Les Crises Les Crises
11.janvier.202111.1.2021 // Les Crises

Moyen-Orient : Quelle stratégie pour la Chine face à l’augmentation des tensions entre les États-Unis et l’Iran ?

Merci 42
Je commente
J'envoie

Source : SCMP, Sophie Zinser
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

  • En complément de l’augmentation de ses investissements dans la région, la Chine a proposé d’organiser un forum sur le Moyen-Orient pour résoudre ses problèmes anciens.
  • Quoiqu’il en soit, l’expérience passée montre que Pékin pourrait être plus soucieuse de paraître diplomate que mettre réellement en place un agenda politique.

Le Président chinois Xi Jinping rencontre le Président Iranien Hassan Rowhani à Téhéran le 23 janvier 2016. Photo : AFP/Présidence iranienne

Le 28 novembre, un scientifique nucléaire iranien de haut niveau était assassiné à Téhéran. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a appelé à la peine capitale pour ceux qui ont perpétré ce crime, qui résutait apparemment d’une opération complexe imputable aux Etats-Unis et au Mossad, l’Agence de sécurité extérieure israélienne.

L’assassinat s’est déroulé dans un moment de tension croissante entre les Etats-Unis et l’Iran : dans les jours qui ont précédé le meurtre, les Etats-Unis ont sanctionné cinq entreprises chinoises et russes qui auraient aidé le programme de missiles iranien.

Lors d’une conférence de presse le 30 novembre, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Hua Chunying, a condamné le meurtre de Fakhrizadeh en déclarant qu’il « mettait en péril la paix et la stabilité régionales. »

Un projet d’accord de coopération stratégique entre la Chine et l’Iran pour les prochaines 25 années a fuité en juillet, et Pékin a affirmé que ce n’était en rien secret. C’est une preuve de plus que la Chine a des sérieuses motivations économiques – et se prépare tranquillement – à jouer un rôle plus important dans la diplomatie moyen-orientale qui rejette explicitement l’unilatéralisme américain à l’étranger

La montée des tensions américaines avec l’Iran pourrait donner à la Chine une opportunité pour s’impliquer plus directement dans les affaires diplomatiques de Téhéran.

L’Iran appelle à la vengeance pendant les funérailles du scientifique nucléaire assassiné, Mohsen Fakhrinzadeh

Aprés avoir rencontré son homologue Javid Zarif à Pékin fin octobre, le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a appelé à un nouveau forum moyen-oriental organisé par la Chine pour apaiser les tensions et « explorer des solutions politiques et diplomatiques » pour les questions de sécurité au Moyen-Orient.

La rencontre s’inscrit dans une série de changements rapides de la politique chinoise en faveur d’une intervention diplomatique au Moyen-Orient, implicitement calée sur les récents changements américains, tel que les accords Abraham, par lesquels les Emirats arabes unis et Bahrein ont normalisé leurs relations avec Israël.

Après que l’embargo de l’ONU ait été allégé pour l’Iran, les départements d’Etat et de la défense américians ont maintenu des sanctions unilatérales contre l’Iran sans l’accord du Conseil de Sécurité. En revanche, la Chine s’est engagé par le passé à être un partenaire stable pour l’accord nucléaire iranien.

Après avoir rencontré Zarif, Yi a même suggéré que les nations participant au nouveau forum sur le Moyen-Orient seraient tenues de signer l’accord, dont les États-Unis se sont retirés en 2018. L’approfondissement des alliances entre certains pays du Golfe et Israël – et le fait de blâmer Israël pour l’assassinat de Fakhrizadeh – amplifient le rôle sensible de l’Iran dans la région.

Pourquoi l’Iran et les Etats-Unis ne peuvent-ils pas s’entendre ?

Au-delà de l’assassinat, les dirigeants du Moyen-Orient se tournent de plus en plus vers la Chine comme partenaire stratégique. Pékin discute déjà d’investissements pour soutenir d’ambitieuses initiatives en matière d’infrastructures et de technologies dans la région, notamment la Vision 2030 du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, largement encouragée, et la reconstruction de la Syrie par le régime d’Assad.

En octobre, le Centre national d’intelligence artificielle d’Arabie saoudite a signé des accords avec les entreprises chinoises Huawei Technologies et Alibaba Cloud dans le cadre de sa nouvelle stratégie d’IA. Les États-Unis estiment que Pékin contrôle déjà ou exerce une influence sur environ un quart de l’industrie technologique israélienne, qui représente plusieurs milliards de dollars.

Par ailleurs, la dépendance croissante de la Chine à l’égard de l’approvisionnement énergétique du Moyen-Orient – énergie propre et pétrole – signifie qu’il est dans son intérêt de maintenir la stabilité économique et politique dans la région.

De plus, il existe des précédents pour un engagement diplomatique étendu entre la Chine et le Moyen-Orient. Une réunion préparatoire à une alliance comme celle dont a parlé Wang a eu lieu en juin avec la tenue en ligne du dialogue des partis politiques entre la Chine et les États arabes.

Plus de 60 dirigeants de partis politiques de tous les États arabes, dont le président syrien Bachar al-Assad et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, ont rejoint le dialogue en ligne avec la Chine. Bien que les résultats obtenus restent flous, le simple fait qu’un tel sommet ait eu lieu montre que la Chine n’hésite pas à approfondir son engagement diplomatique au-delà des divisions politiques existantes au Moyen-Orient.

Un partisan du gouvernement syrien brandit une pancarte alors qu’un convoi transportant le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov se dirige vers le palais présidentiel de Damas pour des entretiens avec le président syrien Bachar al-Assad le 7 février 2012. La Russie et la Chine ont opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant la répression du régime Assad contre les manifestants. Photo : AFP

Le dialogue a également révélé des indications importantes sur la manière dont la Chine pourrait procéder si elle utilisait l’assassinat de Fakhrizadeh comme l’un des nombreux facteurs justifiant la conduite d’une alliance géostratégique plus large. Le fait de cibler à la fois les dirigeants nationaux et ceux des partis a montré que l’appareil diplomatique de Pékin cherche au moins l’apparence de relations politiques neutres avec chaque nation de la région.

De plus, la Chine est à la tête de l’Organisation de coopération de Shanghai depuis 2001, une alliance eurasienne axée sur la politique, l’économie et la sécurité.

Si le premier grand forum international du dialogue des partis politiques entre la Chine et les États arabes a effectivement débattu de la Syrie en mai 2018, il était plus probable que ce soit une façon de justifier l’existence du dialogue que de définir des stratégies multinationales tangibles sur la Syrie.

Lorsque l’on examine ces deux précédents forums Chine-Moyen-Orient, il semble que si la Chine devait conclure une nouvelle alliance, elle pourrait être plus soucieuse de paraître diplomate que de faire réellement avancer un programme politique.

Qu’un tel forum émerge ou non au cours des prochaines années, pour comprendre les motivations complexes de la Chine dans la région, il ne suffit pas de voir les choses en termes binaires investisseur-interventionniste, ou de considérer la région comme un relais des tensions entre les États-Unis et la Chine.

À l’heure actuelle, les exportations énergétiques de Pékin, la construction d’infrastructures, les investissements technologiques et même les échanges diplomatiques au Moyen-Orient sont tous motivés par l’essor économique à long terme de la Chine. Les ambitions économiques du pays restent l’épine dorsale – et non un accessoire – de ses décisions de politique étrangère. Son parcours futur en Iran ne fera pas exception à la règle.

Sophie Zinser est une chercheuse qui se concentre sur le travail forcé et le rôle de la Chine au Moyen-Orient, en Asie du Sud et en Asie centrale. Elle travaille depuis cinq ans avec des réfugiés et des migrants sur l’élaboration de solutions politiques ciblées sur les communautés au Moyen-Orient et en Asie.

Source : SCMP, Sophie Zinser, 07-12-2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 11.01.2021 à 07h59

La Chine, la Russie et l’Iran forment l’axe de résistance à l’impérialisme yankee qui se veut hégémonique et gouverner la planète par la terreur et la guerre perpétuelle jusqu’à soumission totale. Les pays européens n’ont pas compris dans leur infinie stupidité qu’en cas de conflit ils seront les premiers sacrifiés par ce « protecteur » qui a déjà contribué à la destruction du continent en donnant les moyens de la guerre à l’Allemagne nazie.

Bis repetita…

12 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 11.01.2021 à 07h59

    La Chine, la Russie et l’Iran forment l’axe de résistance à l’impérialisme yankee qui se veut hégémonique et gouverner la planète par la terreur et la guerre perpétuelle jusqu’à soumission totale. Les pays européens n’ont pas compris dans leur infinie stupidité qu’en cas de conflit ils seront les premiers sacrifiés par ce « protecteur » qui a déjà contribué à la destruction du continent en donnant les moyens de la guerre à l’Allemagne nazie.

    Bis repetita…

    • Dypso // 13.01.2021 à 19h19

      Super ! Des dictatures, avec regime totalitaire pour certain, comme axe de resistance face aux dérives américaines ?

      Si je suis clairement pas un supporter américain, mais le camp « d’en face » ne fait guère envie non plus.

      Si on pouvait se détacher du giron américain pour se rapprocher ses russes en revanche …

  • LibEgaFra // 11.01.2021 à 08h01

    « elle pourrait être plus soucieuse de paraître diplomate que de faire réellement avancer un programme politique. »

    C’est une évidence. Et c’est même un anti-impérialisme.

  • 78 ans // 11.01.2021 à 10h52

    «  La Chine pourrait être plus soucieuse de paraître diplomate que de faire réellement avancer un programme politique. »

    ***

    Surtout dans le cas présent, ÊTRE diplomate, c’est précisément faire réellement avancer un programme politique, une précieuse leçon pour l’Empire d’Occident… qu’il refusera une fois encore d’apprendre.

  • utopiste // 11.01.2021 à 11h05

    La Chine préfère des partenaires économiques stables, mais elle n’a nulle intention d’exporter ses armées hors de ce qu’elle considère comme son territoire. Alors, elle parle, elle oriente, elle intrigue, mais elle ne « touche » pas.

  • Christian Gedeon // 11.01.2021 à 12h44

    Le pognon, le pognon,le pognon. Tryptique de base. Puis les terres agricoles, et les terres rares. Ou en même temps. Et le pétrole le moins cher possible. Que du réalisme, terre à terre.

    • LibEgaFra // 11.01.2021 à 15h26

      Enlevez-moi un doute: vous parlez des USA, n’est-ce pas?

      Je lis en ce moment « Vie et mort des Indiens d’Amérique du Nord » de René Coulet du Gard.

      Extrait: « Les accords qu’un Indien conclut par un traité signé avec les États-Unis, c’est comme un accord qu’un bison passerait avec ses chasseurs, une fois percé de flèches. » Ouray the Arrow, chef des Utes.

      ABE

      Vous connaissez par exemple l’histoire de l’Oklahoma, n’est-ce pas? Les déportations, la course à la terre, le pétrole et tout ça… comme vous le dites si bien. Sans oublier ailleurs l’or et sa ruée… pognon, pognon, pognon…

  • RV // 11.01.2021 à 18h47

    « la dépendance croissante de la Chine à l’égard de l’approvisionnement énergétique du Moyen-Orient – énergie propre et pétrole – »
    Une « énergie propre » ?

  • antoniob // 11.01.2021 à 22h28

    géographiquement parlant, des partenariats économiques Chine Moyen-Orient sont une évidence.
    Ce qui est illogique est de faire comme si cela serait un phénomène non trivial.
    La Chine utilise un oléoduc depuis le Kazakhstan, un gazoduc depuis le Turkmenistan. Un oléoduc Chine-Iran via Tadjikistan et Afghanistan serait une formalité si l’Afghanistan était un pays souverain stable.

    les Chinois et les Persans commerçaient dans l’Antiquité tardive au moins, via les Sogdiens, branche la plus à l’Est des peuples iraniens, dont les descendants sont dans l’actuel Tadjikistan.

  • RGT // 13.01.2021 à 10h12

    Une chose est certaine : Les chinois ont une très ancienne culture axée sur les petits pas pacifiques qui passent inaperçus mais qui leur permettent sur le long (très long) terme d’avancer leurs pions tout en évitant tout conflit direct.

    Tout l’opposé d’une nation qui est passée directement de la barbarie à la décadence sans passer par la civilisation et qui ne pense qu’à tout casser dans la violence pour assouvir ses caprices immédiats.

    Des petits pas très discrets que personne ne remarque avant que l’étau ne se referme de manière irrémédiable sans ne jamais avoir besoin de faire preuve de violence.

    Et bien sûr en faisant en sorte que « l’ennemi » ne se rende compte de rien, et qu’à l’issue du « conflit » sa population ne trouve rien à redire.
    Contrairement à ses « élites » qui se retrouvent plumées du jour au lendemain sans possibilité d’échappatoire.

    Largement plus efficace sur le long terme que le « soft power » occidental basé sur des mythes irréalistes et des rêves infantiles qui ne peuvent qu’entraîner de la rancœur une fois la victime sortie de son rêve ensorcelant.

    N’oublions jamais que la durée de domination de ce pays par les occidentaux n’a duré qu’un clin d’œil par rapport à celle de sa civilisation plurimillénaire.

    Je ne suis ni chinois ni fan de leur mode de vie mais une chose est certaine : Ils finiront par bien s’imposer et leur civilisation (les systèmes politiques étant bien moins durables que les civilisations) perdurera alors que la « civilisation » occidentale aura été totalement oubliée depuis des générations.

    (Re)visionnez le film de Jean Yanne « Les chinois à Paris »…
    Particulièrement le début dans lequel on voit les « élites » baisser leurs frocs et collaborer sans complexes avec l’envahisseur comme ce fut le cas dans toute l’histoire occidentale.
    La fin est franchement « romancée », mais il fallait bien que cette COMÉDIE satyrique se termine bien pour le coq gaulois afin de satisfaire son ego démesuré.

    Jean Yanne… Grande gueule, souvent assez vulgaire, le mal aimé des artistes français mais qui avait une vision acérée de nos « valeurs » qui faisait grincer les dents de nombreuses personnes.

    Repose en paix.

  • toto // 14.01.2021 à 14h45

    Les Occidentaux détruisent.
    Les Asiatiques reconstruisent
    Les Arabes s’endettent

    • RGT // 15.01.2021 à 16h16

      Les iraniens ne sont pas des arabes.

      Ils sont indo-européens.

      Si vous assimilez un iranien à un arabe vous risques de vous attirer de graves problèmes.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications