Les Crises Les Crises
20.mai.201820.5.2018 // Les Crises

Méfions-nous de Bolton et de son sabotage de la paix coréenne, par Gareth Porter

Merci 54
J'envoie

Source : Gareth Porter, Consortium News, 02-05-2018

Avec l’émergence de la paix dans la péninsule coréenne, méfiez-nous des efforts du conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, pour saboter tout accord, prévient Gareth Porter.

Le sommet Donald Trump-Kim Jong Un, qui n’est pas encore programmé, offre la possibilité d’un accord de dénucléarisation qui éviterait une éventuelle guerre nucléaire, mais cet accord potentiel reste vulnérable du fait de la présence aux États-Unis du secteur de grands médias et des élites politiques qui y sont hostiles. Au centre de cette hostilité se trouve le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, qui n’est pas seulement indifférent à promouvoir un accord de dénucléarisation auprès public. Il travaille activement à le miner.

De fortes preuves circonstancielles indiquent qu’il a divulgué des renseignements à un groupe de réflexion de Washington partageant ses opinions afin de susciter des questions dans les médias au sujet du plan annoncé par le président pour parvenir à un accord avec le dirigeant nord-coréen.

Bolton n’a pas caché son opposition viscérale à un tel accord avant que Trump n’annonce qu’il deviendrait conseiller de la sécurité nationale, faisant valoir que Kim Jong Un ne lâcherait jamais ses armes nucléaires, et ce d’autant plus aujourd’hui qu’il est sur le point d’avoir une véritable capacité de dissuasion nucléaire vis-à-vis des États-Unis.

Même après avoir rencontré Trump le 6 mars pour discuter de l’adhésion à l’administration, Bolton ne s’attendait pas à l’annonce d’un sommet Trump-Kim. Trump tweetait sur les progrès dans les pourparlers avec la Corée du Nord ce jour-là, mais lorsqu’on lui a posé des questions sur ces pourparlers dans une interview avec Fox News plus tard le même jour, Il a décrit la volonté de Kim de négocier comme visant à détourner l’attention de Washington du fait que Pyongyang s’approchait de son objectif de disposer d’une « arme nucléaire lançable ». Le sommet Trump-Kim a été annoncé le 9 mars, Bolton a alors procédé à un ajustement tactique de sa position publique à l’égard des pourparlers avec Kim afin d’éviter un conflit ouvert avec Trump. Il a commencé par suggérer dans des interviews que Trump avait habilement « déjoué » le plan de Kim, visant à faire traîner les pourparlers, en acceptant la proposition d’une réunion au sommet. Mais il a également exhorté Trump à adopter une position qui garantirait l’échec de la réunion.

Bolton : Donnez-nous vos armes nucléaires.

L’inquiétant modèle libyen de Bolton

Dans un entretien de Fox News le jour de l’annonce du sommet, Bolton a suggéré à Trump de demander de façon péremptoire à Kim : « Dites-nous dans quels ports les navires américains doivent arriver, dans quels aéroports les avions américains peuvent atterrir pour charger vos armes nucléaires ». Et dans un deuxième entretien avec Fox ce jour-là, Bolton a suggéré que Trump exige que Kim identifie les ports et les aérodromes à utiliser pour « démanteler votre programme nucléaire et le mettre à Oak Ridge, au Tennessee, où se trouve le programme nucléaire de la Libye ». L’évocation par Bolton de l’exemple libyen de l’abandon d’un programme d’armes nucléaires était une façon arrogante d’exprimer son intention de garder ouverte la possibilité d’utiliser la force pour renverser le régime de Kim.

Bolton fondait son opposition aux négociations avec Kim principalement sur l’argument selon lequel la Corée du Nord exploiterait simplement ces négociations pour achever ses essais d’un missile balistique intercontinental à pointe nucléaire (ICBM). Mais l’ancien directeur de la CIA Mike Pompeo a obtenu de Kim l’engagement concret de mettre fin à tous les tests lors de leurs réunions à Pyongyang les 7 et 8 avril, que Kim a ensuite annoncé officiellement le 20 avril.

Le rapport de Pompeo sur l’engagement de Kim, présenté juste avant le premier jour de Bolton à la Maison-Blanche le 9 avril, a immédiatement déconsidéré l’argument principal de Bolton contre un accord de dénucléarisation. Mais Bolton avait un autre argument sur lequel se rabattre. Lorsqu’un journaliste de Fox News lui a posé une question le 6 mars au sujet d’un éventuel gel des essais nucléaires, Bolton a répondu : « Un gel ne fonctionnera pas. Le seul système d’inspection que vous pourriez avoir avec la perspective de découvrir ce qu’ils font devrait être si intrusif qu’il menacerait la stabilité du régime. »

Comme argument de l’inefficacité d’une suspension des essais, cette réponse était absurde : les États-Unis ne procèdent pas à d’inspections intrusives pour détecter un essai d’un missile nord-coréen à longue portée ou d’une arme nucléaire. Mais Bolton pourrait utiliser la nécessité d’un système d’inspection intrusif auquel la Corée du Nord résisterait comme argument contre un accord de dénucléarisation. Il savait pertinemment qu’en 2008, le vice-président Dick Cheney avait forcé la secrétaire d’État Condoleezza Rice à modifier l’accord qu’elle avait conclu avec la Corée du Nord en octobre 2007 pour exiger un système de vérification intrusif à un stade différent de mise en œuvre – avant et non après que les États-Unis eurent retiré la Corée du Nord de la liste du terrorisme et mis fin à l’application du Trading with the Enemy Act, comme convenu initialement. La Corée du Nord avait refusé d’accepter la nouvelle demande de vérification et avait ensuite dénoncé l’accord fin 2008.

La Fuite

Pompeo : Son engagement risqué. (Flickr Gage Skidmore)

Quelques jours après que Bolton a pris le poste de conseiller à la sécurité nationale, quelqu’un a divulgué des renseignements à un groupe de réflexion de Washington sur une installation nord-coréenne prétendument destinée à produire du graphite de qualité nucléaire, un composant clé des réacteurs nucléaires. La fuite provenait d’une communication de David Albright, directeur exécutif de l’Institute for Science and International Security (ISIS), qui a publié le 20 avril des images satellites de ce qu’il a identifié comme une usine nord-coréenne de graphite de qualité nucléaire. Albright a écrit qu’un « fonctionnaire bien informé » avait identifié le site de l’usine sur la rivière Yalu, qui sépare la Corée du Nord de la Chine.

Albright a suggéré que l’usine “viole l’esprit des prochains sommets avec les États-Unis et la Corée du Sud”. Et il a conclu que tout accord avec la Corée du Nord « doit contenir des engagements vérifiables sur la non prolifération des matières nucléaires et sur le respect des systèmes de contrôle stratégique des exportations internationalement reconnus ».

Mais Albright n’a présenté aucune preuve que l’installation sous la surveillance des services de renseignement américains avait une incidence sur les négociations sur la dénucléarisation. Son rapport indiquait clairement que les analystes n’avaient que des soupçons plutôt que des preuves tangibles qu’il s’agissait de graphite de qualité nucléaire, se référant au « site suspect » et à « l’installation suspecte ». Albright a également admis que le graphite de qualité nucléaire est un matériau à « double usage » et qu’une installation nord-coréenne existante le produit pour des composants de missiles balistiques nationaux et étrangers, et non pour des centrales nucléaires.

Albright a néanmoins laissé entendre que le graphite de qualité nucléaire est produit et commercialisé clandestinement. En fait, il est vendu en ligne par des sociétés de négoce comme Alibaba, comme tout autre produit industriel.

Le 21 avril, malgré l’absence de lien réel entre « l’installation suspecte » et un éventuel accord de dénucléarisation, le Washington Post a publié un article du journaliste du renseignement Joby Warrick, basé sur le rapport d’Albright, qui suggérait un tel lien. Warrick a fait référence à « une usine de production de graphite » qui pourrait permettre au « programme d’armement » de la Corée du Nord « d’avancer tranquillement tout en créant une source supplémentaire de revenus d’exportation dont elle a cruellement besoin ».

Adoptant l’argument clé de Bolton contre un accord de dénucléarisation, Warrick a écrit : « Il n’est pas clairement expliqué comment les États-Unis et leurs alliés vérifieraient de façon fiable la suspension des points clés du programme nucléaire de la Corée du Nord ou confirmeraient qu’ils ont cessé de vendre des composants d’armes à des partenaires à l’étranger ». La Corée du Nord a « une longue histoire de dissimulation d’armes illicites aux yeux des étrangers », a affirmé M. Warrick, ajoutant que, contrairement à l’Iran, elle « ne permet pas aux inspecteurs de visiter ses installations nucléaires ».

Mais Warrick n’a pas jugé bon d’informer les lecteurs que la Corée du Nord avait autorisé des inspections de ses installations nucléaires 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, de l’adoption de l’accord-cadre de 1994 jusqu’en décembre 2002, après que Bolton a réussi à faire en sorte que l’administration George W. Bush renonce ouvertement à l’accord de l’administration Clinton. Et lors des négociations en 2007-08, Pyongyang ne s’était opposé qu’à la demande américaine d’inspection intrusive – y compris des sites militaires – tant que les États-Unis ne mettraient pas fin à leur série de politiques hostiles à l’égard de la Corée du Nord.

Bolton avec George W. Bush : l’accord nord-coréen de Clinton dénoncé. 1, 2005. (Photo Maison Blanche)

Saboter un accord avec l’Iran

L’épisode de l’usine de graphite ne serait pas la première occurrence où Bolton utiliserait de présumés renseignements pour tenter de bloquer un accord négocié. Début 2004, Bolton, en tant que sous-secrétaire d’État à la maîtrise des armements et à la sécurité internationale, était déterminé à empêcher les gouvernements britannique, français et allemand de parvenir à un accord avec l’Iran qui irait à l’encontre du plan de Cheney pour une éventuelle option militaire américaine contre l’Iran. Bolton a donné des images satellites du complexe militaire iranien de Parchin à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en prétendant que le site serait adapté à certains types d’essais d’armes nucléaires, comme l’a rapporté plus tard Seymour Hersh. Bolton a exigé que l’AIEA inspecte les sites, espérant évidemment que l’Iran refuserait une telle inspection intrusive, ce qui permettrait à l’administration Bush d’accuser l’Iran de cacher des activités d’armes secrètes.

Mais l’AIEA n’a pas fait référence aux images satellite de Parchin dans deux rapports de 2004 sur l’Iran. Alors, le département d’État les a fournis à ABC News, qui a rapporté qu’un fonctionnaire du département d’État « a confirmé que les États-Unis soupçonnent une activité nucléaire dans certaines installations [de Parchin] ». Mais le reportage d’ABC cite également un ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense, spécialisé dans les armes nucléaires, qui a déclaré que les images ne constituaient pas des preuves d’activités liées aux armes nucléaires. L’Iran a laissé l’AIEA inspecter 10 sites de Parchin lors de deux visites distinctes en 2005. En prélevant des échantillons de l’environnement dans chaque cas, les inspecteurs n’ont trouvé aucune preuve d’activités nucléaires.

Les espoirs de Bolton de conserver l’option de la guerre des États-Unis contre l’Iran ont été déçus en 2004, mais il croit toujours à une première frappe contre la Corée du Nord, comme il l’a demandé dans un éditorial fin février. Et on peut s’attendre à ce qu’il continue d’utiliser son poste à la Maison-Blanche pour essayer de garder cette option ouverte comme il l’a fait avec l’Iran en 2004, en partie par des fuites secrètes d’informations vers des alliés hors du gouvernement.

Cet article a été publié à l’origine sur Truth Dig.

Gareth Porter est un journaliste d’investigation indépendant et historien de la politique de sécurité nationale des États-Unis et le lauréat du prix Gellhorn 2012 pour le journalisme. Son livre le plus récent est Manufactured Crisis : the Untold Story of the Iran Nuclear Scare, publié en 2014. [Fabriquer la Crise : l’histoire inédite de la peur du nucléaire Iranien, NdT].

Source : Gareth Porter, Consortium News, 02-05-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 20.05.2018 à 05h40

« Le sommet Trump-Kim […] offre la possibilité d’un accord de dénucléarisation » : qu’est-ce que dénucléariser ? Démanteler les milliers de têtes nucléaires américaines ? Cela permettrait de garantir la sécurité de la Corée, et plus largement de cette Asie du Nord-Est qui a déjà reçu “Little Boy” et “Fat Man” en 1945.

Et Bolton ? Ce type est encore en liberté ? Moi qui croyait qu’il avait été condamné par un tribunal de la Haye…

8 réactions et commentaires

  • Fritz // 20.05.2018 à 05h40

    « Le sommet Trump-Kim […] offre la possibilité d’un accord de dénucléarisation » : qu’est-ce que dénucléariser ? Démanteler les milliers de têtes nucléaires américaines ? Cela permettrait de garantir la sécurité de la Corée, et plus largement de cette Asie du Nord-Est qui a déjà reçu “Little Boy” et “Fat Man” en 1945.

    Et Bolton ? Ce type est encore en liberté ? Moi qui croyait qu’il avait été condamné par un tribunal de la Haye…

      +19

    Alerter
    • Mr K. // 20.05.2018 à 08h28

      Peut-être dans l’avenir un Nuremberg 2?

      Avec peut-être en vue pour les porteurs de moustache, leur choix d’élégance diminué une deuxième fois?

        +2

      Alerter
    • Alfred // 20.05.2018 à 09h08

      Si Bolton rencontre un jour une baillonette à la manière de Kadhafi c’est que dieu existe. Sinon non.

        +9

      Alerter
    • Chris // 20.05.2018 à 14h48

      Dénuclariser la CdN ?
      Alors que Kim Jong lui, parle de démilitariser tout d’abord le “protectorat” Corée du Sud occupée depuis des décennies par les Américaines :
      https://blogs.mediapart.fr/c-morel-darleux/blog/291017/l-incroyable-status-forces-agreement-sofa-entre-etats-unis-et-coree-du-sud
      “Près de 30.000 soldats américains sont présents en Corée du Sud. Les bases militaires sont considérées comme territoire américain et les États Unis peuvent y effectuer des tests ou y importer des armes de destruction massive sans possibilité de contrôle des autorités sud-coréennes. Ce sont également, par l’accord SOFA, les États Unis qui prennent le contrôle opérationnel de l’Armée sud coréenne en temps de guerre”.
      Et son corolaire : une presse nationale sous surveillance totale de Big Brother.

      Je doute qu’un accord tri-partite intervienne, à moins que la Corée du Sud ait tout à coup des couilles… encouragée par la Chine et subsidiairement la Russie. Mais est-ce dans l’intérêt de la Chine ?

        +8

      Alerter
  • florian lebaroudeur // 20.05.2018 à 11h23

    On se demande qui de l’Iran ou de la Corée du nord recevra la première frappe.

      +2

    Alerter
    • Mr K. // 20.05.2018 à 12h14

      Espérons qu’ils recevront la petite frappe John Bolton d’abord, ce qui signifierai au moins une délégation américaine pour des négociations.

      Je crois qu’on a plus de soucis à se faire pour l’Iran pour une attaque militaire. Attaque militaire de l’Iran pour laquelle le régime de Netanyahu mouille ses draps depuis longtemps.

      Le département d’état et le pentagone vont certainement saboter la paix coréenne, John Bolton ou pas d’ailleurs. Comment pourraient-ils renoncer à des bases stratégiques dans la région dirigées contre la Chine principalement, et partant, au chiffon rouge Nord-Coréen qu’ils agitent à volonté pour justifier leur présence et vendre quantités d’armes dans la région?

        +6

      Alerter
    • Alfred // 20.05.2018 à 14h22

      Il semble bien que malgré la coiffure particuliere de son dirigeant l’un des deux pays aie les moyens de faire très très mal aux Etats Unis et l’autre pas vraiment (du moins pas directement).
      De même dans un cas vous avez la Russie et la Chine pas du tout d’accord et dans l’autre vous avez la Chine absolument pas du tout du tout d’accord (c’est une probléme de sécurité pour elle). Bref je pense que ni l’un ni l’autre ne va recevoir quoi que ce soit mais que si cela devait arriver ce ne serait certainement pas en Corée.

        +6

      Alerter
  • Betty // 23.05.2018 à 12h40

    Bolton dans ses œuvres:
    “There is no such thing as the United Nations.” —On the United Nations itself
    “If I were redoing the Security Council, I’d have one permanent member: the United States.” —On the UN Security Council

    https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/northamerica/usa/1486015/Theres-no-such-thing-as-the-United-Nations.html

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications