Les Crises Les Crises
19.octobre.201619.10.2016 // Les Crises

+++ « Nous vous détruirons ! » : Les terrifiantes menaces du chef d’état-major des USA à la Russie et à la Chine

Merci 6422
J'envoie

Le 4 octobre, le mark-2Général Mark Milley, chef d’état-major de l’Armée américaine, a parlé sans langue de bois – et ça ne va pas vous plaire…

Et encore moins aux destinataires de ces menaces à peine voilées – la Russie et la Chine – si elles ne rentrent pas dans le rang…

Écoutez, puis relisez attentivement, c’est notre avenir qui est dessiné là.

Ami jeune, bon courage…

mark-milley

« La guerre entre grands États est pratiquement certaine, elle sera hautement mortelle »

(Version complète du discours ici – et version originale sans sous-titres là)

« Voilà votre armée : 187 000 soldats, actuellement déployés dans 140 pays. […]

La volonté stratégique de notre nation, les États-Unis, est remise en cause et nos alliances sont testées. […]

Mais je veux être clair ; je veux être sans ambiguïté. Je veux être clair avec ceux qui tentent de s’opposer aux États-Unis. Je veux être clair avec ceux qui veulent nous faire du mal. Je veux être clair avec ceux, qui, à travers le monde, veulent détruire notre mode de vie, nos alliés, nos amis. Avec l’armée des États-Unis – en dépit de tous nos défis, en dépit de notre tempo opérationnel, en dépit de tout ce que nous avons fait -, nous allons vous stopper et nous allons vous battre plus durement que vous ne l’avez jamais été auparavant. Ne vous méprenez pas à ce sujet.

Ne vous y trompez pas ! Et l’armée des États-Unis… [Applaudissements] Et l’armée des États-Unis est la force de combat décisive de l’Amérique. Et quand la direction politique des États-Unis décide de déployer son armée, quand nous arrivons sur votre pelouse, vous comprenez que le jeu est réel et vous soupesez pour de bon les enjeux. Et l’autre chose que vous comprenez, c’est que vous allez perdre ; vous perdrez face à l’armée américaine, ne faites aucune erreur à ce sujet !

Nous possédons et nous conserverons à l’avenir, la capacité de nous déployer rapidement et nous détruirons n’importe quel ennemi, n’importe où, n’importe quand.

Je suis donc ici aujourd’hui, et je mets en garde les ennemis de l’Amérique qui doutent ou méconnaissent nos capacités. De nombreux ennemis ont largement sous-estimé les États-Unis et son peuple dans le passé ; ils ont sous-estimé notre détermination nationale ; ils ont sous-estimé nos capacités, nos compétences, notre puissance de combat et tous ont fait un choix fatal qui s’est terminé par leur transfert dans les poubelles de l’Histoire. Il en sera de même de tout ennemi qui fera cette erreur, aujourd’hui ou demain.

Mais alors que nous sommes maintenant prêts, et que nous le resterons à l’avenir, nous sommes confrontés à des choix stratégiques très difficiles, nous sommes de plus en plus contestés par des adversaires potentiels très compétents qui agissent clairement en s’opposant à nos intérêts. Notre but est de dissuader de faire la guerre, mais si la dissuasion échoue, nous, en tant qu’armée, nous, en tant que nation, devons être prêts à nous battre ! […]

D’autres pays, Russie, Iran, Chine et Corée du Nord ont appris de nous Ils ont regardé avec attention comment nous nous sommes battus en 1991 et 2003. Ils ont étudié notre doctrine, nos tactiques, nos équipements, notre organisation, notre entraînement et nos dirigeants.

Et en retour, ils ont révisé leurs propres doctrines et ils modernisent rapidement leurs armées aujourd’hui pour déjouer nos forces, dans l’espoir d’arriver à nous vaincre un jour

Récemment, un haut responsable russe, l’ambassadeur au Royaume-Uni, Alexander Yakovenko a dit, je cite : « L’ordre mondial actuel subit un bouleversement fondamental avec la Crimée, l’Ukraine et le Brexit »
il a ensuite appelé au démantèlement de l’OTAN et de l’Union européenne puis il a dit, je cite : « La Russie peut mener une guerre conventionnelle en Europe et la gagner La Russie est le seul pays qui restera pour toujours indispensable, alors qu’on peut se passer des autres pays, et cela inclut les USA. Nous sommes désormais dans la phase finale. » Fin de la citation. [NdT : déclaration très étonnante, non retrouvée malgré de longues recherches]

Il a déclaré ceci il y a à peine 30 jours. Menaces, arrogance, bravades ? Que veut-il dire par là ? Y croit-il vraiment ? Et plus important, les dirigeants au Kremlin croient-ils ceci ?

Eh bien l’Histoire nous apprend à être prudents. Il est toujours sage de croire les déclarations publiques des dirigeants étrangers, alors que la plupart des nations tendent à camoufler leurs intentions stratégiques. […]

Malheureusement, je pense qu’il est très peu probable que la guerre entre les États-nations reste reléguée aux livres d’Histoire. Parce qu’il n’y a pas d’autorité supérieure et parce que la sécurité est l’intérêt fondamental de chaque État, le conflit entre les États-nations est pratiquement certain à plus ou moins long terme. […]

Et aujourd’hui, aujourd’hui, nous sommes au milieu d’un autre changement géopolitique majeur. Après la chute du mur de Berlin, les États-Unis détenaient sans conteste le pouvoir mondial politique, économique et militaire ; nous vivions ce que certains ont appelé un moment unipolaire, qui est en train de changer, et de changer rapidement.

Les États-Unis sont confrontés à un important défi en Europe, en Asie et au Moyen-Orient. En Europe, nous voyons une Russie revancharde, qui a modernisé son armée et mène une politique étrangère agressive en Géorgie, Crimée, Ukraine et ailleurs. En Asie, nous sommes dans la troisième décennie du plus grand changement économique mondial des cinq derniers siècles, avec le centre de gravité économique mondial qui se déplace de l’Atlantique Nord au Pacifique Nord. Cela découle d’une Chine en croissance rapide, qui est une grande puissance à la politique étrangère révisionniste, soutenue par une armée de plus en plus forte. […]

Et nous avons appris de l’Histoire que les systèmes internationaux unipolaires et bipolaires ont tendance à être très stables, mais nous savons aussi que les systèmes multipolaires sont intrinsèquement sujets à la compétition, la confrontation, l’instabilité et à des guerres entre États. Nous entrons dans cet avenir multipolaire, et en fait, nous y sommes probablement depuis quelques années… […]

L’instabilité imprévisible est la nouvelle norme. Nous devons gérer le plus haut taux d’instabilité depuis au moins 1992. La Russie se voit elle-même en confrontation directe avec l’Occident ; la Chine poursuit son programme d’une vigoureuse modernisation militaire directement destinée à se hisser à notre niveau, avec des exercices de formation sans précédent par leur étendue, ampleur et complexité. […]

Le domaine [des technologies de l’information] connait des changements vraiment dramatiques, avec des implications militaires très importantes. D’inquiétantes cyber-capacités sont en cours d’élaboration en ce moment même et utilisées par de grands États-nations ; et il est désormais tout à fait possible d’infliger des dégâts considérables à l’économie ou à l’armée de pays adverses uniquement en utilisant des outils informatiques. Nous constatons désormais ceci dans notre vie quotidienne, avec les hackers, la cybercriminalité, les imposteurs, etc. Mais tout ceci n’est qu’une nuisance relativement mineure par rapport aux ressources dont dispose un État-nation avancé, comme la Russie, la Chine ou même la Corée du Nord et l’Iran. […]

La structure et l’organisation de notre armée, tant au niveau institutionnel qu’opérationnel, doivent changer radicalement, et nous devons être ouverts à ce changement. Nous menons actuellement une importante campagne d’étude afin de comprendre ces changements, et je peux vous dire que nous devons les comprendre très vite et qu’il vaut mieux pour nous abattre nos vaches sacrées nous-mêmes plutôt que de perdre une guerre parce que nous sommes trop sclérosés pour penser l’impensable. […]

À ce stade, nous pouvons développer quelques points que nous avons appris au cours de l’étude que nous avons menée intensément cette année sur la guerre future de haute intensité entre des États-nations de grande puissance. Et le premier est, sans surprise, qu’elle sera hautement mortelle, très hautement mortelle, contrairement à tout ce que notre armée a connu au moins depuis la Seconde Guerre mondiale.

En outre, le champ de bataille sera hautement complexe et presque certainement dans des zones urbaines denses et contre un ennemi insaisissable, obscur, qui combine la guérilla terroriste avec des actions conventionnelles, au sein de larges populations civiles. […]

Donc, en résumé, les 25 prochaines années ne vont pas être comme le 10 dernières, ni même comme les 25 dernières. Les défis qui s’accumulent et auxquels nous sommes confrontés, tout comme le caractère de la guerre en pleine mutation, ne ressemblent à rien que nos forces actuelles aient jamais connu en intensité et mortalité. […]

Un très grand historien [NdT. Victor Davis Hanson] a récemment écrit qu’il constatait une augmentation du nationalisme, des courses à l’armement régionales, des revendications territoriales non résolues, des conflits sectaires interminables, et un retour à l’équilibre des puissances politiques du 18e siècle avec des sphères d’influence. Il a alors indiqué qu’il y avait actuellement une légère brise dans l’air, mais qu’elle pouvait se transformer en une tempête. Et il a conclu à la fin de son papier qu’une forte averse était sur le point de s’abattre sur nous… »

mark-2Général Mark Milley, 4 octobre 2016

mark-5

mark-6

Bonus :

troupes-1

Bases américaines :

troupes-2

troupes-3

Bases russes :

troupes-5

Bilan :

troupes-6

Commentaire recommandé

Subotai // 19.10.2016 à 01h56

Sans être un pacifiste béat, ceci est clairement pour moi la preuve de la déliquescence militaire US.

«  »La structure et l’organisation de notre armée, tant au niveau institutionnel qu’opérationnel, doivent changer radicalement, et nous devons être ouverts à ce changement… etc jusqu’à : » …qu’il vaut mieux pour nous abattre nos vaches sacrées nous-mêmes «  »

Voici le vrai sens de son intervention.
Traduction libre:
Nous sommes ringard, nos adversaires sont en mesure de nous tailler des croupières.
Nous devons très vite changer cette situation. (sous entendu: on veut du pognon!)

En conséquence: gesticulations, rodomontades et apocalyptisation (dirigeant, média, homme d’influence) de la situation géostratégique mondiale.

Conclusion: ils sont en retard d’une guerre, ils n’ont plus les moyens de la faire, ils n’ont plus les moyens de la payer, ils n’ont même plus le moral suffisant pour la faire.
Il n’y a plus que les Atlantistes de la dernière heure pour faire semblant d’y croire encore.

194 réactions et commentaires - Page 2

  • RGT // 20.10.2016 à 20h10

    Quand on le voit et qu’on entend son discours, ce type bouffi de suffisance fait penser à un pitt-bull.

    Ensuite, quand on prend du recul, on se rend compte qu’il est plutôt un petit roquet à sa mémère (je vous laisse trouver le nom de la propriétaire).

    Bref, il fait beaucoup de bruit mais si on gueule plus fort que lui je suis certain qu’il file se planquer dans les jupes de mémère la queue entre les jambes.

    Il faut quand-même se méfier des roquets et ne jamais leur tourner le dos : Ils sont sournois et profitent que vous regardiez ailleurs pour vous mordre le tendon d’Achille (ils ne peuvent pas mordre plus gros).
    Ça pique un peu, et vous n’avez pas le temps de vous retourner qu’il est déjà de nouveau planqué sous les jupes de mémère.

    C’est sans doute pour ça que les russes ne tournent jamais le dos aux américains. Ils surveillent le roquet pour éviter une « attaque foudroyante ».

    Ces types sont vraiment lamentables.
    Ils n’ont jamais connu la guerre sur leurs propres terres et en ignorent totalement les conséquences.

    De plus, pour eux, les troufions ne sont que de la chair à canon.
    Ils s’en foutent car ils sont bien planqués dans leurs bunkers à l’abri des conséquences de leurs comportements psychotiques.

      +6

    Alerter
    • martin // 25.10.2016 à 09h08

      @ RGT

      « Ca pique un peu, et vous n’avez pas le temps de vous retourner qu’il est déjà de nouveau planqué sous les jupes de mémère. »

      Merci, vous m’avez bien fait rire et je ne pense pas être le seul. Votre description me paraît aussi drôle que juste.

      DM

        +1

      Alerter
  • Roland // 20.10.2016 à 22h46

    Si vous devez gagner aujourd’hui un combat c’est celui contre l’obésité, l’abrutissement des masses et le racisme dans votre pays!

      +2

    Alerter
  • francois // 21.10.2016 à 11h14

    Pendant ce temps un des plus gros éditeurs de jeux vidéos américain sort battlefielfd un jeu vidéo blockbuster sur la première guerre mondiale où ils effacent les français de l’Histoire

      +1

    Alerter
  • Max // 23.10.2016 à 11h32

    La guerre entre les USA et ses seconds couteaux d’une part et le reste du Monde est de moins en moins militaire.
    Pour les USA, les points chauds, c’est le financement pour ses autoroutes, ses ponts, ses ports, ses égouts et d’une manière global ses infrastructures.
    Soyons clair, les USA n’ont pas les fonds nécessaires pour cela et je ne compte pas le financement de ce qui leurs tiens lieu de Sécurité Sociale, d’assurance chômage et de ce qui s’y rattache il faut aussi y rajouter les frais scolaires qui explosent………………. La liste est sans doute tellement longue que j’en reste la.
    A elle seule, le remboursement de la dette c’est six% du budget et pourtant elle augmente sans arrêt.
    La situation interne est tell que même si les plus riches donnaient toutes leurs fortunes, les USA seraient quand même fauché.
    Pour les USA, faire la guerre, sans même parler de la gagner, c’est mission impossible.
    Un très bon article sur cet aspect de la situation interne des USA ici http://nationalinterest.org/feature/the-crisis-nobodys-talking-about-americas-entitlement-crunch-18135
    Ce constat lucide est pourtant fait par le National interest.

      +0

    Alerter
  • Lysbethe Levy // 23.10.2016 à 17h45

    Ainsi soit-il Gwendal ! Je remets le lien a priori juste ici : http://www.military.com/daily-news/2016/10/05/army-chief-issues-stark-warning-to-potential-enemies.html
    « Le chef d’état-major le mardi de l’armée américaine a émis un avertissement sévère aux menaces potentielles comme la Russie et a promis le service va vaincre tout ennemi dans le combat au sol.
    « La volonté stratégique de notre nation, les États-Unis, est remise en cause et nos alliances testé de façon que nous avons pas rencontrés dans de nombreuses décennies », a déclaré le chef d’état-major général Mark Milley une audience à l’Association des la réunion annuelle de l’armée américaine à Washington, DC
    «Je veux être clair pour ceux qui veulent nous faire du mal … l’armée des États-Unis – en dépit de tous nos défis, en dépit de notre [opérationnelle] tempo, en dépit de tout ce que nous avons fait – nous allons vous arrêter et nous allons battre vous plus dur que vous avez jamais été battu avant. ne vous méprenez pas à ce sujet « .
    Les commentaires de Milley viennent au cours d’une année électorale où les électeurs vont décider d’un nouveau président et commandant en chef – et une période d’augmentation de l’activité militaire des concurrents quasi-pairs, y compris la Russie et la Chine. » » Traduction rapide Fake ? Non a ce qu’il me semble, un « avertissement » pour le futur qui attends le nouveau/elle président-e face aux nouveaux ennemis !…

      +0

    Alerter
  • Didier Lagasse de Locht // 24.10.2016 à 01h06

    CES MALADES QUI ONT LES ARMES

    Réelles menaces. L’enjeu est considérable.

    Celui qui contrôle l’énergie contrôle le monde.

    Les USA font un remodelage du moyen-orient pour le rendre plus docile à leur exigence de contrôle des plus importantes réserves mondiales de pétrole. Dernier domino, l’Iran.
    Mais la Syrie est la clé de voûte du dispositif par sa situation géographique et les récentes découvertes d’importants gisements dans la région… mer méditerranée et Golan.
    Celui qui contrôle l’énergie contrôle le monde.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications