Les Crises Les Crises
29.décembre.201529.12.2015 // Les Crises

Perquisitions musclées, arrestations injustifiées : les abus de l’état d’urgence

Merci 5
J'envoie

Source : Le Monde, Les Décodeurs, 23-11-2015

Des policiers à Strasbourg, le 16 novembre 2015. FREDERICK FLORIN / AFP

Mickaël, 27 ans, regardait un film d’action dans le TGV MarseilleRennes, vendredi 20 novembre, en compagnie d’un autre homme. Mal lui en a pris, selonSud-Ouest : en gare de Massy (Essonne), la police évacue le train et lui saute dessus pour l’arrêter. Des passagers auraient trouvé suspects son comportement et son aspect : le jeune homme est barbu et il portait des gants. Choqué, il a été libéré au bout de quatre heures.

Cette histoire n’est qu’un exemple des nombreux cas relevés cette semaine par la presse locale : la France est en état d’urgence. Un état administratif qui donne aux forces de l’ordre de larges moyens d’action. Mais aussi un état collectif prompt à l’emballement.

Une fillette de 6 ans blessée

Autre histoire édifiante, celle que raconte La Voix du Nord sur ce jeune homme, dont le père de 67 ans a été interpellé manu militari, mardi 17 novembre, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Sophiane avait accompagné son père à la préfecture la veille pour une démarche administrative. Les forces de l’ordre l’auraient alors repéré prenant des photos, ce qu’il dément. Résultat : la police enfonce la porte du domicile familial, fouille l’appartement de fond en comble, et arrête son père, qui passe la nuit en garde à vue.

A Quévrechain, dans le Nord, Fatima et sa fille ont subi une brusque perquisition de nuit au motif qu’un homme, que les autorités suspectaient de détenir des armes de guerre, avait habité dans la maison par le passé. La jeune fille raconte les lasers dans l’appartement, la porte qui vole en éclats, sa mère de 43 ans menottée… pour une perquisition qui n’a rien donné.

Les victimes des bavures sont parfois très jeunes et impressionnables : à Nice (Alpes-Maritimes), une petite fille de 6 ans a été blessée par des éclats au cou, lors d’une perquisition jeudi. A 4 h 30 du matin, les policiers d’élite du RAID enfoncent la porte de l’appartement familial, plaquent le père au sol. Les voisins évoquent des tirs dans les serrures, que la police dément, mais c’est bien par des éclats de bois qu’a été blessée la fillette, touchée alors qu’elle dormait dans la chambre d’à côté. Et le tout pour rien : la police s’est trompée de porte, elle visait en fait le voisin. Hospitalisée, la petite fille n’a rien de grave et la police a reconnu une « erreur rare ».

NICE – UNE FILLETTE BLESSEE LORS D’UNE PERQUISITION.

Lire la suite sur : Le Monde, Les Décodeurs, 23-11-2015


Etat d’urgence : 2 700 perquisitions, deux enquêtes préliminaires ouvertes

Source, Le Monde, Les Décodeurs, 15-12-2015

Plus d’un mois après les attentats ayant frappé Paris le 13 novembre, le rythme des perquisitions administratives est en baisse, mais reste soutenu. Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a effectué le 15 décembre un bilan des actions menées par les forces de l’ordre depuis la mise en place de l’état d’urgence, le 14 novembre. D’une moyenne de 120 perquisitions administratives quotidiennes en France pendant les dix jours ayant suivi les attentats parisiens, la fréquence est passée à une quarantaine par jour au début du mois de décembre.

Ces résultats effectuent une mise à jour de ceux annoncés par le premier ministre, Manuel Valls, invité de la matinale de France Inter, le 11 décembre.

Les 2 700 perquisitions administratives qui ont été menées au total ont abouti – outre les saisies diverses et les assignations à résidence – à l’ouverture de deux enquêtes préliminaires par la section antiterroriste du parquet de Paris, une information révélée par Mediapart et confirmée par Le Monde.

360 assignations à résidence

Lire la suite sur, Le Monde, Les Décodeurs, 15-12-2015


P.S. on notera que l’État d’urgence ne semble pas super efficace en Corse…

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pascalcs // 29.12.2015 à 01h46

État d’urgence ou pas, au fur et à mesure de l’obsession grandissante des psychopathes qui nous gouvernent à tout contrôler, nous entrons irrémédiablement dans une société policière dans laquelle la méfiance et la suspicion deviennent les fondements en remplacement de liberté et fraternité.
Tous sommes désormais des suspects en puissance, des ennemis de l’ordre établi qui doit être de moins en moins questionné ou remis en question.
La militarisation de la police telle qu’elle est déjà réelle aux US, un autre grand pays défenseur des libertés et de la fraternité, montre la voie de ce qu’attend la France dépersonnalisée et suiveuse des merveilleux modèles venus d’outre atlantique. Près de 600 personnes tuées par la police en 2015, souvent dans des circonstances complément incroyables et de violences totalement inutiles.
Entretenir la peur dans la population, mener des politiques étrangères absurdes, diviser les sociétés, telles sont les recettes de nos psychopates gouvernants depuis des décennies et auxquels les attentats, qui résultent de la logique absurde de leurs politiques, prêtent main forte à encore plus de confiscation des libertés élémentaires.
Et dire que nous continuons, en allant voter, à maintenir ces malades en place.

27 réactions et commentaires

  • Guillaume Besset // 29.12.2015 à 01h26

    Il est important de faire redescendre les tensions d’un cran, par une approche individualisée du Droit entre autre, plutôt que de mettre les communautés dos à dos (tout en conservant une distribution réglementée des drogues douces et armes individuelles, car dans le cas contraire, le marché noir et les violences augmentent à grande échelle, les ‘criminels’ étant minoritaires..)

      +4

    Alerter
    • Subotai // 29.12.2015 à 05h19

      C’est trop tard!
      La tension générale ne pourra pas baisser puisque le mal fait engendre des effets collatéraux – voir Ajaccio – ce qui rendra encore les forces de l’ordre encore plus sous tension.

      Parce qu’il ne feront pas ça:
      Arrêter l’État d’urgence, cesser ces législations à l’emporte pièce sur qui est français ou pas; voici déjà des pistes pour une tentative de retour au calme.
      Ensuite, renforcer les moyens judiciaires et laisser la justice faire son travail jusqu’au bout; que l’État de Droit et non l’arbitraire prenne sa place.

        +12

      Alerter
  • samir svet // 29.12.2015 à 01h27

    c’est la démocratie Occido-Américaine OU la dictacratie occidentale , c’est mettre à genou les citoyens et faire passer leur loi oligarchique

      +8

    Alerter
  • Pegaz // 29.12.2015 à 01h31

    Recensement des joies (ou pas) de l’état d’urgence en France

    Observatoires de l’état d’urgence : https://wiki.laquadrature.net/%C3%89tat_urgence/Recensement

      +4

    Alerter
  • theuric // 29.12.2015 à 01h35

    J’avoue ne pas vraiment saisir les réelles raisons pour lesquelles l’état d’urgence est maintenu.
    Certes, si le président de la République pense, comme moi, que dans un laps de temps relativement proche, voire très proche, l’économie-monde s’effondrera totalement pour une période indéterminé, cela pourrait se comprendre.
    Hormis cela, je n’en perçois pas vraiment l’utilité.
    D’autant plus que l’E.I. et D.A.E.S.H. reculent tous deux sur tous les fronts depuis les interventions russes.
    Il est inenvisageable d’imaginer qu’il puisse s’agir de l’affolement de notre gouvernement, un homme ou une femme acceptant une telle responsabilité ne pouvant que se connaître suffisamment pour savoir si oui ou non ils seraient capables d’assumer tout type de situations dans le calme et la clairvoyance.
    Encore moins de penser qu’il puisse s’agir de quelque manipulation de la population que ce soit, ce serait là une horreur de ma part que de postuler un tel état de fait, comment, là encore, imaginer cela de la part de gens aussi vertueux que nos ministres.
    Non, décidément, je ne comprends toujours pas pourquoi cet état d’urgence est maintenu, cela me reste d’un mystère insondable.
    Pourtant il ne peut qu’être évident que notre pouvoir exécutif ne peut que ne jamais faire d’erreur et que toutes les décisions prises ne peuvent qu’être les bonnes, nous voyons tous à quel point toutes, les bonnes solutions sont trouvées et, ce, à tous les problèmes que la nation peut rencontrer, d’ailleurs, les preuves nous en sont données tous les jours.
    Et j’écris cela en étant sûr qu’aucune censure ne m’en forcerait la main ni celle de notre hôte, de quelque nature que ce soit.
    Ne trouvez-vous pas?

      +12

    Alerter
  • Pascalcs // 29.12.2015 à 01h46

    État d’urgence ou pas, au fur et à mesure de l’obsession grandissante des psychopathes qui nous gouvernent à tout contrôler, nous entrons irrémédiablement dans une société policière dans laquelle la méfiance et la suspicion deviennent les fondements en remplacement de liberté et fraternité.
    Tous sommes désormais des suspects en puissance, des ennemis de l’ordre établi qui doit être de moins en moins questionné ou remis en question.
    La militarisation de la police telle qu’elle est déjà réelle aux US, un autre grand pays défenseur des libertés et de la fraternité, montre la voie de ce qu’attend la France dépersonnalisée et suiveuse des merveilleux modèles venus d’outre atlantique. Près de 600 personnes tuées par la police en 2015, souvent dans des circonstances complément incroyables et de violences totalement inutiles.
    Entretenir la peur dans la population, mener des politiques étrangères absurdes, diviser les sociétés, telles sont les recettes de nos psychopates gouvernants depuis des décennies et auxquels les attentats, qui résultent de la logique absurde de leurs politiques, prêtent main forte à encore plus de confiscation des libertés élémentaires.
    Et dire que nous continuons, en allant voter, à maintenir ces malades en place.

      +37

    Alerter
    • Pathfinder // 29.12.2015 à 15h02

      « Le préjudice de ne pas prendre part à la vie politique est que vous finissez par être gouverné par vos inférieurs. » – Platon

        +4

      Alerter
      • tchoo // 29.12.2015 à 23h09

        les gens bons ne se préoccupent pas de gouverner (Alain)

          +0

        Alerter
        • Pathfinder // 30.12.2015 à 11h36

          Il ne s’agit pas pour les gens (trop?) bons de gouverner, mais d’en suivre les coulisses et les rouages – au moins au niveau local.

          Avec 60 à 70% d’abstention à chaque scrutin, le vote ne signifie plus rien. Et des lois passent qui ne représentent plus qu’une infime partie de la population. Quand bien même elle est toujours concernée, dans son ensemble, par les applications!

          Du moins certaines franges de la population, sur lesquelles les lois s’appliquent toujours (…)

            +0

          Alerter
      • Roman // 31.12.2015 à 15h42

        Seulement, prendre part à “cette” vie politique, c’est-à-dire élire des présidents corrompus ne laissant place à aucune alternative n’apporte rien de plus. Cela ne fait que perdurer cette situation.
        Ne pas voter et “s’en foutre” : non.
        Ne pas voter mais se tenir prêt à soutenir une alternative, en s’informant par des canaux alternatifs aux médias habituels, partager, débattre, être un minimum actif (selon ses moyens) : oui.

        D’où peut venir la fierté de maintenir un Estrosi pour éviter une Maréchal-Le Pen…….? Pathétique.

          +0

        Alerter
  • Pathfinder // 29.12.2015 à 07h45

    Des années de frustrations et de peurs (menaces réelles ou entretenues… le résultat est le même!) ont mené à une situation où certains peuvent faire en sorte que la peur “change de camp”. Comme à chaque fois que cette histoire se répète, des innocents en prennent plein le museau.

    D’autres innocents ont souffert auparavant ; une extrême n’excuse pas l’autre, mais elle ne l’annule pas non plus (!)

      +3

    Alerter
  • gilles // 29.12.2015 à 08h22

    Article 432-4 du code pénal français toujours valable pendant l’état d’urgence:
    « Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, agissant dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, d’ordonner ou d’accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende.”

      +9

    Alerter
    • Spectre // 29.12.2015 à 12h53

      On se doute qu’ici, la loi sera appliquée avec un grand zèle…

        +6

      Alerter
  • Arcousan09 // 29.12.2015 à 09h36

    avec de pareils Pieds Nickelés les vrais terroristes peuvent dormir sur leurs deux oreilles.
    La guerre civile si chère et tant désirée par le premier ministre a déjà commencé …
    Milices … délations … milices … dénonciations …

    Visiblement les années quarante n’ont pas servi de leçon et bientôt “ON” tondra celles qui auront osé adresser la parole à un faciès bizarre genre maghrébin …. tout ça au nom des droits de l’homme.

      +13

    Alerter
    • lvzor // 29.12.2015 à 12h09

      “Visiblement les années quarante n’ont pas servi de leçon”

      Ca dépend de quel point de vue on se place : pour ce qui concerne certains de nos gouvernants, ça leur a VISIBLEMENT servi de leçon, on dirait qu’ils rêvent d’y retourner.

        +6

      Alerter
  • picton // 29.12.2015 à 12h33

    Voir ça sur Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/laurent-chemla/blog/281215/la-fin-du-reve

    Le texte est intitulé “La fin du rêve” et on comprend pourquoi l’état d’urgence va être maintenu ad vitam aeternam.

      +4

    Alerter
  • Spectre // 29.12.2015 à 12h51

    Ce qui laisse songeur, outre l’amateurisme flagrant dans certains cas (erreur d’adresse, fausses informations…), c’est le comportement de certains policiers au cours des perquisitions. Insultes à caractère sexiste ou raciste, brutalisation gratuite de personnes qui ne posent manifestement aucun danger, et surtout sentiment d’impunité du fait de l’état d’urgence. Déjà qu’en temps normal, les violences policières ne sont quasiment jamais reconnues…

    Voir de nombreux exemples sur http://delinquance.blog.lemonde.fr/

      +8

    Alerter
  • Patrick Andre // 29.12.2015 à 13h02

    Couvre feu…..à Sens,c’est normal?
    Hier, j’étais en compagnie de Jean-Frédéric Poisson en déplacement à Sens dans l’Yonne afin de procéder à un contrôle « sur place et sur pièces » des mesures prises par le gouvernement via le préfet, dans le cadre de l’application de l’état d’urgence. C’était le 3ème déplacement avant un prochain dans le Nord, l’Hérault, l’Ille-et-Vilaine, etc..

    Ce département est en effet le seul dans lequel un couvre-feu fut décidé pour 3 nuits dans un seul quartier de la ville. Il était donc intéressant et utile d’en comprendre les modalités et surtout de tenter d’en mesurer l’efficacité. Car le seul argument de « l’évidence nécessité » parfois avancé ne peut suffire tant il est difficile de donner à contenu à cet adjectif.

    Pour autant, tout régime de police administrative repose sur une part inhérente de prévention qui peut parfaitement s’entendre dans un cas de couvre feu. Toute la question est alors de savoir si cette mesure a justement ce caractère de prévention.

    Pendant donc trois heures de réunion et un court déplacement dans le quartier concerné, nous avons pu travailler avec le préfet et les différents responsables opérationnels de la police, de la gendarmerie et en présence de la procureur de Sens.

    Évidemment, ces observations nourriront la prochaine communication devant la commission des lois prévues pour le 13 janvier.
    http://www.urvoas.bzh

      +1

    Alerter
    • Patrick Andre // 29.12.2015 à 20h40

      Bien sûr l histoire est différente mais cela ne vous faites pas penser https:// fr.m.wikipedia.org/wiki/Massacre_du_17_octobre_1961 et l abus?sous Maurice Papon

        +0

      Alerter
  • ced // 29.12.2015 à 13h53

    Bonjour

    Je remarque que personne n’a relevé le faible taux de réussite des perquisitions.
    2700 pour 2 enquêtes préliminaires ouvertes pour terrorisme. Soit moins de 0.1% !
    C’est le petit point noir dans le grand carré bleu.

    C’est étonnant, surtout lorsque l’on apprend que les terroristes étaient tous connus des services et qu’on doit bien avoir des informations sur d’autres.
    J’imagine que ces perquisitions se sont concentrées sur les vrais dangereux au risque de mettre en danger des enquêtes en cours. Et nous aurions fait choux blanc ?
    Soit, dans ce cas, nous n’avons aucunes raisons d’être inquiets sur le territoire et donc l’état d’urgence n’est pas justifié. Et que tout ce ramdam n’est que pour l’imbécile qui regarde le doigt plutôt que la lune.
    “Le pouvoir a alors lui-même sabordé la surveillance, en informant les individus qui étaient de vrais dangereux ! Tout ça pour forcer la main du juge !” Marc Trevidic.

    On remarque aussi qu’il y a eu plus d’assignations (360) que d’interpellations (334) dont gardes à vue (287). Cela veut dire que 73 personnes sont assignés sans motif serieux soit 20%. Il semble…

    Un inventaire des armes saisies serait bienvenu, je pense que nous aurions des surprises…

    Nos élites sont des marchands de sable et il y a encore beaucoup de couillons qui dorment.

      +9

    Alerter
  • pinaute // 29.12.2015 à 14h57

    Elle est belle la France. ” Fraternité, égalité, sécurité oupsss liberté.”

      +0

    Alerter
  • anne jordan // 29.12.2015 à 18h30

    http://the-dissident.eu/9246/etat-islamique-le-choix-politique-du-djihad-universel/
    bon , je suis embarrassée , en postant ce lien vers un article de l’ex otage Piccini , qui contredit formellement les propos de Marc Trévidic .
    Je trouvais ces derniers pertinents et j’ai lu l’analyse contraire avec un grand malaise .
    Je porte ceci à votre connaissance à tous , car il est tout de même important de connaitre l'”ennemi ” ; mais je n’oublie ni le syndrome de Stockholm , ni la complexité évidente de cette définition du ” terroriste musulma

      +2

    Alerter
    • peychart // 29.12.2015 à 22h33

      Ce lien ne contredit pas ce que dit Trevidic.

      Quand bien même ils se contrediraient, ce qui est intéressant c’est les arguments des uns et des autres.
      Mais en l’occurrence ils sont d’accord.
      Je vous cite le passage qui confirme qu’ils pensent la même chose sur ce point :

      Question : La France a fait le choix, jusqu’aux derniers attentats, d’apporter une réponse médicale aux jeunes Français enrôlés en Syrie, leur imposant un suivi psychiatrique à leur retour ainsi qu’une cure de désendoctrinement. Cette approche est-elle pertinente ? Nie-t-elle au contraire la réalité d’un engagement conscient et politique en faveur de l’État islamique ?

      Réponse : « Une réponse médicale »… « Un suivi psychiatrique »… À un problème qui est avant tout social et, pour certains, procède d’un choix politique et religieux ? L’ennui, avec ce discours sur « l’endoctrinement » et les « jeunes paumés » psychologiquement fragiles, c’est que, à force de le rabâcher, il semble que même nos autorités ont fini par y croire dur comme fer. Il y a des cas avérés de jeunes qui se sont faits manipulés par des réseaux de recrutement. C’est une réalité, et la réponse que vous évoquez est de fait pertinente, dans le souci de leur permettre de reprendre leur place dans la société.

        +0

      Alerter
  • JF Digonnet // 29.12.2015 à 20h27

    Toute cette incompétence ne laisse rien augurer de bien rassurant quant à notre sécurité.

      +0

    Alerter
  • loki // 29.12.2015 à 20h35

    Que peut devenir notre sécurité si l’on se met (à tort ou raison) à haïr notre police ?

      +0

    Alerter
  • jheurtault // 30.12.2015 à 12h18

    Oui! Il suffit de respecter la charte du blog qui ne dit rien de plus que les règles de bienséance universellement admises.
    Ecrire dans un français sinon académique du moins correct (orthographe, grammaire, syntaxe, ponctuation, accentuation correcte des mots, etc …)
    S’abstenir, autant que faire se peut, de commenter les commentaires des autres car la rubrique “commentaires” n’est pas le support d’un forum.
    S’en tenir au fond des choses, des idées et s’abstenir de polémiquer, d’ergoter sur un mot, une virgule …
    Argumenter plutôt que vider un jet de fiel qui n’apporte rien à la confrontation des idées
    Admettre qu’il n’y a qu’un patron sur le blog : Olivier Berruyer et que tout les autres (moi y compris!) ne sont donc que des “invités” qui n’ont aucun “droit”. C’est une chance extraordinaire que de pouvoir développer ses idées propres en profitant de la notoriété du blog conquise par la qualité des articles et la pertinence des sélections. Il convient donc de contribuer au maintien de la haute tenue du blog par un auto-contrôle de sa propre expression.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications