Les Crises Les Crises
2.décembre.20192.12.2019 // Les Crises

Revue de presse du 02/12/2019

Merci 63
J'envoie

CRISE FINANCIÈRE

Nous sommes probablement à la veille d'une nouvelle crise financière majeure

"Tandis que les signes de fragilité de notre économie se multiplient, le système financier fait régulièrement preuve de son instabilité. Ancien évaluateur de risques bancaires, ex-chef économiste de l’Agence française du développement, Gaël Giraud en connaît parfaitement les ressorts et les points faibles. Alors que la finance occupe une place toujours croissante de notre économie, est-il possible de la réguler et de financer une réindustrialisation verte ?"

Source : LE VENT SE LEVE

ENVIRONNEMENT

La F1 vise zéro émission de CO2 en 2030 [Greenwashing 1]

"La Formule 1 a annoncé mardi un plan "à effet immédiat" pour réduire à zéro ses émissions de CO2 d'ici à 2030. "Nous croyons que la F1 peut continuer à être un chef de file pour l'industrie automobile et travailler avec les secteurs de l'énergie et de l'automobile pour produire le premier moteur à combustion interne hybride zéro émission", plaide C. Carey, PDG de la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Or, sur les 256.551 tonnes de CO2 émises par la F1 en 2019, seuls 0,7% sont liés aux moteurs et 7,3% aux autres activités organisées sur les circuits (courses supports, diffusion télévisée, activités des sponsors et des VIP, ...). Le plus gros des émissions est dû aux transports des matériels (45%), aux déplacements des personnels (27,7%) et au fonctionnement des bureaux et usines (19,3%)."

Source : Les Echos

L’arnaque ubuesque des bio-carburants qui sacrifient nos forêts [Greenwashing 2]

"Dans le domaine du greenwashing, l’industrie pétrolière a touché le gros lot : les biocarburants. Présentés comme une solution miracle aux problèmes écologiques, ils polluent de deux à trois fois plus que l’essence classique et participent à la déforestation accélérée de la planète. Et comme toujours, le trophée de l’éco-tartufferie est aujourd’hui décerné à Total. Vous en avez peut-être entendu parler, les biocarburants sont devenus ces dernières années à la mode. Ce sont des huiles végétales extraites de plantes comme le colza, le tournesol, la betterave, le soja ou le palmier, et que l’on mélange au diesel ou à l’essence pour augmenter leur prétendue « performance écologique ». Dans les journaux, à la télévision et jusqu’à certains rangs du Parlement, on les présente servilement comme des alternatives magiques aux énergies fossiles, à l’aide d’un argument fallacieux qui falsifie complètement la réalité. Ces plantes, pendant leur croissance, capteraient le CO2 et le transformeraient en oxygène. Brûlées dans nos voitures, les huiles biologiques auraient donc un bilan carbone réduit « en amont » par la photosynthèse…"

Source : LA RELEVE ET LA PESTE

Des microplastiques se forment également dans les fleuves

"« L'hypothèse selon laquelle les microplastiques sont d'ores et déjà omniprésents dans les fleuves est validée. Parmi ces prélèvements, et sans surprise, on retrouve des microbilles présentes dans certains cosmétiques, dans les dentifrices, etc. Mais également une forte proportion, visible à l'oeil nu, de fragments appelés microplastiques secondaires, issus de la fragmentation des plastiques due notamment aux rayons du soleil », indique la Fondation Tara dans un communique sur sa dernière expédition.La goélette scientifique Tara a recueilli des échantillons dans neuf des principaux fleuves d'Europe. « Nous avons longtemps pensé que la transformation des plastiques en microplastiques se produisait en mer, sous l'effet du soleil et des vagues, indique Jean-François Ghiglione du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), directeur scientifique de la mission. Or le processus semble bien se produire également dans les fleuves et leurs bassins versants ». Des recherches vont s'intéresser à ces phénomènes de fragmentation du plastique. Autre résultat mis en avant par la Fondation : l'effet absorbeur de polluants des plastiques. Ceux-ci accumulent à leur surface des molécules présents dans les fleuves : pesticides, hydrocarbures, métaux lourds, etc. Ils pourraient avoir ainsi des effets sur les organismes qui les ingèrent. Les scientifiques vont également s'atteler à identifier les micro-organismes qui colonisent les plastiques."

Source : Actu-environnement

La France pourrait bientôt ne plus avoir le droit de délivrer des mandats d’arrêt européens

"Sur la corde raide. Concernant l’indépendance du procureur de la République, la France avait jusque-là fermé les yeux, jusqu’au déni. La Cour de justice de l’Union européenne va peut-être l’obliger à les rouvrir malgré elle. En effet, mardi, Manuel Campos Sanchez-Bordona, avocat général de cette juridiction, a donné ses conclusions concernant la validité du mandat d’arrêt européen délivré par les autorités françaises. «L’autorité judiciaire, qui émet un mandat d’arrêt européen doit être pleinement indépendante et ne doit pas être soumise à des liens hiérarchiques, des ordres ou des instructions», affirme-t-il."

Source : Le Figaro

FRANCE

Scène surréaliste au tribunal à Nîmes : des gilets jaunes qui voulaient être jugés sont expulsés

"Pour la troisième fois en quelques jours, des gilets jaunes étaient appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir participé à des manifestations non autorisées. Mais l'annonce du report, un de plus, de l'audience à une date ultérieure a mis le feu aux poudres. C'est une scène surréaliste au palais de justice de Nîmes ce mercredi 20 novembre. Une figure emblématique des gilets gardois est évacué par les forces de l'ordre suivi par d'autres gilets jaunes: « ils reportent les audiences sans arrêt mais ils ne nous jugeront pas, » ne décolère pas Roland Veuillet. Objet de la discordre, une audience repoussée pour la 2ème fois au 1er avril 2020 : « ça prouve tout le courage des magistrats par rapport à cette affaire-là. Il y a des choses qu'ils n'ont pas envie d'entendre parce qu'ils vont être mis en cause comme vont être mis en cause les policiers qui ont commis beaucoup d'exactions et c'est certainement cela qu'ils n'ont pas envie d'entendre, » explique le Gilet jaune."

Source : France 3 Occitanie

Le faux déficit des retraites

"Le déficit annoncé des retraites est là pour faire peur, mais il n’est même pas certain et, de toutes façons, pas très élevé. Démontage de cette stratégie machiavélique destinée à affoler les citoyens se perdant dans des chiffres qui, en milliards, deviennent abstraits. Il y a tout juste un an, le COR (Conseil d’Orientation des Retraites), instance censée être spécialiste du sujet, déclarait que les comptes des retraites étaient à l’équilibre jusqu’en 2070 ! Le pouvoir en place, qui prévoyait sa réforme « systémique » était bien marri : comment convaincre qu’il faut réformer alors que, financièrement, tout va bien ? Finalement, comme par enchantement, le COR dit aujourd’hui qu’il manquera autour de 10 milliards par an en 2025. En fait, les scénarios (qui ne sont pas des prévisions) tournent autour de 8 et 17 Md€. C’est dire si ces chiffres, qui affolent les populations (délibérément ou de fait), sont incertains."

Source : SOCIAL EN QUESTION : BLOG YVES FAUCOUP

La France est-elle vraiment un pays "collectiviste" ?

"La France est-elle à ce point le dernier bastion de collectivisme dans le monde avancé ? C’est parfois ce qui ressort implicitement des discours critiques ou laudateurs autour du poids de l’État. Entre ceux d’un côté qui considèrent que le pays n’a plus les moyens de son administration surdimensionnée, symptomatique d’un archaïsme historique. Ou ceux au contraire qui s’apitoient sur les coups de butoirs de la mondialisation qui fissure le monument en péril de, de la santé, gratuite accessible à tous. La France est-elle à ce point un ovni collectiviste ? Entendons-nous déjà sur le sens que l’on peut donner à cette notion ? La mise en commun et le pilotage étatique des moyens de production ne peut être que partielle de nos jours. Concernant la France, c’est d’abord l’extension de la sphère publique, au-delà des fonctions régaliennes traditionnelles, que recouvre cette notion."

Source : XERFI CANAL

GÉOPOLITIQUE

Faute d’alternative, la DGSI renouvelle son contrat avec Palantir

"La Direction Générale de la Sécurité Intérieure s’apprête à renouveler son contrat avec Palantir, la société américaine de traitement de données massives, faute d’alternative 100% française. Le partenariat, initié pour 3 ans à la suite des attentats de 2015 sur le sol français, fournit à la DGSI des technologies de traitement de données massives utilisées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. L’entreprise, controversée en raison de ses liens avec la CIA et son exploitation des données, s’impose comme une solution temporaire en l’absence d’alternative nationale, selon le directeur de la DGSI Nicolas Lerner qui a annoncé le renouvellement. À ce titre, « les services ne peuvent pas se priver du jour au lendemain d'une solution de détection des terroristes. Il faut le reconnaître, aucune solution française alternative n'a abouti depuis 2016 », avoue Emmanuel Tonnelier, président du cluster Data Intelligence du GICAT."

Source : Portail de l’IE

Le Sri Lanka comme exemple du piège chinois de la dette

"Estimé à près de 8 000 milliards de dollars, le projet des « Nouvelles routes de la soie » chinois a pour objectif la réalisation d’un vaste réseau d’infrastructures de transport, d’énergie et de télécommunications reliant l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Ces financements d’infrastructures serviront également les objectifs clés en matière d’économie, de politique étrangère et de sécurité du gouvernement chinois et des 115 gouvernements participants. Cependant, depuis la concession accordée suite à un défaut de paiement à une société d’État chinoise concernant un port sri lankais, on s’est interrogé sur la préméditation de la Chine dans cette opération. Ce cas précis pourrait-il faire partie d’une stratégie globale de l’Empire du Milieu poussant certaines économies dans une situation d’insolvabilité afin d’obtenir en échange des concessions géostratégiques ?"

Source : Infoguerre

L’Inde une puissance mondiale en devenir

"Bien que figurant parmi les toutes premières puissances du monde, l’Inde est un pays qui est généralement absent de nos médias. On en a parlé fin octobre 2019 parce que la compagnie IndiGo a signé une commande de 300 Airbus qui s’élèverait à environ 33 milliards de dollars, au moins. Pourtant en 2019 ce pays vient de vivre des événements intérieurs importants. De même les relations stratégiques de la France qu’elle tisse patiemment avec l’Inde mériteraient plus d’intérêt de notre part. L’Inde est la démocratie la plus importante du monde par le nombre d’électeurs. Lors des dernières élections législatives de mai 2019, 900 millions de citoyens indiens étaient inscrits sur les listes électorales et la participation s’est élevée à 67 %, la plus importante pour des élections générales en Inde. Le BJP, parti du premier Ministre sortant Narendra Modi, a remporté 303 sièges, soit une majorité absolue à la chambre basse du parlement indien (Lok Sabha). C’est la première fois qu’un parti autre que le Congrès réussit à remporter une majorité absolue à deux élections successives."

Source : GEOPRAGMA

La Bolivie n’existe pas

"En 1868, l’ambassadeur de Grande-Bretagne avait insulté le général Mariano Melgarejo, dictateur bolivien. Melgarejo avait juché l’ambassadeur sur un âne et l’avait paradé dans les rues de La Paz. En entendant cela, la reine Victoria, de Grande-Bretagne, a exigé que la Royal Navy bombarde la ville. Quand on lui a dit que La Paz était située dans les hauteurs des Andes, elle a dit : « La Bolivie n’existe pas. » La Bolivie avait peut-être été effacée de la carte, mais elle demeurait une source importante d’argent et d’étain pour les entreprises transnationales d’Europe et des États-Unis d’Amérique. Elle demeure une source importante d’étain et abrite aujourd’hui jusqu’à 70 % des réserves mondiales de lithium. La demande de lithium – utilisé pour les batteries des voitures électriques et les appareils électroniques tels que les téléphones cellulaires – devrait plus que doubler d’ici 2025. Le gouvernement de Morales avait fixé des normes strictes pour ses partenariats miniers : il exigeait qu’au moins la moitié du contrôle des mines reste entre les mains des sociétés minières nationales boliviennes, et que les bénéfices des mines soient utilisés pour le développement social."

Source : ENTELEKHEIA

RÉFLEXION

La fabrique du crétin digital

"Le temps passé sur les écrans est énorme, et va croissant : Il est actuellement de 3h par jour chez les enfants de 2 à 4 ans. Et de 7h par jour chez les ados. Or il est possible d'emmener l'enfant à minimiser ce temps. Mais il ne faut pas l'imposer brutalement. Le développement de compétences particulières chez les jeunes est un mythe. Les "digital natives" ou autres générations X, Y ou Z n'existent pas, en tout cas du point de vue scientifique. L'information sur ce sujet sensible, dispensée au grand public, n'est pas fiable. Les biais d'expertise affectent lourdement les perceptions publiques. Pour les citoyens lambdas il est très difficile d'entendre les vrais experts ... des lobbyistes et autres idiots utiles. Les journalistes n'ont pas le temps de faire une sélection rigoureuse entre vraies données scientifiques et l'avis de monsieur tout le monde."

Source : Inter ligere

« L’intelligence artificielle est bien aujourd’hui une escroquerie ! »

"Dans une tribune au « Monde », le consultant Robert Bentz s’insurge contre les effets marketing qui entourent l’IA, car tous les progrès « survendus » sont liés à la rapidité d’exécution que permettent les algorithmes. L’intelligence artificielle (IA) est omniprésente dans notre vie. Vie professionnelle, où l’IA permet de faire mieux que nous ou nous promet de nous aider dans nos décisions, nos analyses et interprétations. Dans notre vie quotidienne avec des outils qui nous écoutent et nous répondent « intelligemment ». En allant jusqu’à la voiture ou l’engin volant autonome qui est la solution de demain. Qu’en est-il vraiment ? Peut-on parler d’intelligence et de réelles avancées pour l’humanité ? Prenons quelques exemples. Grace au deep learning (« apprentissage profond ») un système dit intelligent actuel peut après avoir vu 100 000 photos de chats, être capable de reconnaître un chat avec 95 % de réussite. Génial ! Un enfant de 2 ans a besoin de deux photos de chat pour reconnaître un chat sur n’importe quelle photo avec un taux de réussite de 100 %."

Source : LE MONDE

SOCIETÉ

Rural, et alors ?

"Le sociologue Benoît Coquard, actuellement chargé de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique, est l'auteur de Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin (La Découverte, 2019). Cette enquête vise à présenter le contexte social dans lequel a pu prendre place le mouvement des Gilets jaunes, en se focalisant sur les interconnaissances et les réseaux de sociabilité qui existent entre les jeunes ruraux de plusieurs cantons de la région Grand-Est. Du marché matrimonial à celui du travail, la concurrence est de mise dans ces zones désindustrialisées où le travail se fait toujours plus rare et plus précaire."

Source : France Culture

« Aujourd’hui l’enfant est consommateur, produit d’une société où il affirme son existence par ses choix »

"Au cours du 19ème siècle l’enfant émerge comme un individu autonome et un sujet à part entière qui acquiert des droits propres. Aujourd’hui l’enfant est consommateur, produit d’une société où il affirme son existence par l’affirmation de ses choix. Du « Qu’est-ce que tu veux pour Noël » au cadeau en récompense d’un bon travail, les enfants qui demandent à leurs parents de leur acheter des objets est une norme largement répandue. Quiconque a voyagé dans d’autres pays a pu constater qu’au Maghreb, en Afrique subsaharienne, en Amérique latine, a pu voir des enfants parcourir les montagnes ou les rues en groupes, sans adultes. Chose impensable dans nos sociétés, où l’enfant est constamment protégé et confiné à des espaces clos : enclos dans les cours d’écoles, parcs pour ne pas que les petits errent dans la maison, systèmes de codes et de vigiles aux entrées des écoles."

Source : LA RELEVE ET LA PESTE

VUES D’AILLEURS

Netanyahu, inculpé de corruption, refuse de démissionner

"La mise en accusation longtemps attendue du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour de graves accusations de corruption, de fraude et d'abus de confiance découlant de trois affaires de corruption de longue date a porté à un point critique la crise politique qui a bloqué le pays depuis un an. Netanyahu, âgé de 70 ans, a refusé de démissionner de son poste de Premier ministre face à ces accusations. Au lieu de cela, il s'en est pris à la police, aux enquêteurs, au procureur général et à l'ensemble du système judiciaire, dénonçant l'acte d'accusation comme une «tentative de coup d’État» visant à mettre fin à son régime. Dans un discours provocateur, il a utilisé des termes tels que «coup d'État gouvernemental contre le Premier ministre», «calomnies», «processus d'enquête corrompu», «monde de la criminalité», «fabrication de dossiers», «subornation de témoins» et «extorsion». Son but était d'inciter ses partisans d'extrême-droite à s'opposer au système judiciaire et à les encourager à descendre dans la rue pour le défendre."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

Commentaire recommandé

yack2 // 02.12.2019 à 09h26

Il serait intéressant que les crises fassent un dossier bolivien car ici nous avons in vivo et à nu la fabrique du consentement.Nous voyons sur ce cas se déployer toute la machine oligarchique, ses rouages( médias, ong,sociétés civiles, police armée ,instances mondiales représentatives etc),ses méthodes( violences, corruptions, mensonges,manipulations,omissions).

Ici, il est impossible de parler de faillite économique,d’atteintes aux droits de l’homme, de négation de la liberté d’expression, de corruption , de narcotrafic ( Choses que l’on peut sans trop d’exagérations accolées aux putschistes)….Complétez les mentions manquantes….

Et pourtant à la fin Evo Morales est l’objet d’un mandat d’arrêt international…Rien que ça….

.Il y aura peut être des difficultés à rassembler des informations, Telesur ,RT ont été bloqués et tous les journalistes menacés de séditions…..Sans qu’Anthony Bellanger crie à la dictature!!!!

Après l’Ukraine,la Syrie….etc la Bolivie sur l’étal du boucher des représentants de la “droite” de l’homme.

Ce dossier me semble important car il serait d’une grande naïveté de croire qu’un jour nous ne puissions être dans ce même panier.

56 réactions et commentaires

  • vert-de-taire // 02.12.2019 à 08h37

    “La France pourrait bientôt ne plus avoir le droit de délivrer des mandats d’arrêt européens”

    Une fois de plus les institutions françaises mises à mal par des principes de droit fondamentaux – dans le cadre d’une qualification Démocratique (restons lucides) – à savoir la séparation des pouvoirs.

    Nos gouvernements, nos exécutifs, débordent, abusent et violent la Démocratie.
    Les faits sont là, se répètent, il y a comme un hiatus systémique entre la théorie et les pratiques.
    Le virtuel nous dérobe le réel. Le spectacle nous abuse et sert les salauds.

    Ce n’est pas tout à fait par hasard que la France se classe très mal dans les niveaux de probité !
    Il faut pour cela mettre maintenir reconstruire de nombreuses barrières entre les grands principes et les pratiques.
    Nos cris s’envolent les crapuleries demeurent.
    Nos manifestations ne suffisent plus, un fait têtu !

    En gros titres :
    “Condamnation contre l’entreprise XX, dix mille/1 million d’euros d’amende”
    Explosion de rires des propriétaires, merci du cadeau, continuons de nous gaver et dévaster le monde par tous les moyens ; c’est l’acceptation explicite de l’État dérégulateur, la fête continue.

    Les discours toujours vertueux masquent les pratiques crapuleuses.
    Et nous VOTONS POUR EUX.

      +12

    Alerter
  • sud // 02.12.2019 à 09h09

    Vous savez, Vert de Taire, tant qu’il y aura un MINISTRE (exécutif) à la tête de l’Autorité judiciaire (le ministère de la Justice), nos magistrats du parquet resteront ses subordonnés.

      +5

    Alerter
    • vert-de-taire // 02.12.2019 à 10h45

      Ah mais non !

      Il y a grande différence entre la nécessaire capacité de l’État à maintenir les institutions à travers des corps constitués et l’emprise, le poids de l’exécutif dans l’équilibre des pouvoirs.

      Un ministre de la Justice pourrait fort bien maintenir le bon fonctionnement de l’administration judiciaire sans devoir en décider les dérives. C’est délicat mais possible.

      La vraie dérive est la soumission du législatif qui abandonne toujours à l’exécutif tous les moyens qu’il réclame (et tous les pouvoirs demandent toujours tout – rien de plus logique pour satisfaire à l’efficacité).

      C’est cette aberration constitutionnelle qui permet tout :
      La soumission du législatif. On l’a encore observé tout récemment. Un amendement à l’initiative du Parlement a été cassé par l’intervention musclée, nocturne, planquée, … du Gouvernement.

      Aberration grandement facilitée par l’élection du Président de la République au suffrage universel donc irresponsable vis à vis du Parlement.
      Ce qui met le gouvernement en porte-a-faux, d’un coté un Président intouchable de l’autre un Parlement contrôleur du gouvernement…
      Un sac de nœuds entre chef du Gouvernement, Président, Parlement, lequel est tenu (règlementairement) par des Partis, lesquels sont libres de fonctionner sans conformité démocratique – très peu de libre-arbitre des députés et c’est peu dire.
      Peut mieux faire…

        +2

      Alerter
      • Logique // 02.12.2019 à 19h16

        La séparation des pouvoirs exige que les juges et les procureurs soient élus. C’est le cas en Suisse.

          +4

        Alerter
  • yack2 // 02.12.2019 à 09h26

    Il serait intéressant que les crises fassent un dossier bolivien car ici nous avons in vivo et à nu la fabrique du consentement.Nous voyons sur ce cas se déployer toute la machine oligarchique, ses rouages( médias, ong,sociétés civiles, police armée ,instances mondiales représentatives etc),ses méthodes( violences, corruptions, mensonges,manipulations,omissions).

    Ici, il est impossible de parler de faillite économique,d’atteintes aux droits de l’homme, de négation de la liberté d’expression, de corruption , de narcotrafic ( Choses que l’on peut sans trop d’exagérations accolées aux putschistes)….Complétez les mentions manquantes….

    Et pourtant à la fin Evo Morales est l’objet d’un mandat d’arrêt international…Rien que ça….

    .Il y aura peut être des difficultés à rassembler des informations, Telesur ,RT ont été bloqués et tous les journalistes menacés de séditions…..Sans qu’Anthony Bellanger crie à la dictature!!!!

    Après l’Ukraine,la Syrie….etc la Bolivie sur l’étal du boucher des représentants de la “droite” de l’homme.

    Ce dossier me semble important car il serait d’une grande naïveté de croire qu’un jour nous ne puissions être dans ce même panier.

      +44

    Alerter
  • vert-de-taire // 02.12.2019 à 09h41

    “Faute d’alternative, la DGSI renouvelle son contrat avec Palantir”

    Vraiment pas de bol !

    La France contrainte de fournir à la CIA les données sur sa population “à risque”.

    Et comme on le sait, la population à risque devient toute la population grâce à la capacité des ordinateurs à pouvoir tout traiter et grâce à la dérive des continents et autres lois de la nature ; souvenez vous des lois de fichage ADN, promis juré pour les violeurs exclusivement .. et des lois de reconnaissance faciale qui seront aussi très encadrées … La preuve, la CNIL nous l’a redit aussi – défense de rire.

    La France un des pays du monde les plus avancés en matière de formation d’ingénieurs, d’informaticiens et de mathématiciens, pas capable de produire des outils de traitement !
    QUI PEUT CROIRE CETTE FABLE !
    Quelle furieuse contrainte impose un responsable de proférer de tels mensonges !
    Ça me rappelle l’usage de Windows dans nos armées … Pas le choix non plus, c’est terrible.
    Ça me rappelle aussi l’achat temporaire de Gemplus (toutes les cartes à puce), d’Alstom, de ..
    Vraiment pas de chance tout ça.

      +24

    Alerter
    • RV // 02.12.2019 à 21h50

      Cet état de fait peut vous/nous énerver mais je n’ai lu nulle part qu’une alternative opérationnelle serait disponible, je ne demande qu’à être contredit.
      Que la France, ses gouvernements successifs, n’en aient pas fait une priorité stratégique est bien sur troublant, c’est le moins que l’on puisse dire.

        +0

      Alerter
      • vert-de-taire // 03.12.2019 à 07h01

        Très juste pas de preuve en effet je n’ai même pas cherché.
        Et il n’y a aucun pb à demander à nos grands amis :

        – Ah pas de chance je n’ai pas de personnel disponible pour surveiller ces gens.
        – Ah mais ce n’est pas grave, je sous-traite à la CIA !
        – ils savent faire et ont du personnel disponible, on s’arrange avec eux.

        Tiens je n’ai pas encore de logiciel de surveillance (à qui faire croire cela) et c’est urgent :
        pas grave je demande aux Etats-Unis, la NSA a toute une panoplie d’outils.
        Leur savoir-faire pour espionner la France (le monde) est au point (Merci Snowden), je peux leur demander de faire cela pour moi, ce sont des pro !

        C”est pas de l’énervement c’est en contradiction avec l’existence d’un pays (souverain donc LIBRE) s’il est vassalisé volontairement par ses instances les plus internes :
        LA DGSI qui regarde et VOIT TOUT !

        C’est comme si vous truffiez de caméras et micros internet votre logement, sous prétexte que votre réseau privé n’est pas encore prêt.

        ça n’est pas acceptable c’est tout.

          +3

        Alerter
  • vert-de-taire // 02.12.2019 à 09h52

    “Le Sri Lanka comme exemple du piège chinois de la dette
    Cependant, depuis la concession accordée suite à un défaut de paiement à une société d’État chinoise concernant un port sri lankais, on s’est interrogé sur la préméditation de la Chine dans cette opération. ”

    La Chine utilisant la vieille méthode largement éprouvée par l’Empire !
    Un scandale planétaire !

    Et le rapprochement avec le FMI arrangera tout, n’en doutons pas !

      +9

    Alerter
    • Daniel // 02.12.2019 à 11h01

      Sur le même sujet : l’esclavage de la dette.
      Ne parlons surtout pas des pays sous tutelle du franc CFA (qui est super d’actualité pourtant), merci la France.
      Ne parlons surtout pas des pays de l’UE soumis à l’EURO et à la dette liée à l’émission monétaire, merci les banques privées et la BCE.

      donc il y a du ménage à faire à notre porte et c’est valable pour chaque Nation
      1 – éliminer la dette liée à l’émission monétaire
      2 – reprendre le contrôle de l’émission monétaire par une Banque Nationale au service des besoins du peuple
      3 – orienter cette monnaie vers des projets de développement
      L’idéal est un Nouveau Bretton Woods pour que ce ménage soit ordonné et pas chaotique, la fameuse guerre 🙁

        +6

      Alerter
      • Patrick // 02.12.2019 à 11h43

        une Banque Nationale au service des besoins du peuple !!
        exemples : Zimbabwe , Vénézuela … République de Weimar …

        La Banque Centrale doit avoir une mission claire de gestion de la monnaie pour la maintenir à sa valeur juste et surtout pas pour financer tout et n’importe quoi.

          +6

        Alerter
        • calal // 02.12.2019 à 14h31

          qu’elle soit publique ou privée,il y a des abus. Perdu pour perdu,autant qu’elle soit publique et que l’on elise les responsables.

            +3

          Alerter
          • Pinouille // 02.12.2019 à 15h47

            J’aurais plutôt tendance à dire: qu’elle soit publique ou privée n’est pas le sujet. Le sujet ce sont les abus. Il convient donc de mettre en oeuvre une organisation qui les limite/empêche.
            Il semble que c’était le cas de la BCE, mais que M Draghi a outrepassé ses prérogatives, avec l’assentiment de nombreux pays de l’UE. Auquel cas le problème n’est donc pas organisationnel, mais politique. Comme d’hab.

              +4

            Alerter
          • Patrick // 02.12.2019 à 18h50

            je suis d’accord pour que les responsables soient élus par le peuple , sauf que .. une banque centrale a un rôle technique, pas toujours facile à comprendre. Les responsables élus pourraient être tentés de prendre les mêmes travers qu’un gouvernement quelconque, justement pour être élus !
            Pas facile !! il est toujours tentant de vouloir imprimer de la monnaie

              +0

            Alerter
        • yack2 // 02.12.2019 à 14h54

          Lorsque l’on m’aura expliqué comment un pays comme le Venezuela, adossé à des richesses incommensurables et reconnues, a une monnaie qui ne vaut strictement rien….On aura fait un grand pas vers la vérité de ce qu’est la gestion de la monnaie: Un outil politique que le rapport de force gère à sa guise.Toutes autres interprétations me paraissent oiseuses; Les Usa décident point à la ligne!

            +9

          Alerter
          • Patrick // 02.12.2019 à 18h55

            Les réserves de pétrole du Vénézuela sont importantes mais vraisemblablement bien moins importantes que ce que disait Chavez.
            Mais !!! Chavez a laissé ses potes , en particulier militaires , gérer cette richesse, … bilan : ça a foiré, les gars s’en sont mis plein les poches et la production a chuté au bout de quelques années sans investissements.
            Les rentrées d’argent ( donc la contrepartie de la monnaie Vénézuellienne ) se sont effondrées et la monnaie avec elles.
            Avantage pour les USA : ils avaient juste à attendre ( bon, là , ça ne se passe pas comme prévu )

              +0

            Alerter
        • RV // 02.12.2019 à 22h46

          @ Patrick // 02.12.2019 à 11h43
          Vous parlez là de la BCE, dont c’est effectivement la mission.
          Êtes vous sur que toutes les banques centrales aient ou n’aient jamais eu que cette mission ?
          A ma connaissance la FED, en plus de cette mission a aussi celle du plein emploi.
          Il y a sans doute d’autres exemples.
          une source :
          https://www.lecho.be/opinions/general/paul-jorion-et-bruno-colmant-la-situation-est-grave-en-l-absence-de-solutions-c-est-la-rue-qui-decidera/10138069.html
          “Bruno Colmant :
          …/… Je reste toujours pantois face à son seul objectif qui est celui de la stabilité des prix. Car les prix sont stables. La BCE devrait ajouter à son mandat, comme la Federal Reserve américaine, un objectif de plein-emploi. …/…

            +0

          Alerter
          • calal // 03.12.2019 à 08h28

            “Vous parlez là de la BCE, dont c’est effectivement la mission.
            Êtes vous sur que toutes les banques centrales aient ou n’aient jamais eu que cette mission ?”

            Vous croyez encore a ce qu’il y a d’ecrit sur les etiquettes? Vous croyez encore aux mots que l’on vous dit?

            Il y a toute une branche de la psychologie qui se denomme “behaviourisme” ou psychologie comportementale qui part du postulat qu’il faut analyser uniquement les actes,et non les paroles du sujet que l’on etudie.Comme dans l’evangile ou il est dit qu’on juge un arbre a ses fruits ( Matthieu 7, 15-21)
            Depuis la creation de la bce,l’economie europeenne s’est elle amelioree ou deteriorée?

              +1

            Alerter
            • RV // 03.12.2019 à 13h20

              Que n’avez-vous fait ce commentaire au message auquel je réagis ?
              Ou donc se trouve la contradiction entre avoir pour mission de gérer la monnaie de l’U€ et le fait de constater si oui ou non l’économie de l’U€ s’est améliorée ?
              Et pour reprendre votre premier commentaire, l’existence d’abus, ne change rien à la mission institutionnelle d’une Banque centrale.

                +0

              Alerter
          • Patrick // 03.12.2019 à 21h30

            le problème avec les banques centrales qui prétendent s’occuper de l’emploi ou de l’économie c’est qu’elles sont le plus souvent à contre courant. Donc je reste très sceptique sur les actions des banques centrales ( ou des états en matière monétaire ).

              +0

            Alerter
  • Daniel // 02.12.2019 à 10h01

    L’article sur la Crise financière est très intéressant pour une fois car il décrit les pistes de solution à prendre immédiatement :
    …”rendre étanches les activités de dépôt/crédits et les activités de marché. Nul besoin du régulateur bâlois pour faire cela. Cela peut aussi se faire à l’échelle nationale, dans chaque pays de la zone.”
    Qu’attend M Macron pour mettre en place la séparation stricte sur les critères du Glass Steagall Act pour sauvegarder l’épargne des Français : cela permet d’éviter le renflouement interne (Bail-In) comme c’est bien précisé dans l’article.

    Et Après , que l’Etat reprenne le contrôle de l’émission monétaire pour investir dans des projets de développement physique et cela créera es emplois (donc plus de problème de retraites).

      +13

    Alerter
    • vert-de-taire // 02.12.2019 à 10h55

      Très juste.

      Et c’est pourquoi j’en voudrais toujours à Hollande – sans en avoir jamais rien espéré – jamais voté pour lui – Hollande ! oui, ce type bien propre, tout maigri pour porter beau ; vous vous souvenez ce type de la guerre à la finance. Il a explicitement et clairement empêché une possible résolution de l’UE qui aurait pu (restons naïf) relâcher un peu le lien dépôt/crédit marchés/finance spéculative.

      Une déclaration faite juste après avoir reçu …
      … les banquiers …

      Et après ce coup, on a voté pour un banquier.
      Demander cela à Macron c’est intéressant …

      Alors si nos compatriotes veulent en baver, qu’ils continuent ainsi.

        +20

      Alerter
      • RV // 02.12.2019 à 21h10

        Lire et relire le discours de Toulon de Sarkozy ! ! !
        https://www.lemonde.fr/politique/article/2008/09/25/le-discours-de-nicolas-sarkozy-a-toulon_1099795_823448.html
        EXTRAITS
        …/… L’idée de la toute puissance du marché qui ne devait être contrarié par aucune règle, par aucune intervention politique, était une idée folle.
        …/…
        Pendant plusieurs décennies on a créé les conditions dans lesquelles l’industrie se trouvait soumise à la logique de la rentabilité financière à court terme. On a caché les risques toujours plus grands qu’on était obligé de prendre pour obtenir des rendements de plus en plus exorbitants. On a mis en place des systèmes de rémunération qui poussaient les opérateurs à prendre de plus en plus de risques inconsidérés. On a fait semblant de croire qu’en mutualisant les risques on les faisait disparaître. On a laissé les banques spéculer sur les marchés au lieu de faire leur métier qui est de mobiliser l’épargne au profit du développement économique et d’analyser le risque du crédit. On a financé le spéculateur plutôt que l’entrepreneur. On a laissé sans aucun contrôle les agences de notation et les fonds spéculatifs. On a obligé les entreprises, les banques, les compagnies d’assurance à inscrire leurs actifs dans leurs comptes aux prix du marché qui montent et qui descendent au gré de la spéculation. On a soumis les banques à des règles comptables qui ne fournissent aucune garantie sur la bonne gestion des risques mais qui, en cas de crise, contribuent à aggraver la situation au lieu d’amortir le choc
        ________________________________
        Ayant dit tout cela, il poursuit en exonérant le capitalisme !
        Nul n’est parfait . . .

          +2

        Alerter
        • RV // 07.12.2019 à 16h47

          Quel étonnement, sur cette page, de voir cette absence de réaction à ce discours.
          Tout Sarkozy qu’il fut, et bien qu’il n’ait rien fait dans ce sens, sa dénonciation de la financiarisation du marché est un moment d’anthologie que je voudrais bien voir repris haut et fort dans les programmes de “gauche”.

            +0

          Alerter
    • Pinouille // 02.12.2019 à 11h10

      “L’article sur la Crise financière est très intéressant pour une fois car il décrit les pistes de solution à prendre immédiatement”
      Je trouve aussi cet article très intéressant, mais pour les raisons opposées: la description de la situation actuelle me paraît très précise et très juste alors que les solutions proposées ne me semblent pas réalistes pour l’instant, justement à cause de la criticité de la situation brillamment décrite.
      Gael Giraud explique très bien que le secteur bancaire est zombifié. Proposer de durcir les contraintes qui pèsent sur lui, même si c’est théoriquement souhaitable/nécessaire, ne fera que le précipiter dans l’abîme et nous avec.
      De même, proposer un investissement lourd de la part de l’Etat pour la transition écologique est pour le moins sujet à caution: nous n’arrivons déjà pas à maîtriser notre dette, et Gael Giraud veut lancer un New Deal environnemental avec de l’argent que nous n’avons pas. Se rembourser avec la richesse générée par la croissance est certes la seule issue non douloureuse à notre problème, mais elle n’est aucunement garantie.
      Je n’arrive pas à ne pas être ultra pessimiste sur le court/moyen terme. Ce n’est pas faute d’essayer.

        +4

      Alerter
      • vert-de-taire // 02.12.2019 à 17h40

        **
        CRISE FINANCIÈRE
        Nous sommes probablement à la veille d’une nouvelle crise financière majeure
        **

        Brillant exposé de G. Giraud, j’ai l’impression de comprendre !

        Je résume avec/pour mes faibles capacités :
        Le Marché ne SAIT pas (plus ?) convenablement réguler l’économie donc ‘on’ se tourne très logiquement vers les États.

        MAIS les États ne peuvent pas réguler le Marché, pas leur rôle, ils ont été lobotomisés par l’UE et autres règles et Traités, le Dogme …
        Donc ni les États ni le Marché ne peuvent ou ne veulent agir.
        Et eux tous attendent la catastrophe, inéxorablement.

        C’est pour le moins ballot non ?
        D’accord sur le constat ?

        Le point bloquant est donc l’UE (au-dessus des États), gardienne par construction, par vocation de la liberté des Marchés et de tous ces Traités de la même eau : libéralisme économique et autres fables …

        Une seule conclusion vient à l’esprit pour en sortir : Dissoudre l’UE et ces Traités de toute urgence pour libérer les États des règles de l’UE qui institue la dictature des Marchés (incapables)
        afin que ces États puissent prendre librement les mesures indispensables et urgentes telles que décrites et reconnues par tous (FMI inclus !).

        Mais ça bloque aussi !

        Nos États pris au piège : le lapin devant le Serpent.

          +5

        Alerter
        • Patrick // 02.12.2019 à 18h59

          sauf que c’est un peu tard.
          Les banques centrales ont déversé du pognon par tombereaux , donc il n’y a plus de prix pour les actifs puisqu’il y a autant de pognon que nécessaire pour tout acheter ou racheter. Les banques centrales elles-même rachètent des tas de truc.
          Les mêmes banques centrales maintiennent des taux très bas , donc ça ne coûte rien d’emprunter , même pour un état déjà surendetté.
          Ce bazar va finir par tuer la valeur de la monnaie et donc tout le monde réel, c’est trop tard.

            +1

          Alerter
          • Jean // 02.12.2019 à 21h44

            @Patrick
            Rendons ici hommage à la compétence des technocrates européens qui ont retirés aux états le droit régalien de battre monnaie sous prétexte qu’ils ne pourraient pas exercer ce droit avec sagesse. La Doxa économique voulait que les peuples soient incapables de prendre les décisions que nécessite une gestion rationnelle et voilà que ceux qui prétendaient nous sauver de nous-même nous conduisent à la ruine, mais c’est toujours ce qui arrive quand les borgnes sont guidés par des aveugles.
            Loin de là, dans la vraie vie, la destruction de la valeur de la monnaie nous donnera l’opportunité de redécouvrir le monde réel et l’entraide, lorsque le mirage égotique du chacun pour soi ne sera plus tenable.

              +3

            Alerter
          • vert-de-taire // 03.12.2019 à 07h20

            Pas entièrement d’accord.

            Nos génies de l’économie ont fait de la monnaie une marchandise en n’en maitrisant plus sa création ou la destruction.

            Qu’est-ce qui empêche un État de reprendre son droit exclusif de battre monnaie ?
            D’empêcher les banques de jouer au casino avec notre richesse ?
            De rendre une juste valeur aux actifs (celle décidée par l’État) et non pas à un Marché en perdition ?

            Ce qui a été fait ne peut-il pas être défait ?
            Ce ne sont qu’artefacts non ? Rien de naturel …

            Ou faut-il attendre le prochain désastre économique et social, en gros une bonne guerre comme le capitalisme sait si bien faire (et se renforcer) ?

            Acceptez-vous d’être le lapin devant le serpent
            sans rien faire ?

              +1

            Alerter
            • Pinouille // 03.12.2019 à 09h30

              Ce que vous proposez revient à remplacer un système dont on a découvert les vices au XXIème siècle par un autre système dont on a découvert les vices au XXème siècle.

              “Qu’est-ce qui empêche un État de reprendre son droit exclusif de battre monnaie ?”
              Ca doit pouvoir être faisable, mais on retombera dans les vices passés: l’Etat battra plus de monnaie que les richesses produites car il a intérêt à le faire à court terme. Et l’inflation s’envolera. Cela résoudra le problème de la dette publique, euthanasiera les rentiers, mais mettra aussi notre économie à genoux.

              “D’empêcher les banques de jouer au casino avec notre richesse ?”
              Ca doit pouvoir être faisable. Mais du coup les €/$ iront s’investir ailleurs.

              “De rendre une juste valeur aux actifs (celle décidée par l’État) et non pas à un Marché en perdition ?”
              Arrivera donc immanquablement le moment où le prix fixé par l’Etat s’éloignera du prix du marché. Le marché noir reprendra ses droits. Réf: Vénézuéla actuellement.

                +1

              Alerter
        • Pinouille // 02.12.2019 à 23h11

          “Brillant exposé de G. Giraud, j’ai l’impression de comprendre !”
          Beaucoup ne se donnent pas la peine de comprendre les mécanismes de l’économie et projettent de nombreux fantasmes sur ce qu’ils méconnaissent. Avant de porter un jugement (ce qui n’est d’ailleurs une obligation pour personne) sur les phénomènes économiques actuels, il est nécessaire de se donner les moyens de les connaitre, objectivement. Cette chaîne youtube est une très bonne initiation, et elle me semble idéologiquement neutre (elle se contente de décrire l’existant): https://www.youtube.com/channel/UC7sXGI8p8PvKosLWagkK9wQ

          “D’accord sur le constat ?”
          Pas vraiment. Considérer que l’UE est à l’origine de cette situation désastreuse fait abstraction du fait que les USA sont dans une situation aussi pire que la nôtre, et moins pire que celle du Japon.

          Personnellement, je n’ai jamais compris ce que veut dire “dictature des marchés”. Le marché n’est rien d’autre qu’un endroit (physique ou virtuel) où se rencontrent acheteurs et vendeurs pour acheter et vendre des trucs. En tant que tel, un marché est idéologiquement et politiquement neutre. Ce sont les règles qui régissent un marché qui concrétisent une idéologie et une politique.

            +0

          Alerter
          • vert-de-taire // 03.12.2019 à 07h42

            C’est sympa de réagir, Merci.
            **
            “D’accord sur le constat ?”
            Pas vraiment. Considérer que l’UE est à l’origine de cette situation désastreuse fait abstraction du fait que les USA sont dans une situation aussi pire que la nôtre, et moins pire que celle du Japon.
            **

            Je n’ai JAMAIS dit que l’UE est à l’origine …
            Je dis que l’UE a institué le blocage : Elle prive les États de la liberté d’agir par ses lois.
            Donc l’UE PRIVE les États de faire (réagir à l’inexorable) car c’est contraire au dogme (règles UE) établi. Les USA et le Japon sont tenus par la grande finance aussi ..

            Ou alors il faut expliquer pourquoi l’UE SOUVERAINE économiquement sur pas mal de pays (et une bonne part de la richesse mondiale), ne fait que subir une situation, et ne parvient pas à agir autrement qu’en prolongeant une situation connue comme en perdition. Je ne prétends pas donner de solution ou blâmer, je reprends le constat qui semble reconnu par nos économistes.

            Pour la dictature des marchés je parle des règles les régissant, donc des pouvoirs dont ils disposent, ne jouons pas sur les mots inutilement.

              +2

            Alerter
      • RV // 02.12.2019 à 21h25

        @ Pinouille // 02.12.2019 à 11h10
        …/… De même, proposer un investissement lourd de la part de l’Etat pour la transition écologique est pour le moins sujet à caution: nous n’arrivons déjà pas à maîtriser notre dette, et Gael Giraud veut lancer un New Deal environnemental avec de l’argent que nous n’avons pas. …/…

        Auriez-vous une autre solution qu’un investissement lourd vu le défi qui est devant nous ?
        Pour ma part je suis partisan de produire l’équivalent d’un effort de guerre, même sans garantie d’atteindre le but.
        La valeur marchande, “l’argent que nous n’avons pas” fera pale figure devant un tribunal planétaire dans quelques années quand nous jugerons les criminels qui en toute connaissance de cause n’ont pas fait bifurquer nos sociétés.
        Les banques centrales, publiques et privées, inondent la sphère économique de milliers de milliards d’Euros et de Dollars qui partent en pure spéculations et nous aurions des états d’âme pour investir dans une bifurcation ?
        A d’autres !
        Ce qui nous manque le plus c’est de la volonté “politique”.

          +4

        Alerter
        • Pinouille // 02.12.2019 à 23h52

          “Pour ma part je suis partisan de produire l’équivalent d’un effort de guerre, même sans garantie d’atteindre le but.”
          Cela reviendrait à jouer l’avenir (et peut-être la vie) de nos enfants sur un coup de dés pour un résultat anecdotique si la France/l’UE est la seule au monde à faire cet effort de guerre.
          Il ne faut pas non plus perdre de vue qu’un pays qui ne maîtrise pas sa dette devient une proie facile pour les autres. Réf article sur le Sri Lanka.

            +1

          Alerter
          • RV // 03.12.2019 à 13h28

            Ne jouez-vous pas l’avenir tous les jours de votre vie ?
            Où avez vous vu s’installer une dette suite à la politique de la planche à billets de la FED et de la BCE ?
            Croyez-vous réellement qu’il faille attendre un gouvernement mondial pour commencer à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre ?

              +0

            Alerter
        • calal // 03.12.2019 à 08h36

          “Pour ma part je suis partisan de produire l’équivalent d’un effort de guerre,”

          mais qui va faire cet effort?
          Vous allez m’obliger a obeir?
          et si je ne crois pas a vos mots ” c’est pour le bien de la planete”, vous allez me donner des coups de fouet jusqu’a ce que je me soumette et que j’obeisse?
          et qui va decider comment orienter le travail des esclaves? les memes qui nous conduit dans cette situation?Je n’ai plus confiance et je suis pret a fuir.

            +0

          Alerter
          • RV // 03.12.2019 à 13h22

            Où voulez-vous fuir ?
            Sur Mars ?
            Bon courage !

              +0

            Alerter
            • calal // 03.12.2019 à 14h24

              Vous partez de l’hypothese d’une catastrophe climatique cree par les hommes.
              Je crois a l’hypothese d’une fin de cycle chaud naturel et d’un debut de nouveau cycle froid tout aussi naturel. Vers les annees 70, le time titrait sur un risque de glaciation:ca devait etre la fin du cycle froid precedent.
              Trump a sorti les us de la cop21:s’il est reelu,les us redeviendront “l’espoir du monde libre”…land of the free

                +1

              Alerter
  • edouard // 02.12.2019 à 10h19

    Merci pour ce travail très utile!
    et…la machine me demande d’étoffer mon propos pour publier ce commentaire!!!…alors que je viens de lire l’article sur le crétin numérique!!! eh oui : “merci” cher algorithme tu ne comprendras jamais ça…du moins je l’espère très fort

      +3

    Alerter
  • vert-de-taire // 02.12.2019 à 14h11

    Je me permets si ‘le site’ le veut bien, un ajout à cette revue de presse toujours aussi intéressante.

    https://savoie-antinucleaire.fr/2019/11/27/scandale-durant-le-seisme-du-teil-les-capteurs-sismiques-de-lirsn-au-tricastin-ont-ete-en-saturation-une-information-gardee-secrete-pendant-15-jours/

    Tout va très bien, le nucléaire toujours aussi secret et le lobby actif pour nous mentir.
    Et certains ont cru que cela changeait !
    On change pour que rien ne change.

    Mais qu’as-tu fait ? dit la grenouille, nous allons mourir tous les deux maintenant !
    C’est ma nature dit le scorpion.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Scorpion_et_la_Grenouille

      +1

    Alerter
  • Bernard // 02.12.2019 à 17h27

    Au sujet des biocarburants, auxquels je m’intéresse comme amateur depuis peu, je suis surpris par le manque de précision de l’article de La Relève et la Peste.
    L’article conclut “c’est un fait : il n’y a pas de biocarburants” en basant tout son argumentaire sur les biocarburants à base d’huile végétale, qui remplaceraient le diesel. Ces derniers sont produits dans des régions tropicales, causent de la déforestation, polluent de surcroît par leur simple transport dans les régions de consommation comme l’Europe.
    Or, dès les première lignes de l’article Wikipedia sur les biocarburants (https://fr.wikipedia.org/wiki/Biocarburant), on apprend qu’il existe deux filières : huiles et dérivés, pour remplacer / compléter le diesel (B10) et alcools, pour l’essence (bioéthanol E85).
    La France est le premier producteur européen de bioéthanol (https://fr.wikipedia.org/wiki/Bio%C3%A9thanol#Production_de_bio%C3%A9thanol_dans_le_monde) et en produit plus que pour sa propre consommation. En France, pas de déforestation pour cela si je ne me trompe (c’est même une filière qui ouvre des débouchés aux agriculteurs, et n’occupe aujourd’hui que 1% de la surface cultivée en France) et pas ou peu de transport car c’est une production locale.

    Le bioéthanol à plus d’un titre me paraît donc être une alternative plutôt intelligente et plus respectueuse de l’environnement que les carburants liquides fossiles.
    Qu’en pensez-vous ?
    Une fois de plus, la Relève et la Peste présente un sujet de façon partiale, idéologique (même si la question de l’huile de palme est problématique) et culpabilisante.

      +1

    Alerter
    • Yuri G. // 02.12.2019 à 20h07

      Je prends un extrait de la page wikipedia sur le bioéthanol :
      “Si la contribution à l’effet de serre est réputée bien moindre (elle n’est pas nulle), les impacts différés de l’agriculture intensive ne semblent pas, mal ou très partiellement pris en compte par les écobilans de l’agroéthanol dont la production risque d’encore accroître les problèmes liés aux engrais chimiques, pesticides, labour, érosion et consommation de terre […] qui aurait pu être restaurées par de vraies jachères (repos et restauration de l’humus et du sol) ou occupées par des cultures alimentaires.”

      Pour moi, il est là le problème. Ce genre de production nécessite un rendement maximum pour être rentable, ce qui signifie utilisation massive d’intrants et de travail du sol, sur des surfaces énormes.
      Si on fait le bilan énergétique, je pense qu’on est largement déficitaire.
      Pas sûr qu’il soit souhaitable pour notre environnement que la production de ce type de culture progresse.
      Je n’exclue pas une utilisation marginale mais de là à remplacer le pétrole… Il faudrait vraiment qu’il n’y ait aucune autre alternative.
      Les sols agricoles devraient être réservés en priorité à la production de nourriture.

        +8

      Alerter
      • Brigitte // 03.12.2019 à 07h14

        Entièrement d’accord. On nous vend du biocarburant alors que ce n’en est pas du tout.
        La seule piste valable est le biogaz (méthane) issu de la fermentation des déchets biologiques. Sa combustion produit moins de GES que les autres et il est relativement facile à produire localement (in situ chez les agriculteurs ou dans les déchèteries). C’est fort dommage que toutes les déchèteries ne soient pas équipées de méthanisateur pour faire du chauffage ou de l’électricité. Il suffirait d’équiper les déchèteries, déjà peu esthétiques, d’un méthanisateur, d’une éolienne et de panneaux solaires pour produire l’électricité locale au lieu de massacrer les paysages.

          +2

        Alerter
        • Yuri G. // 03.12.2019 à 20h22

          En fait, il n’y a pas de mauvaise source d’énergie, c’est surtout l’usage qu’on en fait qui pose problème.
          La méthanisation est en soi un procédé interessant mais dans les faits, notamment lorsque des unités sont installées chez des agriculteurs, on s’aperçoit que des matières organiques qui auraient pu être restituées aux sols (et dont ils ont cruellement besoin) sont exportées pour la méthanisation, afin que la centrale tourne à son rendement maximum, permettant ainsi de rembourser l’emprunt bancaire (on est parfois sur des projets qui dépassent le million d’euros d’investissement).
          Dans ces matières organiques ont compte bien sûr les excréments animaux, mais aussi parfois la paille d’une culture et même son grain!
          Sans parler de l’emplacement géographique qui alourdit souvent le bilan énergétique de l’opération.
          On est quand même sur des procédés ultra-énergivores, il y a d’autres leviers plus simples et moins coûteux à mettre en place en agriculture sur la thématique énergétique.

            +0

          Alerter
  • RV // 02.12.2019 à 20h17

    un soucis sur le lien
    https://geopragma.fr/index.php/2019/11/18/linde-une-puissance-mondiale-en-devenir/
    renvoi un message de page non trouvée
    sur mon poste c’est celui-là qui ouvre la page en question
    https://geopragma.fr/linde-une-puissance-mondiale-en-devenir/

      +0

    Alerter
  • Jean // 02.12.2019 à 20h52

    Vincent Lindon : “Aux oubliés de la start-up nation, il ne reste que la rue”

    Pour l’édition 2019 de La Relève, organisée par le journal Les Echos, l’acteur était chargé d’écrire un éditorial. Il nous avait promis “3498 signes avec ce que j’ai dans le coeur, dans le cerveau et dans le sang”. Le voici.

    https://videos.lesechos.fr/lesechos/videos/pkrp3f

      +3

    Alerter
  • Jean // 02.12.2019 à 20h57

    VIOLENCES POLICIÈRES, DÉMOCRATIE EN DANGER

    https://www.youtube.com/watch?v=zYP7bNci_fc

    Pour cette 5e édition de Mauvaise Presse, nous avons décidé de parler des violences policières et du recul de la démocratie. . Nous recevons pour cela, Pierre Douillard-Lefevre, chercheur spécialisé dans la militarisation du maintien de l’ordre, Violette Voldoire, co-fondatrice et co-rédactrice en cheffe Radio Parleur ainsi que Aïnoha Pascual, avocate au barreau de Paris et de nombreux gilets jaunes.

    Partie 1 : BILAN DES VIOLENCES POLICIÈRES (de 1min53 à 38min57)
    Partie 2 : COMMENT EN EST ON ARRIVÉS LA ? DÉRIVE DU MAINTIEN DE L’ORDRE A LA FRANCAISE (De 38min58 à 1h06 et 28 secondes)
    Partie 3 : VIOLENCES POLICIÈRES : LES SIGNES D’UNE CRISE DÉMOCRATIQUE ( de 1h06 et 30 secondes 1h38 et 14 secondes.)

      +0

    Alerter
  • Jean // 02.12.2019 à 22h59

    Le cas de Julian Assange constitue une inquiétante violation de la liberté de la presse (communiqué intersyndical)

    Nous publions ci-dessous une lettre ouverte des syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes à Emmanuel Macron, « à propos de la situation de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, toujours détenu au Royaume-Uni. » (Acrimed)

    https://www.acrimed.org/Le-cas-de-Julian-Assange-constitue-une

      +3

    Alerter
  • Brigitte // 03.12.2019 à 07h33

    A propos de l’IA, on nous ressort toujours la même comparaison avec l’apprentissage d’un enfant, comme pour nous rassurer. Mais ce n’est pas rassurant du tout, bien au contraire. Que les robots soient des bourrins comparés aux humains ne diminue pas leur capacité de nuisances. Ce qu’ils sont programmés à faire, ils le font et le feront de mieux en mieux, comme nous surveiller et nous éliminer si nous sommes “hors contrôle” . Car c’est bien la “philosophie” du contrôle permanent qui pose problème avec l’IA, plus que l’intelligence, terme un peu galvaudé. Quoique notre intelligence risque d’en pâtir à un moment, c’est déjà le cas pour la mémoire, l’orientation, bref, notre faculté naturelle à être autonome et libre.

      +4

    Alerter
    • calal // 03.12.2019 à 08h47

      oui d’accord avec vous. Il faut refuser les objets connectes qui n’apportent quasi aucune plus value pour l’utilisateur si on met de cote l’aspect frime.
      Si on ne peut les refuser,il faut descendre d’un cran dans la gamme de produits pour substituer a l’objet connecte un objet low tech. Dans le domaine automobile par exemple,certaines voitures anciennes,facilement reparables par des mecanos amateurs,commencent a voir leur demande augmenter.De meme,un chauffage au bois peut devenir judicieux car il est d’entretien facile et peu onereux alors que les chaudieres modernes sont des boites noires dont l’entretien par des societes de chauffagistes devient de plus en plus problematique.l’acquisition de competences techniques dans ces domaines “low tech” devient egalement important. La societe a deux vitesses se precise de plus en plus (cf le film anita par ex ou elyseeum)

        +5

      Alerter
      • RV // 03.12.2019 à 13h32

        J’ajouterai que les objets connectés nécessitent la 5G et que cette dernière va faire exploser les émissions de CO2 d’internet.

          +1

        Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications