Les Crises Les Crises
29.décembre.201929.12.2019 // Les Crises

Revue de presse du 29/12/2019

Merci 82
J'envoie

Et une petite dernière pour 2019 ! Notre appel à articles de l’année écoulée de la semaine dernière n’ayant malheureusement rencontré que très peu de succès, il s’agit là d’une revue de presse classique. Merci à nos contributeurs pour leur travail au long cours durant l’année, voire durant les précédentes…

DÉMOCRATIE

C'est dans les pays en paix que les journalistes sont tués

"Rogelio Barragàn Perez, Norma Garabia Sarduza, Francisco Romero Diaz, Telésforo Santiago Enriquez, Jésus Eugenio Ramos Rodriguez, Rafael Murua Manriquez, Omar Iván Camacho Mascareño, Santiago Barroso, Jorge Celestino Ruíz Vázquez et Nevith Condés Jaramillo. Ces dix journalistes mexicains ont été assassinés parce que leurs articles évoquaient la corruption et l'univers des narcos. Dans le bilan 2019 que dresse l'organisation Reporters Sans Frontières, le Mexique devient le pays le plus meurtrier pour la presse, loin devant l’Afghanistan et la Syrie. C'est la tendance lourde de cette année. Les journalistes d'investigation sont désormais les plus exposés aux meurtres commandités, aux assassinats ciblés. Les enquêtes dérangent les gangs mafieux, les clans corrompus, les élus en collusion avec les narco-trafiquants, les firmes aux pratiques frauduleuses."

Source : France Inter

ENVIRONNEMENT

La Confédération paysanne dénonce une réindustrialisation de l’agriculture

"La Confédération paysanne s’alarme d’une tendance à la réindustrialisation des projets agricoles, en lien avec le grand plan d’investissement du Gouvernement. Le syndicat, qui organisait une conférence de presse le 17 décembre avec le sénateur Joël Labbé et des organisations de la société civile, demande une réorientation des politiques publiques vers l’agriculture paysanne, gage de durabilité et de dynamique territoriale. « Il y a une frénésie, en Bretagne, sur la réindustrialisation de la filière volaille notamment », a souligné Nicolas Girod, porte-parole du syndicat agricole."

Source : Terre-Net

FRANCE

Mission CICE : oups, le rapporteur est un membre de la famille Mulliez

"Mi-septembre, la mission parlementaire d’information sur le CICE, le fameux crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, va rendre ses conclusions. De multiples auditions ont déjà eu lieu entre le 12 juin et le 10 juillet. Le rapporteur de cette mission est le député-maire PS de Feyzin (département du Rhône), Yves Blein, qui se trouve appartenir à la très discrète famille Mulliez par le biais de son épouse, aujourd’hui décédée. Son étiquette socialiste en fait d’ailleurs une curiosité au sein de cette dynastie libérale et entrepreneuriale."

Source : Nouvel Obs

Consommation. Les banques reprennent leurs aises

"Les frais bancaires, gelés il y a un an pour répondre aux gilets jaunes, vont augmenter. Quant au plafonnement des frais pour les pauvres, il n’a jamais été effectif. Il ne reste plus rien des maigres concessions que le secteur bancaire avait acceptées de faire en plein mouvement des gilets jaunes. Au 1er janvier, les frais bancaires, qui avaient été gelés pour un an, vont de nouveau augmenter. « On nous avait promis un gel tarifaire mais en réalité les hausses annoncées vont conduire à un rattrapage. L’usager est le dindon de la farce de ces effets d’annonce », commente Serge Maitre, président de l’Association française des usagers des banques (Afub). Pour justifier ces hausses, les banques arguent d’une baisse de rendement liée à la chute des taux d’intérêt."

Source : CADTM

GÉOPOLITIQUE

North Stream 2 dans l'écluse des USA

Commentaire bref et démontrant une remarquable maîtrise stratégique par Hermann Ploppa, des conséquences prévisibles pour l’Allemagne du sabotage de NordStream 2. [VO allemande sous-titrée en anglais.]

Source : KenFM

Selon les chefs du Pentagone, les troupes américaines resteront encore des années en Syrie.

"Deux mois après que le président américain Donald Trump a annoncé de façon démagogique qu’il retirerait les troupes américaines du nord-est de la Syrie pour tenir sa promesse électorale de mettre fin aux «guerres sans fin» de Washington, les hauts responsables civils et en uniforme du Pentagone ont déclaré mercredi au Congrès qu’ils ne prévoyaient pas de fin à la présence militaire américaine. Le secrétaire à la Défense Mark Esper et le chef d’état-major interarmées, le général Mark Milley, ont affirmé dans leur témoignage devant la Commission parlementaire des forces armées que l’armée américaine resterait en Syrie, pour assurer la «défaite durable» de l’État islamique d’Irak et de Syrie (EI — l’État islamique) et que cet objectif ne serait probablement atteint que dans des années. «Mon évaluation à ce stade est que si nous ne conservons pas une capacité de renseignement qui nous permette de recueillir, de voir et d’agir avec une capacité de frappe sur l’EI en Syrie, les conditions pour la réémergence de l’EI seront réunies», a dit Milley devant le comité. «Ça prendra du temps, peut-être six à douze mois, mais ISIS réapparaîtra si les États-Unis tombent à zéro.» Esper est allé encore plus loin, insistant que les forces militaires américaines devaient rester en Syrie, pas tant pour contrer une force militaire existante que pour combattre une «idéologie»."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

INEGALITES

Macron ne renonce pas à sa retraite

"Alors que les grèves contre la casse des retraites continuent, et que des millions de français galèrent financièrement, particulièrement au moment des fêtes, les conseillers en communication de l’Élysée ont concocté une nouvelle opération de propagande. Macron aurait décidé de « renoncer à sa retraite de président ». Les médias relaient cette affirmation telle quelle et sans nuance. En réalité, Macron ne renonce pas du tout à sa retraite : Macron bénéficiera bien d’une confortable retraite. Il renonce juste à son régime spécial !"

Source : Nantes révoltée

Une ‘guerre contre Wall Street’ ? Les milliardaires se déclarent minorité persécutée

"Les milliardaires s’efforcent en ce moment de conjurer le spectre de la colère populiste – de menaces d’impôts sur la fortune à ceux d’une régulation accrue – qui menace une ère d’inégalités sans précédent. Ils auraient peut-être dû y penser il y a 40 ans. Les élections américaines de 2020 pourraient déclencher une « guerre contre Wall Street et la richesse », a averti la banque trop-grande-pour-faire-faillite Citi dans une lettre citée par Bloomberg cette semaine. La banque déplore que les riches d’aujourd’hui ne soient considérés que comme des vaches à lait pour des « politiques de redistribution, y compris de nouveaux allégements fiscaux pour les personnes à revenus faibles et moyens » – en oubliant le fait que les principaux bénéficiaires des réductions d’impôts de 2017 de Trump étaient les personnes riches mêmes, ainsi que les entreprises qu’elles possèdent, qui ont reçu la lettre de Citi. Les fourches vont être de sortie, et Citi veut que ses clients soient prêts. La lettre de Citi est loin d’être un cas isolé de milliardaires qui se posent en classe persécutée."

Source : ENTELEKHEIA

LIBERTÉS

La Police nationale lorgne sur les « données de réservation » des voyageurs.

"Au travers d’un arrêté publié en pleine période de fêtes, le gouvernement a confié à la police nationale le soin d’exploiter les nombreuses « données de voyage » relatives aux trajets effectués en avion, en train, en bus, etc. Ceci pour des finalités potentiellement très larges. Alors que de nombreux voyageurs sont encore pénalisés par les grèves, en cours notamment à la SNCF et à la RATP, l’exécutif s'intéresse à « l'exploitation des données de voyage ». Par le biais d’un arrêté publié samedi au Journal officiel, le gouvernement a ainsi instauré un nouveau service à compétence nationale : le « Service national des données de voyage »."

Source : Next Impact

Comment la technologie d’espionnage israélienne pénètre au plus profond de nos vies

"Les armes de l’ère numérique développées par Israël pour opprimer les Palestiniens sont rapidement réutilisées dans le cadre d’applications beaucoup plus larges, et ce contre les populations occidentales qui considèrent pourtant leurs libertés comme acquises. Si le statut de « start-up nation » a été octroyé à Israël il y a plusieurs dizaines d’années, sa réputation dans le domaine de l’innovation de haute technologie a toujours reposé sur un côté obscur, qu’il est de plus en plus difficile d’occulter. Il y a quelques années, l’analyste israélien Jeff Halper avertissait qu’Israël avait joué un rôle central sur la scène internationale dans la fusion des nouvelles technologies numériques et de l’industrie de la sécurité intérieure. Le danger était selon lui que nous allions tous devenir progressivement des Palestiniens. Israël, notait-il, a effectivement traité les millions de Palestiniens soumis à son régime militaire comme des cobayes dans des laboratoires à ciel ouvert – et ce, sans rendre de comptes."

Source : MIDDLE EAST EYE

MEDIATHÈQUE

Lawfare : le cas Mélenchon

"Réalisé par Sophia Chikirou, ce documentaire veut alerter l'opinion publique sur le #lawfare, pratique qui consiste à utiliser la justice pour nuire à des opposants politiques."

Source : Linternationale

ÉTATS-UNIS

Les États-Unis testent un missile interdit par le traité INF après que les démocrates ont entériné le renforcement de l'arsenal nucléaire voulu par Trump

"L'armée de l'air américaine a testé pour la première fois un missile balistique qui a violé le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF - Intermediate-Range Nuclear Forces Treaty) ce qui constitue une menace contre la Russie et la Chine. L'administration Trump s'est retirée du traité INF en août dans le cadre de ses efforts visant à étendre considérablement l'arsenal d'armes nucléaires des États-Unis et à assouplir les restrictions à leur utilisation. Ce test intervient quelques jours à peine après que les démocrates de la Chambre des représentants ont voté en faveur d'un projet de loi de dépenses militaires massif qui a supprimé les dispositions limitant la capacité de l'administration Trump à développer et à déployer de nouvelles armes nucléaires. L'approbation de la Loi sur l'autorisation de la défense nationale (NDDA) s'inscrivait dans le cadre d'une cascade de nouvelles mesures législatives en prévision du vote de destitution prévu à la Chambre, notamment l'Accord États-Unis-Mexique Canada (USMCA), une mesure de guerre commerciale visant la Chine. Alors que la destitution se concentre sur les allégations selon lesquelles Trump n'a pas été suffisamment agressif dans la guerre par procuration de Washington contre la Russie en Ukraine, les démocrates ont clairement indiqué que, quand il s'agit d'étendre le pouvoir de Trump à faire la guerre, il n'y a pas de limites et aucune dépense ne sera épargnée." [Ou l'impeachment à géométrie variable...]

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

Commentaire recommandé

MS // 29.12.2019 à 09h27

Consommation : les banques reprennent leurs aises
Il faudrait rappeler à ces banques que c’est en grande partie par leur faute si nous sommes dans la situation actuelle : c est parce qu’il fallait « les sauver » en 2008 que l’etat s’est endetté et c’est encore parce qu’elles préfèrent investir dans la bourse que dans le rachat des dettes des pays dont elles étaient elles-mêmes la cause que la BCE a dû intervenir une fois de plus récemment . Finalement qui payera ? Les citoyens, marché captif puisqu’il n’est plus possible de se passer de banque.
…une indécence rare !

54 réactions et commentaires

  • Guadet // 29.12.2019 à 09h14

    « A ma mort j’ai l’intention de donner tout mon argent ! » (dixit un milliardaire US)
    Chef d’œuvre d’humour noir pour dire que, de son vivant, personne n’obtiendra qu’il donne un seul dollar. Mais peut-être espérait-il vraiment emporter sa fortune dans la tombe ?

      +24

    Alerter
    • LibEgaFra // 29.12.2019 à 10h23

      « A ma mort j’ai l’intention de donner tout mon argent ! » (dixit un milliardaire US)

      Ah oui?! A qui? A son chat ou à son chien?!

        +11

      Alerter
    • Brian64 // 30.12.2019 à 03h32

      Le gars il se dit qu’il va choisir, selon SES bons goûts, à qui il donne sa fortune. Beaucoup de monde ne comprend pas que cet arbitraire est néfaste. Ils se disent que s’ils étaient à la place de ce milliardaire ils feraient de même, or les chances que ça se produise sont très mince…..

        +1

      Alerter
      • Patrick // 31.12.2019 à 17h21

        En quoi cet « arbitraire » est-il néfaste ?
        Souvent ces dons sont faits à des fondations caritatives ou humanitaires , et de toute façon c’est son fric il en fait ce qu’il veut.

          +1

        Alerter
        • Bamboo // 02.01.2020 à 16h46

          Son fric ? L’accumulation de ses rapines plus ou moins légales oui : sous-rémunération de ses salariés ; marges indécente sur les clients ; sous-imposition de bénéfices ; fraude fiscale systématique avec les paradis fiscaux. Quant aux emprunts qu’il a pu faire pour créer ou développer son entreprise qui les a remboursés si ce ne sont ses salariés, ses clients ?

            +1

          Alerter
  • MS // 29.12.2019 à 09h27

    Consommation : les banques reprennent leurs aises
    Il faudrait rappeler à ces banques que c’est en grande partie par leur faute si nous sommes dans la situation actuelle : c est parce qu’il fallait « les sauver » en 2008 que l’etat s’est endetté et c’est encore parce qu’elles préfèrent investir dans la bourse que dans le rachat des dettes des pays dont elles étaient elles-mêmes la cause que la BCE a dû intervenir une fois de plus récemment . Finalement qui payera ? Les citoyens, marché captif puisqu’il n’est plus possible de se passer de banque.
    …une indécence rare !

      +39

    Alerter
    • LibEgaFra // 29.12.2019 à 10h27

      Rien ne vous oblige à avoir une banque en France… Ou bien?

      Pourquoi ne pas délocaliser? Et faire jouer la concurrence…

        +1

      Alerter
      • vert-de-taire // 29.12.2019 à 11h15

        La concurrence ?

        Mais toute les banques sont pareilles, soumises aux mêmes lois et normes et aux mêmes contraintes de rentabilité.
        Une banque ‘différente’ serait moins rentable, donc dévorée.

        Il n’y a pas de concurrence, sauf virtuelle, comme nos croyances si bien instillées par les salauds.

          +11

        Alerter
        • K // 29.12.2019 à 12h37

          Contrairement à ce qu’affirment les commentateurs précédents, le sauvetage des banques en 2008 n’a rien couté au contribuable français, au contraire cela lui a même rapporté puisque le sauvetage consistait en un prêt octroyé par l’Etat au banques avec un taux d’intérêt de 8% (!). Ces prêts ont été complètement remboursés quelques années plus tard.
          Quant aux banques de la zone euro, elles sont toutes plus ou moins régulés de la même façon, reste la Suisse, la GB et les EtatsUnis entre autres.

            +2

          Alerter
          • MS // 29.12.2019 à 13h16

            Certes mais cette crise a engendré des plans de relance de l’économie fort coûteux payés, eux, par le contribuable. Elle a aussi généré une hausse du chômage payée par les mêmes contribuables etc…
            Il faut donc arrêter de dire que cette crise due aux banques n’a rien couté au contribuable.

              +22

            Alerter
            • K // 30.12.2019 à 01h06

              « Il faut donc arrêter de dire que cette crise due aux banques n’a rien couté au contribuable »
              Je n’ai jamais affirmer cela et je n’ai jamais entendu un commentateur soutenir cette idée, donc il n’y a pas motif à arrêter ce qui n’a jamais commencé.

              Et les banques françaises ne sont en rien responsables de la crise de 2008, contrairement aux acteurs américains (banques qui titrisent, courtiers en credit qui falcifient des documents, fed qui ne régule pas et administration fédérale qui refuse de sauver Lehman Brother).

                +0

              Alerter
            • calal // 30.12.2019 à 07h58

              « le sauvetage des banques en 2008 n’a rien couté au contribuable français »

              non effectivement,en fait ca a coute a tout utilisateur de la monnaie euro a cause de l’intervention de la BCE qui a augmente la taille de son bilan et donc dilué la valeur de chaque euros emis precedemment a 2008…

                +4

              Alerter
          • zebul0n // 29.12.2019 à 16h58

            Il m’avait semblé lire que le sauvetage des banques par les états avait grevé les capacités d’investissements de ces derniers et que cela se soldait par des pertes de croissance et donc par de la dette supplémentaire. Je crois que c’est un article du diplo qui en parle.

              +9

            Alerter
          • Hégémon // 29.12.2019 à 18h36

            Certes le « sauvetage des banques » en lui-même, ne nous a rien couté , mais ont-elles payé le chômage des 20 millions (de mémoire au niveau européen) de chômeurs que leur crise a générés ? les millions de RSA de ceux qui s’en sont jamais remis ? les multiples caisses des états qui ont dû amortir le(s) choc(s) ? les centaines de milliers/millions d’entreprises viables qui ont déposé le bilan faute de trésorerie ?… et les tranquillisants d’Alain Minc !? Pour comparer , un pyromane met le feu à la ville, la détruit et se brûle lui-même. On le soigne et il rembourse ses soins…donc c’est solde de tout compte ? … restons sérieux.

              +14

            Alerter
          • RGT // 29.12.2019 à 19h16

            L’état a prêté aux banques qui ont aussi obtenu le droit d’inscrire leurs pertes à leur bilans et les ont déduites de leurs impôts les années suivantes, baissant donc les revenus de l’état.
            Ce qui fait que les banques ont en fait remboursé le prêt de l’état avec des « avoirs fiscaux » gratuits et que ça ne leur a rien coûté.

            Et bien sûr, pour compenser ce manque à gagner, vers qui l’état s’est-il retourné pour se renflouer ?
            Vers les « marchés financiers » (gérés par ces mêmes banques) par le biais de la « dette » et bien sûr vers le con-tribuable qui s’est encore plus fait presser.

            D’ailleurs, lorsque le jugement en appel (ou en cassation, je ne sais plus) de Jérôme Kerviel l’avait disculpé de 99,98% du trou béant de la SG, certains fonctionnaires de Bercy (il existe encore quelques personnes « honnêtes » dans cette institution vénérienne) avaient laissé fuiter dans la presse l’information selon laquelle ce jugement devrait entraîner la suppression de « l’amnistie fiscale » concernant les pertes, celles-ci étant totalement (99,98%) imputables à l’établissement…

            Hormis quelques remous du côté des conseils d’administration de TOUTES les banques et l’arrêt subit de l’acharnement de la SG à l’encontre de Jérôme Kerviel (il est préférable d’éviter de re-brasser la merde si on ne veut pas être éclaboussé) cette proposition a été totalement « enterrée » par Bercy et les actionnaires peuvent continuer à percevoir leurs dividendes et les dirigeants leurs « bonus » sans être inquiétés.

            Si vous perdez de l’argent, essayez d’obtenir une ristourne fiscale pour voir, même si vous avez été escroqué..

              +19

            Alerter
            • Brian64 // 30.12.2019 à 03h38

              Merci à RGT, Hégémonisme, zebul0n et d’autres pour leurs explications sur ce que nous a coûté le sauvetage des banques. N’oublions pas non ce lus que Sarkozy a fait en sorte que ça soit le moins cher possible pour les banques, un manque à gagner de plusieurs milliards

                +3

              Alerter
          • Patrick // 31.12.2019 à 17h25

            Il y a un sauvetage qui nous a coûté : le faux sauvetage de la Grèce et le vrai sauvetage des banques qui avaient prêté à la Grèce.
            Les états on prêté à la Grèce pour qu’elle rembourse les banques , cela a évité aux banques françaises et allemandes de prendre leurs pertes.
            Maintenant la Grèce est encore plus endettée et elle ne remboursera jamaisout les autres états européens.
            La bonne solution aurait été de laisser les Grecs se débrouiller avec leurs créanciers et de ne surtout pas intervenir

              +1

            Alerter
      • Papagateau // 29.12.2019 à 13h40

        @ LibEgaFra
        Une banque peut faire faillite qu’elle soit française ou étrangère.
        À partir de là, le meilleur tarif n’a plus de sens.
        D’ailleurs quels tarifs ? Ma banque change les siens tout les deux ans, et si je ne suis pas content, je n’ai qu’à partir.
        Par contre, j’ai un crédit immobilier à 20 ans, et ici la pénalité de renégociation s’écrit sur 5 chiffres.

          +4

        Alerter
    • Santerre // 29.12.2019 à 12h40

      Personnellement, j’ai fait mon choix. J’ai fermé le compte hors de prix de la BN….. et j’ai ouvert un Banque Post….. . Je paye moins de 60 euros par an pour exactement les mêmes services. Quand cette banque là deviendra requin, je chercherai attentivement une banque vraiment mutualiste. Il y en a.
      C’est là où Cantona s’était planté en recommandant de sortir le liquide des banques. Outre que c’est pas pratique, outre que c’est plus vraiment possible il y a beaucoup plus simple: ouvrir un compte dans une banque d’état ou mutuelle(une vraie) transférer tout puis fermer le compte de la banque véreuse.

        +6

      Alerter
      • MS // 29.12.2019 à 14h29

        Les banques en ligne sont en général gratuites. Pas de frais pour les cartes, pas non plus de frais de tenue de compte, débit différé gratuit… et on peut penser que comme leur modèle économique repose sur cette gratuité elles le resteront plus longtemps que les banques en classiques.
        En fait, compte tenu de la façon dont elles se comportent, et et du fait qu’en cas de krach elles laisseront simplement leurs volet baissé je ne vois plus une seule bonne raison de rester dans une banque classique.
        En fait il y a bien longtemps que j’ai quitté la mienne… quand elle a voulu commencer à me prélever des frais.

          +6

        Alerter
        • Gilles // 29.12.2019 à 15h22

          AMHA, quelques erreurs:
          1. tout ceci est orchestré, pour nous encourager à ne plus détenir d’espèces et n’avoir personne envers qui se plaindre en cas de coup dur.
          2. Les banques en ligne sont toutes des filiales des banques traditionnelles.
          3. En cas de Crash, les comptes de dépôts, qu’ils soient ouverts dans des banques en ligne ou traditionnelles, n’y changera rien au vu des sommes dérisoires apportées en garantie.
          Mais vous avez raison, pour le moment: les frais sont moins élevés.

            +12

          Alerter
          • Narm // 29.12.2019 à 18h05

            et en un clic, plus rien………….. mais surtout personne à aller voir pour qu’il rende des comptes…………..

              +3

            Alerter
          • RGT // 29.12.2019 à 19h36

            Je suis depuis longtemps dans une banque en ligne après avoir quitté le Crédit Lyonnais (banque nationalisée et « honnête » jusqu’à l’arrivée de Mitterrand) devenu « LCL » après sa privatisation.

            Par contre, n’oublions JAMAIS que l’OBLIGATION de détenir un compte bancaire pour pouvoir recevoir son salaire a été une « idée géniale » qui nous a été imposée par Giscard.
            Avant cette loi, il était normal de recevoir son salaire en espèces et l’immense majorité de la population vivait sans compte bancaire.
            L’excuse présentée à l’époque était de lutter contre le « mari qui allait dépenser son salaire au troquet laissant sa famille dans la misère »…
            Malin
            Les banques n’avaient pas beaucoup de fonds ans leurs coffres.
            Cette obligation leur a apporté une « bouffée d’oxygène » avec une contrepartie : La gestion des comptes devait être GRATUITE ainsi que les chèques afin de ne pas « énerver » la population qui avait jusqu’alors été préservée du racket bancaire.
            Tout doucement, les banques ont commencé à « proposer » à leurs clients des « offres promotionnelles » qui étaient considérées comme acceptées si le pigeon client ne les refusait pas systématiquement : Les « Assurances protection des moyens de paiement » et autres « extensions » ont commencé à fleurir.

            Puis les banques sont revenues à la charge contre la « gratuité inacceptable » et les « pertes financières » imposées par la gestion gratuite des comptes bancaires, demandant (imposant) aux gouvernements le droit de facturer des frais de fonctionnement.

            Chose étonnante, personne n’a proposé de simplement revenir à l’ancien système (paiement en espèces) pour leur éviter cette « souffrance extrême ».

            Les baisés comptez-vous.

            Je serais content si mon salaire était caché sous le matelas de mon lit. Il y serait plus en sécurité que dans un établissement qui peut sauter à chaque instant parce qu’une autre banque a explosé en vol de l’autre côté de la planète.
            Toutes les banques sont liées, ne l’oubliez pas. Et même si la votre est « moins toxique » elle est obligée de se lier aux autres qui le sont moins. En cas de problème, effet domino garanti !!!

              +12

            Alerter
            • Narm // 30.12.2019 à 14h24

              « Crédit Lyonnais (banque nationalisée et “honnête” jusqu’à l’arrivée de Mitterrand »

              malgré les guillemets, j’ai failli m’étouffer
              Mais je suis d’accord avec le reste.
              et le problème c’est qu’on laisse courrir les dominos

                +0

              Alerter
    • gelmad // 29.12.2019 à 16h52

      On n’a pas sauve les banques lors de la crise de 2008!!! On a sauve les actionnaires des banques ! Ce n’est pas tout a fait pareil !!!!!

        +6

      Alerter
      • RGT // 29.12.2019 à 19h53

        Tout à fait.

        Suivez les recommandations de Frédéric Lordon :

        Si une banque « explose en vol » on se contente de la laisser crever.

        Le capital sert à rembourser (en partie) le gouffre, la banque est mise en liquidation et l’état la rachète à son vrai prix : 0,00€.

        Au lieu de renflouer les actionnaires il renfloue les comptes des déposants (qui auront été vidés pour compenser le trou – merci la Kommission qui a voté cette « directive »).

        La banque est nationalisée en tant que SERVICE PUBLIC DE PAIEMENT ET DE DÉPÔTS (et rien d’autre).

        Et surtout son ancien conseil d’administration ET ses anciens dirigeants passent en jugement pour REMBOURSER les pots cassés, avec bien sûr quelques embastillement dans les pires établissement pénitentiaires dans lesquels ils connaîtront les joies des douches collectives (oups !!! j’ai laissé tomber ma savonnette !!!).

        Ça pourrait faire réfléchir les autres actionnaires et dirigeants de banques qui d’un coup se montreraient bien moins « voraces » sur les taux de « retour sur investissement » et les montants des « bonus ».

          +17

        Alerter
  • vert-de-taire // 29.12.2019 à 09h53

    **Une ‘guerre contre Wall Street’ ? Les milliardaires se déclarent minorité persécutée**

    Cet article reprend bien la guerre initiée par les ultra-riches contre le reste du monde à commencer par les autres classes sociales états-uniennes. Je dis guerre car c’en est une véritable où tous les coups sont permis et utilisés afin de réduire toutes contestations – salauds de pauvres ! Puisque celles-ci sont légitimes, il faut bien se donner tous les moyens de les combattre au même titre qu’un ennemi à détruire. On retrouve ici la doctrine typiquement américaine, détruire l’ennemi et non pas se contenter de le vaincre. L’appauvrissement systémique des ‘basses classes’ afin de les réduire au point de les condamner à la survie, à la misère, et leur ôter ainsi toute possibilité de lutte tels des esclaves.
    On retrouve, comme c’est bizarre, comme c’est étrange et quelle coïncidence, l’usage des mêmes techniques en France : destruction (on pourrait ajouter : ou anesthésie) des syndicats, colonisation des médias, discours mensongers ou abscons, bref tout l’arsenal de la propagande fasciste (a-démocratique : mensongère par volonté de tromper – captieuse).

    ***Et les riches peuvent être rassurés par le fait que tout ce à quoi Washington a déclaré la guerre au cours des 50 dernières années – la pauvreté, la drogue, le terrorisme – est toujours en pleine expansion.***
    Remplaçons Washington par l’Élysée et nous comprenons bien mieux la nature de la mondialisation capitaliste.
    Étonnant non ?

      +18

    Alerter
    • Omelette // 29.12.2019 à 13h57

      Depuis le lien RT de l’article traduit : https://youtu.be/0bSONye1F5M?t=167

      Cooperman (Gestionnaire de hedge fund, et milliardaire) : « J’ai lu ça ce matin. Magnifique. C’était d’un économiste noir associé à l’Institut Hoover, un Afro-Américain, et qui dit : ‘Comme nous sommes dans une période où tant de gens sont préoccupés par l’équité et la justice sociale, quelle est votre juste part de ce pour quoi quelqu’un d’autre a travaillé ?’. C’est l’essence de la discussion. »

      Ce n’est ni une surprise ni une nouveauté, mais on peut relever une énième illustration de ce cynisme tout décontracté qui joue la carte de la division raciale (une certaine vision des fameuses politiques d’identité) contre l’unité face au grand capital et tous ses relais… et quand en plus on connaît les agents à l’origine et la sociologie des victimes de la crise de 2008… Mais non, le gars se sent injustement persécuté et continue de jurer qu’il est progressiste : « ça ne me dérange pas de travailler 6 mois pour le gouvernement [dans le contexte de son itw, de se faire voler 6 mois], et 6 mois pour moi-même »

      En rapport avec la taxe à 2% de Warren, un commentaire peut-être prophétique, et en tout cas symptomatique de la polarisation de nos sociétés :
      « je préfèrerais une taxe de .45 sur les milliardaires »

        +3

      Alerter
  • vert-de-taire // 29.12.2019 à 10h06

    ***Comment la technologie d’espionnage israélienne pénètre au plus profond de nos vies***

    – Existe-t-il un État, une police au monde qui refuserait d’utiliser une technique de surveillance totale ?
    > Non bien-sûr.

    – Existe-t-il une population, des citoyens qui seraient capables d’empêcher un État, une police d’utiliser une technique de surveillance totale ?
    > Non plus.

    Conclusion ?

      +6

    Alerter
    • LibEgaFra // 29.12.2019 à 10h33

      « – Existe-t-il une population, des citoyens qui seraient capables d’empêcher un État, une police d’utiliser une technique de surveillance totale ? »

      Pour commencer, renoncer aux téléphones mobiles peut-être… ou tout au moins les brider, et se détourner des produits made in US…

        +4

      Alerter
      • vert-de-taire // 29.12.2019 à 11h08

        Oui et le retour au 19ème siècle

        Plus de voiture (pleines de composants), plus d’électroménager, plus de téléphone, d’ordinateur ..
        Plus de carte bancaire, …

        Comment et pourquoi accepter ce terrorisme d’État (préempté par des capitalistes fascisants) ?

        NON. comme humain (encore vivant) n’ai-je pas droit de bonne vie libre ?

        PS: produits US seulement ? Allons-donc.

          +1

        Alerter
        • VVR // 29.12.2019 à 15h44

          C’est plus un retour à la fin du 20ème siècle dont il est question. Une époque terrible, je me souvient qu’il fallait se rendre physiquement dans des bibliothèques pour avoir accès rapports statistiques des ministères, je ne sais pas si vous vous rendez compte.

          Mais c’est tellement classique de prédire le retour du choléra et de la variole dès qu’on parle d’arrêter la 4G ou de faire des bagnoles de moins 400 kilos, je ne sais pas pourquoi ça me choque encore.

            +13

          Alerter
    • Jean // 29.12.2019 à 11h04

      Conclusion ?

      Les États policiers s’organisent et collaborent :

      https://francais.rt.com/france/69516-gouvernement-souhaite-experimenter-reconnaissance-faciale-dans-lieux-publics

      Ils veulent que nous devenions tous des palestiniens.

        +22

      Alerter
      • Narm // 29.12.2019 à 18h09

        les gilets jaunes et autres syndicalistes le sont déjà

          +7

        Alerter
        • Brian64 // 30.12.2019 à 03h47

          Des commentaires à propos de Jérôme Rodrigues trouvés sur le Point sont immondes. Ils croient malin en plus avec leurs blagues

            +0

          Alerter
  • basile // 29.12.2019 à 10h11

    article intéressant sur le Nord Stream 2. Le but des Américains (un des buts, ils en ont tant d’autres) est de couper l’Allemagne de la Russie.

    … « Alors que la RFA était l’élève modèle des Américains, les États-Unis ont maintenant de grands espoirs pour la Pologne » … « alliance d’États de la Baltique à la mer Noire, États baltes, Pologne, Ukraine, Roumanie, Bulgarie » pour isoler l’Allemagne de la Russie.

    ce qu’on lisait donc sur les sites dit complotistes, ou poutiniens, est donc vrai.

    édit : j’avais oublié qu’Olivier est les deux à la fois 🙂

    et pour ne pas être occupés par les Russes, les Polonais le sont par les Américains. Comprenne qui pourra

      +14

    Alerter
    • vert-de-taire // 29.12.2019 à 10h46

      Une remarque pour proposer de faire la différence entre ‘polonais’ et ‘gouvernement dirigeants .. polonais’.
      Un peu comme si on avait dit les français se rapprochent des Etats-Unis en intégrant l’OTAN.
      Non le gouvernement français …
      Je sais, c’est lourd, tout le monde comprend etc ..
      Sauf que l’accumulation de ces métonymies (?) risque de transformer le message qui peut alors se lire autrement et pire, être utilisé dans un tout autre sens.
      On en arrive à des catastrophes comme celle advenue à Mélenchon qui dit que sa personne est sacrée en oubliant de préciser que c’est en tant que député qu’il l’est, au regard des lois. Ce fut la curée des salauds.

        +15

      Alerter
      • gracques // 29.12.2019 à 13h30

        Et puis bon , je suis contre la politique pro Otan des gouvernements français ,,mais concernant les Polonais …… l’occupation Russe ils connaissent …. depuis 1793 , alors faut comprendre.

          +0

        Alerter
    • RGT // 29.12.2019 à 20h12

      J’ai surtout été en Hongrie et en République Tchèque (un peu aussi en Pologne) et je peux vous affirmer que les populations ont franchement l’impression d’avoir été « fourrée à sec » comme l’aurait dit le regretté Michel Audiard.

      Certes, l’URSS n’était pas folichon (les hongrois et les tchèques ont été ceux qui ont le plus « dégusté » ne l’oublions pas) mais au moins ils étaient TOUS nourris, éduqués, logés et avaient un boulot qui leur permettait de vivre décemment (sans luxe ni gadget, mais ils vivaient correctement). Sans compter les retraites, les soins médicaux etc…

      Quand l’URSS s’est effondrée TOUTES les entreprises et TOUTES les ressources ont été BRADÉES et ont essentiellement été rachetées par des entreprises allemandes.

      Cool les mecs !!! Les russes les avaient débarrassés de teutons (l’occupation russe étant une vraie partie de plaisir comparée aux nazis) et ils se retrouvaient à leur point de départ…

      Ce qui les choque le plus, c’est qu’il sont obligés désormais de « contempler » les « bienfaits » du libéralisme en constatant que les pauvres et les SDF qui avaient été « abolis » par les communistes revenaient en grand nombre leur rappeler ce qui les attendaient si par malheur ils avaient le « privilège » de déplaire à leur « Sacro-Saint » employeur (délit de sale gueule ou refus de faire des heures supplémentaires non payées par exemple).

      Et en Pologne, c’est aussi pareil : Ce pays fait désormais lui aussi partie de l’arrière cour allemande et sert à fabriquer tous les sous-ensembles complet qui seront ensuite intégrés au « Merde In Germany ».

        +9

      Alerter
      • basile // 30.12.2019 à 06h03

        les escabeaux allemands, de la marque Hailo (Heil li, heil lo, heil la ?)
        sont fabriqués en Ukraine. Heil li, heil lo, heil là aussi, comme par hasard.

        et bien-sûr vendus en France

          +1

        Alerter
    • RV // 29.12.2019 à 20h56

      @ basile // 29.12.2019 à 10h11

      Oui, fort intéressant.
      Pour ce qui du Nord Stream 2 lui-même, les Russes avaient anticipé les sanctions et GAZPROM a fait l’acquisition d’un navire poseur de tuyaux en 2016, le Jascon-18 qu’ils ont rebaptisé l’Académicien Chierskyi. La Russie possède un second navire poseur de tuyaux mais comme il n’est pas équipé de système de positionnement dynamique spécial, en vertu de la loi danoise, il ne peut pas opérer dans ses eaux. Il faudra à peu près 2 mois pour que l’Académicien Chierskyi atteigne la mer Baltique mais il ne suffit pas d’avoir un bateau il faut aussi avoir un équipage hautement spécialisé.
      source : https://zen.yandex.ru/media/dvinsy/akademik-cherskii-sudno-kotoroe-budet-dostraivat-severnyi-potok2-5dffdf77ddfef600afa5dd88

      Une autre source affirme qu’un troisième navire serait opérationnel, la barge Fortuna qui peut poser jusqu’à 200 m de profondeur. Elle est à quelques jours de voyage du lieu des travaux possibles – dans le port allemand de Mukran. Gazprom a refusé de commenter. Ainsi, la date de mise en service du gazoduc de fin novembre à la mi-2020, qui semblait quelque peu pessimiste, semble maintenant très probable.
      source :
      https://zen.yandex.ru/media/mistycal/severnyi-potok2-smojet-zavershit-truboukladchik-akademik-cherskii-5dfe1c29028d6800ad66b3c6

        +2

      Alerter
  • LibEgaFra // 29.12.2019 à 10h40

    « Comprenne qui pourra »

    La haine des Polonais pour les Russes est atavique. Ce sont le Polonais qui sont à l’origine directe de la 2me GM parce qu’ils se sontt opposés à une alliance entre France, RU et URSS, d’où l’accord de non agression entre l’Allemagne et l’URSS qui a suivi.

      +16

    Alerter
    • Jean // 29.12.2019 à 11h11

      Certains pays ont étrangement échappés aux conséquences de leur collaboration avec le régime nazi :

      https://francais.rt.com/international/69466-poutine-pointe-doigt-collusion-entre-pologne-nazis-avant-seconde-guerre-mondiale

      On peut aussi citer la Suisse.

      Sommes-nous aujourd’hui encore dans un pays occupé dont les exactions ne pourront être imputées à la nation française ?

        +8

      Alerter
    • RGT // 29.12.2019 à 20h33

      La haine des polonais pour les russes remonte au moyen-âge.

      Les polonais sont catholiques, donc vassaux de l’église romaine alors que les russes sont orthodoxes et « descendent » spirituellement de Constantinople.

      Donc les polonais ont été désignés pour prendre la relève après que les chevaliers teutons se soient pris une branlée en tentant « d’évangéliser » dans le sang les russes au XIIIème siècle et aient définitivement jeté l’éponge.

      Et bien sûr, comme tous ceux qui ont tenté d’asservir les russes ils se sont pris une branlée.

      Mais contrairement aux teutons (et plus tard les lituaniens et les suédois), les polonais sont « persévérants » et n’ont pas arrêté d’appliquer la célèbre devise Shadok « Plus ça rate plus il faut recommencer afin que ça marche un jour »…
      D’où branlée sur branlée, honte sur honte (se faire mettre une branlée par des gueux en haillons, ça fait tâche), ce qui a à chaque fois augmenté leur rancœur.

      Les russes quant à eux se contentaient à chaque fois d’étendre leur périmètre de sécurité sur les terres de leurs envahisseurs jusqu’à ce qu’il comprennent (c’est ce qu’ils ont fait à l’est, ensuite ils ont eu la paix).

      On peut même dire que les russes n’ont pas la rancune tenace quand on se contente de constater ce que les polonais leur ont fait.

      Si les polonais avaient simplement foutu la paix aux russes depuis le moyen-âge rien ne leur serait arrivé.
      Et n’oublions pas non plus que ce sont les russes qui les ont débarrassés des nazis.

      Quand on compare l’occupation russe à l’occupation allemande, les polonais devraient les remercier.

        +11

      Alerter
  • charles // 29.12.2019 à 11h03

    n’empêche que si on devait comparer les-crises et google news, vous sortez haut la main dans plusieurs catégories. C’est plus intelligent, plus fin et plus variés, sa consomme moins d’énergie et c’est plus humain. google et sa fonction de personnalisation à outrance basée sur un IA, qui ne dit pas son nom, est une porcherie de l’information sans âme et sans valeurs.

      +11

    Alerter
  • charles // 29.12.2019 à 11h25

    > La Police nationale lorgne sur les « données de réservation » des voyageurs.

    voilà qui fait suite à tous ces évènements douteux de gilets jaunes provinciaux qui se sont fait gauler aux portes de la capitale un jour de manif.

      +14

    Alerter
  • PoissonPilote // 29.12.2019 à 12h53

    Jacques ATTALI Mentor de Macron
    [Surclasse contre les Français]
    « C’est plus qu’un programme politique qu’il faut imaginer,
    c’est une révolution culturelle :
    l’acceptation du neuf
    comme une bonne nouvelle,
    la précarité comme une valeur,
    l’instabilité comme une urgence et métissage comme une richesse,
    la création de ces tribus de nomades sans cesse adaptables,
    libérant mille énergies et porteuse de solidarités originales.

    « Il faut pour cela tout changer,
    et vite, dans le système fiscal, éducatif et social.
    Il faut une fiscalité favorisant
    la création plus que
    la possession de richesses,
    l’innovation plus que
    la routine,
    le travail à haute valeur ajoutée plus que
    le travail non qualifié.
    Il est absurde de ne s’intéresser qu’au travail non qualifié
    en baissant les charges qui pèsent sur lui alors que le chômage le plus dangereux pour l’avenir de nos sociétés est celui des jeunes diplômés,
    membres potentiels de cette surclasse nécessaire
    et créateurs futurs d’emplois non qualifiés.
    Il faut favoriser par tous les moyens les créations de produits, d’idées, d’entreprises pour que naissent des emplois valorisants et que chacun puisse exprimer ses potentialités. »

    http://lesakerfrancophone.fr/attali-et-sa-surclasse-contre-les-francais

      +4

    Alerter
    • lon // 29.12.2019 à 16h26

      ……la création de ces tribus de nomades sans cesse adaptables,
      libérant mille énergies et porteuse de solidarités originales….
      ….Il faut favoriser par tous les moyens les créations de produits, d’idées, d’entreprises pour que naissent des emplois valorisants et que chacun puisse exprimer ses potentialités.”…

      Attali rêve tout éveillé , du rêve de technocrate bien au chaud dans la non-précarité de la haute fonction publique, comme plein d’autres haut fonctionnaires , gavés de conférences et discours libéraux , chouchoutés et fascinés par le patronat. Comme le Macron, dont l’expérience privée de 2 ans chez Rothschild lui a rapporté une grosse commission sur un achat d’entreprises , et voilà notre enfant prodigue revenu au secteur public des étoiles plein les yeux et l’énergie du fraichement converti .

      l’URSS s’est écroulé du fait de la trahison des élites du PC soviétique , l’Etat providence et organisateur d’une économie mixte est en train de s’écrouler pour les mêmes raisons .

        +7

      Alerter
  • Santerre // 29.12.2019 à 13h43

    Salauds de pauvres….
    Et crétins de riches.
    Ho les crétins à milliards, de toute éternité et partout les riches ont vécu entre le luxe et la terreur. Le seul moment et le seul endroit où les riches ont pu profiter en paix fût en Occident entre 1950 et 1999, l’époque bénie ou la trouille de l’URSS obligea la ploutocratie làcher un peu la thune et à promouvoir une énorme classe moyenne suffisamment heureuse pour ne plus rêver à les égorger. Et quoi? Les riches sont ils à ce point débiles qu’ils croyaient pouvoir faire regresser toute notre civilisation sans retrouver les mêmes soucis?
    Les civilisations ne se suicident pas autrement.
    Comme les aristos débilitants d’avant 89 , les riches ne le sont à 98% que par la grâce de la naissance. Hier, des familles riches auraient caché une Paris Hilton comme la honte de la famille. Aujourd’hui elle est un modèle. Qui croit que ça peut durer? Élite signifie « les meilleurs ». Quand l,élite exhibe ses débiles, la guillotine n’est jamais loin.

      +17

    Alerter
  • Myrkur34 // 29.12.2019 à 17h57

    (Extrait)Tandis que les politiques économiques dites « de ruissellement » qui ont marqué le début de l’épidémie d’inégalités ont au contraire fait ruisseler les économies de la classe travailleuse dans les poches des riches.
    Vu la fronde des gros donateurs du parti démocrate, je sens que les primaires sont loin d’être gagnées pour Warren ou Sanders. A la limite un conglomérat de milliardaires peut très bien acheter les votes pour Biden. Cela s’est bien passé pour empêcher toute concurrence sur les ampoules au début du 20ième ou bien les accords secrets entre les 7 soeurs.

      +2

    Alerter
  • kokkino // 29.12.2019 à 20h41

    Merci aux Crises d’avoir relayé le documentaire remarquable « Lawfare, Le cas Mélenchon ». Une véritable étude de cas « in vivo » sur le glissement progressif d’un régime prétendu démocratique vers un autoritarisme de plus en plus systématique. Voilà un document que j’aurais aimé visionner lors de mes lointaines études à science-po tellement la construction d’une connivence politique entre médias installés, police, justice, au service du pouvoir y est démontée sans prétention ni exagération. Dure cependant de revoir les aboiements des plateaux télé pour moi qui m’en suis désintoxiqué depuis quelques années maintenant ! Très intéressant également de constater que le régime Macron n’a rien à envier à ceux d’Amérique Latine. N’oublions pas qu’avec plusieurs centaines de gilets jaunes en prison du seul fait en réalité d’avoir exercé leur droit constitutionnel à manifester, le gouvernement français a placé le pays dans le peloton de tête pour ce qui est du nombre de prisonniers politiques !

      +18

    Alerter
  • malinvoy // 29.12.2019 à 20h42

    Vu le documentaire très fort « LAWFARE le cas Mélenchon ». Très touchée de trouver enfin des militants et personnalités traiter de façon presqu’apaisée, après des mois de lynchage, d’insultes, de harcèlement cette question de l’évolution de nos institutions vers le totalitarisme. Beaucoup de personnes (militants syndicaux, gilets jaunes, contestataires de l’ordre établi …) peuvent saisir qu’il s’agit là d’un système qui tend à étouffer toute opposition. C’est la forme brutale de TINA. C’est le mérite de ce documentaire et des personnes impliquées, notamment les membres de la FI, de permettre de le comprendre pour mieux s’y opposer.

      +11

    Alerter
  • Roger // 29.12.2019 à 23h03

    LawFare, le cas Melenchon, est un excellent documentaire à partager au maximum…
    Il y a en effet des milliers de citoyen qui ont pu « vivre » cette expérience et pour lesquels il est devenu évident que la Police et la Justice ne sont plus au service de la République.
    Il est aussi très intéressant de constater que Belloubet est une ancienne du PS comme beaucoup d’autres acteurs de cette opération… Macron n’a même pas à s’occuper de Melenchon les ex PS qui l’ont rejoint (ce qui en dit long sur leurs convictions d’ailleurs) s’en chargent avec toute la haine dont sont capables ceux qui ne supportent pas le miroir que la FI leur renvoie.

      +11

    Alerter
  • FPOLE // 30.12.2019 à 14h50

    en complément de l’article « Macron ne renonce pas à sa retraite », un article de blog de Paul CASSIA : « La com’(édie) de l’Elysée autour de la «retraite» du président de la République » en accès libre.
    https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia/blog/231219/la-com-edie-de-l-elysee-autour-de-la-retraite-du-president-de-la-republique
    extrait :
    « Or, d’une part, il n’est pas possible pour les anciens présidents de la République de renoncer à leur statut de membre de droit du Conseil constitutionnel, car il ne dépend pas de leur volonté mais s’impose à eux par l’effet du deuxième alinéa de l’article 56 de la Constitution (« font de droit partie à vie du Conseil constitutionnel les anciens Présidents de la République ») ; par conséquent, quels que soient ses dires et ses promesses politiques à telle époque de sa vie, à tout moment, un ancien président de la République peut décider de participer effectivement, pour la durée qu’il souhaite, aux activités du Conseil constitutionnel. »
    « Voilà donc un président de la République qui décide de ne pas (s’)appliquer une loi votée par le Parlement français… Est-ce un exemple à donner lorsque l’on est en charge de telles responsabilités, étant entendu au surplus que comme pour le Conseil constitutionnel, il sera toujours possible à M. Macron de renoncer à sa renonciation, et de se faire verser à tout moment la dotation à laquelle il aura droit de par la loi du 3 avril 1955 lorsqu’il ne résidera plus à l’Elysée ? »

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications