible parce qu’elle ne bénéficie à personne, ou qu’elle est surannée en notre XXIe siècle si sophistiqué, ou qu’elle serait insensée dans un monde nucléarisé.

La nature humaine est immuable et reste irrationnelle. Le mal est éternel. Malheureusement, l’apaisement est souvent vu par les malfrats non comme de la magnanimité à charge de revanche mais comme de la timidité à exploiter.

Quelqu’un devra bientôt dire aux Nord-Coréens qu’un ordre mondial stable ne peut tolérer leurs tirs de missiles et essais nucléaires répétés.

Quelqu’un pourrait rappeler à Poutine que les anciennes Républiques soviétiques ont droit à l’auto-détermination.

Quelqu’un pourrait informer les Chinois que personne ne peut installer des îles artificielles et des bases militaires pour contrôler les voies maritimes commerciales.

Quelqu’un pourrait faire entendre aux terroristes islamistes qu’il y a une limite à la patience occidentale face à leurs bombardements permanents, leurs meurtres et leurs destructions.

Le problème est qu’il n’y a pas de « quelqu’un » (et sûrement pas les Nations Unies ou l’Union européenne) qui possède l’autorité et la puissance requises, en dehors des États-Unis. Mais pendant longtemps, les États-Unis ont accompli plus que leur part du maintien de l’ordre international, et leur peuple est las des coûteuses chasses aux dragons à l’étranger.

Le résultat, en cette date tardive, est que la thérapie lourde qui consisterait à restaurer la dissuasion à long terme est presque aussi dangereuse que la maladie du sempiternel apaisement à court terme.

Obama semble convaincu de pouvoir quitter ses fonctions avec l’aura d’un porteur de paix avant que ses brebis apaisées ne finissent par s’unir dans une réaction violente. Il nous a assuré que le monde n’avait jamais été aussi calme et paisible.

D’autres ont affirmé la même chose au cours des dernières semaines des paisibles étés 1914 et 1939.

Les nuages de la guerre s’accumulent. L’orage est imminent.

Source : Townhall, le 22/09/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Duracuir // 30.10.2016 à 09h09

Je continue:
la Russie n’a massé aucune troupe sur la frontière ukrainienne. Par contre, les USA ont installé des système de lancement de missile de l’autre coté de l’Ukraine, juste à la frontière. Et l’Otan masse des hommes dans les pays Baltes.
La Russie n’a aucun projet de “réintégration” de l’Ukraine, beaucoup trop cher et inutile stratégiquement, l’essentiel étant sauvé avec la Crimée et le tampon du Donbass. Quant à prétendre que le pays aurait des vu sur les Baltes(membres de l’OTAN) c’est une insulte à l’intelligence.
Les “otages” US rendus par l’Iran étaient des militaires des forces spéciales ayant violé les eaux territoriales, en arme, en tenue de “pénétration”.
Le prétendu missile “iranien” tiré sur la marine US, l’a été du Yemen par on ne sait qui(les houthis démentent) et personne n’a pu analyser le moindre fragment de ce missile que seule la marine US a vu.
“Oublier” de dire que le terrorisme islamique est la résultante directe des agissements guerriers US est quand même gonflé.
“Oublier” que ce sont les USA qui sont à l’origine de la mise à feu et à sang de moyen-orient….

69 réactions et commentaires

  • blue rider // 30.10.2016 à 02h24

    ce type d’article paranoïaque dans la presse américaine est récurrent, et renvoie aux théories conspirationnistes mises en évidence dans les rangs conservateurs dès 1964 par le brillant sociologue Richard Hofstaeter. Son article phare est traduit ici : https://anticons.wordpress.com/2015/08/13/hofstadter-et-les-theories-du-complot-traduction-de-son-article-phare-du-harpers-magazine/
    Cette paranoÏa a été détournée par les néo-conservateurs US et français au profit de leurs intérêts (domination des ressources naturelles au Moyen Orient notamment), en la redirigeant contre toute pensée alternative anti OTAN, anti USA etc. C’est expliqué ici :
    https://anticons.wordpress.com/2015/04/28/theorie-du-complot-comment-le-best-seller-de-richard-hofstadter-le-style-paranoiaque-fut-detourne-par-les-neo-conservateurs-12/

      +32

    Alerter
  • georges glise // 30.10.2016 à 02h53

    l’analyse de monsieur hanson est globalement juste. quelques remarques cependant:
    il me semble que la volonté belliciste des faucons de washington n’est pas assez soulignée dans ce texte.
    de même, le fait que la troisième guerre mondiale aut pu être évitée jusqu’ici uniquement grâce à l’équilibre des armements nucléaires, qui produit un effet de dissuasion réciproque n’est pas assez mis en valeur. de gaulle l’avait bien vu, et c’est pour cela qu’il avait sorti la france de l’otan, alors que sarkozy et hollande, toutous de washington, l’y on t réintégrée ce ue mitterrand, pourtant atlantiste convaincu, n’avit pas osé faire.

      +12

    Alerter
    • HT // 30.10.2016 à 03h57

      De plus, Francois Ferdinand n’ pas a été assasiné le 28 Juillet mais le 28 Juin 1914.

        +12

      Alerter
    • Duracuir // 30.10.2016 à 08h59

      Désolé, mais il est totalement faux.
      Prétendre que Obama et surtout Clinton promettent de laisser aller le monde est … sans nom.
      Prétendre que la cause de la guerre 14 était l’assassinat de l’Archiduc est tout juste bon pour un cours d’histoire de 6e. Et encore.
      Prétendre que c’est l”invasion de la Pologne qui déclenche la guerre est digne d’une classe de 5e. C’est la décision de Churchill de mettre fin à ce petit jeu orchestré jusque là par les puissances occidentales encouragées par leurs classes dominantes, qui déclenche la guerre. Si Chamberlain avait été réélu, il est à parier, que les franco-anglais auraient laissé la Pologne se faire bouffer, comme la Tchécoslovaquie et se seraient frottées les mains en regardant “monsieur Hitler ” régler son compte à l’affreux blocheviks comme ils applaudirent à l’enfermement des communistes à Dachau et à leur assassinat.
      Et tout l’article est à l’avenant.

        +62

      Alerter
      • Fritz // 30.10.2016 à 13h11

        Désolé de vous contredire sur un point, Duracuir, alors que nous sommes d’accord sur l’article de Hanson. Chamberlain n’avait pas à être réélu, puisqu’il n’y a pas eu d’élections aux Communes en 1938 et 1939. Et c’est bien lui, Neville Chamberlain, qui a mis fin à la politique d’apaisement après l’entrée de la Wehrmacht à Prague (15 mars 1939), d’abord en apportant la garantie de la Grande-Bretagne à la Pologne, puis en déclarant la guerre à l’Allemagne, le 3 septembre 1939.

        https://www.youtube.com/watch?v=rtJ_zbz1NyY

        C’est le 10 mai 1940 que Chamberlain a démissionné, remplacé par Churchill. Mais il faisait toujours partie du War Cabinet, et en juin 1940 il était de ceux qui ont permis à de Gaulle de lancer son premier appel à la BBC (Jean-Louis Crémieux-Brilhac, L’appel du 18 juin, Armand Colin, 1990, p. 17-18).

          +9

        Alerter
        • Fritz // 30.10.2016 à 13h48

          Quant à Churchill, éminent représentant des classes dirigeantes d’un pays oligarchique, sa résistance admirable au nazisme ne doit pas faire oublier les côtés sombres du personnage :

          – l’opération des Dardanelles, 1915 (plusieurs dizaines de milliers de morts)
          – son admiration pour Mussolini
          – sa politique antisociale comme chancelier de l’Échiquier
          – le bombardement incendiaire des villes allemandes, 600 000 morts
          – la famine au Bengale, 1943, plus d’un million de morts
          – le discours de Fulton (5 mars 1946), début de la guerre froide organisée par l’Occident contre l’URSS

          https://www.amazon.fr/Crime-Bengale-Churchill-Famine-1943/dp/2913112560
          https://en.wikipedia.org/wiki/Winston_Churchill#Chancellor_of_the_Exchequer_.281924.E2.80.9329.29

            +20

          Alerter
          • Duracuir // 30.10.2016 à 19h02

            Vu, merci de corriger les confuses…. mais vous admettrez que les grandes lignes y sont.
            Et au moins moi, ne suis qu’un vulgaire autodidacte et ne prétend pas mettre le monde à feu et à sang du haut d’un doctorat et d’une chaire d’université. 🙂

            merci pour les précisions.

              +9

            Alerter
    • Duracuir // 30.10.2016 à 09h09

      Je continue:
      la Russie n’a massé aucune troupe sur la frontière ukrainienne. Par contre, les USA ont installé des système de lancement de missile de l’autre coté de l’Ukraine, juste à la frontière. Et l’Otan masse des hommes dans les pays Baltes.
      La Russie n’a aucun projet de “réintégration” de l’Ukraine, beaucoup trop cher et inutile stratégiquement, l’essentiel étant sauvé avec la Crimée et le tampon du Donbass. Quant à prétendre que le pays aurait des vu sur les Baltes(membres de l’OTAN) c’est une insulte à l’intelligence.
      Les “otages” US rendus par l’Iran étaient des militaires des forces spéciales ayant violé les eaux territoriales, en arme, en tenue de “pénétration”.
      Le prétendu missile “iranien” tiré sur la marine US, l’a été du Yemen par on ne sait qui(les houthis démentent) et personne n’a pu analyser le moindre fragment de ce missile que seule la marine US a vu.
      “Oublier” de dire que le terrorisme islamique est la résultante directe des agissements guerriers US est quand même gonflé.
      “Oublier” que ce sont les USA qui sont à l’origine de la mise à feu et à sang de moyen-orient….

        +121

      Alerter
    • Duracuir // 30.10.2016 à 09h11

      Vous voyez Georges, le plus grave, c’est que la pénétration de propagande est telle que même un homme comme vous, avec votre culture et votre positionnement politique, vous en arrivez à écrire un truc aussi énorme que “cet article est globalement juste”.

        +76

      Alerter
      • Edmond // 30.10.2016 à 14h26

        Mille bravos à vos commentaires, Mr Duracuir. Le pire danger vient d’outre atlantique, il n’est pas besoin d’en discuter 107 ans pour voir ce qui crève les yeux.
        Quant à Mr Hanson, je découvre là une brute US bien assaisonnée, déguisée en universitaire, c’est absolument consternant. J’avais adoré ses livres; je les relirai d’un autre oeil…

          +21

        Alerter
  • Mr K. // 30.10.2016 à 03h30

    Ce monsieur Victor Davis Hanson envisage sans doute une progression de carrière au sein, ou a la périphérie, de la communauté washigntonienne bi-partisane dictant les politiques étrangères américaines.

    Comment faire? Reprendre les pires lieux communs du brouhaha merdiatique , plaider en filigrane pour l’augmentation des dépenses de défense américaine, utiliser éventuellement un “angle original”, rester surtout très vague sur les faits, ça s’écrit plus vite.

    Même si cet “angle original”, l’occident insouciant face à de terrible menaces, ne correspond à aucune réalité. Comment l’occident peut-il être à la fois endormi et simultanément développer depuis plus de deux ans une hystérie anti-russe tournant de plus en plus au grotesque?

    Sur l’impossibilité d’un débat au sein de la communauté de la politique étrangère américaine, le professeur Stephen M. Walt, passionnant, en anglais malheureusement :

    https://www.youtube.com/watch?v=ivFTIh5i38A

    Inquiétant. Il semble que la “rationalité” dictée par les profits (Bottom line) des multinationales est incompatible avec une politique étrangère tenant compte des désastres passés (Afghanistan, Irak, Libye, …).

      +36

    Alerter
  • cyril // 30.10.2016 à 03h36

    article totalement délirant,qui comme dans toutes propagandes omet la responsabilité écrasante de l’occident sur ce qui se passe dans le monde. avec des comparaisons pour le moins douteuses,mêlant l’ukraine,poutine,l’iran,la corée du nord,les islamistes et comble de tout,le père fouettard,HITLER. tremblez braves gens,car si l’occident (alisme) ne se réveille pas,la barbarie nous détruira. a titre personnel,je pense que l’occident,c’est la barbarie couplée a la technologie et tous les problèmes que nous rencontrons,viennent directement des cerveaux malades des capitales (et dans une certaine mesure des populations blanches occidentales) des pays occidentaux. pays qui ne supportent visiblement pas l’idée que le bon vieux temps des colonies,bah c’est fini ou est en train de se finir et qu’ils n’ont plus le monopole de la puissance. la seule échappatoire (croient ils) pour les créatures schizophréniques qui dirigent la volaille industrielle consommatoire que nous sommes,c’est la guerre.

      +22

    Alerter
  • Caliban // 30.10.2016 à 04h31

    On notera au passage :
    • l’invocation de l’immuable nature humaine, rhétorique religieuse (voire millénariste) qui permet d’expliquer … rien et de faire l’économie d’une analyse bien plus heuristique de la situation qui partirait assez classiquement des causes
    • l’évacuation des facto – sans que l’on ne sache pour quelle raison raisonnante – du Droit international et de l’ONU

    … des propos aussi profondément stupides pourraient être écrits par un ado aux connaissances mal dégrossies. Je vais finir par souscrire au discours de l’humoriste de France Inter.
    https://www.youtube.com/watch?v=nSQFvT6EPyo

      +24

    Alerter
  • Fritz // 30.10.2016 à 04h32

    Difficile de mieux manipuler l’histoire que ne le fait Hanson dans cet article. Il est insidieux car il ne hurle pas les injures habituelles, “dictature”, “régime”, “terroriste”, “axe du mal” ; il ne cite même pas Churchill, pour flétrir les Munichois qui plient devant Poutine.

    Mais son propos est clair : Obama est un lâche ; ce qu’il faut au monde, c’est une Amérique qui utilise ses muscles (son “big stick”, comme on disait vers 1900) pour soumettre les pays récalcitrants. Ou bien la pax americana, ou bien la Troisième Guerre mondiale.

    L’Amérique est indispensable, forever. Comme l’Autriche-Hongrie, peut-être ? Comme le Reich grand-allemand ?

    Une vision historique à la hauteur du général Milley.

      +77

    Alerter
  • Fritz // 30.10.2016 à 04h45

    “La Russie a massé des troupes à la frontière avec l’Ukraine”. Moi qui croyais qu’elle avait envahi l’Ukraine depuis belle lurette… Nous aurait-on menti ?
    http://www.dedefensa.org/article/heroique-ukraine-36-invasions-russes-en-9-mois

      +59

    Alerter
  • christorenn // 30.10.2016 à 05h04

    Drôle d’article de l’intellectuel intercontinental.Les USA sur 240 ans, c’est 230 de guerres,de massacres,pillages,crimes contre l’humanité, vols et profits. L’escroc criminel devance l’honnête homme.

      +25

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 30.10.2016 à 06h01

    Accuser ceux qui sont en “légitime défense” de velléité hégémonique est l’arme constamment utilisée pour inverser la charge.
    Si la Russie déclenchait les hostilités, ce ne serait pas pour dominer le monde, mais pour ne pas se laisser détruire, ni par les armes, ni par le pouvoir supranational de la finance. Mais pour le moment la Russie ne menace personne, elle est prête simplement à se défendre, comme nous devrions le faire nous-mêmes en dénonçant les vrais agresseurs que sont les rapaces qui veulent s’approprier la planète et imposer leur pseudo-civilisation.
    Ceux qui ne veulent pas se laisser dominer sont accusés d’être une menace pour le monde. Et le tour est joué.
    Allez réviser votre copie, Monsieur Victor Davis Hanson, vos augures de guerre ne sont qu’une hypocrite justification des futures actions désastreuses de ceux que vous devriez dénoncer.

      +35

    Alerter
  • Paddy // 30.10.2016 à 06h36

    En gros, le plus puissant pays du monde, avec la première armée, protégé par des milliers de kilomètres d’océan à l’est et à l’ouest, avec pour voisins les modestes Mexique et Canada, qui domine l’économie mondiale de son dollar, de ses normes, ainsi que le monde numérique et Internet… ne serait qu’une citadelle assiégée…

      +43

    Alerter
    • Sébastien // 30.10.2016 à 14h36

      La victimisation, ça paie….
      What else?

        +2

      Alerter
  • LA ROQUE // 30.10.2016 à 06h37

    ” Mais pendant longtemps, les États-Unis ont accompli plus que leur part du maintien de l’ordre international”

    C’est une blague!
    Irak,Libye,Syrie Ukraine,etc…
    Civils victimes de frappes de drones (dommages collatéraux) ou ils le décident Yemen, Somalie…
    Les États Unis interviennent là oú ils ont des intérêts et si ils “font voir leurs muscles”
    c’est surtout pour assurer la pérennité du Dollar.
    Pas étonnant que le général Mark Milley ai cité cet article.
    Ils se font un concours de caricatures ou quoi !

      +56

    Alerter
  • Henri Tanson // 30.10.2016 à 07h13

    Mais pourquoi lire des bêtises pareilles ?
    Juste pour écrire un commentaire ?….

      +19

    Alerter
    • Nicolas // 30.10.2016 à 07h44

      L’Art de la guerre de Sun Tzu
      Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux ( Article 3 )

        +7

      Alerter
    • Maguy // 30.10.2016 à 09h25

      Pédagogiquement parlant, je trouve que cela vaut la peine de temps en temps et selon l’importance du sujet ou la gravité de la situation, d’analyser ce genre de texte pour mieux aiguiser la conscience de ceux qui s’y laisseraient encore prendre, (et ils sont nombreux) et grâce aux commentaires les plus pertinents et renvois à d’autres liens, affiner notre compréhension de la réalité et notre vigilance de citoyen du monde, et de notre propre pays.
      C’est cela aussi qui nous permet de mieux argumenter autour de nous, parce que là …. ya du boulot !

        +29

      Alerter
    • Louis Robert // 30.10.2016 à 11h32

      Il m’arrive souvent de me poser les mêmes questions. Mais…

      1. Il ne manque pas de Français pour affirmer que cette “analyse” est “globalement juste”.
      2. Il n’en manque pas non plus pour croire

      a. qu’absolument personne ne peut “penser ça”,
      b. que ceux qui tiennent pareils propos ne le font pas sérieusement,
      c. qu’il n’est surtout pas possible que nous soyons gouvernés par des gens qui “pensent ça”!

      Je crois que le plus grand danger qui nous menace tient au fait que le pouvoir soit effectivement aux mains de créatures qui “pensent ça”, et que la majorité des citoyens ne parviennent tout simplement pas à s’en convaincre… comme si le monde orwellien n’existait que dans les écrits d’Orwell.

      Qui a dit, un jour pas si lointain, “Oui, je me répète… et je répéterai ceci tant que vous ne l’aurez pas compris”?

      C’est pourquoi dans un monde orwellien, on ne perd peut-être pas nécessairement son temps à revenir, encore et encore, sur cette insanité invraisemblable qui passe désormais pour la “nouvelle normalité”… et en se donnant la peine de rappeler les faits les plus marquants.

        +13

      Alerter
    • Sébastien // 30.10.2016 à 14h38

      Oui, c’est dommage, car ce genre d’article permettrait de réaliser un cas d’école sur la déconstruction de l’art du vice manipulatoire de l’écrit.

        +5

      Alerter
    • Gérard du Biolo // 01.11.2016 à 20h37

      “Pourquoi lire des bêtises pareilles ?”

      Parce-qu’elles se répandent partout et peuvent contaminer tous ceux qui n’ont aucune expérience politique. Et qu’il est donc important de les contrer.

      La bataille des mots et des idées est la première à gagner, si elle est perdue les autres le seront également.

        +1

      Alerter
  • Pic et Puce // 30.10.2016 à 07h52

    Cet article est affligeant de malhonnêteté historique et intellectuelle. Les guerres ne sont nullement voulues par les peuples mais par les seules élites, les plus sanguinaires étant celles basées aux USA/GB … Elles veulent aujourd’hui masquer la faillite financière par une autre guerre …. mais comme toujours faire porter le chapeau par l’adversaire désigné …

      +45

    Alerter
  • LBSSO // 30.10.2016 à 08h30

    Après l’anaphore de François H. voici celle de Victor Davis H.

    “Quelqu’un devra bientôt dire aux Nord-Coréens….(…)
    Quelqu’un pourrait rappeler à Poutine …(…)
    Quelqu’un pourrait informer les Chinois …(…)
    Quelqu’un pourrait faire entendre aux terroristes islamistes …(…)”

    Quelqu’un pourrait il lui dire que mon ennemi c’est la guerre , son cortège de souffrances, son inhumanité ?

    Simone Weil (” L’Iliade ou le poème de la force”) :
    “La force, c’est ce qui fait de quiconque lui est soumis une chose. Quand elle s’exerce jusqu’au bout, elle fait de l’homme une chose au sens le plus littéral, car elle en fait un cadavre. Il y avait quelqu’un, et, un instant plus tard, il n’y a personne”

    Le malheur est que certains ne recherchent et ne trouvent leur “être” que dans la guerre.

      +19

    Alerter
  • Duracuir // 30.10.2016 à 08h33

    Et dire que le type qui écrit un tel tissu de stupidités et de mensonges historiques est docteur en histoire et professeur à l’université de Californie….
    Il faudrait dire à cet âne bâté que le premier signe des guerres à venir c’est quand les journalistes et intellectuels, poussés par des mouvements idéologiques et ou achetés par des puissances financières publient ce genre de tribune mensongère et va-t-en guerre.
    Quelle suite de crétineries, contre-vérités.
    Et il n’a même pas l’excuse de l’ignardise
    Et dire qu’on a les mêmes chez nous.
    Je relie en ce moment, les prémices de la guerre 14, et c’est impressionnant la responsabilité écrasante de la presse des deux cotés de la frontière.
    Et derrière, des dizaines de millions d’abrutis se jetant dans l’holocauste par simple manque d’esprit critique.
    Comme écrivait Shakespeare: ” Ô homme, ô homme vain, tu joues sous les cieux, de si pitoyables comédies que tu en ferais pleurer les anges”

      +19

    Alerter
    • Duracuir // 30.10.2016 à 08h47

      Les USA sont impayables: 1776, ceux qui veulent nous forcer à faire ce qu’on veut pas, on les défonce. 1828: ceux qui viendront nous chicaner dans toute l’Amérique, on les défonce. 1847: ceux qui veulent nous interdire de nous étendre, on les défonce. 1861, ceux qui veulent s’opposer à notre vision on les défonce. 1917, ceux qui perturbent notre bizness, on les défonce. 1941, ceux qui nous agressent, on les défonce. 1965, ceux qui font pas où on leur dit, on les défonce. 2016, ceux qui veulent nous empêcher de faire tout ce qu’on veut où on veut quand on veut, on les défonce.

      Les USA sont devenus des enfants gâtés trépignants, ivres de toute puissance comme un enfant, totalement inconscients comme un enfant gâté à qui on refuse quelque chose. Effrayant. Toute la politique étrangère US est marquée par l”hystérie, entre les déclarations de Milley, le comportement indigne de folle de Samantha Powers. Si Dieu existe, qu’il nous préserve de celle de Clinton.

        +28

      Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 10h43

      La guerre avec l’Espagne qui a permis en 1898 aux USA de contrôler Cuba, puis Porto-Rico et enfin les Philippines, a pu débuter grâce à la campagne de presse enragée de Randolph Hearst.
      Nihil novi sub sole…..

        +3

      Alerter
  • Guillaume D. // 30.10.2016 à 08h45

    “Ce serait une erreur de croire que la guerre est impossible parce qu’elle ne bénéficie à personne, ou qu’elle est surannée en notre XXIe siècle si sophistiqué”
    > c’est amusant… il doit méconnaître l’histoire de son pays parceque si il y a bien un pays qui a profité de la 2ème guerre mondiale c’est bien les états unis, peu de perte humaine, relance de l’économie, pillage des vaincus et accords ideologique et commerciaux imposés.

      +23

    Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 10h56

      En visitant récemment le cimetière-mémorial américain d’Omaha Beach, je me disait que ces milliers de jeunes soldats américains avaient été délibérément sacrifiés, tout comme les milliers de jeunes aviateurs de bombardiers sur l’Allemagne, pour faire oublier l’engagement explicite et constant des classes dirigeantes US en faveur de l’Allemagne nazie de 1933 à 1941.
      Chaque tombe me soufflait d’autres noms, comme Joseph Kennedy, Prescott Bush, Thomas Watson (IBM), Henry Ford, Charles Lindberg, Alfred Sloan (GM).
      Qui se souvient que Ford avait conservé une usine à Cologne et GM sa filiale Opel, en conservant intacts tous les liens juridiques entre Décembre 1941 et Mai 1945?
      Et que beaucoup de véhicules militaires américains (Camion GMC) et allemands (Opel Blitz) que l’on voit dans les films et les musées provenaient du même groupe industriel international?

        +5

      Alerter
  • RGT // 30.10.2016 à 08h50

    Quelqu’un pourrait rappeler à Poutine que les anciennes Républiques soviétiques ont droit à l’auto-détermination.

    Quelqu’un pourrait rappeler à Victor Davis et à ses maîtres que les actuelles colonies américaines et les autres pays de cette planète ont droit à l’auto-détermination ?

    Petite suggestion, juste comme ça, en passant.

      +53

    Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 10h23

      On pourrait rappeler aux USA des quelle manière les îles Hawaï sont devenues un Etat de l’Union, et comment Porto-Rico et les Philippines sont entrées dans sa “sphère de co-prospérité”…
      De même, on pourrait leur rappeler que la Crimée était Russe à une époque où les Etats-Unis d’Amérique n’existaient même pas, avant, bien avant leur création.

        +5

      Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 10h40

      Et aussi leur rappeler de quelle façon les USA ont “facilité” la sécession de la province panaméenne de la Colombie après la “guerre des mille jours” en 1903.

        +4

      Alerter
  • Raoul // 30.10.2016 à 09h23

    Ce texte est un modèle de malhonnêteté intellectuelle. Prétendant vouloir éviter une guerre, il prône en effet l’interventionnisme à tout crin des États-Unis. Bien entendu, tous les habituels ennemis déclarés sont les coupables, les États-Unis, eux-mêmes, n’étant victimes de leur naïveté.

    Surtout, malgré une apparence raisonnable, puisqu’il s’agit d’éviter la guerre, l’auteur n’a pu éviter de se trahir : « La nature humaine est immuable et reste irrationnelle. Le mal est éternel. Malheureusement, l’apaisement est souvent vu par les malfrats non comme de la magnanimité à charge de revanche mais comme de la timidité à exploiter. ».

    C’est bien cela. On retrouve le manichéisme habituel de ces va-t-en-guerre, le Bien représenté par les États-Unis et le Mal par ses adversaires, bien sûr irrationnels. Et le rôle des États-Unis comme dirigeant et porte-étendard du camp du Bien.

    On se demande ce qui est le plus inquiétant : que l’auteur soit un manipulateur ou que l’auteur soit sincère. Mais, on ne peut s’y tromper. Tout en prétendant donner les directions pour éviter la guerre, ce type de texte ne fait qu’attiser un peu plus les tensions.

      +14

    Alerter
    • Jahky // 30.10.2016 à 21h45

      Exactement, sans “méchants” comment les “gentils” façonneraient-il le Bien ? Et vice-versa…

        +2

      Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 10h29

      Complètement en accord avec vous. Texte vicieux, vicié, bien dans la ligne du Project For A New American Century.
      Ils sont toujours là, Richard Perle, Irving Kristol, Robert Kagan, Paul Wolfovitz, Condoleeza Rice, Richard Armitage, John Mac Cain et tous ces [modéré] impériaux. Ils ont pris le vrai pouvoir occulte derrière l’homme de paille Bill Clinton, l’ont exercé pleinement derrière le pantin George Bush II, et entendent le reprendre totalitairement derrière le paravent idéal, une femme démocrate bien sous tous rapports.

        +2

      Alerter
  • gil // 30.10.2016 à 09h40

    Bonjour,

    “C’est avec ce genre d’article qu’on prépare le peuple à la guerre”
    Mais bien sûr, que croyez vous qu’ils font depuis quelques années Avec une nette accélération depuis la mi 2016 ? Faillite du système ou la guerre, le choix de l’oligarchie est déjà fait.

    Cordialement

      +17

    Alerter
  • Le Courtois // 30.10.2016 à 10h01

    Incroyable cette absence d’autocritique!

    Quelqu’un devra aussi dire aux Etat Unis de ne pas envahir des pays sans l’accord de l’ONU et d’arrêter de fabriquer des preuves bidons.

      +19

    Alerter
  • bobforrester // 30.10.2016 à 10h04

    bonjour

    On peut toujours rappeler que selon Clausewitz ( qui c est çui là ?)la guerre est la continuation de la politique par d autres moyens et que selon les marxistes la politique est l expression de rapports de forces qui plongent leurs racines dans les rapports économiques.
    A moins de considérer que la conjonction des crises de 1887 et de 1929 ( et leur résolution NB !) n ont rien à voir dans le déclenchement des deux guerres mondiales on peut en effet toujours se lancer dans des élucubrations qui sont à la pensée rationnelle ce que la sorcellerie est à la science.
    Pourtant tout le monde savant et cultivé quel que soit son camp sait parfaitement que les crises citées se sont achevées avec les guerres qui les ont suivies et on voit bien pourquoi : relance d’une économie bloquée par un “reset général” c est à dire des destructions monstrueuses de forces de production excédentaires qui ont débloqué les économies paralysées.
    Aujourd’hui même situation de crise mais la dissuasion nucléaire joue les trouble-fête

      +13

    Alerter
  • Louis Robert // 30.10.2016 à 10h10

    “Cet été… le monde paraissait plutôt calme… Les guerres paraissent souvent venir de nulle part… Les boutefeux sont souvent des agresseurs plus faibles qui croient naïvement que les nations plus puissantes qu’eux souhaitent la paix à tout prix… beaucoup de tensions latentes… maintenant émergent, en grande partie en raison du désengagement des États-Unis… Les agresseurs sont également encouragés par d’importantes coupes dans le budget de la défense des États-Unis… Ce serait une erreur de croire que la guerre est impossible parce qu’elle ne bénéficie à personne… ou qu’elle serait insensée dans un monde nucléarisé. La nature humaine est immuable et reste irrationnelle. Le mal est éternel… la thérapie lourde… consisterait à restaurer la dissuasion à long terme… Les nuages de la guerre s’accumulent. L’orage est imminent.”

    Il ne faut rien de plus que ce parfait délire pour comprendre que l’Empire doit être arrêté urgemment, que cette “histoire prend fin” (Fukuyama) aux frontières de la Russie et de la Chine. On a vu (et nous verrons) venus d’Asie, des orages qui refroidissent, puis glacent, les plus chaudes ardeurs du bout du monde…”

      +9

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 30.10.2016 à 10h12

    Tout le monde a l’air critique de ce texte de Mr Victor David Hanson, rien d’étonnant si on lit son CV sur wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/Victor_Davis_Hanson Un suprémaciste de la culture “occidentale” qui de la Grèce ancienne a nos jours gagne forcement a cause de ces qualités de “rationalité, ouverture, liberté religieuse”. Il a écrit sur la Grèce ancienne et ses armées et a reçu de Mr G. Bush un prix pour ces travaux et interventions, proche des milieux néoconservateurs il faut pas s’étonner si il a cette position très “américano-centrée”..Bref un vrai apparatchik médiatique…

      +17

    Alerter
  • Georges Clounaud // 30.10.2016 à 10h21

    Les néo-cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.
    Ok, je sors…

      +20

    Alerter
  • tchoo // 30.10.2016 à 10h32

    cet article explique bien l’état d’esprit des dirigeants américains et le pourquoi ils interviennent partout se prenant pour les gendarmes du monde

      +6

    Alerter
  • ChristineG // 30.10.2016 à 10h44

    Comme je l’ai lu quelque part, “quelle impudence de la part de la Russie a avoir placé leur pays si près des bases de l’OTAN !”

    Et puis quel intérêt aurait la Russie a vouloir envahir — et donc se charger de — pays en complète faillite comme l’Ukraine, ou battant de l’aile comme les pays baltes ? Ce serait pour les Russes une charge de plus, et dans quel intérêt ? Ces pays n’ont rien à leur offrir qu’ils n’aient déjà en matière de ressources, sinon peut-être une voie de passage pour des pipelines et un accès à la mer du Nord. Encore qu’apparemment ils sont en train de se débrouiller pour passer ailleurs, par le sud (Syrie, Crimée, retrouvailles avec la Turquie, …).

      +11

    Alerter
  • Lebruitdusilence // 30.10.2016 à 10h52

    Tout est sombre et froid.. On sentirait presque le sang, la mort..
    Mais je le sens… cet article veut agiter une petite bougie au bout de ce tunnel.
    La lumière dans ces ténèbres est possible.
    Comme disait Attali :
    Le gouvernement mondial adviendra, la question c’est “est ce qu’il adviendra avant ou après la 3eme guerre mondiale”
    L instauration d’une telle puissante oligarchie… Bravo ! Le casse du siècle !

    On regarde et on cherche à résoudre les conséquences, sans jamais en chercher les causes.

      +1

    Alerter
  • Rémi // 30.10.2016 à 11h27

    Bon je vais assassiner ce monsieur en détail:
    il dit: Les agresseurs sont également encouragés par d’importantes coupes dans le budget de la défense des États-Unis.
    en 2002 329Mds de Dollar, en 2015 597mds certe il y a eu des pointes depuis. miantenant le vrai problème est les sommes consacrés au F35, mais de cela pas un mot.
    OK j’arréte j’attaque trop bas pour le génie de ce monsieur.

      +6

    Alerter
  • Max // 30.10.2016 à 11h37

    Ce monsieur nous rappel que ce sont les vainqueurs qui interprètent l’histoire et tentent de l’imposer au reste de l’humanité.
    Son texte est tout simplement un tissu de mensonges et d’interprétations.
    Le camp d’en face, Russie et Chine, n’est pas meilleur moralement, la différence principale pour ces deux pays ont est qu’ils ont un soutien populaire que les dirigeants des USA n’ont plus……… ainsi va le monde, comme dirait un journaliste.
    Les dirigeants des USA et des autres pays occidentaux savent deux choses contradictoires.
    1- La situation actuelle, qui voit la suprématie des USA se détériorer, ne peux pas continuer bien que cette tendance n’est que la simple conséquence des politiques passé des USA.
    2- La guerre nucléaire n’est pas une option crédible……. Sauf si on ne se prend pas pour le général Jack D Ripper du film Dr Folamour.
    Que vont faire les USA et leurs alliés qui gagnent toutes les batailles mais perdent tous les conflits…….. ?

      +2

    Alerter
  • Dahool // 30.10.2016 à 12h17

    Bonjour

    “L’été 1914 en Europe paraissait calme, lui aussi. Mais le 28 juillet, l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche fut assassiné à Sarajevo par Gavrilo Princip avec l’aide de ses complices séparatistes serbes. Cet acte isolé a déclenché la Première Guerre mondiale.”

    Qui pourrait m’orienter sur les véritables raisons de la ww1 ?
    Merci

      +2

    Alerter
    • Fritz // 30.10.2016 à 12h53

      @Dahool
      Les origines de la Première Guerre mondiale sont un problème complexe. Parmi les ouvrages récents, on peut citer “Les Somnambules” de Christopher Clark (Flammarion, 2013), bien écrit et intéressant, mais nettement biaisé dans un sens anti-serbe et anti-russe.
      Le début du livre classique de Jean-Baptiste Duroselle, “La Grande Guerre des Français” (Perrin, 1994), est impartial, mais il ne répond pas à toutes les questions.

      Concernant l’attentat de Sarajevo, le dimanche 28 juin 1914 (pas juillet, comme l’écrit Hanson !), commis par une organisation révolutionnaire appelée Jeune Bosnie (Mlada Bosna) avec le soutien logistique de certains cadres la Main Noire (Crna Ruka) serbe, je recommanderai l’ouvrage ancien de Vladimir Dedijer, “La route de Sarajevo” (Gallimard, 1969).

        +3

      Alerter
      • Manant2 // 30.10.2016 à 16h39

        Il faut ajouter le livre de Gustave Le Bon “Psychologie de la guerre” dans lequel il analyse les échanges de missives entre les chancelleries allemande, russe, britannique et française dans les mois précédant l’entrée en guerre. S’il n’apporte pas une réponse claire sur la responsabilité de cette guerre, il permet d’y réfléchir de manière approfondie.

          +4

        Alerter
    • Homère d’Allore // 30.10.2016 à 13h26

      Deux thèses s’affrontent sur les causes immédiates de la Première Guerre mondiale.

      La plus répandue est celle défendue par Clark dans “Les Somnambules” où il voit un engrenage constitué de bluff austro-hongrois et d’incompétence russe

      https://www.herodote.net/Les_somnambules-bibliographie-519.php

      La seconde est celle défendue par Fromkin dans “Le dernier été de l’Europe” où ce dernier défend la thèse de la préméditation de l’état-major allemand qui voulait une guerre le plus vite possible. Cela en raison de la montée en puissance de la Russie.

      http://www.babelio.com/livres/Fromkin-Le-dernier-ete-de-lEurope–Qui-a-provoque-la-Pre/195656

      On pourra y rajouter une explication marxiste de Jacques Pauwels qui a écrit un livre très bien problématisé :

      “La Grande Guerre des classes” paru chez Aden

        +7

      Alerter
      • black micmac // 02.11.2016 à 10h40

        il y a également du même jacques pauwels (d’origine belge et professeur d’université au Canada) le très bon et éclairant ” le mythe de la bonne guerre” sur le rôle des E.U pendant la seconde guerre mondiale. avec toutes les sources à la fin du livre. tres complet. à lire.
        Et tant qu’on y est lisez aussi “les confessions d’un assassin financier” dans un autre registre mais qui donne une bonne idée de la façon de faire des E.U.

          +0

        Alerter
    • Louis Robert // 30.10.2016 à 13h36

      @Dahool

      Pourquoi ne pas consulter le célèbre historien britannique Hobsbawn, formé à King’s College, Cambridge? Son œuvre magistrale et originale inclut 4 volumes sur la période qui s’étend de 1789 à 1991, dont:

      “L’Ère des empires : 1875-1914”, Fayard, 1989 ; Hachette, 1997 (éd. originale : The Age of Empire, 1987).

      Je crois que l’homme offre des réflexions de nature à intéresser quelqu’un qui fréquente les-crises.fr…

      ———

      P.S. Dans un autre registre, j’affectionne toujours, sur la période, l’ouvrage posthume de Stefan Zweig:

      “Le Monde d’hier. Souvenirs d’un Européen – autobiographie” (Die Welt von Gestern – Erinnerungen eines Europäers, 1942, publ. posth. 1944 – traduction nouvelle de Serge Niémetz, éditions Belfond 1993).

        +4

      Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 10h18

      Elle est survenue à cause d’une accumulation de tensions multiples entre deux groupes d’états:
      1er groupe: France-Angleterre-Russie (Entente cordiale)
      2ème groupe: Allemagne-Autriche/Hongrie-Italie-Turquie (La “triplice”)
      Fortes tensions entre la France et l’Allemagne, sur les colonies et l’Alsace-Lorraine. A tel point que le gouvernement Poincaré va envisager de créer des incidents de frontière.
      Idem entre Allemagne-Turquie et Angleterre sur les colonies, le Moyen-Orient et la route des Indes, tensions induisant une compétition pour la maîtrise militaire des mers.
      La tension qui va libérer toutes les autres est celle qui règne entre Russie et Autriche/Hongrie sur la question des Balkans. L’affaiblissement profond de l’Empire Ottoman laisse un vide dans cette région, ces deux puissances sont en compétition pour le combler. La volonté de domination de l’Autriche sur la Serbie (pays slave orthodoxe) va déclencher l’attentat nationaliste et la sur-réaction russe de mobilisation. Boum!

        +1

      Alerter
      • Fritz // 31.10.2016 à 13h11

        A ce titre, l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, en 1908, était un signe avant-coureur de la guerre de 1914. La Serbie avait mobilisé son armée, elle était soutenue par la Russie, mais le 22 mars 1909, l’Allemagne adressa un ultimatum à la Russie pour la sommer d’abandonner les Serbes.

        Seulement voilà, la France et l’Angleterre refusèrent de soutenir la Russie et la Serbie, qui dut démobiliser et s’humilier devant l’Autriche.

        En 1913, l’Autriche-Hongrie lancera un ultimatum à la Serbie pour qu’elle retire ses troupes de l’Albanie, après la deuxième guerre balkanique. Visiblement, les Empires centraux pratiquaient une politique de force et d’intimidation envers le royaume serbe.

          +1

        Alerter
        • UltraLucide // 31.10.2016 à 18h44

          Aujourd’hui, la puissance qui veut humilier et intimider les Serbes pour provoquer la Russie s’appelle les Etats-Unis d’Amérique.
          Ils campent actuellement à Camp Bondsteel, au Kosovo.

            +2

          Alerter
    • fanfan // 01.11.2016 à 16h58

      > Les vraies raisons de la première guerre mondiale – Pierre Hillard : https://www.youtube.com/watch?v=tTAqpBxngj8
      « Les premières ambitions euro-mondialistes en terre d’Islam » : Le chemin de fer Berlin-Bagdad (le Bagdad-Bahn), oléoduc sur rail qui aurait, si le projet allait à son terme, assuré au IIè Reich une indépendance énergétique complète face à ses rivaux anglais, américain, français et russe (https://explicithistoire.files.wordpress.com/2014/01/berlin-baghdad-bahn.jpg?w=637&h=566)
      Playliste vidéos « Baghdad Bahn » (5 vidéos) : http://www.dailymotion.com/playlist/x2hdwz_kumisteak_baghdad-bahn

        +0

      Alerter
    • fanfan // 01.11.2016 à 16h59

      Oil and the origins of the ‘War to make the world safe for Democracy’ By F. William Engdahl, 22 June, 2007 : http://www.engdahl.oilgeopolitics.net/History/Oil_and_the_Origins_of_World_W/oil_and_the_origins_of_world_w.HTM

        +0

      Alerter
  • greg // 30.10.2016 à 14h06

    ‘ Quelqu’un pourrait informer les Chinois que personne ne peut installer des îles artificielles et des bases militaires pour contrôler les voies maritimes commerciales.’

    Heu…. Les US et la France ne le font pas déjà ?

    ‘ Quelqu’un pourrait faire entendre aux terroristes islamistes qu’il y a une limite à la patience occidentale face à leurs bombardements permanents, leurs meurtres et leurs destructions.’

    Oui il y a qq’un. Poutine

      +11

    Alerter
  • Arcousan09 // 30.10.2016 à 17h54

    “Quelqu’un pourrait faire entendre aux terroristes islamistes qu’il y a une limite à la patience occidentale face à leurs bombardements permanents, leurs meurtres et leurs destructions.”
    Je modifie la question:
    quelqu’un pourrait-il faire entendre aux américains qu’il y a une limite à la patience orientale face à leurs bombardements permanents, leurs meurtres et leurs destructions.

      +7

    Alerter
  • Duracuir // 30.10.2016 à 19h05

    Et le pire est que ce cynique salopard néocon belliciste plagie le titre d’une chanson pacifiste de Bob Dylan;

      +2

    Alerter
    • UltraLucide // 31.10.2016 à 18h41

      Il devrait se méfier, car l’orage qui vient est surtout symbole de révolution populaire, “Il pleut il pleut bergère, (..), Voici venir l’orage, Voici l’éclair qui luit. (..) Entends-tu le tonnerre ? Il roule en approchant. Prends un abri, bergère”.
      Dans les années 1990, personne ne connaissait les neo-cons et ils ont pris tout le monde de court.
      Aujourd’hui leurs immondes magouilles et leurs crimes sont connus. On les surveille.
      Il existe encore aux USA des individus légalistes prêts à défendre leur Constitution.

        +1

      Alerter
  • LIEVIN // 31.10.2016 à 10h27

    C’est l’éternel recommencement, quelles que soient les analyses, les cycles s’enchaînent les uns après les autres dans l’histoire humaine, toujours pareil, l’homme toujours égal à lui-même…
    donc ne vous fatiguez pas trop à analyser, vous aurez la réponse à vos questions normalement bientôt.
    La réponse n’est pas dans les analyses basées sur la même folie, les mêmes théories que ceux employés par ceux qui en sont la cause, souvent fausses et à côté de la plaque ou encore totalement imprévisibles, mais dans le coeur même de la nature humaine…Oui je sais, cela n’arrange en rien nos affaires…belle théorie n’est-ce pas ? cela vous fait une belle jambe comme on dit. Si nous voulons évoluer, briser ces cycles, changer notre futur, c’est dans et par les analyses de notre propre nature et la remise en question comportementale et spirituelle de cette dernière, et ce collectivement. Sinon : RIEN.
    Nous nous retrouverons dans le futur et après le futur etc. dans les mêmes cycles, les mêmes débats et petits jeux de guerre que nous entretenons en jouant nous -mêmes sur les forums, à l’image des fous qui nous dirigent, car ne sommes -nous pas tous des hommes ? identiques ? posons-nous la question et vous trouverez la réponse. Elle ne me rassure pas.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications