Les Crises Les Crises
7.novembre.20207.11.2020 // Les Crises

Revue de presse du 07/11/2020

Merci 45
J'envoie

L’élection du président des USA ressemble à celle du pape, avec les grands électeurs en cardinaux. Le pape du capitalisme… A l’heure à laquelle nous bouclons ce billet, on ne fait que pressentir la couleur officieuse des signaux de fumée. Ceci dit, voici une revue de presse 100% sans élections américaines : Merci à nos contributeurs et bonne lecture.

ENVIRONNEMENT

Peste porcine, grippe aviaire… L’élevage industriel, source d’explosions épidémiques

"Pour le meilleur et pour le pire, la population humaine a dépassé en nombre celle de tous les grands mammifères ayant sillonné la planète. L’Homo sapiens produit des protéines pour vivre. En moyenne, il élève 70 milliards d’animaux par an. Trois fois plus qu’il y a trente ans. Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avions élevé autant de bêtes. Ces animaux sont de plus en plus frappés par les virus infectieux. Quels genres de virus ? Des petits, des gros, des moyens, des résistants et des moins résistants. Certaines maladies anciennes émergent à nouveau sous une forme radicalement nouvelle et des maladies inconnues jusqu’alors se diffusent d’une façon fulgurante. Les chèvres connaissent des épisodes sans précédent de la fièvre Q, les poulets affrontent des sous-types hautement pathogènes de la grippe aviaire, les moutons contractent la maladie « de la langue bleue »."

Source : REPORTERRE

FRANCE

Le budget de la DGSE annoncé en forte hausse pour 2021

"Alors qu’ils ont été en hausse constante depuis maintenant une dizaine d’années, les moyens de la DGSE devraient de nouveau connaître une augmentation significative si le projet de loi de finances initiale pour 2021 est adopté en l’état par le Parlement. En effet, selon le rapport pour avis sur les crédits alloués au programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense », publié par le député Fabien Gouttefarde, le budget de la DGSE pour 2021 est « marqué par une hausse très substantielle de la ressource en AE [autorisations d’engagement], à hauteur de 310%, et une hausse moins élevée mais également importante de la ressource en CP [crédits de paiement, ndlr], à hauteur de 12,4%. » Concrètement, la DGSE pourra engager 1,5 milliard d’euros de dépenses quand ses crédits de paiement seront portés à 400 millions d’euros."

Source : Opex 360

La fausse relance ferroviaire de Macron

"Selon l’INSEE, en 1984 le fret français transportait 57,7 milliards de tonnes-kilomètres[3] contre 32 milliards de tonnes-kilomètres en 2018. De 30 % de marchandises transportées par le rail en 1984[4], la part du ferroviaire s’effondre à 18 % dix ans plus tard, jusqu’à atteindre 9 % en 2018. En 34 ans la part du ferroviaire dans le transport de marchandises diminue donc de plus de 70 %. Si dans l’ensemble de l’Europe la situation est assez inquiétante, le sort de la France est plus dramatique que celui de ses voisins."

Source : Le vent se lève

UPM ferme son usine, la France ne produira plus de papier 100% recyclé

"En fermant son usine de La Chapelle Dartblay proche de Rouen, l’entreprise finlandaise UPM enterre les capacités françaises de recyclage de papier à l’heure de la réindustrialisation et de l’écologie réfléchie. Aucun repreneur n’est pour le moment déclaré. L’usine quasi centenaire et bénéficiaire aura connu plusieurs plans de licenciements avant d’arriver à sa fermeture en juin 2021 si aucun repreneur n’est déclaré. À l’arrêt depuis le 16 juillet 2020 elle est la propriété du groupe finlandais UPM, un des dix plus grands fabricants de papier au monde qui consentirait à céder ses actifs si une offre appropriée émerge."

Source : Le Portail de l’IE

Le gouvernement continue de supprimer des lits d’hospitalisation : la carte des hôpitaux concernés

"Gouvernement et autorités sanitaires continuent de fermer des centaines de lits dans les hôpitaux, malgré la pandémie. Voici la carte des suppressions de lits à venir que nous publions en exclusivité. On aurait pu penser qu’avec la première vague du Covid qui a déferlé au printemps, les autorités sanitaires, les Agences régionales de santé (ARS), les directions des hôpitaux auraient remis en question la politique de suppression de lits d’hôpitaux qui prime depuis des années. Il n’en est rien. Au moins treize hôpitaux vont continuer de perdre des places d’hospitalisation."

Source : Bastamag

Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État

"Géant français des services à l’environnement, Veolia entend racheter son éternel rival Suez. L’affaire a provoqué un affrontement d’une rare violence qui éclaire d’un jour cru le capitalisme français de Napoléon III à Emmanuel Macron. Loin des clichés sur les excès d’un libéralisme échevelé, elle témoigne plutôt, comme celle des autoroutes naguère, de l’accaparement des ressources de l’État au profit de rentiers : des pratiques sans équivalent dans les autres pays développés."

Source : Blog du monde diplo

LIBERTÉS

Face à la haine en ligne, « l’État a confié la gestion de la liberté d’expression aux plateformes capitalistes »

"Le gouvernement ressort les dispositions de la loi Avia censés renforcer la lutte contre les contenus haineux sur internet. Ces mesures ont pourtant été censurées par le Conseil constitutionnel en juin, car elles portent atteinte à la liberté d’expression."

Source : BASTAMAG

MATIÈRES PREMIÈRES

Le pétrole à 37$ le baril, les majors empilent les dettes

"2020 est une annus horribilis pour les compagnies pétrolières et les majors accumulent des dettes abyssales. En Europe, les pétroliers et gaziers ont vu leurs capitalisations boursières chuter de 364 milliards $. Aux USA, 84 faillites ont effacé 89 milliards de $ et pourrait atteindre 100 milliards de $ avec la 2nde vague COVID. En temps normal, ces dettes sont cautionnées par les réserves pétrolières. Cependant, la probabilité de ne plus pouvoir extraire le pétrole jusqu’à la dernière goutte, inquiète l’industrie, d'autant qu'il faut aller chercher du pétrole de plus en plus cher et de moins en moins bonne qualité. Afin de continuer à alimenter en cash leurs caisses, les majors doivent offrir des dividendes quitte à s’endetter encore plus. L'équation est simple : pas de dividendes, pas d'investisseurs, donc pas de forages et surtout plus de chocolat !"

Source : 2000 Watts

RÉFLEXION

Mai 1958 : histoire d’un coup d’Etat manqué

"La publication de Bertrand Renouvin le 12 octobre dernier (« La Révolution de 1958 ») m’a donné l’idée d’écrire ce texte sur la genèse des institutions de la Vème République, et le sens qu’il faut leur donner, non seulement dans le texte mais aussi dans l’esprit. Le compte-rendu qui nous est donné des débats de ce colloque qui s’est tenu en 2018 laisse penser que les intervenants sont peut-être passés à côté d’un aspect essentiel, en surévaluant le poids et la cohérence intrinsèque des conceptions propres du général de Gaulle dans la constitution de 1958. Certes, concède Bertrand Renouvin, « il existe des éléments de continuité entre la IVème et la Vème République », mais il semble bien, dans son esprit, que cet aspect s’efface derrière des considérations bien plus importantes, quasi-séculaires, à un point tel qu’on peut parler d’une « Révolution de 1958 »."

Source : Le blog de Bertrand Renouvin

SOCIETÉ

Frédéric Farah : « La gestion libérale du Covid-19 est un parfait exemple de Fake State »

"La gestion de la crise pandémique du Covid-19 rappelle une nouvelle fois que l’appareil d’État, depuis plus de quarante ans, a perdu sa vocation, à savoir organiser et défendre l’intérêt général et les services publics. Ceux qui sont au cœur de l’État ont fait en sorte de le priver de cette vocation. L’État est devenu un outil de gestion au service des intérêts particuliers. À l’occasion de la sortie de son livre Fake State, l’impuissance organisée de l’État en France, nous avons souhaité interroger Frédéric Farah sur les ressorts de cette défaite culturelle et sur les solutions à même de libérer l’État et la nation française de cette parenthèse."

Source : Le vent se lève

CADTM Belgique : « La gestion des biens communs par le privé est un crime »

"Partout en Europe, les services de santé publics ont été drastiquement attaqués. Nous avions, il y a peu, rencontré deux membres du collectif belge La santé en lutte : c’était à la veille d’un appel à manifester à Bruxelles pour défendre des soins de qualité, ainsi que leur refinancement. Pour approfondir ce dernier point, nous discutons avec Gilles Grégoire, du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM), antenne belge : il vient de publier l’étude « Les soins de santé en Belgique : de la privatisation à la socialisation ? » Ou comment mettre au jour la logique capitaliste des financements des soins de santé."

Source : Revue Ballast

ÉCONOMIE

Depuis mars, le Covid a coûté «186 milliards d'euros» à la France

"La dette est désormais attendue à 120% du PIB fin 2020, selon le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt. La crise avait coûté «186 milliards €» à la France depuis mars : 100 milliards € de pertes de recettes et le reste en mesures d'urgence, «dont les 3/4 engagées dès la première vague». Le chômage partiel représente 31 milliards € sur les 86 milliards. Le déficit public est attendu à 11,3% du PIB (248 milliards € à la fin 2020). Le creusement de la dette est principalement dû au renforcement des mesures de soutien aux entreprises de ces derniers jours. «Les 15 milliards € supplémentaires de novembre vont augmenter le niveau de la dette», a prévenu le patron de Bercy." [A votre bon cœur !]

Source : Le Figaro

Rachat de Photonis : L’américain Teledyne revient finalement à la charge, après avoir obtenu un rabais

"Mis en vente par le fonds d’investissement Ardian, Photonis, le numéro un mondial des analyseurs par spectromètrie de masse et spécialiste des systèmes de vision nocturne, a tout de suite suscité l’intérêt du groupe américain Teledyne, alors prêt à mettre 500 millions d’euros sur la table pour s’assurer du contrôle de la pépite techhnologique française [et de ses brevets]. Le dossier a connu un nouveau rebondissement, le 26 octobre, quand Teledyne a annoncé avoir obtenu un « accord de principe » pour mettre la main sur Photonis, à prix de 425 millions d’euros, soit avec un rabais de 15%."

Source : Opex 360

Climat des affaires : l'instinct de survie des entreprises

"Les mois de septembre et d’octobre auront été ceux de la grande désillusion pour les entreprises. Les espoirs d’une récupération rapide ont été douchés avec la résurgence de la pandémie. On le sait maintenant, les contraintes sanitaires continueront à contrarier le cours des affaires encore plusieurs trimestres. Et pour les dirigeants qui espéraient mettre leurs organisations en ordre de marche, opérer les choix stratégiques nécessaires à la pérennité de leur entreprise, dans un contexte stabilisé à défaut d’être parfaitement rétabli, l’incertitude demeure extrême. Au regard des enquêtes dirigeants que nous menons à Xerfi, à intervalle régulier, le choc psychologique est rude. Septembre-octobre était avant l’été l’horizon sur lequel se focalisaient les entreprises pour se relancer."

Source : XERFI CANAL

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 07.11.2020 à 09h30

 » Les espoirs d’une récupération rapide ont été douchés avec la résurgence de la pandémie. »

Pas partout. Quelles sont les priorités de chaque pays? La Chine protège ses habitants, l’occident protège ses entreprises. La Chine a une vision à long terme. L’occident ne s’intéresse qu’à ses profits trimestriels. La Chine a une direction. L’occident pilote à vue. On voit le résultat.

51 réactions et commentaires

  • calal // 07.11.2020 à 08h14

    « Le budget de la DGSE annoncé en forte hausse pour 2021 »

    quand le budget des agences de renseignements interieurs aura depasse celui de la justice,ca sera un signal « democratique » fort des priorites de nos dominants…

    TFM parle avec raison des valeurs fondamentales des differents courants politiques: liberte ,egalite ou stabilite. Nos societes occidentales se dirigent vers la recherche de la stabilité a tout prix et nous,enfin nos dominants, vont y sacrifier nos libertes et la recherche de la justice pour cela.

      +7

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 07.11.2020 à 14h59

      Hum… Quand on compare le prix du pain il y a 10 ou 20 ans avec celui d’aujourd’hui, comment s’étonner que des budgets d’ordre public augmentent? Tous ces millions/milliards que l’on
      assène à des gens qui ne comptent qu’en milliers(et encore!) n’ont plus aucun sens pour personne. La vérité, c’est que « l’argent », simples inscriptions numériques reposant sur des crédits et de vagues promesses de remboursement, vaut de moins en moins, et que nous sommes bel et bien dans une période de cafouillage et de dépression économique due, comme les précédentes, à la criminelle fantaisie de financiers/comptables de notre capacité de soumission et d’exploitation volontaires.
      De toute façon, la peur et l’angoisse, instillées jour après jour dans nos esprits confus et désemparés, conduisent à faire accepter des services de « sécurité » et de « défense » toujours plus disposés à garantir les politiques indignes qui les induisent.

        +12

      Alerter
    • K // 07.11.2020 à 17h22

      En matière de terrorisme, la DGSE fait du préventif tandis que la justice fait du curatif. En lisant les articles sur le covid19, j’avais cru comprendre qu’il fallait privilégier le préventif sur le curatif.
      [modéré] A l’image du présent article de Frédéric Farah : « La gestion libérale du Covid-19 est un parfait exemple de Fake State ». Plus l’Etat détruit nos libertés, plus on l’accuse de suivre une politique libérale. Alors qu’en réalité, il faut vraiment sortir la loupe pour trouver une once de libéralisme dans le système français. On est en plein orwelisme : « le libéralisme c’est la captivité, la captivité c’est la liberté ».

        +0

      Alerter
      • Patrick // 07.11.2020 à 17h54

        oui, c’est extrêmement libéral de mettre 45 couches de bureaucratie et 3 gratte-papier pour un toubib , tout ça sous le contrôle d’une multitude d’agences de l’état, d’observatoires … sous le contrôle d’une bande de technocrates issus de l’ENA.
        On est en pleine tempête de libéralisme en France , vite rajoutons quelques couches d’état :-)))

          +6

        Alerter
      • calal // 07.11.2020 à 18h48

        le terrorisme n’est pas un probleme pour la plupart des francais: un prof de mort sur pres d’un million,3 catholiques sur pres de 3 millions,on s’en fout un peu…
        Par contre qu’un litige avec un voisin,avec son patron ou un client dure des annees parce que la justice n’a pas de moyens,cela gene davantage de citoyens.

          +5

        Alerter
        • K // 07.11.2020 à 19h18

          « on s’en fout »
          Dites plutôt « je m’en fou » parce que je ne m’en fous pas.
          Le terrorisme est un vrai problème pour la plupart des Français. Pas seulement pour sa mortalité mais surtout par sa faculté à soumettre la France (cf tous les gens qui appelent à respecter l’interdit du blasphème depuis l’attentat de Conflans).

            +4

          Alerter
  • 78 ans // 07.11.2020 à 08h22

    « Depuis mars, le Covid a coûté «186 milliards d’euros» à la France »… — « Les mois de septembre et d’octobre auront été ceux de la grande désillusion pour les entreprises. Les espoirs d’une récupération rapide ont été douchés avec la résurgence de la pandémie. On le sait maintenant, les contraintes sanitaires continueront à contrarier le cours des affaires encore plusieurs trimestres. »

    ***

    Décidément, c’est mal parti…

    On peut donc (on devrait) tenter de mesurer à quelle distance devant se trouvera l’économie chinoise, première économie mondiale depuis 2014 (FMI), suite à sa croissance et à la décroissance des économies dans le reste du monde, en 2020… puis en 2021!… puis en 2022? Voilà de véritables points de départ, suivis de véritables questions qu’on aurait tort de laisser sans réponses…

    De toute façon. on ne fera pas, en Occident, l’économie d’un dur réveil. (euphémisme) Or puisque l’avenir est asiatique (Parag Khanna), tournons donc au moins doucement le regard vers l’Asie, là où l’évolution du monde est indéniablement fulgurante. Peut-être apprendrons-nous ainsi (qui sait?) ce que vaut savoir gérer une pandémie et vaincre si rapidement un virus…

      +15

    Alerter
    • Jean // 07.11.2020 à 11h10

      => « De toute façon. on ne fera pas, en Occident, l’économie d’un dur réveil. (euphémisme) Or puisque l’avenir est asiatique (Parag Khanna), tournons donc au moins doucement le regard vers l’Asie, là où l’évolution du monde est indéniablement fulgurante »

      C’est ce réveil là qui va être le plus douloureux…

      « Les estimations prévoient une nouvelle augmentation de 40 % des émissions mondiales au cours de la prochaine décennie. Nous sommes à moins de dix ans d’un niveau de dioxyde de carbone atteignant 450 parties par million, soit l’équivalent d’une augmentation moyenne de la température de 2 degrés Celsius, une catastrophe mondiale qui rendra certaines parties de la terre inhabitables, inondera des villes côtières, réduira considérablement le rendement des cultures et entraînera des souffrances et la mort de milliards de gens. Voilà ce qui s’annonce, et nous ne pouvons rien y faire. »

      Source : https://www.les-crises.fr/biden-ou-trump-la-politique-du-desespoir-culturel-par-chris-hedges/

        +2

      Alerter
      • 78 ans // 07.11.2020 à 13h32

        Qui sait, qui peut dire, si c’est la douleur physique ou la douleur morale qui est la plus douloureuse?

        Aujourd’hui, dans l’Empire, c’est cette dernière qui semble bien être de loin la moins supportable. Mais qu’importe. Un éveil n’en empêche pas un autre. Chaque matin on s’éveille, et c’est « le même éveil, sans pourtant l’être »… Comme il n’y a pas de seconde vague, il n’y aura pas de second éveil. Un seul, qui déjà langoureusement se fait jour. Qui s’allongera, s’approfondira, insupportable, insurmontable… jusqu’à la fin.

        L’Éveil, c’est tout un.

          +1

        Alerter
    • Grd-mère Michelle // 08.11.2020 à 13h28

      « Or, puisque l’avenir est asiatique… »
      Quel fatalisme, quelle résignation, quelle disposition d’esprit indigent vous incitent à vous permettre de préjuger de l’avenir de nos jeunes générations, vous qui (comme moi) êtes presque mort?
      Quelles que soient la culture et la sagesse antiques de la Chine, elles ne l’ont pas empêchée de suivre l’exemple désastreux du monde occidental, en termes de prédation et d’exploitation de populations maintenues dans une soumission déshumanisante, bétail corvéable « pucé », filmé et contrôlé en permanence « pour son bien » (ou plutôt celui de ceux/celles qui l’exploitent afin d’augmenter leurs richesses et donc leur pouvoir sur le monde entier-voir les fabriques de chaussures chinoises en Éthiopie).
      Donc, vous ne croyez pas que la jeunesse européenne soit capable, avec ses mains, son coeur et sa raison bien plus éveillée, plus consciente que la vôtre, de reprendre son destin en mains, de décider(à la place de ses « dirigeant-e-s » corrompu-e-s) de ce qui est bon pour elle, de produire ce dont elle a besoin sur notre continent tempéré et luxuriant, riche de ses sols et de ses eaux, de ses cultures diverses(toutes qualités à préserver en priorité), et de remballer la camelote chinoise en se passant d’infrastructures superflues comme les « routes de la soie », ou « d’Alibaba », le bien nommé « roi des voleurs » qui tente d’écraser l’épouvantable « Amazone », super-héroïne de l’envahissement de la camelote d’Outre-atlantique?
      ATTENTION: écrire l’avenir contribue à le construire…

        +0

      Alerter
      • 78 ans // 08.11.2020 à 20h31

        Ne vous échauffez pas tant, Grand-mère. Mon court propos ne le vaut pas. Je ne préjuge de rien. N’étant pas encore « presque mort », j’observe, j’étudie, je réfléchis, critique j’examine et je communique.

        Les études se multiplient montrant clairement COMMENT dans les faits, tandis que s’accélère le déclin de l’Occident, le centre du monde se déplace inéluctablement vers l’Asie. Les esprits parmi les plus éminents au monde en traitent en détail, connectivité mondiale à l’appui. Seuls les plus solides arguments permettent de s’y retrouver, s’y situer, d’un côté comme de l’autre. Nier et se contenter de geindre, tout comme prendre ses désirs pour la réalité ne suffit plus.

        Ainsi, je propose seulement que mettant de côté notre arrogance, nous tournions un doux regard vers où le monde se transforme comme on n’a jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Cela ravive l’espoir de la jeunesse, face à notre débâcle et à notre effondrement. Ressentir que l’on est d’abord citoyen du vaste monde, c’est prendre conscience que tout devient possible. Les familles multiethniques, multiculturelles se multiplient, paraissent polyglottes ces enfants du monde de demain. C’est non pas la nation mais le monde entier qui déjà fait un. Voilà née une liberté nouvelle. Pour l’humanité, communauté de destin, mondial, planétaire.

        La jeunesse de demain s’affirme déjà, loin devant nous, étudie dans les meilleures institutions d’Asie, y travaille, y vit, y crée, partie sans même se retourner. Ne craignez rien: talentueuse, joyeuse, courageuse, elle n’entend pas être ensevelie sous nos décombres.

          +1

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 09.11.2020 à 12h22

        Du coup, c’est vous qui êtes carrément sur un nuage, dopé aux plus subtils montages d’une « communication » qui n’a d’autre but que de nous préparer à un futur « pré-mâché » par des mégalomanes richissimes(chinois ou autres).
        Moi, j’ai VU un reportage sur l’Ethiopie(un « Doc du bourlingueur »/RTBF/Tv/Éthiopie) où des centaines d’éthiopien-ne-s fabriquent des chaussures 12h par jour, 6j par semaine, serrés les un-e-s contre les autres dans une usine chinoise, sous le contrôle de superviseurs chinois-es particulièrement méprisants, pour un salaire équivalent à 30€ par mois… Ainsi qu’un autre, en Chine, où des chinois-e-s travaillent, pour un salaire légèrement plus élevé, aux mêmes conditions de présence, dans une usine de confection(qui nous fournit les fringues à 5-10€, transportées jusqu’ici à grand renfort de pollution). Alors, oui, certainement en Chine comme chez nous, des jeunes gens vont à l’université…pour fournir les « cadres » qui contrôleront cette joyeuse société! Quelle transformation géniale!

          +0

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 09.11.2020 à 13h01

        Niez-vous que « …l’avenir est asiatique… » est une affirmation?
        Ou… peut-être ne parlons-nous pas le même français?
        La terre étant ronde(ok?), cela n’a aucun sens de déterminer un centre à sa surface.
        Ce n’est pas de l’arrogance de vouloir vivre comme je veux (et certainement pas 12h par jour à une table de travail, à répéter le même geste, sans autre alternative que de crever de faim, ce que je ne souhaite à PERSONNE de mes frères et sœurs humains qui après moi vivront), mais simplement la revendication de mes Droits Humains, également valables pour tou-te-s (Déclaration co-signée par la Chine), et donc de ma liberté de choix(choix qui ne peut s’opérer qu’en connaissance de cause, c.-à-d. sur base d’informations exactes).
        Dans l’après-2ème guerre mondiale, des Nations se sont unies pour tenter d’en éviter une 3ème, PAS (officiellement, en tout cas) pour se soumettre à un système économique dominant, inégalitaire et déshumanisant (qui, par son principe compétitif, et comme nous pouvons l’observer ici-même, risque de nous mener à la plus horrible des guerres: atomique).
        Vous et moi, nous n’avons plus que peu d’années à vivre: une vingtaine au maximum…
        autant en profiter pour être lucide, et faire fonctionner notre imagination dans le sens de la paix et la santé pour tou-te-s et pour chacun-e (comme pour toutes les espèces vivantes inter-dépendantes, car, oui, le monde, visible et invisible, est 1, ce que m’ont enseigné des philosophies asiatiques, à présent confirmé par la science- lire Hubert Reeves, scientifique et philosophe).

          +0

        Alerter
  • LibEgaFra // 07.11.2020 à 09h06

    « Peste porcine, grippe aviaire… L’élevage industriel, source d’explosions épidémiques »

    J’ajoute le covid et le virus alongshan. Il y a aussi une autre « industrie », voir ici:

    https://armswatch.com/the-pentagon-bio-weapons/

      +3

    Alerter
  • LibEgaFra // 07.11.2020 à 09h30

     » Les espoirs d’une récupération rapide ont été douchés avec la résurgence de la pandémie. »

    Pas partout. Quelles sont les priorités de chaque pays? La Chine protège ses habitants, l’occident protège ses entreprises. La Chine a une vision à long terme. L’occident ne s’intéresse qu’à ses profits trimestriels. La Chine a une direction. L’occident pilote à vue. On voit le résultat.

      +27

    Alerter
    • Luc // 07.11.2020 à 10h42

      La Chine ne protège pas plus les habitants que les occidentaux, cependant les gouverneurs sont plus malin (et voient plus long terme) que les nôtres et c’est principalement pourquoi ils progressent. Cependant cela ce fait souvent au détriment de la vie humaine de leur propre population comme Foxconn et autres camps de travaux, pollution massif de l’air,… qu’il ne faut pas occulter. Sans parler que la Chine fait beaucoup plus de protectionnisme pour ses entreprises que l’Europe et c’est principalement pourquoi ils sont fortement développer. Ce qui correspond a ce que faisait l’empire britannique pour se développer et qui leur a causé beaucoup de torts et donc ils ont gardé en mémoire la méthode…

        +5

      Alerter
      • 78 ans // 07.11.2020 à 14h12

        «  La Chine protège ses habitants, l’Occident protège ses entreprises. »
        «  La Chine ne protège pas plus les habitants que les occidentaux. »

        ***
        Il existe en Chine millénaire une tradition, notamment confucéenne, encore vivante, durable, qui s’affirme éloquemment dans le souci qu’on y a du bien-être des gens d’âge mûr, des gens âgés, des vieilles personnes, y compris des centenaires. Dans l’Empire d’Occident, par ailleurs, y vivre une fraction de seconde suffit pour se convaincre que Confucius ne fut jamais un Occidental, ni l’Occident jamais devenu confucéen.

        L’épisode de la COVID-19 a mis en lumière ces vertus millénaires encore si répandues en Chine, qui sont le respect, voire la vénération des « anciens ». De nombreux documentaires et témoignages, certains émouvants aux larmes, l’attestent, sur la survie rayonnante à la COVID-19 de nonagénaires et de centenaires quittant l’hôpital et rentrant chez eux ovationnés par leur entourage.

        Il est donc « normal » que dans nos restes de sociétés où les « anciens » sont si souvent abandonnés dans de véritables mouroirs (ayant été curateur à ma tante, et mon frère à notre mère, je ne sais que trop ce dont je parle), on ne puisse même pas imaginer ce que signifie encore aujourd’hui, dans le quotidien chinois, une civilisation cultivant le respect des «anciens ».

          +14

        Alerter
        • pseudo // 07.11.2020 à 14h35

          pour avoir vécu en chine, les deux discours sont vrais. La chine est ambivalente. multivalente si ce mot existe. Tenter de la définir dans un seul carcan ne permet pas d’apprécier la diversité des dynamique qui la compose. Oui ils se soucient de leurs vieux, mais j’y ai aussi vu l’exploitation des plus pauvres, unijambiste et autres malchanceux de l’exploitation par le travail…

            +4

          Alerter
          • 78 ans // 07.11.2020 à 15h39

            Je n’ai fait qu’attirer l’attention sur une tradition chinoise très ancienne, durable, très vivante et reconnue mondialement, surtout par quiconque a «vécu en Chine »… aucunement une condition nécessaire, comme on voit.

            Il m’apparaît donc très révélateur (et amusant) qu’en Occident, quelqu’un puisse immédiatement interpréter ma conduite comme une « tentative de DÉFINIR la Chine dans un seul CARCAN(!) », sans pour autant, sans doute, soutenir qu’affirmer que la France se définit comme une société laïque est aussi le tenter pour la France (fanatiquement?) « ENCARCANÉE »…

              +5

            Alerter
    • Pascal Wu // 12.11.2020 à 20h28

      « Mal nommer un objet (conceptuel ou physique_Ndlr), c’est ajouter au malheur de ce monde. »

      Avec la conséquence malheureuse que «… Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

      La Chine protège surtout sa souveraineté et l’Occident (mot qui n’a aucun sens à mes yeux de Sino-viêt de naissance!) ne protège rien tant il est passé aux mains d’une oligarchie financière pervertie… Devenue mondiale…
      Ces précisions acquises, je plussoie sur le reste…
      L’appareil d’état chinois n’a rien oublié des exactions et des jougs infligés par l’ancêtre de ce qui est aujourd’hui cette oligarchie financière, née en Occident… La chine saura t-elle s’en protéger ?
      Voilà le véritable enjeu d’avenir pour tous les « habitants » de ce Monde…. Et qui se joue dès à-présent dans une complexité aveuglante(?), apparemment…

      Mot-clés : lecture froide vs chaude (incontinence), Docus Arte (Xijin Ping, route de la soie), philosophies vs religions, pensée complexe (systémique) vs laminaire…
      #Polymathie. « Je ne puis voir d’autre échappatoire à ce dilemme (de crainte que notre véritable dessein ne soit perdu à jamais) que de voir certains d’entre nous s’aventurer dans une synthèse des faits et des théories, même avec une connaissance indirecte et incomplète de certains d’entre eux – et au risque de nous ridiculiser. Ainsi pour mes excuses. »
      _Erwin Schrödinger _1944_ in What is Life ? _

        +0

      Alerter
      • Pascal Wu // 12.11.2020 à 21h03

        Et pour ajouter une référence nationale qui démontre que nous partons de (trop ?) loin, la prévision d’Alain Peyrefitte, il y a déjà 50 ans avec son « Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera. »

        Et le dilemme d’Erwin :  » Nous avons hérité de nos ancêtres le désir ardent d’un savoir unifié et global. Le nom même donné aux plus hautes institutions du savoir nous rappelle, que depuis l’Antiquité et tout au long de nombreux siècles, l’aspect universel a été le seul à être pleinement reconnu. Mais l’expansion, en largeur et en profondeur, des innombrables branches du savoir au cours des extraordinaires cent dernières années nous a confrontés à un dilemme étrange.
        Nous ressentons clairement que nous commençons seulement maintenant à acquérir un matériel fiable pour forger la somme de tout ce qui est connu en un tout ; mais, de l’autre côté, il est devenu presqu’impossible pour un seul esprit d’ordonner entièrement plus qu’une petite partie spécialisée de ce tout.

        Et une référence taoïste qui infuse la pensée de beaucoup d’asiatiques : « Même nos propres défauts ne doivent pas être combattus directement. Tant que nous luttons contre eux, ils demeurent victorieux. La meilleure manière de combattre le mal, c’est un progrès énergique dans le bien.  »
        Que l’on retrouve, à l’Ouest, dans « La tenségrité » de Buckminster Fuller (entre autres).

        « Le monde que nous avons fait, en raison du niveau de pensée que nous avons atteint jusqu’à présent, crée des problèmes que nous ne pouvons pas résoudre au même niveau de pensée que celui où nous les avons créés ». _Albert Einstein_.

          +0

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 13.11.2020 à 12h16

        @Pascal Wu
        Le savoir pour le savoir est une quête vaine, futile.
        Dans toute démarche, initiative, action, méditation, ce qui compte vraiment, c’est sa bonne motivation: « l’éveil de tous les êtres » (dixit le Bouddha).
        Qu’un certain Jésus aurait traduit, transmis à ses contemporains sous forme d’un unique commandement: « aimes ton prochain comme toi-même ».
        (Ce fameux « prochain » à propos duquel des théologiens chrétiens se sont interrogés pendant des siècles, ne prenant en compte que l’humain « créé à l’image de Dieu » selon la Genèse, alors que les asiatiques avaient déjà la conscience de la transmutation et de la relativité de la matière).
        Et ce que le monde laïc, lorsqu’il s’est mêlé d’établir des règles de vie en société universelles, a adapté en : « ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse », les « autres » étant aussi principalement les humains.

          +0

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 13.11.2020 à 12h31

        L’actuelle prise de conscience de la dégradation de notre biotope(aidée par les recherches/découvertes de scientifiques) et des nécessaires changements à effectuer pour la freiner, est une étape décisive dans le destin de l’humanité.
        En espérant qu’elle réussira à mettre un point final au « jeu » des « Puissants », essentiellement motivés par leur avidité, emprisonnés dans une logique de compétition absurde.
        La vie n’est pas un jeu. C’est un phénomène qui est apparu, est en continuelle mutation, et disparaitra(comme chacun de ses composants).
        Avec bonne volonté et opiniâtreté, faisons notre possible pour qu’il dure encore un peu…
        Sans pourtant oublier son caractère le plus calamiteux: la vie se nourrit de la vie.
        Première urgence: abreuver et nourrir tout le monde de la terre, pour l’apaiser (=partager)
        Plutôt que de dépenser des milliards de fric, d’énergie, d’heures et de force de travail pour aller sur la lune et sur Mars!
        Tous ensemble, toutes ensemble!

          +0

        Alerter
  • Jean // 07.11.2020 à 10h39

    Les grandes entreprises françaises communiquent énormément sur leur engagement pour le climat et l’environnement. Mais les beaux discours ne se traduisent pas dans des actes, et les chiffres des émissions de gaz à effet de serre, des déchets et de consommation de matières premières continuent le plus souvent d’augmenter d’année en année. C’est ce que montre le troisième chapitre, publié ce jour, de l’édition 2020 de « CAC40 : le véritable bilan annuel ».

    Source : https://multinationales.org/Climat-dechets-plastique-derriere-les-beaux-discours-ecolos-du-CAC40-la-triste

      +3

    Alerter
    • Patrick // 07.11.2020 à 16h13

      Ils ont raison.
      Le gouvernement et les écolos veulent des discours verts, ils en ont. Tout va bien.
      Je ne vois pas l’interêt de baisser la production dans le contexte actuel.

        +3

      Alerter
  • Jean // 07.11.2020 à 10h51

    Depuis quand notre liberté d’expression se réduit-elle au blasphème ? Par Karine Béchet-Golovko

    « Car mettre soudainement en avant la liberté d’expression, alors que ce même gouvernement français ne cesse d’enchaîner les lois liberticides – retoquées en partie par le Conseil constitutionnel – visant à formater le discours public, tant dans les médias que sur les réseaux sociaux, prête légèrement à sourire. Que n’a-t-on vu une telle envolée lyrique présidentielle et des responsables politiques, de notre belle société d’esprits libres, à l’occasion de l’adoption de ces textes autrement dangereux pour la France ? »

    Source : https://francais.rt.com/opinions/80523-depuis-quand-liberte-d-expression-se-reduit-elle-au-blaspheme-karine-bechet-golovko

      +15

    Alerter
    • K // 07.11.2020 à 19h28

      La liberté d’expression ne se réduit pas au blasphème. Mais le blasphème (à l’encontre de la religion musulmane) est la liberté d’expression la plus menacée dans la mesure où c’est celle qui entraine les réactions les plus violentes (décapitation).

        +0

      Alerter
      • Papagateau // 08.11.2020 à 14h06

        Certes !
        Mais la décapitation par un Tchétchène réfugié politique n’est pas soutenu par le droit français, ni par un parti politique français, ni par la décision d’un tribunal français.
        Tout à l’opposé, le réfugié politique sous la protection de la République française, et fuyant le régime illibéral poutinien, a été abattu par des policiers français.
        Ce qui prouve que la police de Macron ira butter tout les terroristes meurtriers (en France) juque dans les chiottes (c’est-à-dire par balles).

        Les décisions nécessaires ayant été prises pour les entraves à la liberté d’expression extrajudiciaires venant de l’extérieur, je me penche vers les entraves à la liberté d’expression d’origine judiciaire.
        Et il y en a au moins 3.

        Loi sur le dénigrement, la haine (même sans acte ni menace), le racisme qui maintenant couvre tout regroupement possible ou imaginable … mais pas la population des États sous embargo ou blocus.

        Cerise sur le gâteau, si vous PROMOUVEZ le boycott des produits d’un état qui n’est pas désigné par la presse, vous êtes passible de prison.

        FAIRE un blocus 10 ans de l’Irak = bien (subventions aux médias).
        PARLER de boycott de (gentil officiel) = crime et prison.

        La liberté d’expression, c’est pour les bonnes idées, pour les autres paroles, c’est la prison. À condition d’avoir réussi à passer la censure.
        De par la – LOI – de la République.

          +7

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 08.11.2020 à 15h44

        Pourquoi la police tue-t-elle systématiquement les agresseurs « terroristes »?
        N’existe-t-il pas des moyens de les appréhender vivants pour pouvoir les interroger, les observer, afin de comprendre ce qui les a menés à ces extrémités, et de mieux repérer ainsi d’autres éventuels agresseurs?
        On arrive bien à endormir, de loin, des tigres, des orangs-outans ou des éléphants dans les jungles où ils se font rares… pour les soigner et/ou les préserver, dans leur cas.
        Peut-être parce qu’on découvrirait qu’il s’agit surtout de déséquilibrés mentaux suicidaires, de « loups solitaires » confus, influençables, et désespérés de trouver une place dans la société…?
        Et qu’il faudrait alors attribuer la responsabilité de leurs actes à cette société policée qui ne veut pas se regarder telle qu’elle est, et surtout pas changer.

          +3

        Alerter
        • 78 ans // 08.11.2020 à 16h28

          Pourquoi?

          Mère-grand… selon moi ce Pouvoir ne veut surtout pas ENTENDRE les «terroristes», encore moins les « COMPRENDRE ». Pour ce Pouvoir, il n’y a rien là à voir, entendre et comprendre, sinon que ce sont des « terroristes », des «fanatiques» devenus «fous»… bref, qui « ne méritent tout simplement pas de vivre ». Ce Pouvoir estime que lui seul est BON par essence.

          Ce Pouvoir redoute, craint surtout que le peuple voie, entende, comprenne ces êtres humains, rebelles, révoltés, leurs motifs et raisons d’agir comme ils/elles font… POURQUOI ils ont agi comme ils l’ont fait. Bref, ce Pouvoir fait tout pour que sa propre responsabilité, si considérable en matières terroristes, le peuple ne la soupçonne même pas… Le peuple ne doit pas en venir à s’interroger sur LA cause des causes du terrorisme en notre temps. Pouvoir de responsables éternellement irresponsables!!!

          Temps propice pour relire du philosophe Alain (Émile Chartier) « Les marchands de sommeil » et « Le citoyen contre les pouvoirs »…

            +4

          Alerter
  • pseudo // 07.11.2020 à 10h58

    en occident les dirigeants ont décidés de remettre un tour de vis. Gestion calamiteuse de la pandémie pour justifier une augmentation faramineuse de la dette, enferrant dès lors encore un peu plus le citoyen honnête dans l’engrenage de la dette par procuration représentative, délice des délice ils le justifient au nom de la santé publique. Le confinement si il n’a pas permis d’empêcher la crise épidémique donne à amazon, par exemple, les raisons de son devenir monopolistique par l’accaparement d’un vaste marché de boutiquier divers et variés pris dans les nécessité des factures. Tenaillé entre la pauvreté galopante, et un état voyou, l’honnête citoyen se retrouve à faire tout et n’importe quoi pour survivre, particulièrement tout ce qui lui est nocif. Manger à bas coup, travailler au noir pour arrondir les mois, lentement mais sûrement, il se sépare d’une république fantasmée. Désarmé, physiquement, tant aussi bien que juridiquement, ou bien encore intellectuellement, il est acculé par un état oppressant qui s’organise pour l’empêcher de se défendre. La raréfaction du travail par l’avènement de la robotisation artificiellement intelligente à pour but d’amplifier le niveau de chaos dans une société dont l’unique but est de permettre aux grand capitalistes de s’approprier les moyens de productions restants afin de totalement enfermé l’humain dans un système de dépendance, prison à ciel ouvert, dont il devra se réjouir de sa routine de prisonnier, métro boulot dodo, car l’alternative délinquance, violence, trafic ne saurait être un projet de vie désirable.

      +14

    Alerter
  • Patrick // 07.11.2020 à 16h11

    Fret ferroviaire.
    L’article est largement incomplet. Il oublie de dire que la SNCF est le premier groupe logistique français et le 4ème groupe européen. Belle performance.
    La recette est simple , on remplace les trains par des camions et les cheminots par des gars qui bossent.
    La SNCF prouve que le rail n’est pas une solution pertinente.

      +4

    Alerter
    • anarkopsykotik // 07.11.2020 à 17h10

      Impressionné par votre capacité à laisser systématiquement un commentaire à gerber quelque soit le sujet.

      >on remplace les trains par des camions et les cheminots par des gars qui bossent.
      Bon sang comment peut-on sortir de pareilles saloperies. Les cheminots ne bossent pas ? Le coût écologique et social de remplacer trains par camions n’a pas d’importance ?

        +27

      Alerter
  • Actustragicus // 07.11.2020 à 17h15

    A propos de « Fake State » (ou pourrait-on dire « Ghost State » ?)… on pourrait précisément dater le début de la fin, en France, lorsque Lionel Jospin déclare le 13 septembre 1999 «Il ne faut pas tout attendre de l’État.» (https://www.liberation.fr/france/1999/09/17/la-faute-de-jospin-reveille-la-gauche-en-avouant-son-impuissance-face-aux-licenciements-le-premier-m_283702).

    …Oubliant au passage que « L’État c’est nous », ce n’est pas lui – et que, depuis 1789, le peuple est parfaitement légitime pour décider de la manière dont il veut vivre, y compris par la régulation s’il le souhaite. Rien que pour ce renoncement, on aurait dû l’accuser de haute trahison… ce qu’il n’aurait probablement jamais compris.

    Depuis, nous avons été vendus à la conception anglo-saxonne, pour laquelle l’État n’est qu’un acteur tiers dans la confrontation des individus ou des communautés. On voit le résultat…

      +11

    Alerter
    • Patrick // 07.11.2020 à 18h03

      Il ne faut pas tout attendre de l’État. !!
      Pour une fois qu’un socialiste reprenait le contact avec la réalité , on pouvait espérer.
      En fait , non !! il avouait simplement que malgré le coût astronomique de cet état ( un pognon de dingue ) , il fallait bien admettre que l’état ne pouvait pas tout .. ce qui est plutôt une bonne nouvelle.
      Après , le peuple peut effectivement choisir d’abdiquer sa liberté et se mettre sous le contrôle de l’état, mais en général il se rend vite compte de l’arnaque.
      D’ailleurs les français commencent bien à sentir l’arnaque , en comparant le coût de ce machin avec les services réellement rendus.

        +4

      Alerter
      • Actustragicus // 07.11.2020 à 21h21

        Vous n’avez malheureusement pas compris… l’État n’est pas – ne devrait pas être – un acteur tiers : le peuple ne peut donc pas « se mettre sous le contrôle de l’État » : il est lui-même l’État… du moins si les mécanismes démocratiques fonctionnaient normalement, ce qui n’est évidemment pas le cas depuis longtemps.

        Vous partez sans doute du postulat que l’État ne saurait en aucun cas être démocratique, et donc qu’il faut lui échapper : c’est possiblement le moins mauvais choix à l’occasion – parfois, mieux vaut pas d’État qu’un mauvais État – mais ce n’est qu’un pis-aller : car lorsqu’on choisit de laisser faire, ce sont les plus puissants qui prennent le contrôle, comme c’est actuellement le cas.
        Mais comme tout un chacun, je ne veux pas qu’on décide à ma place comment je dois vivre : « on », c’est-à-dire ni un État incompétent, ni un puissant hors d’atteinte.
        Le seul objectif souhaitable, ce n’est pas moins d’État, c’est plus d’État démocratique, et tant pis si cela paraît encore bien loin.

        Lionel Jospin avait tort : l’État, c’est-à-dire nous, avons toute légitimité pour décider ce que nous voulons que le monde soit – dans les limites de la réalité naturellement (et les oukases des puissants n’en font pas partie : ce ne sont pas des lois de la nature, ce ne sont que des constructions humaines).
        En refusant de faire son maximum pour agir, lui et ses successeurs ont trahi leur mandat et dépossédé le peuple de son pouvoir souverain au profit de puissants qui n’ont de compte à rendre à personne.

          +14

        Alerter
  • Ernesto // 08.11.2020 à 01h44

    Fret ferroviaire : l’article d’Hugo Thomas dans « le vent se lève », fait remarquablement le tour de la question sur l’abandon du fret ferroviaire, ses causes, ses conséquences, les mesures à prendre pour renverser la vapeur.

    Mais contrairement à Patrick, on se fout pas mal de savoir que la SNCF est le premier groupe logistique de France et le quatrième européen.

    Les dirigeants de la SNCF (Guillaume Pépy le grand fossoyeur en chef), ont tout fait pour abandonner le cœur de métier (le train), pour dériver vers la « mobilité » au sens large en France et à l’étranger. L’entreprise, autrefois intégrée, a explosé en plus de 1000 ! filiales indépendantes les unes des autres. Une d’entre elles constitue même le premier transporteur routier du pays ! Autrement dit, la SNCF se fait concurrence à elle-même !

    Conséquence des « murs » de bahuts sur les routes avec leur cortège d’embouteillages, d’accidents et de méga pollution. Oubliée la grande messe médiatique et les grands discours sur la convention climat et l’accord de Paris ?

      +9

    Alerter
    • Patrick // 08.11.2020 à 12h42

      Moi je fait juste un constat :
      La SNCF connaît un très beau succès dans le fret.
      Mais tout indique que le tail n’est pas la solution.

        +3

      Alerter
  • Ernesto // 08.11.2020 à 02h14

    Fret ferroviaire (suite): Regardez bien la photo du « tas » de Sotteville- les- Rouen : des milliers d’engins moteurs « garés bon état », GBE en jargon cheminot, c’est à dire parfaitement fonctionnels en cas de besoin, mais en train de se dégrader sous les intempéries et les actes de vandalisme, faute de convois à tracter en raison de la baisse assumée de l’activité et du trafic.

    N’y-a-t-il pas là plus bel exemple d’un gâchis monstre dont les seuls responsables sont les décideurs à tous les niveaux ?
    [modéré]

      +6

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 08.11.2020 à 11h31

      Le problème du transport de marchandises est directement lié à la sur-production de « biens » en tous genres, pour la plupart inutiles et donc très rapidement négligés, gaspillés, jetés(ce qui nous amène au problème des déchets), sans oublier leur obsolescence programmée.
      Ne jamais oublier que la principale justification de l’enrichissement par le commerce, c’est le transport des denrées(d’un point A où elles sont produites à un point B où elles sont rares ou inexistantes, en principe impossibles à produire-penser au sel, aux épices, à la soie, puis aux besoins alimentaires des villes qu’il faut combler en allant les chercher dans les campagnes).
      Le seul travail, « effort », du commerçant, du marchand, c’est d’entamer son capital pour acheter au producteur ce qu’il amènera (grâce à l’exploitation de « ses » chauffeurs/ouvriers/employés) à proximité du consommateur pour le lui vendre(et jusque dans son logis, à présent, par le « bienfait » de l’E-commerce)
      Nous ne pourrons sortir du désastre écologique, économique et social qu’en étudiant les besoins réels de la population et en planifiant, stimulant une production raisonnée(dictée par la raison et non par le profit) ne nécessitant pas de trop longs transports. Il faut pour cela ignorer les dictats de l’OMC et exiger les aides des États à la production utile et locale (comme la reprise d’UPM…voir ci-dessus)

        +2

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 08.11.2020 à 11h54

        Une immense collecte nationale ne pourrait-elle permettre aux ouvrier-re-s d’UPM de reprendre l’entreprise(s’approprier les outils) qui est leur gagne-pain, pour la gérer en coopérative?
        Car, si c’est pour passer d’un patron finlandais à un américain ou à un chinois, ou même à un riche français, autant se résigner à s’essuyer le cul avec du papier journal ou d’emballage…ou, pourquoi pas, reprendre l’habitude du bidet… à condition que chaque logement en dispose…

          +1

        Alerter
      • Patrick // 08.11.2020 à 12h40

        La planification !!!
        Toujours ce vieux fantasme qui n’a jamais fonctionné.
        D’un autre côté, avec les pénuries que cela va entraîner c’est clair qu’on aura besoin de moins de transport 😀

          +2

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 08.11.2020 à 13h56

        La planification, quand elle a été mise en œuvre dans des régimes communistes pervertis par la hiérarchisation rampante du Pouvoir, a été torpillée par les implacables « lois du Marché », devenu mondial en l’occurrence… sauf en Chine où les « dirigeants » ont compris qu’elle devait s’acoquiner avec la marchandisation galopante de tout ce qui vit, pousse, marche, nage ou vole sur terre.

          +2

        Alerter
        • Patrick // 08.11.2020 à 14h08

          Oui, en cassant les prix donc en sacrifiant les travailleurs, une belle application du communisme.
          La deuxième étape étant le contrôle social total grâce à la technologie.

          La planification est tout simplement un « rêve » impossible , il faudrait que les planificateurs connaissent tout des besoins, ressources et évolutions de la société sur la durée du planning , ce qui est parfaitement impossible. Donc ça foire et au bout du compte c’est la pénurie.
          Si au contraire , les décisions sont totalement décentralisées, chaque producteur va agir selon l’horizon qu’il connaît et sera bien plus proche de la réalité .. ça s’appelle le marché.

            +2

          Alerter
          • Grd-mère Michelle // 09.11.2020 à 14h02

            Qui a dit: « impossible n’est pas français »?
            Ce serait une occasion d’utiliser, enfin à bon escient, l’intelligence artificielle tant vantée pour ses capacités performantes…
            Qui a suggéré de centraliser les décisions? Pas moi, en tout cas.
            Habitant en Belgique, dans un État fédéral, aux Régions et Communautés très distinctes en termes de conditions de vie(géographiques et économiques), et avec des compétences larges, ça ne me viendrait même pas à l’esprit.
            Avez-vous déjà entendu parler de coopération?
            Loi du Marché= loi du plus fort(du plus riche)

              +0

            Alerter
  • Jean // 08.11.2020 à 08h14

    Qui dirige vraiment l’Amérique ?

    « Nous avons en effet assisté à un événement jamais vu, qui dérange même des officines pourtant férocement anti-Trump. Alors qu’il donnait une conférence de presse lors de laquelle il évoquait les fraudes, les trois plus grandes chaînes de télévision ont purement et simplement décidé de couper la retransmission, empêchant le président en exercice de s’adresser à ses concitoyens ! »

    Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/11/qui-dirige-vraiment-l-amerique.html

      +7

    Alerter
  • Ernesto // 08.11.2020 à 18h41

    Votre constat est faux. La SNCF ne connaît pas un très beau succès dans le fret pour la bonne raison que la part modale du ferroviaire s’est effondrée à 9% quand celle de la route culmine à 90% . Quel bel équilibre ! Merci le marché !

    Nos gouvernants seraient bien inspirés de suivre l’exemple Suisse ou Autrichien, deux pays qui depuis plus de cinquante ans ont compris qu’en mettant les camions sur les trains, on respirait mieux dans les vallées alpines.

    Rien n’indique que le rail n’est pas la solution. Tout au contraire, il pollue beaucoup moins, se moque des épisodes climatiques (neige, gel), reste le dernier recours quand plus rien ne fonctionne : exemple, « le train des merveilles » dans la vallée de la Roya, dévastée par les pluies torrentielles, il n’y a plus que lui pour monter à Tende et ravitailler les populations coupées du monde.

    Votre aveuglement idéologique vous fait perdre tout sens de la mesure et des réalités. Une preuve de plus que le libéralisme et l’adoration de son divin marché sont incapables d’assurer la défense de l’intérêt général.

      +8

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 09.11.2020 à 13h45

      À noter qu’il faut, d’abord et avant tout, RÉDUIRE le volume des marchandises à transporter, et donc notre consommation personnelle, ainsi que le sacro-saint import/export, base de l’ignoble richesse de ceux/celles (individus planqués dans des multinationales) qui dominent le Marché Mondial. (lutter contre les multiples traités de libre-échange conclus et/ou à conclure par l’UE sans la moindre consultation des citoyen-ne-s, revaloriser son Marché Commun, dénoncer la publicité mensongère et abusive… entre autres actions salutaires)
      Oui, le chemin de fer, le train est un excellent moyen de transport, et il fut aussi question de revaloriser le transport par bateaux/péniches sur le gigantesque réseau fluvial et de canaux européen.
      Par ailleurs, pourquoi les industries automobiles ne consacrent-elles pas leurs recherches à équiper les véhicules utilitaires indispensables(notamment les transports en commun) de moyens de locomotion plus « propres », au lieu de produire en masse ces bagnoles électriques, symboles de l’individualisme forcené dans nos riches sociétés égoïstes et du « verdissement » hypocrite d’un système économique qui ne veut pas changer, et s’accroche en dépit des signaux forts qui l’avertissent que c’est fini pour lui.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications