Le 4 octobre, le mark-2Général Mark Milley, chef d’état-major de l’Armée américaine, a parlé sans langue de bois – et ça ne va pas vous plaire…

Et encore moins aux destinataires de ces menaces à peine voilées – la Russie et la Chine – si elles ne rentrent pas dans le rang…

Écoutez, puis relisez attentivement, c’est notre avenir qui est dessiné là.

Ami jeune, bon courage…

mark-milley

“La guerre entre grands États est pratiquement certaine, elle sera hautement mortelle”

(Version complète du discours ici – et version originale sans sous-titres là)

“Voilà votre armée : 187 000 soldats, actuellement déployés dans 140 pays. […]

La volonté stratégique de notre nation, les États-Unis, est remise en cause et nos alliances sont testées. […]

Mais je veux être clair ; je veux être sans ambiguïté. Je veux être clair avec ceux qui tentent de s’opposer aux États-Unis. Je veux être clair avec ceux qui veulent nous faire du mal. Je veux être clair avec ceux, qui, à travers le monde, veulent détruire notre mode de vie, nos alliés, nos amis. Avec l’armée des États-Unis – en dépit de tous nos défis, en dépit de notre tempo opérationnel, en dépit de tout ce que nous avons fait -, nous allons vous stopper et nous allons vous battre plus durement que vous ne l’avez jamais été auparavant. Ne vous méprenez pas à ce sujet.

Ne vous y trompez pas ! Et l’armée des États-Unis… [Applaudissements] Et l’armée des États-Unis est la force de combat décisive de l’Amérique. Et quand la direction politique des États-Unis décide de déployer son armée, quand nous arrivons sur votre pelouse, vous comprenez que le jeu est réel et vous soupesez pour de bon les enjeux. Et l’autre chose que vous comprenez, c’est que vous allez perdre ; vous perdrez face à l’armée américaine, ne faites aucune erreur à ce sujet !

Nous possédons et nous conserverons à l’avenir, la capacité de nous déployer rapidement et nous détruirons n’importe quel ennemi, n’importe où, n’importe quand.

Je suis donc ici aujourd’hui, et je mets en garde les ennemis de l’Amérique qui doutent ou méconnaissent nos capacités. De nombreux ennemis ont largement sous-estimé les États-Unis et son peuple dans le passé ; ils ont sous-estimé notre détermination nationale ; ils ont sous-estimé nos capacités, nos compétences, notre puissance de combat et tous ont fait un choix fatal qui s’est terminé par leur transfert dans les poubelles de l’Histoire. Il en sera de même de tout ennemi qui fera cette erreur, aujourd’hui ou demain.

Mais alors que nous sommes maintenant prêts, et que nous le resterons à l’avenir, nous sommes confrontés à des choix stratégiques très difficiles, nous sommes de plus en plus contestés par des adversaires potentiels très compétents qui agissent clairement en s’opposant à nos intérêts. Notre but est de dissuader de faire la guerre, mais si la dissuasion échoue, nous, en tant qu’armée, nous, en tant que nation, devons être prêts à nous battre ! […]

D’autres pays, Russie, Iran, Chine et Corée du Nord ont appris de nous Ils ont regardé avec attention comment nous nous sommes battus en 1991 et 2003. Ils ont étudié notre doctrine, nos tactiques, nos équipements, notre organisation, notre entraînement et nos dirigeants.

Et en retour, ils ont révisé leurs propres doctrines et ils modernisent rapidement leurs armées aujourd’hui pour déjouer nos forces, dans l’espoir d’arriver à nous vaincre un jour

Récemment, un haut responsable russe, l’ambassadeur au Royaume-Uni, Alexander Yakovenko a dit, je cite : “L’ordre mondial actuel subit un bouleversement fondamental avec la Crimée, l’Ukraine et le Brexit”
il a ensuite appelé au démantèlement de l’OTAN et de l’Union européenne puis il a dit, je cite : “La Russie peut mener une guerre conventionnelle en Europe et la gagner La Russie est le seul pays qui restera pour toujours indispensable, alors qu’on peut se passer des autres pays, et cela inclut les USA. Nous sommes désormais dans la phase finale.” Fin de la citation. [NdT : déclaration très étonnante, non retrouvée malgré de longues recherches]

Il a déclaré ceci il y a à peine 30 jours. Menaces, arrogance, bravades ? Que veut-il dire par là ? Y croit-il vraiment ? Et plus important, les dirigeants au Kremlin croient-ils ceci ?

Eh bien l’Histoire nous apprend à être prudents. Il est toujours sage de croire les déclarations publiques des dirigeants étrangers, alors que la plupart des nations tendent à camoufler leurs intentions stratégiques. […]

Malheureusement, je pense qu’il est très peu probable que la guerre entre les États-nations reste reléguée aux livres d’Histoire. Parce qu’il n’y a pas d’autorité supérieure et parce que la sécurité est l’intérêt fondamental de chaque État, le conflit entre les États-nations est pratiquement certain à plus ou moins long terme. […]

Et aujourd’hui, aujourd’hui, nous sommes au milieu d’un autre changement géopolitique majeur. Après la chute du mur de Berlin, les États-Unis détenaient sans conteste le pouvoir mondial politique, économique et militaire ; nous vivions ce que certains ont appelé un moment unipolaire, qui est en train de changer, et de changer rapidement.

Les États-Unis sont confrontés à un important défi en Europe, en Asie et au Moyen-Orient. En Europe, nous voyons une Russie revancharde, qui a modernisé son armée et mène une politique étrangère agressive en Géorgie, Crimée, Ukraine et ailleurs. En Asie, nous sommes dans la troisième décennie du plus grand changement économique mondial des cinq derniers siècles, avec le centre de gravité économique mondial qui se déplace de l’Atlantique Nord au Pacifique Nord. Cela découle d’une Chine en croissance rapide, qui est une grande puissance à la politique étrangère révisionniste, soutenue par une armée de plus en plus forte. […]

Et nous avons appris de l’Histoire que les systèmes internationaux unipolaires et bipolaires ont tendance à être très stables, mais nous savons aussi que les systèmes multipolaires sont intrinsèquement sujets à la compétition, la confrontation, l’instabilité et à des guerres entre États. Nous entrons dans cet avenir multipolaire, et en fait, nous y sommes probablement depuis quelques années… […]

L’instabilité imprévisible est la nouvelle norme. Nous devons gérer le plus haut taux d’instabilité depuis au moins 1992. La Russie se voit elle-même en confrontation directe avec l’Occident ; la Chine poursuit son programme d’une vigoureuse modernisation militaire directement destinée à se hisser à notre niveau, avec des exercices de formation sans précédent par leur étendue, ampleur et complexité. […]

Le domaine [des technologies de l’information] connait des changements vraiment dramatiques, avec des implications militaires très importantes. D’inquiétantes cyber-capacités sont en cours d’élaboration en ce moment même et utilisées par de grands États-nations ; et il est désormais tout à fait possible d’infliger des dégâts considérables à l’économie ou à l’armée de pays adverses uniquement en utilisant des outils informatiques. Nous constatons désormais ceci dans notre vie quotidienne, avec les hackers, la cybercriminalité, les imposteurs, etc. Mais tout ceci n’est qu’une nuisance relativement mineure par rapport aux ressources dont dispose un État-nation avancé, comme la Russie, la Chine ou même la Corée du Nord et l’Iran. […]

La structure et l’organisation de notre armée, tant au niveau institutionnel qu’opérationnel, doivent changer radicalement, et nous devons être ouverts à ce changement. Nous menons actuellement une importante campagne d’étude afin de comprendre ces changements, et je peux vous dire que nous devons les comprendre très vite et qu’il vaut mieux pour nous abattre nos vaches sacrées nous-mêmes plutôt que de perdre une guerre parce que nous sommes trop sclérosés pour penser l’impensable. […]

À ce stade, nous pouvons développer quelques points que nous avons appris au cours de l’étude que nous avons menée intensément cette année sur la guerre future de haute intensité entre des États-nations de grande puissance. Et le premier est, sans surprise, qu’elle sera hautement mortelle, très hautement mortelle, contrairement à tout ce que notre armée a connu au moins depuis la Seconde Guerre mondiale.

En outre, le champ de bataille sera hautement complexe et presque certainement dans des zones urbaines denses et contre un ennemi insaisissable, obscur, qui combine la guérilla terroriste avec des actions conventionnelles, au sein de larges populations civiles. […]

Donc, en résumé, les 25 prochaines années ne vont pas être comme le 10 dernières, ni même comme les 25 dernières. Les défis qui s’accumulent et auxquels nous sommes confrontés, tout comme le caractère de la guerre en pleine mutation, ne ressemblent à rien que nos forces actuelles aient jamais connu en intensité et mortalité. […]

Un très grand historien [NdT. Victor Davis Hanson] a récemment écrit qu’il constatait une augmentation du nationalisme, des courses à l’armement régionales, des revendications territoriales non résolues, des conflits sectaires interminables, et un retour à l’équilibre des puissances politiques du 18e siècle avec des sphères d’influence. Il a alors indiqué qu’il y avait actuellement une légère brise dans l’air, mais qu’elle pouvait se transformer en une tempête. Et il a conclu à la fin de son papier qu’une forte averse était sur le point de s’abattre sur nous…”

mark-2Général Mark Milley, 4 octobre 2016

mark-5

mark-6

Bonus :

troupes-1

Bases américaines :

troupes-2

troupes-3

Bases russes :

troupes-5

Bilan :

troupes-6

194 réponses à +++ “Nous vous détruirons !” : Les terrifiantes menaces du chef d’état-major des USA à la Russie et à la Chine

Commentaires recommandés

Subotai Le 19 octobre 2016 à 01h56

Sans être un pacifiste béat, ceci est clairement pour moi la preuve de la déliquescence militaire US.

“”La structure et l’organisation de notre armée, tant au niveau institutionnel qu’opérationnel, doivent changer radicalement, et nous devons être ouverts à ce changement… etc jusqu’à :” …qu’il vaut mieux pour nous abattre nos vaches sacrées nous-mêmes “”

Voici le vrai sens de son intervention.
Traduction libre:
Nous sommes ringard, nos adversaires sont en mesure de nous tailler des croupières.
Nous devons très vite changer cette situation. (sous entendu: on veut du pognon!)

En conséquence: gesticulations, rodomontades et apocalyptisation (dirigeant, média, homme d’influence) de la situation géostratégique mondiale.

Conclusion: ils sont en retard d’une guerre, ils n’ont plus les moyens de la faire, ils n’ont plus les moyens de la payer, ils n’ont même plus le moral suffisant pour la faire.
Il n’y a plus que les Atlantistes de la dernière heure pour faire semblant d’y croire encore.

  1. Spectre Le 19 octobre 2016 à 01h41
    Afficher/Masquer

    C’est sûrement en pensant à ce genre de sinistre personnage, caricature de robot biberonné au nationalisme guerrier et aux délires de grandeur, qu’Einstein a jadis déclaré : « Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement. »


    • triari Le 19 octobre 2016 à 19h40
      Afficher/Masquer

      A un moment, il dit : “Tous ceux qui ont eu affaire à nous ont été renvoyés dans les poubelles de l’histoire.”

      Oui, comme : La République Populaire du Vietnam, la Corée du Nord, les Talibans, les Sioux Lakotas, l’Angleterre & le Canada (pendant la guerre de 1812).

      Les U.S.A. ont aligné un nombre de défaites assez conséquentes (presque supérieur à celui des autres grandes nations) : mise à part la 2ème guerre mondiale (en grande partie gagnée par la Russie (80% des pertes allemandes)), la guerre d’Indépendance (portée à bout de bras économiquement et militairement par la France), les américains n’ont jamais été forts que face à plus faibles qu’eux (les indiens, les mexicains plongés dans la guerre civile, l’Irak assommée par des années d’embargo…)

      Le problème, c’est que s’ils déclenchent cette guerre : c’en sera fini pour tout le monde.


      • Sainthip Le 20 octobre 2016 à 14h58
        Afficher/Masquer

        Sans compter la Somalie!
        Les principes de guerre des Etats Unis imposent des pertes très lourdes aux adversaires, mais ne supportent pas la perte des “Boys”.
        Il est clair qu’en cas de guerre avec la Russie, non seulement les pertes en “boys” mais aussi les pertes civiles seraient terribles, si jamais l’arme nucléaire est employée.
        Or ce serait fatalement le cas si les troupes de l’OTAN pénètrent en Russie.


        • tepavac Le 21 octobre 2016 à 20h33
          Afficher/Masquer

          Vous pensez que je déconne, alors voila ce qu’a dit Poutine il y a quelques jours;
          ” Vos gouvernements vous cachent la réalité, mais vous journalistes vous raconter à vos populations des bobards, je ne sais pas comment vous prier de comprendre la situation actuelle, vos Politiques nous enferment dans une seule issue, celle d’une guerre totale….”

          Il ne s’agit là, pas d’un commérage de journalope, mais d’une “prière” envers les médias “occidentaux, (pour ne pas dire les médias traitre) d’un président en exercice d’une nation qui possède assez de missile thermonucléaire pour vitrifier la planète entière.


          • tepavac Le 21 octobre 2016 à 20h39
            Afficher/Masquer

            Rappelons que ce Président n’est pas homme à émettre des opinions frivoles ou dénuées de sens réel.

            Après chacun est libre de ses “idéaux” , mais je veux juste vous faire remarquer, que derrière Poutine il y a 140 million de personne qui depuis 3 ans se font insulter, menacer et déshonorer publiquement par une clique de “pieds nickelés” réuni en bande organisée sous couvert de nos démocraties, en notre NOM.Et temps que nous permettrons à ces malfaisants de nous représenter nous serons complices de leurs actions.

            Ce qui m’attriste dans ce constat, c’est l’opinion et le sentiment qu’éprouve ces 140 million de personne à l’heure actuelle!

            Comment nous regardent-ils?, comment nous regarde le reste de la planète?, nos “élus” pensent-ils vraiment qu’ils n’ont aucun compte envers leur Patrie, leur peuple!


            • tepavac Le 21 octobre 2016 à 20h51
              Afficher/Masquer

              Finalement, quelques soit l’issue de cette “aventure” en Syrie, mais aussi en Libye, Yémen,Irak, somalie, Ukraine, Afghanistan et sans doute Iran, que nous soyons vainqueur ou vaincu, nous serons pour les futures générations, que les vilains de l’histoire. Les “lépreux” de la civilisation, les virus de la Conscience sociale.

              Bien cordialement


  2. Kiwixar Le 19 octobre 2016 à 01h50
    Afficher/Masquer

    Je ne vois rien dans ce discours qu’une petite pièce matelassée ne puisse résoudre.
    De toute façon, on ne peut pas raisonnablement espérer que la fin de 150 ans d’énergie quasi-gratuite se passera bien, quand le 1er producteur de pétrole est la Russie, le 1er consommateur est les USA et que la seule source de pétrole pas cher se trouve au Moyen-Orient. “Mais que fait NOTRE pétrole sous LEUR sol??” Les US ont hérité de l’Europe leur sale esprit colonialiste, et n’ont pas été peuplés avec la crème du vieux continent.

    Les villes étendues (banlieues) du Nouveau Monde ont été construites en se basant sur du pétrole pas cher, pour que les clampins (dont 70% n’ont pas 1000 dollars d’épargne, c’est la dernière statistique) puissent aller en voiture aux 2 malls (celui où les blancs vont, et celui où les blancs allaient, comme diraient les sarcastiques de Zerohedge). L’effondrement des investissements en prospection pétrolière signifie que très bientôt (avant 2020), tout le monde va se battre sérieusement pour ce qui existe d’accessible et de pas cher.

    Sinon “Ami jeune de l’hémisphère nord, bon courage…” 🙂


    • Dunamis Le 19 octobre 2016 à 13h10
      Afficher/Masquer

      Petite correction, le premier producteur n’est pas la russie (~680 millions de tonnes pour l’ex-URSS)
      l’Amérique du Nord dans son ensemble produit bien plus (~870 millions de tonnes). Donc analyse légèrement biaisée.

      Source: [Modération : lien sans rapport avec l’affirmation ci-dessus]


  3. Subotai Le 19 octobre 2016 à 01h56
    Afficher/Masquer

    Sans être un pacifiste béat, ceci est clairement pour moi la preuve de la déliquescence militaire US.

    “”La structure et l’organisation de notre armée, tant au niveau institutionnel qu’opérationnel, doivent changer radicalement, et nous devons être ouverts à ce changement… etc jusqu’à :” …qu’il vaut mieux pour nous abattre nos vaches sacrées nous-mêmes “”

    Voici le vrai sens de son intervention.
    Traduction libre:
    Nous sommes ringard, nos adversaires sont en mesure de nous tailler des croupières.
    Nous devons très vite changer cette situation. (sous entendu: on veut du pognon!)

    En conséquence: gesticulations, rodomontades et apocalyptisation (dirigeant, média, homme d’influence) de la situation géostratégique mondiale.

    Conclusion: ils sont en retard d’une guerre, ils n’ont plus les moyens de la faire, ils n’ont plus les moyens de la payer, ils n’ont même plus le moral suffisant pour la faire.
    Il n’y a plus que les Atlantistes de la dernière heure pour faire semblant d’y croire encore.


    • silk Le 19 octobre 2016 à 02h53
      Afficher/Masquer

      C’est vrai que ce passage là, je l’ai compris comme vous : besoin de pognon pour renforcer leur armée (toujours plus, on connaît les militaires).

      Pour le reste c’est des grognements et tentative de montrer ses muscles.
      Mais quand même, la tension est montée d’un cran, en effet surement le plus haut depuis … Les missiles de Cuba peut-être.
      Dès lors que la Russie a contesté aux américains leur toute puissance en les bloquant en Syrie et en déclarant que s’il y avait un bombardement en Syrie, ce serait une declaration de guerre contre la Russie,
      Cette declaration a évidemment été largement réfléchie et signifiait que les americiains n’avaient pas les moyens d’appliquer leurs déclarations sans perdre de nombreux soldats (avions ou bateaux : destroyer, croiseurs ou autre).
      Cette declaration russe a mis les US devant la réalité : leur armée est très puissante mais ils ne peuvent pas se payer le luxe d’avoir des conflits importants dans 2 régions différentes, et surtout ils ne leur est pas possible de rentrer en conflit avec une autre puissance nucléaire.

      Bref, c’est la 1ère fois depuis 25 ans que leur domination militaire est contestée directement avec une telle force : “allez vous faire foutre sinon c’est la guerre, êtes vous pret à l’assumer ?”


    • Vladimir K Le 19 octobre 2016 à 04h59
      Afficher/Masquer

      C’est un fait que l’armée américaine n’est pas au mieux…

      Les recrues sont mal formées, car il s’agit pour la plupart de jeunes qui n’ont pas d’autres moyens de faire face à la crise économique qui n’existe pas officiellement, mais qui touche le pays.

      Une grosse partie du matériel est vieillissante, le reste n’est pas au point (F-22 ou F-35 pour ne citer que ceux là, mais depuis la crise de 2008, de grosses économies sont faites sur la production de tout le reste du matériel, et la qualité s’en ressent)

      L’argent commence à faire défaut.

      En 200 ans de guerre permanente, les États-Unis ont perdu largement plus de guerres qu’ils n’en ont gagnées.


      • Asian Le 19 octobre 2016 à 13h50
        Afficher/Masquer

        Je suis d’accord avec vous Vladimir. Le budget militaire et les progrès technologiques dans l’industrie de l’armement comptent beaucoup pour gagner une guerre, et on doit admettre que l’OTAN est largement supérieur de ce point de vue à la Russie. Cependant, le facteur humain est crucial.

        Les Américains et plus largement les Occidentaux sont-ils prêts à se battre? Pour quel but ou pour défendre quel territoire? Celui de l’Ukraine? ou de la Pologne? Quelles motivations vont guider un simple soldat de l’armée US à part son salaire de fin de mois?

        Les Russes sont prêts, car ils savent très bien pour qui, sur quel territoire et pour quel objectif ils vont se battre. Ils savent aussi qu’ils vont se battre jusqu’au bout en cas de conflit. Le moral est au plus haut niveau dans l’armée russe aujourd’hui. Et ce n’est pas le salaire des militaires qui a certes beaucoup augmenté en Russie ces dernières années qui les motivera.

        On n’en est pas là et il faut dire merci au Président russe et son entourage pour la maîtrise de soi et de la situation, la retenue de leurs discours, la clarté d’esprit.


      • Jo Le 19 octobre 2016 à 18h19
        Afficher/Masquer

        Au sujet des nouvelles recrues, j’ai un fait réel à citer et actuel.
        Un petit cousin de ma femme, Roumaine, voulait à tout prix rentrer dans l’armée Roumaine, c’était son rêve de gosse. Il a passé les tests et c’est fait refoulé, interdit de l’armée Roumaine.
        Par une secte évangéliste que pratique ses parents, il a réussi à partir aux USA grâce à une fidèle de la secte qu’il a épousé (25 ans de plus).
        Il a été formé bien comme il faut à l’américaine, lui qui était plutôt maigre doit peser maintenant 120kg environ, et il a réussi a entrer dans l’armée US.
        Voilà une bonne chair à canon US prête à mourir pour sa patrie :), mais côté efficacité j’ai un sérieux doute.


    • Renaud 2 Le 19 octobre 2016 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Bien d’accord avec vous, cela sonne plus comme un aveu d’impuissance qu’autre chose. C’est bien beau de commencer par “we willl beat you”, mais tout le reste pointe le fait que les US sont en train de se faire dépasser. Il me semble qu’assez récemment des représentants militaires US sont allés au Congrès pour dire aux néocons de se calmer car la probabilité d’une défaite contre la Russie était grande (si quelqu’un se souvient de la source, merci). Bref , je reste sur mon intuition que les faiseurs de guerre la veulent très rapidement, car plus le temps passe, plus la supériorité militaire russe et chinoise augmente et plus l’économie mondiale plonge.


    • Raoul Le 19 octobre 2016 à 11h55
      Afficher/Masquer

      De l’argent il y en a. Les dépenses militaires des États-Unis sont quasi égales aux dépenses militaires de tous les autres pays réunis. L’argent est mal employé car utilisé principalement pour financer les industries de l’armement.

      Comme dans la plupart des armées occidentales, l’argent passe dans des nouveaux projets dont une partie ne verront jamais le jour. Les projets menés à bien deviennent rares, les retards sont considérables, les nouveaux matériels ne sont pas au point (navires qui prennent l’eau, avions qui ne peuvent voler, etc.). Et, à côté de cela, les équipements ne sont pas entretenus.

      Cela devrait être rassurant, mais leur force de frappe nucléaire est toujours là et là que réside le vrai danger.


      • Pierre Bacara Le 19 octobre 2016 à 22h01
        Afficher/Masquer

        De l’argent il y en a. Les dépenses militaires des États-Unis sont quasi égales aux dépenses militaires de tous les autres pays réunis“.

        Les forces américaines manquent de moyens par rapport à leurs ambitions. L’US Navy, par exemple, a basé sa flotte actuelle essentiellement (pour faire simple) sur les classes de destroyers Arleigh Burke (dont le fameux USS Donald Cook) et de croiseurs Ticonderoga.

        Rien que dans le cas des Arleigh Burke, la Navy est pourtant loin d’en avoir assez pour assumer toutes les missions que les gouvernements états-uniens sont suceptibles de leur confier. Ils n’en ont tout simplement pas assez, parce le budget des forces américaines ne suffit pas pour en avoir assez. Ce n’est qu’un exemple.

        Alors les militaires demandent de l’argent, c’est le sens du discours du général Mark MILLEY.


  4. Pierre Le 19 octobre 2016 à 01h59
    Afficher/Masquer

    Ce type est un guignol, effectivement, une cortex-ectomie n’aurait aucun symptôme visible sur son comportement. J’ose croire qu’il n’est qu’une marionnette, à la façon d’un Joe Biden annonçant aux médias du monde entier (défense de rire) une cyber-attaque surprise sur la Russie. Je souhaite que les “sorties” de ces individus ne sont destinés qu’au public américain, qui, comme Hillary R. Clinton le souligne dans un mail dévoilé par Wikileaks, est suffisamment abruti et sous-informé pour croire en de pareilles calembredaines.


  5. Louis Le 19 octobre 2016 à 02h01
    Afficher/Masquer

    3 choses :

    – On navigue certes en eau trouble ces temps ci mais n’oublions pas la crise de Cuba en 1962 … et on est toujours là pour en parler 50 ans plus tard

    – Ce type est dans son rôle d’une certaine manière. Si lui ne fait pas claquer le fouet et ne bombe pas le torse, qui le fera? Oui il est menaçant d’une certaine manière mais c’est son job. Le “on est les plus forts et on va vous péter la gueule” c’est un grand classique du discours militaire mais 9 fois sur 10 il n’y a rien derrière.

    – On sent malgré tout une certaine angoisse derrière tout ça, les élites américaines sentent vraisemblablement que le monde est en train de leur glisser entre les mains et qu’ils n’ont décidément pas les bras assez larges pour tout saisir.


    • Kikool_ch Le 19 octobre 2016 à 13h02
      Afficher/Masquer

      Bonjour,

      Je reprends votre première assertion :

      “On navigue certes en eau trouble ces temps ci mais n’oublions pas la crise de Cuba en 1962 … et on est toujours là pour en parler 50 ans plus tard”

      Ca s’est joué plusieurs fois à un rien, et des deux côtés. Je n’ai pas de référence sous la main mais j’ai lu plusieurs témoignages directs ou indirects d’officiers ayant refusé un ordre de lancement au niveau d’alerte DEFCON2. Donc nous sommes encore là, mais peut-être par chance (grâce à la désobéissance/au bon sens de certains).

      [Modéré]


  6. Caliban Le 19 octobre 2016 à 02h37
    Afficher/Masquer

    Un plaidoyer pour la domination planétaire des Etats-Unis, bénéfique pour le genre humain même s’il faut pour cela en tuer quelques milliards.

    Au-delà de la débilité profonde de la réflexion, qu’est-ce qui peut motiver un tel discours ?
    • Qui est cet homme au juste (sa position dans la hiérarchie) ? Parle-t-il avec l’aval d’Obama ?
    • Qui est le public qui l’écoute en live ? Une amicale de paranos Yankee ou les bailleurs de fond de Mme Clinton (l’un n’excluant d’ailleurs pas l’autre) ?
    • Est-il conscient d’être filmé ? Si oui, quel est l’écho médiatique ?

    Glaçant.


    • Catalina Le 19 octobre 2016 à 09h50
      Afficher/Masquer

      Sauf que en Syrie, l’armée a désobéit à Obama……en fait, c’est bien plus compliqué que ça, certains hommes comme celui-là on découpé la Syrie et se sont octroyé des zones qui “leur appartiennent”, Obama n’a aucune influence sur eux, regardez Deir el Zor.
      C’est très grave et dangereux quand des ” officiers” désobéissent au chef suprême de l’armée et ils n’ont pas hésité…..

      “Mais le bombardement de Deir ez-Zor a tout réglé. Cela a sorti le Pentagone de ses difficultés, torpillé le cessez le feu et permis à Carter de lancer son propre concours de tir privé, sans autorisation présidentielle. Mission accomplie.”
      http://www.counterpunch.org/2016/10/07/pentagon-begins-low-intensity-stealth-war-in-syria/


    • patrick Le 19 octobre 2016 à 10h49
      Afficher/Masquer

      on se demande si les militaires américains demandent encore l’aval d’Obama pour parler et même pour agir ( voir les dernières bavures en Syrie )


    • Caliban Le 19 octobre 2016 à 11h17
      Afficher/Masquer

      @Patrick

      Effectivement, il peut y avoir une certaine marge de manoeuvre. D’autant plus grande que l’actuel Président est tout occupé à boucler ses valises.

      Savez-vous si “l’Armée US” est habituée à intervenir dans la politique ? En France on est habitué à la “Grande muette” …


      • patrick Le 19 octobre 2016 à 17h57
        Afficher/Masquer

        Peut-être pas l’armée US directement , mais le complexe militaro-industriel avec les centaines de milliards de dollars de budget annuel certainement, ils ont largement de quoi soudoyer quelques politicien(ne)s ou faire du chantage à l’emploi dans certains états.

        Bon, ensuite on peut se dire que quelques “bavures” intentionnelles sont aussi une façon de forcer la main aux politiciens


      • Caliban Le 19 octobre 2016 à 18h04
        Afficher/Masquer

        @Patrick

        Il ne fait aucun doute que le ministère de la défense des Etats-Unis a les moyens de trouver des porte-paroles, qu’ils soient officiels (estampillés Pentagone) ou officieux (néo-cons).

        Et justement, pourquoi ne plus se contenter d’utiliser ces canaux traditionnels ?
        • Est-ce que cela arrive souvent que le chef de l’Armée US fasse de la politique ?
        • Est-ce “seulement” lors des élections présidentielles ? (et faire monter la peur dans sa population ne peut que favoriser Mme Clinton, assez agressive elle-même)
        • Ou alors s’agit-il d’une première absolue ?


      • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 13h47
        Afficher/Masquer

        Savez-vous si “l’Armée US” est habituée à intervenir dans la politique ?

        Traditionnellement, à haut niveau, ce n’est pas le cas, en tout cas pas à l’échelle collective. Les officiers supérieurs américains ne sont pas formés pour cela. Tout au plus ont-ils appris à conjuguer politique en général et guerre en particulier depuis que l’opératique est enseignée dans les écoles militaires états-uniennes.

        En revanche, ils sont très actifs en politique intérieure dans le but de capter des budgets fédéraux, sur arrière-plan de rivalité inextinguible entre l’Army, la Navy et l’Air Force.

        Pour finir, de nombreux militaires américains sont impliqués, à titre individuel, dans la “grande” politique. Pour prendre deux exemples parmi les plus connus : le général Dwight D. Eisenhower, commandant en chef des forces alliées en Afrique puis en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, et ami de Charles de Gaulle ; ou encore l’amiral William D. Leahy, chef des opérations de la Navy devenu ambassadeur des Etats-Unis à Vichy en 1941 et 1942.


    • vlois Le 20 octobre 2016 à 22h07
      Afficher/Masquer

      “Dans un pré qu’elle avait eu lieu cette cérémonie,
      au revers d’une colline ; le colonel avec sa grosse voix avait
      harangué le régiment : « Haut les coeurs ! qu’il avait dit…
      Haut les coeurs ! et vive la France ! » Quand on a pas
      d’imagination, mourir c’est peu de chose, quand on en a,
      mourir c’est trop. Voilà mon avis. Jamais je n’avais compris
      tant de choses à la fois.
      Le colonel n’avait jamais eu d’imagination lui. Tout son
      malheur à cet homme était venu de là, le nôtre surtout. ”

      Voyage au bout de la Nuit, Céline


  7. Logic Le 19 octobre 2016 à 02h41
    Afficher/Masquer

    Encore trois semaines avant les éléctions US.
    Mettez-vous à la place des va-t-en guerre. Si Hillary gagne tout va bien, on va finir par l’obtenir notre 3e, sinon on risque d’attendre encore longtemps, ou pas. (Tout semble possible avec Trump).
    Autre option, pour parer à toute incertitude, essayer de la déclencher avant. Dans cette hypothèse les provocations de ce genre vont se succéder jusqu’au 8 novembre.


  8. de Bernardy Le 19 octobre 2016 à 04h30
    Afficher/Masquer

    Nous allons battre et écraser l’ennemi ! Comme au Vietnam, en Afghanistan ou en Irak ???


    • Philippe Le 19 octobre 2016 à 06h50
      Afficher/Masquer

      En grattant bien ils ont gagné sur l’ile de la Grenade il me semble, l’armée US peut être victorieuse à condition que le pays ne soit pas trop grand.
      Contre d’autres pays c’est moins sûr. Coté Pacifique quand je vois les forces en présence c’est moins sûr.
      En 2015 d’après le département de la défense US la Chine avait:
      8 fois plus de destroyers ou frégates.
      29 fois plus de sousmarins.
      39 fois plus d’avions.
      Un partout pour les porte-avions.
      Il ferait bien de lire les rapports de ses services le chef et se douter que les russes peuvent refiler du matériel qui fait peur à l’armée US.
      Quand je pense que les américains se plaignent que ce n’est plus eux qui fournissent des composants pour l’armée, c’est la Chine le fournisseur, si je suis un gros mangeur de viande j’évite de me fâcher avec le boucher.


      • Astrorock Le 19 octobre 2016 à 09h19
        Afficher/Masquer

        philippe. je ne sais d’ou vous sortez vos chiffres mais:

        1 porte avion (non opperationel) vs 10 (c’est la loi)
        3 snle vs 14
        6 sna vs 54
        0 ssgn vs 4
        54 sm e/d (cotiers) vs 0
        0 croiseurs vs 22
        40 destroyers (dont 30 quasi obsoletes) vs 62
        50 fregates vs 15

        1 flotte vs 7

        bref si l’effort de la chine est reel et sans prejuger de l’efficacité, on est encore tres loin de l’equilibre. et surtout la flotte chinoise ne s’aventure pas en haute mer car elle est essentiellement affecte a la defense cotiere. les choses evoluent cependant.


      • Dids Le 19 octobre 2016 à 09h39
        Afficher/Masquer

        Ils attaquent le Yémen… Ils ont une petite chance de victoire !


        • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 14h00
          Afficher/Masquer

          Ils attaquent le Yémen… Ils ont une petite chance de victoire !

          Les forces américaines n’ont pas gagné une seule guerre asymétrique depuis 1934 – et encore est-ce la Garde nationale nicaraguayenne qui a tué Augusto Sandino, et pas les Marines.


      • Scytales Le 19 octobre 2016 à 13h07
        Afficher/Masquer

        Ces données sont nécessairement inexactes.

        Ainsi, il n’y pas de rapport de 1 pour 1 entre les porte-avions chinois et américains.

        La Chine ne dispose que d’un seul porte-avions, le Liaoning, qui est en réalité l’ancien porte-avions soviétique Riga. Il s’agit du sistership du Tbilissi, aujourd’hui rebaptisé AFSS Kuznetsov, le seul porte-avions soviétique que la Russie a réussi à conserver. Les autres ont été vendus (le Gorschkov, ex-Baku, à l’Inde ; le Riga par l’Ukraine, où ce navire était encore en cours de construction en 1991, à la Chine ) ou bien ferraillés ou transformés en navire-musée en Chine (Kiev, Minsk, Novorossiysk, Ulyannovsk).

        Les États-Unis d’Amérique disposent d’une flotte de 10 porte-avions.

        Pour étudier objectivement les rapports de force entre les différentes armées du monde, je recommande un ouvrage capital : “Military Balance” (L’équilibre militaire), publié tous les ans par l’International Institute of Strategic Studies. On peut trouver à télécharger en ligne les éditions de certaines années.


        • Chris Le 19 octobre 2016 à 13h31
          Afficher/Masquer

          La survie des porte-avions est devenue dramatiquement contestée avec les missiles Kalibr pouvant être tiré (avec succès comme on l’a constaté récemment) à partir de petits bateaux, mais aussi de sous-marins furtifs.


          • patrick Le 19 octobre 2016 à 18h00
            Afficher/Masquer

            les Russes et les Chinois ont bien compris que la stratégie Américaine reposait essentiellement sur la maîtrise du ciel et donc de la présence des porte-avions.
            En les forçant à se tenir loin des côtes, ils empêchent les avions US d’intervenir car ils n’ont une grande autonomie puisqu’il était prévu que les port-avions soient près du théâtre des opérations.


        • zr Le 19 octobre 2016 à 20h02
          Afficher/Masquer

          qui vous dis que ce qui est ecrit dans “military balance” est exact ?
          les armées ont des secrets, c’est plus un secret pour personne.
          Les US ont un armement d’attaque, la Russie un armement de defense,
          plusieures bases russes sont en arctique, la chine, épaule la Russie, et inversement.
          Russes et Chinois ont securisé toute la cote. Vu la puissance des differents missiles Russes, les US ne passeront, de ce coté la, à mon avis.


        • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 14h16
          Afficher/Masquer

          La comparaison entre porte-avions américains et russes est malaisée.

          Les forces russes ne possèdent pas de tradition dans le domaine des porte-avions qui sont par essence des armes offensives de projection stratégique alors que, depuis la naissance de la Russie au IXe siècle, la doctrine stratégique russe a toujours été une doctrine défensive si l’on excepte la parenthèse trotskiste des années 1920 et 1930.

          L’US Navy, elle, n’a jamais cessé de dépoyer des porte-avions opérationnels depuis 1927…


          • Rhubarbe Le 20 octobre 2016 à 19h25
            Afficher/Masquer

            Heum … Nan. Tu t’es jamais demandé pourquoi la Russie est si grande ? Tout simplement car les russes, pour se sécuriser, ont eu besoin d’attaquer sans cesse plus loin les hordes de l’est pour sécuriser les frontières. D’ou le paradoxe suivant : la défense c’est l’attaque. Ben oui, quand ta frontière est sur une plaine infinie d’ou surgissent des tataro mongols, tu cherche un point stratégique a défendre : en l’occurrence, la mer et les montages. D’ou les frontières de l’empire bordées de mers, montagnes, protectorats ou océans.
            De plus, il y a eu de réelles phases d’expansions offensives en sibérie bien sur (via des cosaques devant se refaire une virginité auprès du tsar après avoir choisis le mauvais camp lors d’un coup d’état) et s’approvisionner en “or mou”, en Alaska pour “prendre Colomb par derrière” et même sur la côte ouest des EU actuels ou les russes ont eu des possessions.
            Et je parle pas des frittages quasi perpétuels avec les ottomans, nombreux avec les perses, anecdotiques avec la Chine, et catastrophiques avec le japon 😉 Et oublions les khazars !


            • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 01h43
              Afficher/Masquer

              Dans l’histoire de la Russie, les gros adversaires sont de très loin les Mongols, les Allemands, les Lituaniens et les Polonais.

              L’empire ottoman est une difficulté historiquement secondaire.


      • TienTien Le 19 octobre 2016 à 21h27
        Afficher/Masquer

        Philippe. Vous n’avez pas assez “gratté”. Il y a également le Panama afin de se saisir de la personne du général Manuel Noriega subitement devenu gênant.

        Il se fait que je suis arrivé à Panama City (que je connaissais déjà) en juillet 1984 et je fus horrifié des dégâts subis par cette malheureuse ville. Sans parler des victimes civiles…


      • Homère d'Allore Le 20 octobre 2016 à 09h24
        Afficher/Masquer

        En grattant un peu plus, ils ont écrasé l’armée serbe sous les bombes en 1999, ont détruit l’Irak et la Libye.
        Bien sûr, ce ne sont pas des pays comparables à la Russie. Mais pas non plus à la Grenade.

        Oui, le fantassin de base américain est mauvais. Mais comme à Culloden en 1746, les fantassins écossais des clans étaient bien plus redoutables en combat singulier que les trouffions anglais.
        On sait ce qu’il en est advenu. Le superbe film de Peter Watkins sur cette dernière bataille sur le sol de la Grande Bretagne le rappele parfaitement.

        Un commentaire avisé il y a quelques jours parlait de 72000 missiles Tomahawk disponibles pour une première frappe “classique”. Même si les S300 et S400 sont très efficaces, ils ne pourraient en intercepter qu’un bon millier en étant optimiste.

        Pas besoin de fantassins pour ce type de guerre ou très peu, demandés aux supplétifs européens ou aux officines privées.


        • Fritz Le 20 octobre 2016 à 10h41
          Afficher/Masquer

          “ils ont écrasé l’armée serbe” ? Disons plutôt qu’ils ont détruit les infra-structures de la Serbie. Les pertes militaires serbes ont été minimes, vu le rapport de forces. Les Serbes avaient su dissimuler leurs troupes et leurs engins.

          Cela dit, je suis d’accord avec vous sur la force brutale des Américains, et leur capacité de destruction. Mais là, ils ont en face d’eux une puissance nucléaire.
          Les Russes font des erreurs, et ils sont patients, très patients, mais quand on les cherche… quand on veut leur disparition… cela donne 1812-1814 et 1941-1945.


        • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 14h18
          Afficher/Masquer

          Oui, le fantassin de base américain est mauvais“.

          Qu’est-ce qui vous incite à penser cela ?


          • Subotai Le 21 octobre 2016 à 19h48
            Afficher/Masquer

            Tous les observateurs militaires 🙂
            Tous les spécialistes du wargame – ne vous trompez pas, ils ont très souvent étasuniens eux même… 🙂
            Énorme puissance de feu, mais très fragile et peu résilient.


    • Ils sont grands parce que nous sommes à genoux Le 19 octobre 2016 à 14h28
      Afficher/Masquer

      Vous avez oublié Hollywood: Rambo I, II, III, IV ! Que diable, les victoires les plus importantes !
      On a expliqué que Omaha beach avait été très dur, parce qu’il y avait des allemands en face.
      Gold, Juno, Sword beach? il n’y avait pas d’adversaires ou que des débutants ?… Sword: 21 ème Panzer 28 000 hommes plus l’infanterie 7 700 hommes contre 28 500 anglais et 177 français. Et toujours la même propagande tirée du même tonneau.


      • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 14h52
        Afficher/Masquer

        “On a expliqué que Omaha beach avait été très dur, parce qu’il y avait des allemands en face“.

        Pas parce qu’il y avait des Allemands en face mais parce qu’il y avait des Allemands expérimentés : la 352e division d’infanterie, créée autour d’un petit noyau de vétérans de Russie. D’où le fait que cette division, malgré un équipement reçu tardivement et avec difficulté, des ouvrages défensifs très insuffisants et front démesuré, ait infligé de telles pertes aux 1ère et 29e divisions américaines.


      • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 17h11
        Afficher/Masquer

        Gold, Juno, Sword beach? il n’y avait pas d’adversaires ou que des débutants ?… Sword: 21 ème Panzer

        Sur Gold, Juno et Sword, les anglo-canadiens font face à la 716e division d’infanterie allemande, une division statique sans valeur et sans expérience, d’où la différence d’accueil avec Omaha.

        Mais aussi, effectivement, à la “nouvelle” 21e Panzer, certes sous-équipée en chars mais dont les cadres comptent de nombreux vétérans d’Afrique et quelques-uns de Russie. Dans les faits, quelques-uns de ses éléments, arrivés très en retard de Caen et dans le désordre le plus total, stoppent la progression de la 3e division britannique, des vétérans de Dunkerque bien équipés qui ont bousculé la 716e ; mais pas à la repousser.

        Si la question est des savoir qui, sur les quatre plages sus-nommées, affronte l’adversaire le plus redoutable, la répons est : les Britanniques. C’est sans appel.


  9. Well Le 19 octobre 2016 à 04h41
    Afficher/Masquer

    « détruire notre mode de vie », le mot est lâché. C’est la seule raison de leur russophobie ainsi qu’en France, et ce depuis 1917. Comme je disais il y a quelques jours, Poutine n’est que leur prétexte. J’ai lu quelque part (à confirmer) que les occidentaux auraient envoyé Lénine dans le but de stopper la montée en puissance de la Russie tsariste, qui était très avancée à l’époque.

    Quant à son discours, il parle trop pour convaincre, preuve qu’il craint de ne pas l’être. Un peu comme le Monde. Du blablabla en 4 pages, pour redire de différentes façon la même chose, au cas où la première n’aurait pas été comprise… quitte à dire le contraire par inadvertance :-).

    Ou autre hypothèse, occuper le cerveau, l’endormir. Méthode des gourous, … et des beaux parleurs lors réunions d’entreprises, y compris syndicales. L’auditoire, pressé d’en finir et retourner à occupations plus utiles, signe les yeux fermés pour avoir la paix


    • yann Le 19 octobre 2016 à 09h56
      Afficher/Masquer

      Sauf qu’ils ont détruit eux même leur mode de vie avec le néolibéralisme. Si la Chine est devenue la première puissance du monde c’est bien parce que les USA et leurs satellites ont décidé de délocaliser leurs productions dans les pays à bas salaires pour permettre à Wall Street et aux multinationales de faire plein d’argent même si cela a jeté des millions d’Américains et d’Européens dans la misère. Le résultat étant un endettement extérieur abyssal et un déclin massif de la production industrielle les USA dépendant totalement de l’extérieur maintenant. Les empires meurent par suicide, c’est une illustration de ce qui arrive lorsque l’on néglige les sources de sa propre domination. En négligeant l’industrie et le commerce pour se focaliser sur son armement l’Amérique n’a plus les moyens de ses ambitions.


      • Van Le 21 octobre 2016 à 02h45
        Afficher/Masquer

        ils sous entendent par “mode de vie” leur prédation économique et militaire sur tout les pays qui se prosternaient pas a leur pieds.


    • Perekop Le 19 octobre 2016 à 22h49
      Afficher/Masquer

      C’est totalement confirmé, Lénine est revenu en Russie dans un train allemand, avec de l’argent allemand et américain. Quel hasard… toujours les mêmes.


      • Krystyna Hawrot Le 19 octobre 2016 à 23h35
        Afficher/Masquer

        Mais alors; c’est les Allemands qui sont responsables de la naissance de l’Union Soviétique et donc… de leur propre défaite en 1945, “Stunde Null”, Année Zéro! Si Lénine a contribué à détruire la Russie tsariste (déjà bien entamée par la Révolution de Février et avant de 1905), il a construit un pays bien plus fort et rayonnant, bien mieux organisé que l’empire tsariste…


    • Garibaldi2 Le 20 octobre 2016 à 03h53
      Afficher/Masquer

      Ce que tu as lu est une totale débilité, en 1917 la Russie est un pays où il y a encore des serfs, où la classe ouvrière industrielle est peu nombreuses et très concentrée dans quelques grandes villes. Il est certain par contre que les Allemands ont favorisé le retour de Lénine en Russie, sachant que son objectif était la chute du tzar, ce qui allait dans le sens de leurs intérêts.


  10. jp Le 19 octobre 2016 à 04h41
    Afficher/Masquer

    les USA sont en déclin aussi parce que la pollution les rend moins intelligents, ce genre de discours montre effectivement ils sont devenus crétins (pour être polie)

    “Aux Etats-Unis, l’exposition aux PBDE a, selon eux, entraîné 11 millions de points de quotient intellectuel (QI) perdu et 43.000 cas de retard intellectuel, alors que les pesticides ont abouti à la perte de 1,8 million de points de QI et à 7.500 cas de retard intellectuel.
    Selon Teresa Attina, l’un des auteurs de l’étude, chaque point perdu de QI correspond à une réduction d’environ 2% de la productivité, soit une perte de revenus de 20.000 dollars, “ce qui permet d’estimer le coût économique pour la société”.

    http://www.sciencesetavenir.fr/sante/perturbateurs-endocriniens-enorme-cout-aux-etats-unis_107540


    • yann Le 19 octobre 2016 à 13h21
      Afficher/Masquer

      Quelque chose me dit que le mauvais système solaire, la télévision, et l’explosion des inégalités sont plus pertinents que les polluants pour expliquer l’évolution du QI. Il ne faut pas confondre cause et corrélation comme c’est trop souvent le cas dans ce genre de publication.


    • TienTien Le 19 octobre 2016 à 21h18
      Afficher/Masquer

      J’avais noté, il y a plus d’un an déjà, les chiffres qui suivent, provenant de l’OMS :

      Cas d’autisme aux USA: En 1950: 1 sur 3000 naissances, en 2000: 1 sur 150, en 2010: 1 sur 68
      en 2014: 1 sur 50.

      Désolé de plus retrouver le lien.


      • Catalina Le 20 octobre 2016 à 08h13
        Afficher/Masquer

        Bonjour Tientien,

        voici le lien, cependant, étant moi-m^me spécialiste de l’autisme, je pense que la manière de poser le diagnostic est déterminante, en effet, il est bizarre que d’un seul coup, les paramètres de diagnostic ayant changés, on se retrouve avec ce nombre, je reste très dubitative, en effet, avec un un ou deux “signes”, tout le monde devient autiste…..
        Et cela profite aux multinationales pharmaceutiques qui, aux USA supervisent le DSM VI, où on peut lire que “être créatif et avoir l’esprit critique” est une maladie….
        Donc, je ne me fierais absolument pas au diagnostic us trop orienté afin d’enrichir les firmes pharmaceutiques.
        https://informations.handicap.fr/art-taux-autisme-usa-63-8393.php


        • yann Le 20 octobre 2016 à 10h08
          Afficher/Masquer

          C’est un peu comme l’épidémie de dyslexie en France qui accompagne le carnage de l’enseignement primaire de la langue française. Ils n’ont pas mal appris la lecture, c’est juste qu’ils sont dyslexiques.


          • catalina Le 20 octobre 2016 à 11h57
            Afficher/Masquer

            DSM V, pardon. En effet, depuis la methode globale,tous les momes ou presque ont des soucis de dyslexie,
            :-):-)


  11. ,Lysbeth Levy Le 19 octobre 2016 à 05h13
    Afficher/Masquer

    L’ami américain dans toute sa splendeur là en mode “macho” devant lequel tout le monde doit s’applatir le gal Milley peut compter sur Hollande et les autres pour obéir mais en attendant ces “exceptionnalistes” se moquent de nous. Voir comment ils prennent des parts de marchés à la France sans que “l’ectoplasme” qui nous gouverne ose lever la voix : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/helicopteres-caracal-les-six-gros-mensonges-de-varsovie-606523.html La France “humiliée” par ces chers amis “cow-boys” qui ne l’ouvre que pour critiquer la Pologne alors qu’elle a obéie aux voix ukrainiennes “banderistes” sur l’affaire du Mistral ! Cest bien fait pour nous au fond, qu’Hollande “mange sa cravate”. De toute manière que les grands démocrates Us menacent, cela démontre bien ce qu’ils sont en vérité : des fascistes !


    • Dids Le 19 octobre 2016 à 09h49
      Afficher/Masquer

      Le gal Mickey, soutenu par un fromage ramolli, part en campagne… L’énucléation mentale semble précéder l’ultime recours avant la chute finale: le nucléaire. Peut-être l’effondrement du système monétaire coupera-il l’herbe sous les pieds de ces dégénérescences humanoïdes.


    • V_Parlier Le 19 octobre 2016 à 23h29
      Afficher/Masquer

      Une petite nouvelle pour me consoler: Les ex-copains de la bande pro-maïdan se bouffent maintenant le nez.


      • ,Lysbeth Levy Le 20 octobre 2016 à 17h01
        Afficher/Masquer

        Bonne nouvelle mais voilà ça fait un moment qu’ils le font et avec l’aide du FMI qui n’arrête pas de leur faire des “rallonges” en attendant …La victoire ? Je crois que la vie en Ukraine est pire mais que disent les ukrainiens de bases non “russophones” ? Il doit bien y avoir des réactions face à la misère grandissantes. En fait comme dans la plupart des pays de l’espace ex-soviétique, les jeunes partent à l’étranger que se soit de Pologne, Bosnie, Kosovo ou pays baltes ou dans un état (petit état !) il y aurait une perte démographique de 700 000 personnes certains parle d”un “génocide”…


  12. kasper Le 19 octobre 2016 à 05h51
    Afficher/Masquer

    Combien d’adversaires a sa mesure (effectifs, technologie, puissance industrielle) l’armee americaine a t’elle affronté, historiquement ? Un seul, l’armee allemande, avec ce bemol qu’en 1918 et 1944, il s’agissait surtout d’achever une armee allemande deja vaincue par d’autres puis d’en prendre tout le crédit.

    En dehors de ca, la seule chose que l’armee des USA sait faire, c’est écraser des pays petits joueurs, incapables de produire autant d’armement, a la technologie obsolète, voire n’ayant pas d’armee du tout. Comme un caid de cour de récré. Et encore, pas en gagnant a tous les coups. Grace a Hollywood et aux medias, il y a une différence aberrante entre la réalité des faits et l’image de cette armée.


    • Well Le 19 octobre 2016 à 06h35
      Afficher/Masquer

      j’aime beaucoup votre comparaison du caïd de cour de récré, car je la pense totalement. Et ne pas oublier le minus, qui pour se faire bien voir du caïd, joue les braves. Mais parfois pas de chance, le caïd ne suit pas. Curieux, ça me rappelle Hollande il y a 5 ans sur la Syrie.

      ne pas oublier aussi qu’autour des caïds gravitent des frustrés qui se défoulent d’un coup de pied rageur à celui à terre. Voyons voir, qui ça pourrait bien être ? Je dirais Belgique, Danemark, Suède…

      J’ajouterais une autre comparaison, celle de la mafia, ce qui est bien dans la mentalité américaine. N’est-ce pas étonnant que les plus grands amis des américains, soient les perdants de la dernière guerre, Japon, Allemagne ? Ils ont acheté leur protection en s’alliant avec le caïd qui les a battu. Ils payent cette protection.

      C’est un mode de fonctionnement basé sur la soumission, identique aux mafias, aux proxénètes, aux sadiques.

      Tu quittes la mafia, ultime trahison, tu meures


    • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 19h28
      Afficher/Masquer

      Combien d’adversaires a sa mesure (effectifs, technologie, puissance industrielle) l’armee americaine a t’elle affronté, historiquement ? Un seul, l’armee allemande

      …à laquelle il convient d’ajouter le Viet Cong.

      Certes, cette armée ne dispose pas de la même technologie que son ennemi américain malgré quelques points forts. Cependant, logistiquement soutenue par l’Union soviétique et la Chine, elle parvient à convaincre Washington, au prix de très lourdes pertes il est vrai, qu’une victoire américaine ne peut être obtenue qu’à un coût politique et matériel démesuré. Ainsi, le Viet Cong finit par contraindre les Etats-Unis à vietnamiser le conflit et donc à se replier, remportant une victoire stratégique.


    • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 20h22
      Afficher/Masquer

      […] en 1918 […], il s’agissait surtout [pour les forces américaines] d’achever une armee allemande deja vaincue par d’autres puis d’en prendre tout le crédit“.

      Lorsqu’en 1916, les Etats-Unis décident de se ranger aux côtés de l’Entente, l’armée de Guillaume II n’a rien d’une armée vaincue et personne ne peut même prédire si elle le sera. Lorsque Washington déclare la guerre à Berlin et Vienne en 1917, la situation est identique.

      Certes, les forces américaines ne sont engagées massivement qu’en septembre 1918 alors que la défaite allemande est effectivement consommée depuis l’été ; mais ce baptême du feu européen à grande échelle n’a pas été engagé à la onzième heure puisque cela fait déjà deux longues années que l’armée états-unienne s’y prépare frénétiquement.

      Ce sera chose faite dans les dernières semaines de la guerre aux prix de pertes ahurissantes. Exemple : la 2e division américaine perd vingt-trois mille hommes sur vingt-cinq mille en trente-trois jours de combat.


      • Pierre Bacara Le 20 octobre 2016 à 22h02
        Afficher/Masquer

        […] en 1944 […], il s’agissait surtout [pour les forces américaines] d’achever une armee allemande deja vaincue par d’autres puis d’en prendre tout le crédit“.

        La Maison-Blanche décide d’entrer en guerre contre les Etats-Unis dès l’été 1941. Le IIIe Reich la lui déclare avant que les forces américaines ne soient prêtes. Dès janvier 1942, les navires états-uniens sont torpillés par les U-Boote jusque devant les côtes des Etats-Unis. A l’été 1942, l’US Air Force fait ses premières armes contre la Luftwaffe et, à l’hiver suivant, l’Army se voit déjà infliger une leçon par l’Afrika Korps.

        Au déclenchement d’OVERLORD, cela fait déjà plus de deux ans que les Américains se battent contre l’Allemagne. De plus, cette fois, même au moment de leur déploiement le plus important, l’ennemi n’est pas vaincu. Le 6 juin 1944, la défaite d’Hitler, toute probable qu’elle soit, n’est toujours pas certaine. Ce n’est qu’après la spectaculaire destruction du groupe d’armées Centre allemand par l’armée rouge que cette défaite deviendra une certitude.


        • Garibaldi2 Le 21 octobre 2016 à 02h42
          Afficher/Masquer

          Rien qu’à Stalingrad, les Soviétiques ont plus de morts, militaires et civils, que n’en auront les USA et la G-B pour TOUTE la guerre 39-45.


  13. Nerouiev Le 19 octobre 2016 à 06h45
    Afficher/Masquer

    … disait ce grand romantique en pensant à l’Afghanistan et au Vietnam.


  14. dupontg Le 19 octobre 2016 à 06h49
    Afficher/Masquer

    et ils ont bien raison de commencer à avoir peur…comme la plupart des chiens qui aboient..
    Au cas ou ils doivent subir ce qu’ils ont fait subir aux autres,
    entre autre deux bombes nucleaires de retard sur des civils..
    sans oublier le napalm et les agents oranges et les bombes à sous munitions sur le laos.
    la planete est devenue petite et il n’y a plus d’endroit ou on est intouchable
    Ca change considerablement la donne par rapport à 1939 ou meme les anglais se croyaient à l’abri sur leur ile


  15. DUGUESCLIN Le 19 octobre 2016 à 07h00
    Afficher/Masquer

    Il ne faut pas oublier que la finance domine la politique.
    Les financiers maîtres du monde sont plus dangereux que les militaires, s’ils sont convaincus que perdus pour perdus, leur dernier espoir de conserver leur domination est la destruction, à l’issue de laquelle ils reprendraient le pouvoir, il y a vraiment danger.
    Les première et deuxième guerres mondiales leur ont permis d’asseoir leur domination et la main mise sur les richesses du monde. Vont-ils recommencer? Pensent-ils que c’est jouable encore une fois pour eux? Tout le danger est là. Ce sont ces financiers qui décideront ce qu’ils ont à perdre ou non. La guerre dépend plus d’eux que des militaires.
    Comme disait notre élu à la présidence: “mon ennemi c’est la finance”. On attend encore la suite.


    • Kiwixar Le 19 octobre 2016 à 08h47
      Afficher/Masquer

      Le danger supplémentaire des financiers, et de nombre d’hommes/femmes politiques d’aujourd’hui (par rapport à la guerre froide), c’est… la cocaïne. Et le sentiment d’invincibilité qu’elle amène, d’où des prises de risques inconsidérés.

      Il y a des suspects : en France, le petit président agité qui se touchait le nez (nécrose du nez dûe à la coke) et qui s’est attaqué à la Lybie. En Géorgie, Saakachvili et l’Ossétie du sud (2008)… Et aux USA, Hillary qui est boostée au début du 2eme débat et qui est patraque à la fin (Trump demande un test anti-drogue pour le 3eme débat).


      • Django Le 19 octobre 2016 à 11h32
        Afficher/Masquer

        Bien vu, c’est une évidence qui n’est jamais mentionnée ! N’oublions pas les amphétamines et leurs dérivés “modernes”; en France, un certain philosophe guerrier en serait un grand consommateur.


      • Kikool_ch Le 19 octobre 2016 à 13h59
        Afficher/Masquer

        Exact, on peut reprendre aussi l’exemple du captagon qui fait partie de l’arsenal de Daesh. Certes ce ne sont pas les dirigeants dont nous parlons, mais le principe et certains effets sont comparables.


  16. John Le 19 octobre 2016 à 07h34
    Afficher/Masquer

    La première mondialisation se termina par la première guerre mondiale quand la puissance dominante britannique se fit doubler par l’Allemagne.
    https://fr.vikidia.org/wiki/Rivalit%C3%A9s_entre_l'Allemagne_et_le_Royaume-Uni_avant_1914


  17. Homère d'Allore Le 19 octobre 2016 à 07h57
    Afficher/Masquer

    La carte des pays accueillant des troupes américaines est fausse.

    Cuba: d’accord, il y Guantanamo mais de là à mettre toute l’île en bleu..

    Équateur: Correa a fait fermer il y a sept ans la base de Manta

    http://www1.rfi.fr/actufr/articles/115/article_82802.asp

    France: Certes notre pays s’est totalement aligné mais (pas encore ?) au point d’accepter des bases sur notre sol.

    Algérie: les rumeurs d’une installation américaine à Tamanrasset se sont révélées fausses.

    http://www.islametinfo.fr/2014/05/12/abdelaziz-bouteflika-refuse-limplantation-dune-base-militaire-americaine-en-algerie/


    • Prométhée Enchaîné Le 19 octobre 2016 à 16h47
      Afficher/Masquer

      D’après les données publiées par le Département de la Défense, il y a quelques centaines (US Army, Navy, Marine Corps, Air Force (zéro en l’occurrence), Coast Guards (5), agglomérés) à Cuba.

      En Equateur, il y aurait au total 23 militaires, tous “actifs/en service”, c’est-à-dire non-réservistes ou civils.

      En Algérie, il y aurait 6 actifs (3 US Army et 3 US Navy) : sur un zodiac ? lol.

      En France, il y a bien une présence de quelques dizaines d’actifs seulement, mais effectivement pas de base (mais sur la carte des bases, on n’en voit pas…).

      Moi, ce qui me gêne dans ce rappel un peu court, c’est d’une part le biais de perception que ces cartes provoquent (car cette présence bleue tout autour du globe tend à faire passer les EU pour un Empire prêt à intervenir efficacement partout, alors que beaucoup de zones sont finalement relativement vides : à ce titre le meilleur exemple c’est Haïti et la République Dominicaine où le grand nombre de bases n’est nullement proportionnel au nombre de soldats, quelques centaines ; dans d’autres pays, il y a seulement quelques soldats et même pas de bases).


    • Prométhée Enchaîné Le 19 octobre 2016 à 17h00
      Afficher/Masquer

      D’autre part, l’absence de détails sur ces troupes. Car pour l’Europe, il n’y a “que” 30 000 soldats dans l’US Army, pas plus de 3000 au Japon (est-ce que les autres forces militaires peuvent remplir les mêmes missions ?) et moins de 200 en Turquie.

      Et pour finir, M. Berruyer présente les bases russes dans le monde, mais pas les bases russes en Russie… ni leurs effectifs donc…
      Ni même les effectifs et bases chinois. Et éventuellement les effectifs et bases des états à risque (pour les EU).

      Cette présentation est donc un tantinet biaisée.

      Pour les propos du CEMEU, qui ressemblent effectivement à de la posture, on n’a pas beaucoup vu par ici de dénonciations des diverses menaces proférées par diverses personnalités eurasiennes à l’encontre de diverses entités occidentales. La neutralité consiste à traiter les deux de la même façon.


      • patrick Le 19 octobre 2016 à 18h03
        Afficher/Masquer

        les bases Russes en Russie ? oui mais ça c’est normal , elles ne menacent que la Russie 🙂
        Ce ne sont pas des forces “agressives” pour le reste de la planète


  18. Catherine Le 19 octobre 2016 à 07h58
    Afficher/Masquer

    L’histoire des USA commence par une colonisation, une occupation , une appropriation, une domination.

    C’est un peu dans leurs gènes…


    • triari Le 19 octobre 2016 à 12h31
      Afficher/Masquer

      Et vous oubliez : puis continue par une expropriation, une réduction en esclavage, un génocide et des leçons de morales.


  19. francois Marquet Le 19 octobre 2016 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Le petit passage sur l’unipolarité, bipolarité ou multipolarité du monde confirme les propos de Marina Henke sur Thinkerview:
    https://www.youtube.com/watch?v=PwHlxMfCnKg
    Les US ne veulent pas d’un monde multipolaire, mais se satisferaient d’un monde bipolaire (nouvelle guerre froide) avec en pôle N°2 une Chine contenue.
    La question est : que va faire l’Europe? Elle pourrait constituer un pôle N°3, mais si elle n’agit pas rapidement, les jeux sont faits.


    • ,Lysbeth Levy Le 19 octobre 2016 à 08h40
      Afficher/Masquer

      Les Usa menacent la Russie et “la Chine”, mais parce que les chinois prennent position sur la Syrie ? : http://www.mintpressnews.com/syria-becomes-world-war-powderkeg-china-joins-russian-alliance-assad/219617/
      “”La perspective d’une implication chinoise en Syrie pourrait se révéler gênant pour que très «communauté internationale». Alors que, jusqu’ici, la Chine n’a pas démontré une volonté de s’impliquer dans le combat directement, sa présence sera presque certainement une escalade des tensions entre lui-même et les États- États.
      Rappelez-vous, les États-Unis et la Chine sont sur le point de mener tous azimuts une “guerre navale” dans la mer de Chine méridionale. Rappelons également que des Etats-Unis dirigée par l’OTAN est en Europe de l’Est, le long de la frontière avec la Russie, la conduite ce que beaucoup ont appelé provocations pour tenter d’obtenir une réponse de l’armée russe””.


    • SanKuKai Le 19 octobre 2016 à 09h33
      Afficher/Masquer

      Je pense qu’en Europe, il n’y a pas de pole possible: les élites suivront les US. L’UE et l’OTAN sont là pour ca. Mais malgré le matraquage médiatique façon 1914, je n’ai pas l’impression que les peuples en général suivent.
      Ce que je n’ai jamais compris dans ces situations c’est que la police et les militaires (hors haut gradés) suivent les élites en général. Alors que sans eux, les élites pourraient toujours gesticuler sur leur piédestal, ils ne se passerait rien.


      • Chris Le 19 octobre 2016 à 13h50
        Afficher/Masquer

        Je tiens à rappeler qu’aussi longtemps qu’existe l’Union Européenne et le Traité de Lisbonne, l’OTAN est expressément désignée comme faiseuse de notre politique étrangère à l’article 42.
        Cette vassalité n’était pas exprimée dans les versions précédant le traité de Maastricht.
        Remercions Sarkosy l’Américain !
        https://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/questions-internationales/l-union-europeenne-est-subordonnee-a-l-otan


        • V_Parlier Le 19 octobre 2016 à 23h50
          Afficher/Masquer

          D’une manière à laquelle je ne pensais pas, Hollande le guerrier moralisateur serait-il alors bien ennuyé par cet article? 😀 Un peu plus et il nous envoyait seuls faire la guerre à la Russie. Il est vraiment le pire de tous et fera bientôt passer les parlementaires européens (et européistes) les plus furieux pour des pacifistes.
          Comme quoi, il faut se méfier des gouvernants qui ont l’air simplet. S’ils sont tout de même parvenus là où ils sont, c’est probablement parce-qu’ils sont très dangereux.


  20. Well Le 19 octobre 2016 à 09h03
    Afficher/Masquer

    j’ai fait une petite recherche sur internet, pages en français : rien, juste un petit article de médiapart. Imaginons que Poutine prenne le coup de sang devant ces gesticulations, et réponde par la même insolence. Aussitôt, la presse se déchaînera sur l’agressivité de Poutine.

    ce type use du pouvoir de ceux qui pensent avoir le droit à leurs côtés, pour ne pas dire Dieu (pour les Américains), pour ne pas dire « des valeurs » (pour les Français), et qui estiment que le protagoniste n’est bon qu’à se taire et recevoir les réprimandes… voire les sanctions

    Des juges aussi utilisent ces méthodes provocantes envers les justiciables, allant au delà des faits, leur lançant des appréciations très personnelles. Qu’attendent-ils, que le condamné réplique, pour pouvoir ensuite justifier sa condamnation ?


  21. Duracuir Le 19 octobre 2016 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Les USA tombent le masque et appellent un chat, un chat.
    Voici comment je comprends le message:
    ” Nous, les USA, promoteurs de l’American Way, de son Droit au Bonheur de sa liberté de bizness et conscience, de ses libertés individuelles devons faire une mise au point”.
    Vous lez Russes, on vous a vaincu en tant que forces stratégiques et vous a intégré au bizness, gavant vos élites, et pillant pour une petite génération votre pays, as usual pour se rembourser. Vous ne jouez pas le jeu. Vous refusez de chier là où on vous dit et ce n’est pas correct. Vous abusez de note mansuétude et osez prétendre refaire le match. Nous ne nous y attendions pas et sommes très en colère.
    Vous les Chinois, plutôt que de vous laisser pourrir sur votre communisme et pour nous éviter une guerre, on a tenter de nous enrichir mutuellement pour que ça se passe en douceur. Que vous passiez à la soumission heureuse sans passer par la case extermination. Aujourd”hui, vous nous chiez dans les bottes et prétendez devenir des caïds avec tout le pognon qu’on vous a apporté sur un plateau.
    Ceci ne peut pas avoir lieu. NOUS sommes la nation excetionnelle vouée par Dieu à diriger le monde. Donc nous, US Army vous déclarons que nous relevons le gant. Vous êtes avec nous ou contre nous. Si vous êtes contre nous, NOUS VOUS DETRUIRONS.
    Voilà ce que je comprends


    • Duracuir Le 19 octobre 2016 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Donc là, il n’y a pas de “c’est pas juste”, c’est salop. On est dans la géopolitique pure. Les USA viennent de dire fermement quesa vision du monde passera de grès ou de force. Et les USA sont prêts à jeter les dés.
      Il rappelle, à juste titre, la constante de l”histoire US qui est d’avoir toujours su, en un temps record, à se mettre en position de gagnant. Ils ont surpris les Anglais. Puis les Espagnols qui les méprisaient. Le Nord était donné perdant face au sud mais il a su trouver les ressources humaines et inventer la guerre industrielle pour gagner. En 1938, les USA étaient une force militaire négligeable et ses ennemis on parié sur la mollesse de sa population.
      Ce général ne fait que rappeler ça: ” ok boys, je sais, c’est pas juste, mais ou vous pliez, ou vous payez pour jouer, et la blinde est très très très chère”.


      • Catalina Le 19 octobre 2016 à 11h47
        Afficher/Masquer

        “Il rappelle, à juste titre, la constante de l”histoire US qui est d’avoir toujours su, en un temps record, à se mettre en position de gagnant.”

        euh…..?
        Un gagnant qui sans la planche à billet et le narco-traffic n’aurait pas su “se mettre en position de gagnant”, de plus, ce n’est pas être “gagnant” que de faire du terrorisme sur toute la planète et que d’agresser tous les pys qui ne sont pas ok pour faire les chiens-chiens us. Gagnants les USA ? ils sont totalement, complètement ruinés, sans les autres pays, ils ne survivraient pas un mois, leur survie dépend de l’extérieur, ils n’ont plus aucune autonomie et sont importateurs de pétrole.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_aux_%C3%89tats-Unis


        • Duracuir Le 19 octobre 2016 à 12h10
          Afficher/Masquer

          Vous vous payez de mots.
          Comme le disait Napoléon, la victoire, ce n’est pas d’être le plus fort. La victoire, c’est être le plus fort au bon moment et au bon endroit.
          Nul ne peut dire que les USA aient pris tous leurs adversaires en traitre et par surprise.
          Les USA n’ont jamais pratiqué le blietzkrieg. Mais ce sont des adeptes du rouleau compresseur. Revoyez l’Histoire, ils ont toujours longuement averti leurs ennemis et une fois la guerre déclaré, ils ont toujours pris leur temps pour déclencher l’offensive. Ils ont TOUJOURS su rebondir et inventer un truc nouveau pour vaincre leurs ennemis. En 1776, les Anglais les prenaient, à juste titre, pour une armée de miliciens pouilleux sans ressource ni chefs valables. Certes. Ils ont fait appel totalement aux Français. Les mêmes Français qu’ils avaient exhorté les Anglais de virer 20 ans plus tôt et qu’ils haïssaient abominablement et contre qui ils déclenchèrent une guerre(gagnée) dés 1798. Ils se sont rodés contre les Espagnols en 1847, montrant, à la surprise générale qu’ils avaient intégré les meilleures méthodes de commandement européens. A suivre…


          • Duracuir Le 19 octobre 2016 à 12h16
            Afficher/Masquer

            Suite…
            Puis contre le Sud, nettement supérieur en valeur militaire et en encadrement, ils ont clairement inventé la production militaire de masse et la conscription obligatoire des migrants juste cueillis NY pour la chair à canon. En 40, sachant leur encadrement ,et leurs troupes très nettement inférieures aux Allemandes ou Japonnaises, ils ont inventé une logistique sans précédent alors que la doctrine était à l’allègement logistique. Ils se sont effectivement laissé surprendre. Et ce général dit clairement qu’ils sont prêts à mettre un coup de pied dans la corruption du système militaro-industriel, abandonné le JSF35 ou autres conneries ruineuses.
            Personne ne peut les attaquer. Ils ont donc le temps


            • Dommage Le 19 octobre 2016 à 13h21
              Afficher/Masquer

              Vous allez un peu vite en écrivant je trouve, ça donne plein de détails bizarres dans votre discours :
              En 1940 les USA n’étaient pas en guerre.

              Et ils n’étaient pas conscients de la faiblesse de leur encadrement et de leurs troupes face aux allemands, ils s’en sont rendus compte à la dure au premier contact avec l’adversaire en Tunisie en 1943 à Kasserine. Mais ils ont vite appris.
              De même face aux japonais, ils ne savaient pas avant de se faire attaquer à quel point le chasseur zero allait leur poser des problèmes. Mais là aussi, ils ont appris de leurs erreurs et renversé la situation.

              Autre chose “la doctrine était à l’allègement logistique”. La doctrine de qui? Quand?


            • Duracuir Le 19 octobre 2016 à 13h45
              Afficher/Masquer

              En 1940, ça faisait déjà deux ans que FDR planifiait, avec génie, la mise ne place de l’industrie au service de l’armée. Donc, en 1940, l’armée US était encore insignifiante.
              Si elle s’était laissé surprendre en 43, elle n’aurait jamais vaincu en 44, soyez conséquent svp, ces choses là se préparent de loin. D’ailleurs tous les historiens sont stupéfaits des choses réalisées de 1938 à 42. Rachat de brevets à tire larigo, et, en connaissance de la supériorité des commandements allemands et japonnais qui avaient déjà vécu l’épreuve du feu, idem pour la troupe, la doctrine géniale fut :
              1 écraser l’adversaire par une supériorité matérielle de 1 à 10
              2 garanti au soldat US de se battre dans de largement meilleures conditions que l’ennemi.
              En 42 et 43, ils n’ont pas été surpris, ils ont appris le feu face aux meilleures armées de l’époque, avec des bleus, soldats comme officiers.


            • Dommage Le 19 octobre 2016 à 21h38
              Afficher/Masquer

              Je vois ce que vous voulez dire, mais ça j’ai toujours pas compris:
              “la doctrine était à l’allègement logistique”. La doctrine de qui? Quand?


            • Duracuir Le 21 octobre 2016 à 08h00
              Afficher/Masquer

              Depuis Napoléon et Clausewitz, l’allègement des équipages pour permettre une plus grande mobilité était l’obsession des état-majors, surtout depuis la mode du blietzkrieg.


          • Renaud Le 19 octobre 2016 à 13h55
            Afficher/Masquer

            Un petit rectificatif, les Américains ont littéralement volé quelques 40% au moins du territoire mexicain et non plus espagnol, car en 1847 le Mexique était indépendant depuis quelques 25 ans.


            • Duracuir Le 19 octobre 2016 à 16h01
              Afficher/Masquer

              Exact. Toutes mes confuses. Ils ont bien fait la guerre aux Espagnols mais plus tard, après le false flag du cuirrassé Le Maine.


        • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 00h16
          Afficher/Masquer

          [Les USA,] un gagnant qui sans la planche à billet et le narco-traffic n’aurait pas su “se mettre en position de gagnant

          Première puissance industrielle mondiale en 1890 tout de même, après une révolution industrielle commencée en 1850 avec un système bancaire encore balbutiant.


        • Van Le 22 octobre 2016 à 04h07
          Afficher/Masquer

          Exactement d’autant plus que la multiplication des guerres et la révolution des moyens de communication et d’information ont complètement grillé la politique étrangère américaine, personne sur cette planète ne peut ignorer aujourdhui les objectifs des guerres américaine de ces dernière décennies et les bavures et massacres des millions de civils.
          les USA ne “gagne” que lorsqu’elle est inégalée, chose qui deviens de plus en plus difficile a maintenir et toute volontés américaine de retarder les autres pays ne fera que renforcer les alliances et les rivalités a son égare.


    • Duracuir Le 19 octobre 2016 à 12h29
      Afficher/Masquer

      D’ailleurs, je ne pense pas qu’Hollande ou Merckel soient des pourris ou des traitres, mais je pense que, dans le secret velouté de salons dorés, l’alternative leur a été présentée aussi brutalement.
      Les USA ne laisseront plus se reproduire la rebellion de 2003. Terminé.
      Ce message du Pentagone n’est pas à Poutine ou Xi, mais à tous ceux qui comptent dans leurs pays respectifs.


      • patrick Le 19 octobre 2016 à 18h05
        Afficher/Masquer

        Merkel a été espionnée par la NSA pendant 10 ans , ils savent tout sur elle ,elle ne peut plus rien leur refuser 🙂


      • V_Parlier Le 19 octobre 2016 à 23h58
        Afficher/Masquer

        Quand je vois Hollande je me dis qu’ils n’ont même pas besoin de ça avec lui. Il est pleinement consentant, au point que dès fois ils doivent le retenir. Pour Merkel, je ne sais pas.


        • lvzor Le 20 octobre 2016 à 09h05
          Afficher/Masquer

          Consentant ou pas, c’est encore un cas de mise en jeu de l’article 68 de la Constitution, pour « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ».

          D’une façon générale, lorsqu’on n’est pas capable de faire une conférence de presse pour dire : “J’ai été menacé de xxx par telle personne en telle circonstance, que j’ai naturellement fait arrêter et qui est actuellement interrogée par la police” , normalement on n’ose même pas imaginer de se présenter à une élection, a fortiori présidentielle. J’ai toujours eu du mal, depuis Mitterrand, à accepter que des gens faisant preuve d’une grande lâcheté, osent prétendre me gouverner.


  22. asile Le 19 octobre 2016 à 10h00
    Afficher/Masquer

    Il n’y a pas que les américains.

    Il y a déjà dix ans un général chinois déclarait à peu près la même chose :

    Un général chinois haut placé a prévenu que son pays pourrait détruire par l’arme nucléaire des centaines de villes américaines si les deux nations s’affrontaient à propos de Taïwan. Le major général Zhu Chenghu, doyen de l’Université de la Défense Nationale, a déclaré qu’il exprimait là une opinion personnelle […]

    […]
    S’exprimant lors d’une conférence organisée par le ministère des affaires étrangères à laquelle assistaient de nombreux correspondants étrangers, M. Zhu a déclaré que la Chine était prête à prendre l’initiative [was prepared to initiate] d’une guerre non-conventionnelle pour Taïwan. “La logique de la guerre dicte qu’une puissance plus faible a besoin de déployer tous ses efforts pour défaire un rival plus fort” a-t-il déclaré selon le New York Times.
    […]

    […] M. Zhu, qui passe pour un faucon dans les cercles militaires chinois, a dit que son pays était prêt à supporter de lourds dommages à Pékin, Shanghai, Canton et autres régions densément peuplées.

    “Nous, Chinois, nous nous préparerons à la destruction de toutes les villes à l’est de Xian”, a-t-il dit. “Evidemment, les Américains devront être préparés à ce que des centaines de villes soient détruites par les Chinois.”

    Bien que M. Zhu ait déclaré que la guerre était improbable, sa proposition que la Chine fasse sienne l’option de première frappe nucléaire contre les Etats-Unis va alarmer le Pentagone.

    […]

    = https://www.theguardian.com/world/2005/jul/16/china.jonathanwatts =


    • lvzor Le 20 octobre 2016 à 09h12
      Afficher/Masquer

      “Le major général Zhu Chenghu, doyen de l’Université de la Défense Nationale, a déclaré qu’il exprimait là une opinion personnelle”

      Ce qui change très considérablement la portée des déclarations. Le discours d’un chef d’état-major en exercice devant un large public lors d’une manifestation apparemment officielle ne peut être comparé au propos d’un universitaire expressément assorti de réserves, lors d’une conférence académique.


  23. martin Le 19 octobre 2016 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Milley dit tout, en un certain sens.

    En 2011, au moment de la guerre de Lybie, le plan américain était clairement de:
    1> Chasser la Russie de Méditerranée orientale tout en la repoussant vers son intérieur depuis l’ Europe, 2> Briser les ambitions chinoises tout en prenant l’influence en Asie orientale, 3> Casser purement et simplement l’Iran. En un mot, il s’agissait de prendre le contrôle du vieux Heartland de Mck KInder. Ce plan devait prendre corps en quelques années et garantir Volens Nolens la perpétuation de l’hégémonie américaine sur le monde, le Nouveau Siècle Américain. Mais rien ne s’est produit comme prévu. Inutile de rappeler les évènements des dernières années.
    Ce qui se dessine est donc un monde multipolaire. Sur ce point Milley a parfaitement raison, cependant:
    1> IL ne conçoit ce monde que comme une réplique des royaumes combattants dont les guerres incessantes déchirèrent la Chine juste avant l’Empire.
    2> Mais l’hypothèse kantienne d’une cosmopolitique est également envisageable. Les pays grands et petits pourraient bâtir ensemble une société des nations fondée sur un droit de coopération. N’est-ce pas l’intérêt de tous? C’est cela qui fait peur à Milley comme à toute l’oligarchie impériale. Car sous une telle hypothèse, les Etats-Unis, tout en demeurant très puissant à beaucoup de titres, ne seraient décidément plus qu’un pays parmi les autres. Perspective égalitaire insupportable pour la nation exceptionnelle.

    DM


    • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 00h35
      Afficher/Masquer

      En 2011, […], le plan américain était clairement de :
      1> Chasser la Russie de Méditerranée orientale tout en la repoussant vers son intérieur depuis l’ Europe,
      2> Briser les ambitions chinoises tout en prenant l’influence en Asie orientale,
      3> Casser purement et simplement l’Iran. En un mot, il s’agissait de prendre le contrôle du vieux Heartland de Mackinder
      “.

      C’est ce qu’expliquait déjà Brzezinski en 1998 dans Le grand échiquier en dégageant les priorités suivantes, dans l’ordre :

      1) Contrôler l’Europe et en particulier l’Europe de l’Est.
      2) Controler l’Asie de l’Est et du Sud-Est
      3) Contrôler le Moyen-Orient

      http://www.eurasia-rivista.org/cms/wp-content/uploads/Trieste-Iran7.jpg


  24. Nicolas D. Le 19 octobre 2016 à 10h48
    Afficher/Masquer

    Au milieu de ce délire super-agressif, typiquement américain, je suis toujours surpris par la référence à l’Iran.

    La Russie, la Chine et la Corée du Nord ont la bombe A. Les deux premières sont de grandes puissances. Mais l’Iran ? Hormis le Hezbollah (dont on peut discuter la nature), ils ne sont pas les sponsors du terrorisme islamiste qu’on connaît depuis quinze ans, ils n’exportent pas leurs délires religieux au Kosovo, en Bosnie et ailleurs, ils viennent de signer un accord historiquement limitant leur accès à la bombe A. Ils ne s’occupent que de leur voisinage immédiat où les Etats-Unis ont foutu un bordel monstre. Et ils sont en compétition avec les royaumes sunnites.

    Ca suffit pour que les US en fasse un des diables à l’échelle mondiale. Sont frappés les stratèges US. Et personne n’y trouve à redire en Europe.


    • martin Le 19 octobre 2016 à 11h00
      Afficher/Masquer

      L’Iran est comme un balcon sur le bassin caspien et l’Asie centrale, ventre mou de la Chine et de la Russie. En outre, la stabilisation de l’arc chiite, et donc de l’Iran, rend difficile toute manipulation du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. Bref, l’Iran est la clef qui ouvre et ferme la porte de ce que certains auteurs ont nommé le “Grand Moyen-Orient” et qui court du Maroc aux frontières de la Chine. M’est avis que le principal enjeu est là, s’agissant de l’Iran.

      DM


      • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 00h44
        Afficher/Masquer

        Arc chiite

        “[…]la stabilisation de l’arc chiite, et donc de l’Iran, rend difficile toute manipulation du Proche-Orient […]

        L’arc chiite comporte les alaouites de Syrie et les houthis yéménites qu’il faut tout de même un solide marteau pour faire rentrer dans la catégorie “chiite”. Reste le hezbollah libanais, il est vrai, mais tout de même, l’arc est fait de bric et de broc.

        C’est surtout dans l’esprit des wahhabites que l’arc chiite (ou croissant chiite) trouve sa solidité ; beaucoup moins dans celui de Téhéran qui n’y voit que des pierres de go dans sa stratégie régionale.


        • martin Le 24 octobre 2016 à 23h15
          Afficher/Masquer

          C’est vrai

          Dans le jeu de go, les pierres syrienne et irakienne ne seraient que des pierres de stabilisation, mais comme un coup doit toujours avoirs plusieurs objectifs (ce que le Pentagone se croit encore seul à comprendre), elles exercent une double influence sur la Méditerranée et la zône Caucase-Bassin caspien.

          DM


    • Renaud 2 Le 19 octobre 2016 à 11h08
      Afficher/Masquer

      Pourquoi l’Iran, c’est en fait très simple. Ce sont les plus grands utilisateurs au monde de la finance islamique, qui prohibe l’intérêt, assimilé à l’usure (l’usure était autrefois considéré comme un grand péché par nos sociétés catholiques). Or, le crédit avec intérêts est le fondement de notre Système actuel. C’est par ce biais que la Banque s’est placée au-dessus des Etats (avec leur magnifique victoire en 1913 avec la création de la Banque Fédérale Américaine, FED, suivie de la création au sortir de la IIGM du FMI et de la Banque Mondiale). L’Iran est donc l’Etat le plus subversif pour le pouvoir de l’Argent-Roi. Se rajoutent évidemment les enjeux énergétiques avec le gaz iranien et le détroit d’Ormuz par lequel transite environ 30% du pétrole mondial.


      • patrick Le 19 octobre 2016 à 12h19
        Afficher/Masquer

        nous avons trouvé mieux que la finance islamique sans taux d’intérêt , nous avons inventé les taux d’intérêts négatifs , c’est le prêteur qui paie , on n’arrête pas le progrès dans l’incohérence 🙂


      • V_Parlier Le 20 octobre 2016 à 00h02
        Afficher/Masquer

        Pour l’Iran, ils s’y sont repris à deux fois pour le déstabiliser. Mais à chaque fois il est retombé, d’une façon ou d’une autre, dans le “mauvais” sens pour les USA.


        • ,Lysbeth Levy Le 20 octobre 2016 à 17h20
          Afficher/Masquer

          La dernière fois que les Usa et la NED ont tenté de déstabiliser l’Iran c’était le mouvement “vert” en 2009 ! Raté ..et dernièrement en Macédoine là aussi raté, je pense que maintenant tout le monde sait qui est derrière ces coups d’état déguisés en manifestation pacifiques ou pseudo-populaires.
          http://w41k.com/28633 mais je parie qu’il y en aura d’autres….


    • martin Le 19 octobre 2016 à 11h16
      Afficher/Masquer

      @ Vincent

      Je pencherais plutôt pour l’hypothèse Talleyrand et le congrès de Vienne. La stabilisation du Heartland est une condition nécessaire à la réalisation des grands projets chinois (investissements en Asie Centrale, une Ceinture une Route). De ce côté, l’accroissement d’activité pour la Chine elle-même et tout le continent est potentiellement énorme. Songeons à des trains à grande vitesse reliant Pékin à Berlin et Shanghai à Milan. La paix n’est pas une option pour l’Eurasie, mais une exigence absolue. D’ou le travail patient de la Chine et de l’Iran pour tenter ensemble de faire baisser la tension au Pakistan. D’ou également, l’effort coordoné de la Russie et de l’Iran pour stabiliser l’arc chiite à travers la Syrie. Ce ne sont là que deux exemples de coopération eurasiatique, il y en a beaucoup d’autres. Et tout le monde attend que la belle endormie (Europe) se réveille enfin et entre dans la danse. Le monde soupire après l’Europe.
      DM


      • V_Parlier Le 20 octobre 2016 à 00h06
        Afficher/Masquer

        L’Europe est décadente, et donc complètement à côté de la plaque sur de nombreux plans. Ni ses élites ni ses peuples ne se préoccupent de tout cela, ça fait trop réfléchir, ça fait revoir les poncifs (alors qu’on réserve plutôt les “nouveautés” au domaine de l’inutile ou du nuisible).


        • martin Le 24 octobre 2016 à 23h34
          Afficher/Masquer

          Les dirigeants, oui. Mais les peuples? Notre Président suit une politique d’alignement bancale sur Washington et Ryad à la fois (mauvaise pioche!), mais n’oublions pas que près de 80 pour cent du pays le désapprouve. Sous la chappe, non de plomb mais de cagette, les peuplent européens bouent en silence. On dirait que l’histoire se réveille en gromellant pour la plus grande terreur des bureaucrates de tous poils qui l’avaient tenue pour morte.

          DM


  25. Vincent Le 19 octobre 2016 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Cet extrait est extrèmement intéressant, je pense :

    “nous avons appris de l’Histoire que les systèmes internationaux unipolaires et bipolaires ont tendance à être très stables, mais nous savons aussi que les systèmes multipolaires sont intrinsèquement sujets à la compétition, la confrontation, l’instabilité et à des guerres entre États”

    Si cette pensée est réellement celle des hauts dirigeants américains, cela peut expliquer beaucoup de choses… Je n’avais jamais eu cette idée que les US pouvaient croire, profondément, qu’un monde multipolaire était nécessairement violent.

    Si telle est leur opinion, leur attitude devient logique : essayer d’élargir leur sphère d’influence pour créer un monde unipolaire, ou, à défaut, ne pas se faire bouffer quand un pôle opposé se créera.

    Rien de rassurant. Mais au moins, leur “philosophie” devient plus compréhensible…


    • Raoul Le 19 octobre 2016 à 15h27
      Afficher/Masquer

      C’est en effet très significatif, mais cela traduit surtout une incapacité à penser la complexité. Si on est seul, tout est parfait, on commande et les autres, soumis, obéissent. Si on est deux, l’autre est un adversaire que l’on doit combattre, mais le monde reste simple. À partir de trois, on entre dans un jeu d’alliances, avec des possibilités de retournement, de trahisons et les États-Unis détestent ça. Soit vous être avec nous (dans notre bloc avec nous à la tête), soit contre nous (dans l’autre bloc).

      Pour montrer comment les choses pouvaient être traitées dans un monde multipolaire, je cite souvent l’exemple des îles Malouines. Occupées par la France, c’est par un décision diplomatique que la France a été contrainte de la remettre aux espagnols et c’est Bougainville qui a été chargé d’assurer la transmission officielle (et de rapatrier les français qui le souhaitaient).

      Pas de guerre donc, à comparer avec ce qui s’est passé au 20e siècle entre l’Argentine et le Royaume-Uni, alors que le monde était militairement dominé par les États-Unis et l’URSS (bipolaire donc) et que l’ONU était là pour veiller sur la paix du monde.


  26. simaqian Le 19 octobre 2016 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Leur logos sur le pupitre de ce monsieur est assez sinistre , il n y a que moi qui trouve que cela a des allures de Starship trooper?

    Leur logique de monde unipolaire est mauvaise, talleyrand lui même disait qu’il fallait un équilibre des forces pour assurer la paix, et on a vu ce que sont devenu ceux qui voulaient un monde unipolaire, comme Napoléon.

    Sinon, la série de jeux vidéo command and conquer alerte rouge, pousse à peine la caricature côté US quand on voit ce genre d’individu

    https://www.youtube.com/watch?v=br5nRfJVA34

    Pour ceux que cela intéresse.


  27. Mat Le 19 octobre 2016 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Aujourd’hui, la Russie, la Corée du Nord ou l’Iran ne menacent en rien le territoire des Etats-Unis.

    Seuls les intérêts économiques des Etats-Unis sont menacés : leur exploitation du pétrole, et des ressources de la planète en général, et la taille de leur zone de libre-échange.

    Cela sous-entend un sentiment de supériorité de la part du gouvernement des Etats-Unis :
    – notre système économique est le meilleur : nous devons l’imposer aux autres (ils ont un mot pour rendre cela plus “sexy” : la démocratie)
    – nous avons le droit d’exploiter les ressources de tout pays, à prix d’ami. Ceux qui refusent sont nos ennemis.

    Est-ce que le peuple sera prêt à obéir et aller faire une nouvelle guerre mondiale extrêmement meurtrière par sentiment de supériorité?


  28. Nanker Le 19 octobre 2016 à 11h12
    Afficher/Masquer

    “ceux, qui, à travers le monde, veulent détruire notre mode de vie”

    Traduction : ceux qui veulent s’en prendre à l’hégémonie du Dollar comme monnaie de réserve de la planète? Hégémonie qui permet à un pays en faillite de tenir la dragée haute au reste du monde et de continuer à vivre sur le dos des autres nations.
    Et comme par hasard les pays qui tentent une dé-dollarisation de leurs échanges sont la Russie et de la Chine, les ennemis désignés dans ce discours.

    En somme ce galonné vient d’avouer benoitement que l’armée américaine est en fait la force de frappe de la mafia financière des USA.
    Et il n’a pas envie de démissionner?


  29. Louis Robert Le 19 octobre 2016 à 11h25
    Afficher/Masquer

    Dans toute foire d’empoigne impliquant l’Empire, l’Américain ne s’intéresse qu’à une chose; dans ses propres termes, “who will cry uncle?” — qui concédera la victoire? Or Milley vient de le faire superbement.

    Cette bête rugissante n’a rien d’un véritable guerrier. Incapable de gagner une guerre, incapable de gagner surtout la paix où que ce soit, d’impuissance, elle rugit. Le dompteur a compris, qui éclate de rire en faisant claquer le fouet une fois de plus.

    Prenons bien le temps de mesurer l’ampleur de cet accomplissement par la Russie, la Chine, et leurs dirigeants respectifs… AVANT de tous courir à la guerre totale qui a débuté. Ces rugissements rendent la déclaration formelle superflue.


  30. Grim Le 19 octobre 2016 à 11h25
    Afficher/Masquer

    Si cela ressemble à de grosse rodomontades pour essayer d’intimider, le comportement des USA, y notamment en Europe de l’est devrait nous amener à quitter l’OTAN immédiatement.


  31. Galien Le 19 octobre 2016 à 11h50
    Afficher/Masquer

    Obama et Joe Biden aussi, y’a pas que les généraux qui aiment jouer avec les allumettes.
    http://www.zerohedge.com/news/2016-10-18/why-obama-threatening-russia-world-war-3-right-election


  32. Raoul Le 19 octobre 2016 à 12h04
    Afficher/Masquer

    Le discours est excessif, donc peut prêter à sourire, mais le fait même qu’un militaire ait pu le tenir sans que cela entraîne de réactions du gouvernement en dit long sur l’état de délabrement des institutions des États-Unis. Imagine-t-on cela se passer en Russie ? On entend bien des généraux russes s’exprimer, mais dans la conformité du discours officiel.

    Est-ce donc là le discours officiel des États-Unis ? Est-il approuvé par le président et ses ministres ? Ou bien est-ce la liberté d’expression poussée à ses limites ?

    Je ne m’inquiéterais pas de ces paroles si elles ne traduisaient un désordre mental avancé. Bien sûr on peut toujours penser que ce général joue une comédie, mais qui voudra parier la dessus ?


    • martin Le 19 octobre 2016 à 12h21
      Afficher/Masquer

      Il me semble que l’hypothèse d’une comédie de communication est cependant la plus probable. La Chine et la Russie sont militairement en avance sur les USA aujourd’hui, le missile Sarmat (par exemple) vient de finir ses essais, et les Dong Feng chinois sont de nature à refroidir les plus audacieux. Chacun peut vérifier qu’il en est de même (sinon pire!) dans le domaine conventionnel, inutile d’insister. Les généraux américains jouent donc la comédie pour obtenir tel ou tel avantage au niveau international ou interne (dollars!) et pour soutenir la campagne de Killary.

      Cela n’exclue pas l’éventualité d’un bug ou d’un acte insensé, mais le F35 ne vole décidément pas et le reste sent la rouille tandis que les jouets tout neufs des russes, des chinois ET des iraniens n’attendent que l’occasion de servir.

      Bref, gesticulations (ce me semble!)

      DM


      • Raoul Le 19 octobre 2016 à 12h37
        Afficher/Masquer

        J’ai lu quelque part que les États-Unis adoptaient volontairement une attitude irrationnelle afin de dérouter leurs adversaires. Cela pourrait expliquer effectivement cette intervention. On se montre agressif et intraitable d’un côté, puis plus conciliant (avec des limites, toutefois, il ne faut pas rêver !), du moins ouvert à la discussion.

        Pour moi, cela traduit plutôt le désordre qu’autre chose et, surtout, cela montre qu’on ne peut pas faire confiance aux États-Unis (peut-être les russes ont-ils enfin fini par le comprendre ?).


        • alfred Le 21 octobre 2016 à 12h14
          Afficher/Masquer

          Exact j ai aussi lu il y a quelques annees que la nouvelle doctrine americaine de domination devait etre de paraitre irrationnel (instiller la peur) et de ne pas laisser paraitre la structure effective de prise de decision (sécurité).
          C etait le fruit des reflexions d un think tank et ça avait l air abstrait voir idiot. Mais depuis quelque temps c est vraiment à se demander si ca n est pas lis en oeuvre.


          • Van Le 22 octobre 2016 à 04h27
            Afficher/Masquer

            “la nouvelle doctrine americaine de domination devait etre de paraitre irrationnel”
            Ca ne date pas que d’hier ca a toujours était le cas , ya qua entendre les discours d’investiture et les serments de leur présidents, c’est carrément de la science fictions.
            ils s’investissent d’obligation céleste de guider le monde pour la paix , destiné manifeste blablabla…., la paix qui passe a la trappe ils renonceront pas pour autant a “guider le monde” sous entendu le piller.


      • Well Le 19 octobre 2016 à 12h59
        Afficher/Masquer

        je suis convaincu que malgré les effets de manche américains, ils seront retenus par la bras par les européens, qui se taisent, mais qui savent qu’en tant que complices, ils subiraient de lourdes représailles les faisant retourner au Moyen-âge. Les américains ne pourront pas envoyer un missile de croisière sur chaque char qui envahirait la Pologne puis l’Allemagne puis la France.


        • alfred Le 21 octobre 2016 à 12h23
          Afficher/Masquer

          Sérieusement? Les americains retenus par la manche par les européens? Vous avez vu les français retenus par la manche par les harkis vous? Quand on est pas souverain on paie le prix de sa vassalite toujours. C est le destin des allongés de se faire marcher dessus. Les americains n auront jamais aucuns scrupules a faire la guerre a la russie jusqu au dernier europeen (apres irakien syrien etc). Si les européens se decidaient a retenir les americains par la manche pour survivre cela reviendrait a se battre contre eux. Ils prefereront mourir de la main des russes pour le compte des americains plutot que de la main des americains pour leur propre compte.


      • Freddi Le 19 octobre 2016 à 16h30
        Afficher/Masquer

        On trouve en effet sur internet pléthore d’articles qui expliquent que les armes américaines sont moins technologiquement efficaces que celles des russes voire des chinois.
        Mais en est on si certain?
        Comment peut on affirmer de tels propos alors même que l’on est dans le secret défenses.
        Les US peuvent très bien laisser filtrer des infos comme quoi ils sont techniquement faibles et pourtant bien cacher leurs vrais potentiels.
        La version US dépassés me semblent suspect.
        A moins que vous soyez dans le secret des dieux ?


        • patrick Le 19 octobre 2016 à 18h11
          Afficher/Masquer

          en ce qui concerne les F22 et F35 , il y a quand même de nombreuses fuites et sources d’information qui confirment que ces appareils ne sont pas au point et que le F35 est juste une réussite financière pour les industriels mais une catastrophe d’un point de vue militaire.
          On apprenait dernièrement que le lancement des missiles nucléaires était encore piloté en partie par des IBM Série-1 ( toute ma jeunesse !! ) , donc ça ne fait pas penser à une armée à la pointe de la technologie.


          • martin Le 20 octobre 2016 à 09h51
            Afficher/Masquer

            @ Patrick

            Non, non

            Ce ne sont pas des fuites. Lorsque Lookheed Martin explique que le F35 ‘lightning” ne pourra pas être opérationnel avant 2021 (because: pannes de logiciel,incendies de bord, défauts d’armement, mauvaise qualité de vol, problèmes de furtivité, problèmes de coût etc), ce ne sont pas des bruits mais des informations issues de la source, à savoir une industrie militaire délabrée, voire sinistrée par les investissements absurdes, la gestion bureaucratique, la perte de compétence technologique, le manque de prévision, et tout le reste.

            Lorsque Pierre Spray, concepteur du F15, affirme que l’avion du “futur” US serait battu en combat aérien par n’importe quel avion de génération 4, ce n’est pas un on dit, mais une parole d’expert.

            Et l’on ne dit rien du Grunwald (abandonné) ni du prétendu super drone sous-marin (abandonné) et de beaucoup d’autres programmes purement et simplement ratés. Que dire des nouveaux porte-avions de classe Gérald Ford ( Milliards/pièces et pas d’assurance de survie face à la missilerie chinoise)?

            L’industrie militaire US a tout simplement raté le coche du XXI° siècle, et ils auront besoin de vingt ans (au moins) pour remonter la pente, à supposer, au vu de la déliquescence générale dans ce domaine, que ce soit seulement possible.
            DM


      • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 01h03
        Afficher/Masquer

        @martin

        Je ne puis qu’abonder dans votre sens.

        A ce propos, j’observe un silence assourdissant au sujet de la technologie ayant permis au Su-25 de plonger dans le noir le Donald Cook, un destroyer Aegis pourtant ; ce qui, me semble-t-il (corrigez-moi si je me trompe), pose implicitement la question des travaux des Russes sur les radars AESA.


        • martin Le 24 octobre 2016 à 22h58
          Afficher/Masquer

          Tout à fait

          A ceci près (obsession du détail) que l’avion qui a switché le Donald Cook et son bouclier de Zeus (Aegis, je pouffe!) était un Su24. Le switcheur était un système Jibiny. C’était le 14 Avril 2014, et le Gal Breedlove, chef de l’Otan, a commencé a suer à grosses gouttes ainsi que ses collègues pentagonais.

          D’autre part, pendant la terrible guerre d’Ukraine menée par Kiev contre le Donbass, les communications militaires ukrainiennes ont été constamment brouillées par de systèmes russes sans qu’une seule trotinette russe ait passé la frontière.(Probablement des Krashuka.)

          Bien d’autres choses se sont produites qui ont provoqué un brusque accroissement de la consommation d’anti-dépresseurs à Washington, en particulier le tir Khalibr de 2015, une surprise absolue pour les occidentaux.

          S’agissant des systèmes radars, voyez ceci côté chinois. Renversant!

          http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/08/17/la-chine-fait-un-saut-quantique-dans-le-cryptage-de-ses-communications_4983720_3216.html

          Bonne soirée


  33. Fritz Le 19 octobre 2016 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce discours d’Adolf Benito Milley.
    C’est curieux, France Inter et Le Monde ne m’ont pas alerté.


  34. Duracuir Le 19 octobre 2016 à 13h51
    Afficher/Masquer

    Ce qui est étonnant et mérite reflexion, c’est que la coquetterie d’une démocratie, c’est toujours de justifier ses turpitudes par de belles motivations.
    Là, je crois que c’est une première dans l’histoire des démocraties et des USA en particulier.
    ça fait deux premières historiques venues du Pentagone en moins d’un mois:
    – 1 : mutinerie contre le commandant en chef (POTUS) suite à l’accord Kerry-Lavrov en Syrie avec déclaration publique et bombardement le l’armée syrienne par “erreur”.
    – 2 : annoncer clairement non pas que celui qui m’agresse se fera péter la gueule, que celui qui m’empêche de commercer se fera péter la gueule mais que CELUI QUI S’OPPOSERA A MON DESIR se fera péter la gueule.
    Qu’est ce à dire? Coup d’état?


  35. Macarel Le 19 octobre 2016 à 13h55
    Afficher/Masquer

    “Je veux être clair avec ceux, qui, à travers le monde, veulent détruire notre mode de vie, nos alliés, nos amis.”

    Mais c’est ce mode de vie qui pose problème, qui met en péril la stabilité de notre environnement planétaire, et donc la survie de l’espèce.

    Ce type est une grosse brute de militaire US, qui ne veut rien comprendre.

    Heureusement, que l’Amérique c’est aussi autre chose :

    Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.

    Martin Luther King

    Malheureusement ce sont les grosses brutes qui tiennent le manche aux USA, comme ailleurs…
    Ces grosses brutes qui tuèrent Luther King, mais pas son rêve !


    • kasper Le 19 octobre 2016 à 14h46
      Afficher/Masquer

      Vous avez la surtout un magnifique exemple de projection : personne ne cherche a detruire le mode de vie US, ou en tout cas personne qui pourrait s’y attaquer de maniere réaliste. Partout dans le monde les victimes de l’armee US cherchent tout au plus a sauvegarder LEUR mode de vie a eux de l’agressivité impérialiste américaine.

      En bon domminant, ce général percoit toute tentative de resister a sa dominance agressive comme une agression.


  36. Dva Le 19 octobre 2016 à 14h12
    Afficher/Masquer

    Guerre nucléaire ? Invraisemblable ! A quoi aurait servi l’accumulation de richesse du 1% si comme les 99 % ils subissaient de la même manière les effets d’un environnement radioactif invivable !?
    Quant à la guerre traditionnelle , russes et chinois resteraient de très rudes adversaires…
    Bref, wait and see mais pas le nucléaire pour moi .


    • Lana Le 28 octobre 2016 à 11h40
      Afficher/Masquer

      Je ne veux pas paraître pessimiste, mais si les 1% possédant toutes les richesses en faisaient disparaitre les 99% autres en en laissant juste suffisamment pour les servir (et encore, il y aurait toujours des robots…), tous les problèmes -je pense notamment à l’écologie- seraient instantanément résolus pour l’avenir glorieux des quelque “élus” (et l’idée est loin d’être farfelue, regardez toute la production cinématographique américaine, la culture américaine a été fondée sur une supposée supériorité; si on ajoute là-dessus les fortunes et le pouvoir colossal de quelques-uns je crains qu’on ne soit dans un terreau fertile pour ce genre de délires… ). Quand bien même il faudrait patienter pour cela quelque décennies à l’abri de quelque île artificielle ou autre le temps de la “reconstruction” (des projets d’îles flottantes sont en cours, quant à la nature, il ne lui faut qu’une vingtaine d’années pour reprendre ses droits).


  37. Larousse Le 19 octobre 2016 à 17h00
    Afficher/Masquer

    Je venais de décider de mettre en lien à vos lecteurs le commentaire d’Arte.tv sur le nouveau dirigeant des Philippines
    http://www.arte.tv/guide/fr/068401-032-A/28-minutes?country=FR
    PHILIPPINES : LE PRÉSIDENT DUTERTE EST-IL DANGEREUX ? Depuis son arrivée au pouvoir en juin 2016, le président philippin Rodrigo Duterte mène une lutte antidrogue sanglante dans son pays qui aurait déjà fait plus de 3 000 victimes, ciblées par des services de police omnipotents. Il débute un séjour en Chine pour y rencontrer son homologue, après avoir dénoncé “l’hypocrisie des Etats-Unis et de l’Union européenne”, et envisage également un rapprochement avec la Russie. En agissant de la sorte, Duterte met-il en péril ses propres citoyens ainsi que l’équilibre régional ? Pour en parler, nous recevons Harold Thibault, journaliste au Monde et spécialiste de l’Asie, Bertrand Badie, professeur de relations internationales à Sciences Po Paris, et Thierry Aube, géopoliticien au CERI et spécialiste de l’Asie du Sud-Est.
    Retenez ce passage : quand un dirigeant dit non aux Etats-Unis il met en péril ses citoyens…
    Arte devient la Voix de l’Amérique en prévision de la 3e Guerre mondiale. ?
    ps. je suis plus pessimiste que Subotaï (rodomontades… ?? Certains dirigeants américains sont prêts au pire, malheureusement


    • V_Parlier Le 20 octobre 2016 à 00h19
      Afficher/Masquer

      Ca fait plusieurs années qu’Arte a suivi le même chemin que France Télévisions. On est bien loin du documentaire “CIA guerres secrètes”! C’est de l’histoire ancienne! Je dirais même qu’aujourd’hui ils sont parmi les pires question géopolitique, en balance avec France24. (On y trouve encore des documentaires intéressants à propos du pouvoir dangereux des multinationales et des lobbies, mais pas pour le reste).


    • ,Lysbeth Levy Le 20 octobre 2016 à 09h11
      Afficher/Masquer

      Bjrs, Devinez qui est censeur sur ARTE ? Bernard Henri Lévy : http://info-resistance.org/2012/05/grece-arte-fait-aussi-de-la-censure-bhl-derriere/ donc propagande ici sur Duterte qui parait il est super dangereux pour son “pays” depuis qu’il refuse à l’empire Us le droit d’avoir des bases sur son territoire. Parait il que les droits de l’homme ne sont plus respectés depuis dans la guerre que mène Duterte à la drogue et son trafic, donc on oublie que celle que mène les Usa est encore plus mortelle et qu’elle meurtrie plusieurs pays d’Amérique latine….Deux poids deux mesures..Soyons notre propre Voix plutôt que celle de l’Amérique que l’on entends du matin au soir…


  38. NeverMore Le 19 octobre 2016 à 17h34
    Afficher/Masquer

    Cà semble rétropédaler du cote du pentagone (source dedefensa avec Karen DeYoung : , Washington Post – prix Pulitzer)

    A moins que le général en ait trop dit, et/ou que l’on joue au billard multibande (plus facile que les échecs).


  39. Duracuir Le 19 octobre 2016 à 18h02
    Afficher/Masquer

    Je ne sais pas si ce qui m’effraye le plus est l’unanimisme médiatique béat pour l’invincibilité et le “droit” des USA ou ce que je lis dans les blogs “alter” ou “anti”.
    J’en ai plus qu’assez de lire des inconscients parler d’USA exsangue à la population molle, aux élites pourries et à l’économie ruinée dont les Russes ne feraient qu’une bouchée.
    C’est absurde et suicidaire.
    Voilà très exactement le (mauvais) calcul qu’avaient fait les Japonnais avant Pearl Harbour.

    Je suis né en 1960, et quand j’avais 18 ans, il était entendu qu’après le Vietnam, les USA étaient ruinés, finis, usés. Manque de pot, 10 ans plus tard ils étaient plus fort que jamais. Mais là encore, fin des années 80, pas un mois ne se passait sans qu’un article du Diplo ne nous démontre l’agonie des USA et la fin du système. On a vu la suite. Méfiez vous toujours de la capacité redoutable de rebond des USA.
    D’ailleurs, Poutine lui, ne s’y trompe pas.


    • Caliban Le 19 octobre 2016 à 18h13
      Afficher/Masquer

      @Duracuir

      Entièrement d’accord avec vous et vos rappels chronologiques.

      Cette histoire de “déclin de l’Empire” n’a aucun sens. Les Etats-Unis sont forts lorsque le Droit international est faible.

      Autant dire que la domination sans partage des Etats-Unis n’est absolument pas déclinante depuis le début du millénaire. Bien au contraire. Et parmi les responsables, la diplomatie française qui est en faillite totale.

      Si Sarkozy, Hollande, Juppé figurent un jour dans les manuels d’Histoire, ce sera au titre de fossoyeur de l’ONU.


      • Subotai Le 19 octobre 2016 à 23h46
        Afficher/Masquer

        Totalement le contraire.
        Une force triomphante est invisible, sa puissance n’ayant aucun besoin de s’exprimer. Elle va de soi et elle EST.
        Quand on commence à devoir donner du poing pour s’affirmer, c’est que sa puissance est contestée ET en donc en déclin. *
        Il n’y a aucun signe de remise au pas de qui que soit depuis le début du millénaire, au contraire. Le navire fait eau de toute part et l’attrition et le désarroi est visible dans la cacophonie des déclarations, prises de position et actions des divers Pouvoirs en place aux USA.

        * Comprendre que les coups de poing sont parfois nécessaires pour prendre “sa” place. Mais qu’après un temps d’hégémonie, la nécessité d’y recourir est signe d’affaiblissement.


    • martin Le 19 octobre 2016 à 21h13
      Afficher/Masquer

      Ce propos ne me paraît pas solidement informé. La supériorité sino-russe n’est pas seulement nucléaire, elle concerne presque tous les domaines. On peut lire un bon papier de Caroline Galactéros à ce sujet: “Les porte-avions US sont-ils devenus des cimetières flottants?”(blog.Bouger les lignes). Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Dans un tel contexte, le décompte des haricots (combien de ceci ou de cela) est simplement non pertinant.

      Non,non. L’appareil militaire US, dans son ensemble, pourrit à vue d’oeil,

      DM


    • Louis Robert Le 19 octobre 2016 à 22h43
      Afficher/Masquer

      @ bluetonga

      L’Histoire montre, encore et encore, que ni les mathématiques, (les chiffres: PNB, total des dépenses militaires, ampleur des ressources militaires, matérielles et humaines, disponibles, etc.), ni les analyses “qualitatives”, ni le développement technologique ne déterminent nécessairement l’issue d’une guerre. Loin de là!

      Le Vietnam fut, en notre temps, un cas exemplaire illustrant plusieurs facteurs déterminants dans la défaite désastreuse, humiliante, d’un empire, fut-il le plus puissant que l’humanité ait connu. N’oublions pas surtout pas dans quelles conditions néfastes l’URSS purgea le monde de ladite “invincible” Peste Brune… La liste de telles victoires héroïques est fort longue, et ne manquera pas de s’allonger en ces temps de conflit permanent et de guerre perpétuelle, où guerre et paix sont si souvent perdues par les plus “forts”.

      Au-delà du mythe de la domination incontestable et permanente de l’Occident sur 85% de l’humanité, au-delà de l’histoire écrite par les “vainqueurs”, au-delà de notre propagande infantile… il faut bien voir (au moins apercevoir) la réalité têtue que l’on dénature, ou que l’on cache, ou que l’on tait.


      • bluetonga Le 20 octobre 2016 à 19h52
        Afficher/Masquer

        Cher Louis, je ne prétend pas que les Américains dans un conflit sont destiné à vaincre, je prétend que rien ne les destine a priori à perdre. Comme signalé plus haut, les Russes paraissent bien conscients de cet état de chose et préfèrent la jouer fine.

        Par ailleurs, nous pouvons disserter aujourd’hui en toute quiétude de la troisième guerre mondiale, mais le jour où nous y serons pour de bon, nous n’en aurons plus ni le loisir ni l’envie.


      • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 01h27
        Afficher/Masquer

        […]ni les mathématiques, (les chiffres: PNB, total des dépenses militaires, ampleur des ressources militaires, matérielles et humaines, disponibles, etc.), ni les analyses “qualitatives”, ni le développement technologique ne déterminent nécessairement l’issue d’une guerre. Loin de là! […]

        Ils ne suffisent pas à la déterminer, mais ils y contribuent.

        Exemple simple et concret : la série Crécy, Poitiers, Azincourt. Sans leurs arcs composites longs, les Anglais auraient été balayés par les Français (déterminant technologique) ; mais sans leur discipline (déterminant social), même leurs arcs longs ne leur auraient servi à rien.

        Dit autrement, la porosité sociale plus grande de la société anglaise du moment a permis à de simples piétons, jouissant donc d’un respect bien plus grand qu’outre-Manche, d’intérioriser plus facilement une discipline de feu imposée par une hiérachie aristocrate. Or, cette discipline était la condition sine qua non de leur propre efficacité.

        Résultat du mélange : trois quarts de siècles de défaites françaises et de chaos (si l’on excepte Charles V, mais je faisais un zoom arrière).


    • Subotai Le 19 octobre 2016 à 23h36
      Afficher/Masquer

      Je réponds puisque mon post ce retrouve en tête d’approbation des lecteurs.
      Ce n’est pas ce que j’écris.
      La Russie n’en ferait pas qu’une bouchée:
      Population inférieure
      Espace à protéger supérieur
      Absence de volonté destructrice (ils ont assez à faire pour se structurer en interne)

      Par contre, au pire:
      destruction mutuelle (et nous avec) assurée
      au mieux, très gros pan sur le museau de l’agresseur.
      Les Russes sont très bon en défense qui plus est sur leur territoire. Tous les agresseurs historiques s’en souviennent.
      Un bon coup de poing sur le museau du requin ou du chien le plus agressif l’envoie voir ailleurs.


      • martin Le 20 octobre 2016 à 08h26
        Afficher/Masquer

        @ Subotaï

        Exactement! C’est une question de sensibilité de la truffe. La Russie garantit un bon coup dans la truffe à n’importe quel agresseur, et n’importe ou. Tout le monde le sait (Russie, USA, Chine etc…), tout le monde en tient compte. C’est donc un peu plus loin qu’il faut tenter de regarder.

        DM


    • Larousse Le 20 octobre 2016 à 13h07
      Afficher/Masquer

      Merci pour ce réalisme, d’accord avec vous, contre les “gargarismes” et “l’autosatisfaction” sur la faiblesse des Etats-Unis, et j’ai lu un intervenant qui a justement rappelé -à l’actif des Etats-Unis : la destruction de la Yougoslavie (accords fallacieux de Dayton), la transformation du Kosovo en porte-avions et Etat mafieux (pour maîtriser tous les Balkans dans le ciel)… Ce n’est que par un travail de “sape” économique, financier, industriel… que Chine, Russie, Brésil, Inde… arriveront à affaiblir la super-puissance américaine (tout en menant des politiques de défense asymétrique et globale pour éviter la tentation diabolique de la stratégie de “sidération” de première frappe que prépare le Pentagone (avant le déclin…) Bref méfiance, prudence, “coopération apaisante” et travail acharné dans ce sens -pour des résultats pas avant au moins 20 ans !


  40. Ouas Le 19 octobre 2016 à 20h44
    Afficher/Masquer

    Il s’adresse probablement à Hudson Austin, le général grenadin


  41. jeannot Le 19 octobre 2016 à 21h32
    Afficher/Masquer

    Martin Luther King a dit “I have a dream” !
    Et Hollywood a modifié l’esprit de sa phrase et dit “I have a movie” !

    Le ‘scénario’ du Film du Siècle des Siècles est écrit presque totalement devant nos yeux, et tous veulent laisser la ‘phrase à écrire dans les Tablettes de l’Histoire’.

    Donc préparation des postures, répétitions et corrections du ‘The Big Scénario’.

    Les ‘autres’ en l’occurrence les EU et autres infirmités géopolitique sont des seconds rôles.
    The French touch, die Gross über Deutschland (3ème reich + 1), le piccolo novello bellicimo Duce et l’Empire Nippon Nimauvais avec l’ictère permanent et leur drapeau avec le Point Rouge qui nous fait penser qu’il sert à indiquer la cible pour les ogives nucléaire (oups déjà fait) !

    A au fait qui casse paie … yes, oui, ya, si …. ?

    ‘Parce que chez ces gens-là
    Monsieur, on ne s´en va pas
    On ne s´en va pas, Monsieur
    On ne s´en va pas
    Mais il est tard, Monsieur
    Il faut que je rentre chez moi’


  42. redge Le 19 octobre 2016 à 22h49
    Afficher/Masquer

    Cette grande armée US ne vie que par et pour le dollars: plus de dollars fort -> plus d’armée autour du globe. Or je vois sur ce site et sur d’autre que les US sont dans une situation économiques, financière et géopolitique qui ne permet plus d’avoir un l’étalon mondial basé sur le seul dollar. Ce général le dit lui même “Nous entrons dans cet avenir multipolaire”. Pour ces raisons on peut dire que le dollars en tant qu’étalon, vie ses dernières années et aussi sa valeur lié à cette particularité . L’armée US ne peut que maigrir et rentrer chez elle.
    A ceux qui pense que les US peuvent faire une guerre contre une nation comme la Russie ou la Chine, je leur répondrais que la FED est au taquet question création de monnaie après c’est l’explosion de la confiance et du système financier et les marines ne pourront même plus rentrer chez eux .
    Reste à savoir ce que deviendra les stocks d’armes de cette armée.


  43. Thalie Le 19 octobre 2016 à 23h49
    Afficher/Masquer

    à rire ou à pleurer, quelle misère … http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-161599-la-crimee-comme-etincelle-de-lexpansionnisme-russe-2035873.php?mLx261Q3LOTF6fDs.99
    Cet ancien élève de Sciences-Po et de l’ENS, professeur en géopolitique à l’Ecole de Management de Grenoble et de l’Université technologique de Queensland (Australie) n’a aucune notion de géographie, ni d’histoire, ni de géopolitique ! (voir sa fiche ici: https://fr.linkedin.com/in/vassili-joannides-de-lautour-b0309718)
    Je plains ses élèves !!! Et j’espère que ceux qui lisent les Echos sont moins …heu…illettrés que ceux qui y publient leurs torchons.
    Entre autres inepties, Il dit que la Russie va vouloir annexer le Dagestan (wowowow), il ignore que le Dagestan fait partie de la Russie depuis le XIX siècle !


  44. Atar Le 20 octobre 2016 à 00h15
    Afficher/Masquer

    Il y a vraiment un problème au niveau des analyses géopolitiques.

    On a d’un côté des médias traditionnels qui relayent à outrance la vision américaine, « atlantiste », et de l’autre, des médias, blogs indépendants qui « cherchent un autre regard », mais qui, sans s’en rendre compte, tombe dans la critique constante des USA (c’est pas “grave” de critiquer), mais surtout sans jamais critiquer les Russes.

    Regardez la page d’accueil de ce blog ! Oui les USA sont une puissance qui mentent, mais les Russes aussi mentent, et comme les USA qui soutiennent des dictatures, la Russie fait de même.
    Or, ici, je n’ai toujours pas vu de critique des actions russes. On a que des critiques à propos des USA.

    Quand aura-t-on des analyses NEUTRES sur la géopolitique mondiale ?


    • kasper Le 20 octobre 2016 à 01h44
      Afficher/Masquer

      Ca me parait tres difficile de rester neutre quand le resultat de ces manoeuvres geopolitiques est que des enfants meurent sous des bombes payées avec nos impots pour quelques galons de pétrole.

      Le domaine ne s’y prette pas.


    • martin Le 20 octobre 2016 à 09h21
      Afficher/Masquer

      @ Atar

      Ce que vous appelleriez une analyse neutre, c’est à dire une analyse qui distribue équitablement les torts, peut être lu sous la plume de Pascal Boniface ou d’ Hubert Védrine. Malheureusement, leur manière de voir s’avère très partiale et l’on doit avaler: 1> le bombardement chimique à El Ghouta (Faux: rapport du MIT) 2> “l’agression” russe en Géorgie (Faux: la Russie a mis 24h pour arriver), 3> la “faute” de Tchétchénie (Faux: la Russie a répondu (très cruellement, c’est vrai) à une invasion du Daghestan russe par des djihadiste ultra violents, 4> Last but not the least, le “coup” de Crimée, violation du droit international (Faux, la question fait débat) etc…

      Bref, le prétendu discours neutre est biaisé. Cependant, c’est vrai, il ne faut jamais perdre de vue les arrières-pensées russes ou chinoises. .

      DM


    • red2 Le 20 octobre 2016 à 10h48
      Afficher/Masquer

      J’adore… Avec le peu de moyen des Medias qui relaient des discours alternatifs, ceux ci devraient en plus passer la moitié de leurs temps à parler des contenus qui sont déjà dans 99% des Médias officiel ? Désolé mais NON, si vous voulez de l'”atlantiste” ouvrez le monde, libé, le point, Mediapart, l’obs… ou écoutez France inter, France Culture, RTL, Europe 1 … ou regardez TF1, France 2, Arte…

      Nous sommes censés être capable de se faire notre propre idée après avoir lu plusieurs points de vus différents comme le dit très bien Lordon. Les débats contradictoires empêchent simplement la mise en place d’une pensée complexe, pour s’informer, il faut lire plusieurs opinions et informations et le débat il doit avoir lieu dans notre tête!


      • Atar Le 20 octobre 2016 à 15h00
        Afficher/Masquer

        — 1er partie (super l’espace commentaire du blog !) —

        [Modération : si l’espace est limité, ce n’est pas pour faire 2 commentaires. Synthétisez ou ouvrez un blog…]


    • bluetonga Le 20 octobre 2016 à 20h12
      Afficher/Masquer

      Atar,

      nous avons d’un côté une nation que ses dirigeants définissent comme exceptionnelle et destinée (par voie divine) à diriger le monde. Une nation qui dans un traité comme le TAFTA, inclut une clause qui prévoit que l’on peut porter plainte contre tous les pays sauf… les Etats-Unis!

      http://www.insolentiae.com/lhallucinante-clause-du-ttip-interdisant-de-porter-plainte-contre-les-usa-mais-pas-contre-tous-les-autres-pays/

      Il fallait oser, quand même… Mais vous savez bien, l’audace, c’est le propre d’une certaine frange intellectuelle de la population.

      De l’autre, des Russes et des Chinois qui exigent… que leurs intérêts nationaux soient pris en compte.

      Désolé, pour moi, il n’y a pas photo. J’ai choisi mon camp.


    • Ovuef2r Le 20 octobre 2016 à 22h14
      Afficher/Masquer

      Vous n’avez pas lu ses articles sur la politique intérieure russe, on ne peut pas dire qu’elle ménage Poutine dans ses décisions de politique intérieure, et on y voit toutes les contradictions de ce grand pays, dans tous les sens du terme.
      Vous a t’il échappé que le 1er ministre est toujours le très “atlantiste” Medvedev, que la banque centrale est toujours indépendante et alignée sur le “consensus de Chicago”, que récemment a été nommé un protège de Eltsine au poste de Vice President de l’administration présidentielle qui dispose d’un énorme pouvoir ?
      Pour le reste comme l’ont dit d’autres intervenants il ne manque pas de littérature sur les méfaits de la Russie, la plupart erronés mais c’est un autre débat..
      J’allais oublier aussi ses critiques sur le manque d’une opposition crédible et les magouilles politiciennes du pays…


      • Pierre Bacara Le 21 octobre 2016 à 01h53
        Afficher/Masquer

        la banque centrale est toujours indépendante et alignée sur le “consensus de Chicago”

        Je n’avais jamais pensé à l’association d’idées entre Chicago et Elvira Nabioullina… Il est vrai que Friedman doit se retourner dans sa tombe en voyant la politique monétaire de la Banque centrale russe.


  45. Anthony Le 20 octobre 2016 à 00h42
    Afficher/Masquer

    Bonjour , pour répondre à Monsieur Atar. Les Russes ne font pas la guerre partout et tout le temps, oui tout le temps. Garder ou créer une influence, pour une puissance, c’est normal !
    Mais la guerre et cette destruction perpétuelle, des gens, des pays et de tous ces peuples qui n’ont rien demandé ? Pour vous, c’est la bonne marche ou la bonne voie ? La liste des pays détruits est longue – beaucoup trop longue pour faire croire a un moment d’égarement – comme les larmes de ces gens qu’ils ont détruits. SVP un peu d’empathie pour les victimes.
    Concernant le budget des guerres d’agressions des USA, c’est pas compliqué avec l’imprimante qui tourne a plein régime jours et nuits…


  46. Etienne Le 20 octobre 2016 à 07h11
    Afficher/Masquer

    Bref, du grand classique de la part de la ganache militaire US en chef, digne du “Dr Folamour”: “nous détruirons nos ennemis.”

    Ce n’est pas le chef d’Etat major des armées qui est en mesure de décider de la politique extérieure, comme il le dit lui-même: “Et quand la direction politique des États-Unis décide de déployer son armée…”

    La vérité est que certains cadres de l’appareil militaire US et les milieux néocons ont très mal pris l’abandon par Obama des stratégies de son prédécesseur, consistant à déployer cette armée avec fracas pour défendre “le mode de vie” américain après les attaques du 11/09/01, et qu’ils tentent de se faire entendre à l’occasion des élections pour redorer leur blason et obtenir des crédits.

    D’ailleurs contrairement à ce que suggère la présentation d’OB, même si le terme d'”ennemi” est volontairement ambigu – menaçant potentiellement quiconque s’oppose aux intérêts US – selon la rhétorique classique de la dissuasion, le militaire prend le soin d’employer le terme d'”adversaires” qui “contestent” la suprématie américaine pour parler de la Russie et de la Chine. On est loin d’une rhétorique de guerre ouverte.

    Les néocons sous Bush n’ont réussi à entrainer le pays dans plusieurs guerres qu’à cause des attaques contre le WTC: là ce n’est absolument pas le cas et la Syrie ou la Crimée, la population comme les élites politiques s’en contrefichent.


    • patrick Le 20 octobre 2016 à 12h41
      Afficher/Masquer

      oui, c’est bien pour cela qu’un vrai attentat ou toute autre type d’attaque ( pirater les élections par exemple ) va vite devenir nécessaire pour maintenir la pression.


  47. Emmanuel Le 20 octobre 2016 à 12h51
    Afficher/Masquer

    Le sujet d’un risque élevé de guerre entre les USA et la Russie sera-t-il abordé lors des ” débats ” des six postulants à droite ? Ah, de toute façon, comment traiter un tel sujet en soixante secondes par personne ? D’aucuns appellent ça débattre, sans rire… J’aimerais bien savoir quand même ce que dirait Juppé, par exemple sur les propos va-t-en-guerre du général Milley.


  48. pierre Le 20 octobre 2016 à 16h24
    Afficher/Masquer

    C’est un peu dans la continuité des propos du Gal Scales (à la retraite celui-la, ouf) qui avait déclaré sans complexe, sur Fox Tv en mars 2015, en parlant de l’Ukraine, qu’il fallait “commencer a tuer des Russes”.

    Le lien: https://youtu.be/3EJLi23fTPg

    Par rapport a Scales, le Gal Milley passe presque (presque, parce qu’il est en activité celui-là) pour un modéré.


  49. Max Le 20 octobre 2016 à 16h58
    Afficher/Masquer

    Un empire car c’est ainsi que se représentent les USA a un budget militaire qui est une charge abyssale et sans fin et de plus inutile.
    Du temps ou le $ régnait en maitre et en monopole sur les 5 continents, les USA pouvaient peut être se le permettre.
    C’était le temps d’un monde unipolaire, celui des USA.
    Aujourd’hui le rôle du $ s’affaiblit lentement mais surement.
    Les populations des USA qui auraient du être les principales gagnantes des retombées de l’empire s’appauvrissent de plus en plus et elles savent que demain sera moins bien qu’aujourd’hui.
    Des pays, comme le Brésil, qui auraient du tomber dans l’orbite des USA préfèrent au final faire affaire avec la Chine.
    Au Philippine Rodrigo Duterte a confirmé son virage prochinois.
    L’armée des USA n’a rien pu faire le seul responsable c’est la baisse du rôle du $.
    Ce budget est dépendant de la puissance du $.
    Le budget militaire des USA et le $ étant intimement lié.
    Le budget militaire des USA ne les a pas rendu plus fort mais simplement plus obeses.
    Quand je lis que les USA augmentent leurs budgets militaires, j’ai un sourire ironique.


  50. polder Le 20 octobre 2016 à 17h14
    Afficher/Masquer

    On ne parle ici que de matériel et stratégie. Aujourd’hui seul le sang froid d’un homme, Poutine, permet d’éviter le pire. Or, si il devait arriver un “accident-suicide” ou un réel problème de santé et que Poutine disparaisse …
    J’espère sincèrement que la Russie a dans ses “cartons” un autre homme de sa dimension. Car les néo-cons, eux, en ont des valises pleines.


    • Asian Le 20 octobre 2016 à 23h20
      Afficher/Masquer

      Dans le carton magique du FSB il y a sans doute des hommes dignes, mais il faut préciser que Poutine d’aujourd’hui n’est pas celui que j’ai connu en 2000. A l’époque c’était un homme plutôt timide et inexpérimenté, même si on ressentait déjà la main de fer dans les questions de la défense nationale, la protection de la souveraineté et la chasse aux oligarques. Cela lui a coûté cher pour son image internationale et vous voyez toujours que cette propagande anti-poutine n’a pas cessé, au contraire elle se renforce proportionnellement à sa popularité dans le monde. En fait c’est simple, c’est un personnage qui est déjà dans dans l’histoire parce qu’il ne laisse personne indifférent: soit vous l’aimez, soit vous le détestez.



Charte de modérations des commentaires