Les Crises Les Crises
22.décembre.201922.12.2019 // Les Crises

Revue de presse du 22/12/2019

Merci 61
J'envoie

Chers lecteurs. Une nouvelle année de revues de presse, la sixième me semble-t-il, va s’achever sur le blog. Nous vous proposons de nous adresser via le formulaire de contact le lien vers un article de l’année écoulée que vous avez trouvé important ou représentatif – avec un résumé en expliquant l’intérêt. Si la moisson fonctionne bien, nous en ferons une sélection pour une revue de fin 2019.

CHINE

La marine chinoise met en service le CNS Shandong, son deuxième porte-avions

"Un peu plus de huit ans après le CNS Liaoning, la composante navale de l’Armée populaire de libération [APL] a officiellement mis en service le CNS Shandong, son deuxième porte-avions, jusqu’alors connu sous le nom de « Type 001A », lors d’une cérémonie ayant réuni 5.000 invités à Sanya, sur l’île de Hainan [Mer de chine méridionale]. « Le président Xi Jinping, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale a participé à la cérémonie », a précisé l’agence Xinhua. Cette mise en service du CNS Shandong est « un gros cadeau » pour « marquer le 20e anniversaire de la rétrocession de Macao à la Chine », a déclaré M. Xi. « Pékin a choisi Sanya [pour la mise en service] parce que la direction militaire voulait souligner l’importance géostratégique de la deuxième base de porte-avions » de l’Armée populaire de libération, après celle de Qingdao, a-t-il expliqué."

Source : Opex 360

À quoi servira le « soleil artificiel » que prépare la Chine pour 2020 ?

"Le nouveau réacteur à fusion nucléaire envisagé par la Chine vise à résoudre les obstacles de cette technologie, tout en enregistrant de nouveaux records de température. Alors que des scientifiques américains essayent de reproduire l’équivalent d’un trou de ver, en Chine, un « soleil artificiel » est plutôt à l’ordre du jour. L’expression n’est pas entre guillemets pour rien : comme pour le trou de ver, il ne s’agit pas vraiment de reconstituer un véritable soleil, mais plutôt de générer sur Terre une réaction physique similaire. Pas de scénario hollywoodien à l’horizon, donc. En tout cas, l’annonce a été faite lors de la China Fusion Energy Conference en cette fin d’année 2019 : le projet nommé HL-2M Tokamak est officiellement prévu pour 2020, et il aura une vraie portée scientifique. Tout n’est pas nouveau dans cette idée d’un « soleil artificiel ». En fait, il en existe même déjà un en Chine, depuis 2006 : le réacteur Experimental Advanced Superconducting Tokamak. Son rôle est de reproduire la même fusion nucléaire que celle qui opère au sein du Soleil, afin d’en exploiter l’énergie."

Source : Numerama

CRISE BANCAIRE

La Banque de France veut lancer sa propre cryptomonnaie

"Le gouverneur de la Banque de France a annoncé, le 4 décembre dernier, vouloir expérimenter une « monnaie digitale de banque centrale » (MDBC), destinée dans un premier temps aux transactions interbancaires et aux « grands comptes ». La Banque de France lancera un appel à projets à la fin du premier trimestre 2020. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, explique que « la mise en place d’une monnaie digitale de banque centrale nous permettrait de disposer d’un puissant levier d’affirmation de notre souveraineté face aux initiatives privées du type Libra ». Cette décision fait suite à l’impulsion de l’Union européenne (UE), qui, face à l’émergence de projets de cryptomonnaies privées tels que le projet Libra de Facebook, incite les banques centrales européennes à se prémunir contre les risques engendrés, notamment en développant leur propre « stablecoin »."

Source : Portail de l’IE

DÉMOCRATIE

Violence de la répression contre le mouvement social : la justice première responsable

"La grande journée du 5 décembre dont personne à part quelques militants déguisés en journalistes, n’a pu nier qu’elle était un grand succès a pourtant encore été marquée par d’intolérables violences policières. Aux quatre coins de la France, des caméras nous ont montré des forces de l’ordre utiliser sans aucun complexe une violence parfois sans frein faisant rejaillir sur l’ensemble du corps de la police un déshonneur qui mettra très longtemps à se dissiper. Depuis un an, des policiers dévoyés, s’en donnent à cœur joie et utilisent tranquillement des méthodes dignes de milices de nervis, contre des manifestants voulant user de leurs libertés constitutionnelles. Le tout sous le regard des caméras, des témoins, et de la presse étrangère effarée, sans que cela émeuve beaucoup la presse mainstream. À longueur de plateaux et de colonnes, les éditocrates se relaient pour stigmatiser les violences des manifestants et rester muets sur l’effarant bilan d’un an de violences policières."

Source : VU DU DROIT

ENVIRONNEMENT

La révolution énergétique allemande dans l’impasse

"Il y a tout juste six mois, le grand magazine allemand Der Spiegel titrait en Une: «Un travail bousillé en Allemagne» à propos de la fameuse révolution énergétique allemande, l’Energiewende. Elle a été lancée il y a 15 ans et a englouti des centaines de milliards d’euros pour faire basculer la production d’électricité en Allemagne vers le tout renouvelable, éolien, solaire et biomasse tout en abandonnant le nucléaire. Mais elle est loin de produire les effets escomptés. Non seulement, les prix de l’électricité ne cessent de monter, mais les émissions de CO2 ne baissent pas du tout comme espéré. L’Allemagne est ainsi de loin le plus gros émetteur de CO2 d’Europe (22% du total l’an dernier), bien plus du double de la France (9,3%). Car outre-Rhin, quand il n’y a pas de vent ou de soleil, ce sont les centrales à charbon, particulièrement polluantes, qui prennent le relais."

Source : Transitions énergies

La révolution énergétique allemande dans l’impasse

"Il y a tout juste six mois, le grand magazine allemand Der Spiegel titrait en Une: «Un travail bousillé en Allemagne» à propos de la fameuse révolution énergétique allemande, l’Energiewende. Elle a été lancée il y a 15 ans et a englouti des centaines de milliards d’euros pour faire basculer la production d’électricité en Allemagne vers le tout renouvelable, éolien, solaire et biomasse tout en abandonnant le nucléaire. Mais elle est loin de produire les effets escomptés. Non seulement, les prix de l’électricité ne cessent de monter, mais les émissions de CO2 ne baissent pas du tout comme espéré. L’Allemagne est ainsi de loin le plus gros émetteur de CO2 d’Europe (22% du total l’an dernier), bien plus du double de la France (9,3%). Car outre-Rhin, quand il n’y a pas de vent ou de soleil, ce sont les centrales à charbon, particulièrement polluantes, qui prennent le relais."

Source : Transitions énergies

La pénible conclusion d’une COP calamiteuse

"« C’est de la négociation par épuisement à son pire », regrette un ancien négociateur des Philippines. La COP25 s’est enfin terminée ce dimanche midi après toute une nuit de reports de la séance plénière finale. Sans, pourtant, qu’un véritable accord ait été trouvé. Le texte final reste bien loin des exigences nécessaires face à la crise climatique. II « souligne l’urgence d’améliorer les ambitions dans le but d’assurer les meilleurs efforts de mitigation et d’adaptation de tous les États ». Le minimum syndical —après une intervention en urgence de l’Espagne dans les négociations— avant la COP26 de Glasgow l’an prochain et l’activation du mécanisme d’ambition prévu par l’Accord de Paris. « Les principaux acteurs dont on espérait des avancées n’ont pas répondu à ces attentes, mais […] nous avons arraché le moins mauvais résultat possible, contre la volonté des grands pollueurs », a réagi Laurence Tubiana, directrice générale de la Fondation pour le climat."

Source : REPORTERRE

FRANCE

Accès régulé à l’énergie nucléaire : la bataille ne fait que commencer…

"La loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Électricité) de 2010 a mis en place le mécanisme dit de l’Arenh (accès régulé à l’énergie nucléaire historique) permettant depuis mi-2011 et jusqu’en 2025, aux concurrents d’EDF d’acheter à prix coûtant 100 TWh/an d’électricité nucléaire (~25 % de la production française de nucléaire de l’époque). L’objectif était de permettre aux fournisseurs alternatifs, produisant à l'époque de l’électricité thermique plus coûteuse, ou qui achetaient de l’électricité sur le marché de gros à un prix supérieur au coût du nucléaire, de pouvoir concurrencer EDF. Le mécanisme a bien fonctionné et tous les opérateurs considèrent que cela a permis à ces entrants de gagner des parts de marché. Mais aujourd’hui certains voudraient le renforcer tandis que d’autres, et notamment EDF, souhaitent le supprimer. En effet, plus le nombre d’entrants augmente, plus la demande d’Arenh va augmenter, réduisant d’autant la part de marché d’EDF. L’EDF se trouve ainsi menacé d’une « spirale de la mort » en aidant ses concurrents à l’évincer progressivement du marché."

Source : The conversation

Loi « HAINE » : la trahison du Sénat

"Le Sénat vient d’adopter la loi « contre les contenus haineux sur internet ». Après ce qui semblait être une première victoire la semaine dernière en commission des lois, le Sénat a finalement renoncé à lutter contre les risques de censure abusive de cette proposition de loi. Sur plusieurs points cruciaux, le texte qu’il a adopté est pire que celui initialement proposé par Mme Avia. En apparence, la victoire de la semaine dernière est maintenue : la principale mesure de la loi, c’est-à-dire l’obligation pour les plateformes de retrait en 24 heures des contenus « haineux » qui leur sont notifiés, a disparu de l’article 1er du texte. Mais il s’agit d’une apparence bien trompeuse. Hier, cette obligation a refait son apparition sous une autre forme à l’article 2 : le défaut de retrait en 24 heures n’est plus une infraction pénale sanctionnée au cas par cas, mais les plateformes doivent déployer « les diligences proportionnées et nécessaires » pour y parvenir, sans quoi elles s’exposent à une amende administrative du CSA pouvant aller jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaire."

Source : LA QUADRATURE DU NET

Y a-t-il un tournant Macron après 20 ans de réformes sociales ?

"La politique sociale depuis 20 ans. On se dit a priori que c’est l’histoire d’un patient détricotage des acquis du programme national de la résistance freiné par quelques grandes mobilisations. Faisons un bref bilan des 20 dernières années. Le système français est un système qui est mis au défi sur deux plans : 1) sa capacité à s’équilibrer sur longue période et 2) sa capacité à affronter le défi pour les entreprises de l’ouverture à la concurrence. Le premier constat, c’est que du point de vue des dépenses, il est difficile d’étayer la thèse d’une déconstruction sociale. Car la France consacre une part supérieure de son PIB aujourd’hui à la protection (au sens large, en y intégrant les régimes complémentaires) ou au sens étroit, lorsque l’on resserre l’analyse sur les circuits publics. Idem, lorsque l’on prend l’indicateur des prestations versées par habitant en euro constant. Là non plus, on n’observe pas de rupture. Voilà pour la volumétrie. D’où vient alors le sentiment d’un moins disant social ?"

Source : XERFI CANAL

GÉOPOLITIQUE

Les États-Unis vont imposer des sanctions aux entreprises impliquées dans le gazoduc européen Nord Stream 2

"La Chambre des représentants des États-Unis a adopté mercredi à une large majorité des sanctions contre les entreprises impliquées dans le gazoduc Nord Stream 2. Les entreprises et leurs dirigeants sont menacés du retrait de leurs visas et du gel de leurs avoirs aux États-Unis. Le Nord Stream 2 relie directement la Russie à l'Allemagne par la mer Baltique. De là, le gaz est distribué par voie terrestre vers d'autres pays européens. Le gazoduc est parallèle au Nord Stream 1, qui est en service depuis 2011, doublant ainsi sa capacité de 55 à 110 milliards de mètres cubes. L'Allemagne utilise actuellement près de 90 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le gazoduc Turkish Stream, qui va du sud de la Russie jusqu'en Turquie en passant par la mer Noire, est également touché par les sanctions. Toutefois, la pose de ce gazoduc, qui fait l'objet des sanctions, est déjà achevée. Nord Stream 2 est également en grande partie terminé. Plus de 1000 des 1230 kilomètres de canalisations ont déjà été posés. La moitié du coût de 10 milliards d'euros est couverte par la société russe Gazprom, tandis que l'autre moitié est répartie entre les cinq sociétés européennes, OMV, Wintershall Dea, Engie, Uniper et Shell. Le gouvernement allemand soutient également le projet. Les deux partis au Congrès américain ont soutenu les sanctions, qui ont été introduites par le sénateur républicain Ted Cruz et la sénatrice démocrate Jeanne Shaheen. Elles ont été adoptées par 377 voix contre 48 dans le cadre du budget militaire de 738 milliards de dollars, le plus important de l'histoire du pays."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

Confirmations

"Ces derniers jours ont apporté leur lot de nouvelles intéressantes, dont plusieurs confirment ce que nous disons ici, parfois depuis longtemps et pas toujours en accord avec la doxa alternative qui, dans sa lutte contre le système impérial, a tendance à idéaliser tous ceux qui s'y opposent. Ce blog, lui, s'est toujours efforcé de faire la part des choses et de rapporter les faits tels qu'ils sont pour une meilleure compréhension des événements. Si l'empire américain et ses filiales s'y font régulièrement esquinter, ce n'est jamais aux dépens de la vérité. Petit florilège de nouvelles qui apportent de l'eau au moulin des Chroniques... Ce que nous écrivions le 12 novembre a pu causer une certaine gêne. Quoi ? Rendre l'immaculé Evo Morales partiellement responsable de la situation ? Ne pas se lâcher en imprécations contre Bolsonaro mais, au contraire, lui reconnaître une évolution intéressante ? Vous n'y penser pas, voyons, cachez ce billet que je ne saurais voir."

Source : CHRONIQUES DU GRAND JEU

RÉFLEXION

Nouvelles routes de la soie, « La ceinture et la route »

"Pour parler des relations « technologiques » entre la Chine et l’Europe, il faudrait sans doute remonter avant notre ère, à l’ouverture historique de la route de la soie. L’Occident découvre alors un produit à la fois : · hautement désirable (la vogue de la soie perturbe l’économie romaine dès avant l’ère chrétienne), · lié au secret (dans la mesure où les acheteurs finaux ne savent ni comment elle est fabriquée, ni comment atteindre directement le pays d’origine) · et dont l’exportation a été décidée- par l’Empire dans une stratégie de souveraineté. […] Le hardware et le soft, la route et la muraille, le numérique et le tangible, la souveraineté et le négoce, la copie et l’invention... tout nous semble reposer sur des équilibres et des contrôles, dont rien ne garantit d’ailleurs qu’ils dureront éternellement. Ni qu’ils soient adaptables chez nous ou que de soit souhaitable. Mais qui enseignent au moins aux Européens que l’absence de volontarisme politique et la confiance dans les mécanismes technoéconomiques étaient des erreurs."

Source : Le site de François-Bernard Huyghe

VUES D’AILLEURS

Hong Kong : des néonazis ukrainiens se joignent au mouvement de protestation

"Des néonazis d’Ukraine se sont envolés pour Hong Kong afin de participer à l’insurrection anti-chinoise, qui a été largement présentée comme un mouvement pro-démocratique pacifique et saluée par les médias occidentaux. Depuis mars 2019, Hong Kong est le théâtre de manifestations et d’émeutes souvent violentes qui ont détruit l’économie de la ville. Le gouvernement américain a financé de nombreux groupes qui dirigent le mouvement pro-occidental et anti-Pékin, et les dirigeants de l’opposition ont travaillé en étroite coordination avec des personnalités politiques conservatrices de Washington telles que Marco Rubio et Steve Bannon, en faisant pression pour des sanctions et autres mesures punitives contre la Chine. De nombreuses délégations de groupes d’extrême droite du monde entier se sont rendues à Hong Kong pour se joindre à la violente insurrection contre Pékin, au cours de laquelle des sécessionnistes ont attaqué la police avec des arcs et des flèches, ainsi que des armes incendiaires lancées par des catapultes, et brûlé vives des personnes."

Source : ENTELEKHEIA

ÉCONOMIE

Mutation numérique : petits boulots et baisse de productivité

"Partout à travers le monde développé, les performances de productivité se sont affaissées. C’est un symptôme général et un constat statistique que l’on peut de moins en moins mettre sur le compte de la spécificité de la crise de 2008. La violence du choc sur le PIB n’a pas eu fort heureusement des conséquences d’ampleur équivalente sur les capacités de production. Politique monétaire, soutien fiscal aidant, les bilans privés ont encaissé le choc, limitant les faillites et amortissant le choc sur l’emploi. En conséquence, la productivité a plongé partout, et ce trou d’air a affecté les tendances plusieurs années durant. Bâtir sur la base de ce hiatus entre la vitesse d’ajustement des flux et la lenteur d’ajustement des stocks, un discours sur la panne du progrès technique était prématuré 5 ou 6 ans après la crise. Mais 10 ans après le choc, l’effet de traîne de la crise peut de moins en moins être invoqué. Et force est de constater qu’en dépit de l’embellie de l’activité mondiale après 2014, la productivité n’a nulle part rétabli ses rythmes d’avant-crise. Ce simple constat donne du crédit aux tenants de la stagnation séculaire. La révolution digitale a des retombées décevantes en termes d’efficacité productive."

Source : XERFI CANAL

Commentaire recommandé

vert-de-taire // 22.12.2019 à 12h18

**Accès régulé à l’énergie nucléaire : la bataille ne fait que commencer… **

Nous avons déjà vu passer cette information.
Rappel : Une entreprise peut devenir vendeuse d’électricité en achetant à EdF, obligée de vendre de l’électricité à prix obligé aussi (exactement le contraire d’un marché – du délire pour le libéralisme qu’on nous vante en continu).
Elle le revend à des clients sans avoir RIEN fait, car c’est EdF/Enedis qui distribue, compte, facture.

Ce fonctionnement n’est pas libéral économiquement, aucun investissement, aucune concurrence, aucune valeur ajoutée RIEN sinon du parasitisme. Un peu comme un spéculateur sur du pétrole ou de blé, sûr de revendre sinon aujourd’hui, ce sera demain (encore que le spéculateur prend un léger risque lui).

La contrainte de l’UE entraine des délires.
Nos dirigeants en sont les artisans.
Une fois de plus il y a incompatibilité totale entre les services publics et le capitalisme.
Mais le dogmatisme et l’avidité des capitalistes avides règnent comme pour maintenir une illusion qui perdue, entrainerait un effondrement immédiat de ce modèle de société, à commencer par la pantomime de nos gouvernants s’accrochant à une chimère qui ne sert qu’une minorité d’ultrariches.
Le capitalisme est une plaie, un crime contre l’humanité.

53 réactions et commentaires

  • Evariste // 22.12.2019 à 09h23

    L’information concernant le « soleil artificiel » développé en Chine est surtout une grosse opération de communication. Les performances annoncées n’ont rien d’exceptionnel, ce qui est intéressant c’est surtout la conception du tokamak HL-2M qui permet d’ajuster le champ magnétique pour optimiser la stabilité du plasma. Il s’agit d’une contribution certainement importante de la Chine au projet international Iter (construit à Cadarache et dont la Chine est membre) qui devrait dans quelques années permettre la production nette d’énergie par fusion nucléaire. Toutefois il convient de rappeler que la production d’électricité par fusion à un niveau industriel n’est pas envisagée avant 2050 (en étant très optimiste)…

      +9

    Alerter
  • Anouchka // 22.12.2019 à 11h01

    «  la révolution digitale a des retombées décevantes en termes d’efficacité productive »
    Ah-ah…
    Qu’est-ce que la hausse de la productivité : quand à masse salariale égale, on eut produire plus de biens.
    La masse salariale augmenterait-elle du fait de la révolution digitale ? Est-ce qu’on aurait besoin de plus de monde qu’avant pour produire des objets avec l’aide de « l’intelligence artificielle »? Ou bien est-ce qu’on produit moins de choses avec le même nombre de gens parce qu’on a besoin de produire moins de choses mais qu’il faut quand même maintenir les gens dans un emploi?

      +6

    Alerter
  • Anouchka // 22.12.2019 à 11h22

    « d’où vient le sentiment d’un moins disant social »? Peut-être parce que si la part des dépenses de sécurité augmente en valeur, et n’augmente pas suffisamment en proportion de la demande d’assistance et de sécurité qui elle explose du fait de l’augmentation de la population en situation de handicap partiel du fait notamment de l’âge, et du fait de l’explosion des coûts des techniques qui pallient ces situations de handicap.
    Le nombre d’années passées à la retraite (C’est à dire la période de la vie où l’on ne peut plus travailler du fait de la diminution des capacités physiques et mentales) en comparaison du nombre d’années passées à travailler est un bon exemple.
    On peut aussi relever un autre phénomène : une personne récemment naturalisée peux faire venir en France ses parents à la retraite (en vertu du regroupement familial) et ceux-ci bénéficieront automatiquement du « minimum retraite » du à tous les résidents en France ayant dépassé l’âge de la retraite. Ce sont certes de petites sommes perçues par chaque individu, mais multiplié par le nombre des nouveaux arrivants, cela augmente d’autant les dépenses de sécurité sociale.

      +8

    Alerter
    • jp // 22.12.2019 à 14h07

      les vieux parents (étrangers ou français) gardent souvent les gosses de leurs enfants qui travaillent, donc économie de frais de garde généralement subventionnés.

        +2

      Alerter
      • Anouchka // 22.12.2019 à 14h22

        Oui mais inversement si ils vivent aux domicile de leurs enfants, cela donne lieu à des baisses d’impôt (de même que l’argent envoyé au pays) et s’ils sont dépendants (ce qui peut durer beaucoup plus longtemps que la période où l’on fait garder les enfants), ils perçoivent d’autres aides.

          +4

        Alerter
    • obermeyer // 22.12.2019 à 17h00

      Anouchka :  » une personne récemment naturalisée peux faire venir en France ses parents à la retraite (en vertu du regroupement familial) et ceux-ci bénéficieront automatiquement du « minimum retraite »
      Je suis marié à une étrangère , naturalisée depuis une vingtaine d’années , et pourtant c’est une énorme galère (administrative , visas , assurance OBLIGATOIRE ) pour faire venir ses parents quelques semaines par an . En aucun cas ils ne peuvent prétendre au moindre minimum retraite , ni même aux soins de santé , à part peut être en cas d’urgence .
      Donc si vous m’expliquez comment faire , je serais preneur .

        +7

      Alerter
      • Anouchka // 22.12.2019 à 19h14

        Si, si, c’est assez simple (quoique lourd administrativement en démarches, je reconnais).
        Le plus difficile est d’obtenir un visa de plus de trois mois au consulat du pays de départ (pas possible de lancer la demande avec un entrée en France avec un visa touristique). Il existe je crois un visa special pour ascendant dépendant à charge (il faut déclarer que le parent en question ne peut plus vivre seul dans son pays). Une fois le parent en France avec ce visa, il faut faire une demande de carte de séjour (toujours dans le cadre de « ascendants à charge ») auprès de la préfecture. Une fois cette carte obtenue, vous faites une demande de carte vitale puis lorsque le parent aura vécu chez vous pendant au moins 6 mois, vous pourrez faire une demande de minimum vieillesse.
        C’est difficile et assez coûteux au départ, mais tout à fait réalisable ;j’ai de nombreux cas autour de moi, ce qui explique que je sois si au fait de la procédure.

          +0

        Alerter
        • obermeyer // 23.12.2019 à 09h30

          Comme vous dites , c’est difficile et assez coûteux , surtout qu’il faut déjà passer la barrière d’un visa de plus de 3 mois . Pour le Maghreb en tous cas , l’obtention de ce visa long séjour est un sésame quasi impossible à obtenir . En tous cas , merci pour les explications .

            +1

          Alerter
          • koui // 23.12.2019 à 21h22

            Ma belle mère est venue en France par le regroupement familial. Elle vit au frais de l’état français car elle n’avait aucun revenu depuis la mort de son mari. Elle a élevé 8 enfants et quelques neveux et nièces au pays. C’est quelqu’un de très bien qui a appris le français a 58 ans, puis a écrire et qui porte maintenant des jeans.

              +0

            Alerter
    • K // 22.12.2019 à 20h42

      Comme le dit le commentateur précédent, les parents d’un étranger en situation régulière peuvent venir (après un certain délais et bcp de traquas administratifs). Une fois qu’ils sont à leur tour en France et régularisés, les parents peuvent bénéficier du minimum vielliesse, d’un logement social et d’une couverture médicale gratuite (et quand on sait que l’écrasante majorité des dépenses de santé concernent les plus de 65 ans…). Plus tous les autres services publics qui profitent à tous (voirie, police, justice, préfecture…).
      Le total doit bien couter dans les 2500-3000€ par mois et par parent.
      Et le tout sans jamais avoir cotisé. Elle est pas belle la vie ?
      [modéré]

        +3

      Alerter
    • RV // 23.12.2019 à 13h55

      @ Anouchka // 22.12.2019 à 11h22

      « d’où vient le sentiment d’un moins disant social »

      De la casse des services public.
      De la privatisation des services publics avec les augmentations de tarifs systématiques qui vont avec pour payer la rente des actionnaires.
      De la réduction des moyens qui leurs sont alloués.
      De la fermeture des bureaux de poste.
      De la fermeture des hôpitaux.
      De la fermeture des maternités.
      De la fermeture de classes dans l’éducation nationale alors que la population augmente.
      Du trop grand nombre d’élève dans les classes restantes.
      De la casse du système de retraite, organisée ces 30 dernières années ! ! !
      1987 loi Seguin – Indexation sur les prix et non plus sur les salaires
      1993 Mesures Balladur – Calcul sur la moyenne des salaires des 25 meilleures années – 40 années de cotisations au lieu de 37,5 – Décote de 5% par année manquante
      2003 Loi «Fillon» – Extension des mesures « Balladur » à la fonction publique – 41 années de cotisations
      2007 Régimes spéciaux Alignement sur la fonction publique
      Je vous laisse compléter de 2007 à 2018 . . .

      Pour reprendre votre vocabulaire, la sécurité n’est pas l’alpha et l’omega des services publics en France.
      Y’en a mare de se trouver des boucs émissaires.

        +8

      Alerter
  • vert-de-taire // 22.12.2019 à 11h28

    **La Banque de France veut lancer sa propre cryptomonnaie**
    Je ne parviens pas à trouver le moindre intérêt à cette monnaie.
    Soit elle est nouvelle, adossée à des actifs stables mesurables, donc une monnaie autre que celles existantes avec une valeur garantie par du concret. Cela est intéressant car déconnectée de monnaies spéculatives.
    Soit elle est basée sur l’Euro (ou autre monnaie existante) et c’est de l’Euro et rien d’autre, donc elle est réduite à un mode de paiement.
    C’est à dire RIEN.

      +5

    Alerter
    • MS // 22.12.2019 à 13h34

      « la mise en place d’une monnaie digitale de banque centrale nous permettrait de disposer d’un puissant levier d’affirmation de notre souveraineté face aux initiatives privées du type Libra » … et peut être aussi face à l’Euro si la France décide d’abandonner la monnaie commune ?

        +1

      Alerter
    • Subotai // 22.12.2019 à 19h10

      Ce que je crois avoir fini par comprendre des cryptomonnaies, c’est que c’est seulement un tiers de confiance (numérique) dans un échange de bien.
      Ce qui implique que n’importe quel groupe privé peut décider de s’échanger des bien sur la foi en leur propre tiers de confiance – Grosso modo un SEL c’est ça, sans Blockchain. 🙂
      Aussi s’il est utilisé pour un réel échange de bien, ça peut rouler, s’il est utilisé pour faire de la spéculation, ce n’est ni plus ni moins que de la monnaie de singe, au même titre que les milliards tournant en rond dans les circuits financiers.

        +4

      Alerter
      • RV // 23.12.2019 à 14h00

        Et cerise sur le gâteau, cerise amère si l’en est, la technique de la blockchain est très gourmande en bande passante sur la toile et en énergie dans les data-center, ce qui en fait un non-sens environnemental.

          +2

        Alerter
  • charles // 22.12.2019 à 11h41

    > https://portail-ie.fr/short/2245/la-banque-de-france-veut-lancer-sa-propre-cryptomonnaie

    je ne comprends pas pourquoi. L’article n’en parle pas. On t il pour objectif de créer le prochain monero (dans le titre y’a crypto, ce ce que l’on cache aux autres) ? A quoi bon quand on a déjà la main sur les chambres de compensation (clearstream) ? A quoi bon tout court ré inventer le même produit avec un packaging différent ? Quel besoin technologique, nécessité, cela doit il remplir ?

    Soit la monnaie est intraçable, et je n’en comprend pas l’interet pour une telle entité qui ne sait déjà plus comment gérer ces produits de marché type subprime, soit on parle juste de numériser (pour ne pas dire dématérialiser) la monnaie pour faire de l’esbroufe technologique.

    Et puis ça parle de concurrencer la libra de facebook, sauf que l’on parle de deux choses complètement différentes, avec des marchés ciblent totalement différent. Par ailleurs, le premier ferait du bottom up, le second du top down.

    ça sent le haut fonctionnaire paumé qui va s’en foutre pleins les fouilles pour avoir lancer l’état dans un initiative technologique dont on découvrira, pas si benoîtement, dans 20 ans, que c’était vraiment pas la chose à faire. bref, du delevoye dans l’air.

      +5

    Alerter
  • vert-de-taire // 22.12.2019 à 11h49

    **La révolution énergétique allemande dans l’impasse**

    Qui s’en étonnera ?
    Comment concilier un modèle basé sur l’accumulation de fric, de rentabilité folle et une société ‘sage’, économe, respectueuse des personnes, de leur environnement …
    Le capitalisme, rhénan ou autre n’est pas compatible avec un fonctionnement cohérent de l’activité au service des personnes.
    On ne peut pas laisser des entreprises avides par essence décider ceci ou cela et espérer que la main invisible du marché régule au mieux le tout. C’est une croyance dogmatique hors toutes réalités.

    L’énergie électrique exige une cohérence stricte que le capitalisme est incapable de maitriser sinon à son profit exclusif.
    Les incitations étatiques, interventionnisme par subvention ou intéressement temporaire couplés à une logique de rente n’a aucun rapport avec le climat et autre services publics sociaux.
    Ce sont deux logiques orthogonales.
    Les intérêts sont contradictoires.

    Espérer marier/contraindre les intérêts capitalistes avec les intérêts/besoins de l’humanité est exactement une folie.

    Le spectacle des COP nous le prouve amplement.
    C’est de l’agitation pour concilier des contraires.
    Qui peut croire à cette idéologie (le capital au service, respectueux de l’humain).

      +13

    Alerter
    • RV // 22.12.2019 à 12h34

      @ vert-de-taire // 22.12.2019 à 11h49

      Oui, sans doute, mais dans ce domaine il est nécessaire de ne pas évacuer la composante technique et scientifique.

      Tant que nous n’aurons pas développé des moyens de stockage à la hauteur des besoins il est illusoire d’espérer remplacer une production continue et pilotable par une production intermittente dont le débit est imprévisible.

        +3

      Alerter
      • vert-de-taire // 22.12.2019 à 14h15

        Très juste, il y a un blocage technique …
        … pour que rien ne change.
        C’est à dire pour verdir le train de vie dévastateur que nous imposent les capitalistes.

        Et comme le capitalisme n’a AUCUNE raison de se soucier des externalités c’est la foire et les dévastations. Son SEUL soucis engranger des dividendes.
        La technique ne sert QUE si elle est déjà rentable ou facilement accessible. La recherche fondamentale en perdition.
        Une politique au long terme qui baisse le rendement de la rente aujourd’hui est donc exclue.
        Il faut l’État, lequel SERT les capitalistes ! Un comble non ?
        L’argent de l’État pour servir le grand capital, SEULE SOLUTION.
        Les dépenses sont publiques et les profits privés, captés par les milliardaires.

        La technique ici n’a RIEN à voir, c’est TOUT CHOIX technique qui est impossible à faire
        car le risque de perdre donc de disparaître est trop grand.
        Regardez le fou de l’espace qui envoie une voiture autour de la Terre (folie furieuse non ?), il est vraiment fou, prend des risques insensés, il est « SEUL » à investir des folies dans l’énergie solaire PV, que de la techno pointue (il fait comme le gouv. chinois qui peut se permettre d’investir à long terme, on peut aussi voir les élucubrations des militaires américains qui fabriquent des chimères avec l’argent public volé aux miséreux).

        Tout ceci pour démontrer l’évidence :
        Il y a totale incompatibilité entre capitalisme et société humaine respectueuse de l’humanité dans la Nature.
        Ce n’est donc pas technique c’est systémique.

          +7

        Alerter
        • RV // 28.12.2019 à 18h52

          @ vert-de-taire // 22.12.2019 à 14h15
          Le stockage de l’électricité des sources intermittentes ne règlera pas tous les problèmes,
          notamment celui de la sortie du capitalisme,
          mais prétendre que ça ne changerait en rien la situation me parait un tantinet exagéré, en l’état de la technique en ce début de XXIe siècle c’est une des voies à explorer et développer.

            +0

          Alerter
  • euromix // 22.12.2019 à 12h07

    La baisse de productivité c’est la prise de contrôle des entreprises par les financiers qui sont de plus en plus éloignés du réel. C’est Boeing qui ne sait plus faire des avions, C’est Apple qui ne sait plus faire des claviers, la saga WeWork , les bull shit jobs, et tout le monde connait des exemples similaires à des échelles moindres dans son boulot. Le gaspillage est partout. La concentration des entreprises en entités des plus en plus grande accélère ce mouvement.

      +17

    Alerter
  • vert-de-taire // 22.12.2019 à 12h18

    **Accès régulé à l’énergie nucléaire : la bataille ne fait que commencer… **

    Nous avons déjà vu passer cette information.
    Rappel : Une entreprise peut devenir vendeuse d’électricité en achetant à EdF, obligée de vendre de l’électricité à prix obligé aussi (exactement le contraire d’un marché – du délire pour le libéralisme qu’on nous vante en continu).
    Elle le revend à des clients sans avoir RIEN fait, car c’est EdF/Enedis qui distribue, compte, facture.

    Ce fonctionnement n’est pas libéral économiquement, aucun investissement, aucune concurrence, aucune valeur ajoutée RIEN sinon du parasitisme. Un peu comme un spéculateur sur du pétrole ou de blé, sûr de revendre sinon aujourd’hui, ce sera demain (encore que le spéculateur prend un léger risque lui).

    La contrainte de l’UE entraine des délires.
    Nos dirigeants en sont les artisans.
    Une fois de plus il y a incompatibilité totale entre les services publics et le capitalisme.
    Mais le dogmatisme et l’avidité des capitalistes avides règnent comme pour maintenir une illusion qui perdue, entrainerait un effondrement immédiat de ce modèle de société, à commencer par la pantomime de nos gouvernants s’accrochant à une chimère qui ne sert qu’une minorité d’ultrariches.
    Le capitalisme est une plaie, un crime contre l’humanité.

      +41

    Alerter
    • Myrkur34 // 22.12.2019 à 17h48

      Dans la même optique, la commission européenne qui ne veut pas reconnaître le droit à l’eau comme un droit humain.(A regarder les 3 documentaires de la soirée d’arte de mardi dernier sur l’eau).
      En fait même quand le secteur public fonctionne et pour pas cher, il faut privatiser car il faut de la concurrence.

        +4

      Alerter
      • Narm // 22.12.2019 à 23h29

        excellents documentaires d’ARTE où l’on remarque bien le vampirisme sur les biens public
        https://www.arte.tv/fr/videos/072486-000-A/jusqu-a-la-derniere-goutte/

        le tout, tout comme EDF, au mépris de notre constitution

        Ta in , il est où le droit ?
        …Ah oui, macron, delevoye, balkani sarkosi, cahusac…

        “”EDF se trouve ainsi menacé d’une « spirale de la mort » en aidant ses concurrents à l’évincer progressivement du marché.”””

        adieu la france

          +5

        Alerter
    • rguerenn // 22.12.2019 à 22h43

      Bonjour,
      Le système que vous critiquez,à juste raison,ne me parait pas être le capitalisme…Les politiques se sont vendus aux industriels au détriment du peuple,et ce pour notre malheur…Mais ce système n’est pas le capitalisme…Votre critique est justifiée,mais trouvez une meilleure définition de ce maudit système.

        +3

      Alerter
  • RV // 22.12.2019 à 13h44

    Olivier Passet – Directeur de la recherche, Xerfi, dans son article :
    « Mutation numérique : petits boulots et baisse de productivité »
    semble ignorer la thèse de Jean-Marc Jancovici qui lie la crise de 2008 avec le pic pétrolier de 2006
    et qui prédit que la contrainte énergétique, qui a donc commencé, est la cause première
    de la faiblesse de la croissance.

      +3

    Alerter
    • vert-de-taire // 22.12.2019 à 14h25

      Jancovici n’a qu’un but : favoriser le nucléaire et autres techniques c’est un scientiste.
      Il est incapable de comprendre qu’il n’y a qu’une seule crise : celle du capitalisme.
      Lequel n’a plus de ressources à piller, de peuples à asservir (sinon à fabriquer une vaste prison, un panoptique totalitaire en cours de mise en place) et qui ne tient que par des artifices délirants : fabriquer de la dette sans que celle-ci ne puisse jamais être remboursée : une fuite en avant pour éviter l’effondrement immédiat.
      La contrainte est celle DU RENDEMENT du capital.
      Il y a des milliers de milliards qui ne savent plus où aller !
      C’est cela ‘LA CRISE’ et donc l’effondrement proche.
      Lequel se traduit, on l’a vu, par des guerres (mondiales), qui permettent de tout casser pour tout refaire.

        +4

      Alerter
      • RV // 22.12.2019 à 14h55

        Jancovici vous explique que les économistes ne prennent pas en compte dans leur théorie/dogme/scénario la nécessité de disposer d’énergie. C’est un angle mort de cette discipline.
        Vous pouvez vous laisser aveugler par la composante nucléaire de son discours, mais c’est loin d’être le fondement de son raisonnement.
        Reconnaitre la composante énergie n’entre nullement en contradiction avec la théorie marxiste.
        Quand à la dette, elle n’a pas attendu les capitalistes pour être utilisée par les puissants de ce monde.

        Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique (1803)
        « Les ressources naturelles sont inépuisables, car sans
        cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne
        pouvant ni être multipliées ni épuisées, elles ne sont
        pas l’objet des sciences économiques. »

          +12

        Alerter
        • Anouchka // 22.12.2019 à 15h47

          Voir dans l’énergie l’alfa et l’oméga de l’activité humaine, c’est l’analyser à travers le prisme de la science physique, et c’est effectivement une approche scientiste. En cela Jancovici ne fait que prolonger le paradigme occidental moderne.
          Simone Weil avait mis le doigt sur cet aspect de la culture occidental moderne: la réduction de l’homme aux lois de la science physique, à savoir un rapport entre masse et énergie. Fasciné par sa propre science l’homme occidental moderne se voit lui-même comme n’étant qu’un rapport entre masse et énergie. Alain Supiot rappelle cette réflexion très profonde de S Weil dans son cours sur la gouvernance par les nombres.

          Conclusion : ne nous laissons pas fasciner par les démonstrations certes très rationnelles et très scientifiques de Jancovici (et d’autres) sur le primat de l’énergie. L’énergie est certes un facteur de l’activité humaine mais il y a plus important qu’elle: c’est la volonté des hommes. Les kilojoules permettent de déterminer les chances de survie, sans doute, mais encore faut-il savoir pourquoi les hommes veulent survivre. La volonté est au moins aussi importante que l’énergie pour expliquer le développement d’une civilisation.

            +2

          Alerter
          • RV // 22.12.2019 à 16h37

            Et par la seule volonté de l’homme le vil plomb se transforma en or . . . ?

            Vous avez besoin d’énergie pour vivre, un peu d’air respirable toutes les quelques secondes, un peu d’eau et de nourriture toutes les quelques heures.
            A défaut de cet apport énergétique votre volonté vous abandonnera.
            L’énergie est la grandeur physique qui permet de caractériser un changement d’état dans un système :
            modification de température, modification de la vitesse, modification de la forme, modification de la composition chimique, modification de la position dans un champ (magnétique, électrique, gravitationnel …), modification de composition atomique, modification de l’énergie ou du nombre de photons.
            L’énergie n’est donc rien d’autre que l’unité de compte de la transformation du monde qui nous entoure.

            → -500.000 ans : domestication du feu.
            → L’antiquité : toutes les renouvelables ont été utilisées !
            Bois, vent, soleil, hydraulique, traction animale…
            → Le pétrole est connu des Summériens (-3.000 av. JC
            environ), bien avant Drake et son premier forage (1859 à
            Tittusville).
            → Le charbon est exploité dans la Chine antique 1000 ans avant notre ère.

            Ce qui caractérise l’ère « moderne », ce n’est pas
            l’utilisation de sources « nouvelles » (sauf le nucléaire et le photovoltaïque), mais le changement d’ordre de grandeur dans leur usage.

            La volonté de l’homme est subordonnée aux sources d’énergie à sa disposition et pas l’inverse.
            Les civilisations sont le reflet de l’état de domestication de l’énergie à leur disposition.

            100 ans pour construire une cathédrale, deux ans pour un pont de plusieurs km de long

              +7

            Alerter
            • Anouchka // 22.12.2019 à 17h39

              Ce qui caractérise l’homme moderne n’est pas l’utilisation d’énergie mais la foi en l’énergie comme force primordiale (unique) rendant possible la vie (la sienne en l’occurrence)
              Penser en homme moderne, c’est penser que sans énergie, l’homme retournerait au néant… et donc qu’il suffit de résoudre les problèmes énergétiques pour que tout le reste suive.
              Et c’est comme ça que l’homme moderne a construit des usines où le travail de l’homme était comptabilisé comme force de travail (énergie), qu’il a ensuite conduit des guerres mondiales pour s’approprier les ressources en pétrole, énergie « facile », plus facile en tout cas que la force de travail concentrée dans les camps de travail… c’est comme ça qu’il en est arrivé à penser que tout sur cette terre pouvait être vu comme ressource disponible pour le travail de transformation opéré par l’énergie (puisque tout se résume à des histoires de masses et d’énergie).
              Bref c’est comme ça qu’on en est arrivé là où nous en sommes actuellement, tétanisés par la crainte de notre propre effondrement si nous devons réduire notre consommation d’énergie « facile ». Quelle aliénation !
              La science moderne occidentale est une vision du monde, elle offre une perspective sur la réalité – simplement une perspective. Et il ne tient qu’à l’homme de Décider de changer de perspective. C’est ça la volonté.
              Décider d’arrêter de penser en termes matérialistes de production de matériel. Décider d’arrêter de penser en terme de puissance…
              Précisément, ce n’est pas ce que fait Jancovici.

                +0

              Alerter
            • Almire // 22.12.2019 à 19h39

              Tout a fait de votre avis ! Malheureusement vous n’arriverez pas à convaincre toutes ces personnes qui ignorent ou veulent ignorer que notre univers est régi par une constante permanente, l’énergie, dont on ne connaît pas la nature, mais dont on sait qu’elle se dissipe inexorablement. Tout est énergie, et est soumis aux lois de la thermodynamique. La productivité dont il est question, ne traduit que notre capacité à améliorer nos techniques de mobilisation de l’énergie. Le ralentissement de cette productivité, ne montre pas un manque d’innovation, mais l’impossibilité de mobiliser plus d’énergie.

                +3

              Alerter
            • Subotai // 22.12.2019 à 19h50

              @Anouchka
              Pas au néant.
              Contraction démographique gigantesque avec risque de disparition de l’espèce (ça on s’en fout un peu – en tout cas moi) mais surtout ET DES AUJOURD’HUI, souffrance et destruction d’êtres vivants tout autour de nous et peut être nous ou nos proches.
              Demandez au gens qui manifestent (Gillet jaune, Retraite et tout le reste) de vous raconter combien leur vie est belle et bonne.
              Nous sommes DANS l’effondrement.
              Donc, ya pas yaka fokon, ya faites et TOUT est bon à prendre dans les circonstances…

                +3

              Alerter
          • Bouddha Vert // 22.12.2019 à 18h47

            J’espère sincèrement que vous n’aurez jamais faim, jamais froid, que vous n’aurez pas à aller puiser votre eau au puit, chercher les fagots nécessaires à cuire vos aliments et assurer votre hygiène.

            Que l’électricité ne vous manquera pas pour assurer l’éclairage de votre rue, que vous n’aurez pas à assurer vos lectures à la bougie, que vos aliments seront maintenus au frais.

            L’usage extraordinaire des métaux pour des usages indispensables comme futiles.

            Bref sans énergie, on peut dire adieu à l’immense majorité de ce que l’on appels « acquis sociaux » et avec moins d’énergie il nous faudra faire des choix entre santé, congés payés, retraites, système de santé, études pour les enfants de demain, réseaux informatiques, transports de personnes et de biens, maintien du 4ème âge en vie, la liste est sans fin…

            On peut croire que « lorsque l’on veut on peut », mais la réalité c’est que « l’on fait avec ce que l’on a! »
            S’il en reste moins, ou si utiliser ce qui reste se fait logiquement aux dépends des autres alors il faut politiquement prendre des décisions, il n’existe pas de solution simple à un problème qui historiquement, en dehors des périodes de guerre, n’est jamais arrivé.

            Nous sommes des êtres de mémoire et les nouvelles histoires à inventer doivent parler également à cette mémoire sans créer trop d’amertume, trop de nostalgie.

            Donc pas de déni, pas de désinvolture mais un pragmatisme salutaire et clairvoyant, car parler de survie devant son ordinateur, sur internet, est certainement un peu provocateur.

              +5

            Alerter
            • Anouchka // 22.12.2019 à 19h24

              Il ne s’agit pas de dire qu’on peut vivre d’amour et d’eau fraîche, mais de souligner que les solutions de Jancovici ne nous feront pas sortir de notre problème civilisationnel. Ce qu’il propose c’est un emplâtre sur une jambe de bois.

                +0

              Alerter
            • RV // 23.12.2019 à 14h05

              @ Anouchka // 22.12.2019 à 19h24
              Et ces solutions que vous réfutez, quelles sont-elles ?

              Vous trouverez quelques-unes sur ce site :
              https://theshiftproject.org/
              dont notamment
              http://decarbonizeurope.org/#Propositions

              Fermer toutes les centrales à charbon
              Généraliser la voiture à moins de 2L/100km
              Réussir la révolution du transport en ville
              Tripler le réseau des trains à grande vitesse
              Inventer l’industrie lourde post-carbone
              Rénover les logements anciens
              Lancer le grand chantier de rénovation des bêtiments publics
              Développer la séquestration du CO2 par les forêts européennes

                +2

              Alerter
          • Subotai // 22.12.2019 à 19h41

            Ho, ho, ho…!
            « Voir dans l’énergie l’alfa et l’oméga de l’activité humaine, c’est … »
            Constater une évidence.
            L’espèce a passe l’entièreté de son existence planétaire a s’assurer une survie précaire.
            Dès la découverte et la maitrise de la production d’énergie facile, elle a proliféré (le nombre c’est la survie depuis des millions d’année).
            Les 30 dernières années, l’essentiel de son activité a été de FACILITE L’UTILISATION ET L’USAGE de l’énergie facile pour son bien-être. La conséquence a été la destruction progressive des conditions environnementales indispensables à sa propre survie.
            Nous en sommes là; on boucle la boucle.
            La volonté des « hommes » est nulle, quand il s’agit d’aller contre ses instincts animaux fondamentaux et basiques.
            «  »En cela Jancovici ne fait que prolonger le paradigme occidental moderne. » »
            Ce que j’ai compris des propos de Jancovici, c’est que puisque nous sommes dans une programmation animale, telle qu’elle est, et dans une programmation culturelle, telle qu’elle est, utilisons ces ressources pour freiner et prendre le mur le moins vite possible. On ne « change » pas de paradigme, le paradigme change parce que la société a changé en s’ADAPTANT.
            Alors la Volonté!
            La volonté je ne l’ai trouvée et rencontrée que quand il s’agissait de contrecarrer celle d’un autre humain qui nous dérangeait. La volonté de faire quelque chose qui s’oppose à nos programmations?
            Connait pas.
            Sinon dans les asiles de fous… Leurs cerveau n’a pas supporté.

              +4

            Alerter
      • Babouchka // 22.12.2019 à 18h38

        Hummmm! La science n’est pas une idéologie , le nucléaire dont parle Jancovici est « si l’on veut garder le même niveau de vie » il le dit clairement à plusieurs reprise .
        Qui veut baisser son niveau de vie, et comment le faire tous ensembles, la Chine , le Brésil, l’Europe, la Russie, les États Unis qui commence?

        Et le solution elle est pas de fermer le robinet quand on se lave les dents.

          +2

        Alerter
        • Anouchka // 22.12.2019 à 19h27

          C’est bien ce que je dis, il entend garder notre mode de développement quasi intact.
          Disons que c’est un productiviste éclairé.

            +0

          Alerter
          • Almire // 22.12.2019 à 21h00

            Absolument pas ! Il considère que le nucléaire sera, dans le cas de la France qui ne dispose d’AUCUNE ressources énergétiques pilotables hormis l’hydro-électricité, un amortisseur temporaire quand viendra le temps de la grande descente énergétique. Ce qui ne saurait tarder. Même l’uranium est une ressource épuisable !

              +1

            Alerter
            • Anouchka // 22.12.2019 à 22h12

              « Quand viendra le temps de la grande descente énergétique ». J’ai parfois l’impression, quand je lis les commentaires comme le votre, d’entendre discourir des kabbalistes.
              Chez eux, en effet, l’idée d’énergie et d’entropie est centrale. Assimilé à la création divine, le big-bang est sensé avoir eu comme conséquence le retrait de Dieu de ce monde et une irrémédiable entropie, devant se poursuivre jusqu’à la phase finale d’anéantissement de toute énergie, qui sera aussi celle d’un retour à l’unité divine.
              https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/3593474/jewish/Quand-la-Kabbale-rencontre-la-science.htm

              A propos, que pensez-vous du soleil artificiel des Chinois dont il est question dans cette revue de presse?

                +1

              Alerter
            • RV // 23.12.2019 à 10h25

              @ Anouchka // 22.12.2019 à 22h12

              …/… soleil artificiel des Chinois …/…
              Les Chinois sont partie prenante du projet international ITER et cette avancée technologique relatée dans l’article est une étape positive et encourageante.
              La maitrise industrielle de la fusion n’est pourtant pas pour demain, nous n’en sommes encore qu’à construire des démonstrateurs.
              Belle illustration de la volonté humaine, non ?

                +0

              Alerter
            • RV // 23.12.2019 à 10h59

              @ Anouchka // 22.12.2019 à 22h12

              « Quand viendra le temps de la grande descente énergétique »

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Pic_p%C3%A9trolier
              EXTRAIT :
              …/… L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a signalé en 2010 que la production de pétrole conventionnel a atteint son pic en 2006 (4,5), mais la production totale a continué d’augmenter avec l’essor des techniques d’exploitation du pétrole de schiste aux États-Unis (6).
              En 2018, la production mondiale a atteint un nouveau record et la perspective du pic pétrolier a été repoussée par l’AIE pour 2025 (7), suivant l’hypothèse selon laquelle le boom du pétrole de schiste américain continuera à compenser le déclin du pétrole conventionnel jusqu’à cette date (7). Pendant l’été 2019, la croissance de la production de pétrole de schiste aux États-Unis a cependant connu un net ralentissement, remettant peut-être en cause cette prévision optimiste (8,9). …/…

                +0

              Alerter
          • Bouddha Vert // 23.12.2019 à 01h32

            Anouchka vous êtes extraordinaire!
            Votre entêtement à prêter à Jancovici des intentions et des pensées qu’il n’a jamais défendu dans aucune des nombreuses conférences qu’il offre sur le net démontre que jamais vous n’en avez regardé une jusqu’au bout.
            Que vous soyez désireuse de critiquer ses réflexions sur les sujets qui sont les siens serait certainement salutaire mais, de grâce, regardez (par exemple) l’ensemble des cours disponibles en ligne qu’il a dispensé à l’école des mines en septembre dernier:
            https://drive.google.com/drive/folders/1fqoACrCFtlXKonP266DkFUcmMVj22yj_

            Vous pourrez ainsi soumettre votre sagacité à la pensée systémique de ce monsieur, et ne plus vous opposer à une vision complexe, raisonnable, en vous perdant dans vos certitudes.

            Vous constaterez, entre autre, que le productivisme n’est pas son cheval de bataille.
            Personnellement, dans sa manière de faire, je vois la volonté d’un homme désireux de ménager une humanité positivement aveugle, avec un humour caustique, évidemment pas du goût de tout le monde!

            Inutile de monter une kabbale contre le bonhomme, mais nourrissez de votre approche, éclairée, les possibles qu’il nous reste sans passion vengeresse, merci.

              +3

            Alerter
            • Leterrible // 23.12.2019 à 17h14

              Il convient peut-être , au lieu de proposer des heures et des heures d’enregistrement de JMJ , aussi passionnantes soient-elles , de prendre connaissance de CECI , qui date d’ « HIER » ( le 2 décembre courant…)
              https://www.youtube.com/watch?v=RIlh1MT9WsQ
              …à partir de la minute 58 …voire pour les ultra-pressés à partir de la minute 1h05 jusqu’à 1h15 …
              Par pitié , Anouchka & autres… consacrez 10 minutes de votre vie à écouter ça …..

              Quand à l’AVENIR…. (de l’Homme) …Quid de son IMPUISSANCE??? face aux limites physiques des ressources…..??? … Voici… :
              « On » y travaille sérieusement…. et , outre TOUS les métaux rares , même les composantes de H2O pourraient être « capturées » (= ramenées en orbites lunaires pour exploitation et rapatriement) …et DONC , fort logiquement.. « PRIVATISÉES« …héhé ..ça sent le fric …d’où le début de la « ruée » (PRIVÉE of course..) !!
              Pour comprendre l’idée …(mise en application actuellement par « start-up » FR-US..!)
              https://www.science-et-vie.com/archives/ressources-minieres-la-chasse-a-l-asteroide-est-lancee-37393

                +0

              Alerter
  • RV // 22.12.2019 à 14h08

    Nouvelles routes de la soie, « La ceinture et la route »
    3° session du forum (19 décembre Unesco)
    ___________________________________
    De cet article je retiens une critique/condamnation du « tout marché » occidental et une incitation à redonner à l’Etat son rôle de planificateur. Par exemple comme en France en son temps pour la filière nucléaire, pour celle de l’Espace, pour celle de l’aéronautique, des télécommunications etc.

      +2

    Alerter
  • Narm // 22.12.2019 à 23h17

    ahhh, et pour la crise de 2008, ignorer jancovici ou autre, un seul repère, regardez la courbe du CAC40 sur 20 ans

    regardez où sont les Pics,

    regardez où nous en sommes aujourd’hui

    vous en pensez quoi @Olivier ?

    Joyeux Noël quand même, profitez du temps qui passe.
    Les Grecs, bientôt dans nos campagnes.

      +0

    Alerter
    • Narm // 22.12.2019 à 23h39

      2ème indice
      https://graphseobourse.fr/krach-boursier-et-crise-le-piege-de-linversion-de-la-courbe-des-taux/
      « l’aspect prémonitoire de l’inversion de la courbe des taux.

      C’est un indicateur sûr et certain, juré, craché que le haut de cycle est là et que la récession voire la crise ne sont plus qu’une question de temps.

      Alors une question de temps, en effet. Mais beaucoup de temps quand même. Puis qu’historiquement, il faut quand même de 6 mois à 2 ans après l’inversion de la courbe des taux pour que la récession advienne. »

        +0

      Alerter
  • Jean // 23.12.2019 à 07h21

    Retraites : le braquage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu

    https://www.youtube.com/watch?v=iq0V79GC0lI

      +2

    Alerter
    • Narm // 23.12.2019 à 09h40

      si si, le représentant des cadres sauf que personne ne relai vraiment
      https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/retraite-universelle-par-points-un-projet-inutile-et-dangereux-1158051

      détail
      « Ensuite, se révèle le vrai visage de la réforme avec une étrangeté : pourquoi baisser l’assiette de cotisation au nouveau régime de 8 à 3 plafonds de Sécurité sociale ? Et ainsi priver le futur régime des cotisations nécessaires à équilibrer les droits déjà acquis. Un trou qui se creusera méthodiquement pour atteindre 65 milliards d’euros et dont on nous dit que les réserves actuelles pourraient être mobilisées pour le combler. Exiger le maintien de l’assiette de cotis

        +1

      Alerter
    • RV // 23.12.2019 à 10h34

      @ Jean // 23.12.2019 à 07h21

      Fort sympathique vidéo du 20 décembre qui tourne sur internet.
      Cette analyse est largement partagée et disséquée sur la toile.
      Par exemple sur cette page du 15 décembre de Jean-Luc Mélenchon :
      « Retraites : 7 milliards de cadeaux aux plus riches ! »
      https://melenchon.fr/2019/12/15/retraite-cadeaux-aux-riches-et-deficit-organises/

        +1

      Alerter
  • Narm // 24.12.2019 à 18h17

    Pourquoi la HATVP a-t-elle demandé à Muriel Pénicaud de renoncer à ce poste ? Plusieurs éléments entrent en ligne de compte. Tout d’abord, Muriel Pénicaud aurait côtoyé des PDG au sein de cette fondation. On y trouve notamment Laurence D. Fink, le patron du fonds d’investissement BlackRock, cité régulièrement pour son lobbying en faveur de la réforme des retraites. Y siègent aussi Jack Ma, le patron d’Alibaba, et Mark Schneider, celui de Nestlé. Par ailleurs, le forum de Davos a pris position, dans un document de juin 2019, en faveur de la retraite par capitalisation. Autant d’éléments potentiellement problématiques dans le contexte français actuel.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications