Les Crises Les Crises
11.janvier.202311.1.2023 // Les Crises

Pour le chef de l’OTAN, une guerre totale avec la Russie est une « réelle possibilité »

Merci 213
J'envoie

Jens Stoltenberg prévient que les choses peuvent tourner « horriblement mal. »

Source : ScheerPost, Dave DeCamp / Antiwar.com
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le secrétaire d’État Antony J. Blinken rencontre le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, à Bucarest, en Roumanie, le 29 novembre 2022. [Photo du département d’État par Ronny Przysucha/Domaine public].

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a averti vendredi qu’il craignait qu’une guerre totale entre la Russie et l’OTAN soit une « possibilité réelle », dans une rare reconnaissance des dangers de soutenir l’Ukraine.

« Je crains que la guerre en Ukraine ne devienne incontrôlable et ne s’étende à une guerre majeure entre l’OTAN et la Russie », a-t-il déclaré, selon The Telegraph. « Si les choses tournent mal, elles peuvent tourner horriblement mal. »

Les responsables russes ont clairement indiqué qu’ils pensaient se battre contre l’OTAN en Ukraine. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a récemment déclaré que les États-Unis et l’OTAN « participent directement » à la guerre en Ukraine, ce qui signifie que la Russie a le prétexte pour frapper les bases de l’OTAN en Europe si elle choisit de franchir cette étape.

Malgré ce risque, Stoltenberg a souligné que les pays de l’OTAN devaient continuer à armer l’Ukraine et que le meilleur moyen de dissuader la Russie était de renforcer les positions de l’alliance en Europe orientale. Stoltenberg a déclaré que le président russe Vladimir Poutine « sait que c’est un pour tous et tous pour un », en référence aux engagements de défense mutuelle de l’OTAN énoncés à l’article 5.

Le risque d’escalade a augmenté la semaine dernière après que des drones ukrainiens ont frappé des bases aériennes à des centaines de kilomètres à l’intérieur du territoire russe, tuant trois soldats russes et endommageant deux bombardiers russes. Citant des sources militaires américaines anonymes, le Times a rapporté vendredi que le Pentagone avait donné son accord tacite à l’Ukraine pour lancer de telles attaques.

Stoltenberg a déclaré qu’il comprenait pourquoi certaines personnes en Europe en avaient assez de soutenir l’Ukraine, confrontées à la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Mais le chef de l’OTAN a affirmé que la « paix et la liberté » du continent seraient menacées en cas de victoire de Poutine en Ukraine.

Dave DeCamp

Dave DeCamp est le rédacteur en chef d’Antiwar.com. Suivez-le sur Twitter @decampdave

Source : ScheerPost, Dave DeCamp / Antiwar.com, 12-12-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 


Le Pentagone donne le feu vert à l’Ukraine pour des frappes de drones à l’intérieur de la Russie

Source : The Times, Michael Evans, Marc Bennetts
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

p Un drone a frappé un aérodrome dans la région russe de Koursk cette semaine.
AP

Le Pentagone a donné une approbation tacite aux attaques à longue portée de l’Ukraine sur des cibles à l’intérieur de la Russie après les multiples frappes de missiles du président Poutine contre les infrastructures critiques de Kiev.

Depuis le début des attaques quotidiennes contre les civils en octobre, le Pentagone a révisé son évaluation de la menace que représente la guerre en Ukraine. Il s’agit notamment de nouveaux jugements sur la possibilité que les livraisons d’armes à Kiev conduisent à une confrontation militaire entre la Russie et l’OTAN.

Il s’agit d’une évolution importante dans la guerre de neuf mois entre l’Ukraine et la Russie, Washington étant désormais plus susceptible de fournir à Kiev des armes à plus longue portée.

« Nous utilisons toujours les mêmes calculs d’escalade, mais la peur de l’escalade a changé depuis le début », a déclaré une source de la défense américaine au Times. « C’est différent maintenant. C’est parce que le calcul de la guerre a changé en raison de la souffrance et de la brutalité que les Ukrainiens subissent de la part des Russes. »

Washington est désormais moins préoccupé par le fait que de nouvelles frappes à longue portée à l’intérieur de la Russie pourraient conduire à une escalade dramatique. Les attaques de représailles de Moscou ont jusqu’à présent toutes impliqué des frappes de missiles conventionnels contre des cibles civiles. Auparavant, le Pentagone était plus réticent à ce que l’Ukraine attaque la Russie, car il craignait que le Kremlin ne riposte soit avec des armes nucléaires tactiques, soit en ciblant les pays voisins de l’OTAN.

Toutefois, Washington ne veut pas être perçu comme donnant publiquement le feu vert à Kiev pour attaquer le sol russe. Sa position sur les attaques de l’Ukraine à l’intérieur de la Russie a été définie cette semaine par Antony Blinken, le secrétaire d’Etat, qui a déclaré : « Nous n’avons ni encouragé ni permis aux Ukrainiens de frapper à l’intérieur de la Russie. »

Cependant, une source de la défense américaine a déclaré : « Nous ne disons pas à Kiev : Ne frappez pas les Russes [en Russie ou en Crimée]. Nous ne pouvons pas leur dire ce qu’ils doivent faire. C’est à eux de décider comment ils utilisent leurs armes. Mais lorsqu’ils utilisent les armes que nous avons fournies, la seule chose sur laquelle nous insistons est que les militaires ukrainiens se conforment aux lois internationales de la guerre et aux conventions de Genève. »

Un soldat ukrainien à Kiev alors qu’une sirène de raid aérien retentit.
GLEB GARANICH/REUTERS

« Ce sont les seules limites, mais cela inclut de ne pas cibler les familles russes et de ne pas commettre d’assassinats. En ce qui nous concerne, l’Ukraine s’est mise en conformité. »

Dans le cadre de ces contraintes limitées fixées par le Pentagone, Kiev adopte désormais une offensive plus agressive et plus persistante contre des cibles à l’intérieur de la Russie. L’Ukraine a pris soin d’utiliser ses propres drones, et non des armes fournies par les États-Unis, pour effectuer les frappes. Les drones, basés sur les systèmes de surveillance soviétiques Tupolev TU-141 Strizh mis au point dans les années 1970, ont été reprogrammés pour leur conférer une plus grande portée et une munition de taille suffisante pour être lancée à basse altitude.

Les TU-141 modifiés ont été déployés cette semaine lors de trois raids contre des bases militaires situées à 500 km de la frontière russe et contre des réservoirs de carburant situés à environ 150 km de la frontière ukrainienne, échappant dans chaque cas aux défenses aériennes. Les drones peuvent voler à 1 000 km/h à basse altitude, comme des missiles de croisière.

L’Ukraine et les États-Unis jouent un jeu prudent sur ces frappes, qui ont ajouté un nouvel ingrédient audacieux à la guerre des drones au cours des neuf mois qui ont suivi l’invasion russe. Le Pentagone refuse de faire toute déclaration publique sur ces attaques, tandis que Kiev a refusé d’en revendiquer la responsabilité.

Si les États-Unis décident de fournir à l’Ukraine des armes à plus longue portée capables de frapper plus profondément en Russie, la crainte d’une escalade potentielle pourrait augmenter de façon spectaculaire. Mais les responsables du Pentagone ont clairement indiqué que les demandes de Kiev concernant des armes américaines à plus longue portée, notamment des roquettes et des chasseurs-bombardiers qui pourraient être utilisés pour des frappes encore plus efficaces à l’intérieur de la Russie ou de la Crimée occupée, sont sérieusement envisagées.

« Rien n’est exclu », a déclaré un haut responsable de la défense américaine.

Parmi les armes figurant en bonne place sur la liste des souhaits de Kiev figure le système de missiles tactiques de l’armée (ATACMS), dont la portée est de 300 km et qui serait d’une efficacité dévastatrice s’il était utilisé pour des raids en profondeur en Russie.

Le Pentagone, en discussion avec les alliés de l’OTAN, a jusqu’à présent reporté la décision d’offrir ou non ce matériel et les sources de la défense américaine n’ont pas voulu répondre à un rapport du Wall Street Journal affirmant que le système de roquettes d’artillerie à haute mobilité M142 (HIMARS), utilisé en Ukraine depuis plusieurs mois, avait été modifié pour l’empêcher de tirer des ATACMS.

Un drone russe est vu au-dessus de la capitale ukrainienne.
YASUYOSHI CHIBA/AFP/GETTY IMAGES

Le drone que l’Ukraine souhaite plus que tout autre est le MQ-1C Gray Eagle américain, qui a une portée de 400 km, est armé de quatre missiles Hellfire ou de huit missiles Stinger, peut rester en vol pendant plus de 24 heures et est équipé de systèmes de reconnaissance sophistiqués.

Eric Edelman, qui a été un spécialiste des politiques de haut niveau au Pentagone et a travaillé au département d’État en tant qu’ambassadeur en Finlande et en Turquie, estime que le retard pris dans la fourniture de tels systèmes d’armes n’est plus tenable.

« L’administration s’auto-dissuade excessivement par la perspective d’une prétendue spirale d’escalade qui est largement illusoire, a-t-il déclaré. La meilleure chose pour toutes les parties concernées est que les Ukrainiens soient en mesure de gagner aussi vite que possible. Il est donc logique de leur donner des ATACMS et des Gray Eagle et de les aider à constituer un ensemble de chars de combat également. »

Lorsque l’invasion russe a commencé le 24 février, la politique américaine d’armement de l’Ukraine reposait sur deux principes clés : les armes américaines fournies ne seraient pas utilisées pour attaquer la Russie elle-même ; et le choix de l’équipement serait conditionné par la nécessité d’éviter une guerre entre l’OTAN et la Russie. L’objectif était d’armer l’Ukraine pour qu’elle se défende contre une atteinte illégale à sa souveraineté, et non pour que l’OTAN affronte la Russie. Mais ces premières sensibilités ont pratiquement disparu en raison des attaques de la Russie contre les civils et de la diminution de l’anxiété liée à la provocation du Kremlin.

« Contrairement au début, nous sommes maintenant prêts à donner beaucoup plus de détails sur les livraisons », a déclaré une source de la défense américaine.

Par exemple, le premier envoi comprenait des systèmes de défense aérienne portables. Ce n’est que plus tard que le département d’État a confirmé qu’il s’agissait de Stinger.

« Nous étions initialement inquiets à l’idée de révéler que nous fournissions des Stinger, en raison des cicatrices laissées par la fourniture de ces armes aux Moudjahidin contre les Russes en Afghanistan », a déclaré la source de la défense.

Les frappes contre la mère patrie vont éroder davantage le soutien de l’opinion publique à la guerre

La nouvelle capacité de l’Ukraine à frapper des cibles situées au cœur de la Russie a mis les nerfs à vif à Moscou et mis à nu les promesses du président Poutine d’une guerre rapide et limitée.

Les troupes russes qui ont franchi la frontière ukrainienne en février dernier portaient des uniformes spéciaux pour le défilé de la victoire et moins d’une semaine de rations. Pourtant, malgré ses attentes d’une opération militaire rapide, Poutine sera désormais le premier dirigeant russe depuis la Seconde Guerre mondiale sous le règne duquel les ennemis ont frappé la mère patrie.

Trois soldats russes ont été tués et deux bombardiers à long rayon d’action ont été endommagés cette semaine par des drones ukrainiens présumés, notamment lors d’une attaque contre l’aérodrome d’Engels près de Saratov, à près de 650 km à l’intérieur de la Russie. Des explosions ont également touché des installations militaires à Riazan, à environ 180 km au sud de Moscou, et à Koursk, à 100 km de la frontière ukrainienne. « Il est devenu évident qu’il ne reste plus aucune installation stratégique en Russie qui puisse être considérée comme absolument sûre », a écrit Alexander Kots, un correspondant de guerre russe.

La perspective de vagues de drones ukrainiens se dirigeant vers les bases militaires russes a suscité l’inquiétude des militaires russes. « Nous ne sommes pas en mesure de contrer efficacement ces drones », a déclaré un soldat russe anonyme à la chaîne Volya Telegram. « Il y aura des raids massifs sur les bases aériennes à l’intérieur de la Russie, ainsi que sur d’autres cibles militaires et d’infrastructure. En théorie, ils peuvent même arriver jusqu’à Moscou. »

Le ministère britannique de la Défense a déclaré que le Kremlin était susceptible de considérer les attaques de drones comme faisant partie des « échecs les plus importants sur le plan stratégique » de la Russie depuis le début de la guerre. « Psychologiquement, je pense que cela porte un sérieux coup », a déclaré un responsable occidental.

Les attaques, ainsi que les revers sur le champ de bataille, semblent devoir saper davantage le soutien de l’opinion publique russe à l’invasion. Seul un Russe sur quatre souhaite que son armée continue à se battre en Ukraine, selon des sondages du Kremlin qui ont fuité. La télévision d’État a même évoqué la perspective que la Russie perde la guerre, mettant en garde contre les conséquences « catastrophiques » pour le pays si cela se produisait.

En public, Poutine et d’autres responsables du Kremlin continuent d’insister sur le fait que leur « opération militaire spéciale » sera un succès. Pourtant, en privé, on pense que le président et ses sbires ont commencé à préparer une fuite.

« L’entourage de Poutine n’a pas exclu qu’il perde la guerre, qu’il soit déchu du pouvoir et qu’il doive évacuer d’urgence quelque part », a écrit sur Telegram Abbas Gallyamov, un ancien rédacteur de discours du Kremlin devenu analyste politique. Citant un initié anonyme, Gallyamov a déclaré que le Kremlin envisageait l’Argentine ou le Venezuela comme refuges. Igor Sechin, un allié important de Poutine, superviserait le projet, dont le nom de code est « Arche de Noé. »

Source : The Times, Michael Evans, Marc Bennetts, 09-12-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 11.01.2023 à 07h18

Éclair de lucidité de Stoltenberg ? S’il veut vraiment empêcher le pire, il devrait démissionner de son poste. Le maintien de l’OTAN après 1990 est injustifiable, et son extension vers l’Est nous mène au bord de la guerre nucléaire, et ce depuis le putsch de Kiev en février 2014. En démissionnant, Stoltenberg provoquerait un choc salutaire, mais le grand public occidental est si endormi, si halluciné, si zombifié par la propagande qu’il semble incapable de se réveiller.

J’ai bien aimé le passage bouffon en fin d’article sur la fuite préparée de Poutine en Amérique du Sud. J’y crois dur comme fer. Le Taïms fait partie de la Grande Presse anglo-saxonne de Référence, qui s’appuie sur des « initiés anonymes ».

60 réactions et commentaires

  • Fritz // 11.01.2023 à 07h18

    Éclair de lucidité de Stoltenberg ? S’il veut vraiment empêcher le pire, il devrait démissionner de son poste. Le maintien de l’OTAN après 1990 est injustifiable, et son extension vers l’Est nous mène au bord de la guerre nucléaire, et ce depuis le putsch de Kiev en février 2014. En démissionnant, Stoltenberg provoquerait un choc salutaire, mais le grand public occidental est si endormi, si halluciné, si zombifié par la propagande qu’il semble incapable de se réveiller.

    J’ai bien aimé le passage bouffon en fin d’article sur la fuite préparée de Poutine en Amérique du Sud. J’y crois dur comme fer. Le Taïms fait partie de la Grande Presse anglo-saxonne de Référence, qui s’appuie sur des « initiés anonymes ».

      +85

    Alerter
    • POPOV // 11.01.2023 à 09h08

      J’y vois plutôt un éclair de déni, faculté tout à fait concevable chez M. Stoltenberg. Depuis bientôt 9 ans, l’OTAN suréquipe et entraîne l’Ukraine pour se battre contre la Russie, jusqu’au dernier ukrainien, et on y arrive…
      La chose à ne pas oublier dans ce conflit est son origine, à savoir, un putsch qui n’a pas été accepté par la totalité de la population. D’où une guerre civile soutenue d’un côté par la Russie et de l’autre par l’OTAN. On était en 2014.
      La Russie a relevé le défi voici 11 mois, il semble que l’OTAN hésite d’aller jusqu’au bout….

        +37

      Alerter
    • UBU_53 // 11.01.2023 à 09h15

      Fritz, je crains fort que ce ne soit pas le dernier exploit américain que cette guerre en Ukraine, une guerre Américano-Russe sur un territoire tiers
      Après il y aura une bonne petite guerre contre la Chine mais le territoire de ce confit reste encore à définir
      Avec un petit entrainement au Kosovo afin de garder la forme
      Pour la guerre contre la Chine je me demande bien quel est le motif qui entrainera la si géniale OTAN à y participer
      Ne pas oublier que la victoire de 1945 n’aurait pas eu lieu si la Russie n’avait pas défait l’Allemagne
      USA vous avez dit: « paix » ???? « démocratie » ????? à coups de canon !!!!!

        +36

      Alerter
      • petitjean // 11.01.2023 à 15h07

        c’est bien l’armée russe, au prix de sacrifices immenses, qui a détruit la machine de guerre allemande !
        Comparer les effectifs engagés et les pertes sur les fronts est et ouest, c’est tout à fait édifiant

        mais il semble qu’il ne faille pas le dire………………

          +26

        Alerter
      • step // 11.01.2023 à 23h43

        « Après il y aura une bonne petite guerre contre la Chine mais le territoire de ce confit reste encore à définir »… Taiwan ?

          +3

        Alerter
  • konrad // 11.01.2023 à 08h07

    Bonjour,

    J’ai bien peur qu’au fond de lui, cet homme, par je ne sais quel affect refoulé, désire la guerre.
    Il y en a un certain nombre comme lui, à la fois influents et visibles médiatiquement, qui penchent vers la confrontation. Tenant un discours de prévention pervers, il attise les braises de l’incendie.
    Tous les signes de l’escalade s’amoncellent tels de sombres nuages annonçant un brutal orage.
    Nous assistons, impuissants et pétrifiés, à l’inéluctable marche vers l’abyme.
    Je ne suis pas rassuré pour les mois et années qui viennent, c’est pourquoi je me mets au mode de vie Amish vanté par le président. 😉

      +18

    Alerter
    • Danton // 11.01.2023 à 09h44

      De quel homme parlez vous en fait? Biden? Macron? Scholtz? Kagan? Merci

        +4

      Alerter
      • konrad // 11.01.2023 à 14h42

        En premier lieu de Stoltenberg, ensuite la liste est longue, un peu partout…

          +4

        Alerter
    • john // 11.01.2023 à 20h27

      A lire la pièce de Jean Giraudoux : La guerre de Troie n’aura pas lieu.
      Chef d’oeuvre qui illustre le cynisme des élites (corrompues) au détriment de la multitude….
      Rien n’a changé depuis lors.

        +6

      Alerter
  • Urko // 11.01.2023 à 08h09

    L’histoire fourmille de va-t-en-guerre persuadés qu’ils pourront contrôler les conséquences de ce qu’ils veulent déclencher. Poutine en fait partie (en tous cas, il a recours à cet expédient, qu’il ait hésité ou pas à l’employer, qu’il le fasse en situation défensive ou non de son point de vue), mais l’Amérique semble pour sa part structurellement organisée pour que ses va-t-en-guerre lui imposent leurs volontés. Il y a déjà eu des états guerriers presque par construction : Rome, qui sous les raffinements de ses infrastructures a jonché son parcours de cadavres dans des proportions effarantes et que le grand public ignore souvent, les empires issus de la steppe mongole, la Prusse plus près de nous, l’Amérique aujourd’hui. Espérons qu’il ne s’agisse que d’une phase transitoire, mais combinée à des moyens militaires sans équivalent, elle dure depuis maintenant longtemps sans que les conflits au Vietnam, en Irak etc n’aient calmé cette frange des élites américaines qui voit dans la guerre un outil à utiliser souvent, et souvent en préventif. Il faudrait que l’Amérique s’assagisse. Mais peut elle admettre que personne sur terre ni dans le Ciel ne lui a jamais confié la moindre mission pour la planète ? L’Amérique entend des voix… Ça arrange une partie de sa population de feindre d’y croire, mais il y a aussi une part d’auto intoxication collective de la société américaine. Ça devient très dangereux. Pour tout le monde.

      +34

    Alerter
    • John // 11.01.2023 à 20h30

      Aussi longtemps que le système électoral US ne changera pas, les élites élues seront favorables aux marchands de canons !

        +3

      Alerter
    • Recits d’Yves // 12.01.2023 à 19h37

      « L’Amérique entend des voix… Ça arrange une partie de sa population de feindre d’y croire, mais il y a aussi une part d’auto intoxication collective de la société américaine.  »

      L’Amérique n’entends pas des voix, elle produit ces voix qu’elle dit ensuite entendre pour justifier ses invasions et autres « opérations militaires spéciales » (cf: les armes de destruction massives de Saddam).

        +5

      Alerter
  • antoniob // 11.01.2023 à 08h40

    Je ne sais pas si l’équipe d’Olivier Berruyer réalise qu’ils mettent là sans mise en contexte ce qui est un article du Times de psyop qui brode à partir du fait anecdotique d’une paire de drones sur Koursk.
    Masquer ainsi le problème des frappes russes sur les infrastructures est tragique.
    En effet les américains expédient un drone sur une base à Koursk, puis les russes une salve de dizaines de missiles sur l’Ukraine et c’est la Russie qui a un problème?
    Avec deux avions de ligne Ben Laden pour rappel avait endommagé le Pentagone et détruit le World Trade Center à New York en 2011. Ça c’était un brin plus remarquable mais aussi n’a pas détruit les Etats-Unis.
    Vers la fin la partie sur un plan d’évacuation au Vénézuéla d’un Poutine en fuite est hilarant. Plus tôt cette année la presse anglaise publiait que Poutine était mort, c’est trois sosies à la place…

    Les deux articles, au sujet de Stoltenberg et le conte de fée du Times sont contradictoires entre eux du reste: les propos plus récents de Stoltenberg indiquent que l’OTAN escaladera la guerre en cas d’affaiblissement ukrainien, ce qui correspond au niveau de difficulté à tenir de ceux-ci du côté d’Artiomovsk/Bakhmout. C’est aussi pouquoi il y a eu annonces de livraison de plus d’armes encore.
    Etape suivante: zone d’exclusion aérienne ou frappes ballistiques américaines sur le Donbass? Et ripostes….

      +14

    Alerter
    • POPOV // 11.01.2023 à 13h38

      Le premier article a été écrit un mois avant l’effondrement actuel du front au profit de la Russie.
      M. Stoltenberg nous laissait déjà comprendre qu’il y a eu une erreur d’appréciation sur la résilience ukrainienne. Et comme l’OTAN est avant tout une grosse administration où règne le carriérisme, il y aura un paquet de réunions pour recadrer les objectifs dans un nouvel environnement plutôt défavorable.
      Ensuite, les chefs d’État des l’OTAN décideront des initiatives à prendre. Que pèsera l’avis du fonctionnaire Stoltenberg face à celui des militaires (les vrais pas ceux qui passent sur LCI) ?
      On apprécie déjà le niveau des nouvelles livraisons d’armes à l’Ukraine, tout juste bon à faire croire que l’occident est un partenaire fiable et solide. Donc, on est encore très loin d’une guerre totale. Le seul risque d’un accroissement majeur du conflit serait que M. Biden appuie sur le bouton rouge lors d’un de ses nombreux états d’égarement…
      Sinon, le second article résume bien la situation : La Russie est toujours en train de perdre ce conflit… Le principal, c’est d’y croire.

        +11

      Alerter
  • Gleux // 11.01.2023 à 09h17

    «Les responsables russes ont clairement indiqué qu’ils pensaient se battre contre l’OTAN en Ukraine.»
    Ce n’est pas seulement les russes, les ukrainiens sont d’accord. Ils l’ont affirmé par la voix d’Oleksii Reznikov (ministre de la défense d’Ukraine) :
    « Au sommet de l’OTAN à Madrid » en juin 2022, « il a été clairement délimité qu’au cours de la prochaine décennie, la principale menace pour l’alliance serait la Fédération de Russie. Aujourd’hui, l’Ukraine élimine cette menace. Nous accomplissons aujourd’hui la mission de l’OTAN. Ils ne versent pas leur sang. Nous versons le nôtre. C’est pourquoi ils sont tenus de nous fournir des armes ». cela a été dit lors d’une interview à une télé ukrainienne

      +14

    Alerter
  • La main du Kremlin // 11.01.2023 à 09h20

    Ils ont tout fait pour , je comprend leur déception actuelle , l’OTAN doit relancer son effort de guerre !
    Vous n’avez pas idées de toutes les ressources contenues dans le sous sol Russe
    Nos magnifiques démocraties se doivent d’accaparer toutes ces richesses dont les peuples moins politiquement édéniques font un mauvais usage , c’est une évidence pour tout humaniste de l ‘école philosophique atlantiste !
    Jens Stoltenberg ESPERE que les choses VONT tourner « horriblement « mal » ,enfin bien , pour nos complexes militaro industriels et on le comprend , ca s’appelle le bien. »

      +25

    Alerter
  • Danton // 11.01.2023 à 09h39

    On récapitule:
    L’Ukraine n’a plus de complexe militaro industriel
    L’Ukraine n’a plus de matériel militaire
    L’Ukraine n’a plus d’économie
    L’OTAN, dont la France, fournit des mds à l’Ukraine pour survivre
    L’OTAN, dont la France, fournit L’INTÉGRALITÉ de son équipement militaire à l’Ukraine.
    L’OTAN, dont la France, forme les soldats ukrainiens
    L’OTAN, dont la France, fournit des cadres et services spéciaux sur le terrain pour encadrer et soutenir les Ukrainiens
    L’OTAN, dont la France participe a la guerre en désignant les cibles russes par tout son système ISR,
    L’OTAN, dont la France fournit des soldats et officiers « mis en disponibilité » pour servir les équipements complexes sur le terrain.
    L’OTAN, dont la France fournit complaisement des mercenaires par dizaines de milliers aux Ukrainiens.
    L’OTAN, dont la France a volé 300 mds de dollars d’argent russe.
    L’OTAN tente d’affaiblir l’état russe par une guerre diplomatique, économique et financière.
    En quoi l’OTAN n’est il pas bélligérant?
    Y a-t-il encore des adultes parmis les gens qui conseillent nos dirigeants?

      +55

    Alerter
    • vert-de-taire // 11.01.2023 à 09h54

      *** Y a-t-il encore des adultes parmis les gens qui conseillent nos dirigeants? ***

      Ce sont des malades mentaux (= irresponsables) parfaitement conditionnés par des salopards.

      C’est la répétition de l’histoire du capitalisme.
      On a vu les mêmes causes pour les mêmes effets depuis un siècle (et plus).

      Mais c’est notre choix de maintenir ce régime avec ses marionnettes et son Spectacle.
      Alors, nous les gueux, serons une fois de plus sacrifiés pour leur folie de domination totale (reste d’animalité de prédateurs).

      La veulerie le dispute à la bêtise, baignant dans une ingénierie sociale de plus en plus fine et massive.

        +16

      Alerter
    • alain maronani // 11.01.2023 à 14h11

      L’OTAN, dont la France fournit des soldats et officiers « mis en disponibilité » pour servir les équipements complexes sur le terrain.
      L’OTAN, dont la France fournit complaisement des mercenaires par dizaines de milliers aux Ukrainiens.

      Des dizaines de milliers..des soldats et officiers en disponibilité..

      Vous avez des sources..Il y a une brigade internationale dans laquelle se trouve des russes, des bielorusses, des georgiens, des américains, des français, des italiens, des japonais, etc, un maximum de 5000 hommes, des volontaires et rien d’autre.

      La saisie des avoirs russes a été effectué par les banques centrales des pays dans lesquels la Banque Centrale russe avait déposé des fonds, pas par l’OTAN.

        +4

      Alerter
      • Danton // 11.01.2023 à 17h47

        Vous avez des sources pour vos nombres de soldats de la LVF, pardon, de la brigade internationale ?
        Et vos jésuiteries à propos de l’OTAN et des pays composant l’OTAN me rappelle un fameux épidode de Kaamelott où Merlin triomphant fait le distinguo entre un clafoutis et une part de clafoutis.
        Ça devient si dur de trouver des arguments?
        Quel mérite.

          +18

        Alerter
  • RIVIÈRE // 11.01.2023 à 09h41

    Tout est dit et nous n’en sommes nullement surpris…. L’objectif initial de l’OTAN et donc des US, c’est une guerre totale contre la Russie…
    Rien de neuf à l’horizon….

      +21

    Alerter
  • vert-de-taire // 11.01.2023 à 09h46

    En résumé de cette nouvelle bouffonnerie de marionnettes, nos cerveaux atrophiés sont ainsi parfaitement conditionnés pour trouver vraisemblable ET, subtil détail de stratèges et de préméditation, parfaitement légitime, que la Russie agresse un pays de l’OTAN.
    Ce message semble important car il est répété depuis le début de la guerre …

    Dit autrement, les mafieux étatsuniens ont préparé une fausse attaque de la Russie (et ou une réaction russe aux provocations insupportables) et ses répliques cataclysmiques ainsi déclenchées, pour réduire la population mondiale parasitaire (vitrifier une bonne partie des villes) sans paraître responsables. Selon une stratégie qui n’a jamais failli. Ils ont trouvé une réponse à la crise terminale du capitalisme, le chaos sert toujours les puissants.

      +8

    Alerter
    • POPOV // 11.01.2023 à 10h28

      Le grand dilemme de l’OTAN est de savoir :
      – quels seraient les membres qui ne suivent pas ?
      – combien de têtes nucléaires la Russie est prête à envoyer ?
      – quelles seraient les cibles principales des missiles russes?
      – quelle riposte envisager sans provoquer d’escalade (fatale)?
      – que faire ensuite de la Russie si cette dernière est totalement vitrifiée ?
      – peut-on ne pas perdre (nous l’OTAN) ?
      – quelle est la prochaine priorité entre la Chine, l’Iran et les traîtres éventuels ?
      – …

        +4

      Alerter
      • Danton // 11.01.2023 à 10h41

        Ne jamais oublier: mon cousin plutot que mon pote. Mon frére plutôt que mon cousin. Ma femme plutôt que mon frére et mon fils plutôt que ma femme.
        C’est pareil, l’OTAN n’existe pas. Ce n’est qu’une suite de matriochka, des couches successives qui protégent le seul vrai noyaux: les USA.
        Donc, les USA sacrifient les Ukrainiens sans aucun scrupule. Ils sacrifient aussi les économies européennes. S’il faut que ça saigne, ils sacrifieront, dans l’ordre:
        – les Baltes et Polonais
        – Les Roumains, Slovaques, Tchèques ( les Hongroid ont compris et sortent du jeu)
        -les continentaux de l’Ouest
        -les Britanniques
        Les Russes sachant que s’ils frappent les USA, il n’y aura plus rien à négocier…

          +18

        Alerter
  • petitjean // 11.01.2023 à 09h47

    Quand va-t-on se débarrasser du fanatisme américain ? Quand va-t-on se débarrasser de ces criminels ?

    Mais de quel droit veulent-ils contrôler le monde ? Ces tarés sont en guerre depuis leur naissance et ont commencé par exterminer les premiers habitants, c’est à dire les amérindiens !

    Faudra-t-il rayer les USA de la carte pour avoir enfin la paix dans ce monde ? Je vais finir par le souhaiter !………….

      +37

    Alerter
    • vert-de-taire // 11.01.2023 à 10h11

      **** Faudra-t-il rayer les USA de la carte pour avoir enfin la paix dans ce monde ? Je vais finir par le souhaiter !…………. ****

      Question légitime que posait déjà Anatole France il y a plus d’un siècle.

      Et que « nous » avons été incapables de traiter malgré son importance sur nos vies.
      Pas un seul grand parti n’a su ou pu aborder ce tout petit problème qui pourrit la vie de toute l’humanité depuis plus d’un siècle.

      À la défense de cette mafia états-unienne, elle ne fait que reproduire ce que faisaient les empires capitalistes de la vieille Europe. Terroriser, corrompre, massacrer pour piller et se gaver.
      Les guerres, mondiales ou non, ne servent QUE des actionnaires.
      Le capitalisme est la plaie du monde. Un succès dévastateur .. de tout.
      Mais que nous cautionnons. Alors on en crève.

        +18

      Alerter
    • Danton // 11.01.2023 à 10h43

      Les USA ont le dos large…
      Ils sont loin d’être seuls dans cette mégalomanie civilisationnelle. Leurs zelateurs sont innombrables en France même. Et trés puissants.

        +8

      Alerter
      • Anatole // 11.01.2023 à 11h44

        Les USA sont le nom du dernier rêve occidental, les somnambules s’y raccrochent comme à une bouée gonflée au gaz de schiste, qui finira par leur péter à la gueule.

          +13

        Alerter
  • Lt Briggs // 11.01.2023 à 10h32

    « Stoltenberg a déclaré qu’il comprenait pourquoi certaines personnes en Europe en avaient assez de soutenir l’Ukraine, confrontées à la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Mais le chef de l’OTAN a affirmé que la « paix et la liberté » du continent seraient menacées en cas de victoire de Poutine en Ukraine »

    La seule chose qui serait menacée, c’est le système de domination américaine.
    Puisque les États-Unis ont donné le feu vert aux Ukrainiens pour frapper le territoire russe en profondeur avec les armes occidentales livrées, je pense que l’équipe actuelle à Moscou va prochainement être remplacée par des durs. Non pas que Poutine soit un mou, mais une guerre totale n’entre sans doute pas dans son logiciel de pensée.
    Quoi qu’il en soit, je ne vois pas de paix à l’horizon. La Russie s’est condamnée à gagner ou à disparaître en tant que grande puissance et les Américains sont certains que la Russie va opter pour une désescalade s’ils frappent toujours plus fort sur les Russes par Ukrainiens interposés.

      +8

    Alerter
    • Fritz // 11.01.2023 à 12h26

      Ce qui est amusant, c’est que Stoltenberg énonce quasiment le contraire de la vérité. C’est une défaite russe en Ukraine qui condamnerait définitivement ce qui reste de paix et de liberté, en Europe et dans le monde.

        +8

      Alerter
      • alain maronani // 11.01.2023 à 14h56

        Une défaite russe en Ukraine ? Quel changement de ton de votre part !!! Une remarque réaliste et en fait il ne s’agit pas de la Russie mais de la Fédération et des pays qui lui sont plus ou moins lié..On peut se demander ce que fait la Bielorussie dans ce bourbier, un bélligérant direct qui acceuille des bases aériennes utilisées pour bombarder l’Ukraine…mais j’imagine que vous êtes d’accord comme vous le serez si finalement ce pays participe ou supporte une offensive vers Kiev au printemps…

        Connaissant la vétusté de l’armée biélorusse je m’attends à un vrai massacre…

          +4

        Alerter
        • Pseudonyme // 12.01.2023 à 12h20

          En attendant, le véritable massacre, c’est du côté ukrainien qu’il se réalise massivement, et si la Biélorussie intervient il ne restera que des miettes à balayer.

          La lectures des médias occidentaux est très mauvais pour le psychisme, car risque de dissonance cognitive.

            +10

          Alerter
    • Guy Gadebois // 11.01.2023 à 18h05

      Il n’y a pour le moment aucune armes occidentales livrées à l’Ukraine capables frapper en profondeur la Russie.
      Vous allez un peu vite en besogne.

        +3

      Alerter
      • Lt Briggs // 11.01.2023 à 18h37

        @Guy Gadebois

        Oui mais voyez des phrases comme par exemple celle-ci :
        « Dans le cadre de ces contraintes limitées fixées par le Pentagone, Kiev adopte désormais une offensive plus agressive et plus persistante contre des cibles à l’intérieur de la Russie. L’Ukraine a pris soin d’utiliser ses propres drones, et non des armes fournies par les États-Unis, pour effectuer les frappes. »

        Comment interprétez-vous cette sémantique ? Jamais les Ukrainiens n’oseraient frapper à des centaines de kilomètres à l’intérieur de la Russie sans le feu vert des Américains. Une guerre de drones n’a-t-elle pas des chances de déraper en guerre aérienne en bonne et due forme ?
        Ces attaques en profondeur risquent fort d’accélérer les choses, et dans le mauvais sens. La guerre touche la population civile russe, qui ne se sentira à l’abri nulle part sur son territoire. C’est la première fois dans l’Histoire qu’une puissance nucléaire est frappée sur son propre sol par l’armée d’un pays ennemi. Mais puisqu’il paraît que Washington œuvre de tout son cœur pour la paix dans le monde, rien d’inquiétant là-dedans…

          +2

        Alerter
        • Guy Gadebois // 11.01.2023 à 21h29

          Pour œuvrer dans la paix dans le monde on ne bombarde pas ni envahi son voisin, je ne sais pas ou vous avez vu ça sur les US, si ils pronaient la paix dans le monde ça se saurait.
          Je ne connais pas la suite des evenements, peut être que les Ukrainiens obtiendrons ces fameux ATACM Leur portée est de 300KM, par contre j’ai des sérieux doute sur le fait que les occidentaux fournissent des missiles balistiques., quand aux avions n’y pensez même pas, trop vulnérables
          Sinon je relevais juste que votre phrase: « Puisque les États-Unis ont donné le feu vert aux Ukrainiens pour frapper le territoire russe en profondeur avec les armes occidentales livrées » est fausse.
          Erreur ou mensonge délibéré, je m’interroge..

            +3

          Alerter
          • Lt Briggs // 11.01.2023 à 22h23

            Non c’est une erreur de ma part. Ils ne les ont pas encore livrés mais on y est presque. Je ne connais pas plus la suite des événements que vous, mais l’article du Times est une compilation de déclarations de hauts (ir)responsables, du Pentagone et autres, qui font pression pour la livraison d’armes de longue portée à l’Ukraine.

            « si ils pronaient la paix dans le monde ça se saurait »

            Et c’est vous qui m’accusez d’être de mauvaise foi ? Les Américains justifient toutes leurs actions à travers le monde au nom de la paix et du bien. Ça, ça les regarde. Mais d’une part, c’est la dernière nation au monde à pouvoir donner des leçons aux autres, et d’autre part les déclarations des dirigeants de Washington sont diffusées et répétées par les grands médias occidentaux sans aucune critique ni recul. C’est une vision occidentalo-centrée à outrance. C’est un gros problème à l’échelle de la planète, et c’est une des raisons d’être de ce blog, d’ailleurs.

              +6

            Alerter
    • Recits d’Yves // 12.01.2023 à 19h19

      « Puisque les États-Unis ont donné le feu vert aux Ukrainiens pour frapper le territoire russe en profondeur avec les armes occidentales livrées, je pense que l’équipe actuelle à Moscou va prochainement être remplacée par des durs.  »

      Le général Valéry Guérassimov remplace Sergueï Sourovikine (qui deviendrait adjoint avec d’autres officiers supérieurs russes) à la tête de la « force spéciale en Ukraine ».

      Cela signifie que le conflit s’agrandit en taille mais aussi en type et que des composantes russes comme l’armée de l’Air seraient sans doute plus impliqués qu’actuellement.
      C’est, je crois, une conséquence directe du choix par Poutine de nommer ce conflit en guerre en décembre. Reste à savoir contre qui cette guerre sera menée.

      La France aurait pu (dû) être le médiateur occidental que les Russes appréciaient.

        +2

      Alerter
  • Spectre // 11.01.2023 à 10h34

    Les fameuses sources anonymes. Qui savent elles.

    Me rappelle les « Nous allons détruire l’économie russe cela est une question de jours (voir d’heures ils avaient dit) Mars 2022….

    Ou encore les Belingcat qui nous disaient pareil en Mars 2022, que la Russie n’avait plus de munition de missiles, de chars, de nourriture, d’essence, d’homme etc etc …

    Ou depuis 3 mois le fait que les russes achètent des machine à laver et des laves vaisselles pour récupérer l’électronique et faire des armes avec…

    Bref je pense que cela est un concours en fait.

    Le gorafi a du soucis à s faire !!!

      +18

    Alerter
  • Jean-Charles // 11.01.2023 à 11h56

    Il y a mille moyens de faire sortir l’ours de sa caverne mais, personne n’en connait un pour le faire rentrer …
    Entretemps, le monde se bi-polarise et s’organise pour la défense de leurs intérêts communs dans le respect mutuel. La couverture de l’ensemble des transactions mondiales par le $, crée sans contre-partie, va baisser.
    Les vats en guerre pour défendre leurs intérêts, sur le dos de la population ukrainienne, prendront-ils le risque d’étendre le conflit à la Russie alimentant ainsi les motivations de créer un nouvel ordre mondial ?
    Quelle détermination de l’UE avec sa population pour l’escalade du conflit ?

      +2

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 11.01.2023 à 15h28

      « l’UE avec sa population » n’existe pas.
      Non seulement cette institution politique est désunie (n’a aucune détermination propre et commune dans quelque domaine que ce soit) en ce qui concerne les Nations qui la composent « sur le papier », mais aussi au niveau des populations qui habitent chacune d’elles.
      L’échec du « projet européen »(présenté au départ comme un projet de prospérité par la paix, conçu après les désastres de la seconde guerre mondiale pour réduire les risques de conflits armés sur le continent Europe) fut sans aucun doute savamment orchestré par le projet du système économique mondialiste de domination et d’exploitation sans limites des « ressources » terrestres(y compris humaines), cet impérialisme qui ne peut se perpétrer que par la division, par la compétition et les affrontements armés.
      C’est contre cet impérialisme (« le grand marché »,pas seulement US!)que les populations opprimées du monde entier doivent s’unir, principalement en refusant de se laisser enrégimenter par la « pensée unique » du profit à tout prix (dissimulée sous les diverses idéologies) qui les dresse les un-e-s contre les autres.
      « Lorsque l’humanité sera enfin sage,
      nous passerons de la compétition dans l’individualisme
      à l’individualité dans la coopération. »
      Colette Magny en 1963 (chanteuse française révolutionnaire)
      Il est plus que temps de promouvoir la sagesse(et non pas la « normalité ») pour faire entendre raison à la folie mégalomaniaque des « dirigeant-e-s » et de leurs sbires.

        +10

      Alerter
  • Le Vieux // 11.01.2023 à 13h37

    Aucun danger de guerre : le mot « guerre » a été supprimé du dictionnaire constitutionel lors du dépoussièrage de « notre » constitution sous Sarkozy 1er en 2008. Sans référendum des sans dents, cela va de soit. La France ne peut plus déclarer la guerre : Par contre le gouvernement peut décider (sans aucun vote) de déclancher une « intervention extérieure ». Aucun gouvernement depuis n’a jugé bon de revenir sur ce dépoussièrage. Pax maçonica eaterna !

      +5

    Alerter
  • Savonarole // 11.01.2023 à 14h56

    Il y a deux gateux qui ont été en pellerinage pour voir la vierge de Kiev hier , ils ont dit que les US devaient continuer la croisade en Ukraine jusqu’à la mort de Poutine pour éviter « la contagion » du conflit.
    Ca ose tout les senateurs Americains , et c’est aussi à ça qu’on les reconnaît. Ils auront l’air con si c’est un encore plus trop trop mechant qui succède à VVP. Mais ça ils ont l’habitude … d’avoir l’air con j’entends.
    Tiens pendant qu’on parle de gros cons, l’abjecte Bolton s’est pronnoncé pour une exclusion de la Turquie de l’OTAN sur les conditions d’adhesion de la Suède et de la Finlande. Ben vas-y John , prive toi de ton plus gros contingent après les USA tout en poussant l’alliance à la guerre : les résultats seront à la hauteur :).
    Bref , ce conflit ne manque pas de déclarations de merde , pas la peine de paniquer dès qu’un illuminé vous prêche la fin du monde en sonnant le gong.

      +14

    Alerter
  • RV // 11.01.2023 à 14h57

    « Mais lorsqu’ils utilisent les armes que nous avons fournies, la seule chose sur laquelle nous insistons est que les militaires ukrainiens se conforment aux lois internationales de la guerre et aux conventions de Genève. »
    Au vu des nombreux et incessants bombardements sur Donetsk l’armée ukrainienne ne semble pas réceptive aux « insistances » de leur principal fournisseur.

      +15

    Alerter
  • Dominique65 // 11.01.2023 à 15h53

    « Nous utilisons toujours les mêmes calculs d’escalade, mais la peur de l’escalade a changé depuis le début […] C’est différent maintenant. C’est parce que le calcul de la guerre a changé en raison de la souffrance et de la brutalité que les Ukrainiens subissent de la part des Russes. » […] Auparavant, le Pentagone était plus réticent à ce que l’Ukraine attaque la Russie, car il craignait que le Kremlin ne riposte soit avec des armes nucléaires tactiques, soit en ciblant les pays voisins de l’OTAN. »
    Voilà donc l’avis du Pentagone : Il est plus brutal de se battre en utilisant l’artillerie ( usage que fait l’autre partie) que de balancer des armes nucléaires tactiques, c’est davantage une escalade.
    Un peu orwellien, non ?

      +1

    Alerter
  • Guy Gadebois // 11.01.2023 à 18h01

    Au risque de contrarier certains, il n’y a aucun risque que la Russie s’attaque à un pays de l’OTAN.
    La Russie pour l’instant est incapable d’avoir une victoire décisive en Ukraine qui se défend brillamment aidé par une poignée de système d’artillerie moderne, du matériel vieillissant occidental ou du vieux matos soviétique fournis par l’OTAN.
    La Russie n’est même pas capable de faire voler ses avions au dessus de l’Ukraine, elle est incapable de se protéger des raids de drones Ukrainiens, pourquoi prendrait elle le risque de provoquer une puissance militaire comme l’OTAN avec sa force de frappe qui est nettement supérieure à elle ?
    Et ne parlez pas de frappe nucléaire cela signerait l’arrêt de mort de la moitié de la planete, je ne pense pas que cela soit un objectif de la Russie.
    Bien evidement la Russie ne combat pas l’OTAN en Ukraine elle combat les Ukrainiens, au Viet Nam les US ne combattaient pas la Russie ou la Chine à ce que je sache.

    PS : dans l’article il y a une photo avec en legende : « drone russe », ce drone est bien envoyé par la Russie mais il est fourni par l’Iran, preuve que la puissance militaire russe a atteint ses limites.

      +5

    Alerter
    • Lt Briggs // 11.01.2023 à 18h51

      « Bien evidement la Russie ne combat pas l’OTAN en Ukraine elle combat les Ukrainiens, au Viet Nam les US ne combattaient pas la Russie ou la Chine à ce que je sache »

      J’espère quand même que vous êtes au courant que les Américains sont intervenus au Vietnam dans le cadre de la Théorie des dominos… Ils voulaient contrer l’expansion du communisme à travers le monde. La Russie, en intervenant en Ukraine, entend contrer l’extension de l’OTAN vers l’est depuis la chute du mur.
      Aujourd’hui on glose sur les subtilités de langage adoptées par Poutine avec son « opération spéciale ». Savez-vous que les Américains n’ont jamais déclaré la guerre au Nord-Vietnam, malgré les centaines de milliers de « boys » envoyés se battre dans les rizières et malgré les plus de 7 millions de tonnes de bombes larguées sur le sud et le nord Vietnam ainsi que sur le Laos et le Cambodge ?

        +7

      Alerter
      • Guy Gadebois // 11.01.2023 à 19h08

        Je connais tres bien l’histoire merci.
        Lors de la guerre du Viet Nam on ne parlait pas de guerre contre la Russie ou la Chine.
        les US combattaient contre les Viet Congs et l’armée du nord Viet Nam qui étaient alimentés en armes par la Chine et la Russie.
        C’est exactement le même cas de figure en Ukraine, le raccourci de déclarer que la Russie combat l’OTAN en Ukraine est donc inexacte.
        Ce n’est qu’un élément de langage de la propagande Russe

          +4

        Alerter
        • Lt Briggs // 11.01.2023 à 20h51

           » Lors de la guerre du Viet Nam on ne parlait pas de guerre contre la Russie ou la Chine »

          C’est pourtant la seule raison qui a poussé les Américains à s’y investir toujours plus. Ils ne se sont pas battus pour contrôler le marché du riz, mais bien contre des forces communistes certes méfiantes entre elles mais qui se sont complétées. Les uns fournissaient la chair à canon (les Vietnamiens), les autres le matériel, les fonds, etc. Dans le cas de la guerre en Ukraine, c’est la même chose. Les Russes font face à des forces de l’OTAN qui participent chacune avec ses moyens : humains (Ukrainiens principalement), armements, renseignement, etc. Les Ukrainiens ont table ouverte dans les arsenaux de l’OTAN.
          La logique est exactement la même : une lutte d’influence entre deux puissances.
          Sur les origines du conflit, ce qui est une autre question, on peut dire que les Américains n’avaient rien à faire au Vietnam, d’autant plus qu’ils ont sciemment saboté le scrutin de réunification du Vietnam prévu en 1956 car une victoire communiste était alors probable. Le doigt était mis dans l’engrenage.
          Dans le cas de l’Ukraine, les Américains n’ont pas su créer après 1989 les conditions d’une normalisation des relations avec les Russes, ni d’ailleurs avec le reste du monde : guerre d’Afghanistan, guerre en Irak, etc. Résultat, ils ne sont suivis que par leurs alliés traditionnels et quelques obligés qu’on a dû aller chercher par la main.

            +7

          Alerter
          • Guy Gadebois // 11.01.2023 à 21h17

            Sauf que la Russie et la Chine n’ont pas été accusé de cobelligérance, les US n’ont jamais menacé de frapper le territoire russe ou chinois en représailles d’avoir fourni des armes aux Viet Congs.
            Il faut être aveugle pour ne pas voir avec l’agression russe en Ukraine une lutte d’influence entre les occidentaux et la Russie.
            Mais les faits reste les faits , l’OTAN ne combat pas physiquement en Ukraine, les menaces russes ou les propos de Stoltenberg ne sont que des attrapes gogos.
            C’est une bonne chose que vous teniez ce discours sur la guerre du Viet Nam et que vous fassiez le parallèle avec l’Ukraine.
            Les Russes n’ont donc rien à faire en Ukraine non plus, Si vous estimez que le Viet Nam avait le droit d’être allié aux puissances communiste, je ne vois pas en quoi l’Ukraine n’a pas le droit d’être allié avec l’occident.
            Quand à l’origine du conflit, vous inversez les rôles c’est bien Poutine qui à mis le doigt dans l’engrenage de la guerre et ce depuis 2014
            Et en parlant de lutte d’influence, la candidature de la Suede et de la Finlande à l’adhésion à l’OTAN ainsi que la résistance acharné de l’Ukraine ne va pas dans le sens des russes.
            j’espere que vous n’allez pas légitimé une invasion de la Finlande et de la Suede par la Russie comme vous le faites avec l’Ukraine.

              +4

            Alerter
            • Fritz // 11.01.2023 à 21h54

              « C’est bien Poutine qui a mis le doigt dans l’engrenage depuis 2014 » ?

              Ah bon ? C’est donc Poutine qui a renversé le président ukrainien Ianoukovitch ? J’ignorais que Poutine avait manipulé Pravy Sektor. Encore un de ses méfaits ?

              Et c’est Poutine qui a lancé la guerre du Donbass ? Pas précisément : après son annexion de la Crimée, il avait demandé aux citoyens de Donetsk et Lougansk de reporter leurs référendums d’autodétermination. La guerre du Donbass a été lancée le 13 avril 2014 par le pouvoir putschiste de Kiev, après la visite de John Brennan, directeur de la CIA. Mais l’offensive a fait long feu, notamment à Kramatorsk où les habitants sont descendus dans la rue barrer le passage aux blindés ukrainiens, dont les équipages semblaient peu motivés (un peu comme à Prague en 1968).

              Et cette guerre a été relancée le 22 avril 2014, juste après la visite à Kiev du vice-président états-unien, un certain… Jo Biden.

              https://www.lexpress.fr/monde/moscou-insiste-pour-que-kiev-retire-ses-troupes-de-l-est-du-pays_1510934.html

              Depuis, cette vilaine guerre du Donbass a pris les proportions que l’on sait, causant d’indicibles souffrances des deux côtés. Mais ses initiateurs Brennan et Biden sont bien au chaud, bien à l’abri.

                +15

              Alerter
            • Lt Briggs // 11.01.2023 à 22h58

              « Sauf que la Russie et la Chine n’ont pas été accusé de cobelligérance, les US n’ont jamais menacé de frapper le territoire russe ou chinois… »
              Les Américains se battaient sur un autre continent et sur des terres qu’ils n’avaient jamais possédées. La partie orientale de l’Ukraine est le berceau de la Russie, et les deux pays sont frontaliers. La Russie ne peut pas repartir, tout simplement parce que la perte de prestige entraînerait de sérieux troubles intérieurs.

              « Mais les faits reste les faits, l’OTAN ne combat pas physiquement en Ukraine »
              Évidemment. En revanche, il ne vous aura pas échappé que les actes hostiles des Américains contre la Russie sont innombrables : gel des avoirs, sanctions d’une ampleur inconnue jusqu’ici, fourniture d’équipement militaire massive… A l’heure de la guerre technologique, l’aide américaine dans le domaine du renseignement est capitale. Je ne reviens pas sur les gazoducs qui ont mystérieusement sauté. Ce doit être un coup du Suriname…

              « j’espere que vous n’allez pas légitimé une invasion de la Finlande et de la Suede par la Russie comme vous le faites avec l’Ukraine. »
              Je ne légitime rien du tout, j’essaie de comprendre. D’ailleurs, j’ai déjà eu l’occasion de dire sur ce blog que je considérais la Russie comme agresseur car elle violait de façon flagrante la charte de l’ONU. Mais vous avez tort de relayer des bobards comme quoi la Suède ou la Finlande seraient sur le point d’être envahies, quand on voit les difficultés des Russes à atteindre leurs objectifs de guerre.

                +5

              Alerter
            • Dominique65 // 12.01.2023 à 11h17

              « c’est bien Poutine qui à mis le doigt dans l’engrenage de la guerre et ce depuis 2014 »
              L’engrenage aurait dû s’arrêter après les accords de Minsk. Si Freu Merkel et (triste) Sire Hollande n’avaient pas dupé la Russie, (en utilisant en réalité cet accord pour armer l’Ukraine et la préparer à la guerre), on n’en serait pas là.

                +6

              Alerter
    • Pseudonyme // 12.01.2023 à 12h30

      « La Russie pour l’instant est incapable d’avoir une victoire décisive en Ukraine qui se défend brillamment »

      Encore faudrait-il comprendre les objectifs et la stratégie de l’armée russe. Ce n’est pas donné à tout le monde. Et encore moins si on lit ou écoute les médias occidentaux.

      Si mettre hors de combat quelques 400.000 soldats ukrainiens n’est pas une victoire décisive c’est que je ne dois rien comprendre à ce qu’est une guerre d’attrition.

        +8

      Alerter
      • Jean-Pierre // 17.01.2023 à 09h02

        « Encore faudrait-il comprendre les objectifs et la stratégie de l’armée russe. Ce n’est pas donné à tout le monde »

        Vous pensez réellement que la Russie souhaite et a intérêt à ce que la guerre dure aussi longtemps ? Vous réalisez le cout de cette opération pour les russes et pour la crédibilité de Poutine ???

        Quant aux 400 000 soldats Ukrainiens hors de combat, est -ce que vous savez combien compte l’armee Ukrainienne ? Ne vous limitez pas a répéter la propagande russe, de plus vous la répétez mal, les russes affirment accueillir 400 000 réfugiés Ukrainiens. C’est pas la même chose.

          +0

        Alerter
  • martin // 11.01.2023 à 18h15

    Soledar est encerclée, Bahmut va tomber. Derrière, une opération russe de grande envergure va suivre. Moscou aurait souhaité procéder autrement, mais l’aveuglement de Washington ne lui a pas laissé le choix. On approche de la fin de cette vilaine guerre.

    Quelle forme prendra la paix? Impossible de le dire à ce jour.

      +14

    Alerter
  • Tzvetkoff // 12.01.2023 à 03h19

    J’avais vu il y’a longtemps une prédiction qui disait que les USA auront disparus en 2050. Je sais pas pourquoi, je le sens bien. Possible que ce pays impose de l’intérieur comme via l’extérieur. Quand tu vois un gosse de 6 ans qui tire sur sa prof, quand tu vois Chicago ou la criminalité ne fait que monter malgré l’interdiction des armes, quand tu vois leurs délires sociétaux, quand tu vois leurs tronches de musée grevin, tu te dis que ce pays n’ est plus du tout celui qu’il a été et que c’est tant mieux pour l’humanité. Fatigué de ces Américains et leurs valets Européens.

      +9

    Alerter
  • Louis // 12.01.2023 à 09h57

    « une guerre totale avec la Russie est une « réelle possibilité » On pousse Le Graët à la démission pour un écart de langage, il faut aussi virer ces vats-en-guerre qui seront les premiers à se mettre à l’abri lorsque les bombes remplaceront la grêle.. Le mot Diplomatie doit s’appliquer à ce conflit maintenant si les USA veulent la guerre qu’ils la fasse eux même.. L’Europe c’est construite autour de la paix..

      +4

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 12.01.2023 à 15h50

      Oui, l’Europe s’est construite autour de la paix, mais ses fondateurs se sont (ont été…) illusionnés par l’idée de l’action magique, automatique, stabilisatrice, du Marché(du charbon et de l’acier, au départ). Donc, les aspects politique et social de la consolidation de son « union » furent négligés, au profit des grands trusts commerciaux et financiers internationaux.
      Étant donné sa volonté démocratique affichée, c’est aux citoyen-ne-s de le rappeler à leurs représentant-e-s/élu-e-s(du Parlement-le lieu où l’on se parle pour éviter de se battre, particularité la plus humaine qui soit)
      -d’abord en s’opposant en masse à cette « alliance atlantique » obsolète, injustifiée et faussement sécurisante concrétisée dans l’OTAN: voir le Comité de Surveillance Otan:
      http://www.csotan.org
      -tout en proposant et exigeant une révision des Institutions européennes en rapport avec les défis du moment
      -et en instruisant intensivement(vu le déficit accumulé) toutes les générations de leur responsabilité.
      Car la démocratie ne peut exister sans la participation des populations correctement informées à l’exercice du pouvoir.

        +3

      Alerter
  • Sylvain // 13.01.2023 à 12h35

    Le fantasme USA semble être de remplacer le président Poutine par un président plus conciliant envers les USA afin de mettre la main sur les matières premières de la Russie tout en l’affaiblissant au point où la Chine ne voit aucun intérêt à s’associer avec elle. Quitte à détruire une grande partie de l’Ukraine et des pays avoisinants. Les USA sont convaincus que Poutine ne peut rien contre eux. Le reste du monde? Des dommages acceptables comme le disait madame Madeleine Albright concernant les morts dans la population civile irakienne.

      +8

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications