Les Crises Les Crises
1.février.20151.2.2015 // Les Crises

Un dimanche à Paris : Ah tiens une manif … par Tristan Edelman

Merci 0
J'envoie

17 janvier 2015

Enfin on va avancer l’enregistrement de mon nouvel album, « Ministère Double joker ou le moins pire des mondes possibles ». Mon ingé son, Momo le grand fou, habite à Jacques Bonsergent, ligne 5, près de la place de la République. La mauvaise place au mauvais moment… Impossible d’arriver au studio : une manif. J’ai beau essayer de me frayer un chemin, de prendre un autre métro, de contourner, de rentrer chez moi même… pas moyen : tous les chemins mènent à la manif. J’ai vraiment pas envie. Je peux pas travailler, je peux pas rentrer chez moi, je peux pas m’exprimer librement à travers ma musique. J’essaye de passer en-dessous des cordons faits par la police, qui me rembarre. Je râle : « on peut même plus rentrer chez soi ! ». Un manifestant d’une quarantaine d’année, visiblement exaspéré par ma réaction, me répond « On peut pas tout avoir ». Qu’est-ce ça veut dire ? T’as une manif donc des filcs, pas de flic donc pas de manif. Ok le ton est donné : hyper quadrillé et au pas. Et d’ailleurs, me voilà dans une manif au rythme particulièrement régulier, bien rangé et en ordre. Tu peux même plus râler. « T’as qu’à pas habiter là, pauve con » J’ai compris. Pas le choix : je fais la manif. J’ai bien su les événements, mais n’ayant pas la télé, je n’ai pas vraiment d’opinion. C’est donc avec une certaine innocence que je traverse, bon gré mal gré, ce flot humain et de pancartes ; bien rangé.

On déboule dans une rue. Me voici immédiatement entouré de drapeaux bleu blanc rouge. Ca donne un peu le tournis : j’en avais jamais vu une telle concentration sur un si petit périmètre. J’ai dû tomber dans la mauvaise manif. Je demande, le plus neutre possible, à la petite dame à coté de moi : « C’est bien la contre-manif ici ? ». Elle me répond fermement, voire acariâtre : « Non : ici nous sommes dans la vraie ! ». A ce moment précis monte un chant : la Marseillaise. Je suis un peu confus. Je n’ose pas regarder la dame… bon j’ai dû rater un wagon…

Passe alors un groupement de femmes juives, avec comme pancarte couvrant leur corps : « Je suis Charlie, Je suis juive, je suis flic ». Je flippe un peu. Flic dans une manif pour la liberté d’expression, juif dans une manif laïque, religion et police avec Charlie, ça dissone de partout. J’aurais bien voulu parler un peu avec elles, mais vu leur regard noir, on imagine facilement des matraques derrière leurs affiches…

Ah tiens une main en carton ! Ah mais j’la reconnais, c’est « Touche pas à mon pote », le mouvement des années 80-90 qui a servi à rien sinon à faire la promotion du parti « socialiste » qu’on a maintenant… Qu’est-ce qu’il y a dessus ? « Touche pas à Charlie ». Ah oui… c’est sûr… mais c’est un peu tard, les gars…

Oh des petites pancartes… une phrase : « Même pas peur ». Ca me rappelle quand on était gosses, les virées en voiture avec mon oncle toxico, dans les Alpes au bord des précipices. Pour se donner du courage et espérer arriver vivant, on gueulait pareil « même pas peur ! »… Bon on a quand même fini par se prendre un arbre…

Une autre pancarte, un peu plus longue cette fois : « Le dialogue pour la compréhension, la paix et le respect. ». Je comprends pas très bien et je demande « Euh… quel dialogue ? ». Une grande dame à coté de moi me répond sur un ton prophétique. « On s’en fout. C’est pas grave. Le plus important c’est d’être dehors. Dehors tous ensemble ». On de la chance le temps est ensoleillé…

Le drapeau du PSG (Paris St Germain) ! Le stade dans la manif politique, à quand les manifs politiques dans les stades ? Ca rappelle de mauvais souvenirs…

Très rigolo : des jeunes italiens, visiblement exaltés, courent, sautillant, à travers la manif. Je finis par percevoir le beau drapeau gay multicolore avec écrit « PACE »(Paix). Je les regarde passer avec sympathie, et commence à me demander s’il ne s’agit pas là d’une nouvelle forme de carnaval, où tout s’inverse, le bas est en haut, le haut en bas, les valeurs se mélangent, se confondant pour une fête du non-sens. Peut être pour quelques vieux anars de Charlie, une fête du contre-sens…

Alors là… au milieu de drapeaux américains et français, un drapeau que je connais pas : bleu et jaune. Vous connaissez vous ? Comme d’hab j’me renseigne. Deux mecs d’une carrure de boxeurs poids lourds, avec vraiment une sale gueule, me répondent, comme à un abruti : « Ben c’est l’Ukraine ! ». A moins que ça n’ait changé depuis quinze jours, les neo-nazi ukrainiens soutenus par l’OTAN, ne sont pas des chantres de la liberté d’expression, me semble-t-il. Mais encore une fois j’ai dû rater un wagon…

D’ailleurs pas si loin, j’entends parler américain très très fort et avec conviction. Je me demande ce qu’ils foutent là. Je me retourne. Des jeunes nanas. Peut- être elles suivent Madonna. Y parait qu’elle est à la manif. « Hey all is fine ? Yes yes yes ? What are you doing ? Just to know… » Regard particulièrement méprisant. Je n’insiste pas. Je me dis qu’Obama aurait tellement de leçons à nous donner en ce qui concerne la liberté d’expression, et la liberté tout court, que ça vaut bien de fermer humblement sa gueule…

De superflu en superflu : « La satyre pas des tirs ». Bon ça rime…

Le new-age n’a pas été oublié dans l’affaire : « De l’humour et de l’amour. » il manque plus que nos stars de la variété pour se faire une promo mondiale. Peut-être y sont là en fait…

J’entends des gens apparemment spécialisés dans les mouvements de foule : « Le PS arrive ! Avec l’UMP qui court derrière ! Et le front de gauche ! Y s’courent après pour arriver les premiers ! ». La ballade des gens heureux, la grande messe cool du dimanche, elle est quand même un peu stressée. Pas facile de rester politiquement correct, quand y a autant d’enjeux et de marketing. Mais faut avouer, les gens s’en sortent très bien. A croire que c’est devenu une seconde nature le politiquement correct. Moi j’ai encore un peu de mal, mais j’vais regarder plus souvent la télé…

Je finis par regarder du côté des vagues d’applaudissements, qui se suivent comme une marée montante. Mais pour quoi ? Je regarde au ciel, des fois que j’aurais raté la Vierge Marie… et puis… j’percute… j’me frotte les yeux… mais non… c’est bien vrai… on applaudit au passage des cars de CRS ! On les embrasse même ! Alors là c’est l’pompon. La répression comme symbole de la liberté. Je ne demande rien à personne, parce que je sens que les gens sont devenus très susceptibles en ces temps de laïcité agressive ; et mes questions leur portent vite atteinte. Je fais un effort pour comprendre tout seul. Un flic est mort dans la « bataille », donc : « Je suis CRS ! ». Bon. Imaginons que ce jeune homme noir, musulman, sans papiers, qui a sauvé plusieurs personnes à Vincennes, en les cachant dans une chambre froide, soit un peu moins discret, qu’il ait été tué, et surtout, oui et surtout : qu’il ait été filmé. On aurait tous applaudi, et au passage, on serait devenus : 1- des jeunes hommes noirs (plausible), 2- des musulmans (plus difficile), 3- des sans-papiers (gloups…)… il faut avouer que dans l’état émotionnel où on est, on serait prêts à devenir tout et n’importe quoi…

Tout à coup, comme un funeste présage, j’entends un son de trombone, genre « bienvenu au cirque ». Mais juste un. Vite étouffé. Je me suis demandé si on avait pas demandé au musicien de fermer sa gueule, à lui aussi. C’est sur : ça va pas avec la marche funèbre, les sons du cirque…

Au milieu de cette marche débonnaire, et relativement silencieuse du coup, je vois des fantômes. Je vous jure : de vrais fantômes ! Un vieux noir avec des dread accompagné d’une petite femme à l’air très fatiguée. Ils tiennent à eux deux une banderole, blanche à la base, avec pleins de trucs écrits et pleins de ratures. Franchement on a pas envie de lire. En plus ils ont l’air dépité. Manque de bol, je me retrouve deux fois, pile devant eux. Je finis par lire leur banderole de récup : « Je ne suis pas Charlie, je ne vois qu’une Afrique pillée par l’OTAN qui favorise les pires terroristes. » Ils sont bien seuls, car partout autour : des sourires bienveillants des « Je suis Charlie ». Eureka ! Je comprends la phrase de la dame : « Le plus important c’est d’être dehors, ensemble ». On peut ne pas être d’accord, mais on est tous ensemble unis dans la même manif. Chacun a sa vérité. Pas de fanatisme. On se respecte. On marche ensemble. Respect de la différence. Liberté d’expression. Chacun son truc, mais on marche ensemble. Toutes les positions sont admises. Les gens de la manif ont la cool attitude. Tout se vaut. On est tous égaux. C’est beau. Ensemble dans la manif dans un consensus enfin national. Et en plus le monde entier nous regarde. On a enfin réussi à faire digérer des mots aussi antinomiques, grâce à la manif de la liberté d’expression, que l’OTAN et l’Afrique pillé par l’OTAN : même combat ! Cette petite banderole, au milieu du désert des sourires complaisants, rappelle que manifester pour la liberté d’expression contre le terrorisme, ça a quelque chose d’absurde. C’est comme manifester contre le sida. On peut réclamer plus d’argent pour la recherche et plus de facilités pour les médicaments, mais contre le sida, ca veut rien dire. Ben c’est pareil ici. Le symptôme, pas les causes ! Les causes du terrorisme et de la disparition de la liberté d’expression : on s’en fout ! Même mieux : les causes elles sont là, devant nous : les chefs d’Etat et leur politique, et en plus ils ont même réussi à foutre en l’air le sens de la manif. Et d’ailleurs ils le disent bien les causes : « C’est pas nous c’est les autres ! Et c’est quoi des causes ? C’est juste le chaos et on va remettre tout en ordre ! Tous ensemble ! Allez on frappe dans les mains ! » Les manifestants voient ça de loin, même si on frappe dans les mains. Ca donne le rythme. Comme ça on a une manif tranquille, douce, intelligente ; pas de vague. Un grand moment de paix. Une manif sans débordements. On est enfin mûrs en Occident : bien rangés, tous au même pas. Je me dis que finalement, les flics on en a plus vraiment besoin, on le fait très bien tout seul. Des temps bien étranges… j’ai dû louper tout le train…

***

Comment en est-on arrivés à défiler pour la liberté d’expression, avec comme guide, des chefs d’Etat venus redorer leurs tristes blasons, qui n’ont de cesse de nous normaliser à grands coups médiatiques et à petits coups répétés dans l’organisation de notre vie quotidienne ? Comment en est-on arrivés à soutenir passivement et massivement, ceux qui musèlent justement cette liberté (dont Charlie hebdo comme tant d’autres ont pâti, mais là ils vont pas se refuser de devenir journal officiel pour le prochain musée de la propagande…) ? Comment en est-on arrivés, d’un élan contre un acte inouï, à défiler sous les drapeaux français et un pacte républicain à verve nationaliste et européaniste, qui par ailleurs exclut 25% de la population française, que représente le FN ? Un pacte excluant à la base. A force de tomber à droite, Marine va finir au centre…

En tombant par hasard dans la manif, j’ai eu quelques bribes de réponse.

Malgré les apparences, chacun semblait isolé, tout comme dans le métro. Il est facile d’imaginer que dans cet Isolement, on croit qu’il suffit de penser librement, pour être libre, surtout dans une marche aussi formelle et volatile. Et en l’occurrence la liberté d’expression s’y prête bien : « Je m’exprime donc je suis libre ! » Ca coute rien comme liberté. C’est pas comme les retraites, la sécu, l’éducation, les hôpitaux et la concentration des richesses. Et puis si les autres pensent différent, on s’en fout, car d’ailleurs eux aussi s’en foutent de ce qu’on pense. Mais au moins on s’est tous exprimés. Il se trouve qu’en plus, on pense tous pareil. Facile : quand on est isolés, les médias, eux, s’occupent de nous occuper, et ils parlent tous le même langage, à peu de chose près. On pense tous pareil, ça veut dire on pense tous média. On est isolés puis réuni par l’idéologie des médias et leur censure silencieuse. C’est par cette déconnexion aux autres, qu’on arrive à faire une manif où on est connectés seulement par les medias, mais en se croyant dans l’expression, libre de sa pensée. Et dans la manif c’était plutôt effarant de déconnexion. Franchement proche de l’hallucination de masse. Mais une hallucination cool bobo. Tranquille quoi.

L’histoire 68 tard, critique, un peu anar de Charlie, à la trappe ! Le nationalisme, c’est pas grave, c’est pour la bonne cause ! Les chefs d’Etat qui récupèrent, faut pas leur en vouloir c’est leur boulot ! La vraie liberté d’expression, qui n’existe plus depuis des années, ah bon… mais on dit c’qu’on veut en France… la preuve : on est là à la manif ! Chacun est dans son monde tout puissant, persuadé que la récupération ne le concerne pas. Le miracle de l’expression libre, c’est de croire que le fait même d’aller manifester, au nom d’une liberté d’expression toute formelle, libère de toute récupération, alors même qu’on défile sous la bannière de ses propres censeurs. Mais la bannière dans le for intérieur du manifestant, elle est blanche comme la colombe, et le berger on le méprise vaguement. « On est pas si conc que ça ! ». Et puis les bannières, on finit par plus les voir, et le berger il vous envoie aux champs de bataille pour la nation, l’Europe et les USA…. au nom de Charlie ! C’est quand même miraculeux la liberté d’expression : il suffit de penser qu’on est pas d’accord, et le drapeau eh bien : il disparait ! D’ailleurs il n’a jamais existé ! Hallucination et déni de la réalité. Chacun dans sa toute puissance, cache, sous la bonne conscience du mot respect, la pire des censures : l’indifférence. Au fond on veut pas se le dire, mais on vend, on offre même, notre liberté et nos forces de pensée, à des bergers qui nous bercent de beaux mots. Eh oui, ça vaut cher les tours de prestidigitation et la dose d’hallucination…

Merci Charlie quel retournement, quel coup de théâtre tu nous as offert ! Quelle belle surprise : l’Union nationale autour des valeurs de la République, de l’Europe, de l’OTAN ! Ca y est le pacte transatlantique : validé ! A moindre frais ! Encore quelques terroristes avec des morts et tout le tralala, et on est prêts pour la guerre atomique ! Tant pis si dans le passé t’étais pas d’accord Charlie, maintenant t’es mort, et on parle à ta place : « Les absents ont toujours tort ! Et qui ne dit mot consent ! »

La suite on connaît : commandements contradictoires type pacte républicain excluant, dérive sécuritaire et de surveillance à la défaveur des citoyens, mini 11 septembre pour une politique étrangère agressive, manipulation des masses par la peur vers le nationalisme, mise en état de choc et diversion vers des valeurs abstraites et un bouc émissaire communautaire pour masquer les vrais problèmes créés par la folie du marché sauvage, et en prime, des citoyens isolés au cerveau retourné, qui sont tellement fragilisés par les attaques des médias, de la société de consommation, par l’addiction aux trois écrans, et la peur généralisée, qu’ils sont prêts à suivre n’importe quelle chimère.

Tristan Edelman

Commentaire recommandé

Toutatis // 01.02.2015 à 08h12

Tout le monde n’était pas Charlie, faut arrèter Il y avait au moins 60 millions de non-manifestants.

49 réactions et commentaires

  • boduos // 01.02.2015 à 03h39

    Et tu pourras dire à tes petits enfants :”j’en étais” et ça c’est pas rien !

      +2

    Alerter
    • Rose du sud // 01.02.2015 à 06h52

      Mes petits enfants, je les ai mis à la porte, car ils étaient Charlie et n’avaient rien lu de ma propre expression libre, que les éditeurs n’ont pas voulu . C’était tout juste bon à en faire des “confettis”.
      J’ai bien peur que non prêts, manipulés les gens vont bientôt vivre un drôle de Carnaval!

        +38

      Alerter
    • anne jordan // 01.02.2015 à 20h11

      “avec comme guide, des chefs d’Etat venus redorer leurs tristes blasons, qui n’ont de cesse de nous normaliser à grands coups médiatiques et à petits coups répétés dans l’organisation de notre vie quotidienne ? ”
      leur banderole ? ” viva la muerte” !

        +1

      Alerter
  • osis // 01.02.2015 à 05h24

    je me sens un peu moins seul.
    Merci.

      +23

    Alerter
  • Mathieu // 01.02.2015 à 07h16

    Très belle écriture, je vous en remercie monsieur !!!

      +14

    Alerter
  • esope // 01.02.2015 à 08h00

    Le flux et le reflux. Tout le monde en France était Charlie (je ne dis pas cela pour OB qui a su garder la tête froide). Maintenant, prenant la mesure du délire moutonnier, fleurissent des prises de position gênées pour dire “moi je ne suis pas Charlie” tandis que beaucoup de gogos gagas font profil bas et parlent d’autres choses.
    Faut-il rire ou pleurer ?

      +9

    Alerter
    • Toutatis // 01.02.2015 à 08h12

      Tout le monde n’était pas Charlie, faut arrèter Il y avait au moins 60 millions de non-manifestants.

        +45

      Alerter
      • kèsse // 01.02.2015 à 11h42

        OUI, mais c’était des pauvres! ça compte moins les pauvres … Il sont déjà incapables de se bouger pour gagner dignement leur vie, alors leur avis sur des sujets abstraits … Faut pas déconner! Non, c’était un consensus de valeurs. Et pour s’exprimer sur le sujet encore faut-il en avoir de la valeur … euh des valeurs .
        Et puis, vous savez, quand on travaille dans des métiers impliquant, qui demande une réactivité intellectuelle, on a pas toujours le temps de penser pour soi ou de prendre du recul … et ça fait du bien de savoir que d’autres sont d’accord avec vous … qu’ils pensent la même chose que vous … que la France des idées se rassemble et s’unit si il le faut …

        – et se chie dessus comme un hamster en cage!-

          +21

        Alerter
    • GG75 // 01.02.2015 à 17h47

      Il faut pleurer car comme l’article le dit comment en est on arrivé la?

        +2

      Alerter
  • Old Ohm // 01.02.2015 à 09h07

    est-ce bien des casquettes de préfet de police que peut apercevoir parmi les “manifestants” ?
    Cette photo est surréaliste ! “Ceci n’est pas une manifestation”.

      +6

    Alerter
  • Nerouiev // 01.02.2015 à 09h33

    Excellent texte, très agréable à lire et plein de ressenti. Tout en le lisant je cherchais qui était le Tsipras ou le Podemos Français. Le plus grave, une manif pour la liberté d’où sont exclus 25% des Français, ça laisse perplexe. On sent déjà les forceps américains pour 2017.

      +35

    Alerter
    • Chris // 01.02.2015 à 13h25

      Vous avez François Asselineau, que le CSA n’a pas pu classer dans une petite boite réductrice, mais sous “divers”. Sortir de l’UE-€ (art. 50) et de l’OTAN (art. 17).

        +19

      Alerter
    • le Prolo du Biolo // 02.02.2015 à 22h42

      “25 % de Français exclus de la manifestation”

      25 % des Français à qui il fallait envoyer un carton d’invitation ?
      Sauf erreur l’accès à cette manifestation ne s’est pas fait sur inscription préalable …

        +1

      Alerter
  • rouille // 01.02.2015 à 10h28

    En discutant avec ma nièce, j’ai perçu à quel point la jeunesse avait une puce nanotechnologique implantée quelque part sous la peau. Tous les poncif y sont passés. “les progrès de la science qui nous amènent un monde meilleur”, “le bienfait de la disparition des religions”, “le réel progrès social du grand frère turc affichant son homosexualité”.

    D’un seul coup j’ai mesuré la puissance de ce lavage de cerveau qui a permis cette marée humaine “je suis charlie”. Je me retrouvais dans une histoire à la Philip K.Dick.

    Pourtant, la fonction première du Chef de l’État, c’est d’assurer la sécurité de ses citoyens et en l’occurrence, il a été défaillant. Et pourtant aussi, il a défié en tête de la comanif avec la reconnaissance unanime “d’avoir bien géré la mise en scène de ce drame”. Y’a visiblement un problème de taille.

    J’ai donc été traité de “réac” par une jeunesse qui demande plus de surveillance cybernétique, plus de dépendance au monstre scientifique, la levée de tous les tabous [Modéré] et surtout la “liberté d’expression” ^^.

      +36

    Alerter
    • Trololo // 01.02.2015 à 17h10

      Je confirme, il ne se passe pas un jour sans que nos jeunes me sidèrent.
      Ils sont d’un conformisme et d’une bêtise à pleurer. Ils sortent des poncifs et des idées toutes faites devant lesquels les aînés sont censés s’incliner. Ils ne discutent pas ils jouent aux pokemons.

      Je suis d’une génération coincée entre ces jeunes ignares arrogants et les vieux soixante huitards égoïstes. Il ne se passe pas un jour sans que je peaufine un projet où je vivrai sur la touche, au fin fond de la cambrousse. Ras le bol des cons !

        +15

      Alerter
      • le Prolo du Biolo // 02.02.2015 à 22h46

        Personnellement je suis soixante-huitard, accessoirement administrateur bénévole depuis 30 ans d’une association d’aide aux personnes en difficulté, et je n’ai pas très bien compris ce que vous entendez par “égoïsme”.

          +0

        Alerter
        • le Prolo du Biolo // 02.02.2015 à 22h48

          Et pour ce qui est de votre projet de paufiner votre solitude tranquille au fond de la cambrousse, j’ai du mal à cerner l’aspect altruiste de la chose …

            +0

          Alerter
        • Thecis // 05.02.2015 à 02h05

          Certes, votre action relève de l’altruisme mais quand on voit que les soixanthuitards :
          – ont concentré la richesse français en exploitant les générations suivantes qui paient leurs emprunts
          – sont les principaux bénéficiaires des lois car c’est l’électorat le plus représenté (effet de masse)
          – sont responsables de la dégradation des conditions de travail et du contenu des postes pour encore exploiter les plus jeunes
          – font payés à prix d’or leur train de vie aux générations futures

          Y’a de quoi être dégoûté !

            +0

          Alerter
  • alexg81 // 01.02.2015 à 10h37

    Excellent article, qui résume bien ce qui s’est passé au début du mois dans la capitale : il s’agit d’un véritable choc qui a été créé. Et son expression la plus flagrante est la manifestation du 11 janvier.

    il faut avouer que dans l’état émotionnel où on est, on serait prêts à devenir tout et n’importe quoi… Je pourrais l’étendre à on serait prêts à accepter n’importe quoi, quitte à perdre beaucoup de nos libertés, acquis sociaux et pans de notre identité nationale pour lutter contre une bande de quelques milliers d’illuminés.

    Et puis les bannières, on finit par plus les voir, et le berger il vous envoie aux champs de bataille pour la nation, l’Europe et les USA…. au nom de Charlie ! Un rapide résumé des guerres néocoloniales menées par l’OTAN dans le monde. On fait la guerre pour la paix, les droits de l’homme, l’humanitaire, jamais vu des propos aussi contradictoires. On voulait même à un moment mener une révolte populaire en Russie au nom du mariage gay.

    Bref, lorsque l’émotion et la folie collective ont remplacé la réflexion et la recherche des causes du problème, cela donne le slogan “Je suis Charlie”.

      +20

    Alerter
  • Le Gaulois Libre // 01.02.2015 à 11h29

    Une connerie reprise par des millions d’ignorants, reste une connerie !

    http://temple-hermes-thoth.blogspot.fr/

      +11

    Alerter
  • Alae // 01.02.2015 à 11h31

    Sachant que la place de la République contient 40 000 personnes, que le Boulevard Voltaire débite 50 000 personnes à l’heure, que la marche a démarré à 16 h, qu’il n’y avait plus personne sur la place de la République à 19 h et que la place de la Nation (lieu d’arrivée de la manif) contient 23 000 personnes, combien y avait-il de manifestants ? Réponse : Pas beaucoup plus de 150 000 personnes.
    @esope, “Tout le monde en France était Charlie”.
    Non. Pour une marche claironnée par TOUS les médias, en réalité (c-à-d, pas comme dans la narrative des médias), c’était même un score minuscule.

    Excellent article par ailleurs, qui pointe bien la solitude de l’individualiste narcissique, paradoxalement à la fois revêche et conformiste au possible. C’est un phénomène fascinant à observer, parce que les mêmes causes mènent aux mêmes effets partout dans les sociétés modernes : plus les gens se regardent le nombril, moins ils sont sympas et plus ils marchent au pas.

      +18

    Alerter
    • Andrea // 01.02.2015 à 17h09

      ..la solitude de l’individualiste narcissique, paradoxalement à la fois revêche et conformiste au possible

      m’inspire une déviation anécdotique, exemple emblèmatique.

      Dans les années 1900, les industriels aux USA dans le domaine du textile, habits, jouets, se sont réunis.

      Leur but: augmenter les ventes – la compétitivité, la productivité, la rentabilité!

      Leur idée était de distinguer fortement ce qui serait conforme pour les garcons vs. les filles. Cela empècherait un partage des biens, le passage d’habits du plus grand/e au plus jeune, les jouets pour tous, etc.

      Ils se sont mis d’accord sur un codage par couleur, cela frappe, c’est émotionnel, c’est visible dans la rue, cela peut-être honteux. Au début, ils argumentaient pour le rose pour le garcons (plus chaud, frappant, fort), et le bleu pour les filles. Des couleurs pastels, toujours, car des couleurs vives coutent plus cher. Puis, le contraire a été adopté, vers 1945, on ne sait pas bien pourquoi.

      Hop, les familles pauvres doivent acheter entre .5 et 1 de plus dans les rayons. Aujourd’hui, même le Pampers ont une version G-F. Par la suite, des mouvements féministes et égalitaires (65-85..) ont lutté contre cela, l’égalité des sexes i tout i tout, mais sans succès, car le marketing marche.

      Pour faire acheter, il faut mettre l’accent sur l’individu, sa glorification, mais ceci fonctionne uniquement à travers l’identification à une classe, un groupe, une tribu. Fille ou garcon, riche ou pauvre, rap ou pop, Apple vs. Microsoft, etc.

      Ce type de fractionnement de la société a été repris par le politiques (votes en ‘démocracie’.)

        +7

      Alerter
  • cyril // 01.02.2015 à 11h39

    il va falloir que certains se fassent a l’idée que nous ne choisissons ni l’époque ou nous vivons,ni l’endroit ou nous vivons. le peuple de france est bêlant. il ne veut tout simplement rien comprendre. il préfère dans sa majorité,le toc,les paillettes,les billets de monopoly,les rires en boites,les pseudos starlettes,les histoires de cul de tel ou tel homme politique et suivre bêtement ce qu’on lui dit,plutôt que de remettre en question,ce qui demande un effort intellectuel insoutenable pour lui,le monde qui l’entoure. peu lui importe d’être tondu,que les hôpitaux ferment les uns après les autres,que l’illettrisme revienne au grand galop,que l’école ne soit plus qu’un désert pour les formes d’apprentissage,que les salaires ou les retraites soient ponctionnées,que l’accès au logement,même pour des taudis,soit le parcours du combattant,etc…… il a son heil phone,sa télé a cristaux liquides et sa tablette tactile. les libertés individuelles se sont évaporées,bah tant pis,le frigo est vide,bah tant pis,les perspectives d’avenir inexistantes,bah tant pis,il reste le matériel et charlie. c’est par ce genre de comportement que mon hypothèse sur la vitesse inégale d’évolution se conforte dans mon esprit. tous les êtres humains ne sont pas des homo sapiens. homo sapiens reste minoritaire face a une majorité de cro-magnon,grégaires et sans réflexion. ils se disent prêt a perdre leur liberté pour plus de sécurité et je citerais un président américain du 18eme siècle:
    “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.”
    benjamin franklin
    la boucle est bouclée chez nous. peut etre est il temps pour ceux qui ont encore de l’énergie et un peu de moyen,de partir de notre pays nécrosé.

    cyril

      +14

    Alerter
    • esope // 02.02.2015 à 08h45

      Le mot “culture” de la fin du billet est un mot important. Malheureusement, pour beaucoup, comme pour Charlie, son interprétation n’en retient que les trois premières lettres.

        +0

      Alerter
  • gonzo // 01.02.2015 à 12h09

    bonjour,
    approche et notion de liberté:
    https://www.youtube.com/watch?v=oDO-DlBymZw

    souvent peut de gens connaissent réellement le sens du mot liberté pourtant écrit a tout va, pour une analyse critique de celle ci j’invite les curieux a lire ou relire :

    Raymond Aron et son essai sur les libertés écrit en 1965.

    ou il plonge dans une critique passionnante des libertés vu de Tocqueville a Marx. je pense que ce thème n’a jamais autan ete d’actualité et demeure trop important pour le confier qu’a nos seul politiciens.

      +2

    Alerter
  • Mephisto // 01.02.2015 à 12h31

    ” un bouc émissaire communautaire pour masquer les vrais problèmes créés par la folie du marché sauvage…”

    Il me semble que la récupération de l’événement par certains partis politiques va surtout servir à çà.

    Détourner l’attention des problèmes causés par le capitalisme mondialisé qui s’effondre lentement mais surement …Dette insoutenable…Fabrication de billets qui iront vers la spéculation faute de débouchés rentables pour valoriser le capital…

    Car l’essentiel c’est de faire peur avec l’Islamisation.

    Il va falloir attendre un peu pour savoir qui va profiter au mieux de cette récupération…le réveil risque d’ être dur…
    Si il y a eu des millions de gens dans la rue…il pourrait bien y avoir une autre partie du peuple qui se laisse prendre au piège de l’extrême droite qui va faire comme d’habitude son miel de l’islamisme, de l’immigration et de la sécurité son cheval de bataille…le tout mélangé d’un répertoire teinté d’anti-capitalisme sans rechercher les causes de ces méfaits.

    Lorsque l’on entend sur France Culture A Finkielkraut parler ” d’immigration de peuplement qui a remplacé une immigration de travail ou bien citer R Camus qui parle de “remplacement de population”…on voit le travail d’explication qu’il reste à faire.

    Bravo d’avoir soulevé ce problème dans cet excellent billet..

      +12

    Alerter
    • Caramba! // 01.02.2015 à 23h40

      Méphisto,

      Bonjour,
      Nous dire que le FN gagne des points fait partie de la guerre psychologique qu’ils nous assènent.
      ça s’accélère, c’est pas bon ça.

      Sont vraiment mauvais ces gens , je sais pas moi, y pourraient triper sur le pouvoir quasi illimité qu’ils possèdent pour investir dans le bien-être de ceux qui leurs sont indispensables pour leur vie luxueuse, ben, non, c’est des cons dangereux, jouent à la guerre et….. les indiens, c’est nous.
      Moi aussi j’observe la jeunesse, y a un truc curieux, depuis un moment les trucs de vampires font succès.
      Sauf que les vampires, les vrais, mes petits, feront de vous des esclaves, remarquez, vous avez bien le droit d’être ambitieux.
      🙁

        +1

      Alerter
  • Vladimir K // 01.02.2015 à 14h22

    Cela confirme une chose : le QI d’une foule est égal au QI de son élément le plus faible, divisé par nombre de personnes constituant la foule.

      +11

    Alerter
  • bluetonga // 01.02.2015 à 14h30

    Super bon texte, avec des accents célinesques même. Et surtout, la clef du mystère : on peut dire tout ce qu’on veut tant que les autres s’en foutent.

    Ça me rappelle une anecdote. Quand je vivais aux Etats-Unis, un pote hongrois m’a fait la remarque : “c’est vrai qu’ils sont plus ouverts et plus tolérants, les américains. Parce qu’ils s’en foutent (they don’t give a shit), en fait. Ils s’en foutent de ce que tu es, de ce qui t’arrive, de ce que tu racontes”.

    Essentiellement, c’est ça l’idée.

    La liberté d’expression, c’est super cool, surtout quand on a pris l’habitude d’avoir une opinion et de la partager seul(e) devant son écran, de télé ou de PC. Mais faire une société, un projet de société, c’est plus dur. Ça implique d’écouter, de parler, de convaincre, de réfléchir, d’admettre, de concéder, d’insister, de renoncer. C’est vachement plus simple de brailler chacun de son côté. Ça n’engage à rien.

    Bonne découverte en tout cas que ce monsieur. Merci.

      +13

    Alerter
  • Zaokab // 01.02.2015 à 14h33

    MODERATION: très franchement, vous devriez consulter.

      +1

    Alerter
  • vincent // 01.02.2015 à 16h07

    Je ne vois pas d’article sur l’impression monétaire de la BCE, ni d’analyse… il faut arrêter avec charly se truc stupide ( servant d’alibi), et se concentrer sur le principale risque qu’est la politique monétaire de la BCE et ces conséquences directes futures

    cordialement

    MODERATION: “cherche et tu trouveras” 😉 cherchez mieux, on a publié des articles sur ce sujet.

      +1

    Alerter
  • Grossomodo // 01.02.2015 à 16h20

    @ O. Berru : s’il te plait peux tu changer ou supprimer ton édito du 13 janvier 2015 ?
    Quand je vais sur ton site j’ai l’impression que le temps s’est arrêté .
    Or il s’en est passé des choses en 3 semaines …

      +3

    Alerter
  • NiFuNiFa // 01.02.2015 à 18h41

    Ahhhh, je pense que celle là va faire plaisir au tenancier du blog xD
    Je laisse uniquement le titre, il parle pour lui même.

    Luz : “Les dessinateurs ont droit à l’irresponsabilité”

    http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/video-luz-les-dessinateurs-ont-droit-a-l-irresponsabilite-7776416937

      +0

    Alerter
  • bhhell // 01.02.2015 à 19h50

    Mais c’est excellent! Je pense que l’ironie vaut mieux que les discours les mieux structurés pour démolir cette arnaque de la liberté d’expression. Il n’y a jamais eu que la liberté d’exprimer ce qu’il est autorisé d’exprimer selon les valeurs du moment, hier la religion, aujourd’hui la transgression marchande. Ce texte est drôle parce qu’il montre le ridicule des situations et des comportements en utilisant l’autodérision, l’ironie, le décalage, tout ce qui fait partie de l’humour. Bref, le contraire de l’esprit de sérieux de charlie

      +5

    Alerter
  • Les Barniques // 01.02.2015 à 21h44

    Excellent papier ! C’est un texte d’anthologie que je vais conserver précieusement.
    J’adore l’analogie avec le Carnaval où tout est sens dessus-dessous.

      +1

    Alerter
  • Castel // 01.02.2015 à 23h57

    Je lis tous ces commentaires sur le thème de charlie sur le blog de puis un moment. (d’ailleurs je ne comprends pas très bien l’acharnement sur ce sujet, y a t’il réellement des lois en réactions en préparation suite à cet évènement pour mériter un tel acharnement sur la question ?)

    Et je trouve un bon nombre de ces commentaires …comment dire.. pathétique ?

    Vous n’étiez pas Charlie et vous en êtes fier ? Fier de ne pas être dans l’émotion, fier d’être plus intelligent etc . Mais au delà des grand discours; et des analyse intellectuel, la conclusion finale ne serait elle pas que vous êtes donc de ces personnes qui ne se bougent jamais ?
    Car dans les gens qui étaient Charlie, il y avais aussi tous ceux qui agissent quotidiennement, pour les sans abris, pour la question palestinienne, pour l’irak, pour les arménien, pour tous les opprimés; ceux qui ont participer au mouvement des indignés, ceux qui créer des amap, etc.. bref tous ceux qui se bougent contre vents et marée sur toutes les injustices et qui se comptent sur les doigts d’une main ou presque.

    Se faire tuer pour un dessin c’est un injustice, et cela mérite comme toutes les autres injustice de manifester pour le dire haut et fort.

    Alors c’est vrai pour une fois ils étaient plus nombreux et d’habitudes à se bouger, et évidement cela à un côté hypocrite, mais il y a de nombreuses raisons à cela et certaines sont très humaine.

    Et d’ailleurs n’est ce pas ce pas ce qu’on devrait souhaiter en permanence ? Que toutes les injustices fasse réagir ?

    Vous faites donc partie de la grande majorité des français, qui préfèrent finalement réfléchir, ergoter, être dans son mental plutôt que de vivre dans l’instant présent et dans le ressenti.

    Désolé mais il n’y a pas de quoi être fier de ne pas être Charlie si vous ne vous bougez pas non plus sur tous les autres sujets qui le méritent; C’est simplement l’attitude miroir de la foule des charlies que vous critiquez. Et vu le nombre de personne qui habituellement se bougent, et le nombre de personne n’étant pas charlie .. permettez moi d’y voir la même hypocrisie que dans ceux qui sont charlie.

    Un peu de décence cela ne ferait pas de mal; afficher ainsi votre fierté de ne pas manifester contre une injustice c’est pénible à la fin.

    En temps normal je comprend les gens qui ne se bougent pas; aller soutenir une communauté du fin fond du guatemala contre une injustice, ce n’est pas évident. on a parfois d’autre chat à fouetter.
    Mais la décence veux qu’on ne le crie pas haut et fort et pire qu’on ne critique pas ceux qui se sentent toucher émotionnellement par cette injustice et essai de faire changer les chose en montrant publiquement leur indignation.

      +1

    Alerter
    • MinL // 02.02.2015 à 09h29

      À votre question “y a t’il réellement des lois en réactions en préparation suite à cet évènement pour mériter un tel acharnement sur la question ?” le billet suivant devrait vous donner un début de réflexion (“La France tentée d’avoir sa propre NSA”) :

      http://www.les-crises.fr/la-france-tentee-davoir-sa-propre-nsa/

        +1

      Alerter
  • PYTHEAS // 02.02.2015 à 00h02

    Ah! Cher Docteur Berruyer, grand contempteur de la Russie et des pro-russes regardez encore un complot probablement, propagande bien entendu, depuis le temps que vous les dénoncez :
    “Mediapart publie une enquête de notre partenaire allemand, le site d’investigation CORRECT!V. Fruit de plusieurs mois de travail, elle établit que la destruction de l’avion de ligne de la Malaysia Airlines, abattu le 17 juillet 2014 au-dessus de l’est de l’Ukraine (298 morts), est un crime de guerre impliquant l’armée russe. La batterie de missiles sol-air, de type BUK, a été mise en place par des soldats de la 53e brigade russe de défense anti-aérienne qui opéraient en territoire ukrainien.”
    “Igor Strelkov, de son vrai nom Igor Girkin, ancien de l’armée russe ayant servi en Tchétchénie, en Bosnie et en Transnistrie (son portrait ici), se félicite qu’un avion de chasse ukrainien ait été abattu. Sur son profil de la version russe de Facebook, Vkontakte (vk.com) 3, il publie : « Nous vous avions prévenus, ne volez pas dans notre espace aérien. »
    Eh! oui quand même, quelle bande de cons

      +0

    Alerter
  • maxence // 02.02.2015 à 07h40

    Si Estrosi, Ciotti,Salles c’est l’extrême droite, alors …
    Et on en a vu défiler d’autres qui ne valent pas mieux et même beaucoup moins bien.
    Quand il s’agit de vanter la liberté d’expression tout le monde est d’accord, mais pour l’appliquer, plus personne.
    Je pense à ce doux Mélanchon, et à ses amis, entre autres.
    Mais le gouvernement et l’opposition ne valent pas mieux.
    La liberté d’expression n’existe pas. Tout simplement et cela ne date pas d’hier.

      +1

    Alerter
  • Pascal // 02.02.2015 à 21h11

    “C’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison.”

    Coluche

      +1

    Alerter
  • le Prolo du Biolo // 02.02.2015 à 22h28

    J’ai rarement vu autant de képis derrière une banderole de tête.
    Et pour une fois les chiffres de la police étaient ceux des manifestants.

    Curieux comme truc …

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications