Les Crises Les Crises
31.mars.201831.3.2018 // Les Crises

Vers une routine terroriste Le pouvoir impuissant ? Par François-Bernard Huyghe

Merci 47
J'envoie

Source : François-Bernard Huyghe, 27-03-2018

Le crime de Trèbes vient d’offrir à l’opposition une occasion de s’opposer sur un thème sécuritaire porteur : le laxisme supposé du gouvernement, la faiblesse des mesures contre les fichés S. C’est de bonne guerre et l’accusation de « coupable naïveté » peut porter : l’opinion est exaspérée par l’attentat de trop (alors que l’on commençait à claironner la défaite totale de Daesh, écrasé en Syrie). Cette opinion est surtout choquée de constater que le renseignement et le répérage des radicalisés ne sert qu’à découvrir le lendemain matin ce que l’on aurait dû savoir la veille du crime. On peut donc être fiché, rééditer à peu près le crime de Coulibay (tirer sur des policiers, se faire tuer avec des otages dans un supermarché), avoir à peu près le même profil, et ce trois ans plus tard sans que rien n’ait changé. Autre signe de l’évolution de l’opinion : les foules ne songent plus guère pour le moment à défiler à la République pour refuser l’amalgame et dire « Nous sommes… » (nous sommes quoi, au fait ? On ne pas pas scander : « nous sommes Beltrame »). Ni les défilés, ni les chants, ni les démonstrations de fermeté d’âme d’une population (« même pas peur ») attachée au vivre ensemble n’empêchent de nouveaux djihadistes de vouloir nous « punir » pour les bombardements de Syrie et d’Iran. Fin des grandes communions dans les « valeurs ». Fin des solutions magiques.

D’où une fracture, sensible dans tous les débats sur les plateaux de télévision (et qui ne correspond pas forcément à droite/gauche). D’un côté les partisans de l’État de droit intangible (dans notre système, on ne peut pas incarcérer un fiché S qui par définition n’est pas inculpé mais signalé, on ne peut pas les expulser, on ne peut pas interdire le salafisme, etc.) et de l’autre ceux qui proclament que nous sommes en guerre et que des mesures d’exception se justifient.

Les premiers n’ont pas grand chose à proposer, quelques mois après la loi pérénisant l’état d’urgence et quelques semaines après le plan de déradicalisation d’Edouard Philippe. Les seconds ont beau jeu de réclamer des mesures qui ne seront jamais prises. Les premiers accusent les seconds de susciter des tensions entre communautés, les seconds accusent les premiers de mollesse. Rien de plus normal.
Du reste, dans son discours à l’Assemblée nationale, le premier ministre, très solennel, a joué cette carte : impossible de prendre des mesures juridiquement inapplicables. Et inenvisageable d’interdire le salafisme, qui est une idée (soit dit en passant, il y a trois salafismes, quiétiste, politique et djihadiste). Edouard Philipe a joué le principe de réalité et promis des moyens (un corps de magistrats) : ce sera un long combat, nous renforcerons les moyens, ne nous divisions pas. Ce qui était rhétoriquement impeccable, mais ne résout rien. Une hypothèse à retenir est celle de la « routine terroriste » (comme celle qu’a connu la Russie ent 1867 et 2017) : des attentats se répétant sporadiquement et des groupes recrutant toujours des volontaires pour tuer et mourir. Sans le formuler aussi explicitement, le gouvernement n’a donc, dans un premier temps, d’autre choix que l’argument qu’il n’y a pas de solution miracle et que nous devons nous mobiliser durablement. Incontestable, mais
Derrière ce débat un peu convenu sur la répression et son degré de fermeté, les véritables enjeux sont plutôt à chercher dans les faiblesses du renseignement : l’incapacité de traiter trop de données, trop de fichés, en repérant les signaux de passage à l’acte. Ce qui est sans doute plus facile à constater qu’à corriger (nous n’avons pas manqué non plus de lois sur le renseignement).

À moins, bien sûr, que nous soyons capables d’engager une lutte idéologique à long terme, au-delà de simple mesure de traitement psyschologique ou social des « radicalisés », comme on traite les alcooliques ou les cas sociaux. Et il faudra mieux que les campagnes de communication et contre-discours que nous avons vues : confiées à quelques agences qui n’avaient visiblement rien compris au code mental des djihadistes.
Que pourrait faire l’actuel pouvoir, une fois déplorés l’instrumentalisation et rappelée la fermeté républicaine ? Après tant de lois et de plans contre-terroristes depuis les années 90 ? On a dit qu’Emmanuel Macron avait une vision « sociologique » et non idéologique du terrorisme. On se souvient de ses déclarations sur la composante « psychiatrique » du terrorisme « endogène » (et certes les Merah, Coulibaly ou Lakdim ne viennent pas d’un autre continent). On se souvient aussi de ses analyses sur notre « part de responsabilité », sur le « terreau de la défiance » et le manque de mobilité sociale à la source de la radicalisation. Un discours, au fond, assez technocratique, en ce sens que derrière une guerre mortelle des valeurs et des croyances, il ne conçoit que des « probèmes » socio-économiques ou des rigidités de la société, toutes choses que doit guérir une gestion moderne et ouverte. L’actuel pouvoir est-il capable de saisir la dimension idéologique et historique de la haine djihadiste ? de renoncer à traiter une conviction comme une dysfonction ? Il va, dans tous les cas, lui falloir réviser son discours positif, pragmatique et consensuel.

Source : François-Bernard Huyghe, 27-03-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 31.03.2018 à 06h50

“quelques semaines après le plan de déradicalisation d’Edouard Philippe.”

C’est très bien, mais si après avoir déradicalisé E. Philippe, ils pouvaient déradicaliser Macron aussi? Parce que l’ultralibéralisme fou à la mode US/UE tue les Français à la pelle : suicides, morts prématurées dûs à la misère, à la malbouffe, au désespoir, aux manques de soins de santé, destruction du biotope.

85 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 31.03.2018 à 06h50

    “quelques semaines après le plan de déradicalisation d’Edouard Philippe.”

    C’est très bien, mais si après avoir déradicalisé E. Philippe, ils pouvaient déradicaliser Macron aussi? Parce que l’ultralibéralisme fou à la mode US/UE tue les Français à la pelle : suicides, morts prématurées dûs à la misère, à la malbouffe, au désespoir, aux manques de soins de santé, destruction du biotope.

      +123

    Alerter
    • Maxhno // 31.03.2018 à 08h24

      “déradicaliser Macron” Ce n’est déjà pas facile de déradicaliser une personne suicidaire qui pète les plombs au nom de Dieu mais quand cette personne se prend pour Dieu lui-même c’est carrément impossible.

        +61

      Alerter
    • Fritz // 31.03.2018 à 09h40

      Hou, vilain Kiwixar qui ne joue pas le jeu. Puisqu’on vous dit que les terroristes c’est les Sarrasins ! Faites où on vous dit de faire, bon sang ! Et demandez plus de sé-cu-ri-té !

        +21

      Alerter
    • gotoul // 31.03.2018 à 14h21

      Ce libéralisme-là ne tue pas que des français à la pelle. Tous les plans FMI des quatre dernières décades que ce soit en Afrique surtout, en Amérique Centrale et du Sud beaucoup et aussi en Asie et en Europe, ça commence à faire beaucoup, beaucoup de monde. Cet ultralibéralisme est le nouveau visage du colonialisme version US et c’est à notre tour de passer à la moulinette. Au départ “on” trouvait ça “normal”de faire le ménage dans les affaires des pays du “Tiers Monde”, notre colonialisme y avait introduit tellement de corruption…
      Mais maintenant il faut aussi que nous donnions de nous-mêmes pour que le mode de vie américain se maintienne à flot, nous leurs meilleurs amis, les fidèles parmi les fidèles.

        +20

      Alerter
      • Leïla // 31.03.2018 à 16h18

        Et encore un petit nombre de ricains.
        117 millions d’adultes pauvres.
        Of course moins de chômage comme en Allemagne ..30 millions de travailleurs pauvres.
        Bref, on était 10 à table et nous avons mangé pour 9.
        Nous sommes toujours 10 mais nous sommes supposer manger avec les 1/10 aujourd’hui.

          +5

        Alerter
    • anne jordan // 31.03.2018 à 18h47

      Bravo , @kiwixar !
      tout est dit ! mais … j’ai une question , pas tout à fait dans le sujet du terrorisme islamique ,quoique…
      Les terroristes qui nous menacent TOUS LES JOURS , ce sont aussi … les écolos !
      ce n’est pas moi qui le dis , mais , sur le plateau de Laurence Ferrari , 3 intervenants ahurissants : G.Bronner ( sociologue , soit, mais surtout consultant pour Areva et auteur d’un livre intitulé “l’écologie contre la démocratie”) , puis Pascal Perri , vous savez le monsieur je sais tout chez Calvi , et Pujadas et partout, qui dézingue les services publics et enfin L.Valdiguière ancien au Parisien et à feu l’Ebdo,
      qui ont accusé les Zadistes , les épiciers de Tarnac , Noel Mamère et la préfète de Loire Atlantique , tous coupables de laxisme devant ces ultra violents nommés plus haut .
      La comparaison finale parlait même de religion , juste avant d’enchaîner sur l’islamisme radical…
      Problème : cette émission d’hier soir , 30 mars , après 22H est INTROUVABLE §

      ,

        +4

      Alerter
      • etoilerouge // 01.04.2018 à 07h07

        Ces terroristes ont des finances et une idéologie dont on ne parle pas beaucoup. Dernièrement le prince §BEN SALMAN d’Arabie Seoudite à rappeler que ce sont “les occidentaux ” qui ont souhaité développé le Wahabisme pour contrer l’URSS. Un peu comme développer le nazisme et le fascisme pour …contrer le bolchevisme.. NON? Autrement dit le wahabisme, les frêres musulmans et Al quaeda et les autres , sachant qu’il n’existe aucun extrémiste islamiste modéré ( ce sont ceux qui obéissent aux USA et à MACRON)tous se sont gavés de wahabisme. Les occidentaux? S’ils souhaitaient cela ils en sont donc responsables.

          +3

        Alerter
  • christophe // 31.03.2018 à 07h02

    L’analyse suivante traite surtout de l’Afrique mais peut aussi concerner l’Asie. Il traite le problème à la racine. Extrait : “Le sujet de l’immigration cristallise depuis des décennies des oppositions stériles, tant les discours véhiculés sont biaisés et occultent la complexité des enjeux. Friands d’exagérations sémantiques, les pseudo-universitaires et politiques qui écument les plateaux de télévision se livrent une bataille de mots, les uns à travers un prisme sécuritaire étriqué et les autres sous couvert d’humanisme, bien que les preuves soient peu visibles dans ce domaine concernant l’intégration des migrants africains sur le long terme. Un point commun les rassemble : le primat du dogme libéral, qui contribue à déstabiliser la majorité des pays d’Afrique, impuissants face aux armes économiques des pays dits “développés”, tout en divisant de l’intérieur les sociétés occidentales, à commencer par l’Hexagone.” La suite sur
    https://comptoir.org/2018/02/19/limpasse-migratoire-africaine-ou-le-miroir-de-lhypocrisie-occidentale/

      +10

    Alerter
    • arnulf // 31.03.2018 à 16h38

      Nos zélites adorent l’immigration. On n’en parle peu. Le peuple (effroyable mot) ne veut pas de cette immigration. Nos zélites lui imposent à coups de grandes culpabilisations. Tout le monde – médiatique et bien-pensant- s’en moque. Elles lui parlent laïcité tout en imposant l’islam en France. Elles lui disent que l’immigration est quasiment anecdotique alors qu’il voit autour de lui s’installer chaque jour de nouveaux immigrés. Le réel n’existe pas. Tout cela sous la férule de l’ UE. Ça va durer ?

        +6

      Alerter
  • Brigitte // 31.03.2018 à 07h17

    Le blanc est devenu la couleur de la France. Oubliés le bleu de l’espoir et le rouge de la colère…drapeau en berne et marche blanche. Reddition.
    Les français sont lessivés, comme leur drapeau, le courant politique ne passe plus, ils en sont à la bougie et à la larme à l’oeil.
    Que se passe t-il donc pour qu’ils se mobilisent en masse pour 4 morts à Trèbes et une vieille dame à Paris, dont je ne me réjouis pas bien sur, alors qu’ils restent indifférents aux milliers de morts par accidents, suicides, maladies environnementales, liés à la politique euro-libérale de la France?
    L’insécurité sociale, c’est la modernisation de la France, hochent-ils de la tête!
    Ils pensent être impuissants à changer la politique du gouvernement mais pouvoir agir contre le terrorisme, contre l’antisémitisme, contre la criminalité, en agitant leur mouchoir et en communiant avec ce même gouvernement qui les ignore le reste du temps?
    Alors c’est donc ça qu’ils recherchent, la communion…..les églises à ciel ouvert, avec le prêche politique des élites qui les dirigent.
    Ils sont ces blancs moutons qui se donnent au loup sans résistance, élevés en batterie, orphelins de culture et d’histoire, sans autre dignité que de se mettre en rang pour souffrir …et mourir en silence.
    Agneaux du dieu Argent sacrifiés sur l’autel de la transition capitaliste, appelée « modernité »…

    Bientôt Pâques et ils pourront se rabattre en famille sur le gigot néo-zélandais…sacrifié lui aussi au nom du même dieu.
    Ils me donnent presque la nausée.
    Je leur souhaite par avance un bon abêêêêêtit!

      +51

    Alerter
    • Donnot // 31.03.2018 à 16h33

      Un peuple heureux rotant tout seul dans sa mangeoire….. déjà Léo Ferré

        +3

      Alerter
  • luci2 // 31.03.2018 à 07h44

    Combien de temps ?
    car nous ne possédons pas la maîtrise de ce dernier…ni celle des horloges…

      +0

    Alerter
  • J // 31.03.2018 à 08h32

    “L’actuel pouvoir est-il capable de saisir la dimension idéologique et historique de la haine djihadiste ? de renoncer à traiter une conviction comme une dysfonction ?”. On ne saurait mieux dire.

    Sauf que cette conviction vient tout droit du Coran, et tant qu’on n’osera pas le dire il faudra bien dire autre chose puisque le problème persiste…

      +13

    Alerter
    • Christian Gedeon // 31.03.2018 à 10h11

      Elle vient en effet d’une interprétation du Coran…tres littérale. En même temps la conquête de Canaan donne lieu à des descriptions de massacres absolument épouvantables dont on sait maintenant ( et c’est heureux) qu’ils n’ont probablement jamais eu lieu,mais qui continuent à constituer une base de pensée,pas tant du judaïsme moderne,et c’est heureux aussi,que d’une partie azimute des ” chrétiens” (sic) évangéliques modernes. Ce qui démolit littéralement le monde musulman est l’ignorance et l’impossibilité juridique religieuse de faire un aggiornamento des textes coraniques.

        +10

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 31.03.2018 à 11h19

      @J : Bonne citation, mauvaise réponse. Que cette idéologie vienne ou non du Coran ne change rien à l’affaire. La violence pourrait venir d’écologistes, d’anti-spécistes, d’anti-avortement, d’anti-immigration, de racistes ou encore d’un autre horizon. La bonne réponse serait de dire qu’on ne peut guère que faire le dos rond, attendre que ça leur passe. Parce que ça leur passera.

        +2

      Alerter
    • Marc // 31.03.2018 à 11h31

      “Sauf que cette conviction vient tout droit du Coran”

      Faux et archi faux… 99% des musulmans n’ont pas la haine jihadiste, pourtant le coran est leur livre de chevet…

      Ne me remercie pas, t’avais pas réalisé c’est tout

        +12

      Alerter
      • emile piquard // 31.03.2018 à 14h33

        99%, faux !!! attention aux chiffres ! Sur 1.8 milliard de musulmans sur Terre, 99%, cela fait 19 millions ! heureusement qu’il n’y a pas 19 million de djihadistes !!! Du moins je ne pense vraiment pas. A mon sens, mieux vaut parler de l’ “immense majorité”, utiliser une quantification résolument vague, qui exprime bien l’idée, que de chiffrer des choses à la louche…

          +3

        Alerter
        • Leïla // 31.03.2018 à 22h08

          Le djihad tel qu’il est interprété en occident est ridicule. Il existe plus de 60 types de djihad et l’on ne retient que le djihad offensif.
          Chez les bouddhistes, on reconnait le travail sur soi…une des incidences du djihad.
          C vrai que raconté par Zemmour, c surréaliste.
          Au lieu de parler djihad, pourquoi ne parlons nous pas d’une forme de vengeance ?
          Des peuples humiliés, détruits, se vengent…est ce si difficile à comprendre ?
          Je vis à Paris…si je voyais débarquer des soldats menaçants, tuant mes potes, ma famille….rien d’islamique, comment dire…je serais very mécontente !Combien de ces intégristes dans l’église du 5e, combien d’ultra orthodoxes juifs…proportionnellement plus que de musulmans mais me direz vous…pourquoi cette peur ? Réponse simpliste : le nombre ! Il me dérange par ailleurs d’appeler islamistes des gars qui ne savent ni lire ni écrire. Les brahmanes lisent les védas…pas les intouchables !!! Peu importe ce qu’il faut dire pour être politiquement correct. Etre habité par la haine de l’occupant…on connait pourtant en France. C’est bêtement humain !

            +2

          Alerter
      • J // 31.03.2018 à 17h46

        Et d’ailleurs, le mot “haine” est bien souvent de trop. D’après les récits de ses otages, Amedy Coulibaly n’a exprimé aucune haine. Il aurait pu tuer bien plus mais s’en est tenu aux ordres qu’il avait reçus.

          +1

        Alerter
    • amer // 31.03.2018 à 14h18

      @ J

      “….cette conviction vient tout droit du Coran…”

      Quel argument choc ! Penes-tu vraiment ce que tu avances ? Ceux qui suivent ces guerres soit disant de djihad savent qui manipulent ces écervelés qui commettent des actes horribles dont les musulmans sont les premières victimes.
      Comme par hasard le phénomène du djihad apparaît à chaque fois que l’Occident veut déstabiliser une région pour ses ressources et mettre au pas les pays qui refusent son dictât. Ces soit disant djihadistes sont les bras armés utilisés pour les projets de contrôle des hydrocarbures en somme “la guerre des tubes” menée par les puissances et leurs vassaux.
      Donc J si tu as des réflexions plus crédibles à présenter ce serait bien; sinon tu peux aller sur les forum de y….oo, tu y feras fureur et récoltera plus que 8 misérables pouces levés.
      [modéré]

        +9

      Alerter
    • emile piquard // 31.03.2018 à 14h20

      Quel triste commentaire : dire que la haine et la violence viennent tout droit du Coran, c’est de l’islamophobie pure et simple ! Même J. Sapir serait d’accord ! Ca serait comme dire que la folie impérialiste d’un Bush qui envahit l’Iraq au nom du Christ et de la démocratie vient tout droit du christianisme et de la démocratie. Il va sans dire que des amateurs du coran, dont je ne suis pas, sont insultés par votre commentaire essentialiste, tout comme les petits chrétiens, dont je ne suis pas, et démocrates occidentaux, dont je suis un beaucoup plus, sont insultés par ceux qui assimilent domination impérialiste occidentale à des croisades chrétiennes et/ou démocratique droit-de-l’hommiste… Bref, l’article m’inquiète, tout comme le précédent de J Sapir, qui va dans le même sens. Je respectent bien évidemment leur droit d’expression, de publication ici, etc… Il faut causer… Et heureusement, la plupart des commentaires sont plus raisonnables et dans le fond plus fins que ces articles. Rares sont ceux qui tombent pas au niveaux lamentable du votre, qui a tout à fait droit de cité cela dit…

        +11

      Alerter
      • JNX75 // 31.03.2018 à 21h50

        Islamophobie quel grand mot. Une religion est un construit social. Comme toute idéologie elle ne beneficie d’aucun passe droit. Si vous jugez qu’une religion a en elle des ferments totalitaires et violent vous avez le droit de le dire. Si ca choque certains c’est leur probleme.

        Dire que l’Islam mene necessairement à la violence est une inpetie. Mais dire que l’Islam n’est pas per se un terreau fertile à l’obscurantisme en est une autre. Bon l’Islam n’en a pas le monopole, mais crier à l’islamophobie a chaque critique est grotesque. Cordialement.

          +4

        Alerter
        • etoilerouge // 01.04.2018 à 07h14

          La religion quelle quelle soit cherche à rationnaliser sa croyance, Cependant DIEU étant un absolu, cette rationnalisation est impossible, la violence fanatique est donc une autre forme des religions et peuvent politiquement devenir dangereuses dans certaines conditions: que des états et des gouvernements les manipulent en ce sens.

            +0

          Alerter
          • etoilerouge // 01.04.2018 à 07h16

            J’ajoute que c’est pour cela que les états et gouvernements de l’empire USA UE sont incapables de juguler les terroristes; difficile de faire disparaitre bce qui vous est utile pour déstabiliser les pays à conquérir.

              +2

            Alerter
    • J // 01.04.2018 à 04h32

      Faut-il savoir aussi que la grande majorité de ceux des musulmans qui lisent le Coran le lisent, voire le récitent par coeur du début à la fin, d’Al-Fatiha à An-Nas, dans le texte et sans en comprendre un seul mot.

        +0

      Alerter
  • Merlin // 31.03.2018 à 08h50

    N’oublions pas la dernière directive de l’UE pour désarmer les citoyens tireurs sportifs, chasseurs, collectionneurs et qui touchera peut-être jusqu’au paintball et airsoft.

    Sous couvert qu’un citoyen obéissant aux lois donnera son arme à un voyou. Ou qu’une loi empêchera un voyou de se procurer une arme sur le marché noir.

    Bientôt on interdira les voitures, les camions blancs et même les feutres?… ^^

      +11

    Alerter
    • misere // 01.04.2018 à 09h59

      Je suis tireur sportif, et l’amalgame entre moi et des fascistes nouveau genre (doublés parfois de crétins hors-pair), utilisant au nom d’une idéologie puante des armes du marché noir, me dérange: le souci des autorités serait-il de désarmer le citoyen pour le laisser entre les mains armées des voyous et terroristes?

      Aprés avoir finançé, encadré et armé, là bas, les terroristes, les avoir encouragé(“al-nosra fait du boulot etc), avoir mis en place des lois liberticides, état d’urgence, lois renseignement, lesquelles ne semblent pas géner les islamo-fasciste, on va faire quoi? Quelle manière de s’attaquer au peuple vont-il trouver sous couvert de lutter contre les extrémistes musulmans? Le permis tronçonneuse?
      En même temps que tout ça, contrôle du net, on y vient tranquillement, ils ont le temps, il faut empêcher une expression indépendante de celles des médias officiels seuls payés pour dire ce qu’on doit penser…

      L’orientation de tout ça semble claire: ils pavent la voie à un pouvoir fascisant sous couvert de lutteur contre le terrorisme, par ailleurs fabriqué à jet continu de l’autre coté de la méditérannée, pour maintenir la pression.

        +5

      Alerter
      • vert-de-taire // 01.04.2018 à 18h18

        J’ai bien peur que ce soit cela un des buts.
        Il faut au pouvoir des riches une paix par la terreur.
        puisque le chomage ne suffit pas, ni la propagande.
        Trop c’est trop les gens qui croyaient encore
        rejoignent ceux qui sont dans l’apathie ou la rage.

        Le pouvoir est terrorisé par un risque soulèvement populaire …
        (multiples os à ronger – pardon projets de loi factices)
        Et la police pas très fiable (grèves et autres rouspétances)
        alors s’il y avait quelques armes en face … la police aurait moins d ‘efficacité.’
        et un soulèvement risquerait de fonctionner
        la cata

          +1

        Alerter
  • Benhima // 31.03.2018 à 09h09

    A minima, ils doivent être géolocalisés, question de bon sens. Il est parfaitement possible de tracer ces personnes sans que cela soit si contraignant. Une zone d’évolution…maison, travail, famille…2 fiché S ensemble et “tilt”.
    On le dit et le répète à l’hôpital…tout est affaire de traçabilité !

      +2

    Alerter
    • RV // 31.03.2018 à 16h05

      Ce gendre de réaction, retreindre la liberté, en réaction à un attentat, est exactement le but des “terroristes”.
      C’est aussi la réaction des gouvernants français avec leur pléthore de lois anti-terroristes.
      Cherchez l’erreur !

        +3

      Alerter
  • TC // 31.03.2018 à 09h21

    Et si on essayait de ne plus s’ingérer dans les affaires/conflits des autres pays pour une fois ? Au lieu ne suivre bêtement les va-t-en guerre atlantistes. Laissons les sunnites et les chiites se livrer leur guerre sans fin, nous n’avons aucun intérêt à soutenir les uns ou les autres sinon à y perdre des vies dans les attentats.

      +18

    Alerter
    • Leila // 31.03.2018 à 12h34

      Les peuples sunnites admirent les chi’ites aujourd’hui.
      Qui attise les flammes ?
      Depuis combien d’années ne voyons nous que les armes occidentales…chiites, sunnites ???
      Le Yémen est la guerre sale des saoudiens qui ont embarqué des débiteurs.
      Désolée, balayons devant notre porte !
      A commencer par un vrai procès Sarko. Vous ne trouvez pas qu’entre les armes de destruction massive et Sarko…pas de leçons à donner. Sans ces guerres sales, nous n’en serions pas à l’aube d’une cata en Europe.

        +11

      Alerter
    • RV // 31.03.2018 à 16h12

      …/… Laissons les sunnites et les chiites se livrer leur guerre sans fin …/…
      Ce n’est qu’un aspect du problème.
      Les guerres menées ont aussi pour causes des intérêt essentiellement liés à l’approvisionnement énergétique mais pas que.

        +3

      Alerter
  • Louis Robert // 31.03.2018 à 09h26

    On ne le répétera jamais assez, tant que nous refuserons obstinément de reconnaître les conséquences de nos politiques qui ont engendré des millions d’innocentes victimes, suite à la destruction de tous ces pays, l’un après l’autre, nous les subirons. Nous ne sommes pas impuissants, nous abusons au contraire de notre trop grande puissance. Ainsi donc, notre barbarie « radicalise » et vraisemblablement pour des générations à venir, ici comme là-bas.

    Or toujours, à travers les siècles, révoltante, l’injustice vient nous hanter, et notre progéniture, où que nous nous trouvions. Toujours elle se paie… au prix fort.

    « Personne n’est oublié. Rien n’est oublié. »

      +30

    Alerter
    • Christian Gedeon // 31.03.2018 à 09h41

      Vous avez raison…c’est ce que doivent se dire les descendants des envahisseurs musulmans qui ont terrorisé le monde jusqu’au beau milieu du XVIII éme siècle avéc le dernier siège de Vienne et réduit lAfrique du Nord,jadis grenier à blé de l’empire romain a l’état de semi désert. Ah,ce n’est pas de ça que vous parliez?

        +11

      Alerter
      • Louis Robert // 31.03.2018 à 10h52

        En effet, non seulement George W. Bush n’avait pas oublié, lui, il l’a même confirmé de vive voix…

          +2

        Alerter
      • Crapaud Rouge // 31.03.2018 à 11h24

        “réduit lAfrique du Nord,jadis grenier à blé de l’empire romain a l’état de semi désert” : comment ? Par un phénomène de surexploitation ? Vous avez un lien vers des explications détaillées ? Merci.

          +8

        Alerter
      • lvzor // 03.04.2018 à 08h53

        “envahisseurs musulmans qui ont terrorisé le monde jusqu’au beau milieu du XVIII éme siècle”

        Ben voyons… Tandis que les croisades c’était pour apporter la paix du christ, douceur et félicité, à ces barbares tellement ingrats?

          +0

        Alerter
        • christian gedeon // 03.04.2018 à 11h58

          Ah,les Croisades…l’Argument,avec un grand A. Surtout pour ceux qui ,manifestement ,ne connaissent pas l’Histoire. Dont vous,apparemment. La première croisade est une cintre offensive destinée à arrêter l’invasion sanglante de l’empire byzantin par les seldjoukides. C’est assez marrant finalement de voir à quel point les gens oublient la conquête musulmane de l’orient,qui était oh horreur,chrétien dis donc. Mais bon,les idées préconçues sont tellement implantées dans les esprits,que l’idée même de vouloir rétablir un semblant de vérité déclenche des réactions bizarres.

            +0

          Alerter
    • Leïla // 31.03.2018 à 16h12

      KKK, nazisme, apartheid…concepts ni chinois, ni russe, ni arabe.
      Qui sont les barbares…et j’en remets une couche pour les personnes âgées embastillées dans des structures sans personnel, salaires de misère…curieusement la diversité ne manque pas ds ces endroits. Faut croire qu’il y a des boulots qui collent à la peau.

        +5

      Alerter
      • Alfred // 31.03.2018 à 22h18

        J’adhère au fond de votre propos mais l’excès est mauvais en toutes choses. Vous voyagez beaucoup c’est bien. Mais ça n’est peut être pas encore assez. Peut etre verrez vous un jour ailleurs aussi les mêmes travers simplement sous d’autres formes.

          +1

        Alerter
    • misere // 01.04.2018 à 10h04

      “Or toujours, à travers les siècles, révoltante, l’injustice vient nous hanter,” A travers les siècles?? Esclavagisme, colonisation , tout ça?
      N’oublions pas les raids barbaresques sur l’europe du sud, vers quels moment de l’histoire ont-il cessés?(une piste…Algérie)

        +1

      Alerter
      • P’tetbenkwui // 01.04.2018 à 12h45

        Voilà qui est utile à revisiter pour mieux peaufiner le jugement à porter sur les turbulences de l’Histoire de l’humanité et ainsi éviter de s’engouffrer par inadvertance ou ignorance dans les contresens de la com’ médiatique et autre.

          +0

        Alerter
  • Fritz // 31.03.2018 à 09h45

    Un joli sophisme de M. Huyghe : « et certes les Merah, Coulibaly ou Lakdim ne viennent pas d’un autre continent ».

    Mohammed Merah est né en France de parents algériens. Lui-même était un binational, inscrit au consulat algérien de Toulouse. Ses deux passeports, algérien et français, étaient valides :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammed_Merah#Famille

    Amedy Coulibaly est né à Juvisy de parents maliens.

    Radouane Lakdim est né à Taza au Maroc :
    http://www.midilibre.fr/2018/03/23/qui-est-redouane-lakdim-a-l-origine-de-la-prise-d-otages-a-trebes,1645359.php

    Enfin, on ne peut dire que ces personnes aient témoigné d’un grand amour de la France.

      +13

    Alerter
    • Louis Robert // 31.03.2018 à 10h05

      Et la France, elle? A-t-elle « témoigné d’un grand amour » de l’Algérie, du Mali, du Maroc, etc. etc. etc.?

        +16

      Alerter
      • Fritz // 31.03.2018 à 10h11

        Hors sujet. Aucun rapport entre la colonisation que vous évoquez et les actes commis par ces personnes. D’ailleurs, l’immense majorité des Algériens, Maliens et Marocains vivant en France, sans parler de leurs descendants naturalisés français, cette immense majorité n’éprouve que dégoût devant de tels actes.

          +18

        Alerter
        • Louis Robert // 31.03.2018 à 10h45

          J’apprécie votre confirmation Fritz: « hors sujet »… Je n’en attendais pas tant.

            +2

          Alerter
        • Yann // 31.03.2018 à 10h57

          @ Fritz

          “Aucun rapport entre la colonisation que vous évoquez et les actes commis par ces personnes”

          ou bien vous êtes propagandiste ou bien inconscient des enjeux politiques de notre époque…….

          je dirai que les attentats d’aujourd’hui ont d’autant plus à voir avec le passé colonial français au Maghreb que notre pays reconduit aujourd’hui ses impérialismes en terres arabo-musulmanes, mais ailleurs

          bye bye !!

            +8

          Alerter
          • christian gedeon // 31.03.2018 à 11h04

            Et le passé (et présent aussi) colonial islamique au Maghreb,vous en faites quoi? C’est quand même fou de vouloir faire démarrer l’histoire à la date qui vous arrange.

              +8

            Alerter
            • Louis Robert // 31.03.2018 à 14h18

              En effet. C’est pourquoi nous nous abstenons de le faire.

              L’histoire est comme le cours d’un grand fleuve puissant et intarissable. On peut tout de même n’en parcourir qu’un bout à la fois… et parvenir à le fort bien connaître.

                +0

              Alerter
            • lvzor // 03.04.2018 à 08h58

              “C’est quand même fou de vouloir faire démarrer l’histoire à la date qui vous arrange.”

              C’est quand même fou d’écrire ça après avoir écrit ça :
              “c’est ce que doivent se dire les descendants des envahisseurs musulmans qui ont terrorisé le monde jusqu’au beau milieu du XVIII éme siècle avéc le dernier siège de Vienne…”

                +0

              Alerter
          • Fritz // 31.03.2018 à 14h47

            @Yann : “bye bye” ? bibi ? baille baille ?

            Et que dites-vous du passé-présent colonial arabe en Kabylie ? Sans compter les autres régions arabisées depuis le VIIe siècle.

            J’ai épinglé l’affirmation de M. Huyghe car il présente comme « endogène » une dérive ultra-minoritaire qui concerne des fils d’immigrés maghrébins. Je dis les choses simplement, et vous me ressortez la colonisation ?

            Je vous le concède : sans la colonisation française en Algérie et au Mali, sans le protectorat français sur le Maroc, il y aurait eu beaucoup moins d’immigrés de ces pays en France. Vous conviendrez cependant que le lien est vraiment ténu entre la colonisation et les actes de MM. Merah, Coulibaly et Lakdim.

              +4

            Alerter
            • Louis Robert // 31.03.2018 à 15h22

              « Vous conviendrez cependant que le lien est vraiment ténu entre la colonisation et les actes de MM. Merah, Coulibaly et Lakdim. »

              Permettez que je vous demande très sincèrement, sans aucune hostilité mais avec une grande curiosité: qu’en savez-vous et surtout COMMENT le savez-vous? Avez-vous interrogé des terroristes, dont ceux-là? Avez-vous pris connaissance d’aveux sur leurs motivations profondes? Avez-vous des références? Je crois que ces gens ont été tués, que personne n’a tenté de savoir ce qui les motivait, qu’ils n’ont même pas paru dans une cour de justice. Les motifs sont tabous! On refuse systématiquement de les entendre, d’en discuter.

              COMMENT le savez-vous? Je vous remercie à l’avance de me faire connaître vos sources. Je les étudierai de très près et avec beaucoup d’intérêt.

                +5

              Alerter
            • Fritz // 31.03.2018 à 15h31

              Je ne puis vous répondre à la place de ces hommes puisqu’ils ont été tués par les forces de l’ordre.
              Mais il me semble évident que si le passé colonial était leur motivation première, les actes “terroristes” seraient bien plus nombreux en France, et ils auraient été commis avant Khaled Kelkal (1995) et Mohamed Merah (2012).

                +4

              Alerter
            • lvzor // 03.04.2018 à 09h01

              “il me semble évident que si le passé colonial était leur motivation première, les actes “terroristes” seraient bien plus nombreux en France, et ils auraient été commis avant Khaled Kelkal (1995) et Mohamed Merah (2012)”

              On pourrait vous répondre que les premières générations privilégiaient l’intégration et que la donne a changé dès lors que celle-ci s’avéra quasi impossible?

                +0

              Alerter
        • Marc // 31.03.2018 à 12h01

          “Aucun rapport” avec la colonisation?

          Pas d’accord… (et l’argument n’a pas de valeur)

          Je pense que le sentiment anti français se nourrit entre autre de son passé colonial, car on peut facilement voir une certaine continuité de cette posture jusqu’à aujourd’hui, il suffit de contourner les analyses des grands medias, et les livres scolaires d’histoire geo bien sur

          Franchement, c’est flagrant que c’est une attitude neo coloniale, de deployer l’armee au mali en centrafrique en lybie en Syrie en Afghanistan etc

          Oui, on s’est engagé a l’onu à défendre les opprimés etant donné qu’on est assez riches, mais concrètement les objectifs sont stratégiques, économiques, industriels…dais c’est dissimulé… les benefices pour les populations de ces pays? Tres peu… ķ

            +7

          Alerter
        • Leïla // 31.03.2018 à 16h26

          Ce que vous dites est juste sur le dégoût qu’inspirent ces actes .
          Cependant, il est évident que le passé colonial de la France lui revient ds la gueule….rien n’a changé pour les gouvernements français mais certainement pas pour les jeunes d’origine…qui sont aussi sur internet et se prennent ces violences à l’égard des musulmans depuis le biberon. Un truc est cassé, impossible à réparer.

            +1

          Alerter
      • christian gedeon // 31.03.2018 à 10h58

        la France a “créé” l’Algerie,qui n’existait pas au moment de la “colonisation “…pour tout dire. Et globalement,si l’on en juge par les multitudes d’algériens ou de maliens ou de marocains qui ne pensent qu’à émigrer en France,on peut raisonnablement penser que la France n’est pas le monstre que vous décrivez,non? L’auto flagellation permanente est tout sauf porteuse d’avenir.

          +12

        Alerter
        • Leïla // 31.03.2018 à 22h32

          Pensez vous encore un avenir possible ? C pas un verre à eau que l’on a détruit mais des infrastructures, des centaines de milliers, millions de vies brisées. J’aimerais encore y croire mais bon, je travaille avec des jeunes …sont plus lucides que les anciens. Je les trouve souvent anxieux.
          Nous avons connu le papy boom, nous connaissons actuellement un psy boom.
          Connaissez vous seulement un de ces malien, marocain…que vous citez. Leur avez vous demandé les raisons de leur migration ? Ils seront unanimes…pour l’argent. Quand il n’y aura plus d’argent ce qui ne manquera pas d’arriver, ils partiront..vous aussi peut être.

            +5

          Alerter
          • misere // 01.04.2018 à 10h10

            Je pense que vous avez complétement raison, pour avoir cherché à comprendre, par discussion avec des immigrés clandestins, dits “migrants” par ceux qui espèrent un jour les voir voter pour eux.
            Donc solution => pas d’argent.
            Tu vient ici clandestinement: fichage, expulsion. Pas de papier, ou état destinataire n’en veut pas = pas d’expulsion => Réouvrons les bagnes en Guyane, donnons une publicité large à ça, on n’aura pas besoin d’en ouvrir beaucoup, le nombre de volontaires baissera bien vite…

              +1

            Alerter
          • christian gedeon // 03.04.2018 à 12h13

            Connaissez vous seulement ? Ah quel argument et en plus il tombe à l’eau. Ben oui,figurez vous Et tous les vendredi matin de l’année,au service autant que peut se faire,des autres.Et figurez vous que je parle aussi couramment l’arabe,tout comme je l’écris et les lis. Et quelques mots de sénégalais,puisque mes neuveux ont pour nom Karim,Papmot,et Allhadji… je comprends bien que la motivation d’une partie des migrants etc l’argent,l’assurance maladie etc…je comprends qu’ils veuillent une vie meilleure.Je comprends moins qu’ils ne souhaitent pas aller s’installer en saoudie,aux Emirats ou au Qatar ou à Brunei etc…tos pays riches et fortement importateurs de main d’oeuvre et de surcroit de même religion pour beaucoup. Pouvez vous m’éclairer sur cette question?

              +1

            Alerter
  • basile // 31.03.2018 à 10h59

    la haine djihadiste n’est que l’évolution d’un mal qui n’a pas été traité. De toutes façon impossible à traiter. Non, ce ne sont pas les interventions au Moyen-Orient qui en sont la cause.

    Il suffit pour s’en convaincre d’avoir fait un tour dans les lycées professionnels de banlieue. Vous y verriez toute une population qui n’a rien à faire de ce qu’on lui enseigne. Selon les angéliques de gauche, parait-il qu’ils n’ont pas choisi leur orientation. Mais qui a choisi son orientation, quand il s’agit de manger ? L’histoire des bons élèves qui se font traiter de bouffon, est pourtant connue.

    Alors toujours selon les angéliques, ce serait un manque de moyens. Pourtant, la banlieue a obtenue 24 élèves par classe, plus cours dédoublés, soit 12 élèves par cours.

    et un cours sensé se faire devant 12 élèves, se fait concrètement devant 4 (quatre). Pour entendre : M’sieur, on n’est pas beaucoup, vous n’allez quand même pas faire cours ?

    qui employeur est prêt à embaucher de tels élèves ?

      +15

    Alerter
    • christian gedeon // 31.03.2018 à 11h06

      Chut,il ne faut pas le dire Basile. La vérité n’a plus bonne presse à notre époque. Il faut dire les mantras,sinon,gare.

        +7

      Alerter
    • Leïla // 01.04.2018 à 09h36

      Il faut remonter plus loin.
      Les parents mal accueillis parlant mal le français. Des gamins que des parents dépassés ne comprennent plus.
      Pour un jeune africain naît ici, le fait de ne pas avoir d’accent africain le stigmatise dans son pays d’origine par ex.
      Pas que les bons élèves traités de bouffon mais d’abord des adultes et notamment des politiques.
      Des classes de 10 avec des profs …qd il y a un prof ! Le manque d’enseignants dans ces banlieues est patent…et volontaire. Vous désinformez en disant que les moyens ont été mis. Pas grave, cette déculpabilisation à bon compte avant même d’avoir pu mettre les problèmes sur la table est classique en France. Le Canada a une autre politique et j’avoue que si je commençais ma carrière, je n’hésiterais pas une seconde…en plus ils sont bons dans ma partie. J’ai de la famille à Montréal…rien à voir !

        +2

      Alerter
      • christian gedeon // 03.04.2018 à 12h17

        Faut y aller dare dare alors…puisque le Canada est la nouvelle terre promise. Je ne comprends pas pourquoi vous vous infligez la souffrance de rester en France. D’immigré à immigrée,je peux me permettre de vous le dire. Pour ma part,j’y suis,j’y reste,et j’y suis HEUREUX…et en plus,je dis merci dis donc!

          +0

        Alerter
    • Leïla // 01.04.2018 à 09h41

      Vous ne comprenez même pas qu’il n’y a pas de djihad…juste des manipulations. Rien à voir avec le moyen orient…pourtant les dates coïncident…curieux.
      C la haine décrite par Kassowitz plus qu’un djihad mais seriez vous prêt à l’entendre ?
      Impossible pour vous car c remettre en cause le socle même de vos droits, votre patrimoine…je comprends que cela soit impossible à faire.

        +0

      Alerter
  • Seraphim // 31.03.2018 à 11h16

    Sur les “radicaux” y’a qu’un type bien informé qui a récemment dit l’entière vérité, le prince saoudien Salman, dit MBS: https://www.rt.com/news/422563-saudi-wahhabism-western-countries/ “Nous avons répandu le wahhabisme à la demande de l’occident”
    Ni théologie, ni “foyers de radicalisation” etc.. Juste une propagande politique à l’origine russophobe. Les radicaux sont allés rejoindre la guerre syrienne, encore une fois, sous les effets de la propagande d’état (“Assad ne mérite pas d’être sur terre”). Leur échec patent à Homs, Palmyre, Alep, la Ghouta, a obligé leurs commanditaires à reprendre à leur compte et publiquement les refrains et les actions russophobes. Leur entêtement à prolonger ici ou là des attentats ne sont que les répliques, en voie d’extinction, du séisme lancé, organisé par les USA (dixit MBS) et leurs complices de la sainte ‘coalition’

      +12

    Alerter
  • Marie // 31.03.2018 à 12h04

    Quand on lit : “la haine djihadiste”, et quand on date le “terrorisme” qui s’ensuit, il est bon de rappeler que Merah a tué d’abord des militaires pour “leur implication contre les Palestiniens”.Quand on constate, particulièrement ce jour, qu’une marche pacifique à Gaza s’est soldée par 16 morts palestiniens dans des affrontements “avec” des soldats israéliens, on ne peut qu’être très, très pessimiste. Oui au terme “routine”, eu égard à la source protéiforme du djihadisme.

      +3

    Alerter
    • Brigitte // 31.03.2018 à 13h23

      Le djihadisme est protéiforme, je suis bien d’accord mais ne peut-on pas essayer d’en comprendre les causes ou les racines?
      Le conflit israélo-palestinien en est une composante majeure et historique.
      Le Djihadisme appelé auparavant “Islam révolutionnaire” est né du croisement entre l’internationale marxiste révolutionnaire sud américaine et le mouvement de libération de la Palestine OLP. Il y a une certaine filiation entre Che Guevara, Carlos et Ben Laden.
      Ensuite, ça se complique et je ne suis pas spécialiste pour en parler. De groupuscules ayant des chefs charismatiques éduqués à l’occidentale, on en arrive à des armées de mercenaires qui recrutent tout azimut.
      Les conflits pour les territoires et les ressources, sur les ruines des anciens empires coloniaux du Moyen Orient mais aussi d’Afrique, fracturent les populations qui n’ont plus que la religion comme référentiel identitaire et la haine de l’occident comme idéologie.
      Etant donné les besoins en logistique, la pègre et le grand banditisme n’est jamais loin. L’instrumentalisation par les états voyous (USA en chef de file) non plus.
      En Europe et particulièrement en France, le phénomène des banlieux, stigmate post colonial, fourni également un appui logistique. Il faut rappeler qu’avant les banlieux et l’apport des nord-africains, il y avait des taudis aux portes de Paris habités par des européens (portugais, espagnols, italiens, voire même français). Les migrants européens, pourtant dans la misère, se sont intégrés plus facilement que les autres.

        +4

      Alerter
      • Marie // 31.03.2018 à 14h34

        “Pas spécialiste” comme vous, mais je note que vous nommez Che Guevara, l’altruiste du Tiers-Monde exécuté par la CIA. Je reviens de Cuba où Ernesto est plus présent que Fidel. Connaissant (un peu) la Libye de Kadhafi, je sais que le Guide, pas très clair il est vrai, était fondamentalement contre l’extrêmisme islamiste. D’ailleurs, la thèse de Françoise Petitdemange affirme (sources: CNRS) qu’il fut proposé à Kadhafi, l’été 2011, de rejoindre Fidel Castro à Cuba; ce qu’il refusa, préférant le sacrifice ultime pour son pays, comme il l’avait dit.De fait, si on compare “Le petit Livre vert” et les choix du Leader Maximo, les points de convergence sont multiples.D’accord avec vos essais de compréhension du djihadisme, qui hélas ne risque que de s’étendre, sans fin.

          +6

        Alerter
      • RV // 31.03.2018 à 16h23

        …/… Le Djihadisme appelé auparavant “Islam révolutionnaire” …/…
        A quels révolutionnaires pensez-vous donc ?

          +0

        Alerter
  • Totor // 31.03.2018 à 12h59

    L’angle mort de ce type d’argumentaire c’est l’argent. On doit quand même pouvoir lutter c/ le financement du salafisme par des puissances étrangères. Ou supprimer la double nationalité des prêcheurs de haine et les renvoyer dans le pays de leur autre nationalité.
    Pour le reste, à part arrêter de faire les cons au MO ET d’exciter la population sur des questions religieuses ou ethniques il n’y a pas beaucoup plus à faire que le gros dos et espérer que ca se calme.

      +8

    Alerter
    • sassy2 // 31.03.2018 à 14h39

      Ne vous laissez pas avoir par le baratin de politicards
      Le salafisme est maintenant pris en charge à 100% par la CAF
      l’islam de france est une création de la “gauche” (j’inclus ump) française globaliste
      (alors que c’est la gauche qui a eu a gérer la guerre d’algérie… lol)

      les problématique sont strictement identiques aux us
      l’islam n’étant qu’un moyen (utile pour appliquer la “stratégie du choc” sur la population dans le cadre de la crise)
      la “gauche” française ou celle représentée par obama clinton pensent qu’il faut plus d’immigration et plus d’inclusivité (leur terme) 1/pour renflouer les banques 2/pour rester au pouvoir
      (les africains et maghrebins votant à “gauche” majoritairement)

      Il faut bien comprendre que depuis internet(libre circulation des biens intangibles) et l’entrée de la chine dans l’omc, l’immigration est complètement débile, et pour toutes les parties.
      Sauf pour certains politiciens et certaines firmes mafieuses.

      l’islam n’est un moyen et est en soi totalement impotent.
      Et son utilité est si faible que même BSM va s’en passer.
      L’immigration a aussi une utilité jugée très faible aujourd’hui: Trump renvoie les femmes enceintes sans aucun problème dans leur pays

        +3

      Alerter
  • Richard Minguillon // 31.03.2018 à 13h42

    “…les démonstrations de fermeté d’âme d’une population (« même pas peur »)…”

    Il me semble au contraire que les manifestations monstres qui ont suivi la tuerie de Charlie Hebdo exprimaient la stupéfaction, sinon l’hébétude d’une certaine partie de la population française. Si on demandait aujourd’hui à ces personnes : “Pourquoi avez-vous défilé ?”, la plupart, j’en ai la conviction, ne sauraient pas quoi répondre. Rien à voir avec une quelconque “fermeté d’âme”. C’est tout juste si on n’entendait pas cette population au bord de la crise de nerfs s’écrier : “Nous voulons d’urgence l’état d’urgence”
    Il y avait quelque chose d’indécent dans ces manifestations : l’aveu de l’indifférence dans laquelle nous laissent les massacres que les Occidentaux perpètrent loin de chez eux et de l’effroi que provoque la violence, même mille fois moindre, lorsqu’elle se produit chez nous.
    Trois ans plus tard, d’ailleurs,il n’y avait que quelques dizaines de personnes dans les rues à l’appel de manifestations-souvenirs.
    Ah ! les beautés de la démocratie…

      +7

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 31.03.2018 à 14h04

    Pour comprendre comment on devient islamiste en France, je recommande le livre de Henda Ayari “j’ai choisi d’être libre”. Henda Ayari est connue pour etre “‘l’accusatrice de Tarik Ramadan” mais son livre ne parle pas du tout cela, puisqu’il a été publié en 2016. Au contraire son livre brosse un tableau émouvant d’une famille ouvrière relativement émancipée dans la banlieue Rouen (Saint Etienne du Rouvray… là ou sera commis un des horribles crimes djihadistes…) – et d’une jeune fille des années 90 qui va à la fac et qui tombe dans le salafisme parce qu’elle recherche des valeurs que la société capitaliste ne donne pas et que la République ne donne plus. Henda Ayari montre très bien l’abandon des quartiers populaires par l’Etat, les services publics, la gauche, et comment les islamistes téléguidés par l’étranger ont pris le pouvoir sur certaines ames. Un livre qui montre aussi que si on veut changer cela, il faut agir bien en amont…Et un livre très courageux car pour une femme d’origine magrébine livrer en public sa vie de famille est une condamnation sociale…

      +12

    Alerter
  • Bruno // 31.03.2018 à 15h50

    On ne pas pas scander : « nous sommes Beltrame ».

    Ah bon et pourquoi cela ? Ah oui j’oubliais : Beltrame était blanc, militaire, provincial, chrétien, traditionnel, hétéro, allait se marrier… pas trop fréquentable en somme. Pas assez de “coolitude” dans tout cela.

      +9

    Alerter
    • P’tetbenkwui // 31.03.2018 à 16h46

      Beltrame était avant tout un militaire en mission d’intervention. Ses qualités sans doute exceptionnelles devaient le conduire à la réussite de cette mission à haut risque. Mais voilà, même pour les meilleurs, celle-ci n’est pas spontanée et lui plus qu’un autre ne pouvait l’ignorer.

      En revanche, les récupérations tous azimuts de sa mort – politique, religieuse, sociétale – qui font dans une sensiblerie extravagante, sont d’une indécence rédhibitoire.
      Beltrame lui-même ne les aurait jamais approuvées.

        +5

      Alerter
  • Bellettre // 31.03.2018 à 16h24

    Je ne crois pas un instant que l’on puisse opérer un changement sur un individu – quel qu’il soit – s’il agit par conviction fondamentale et intrinsèque. Avoir l’espoir de sonder les intentions – secrètement gardées en son for intérieur – alors qu’elle est déterminée est utopique. Un professionnel de santé ou même un psychiatre peut se faire “mener en bateau” par celui qui a des convictions fortes à défendre. Comme au théâtre, c’est un jeu de rôle. Seul l’objectif compte et il saura “plaire”, être conciliant le temps qu’il faudra pour atteindre son but. Stratège. Mon avis n’engage que moi.

      +4

    Alerter
    • Scorpion bleu // 01.04.2018 à 10h38

      On ne peut changer que soi même ! et encore pas si simple..Avant tout il faut le vouloir.

      Donc tout ce baratin de “déradicalisation” ne sert que les politiciens désarmés et des intervenants bien rémunérés.

      L’incohérence générale aggrave la situation et aide ceux qui pour des raisons diverses détestent la France et les français.Idem sur d’autres territoires.

      Tant que le système néo-libéral détruira les espoirs des peuples mis en esclavage partout sur la planète ces attaques continueront et s’aggraveront.

        +1

      Alerter
  • occitan // 31.03.2018 à 16h35

    C’est une évidence : les terroristes sont les créateurs des algorithmes qui commandent, à la nanoseconde, les ordres d’échanges boursiers qui, en cascade,provoquent la misère de millions d’hommes et la fortune de quelques-uns; le reste n’est que littérature de gare.

      +2

    Alerter
    • Bruno // 31.03.2018 à 17h29

      Que dites vous du raisonnement suivant : “pas la peine de lutter contre le djihadisme puisque la route tue 3500 personnes par an”.

      Vous mélangez tout…

        +3

      Alerter
  • Owen // 31.03.2018 à 19h01

    (Raté le fil, c’était pour Louis Robert)
    Les colonies et les empires sont aussi vieux que l’histoire humaine, ce n’est pas une invention française. Des pays musulmans ont aussi des projets hégémoniques. L’Arabie wahhabite attise le monde musulman sur la planète avec une diplomatie autrement plus vigoureuse que celle du Quai d’Orsay. Le kemalisme laïc ne tient plus et Erdogan, qui n’a pas peur d’insulter des chefs d’états, s’essaie au panturquisme de nostalgie ottomane. L’Iran, vise à établir son arc chiite depuis les années 80 (mais par besoin de coalition, plutôt que de conquête).

    La Suède n’a quasiment jamais rien colonisé d’autre que sa péninsule scandinave, elle subit pourtant des attentats islamiques depuis 2010.

    En France, il y a un islam politique sous- jacent, qui vise non pas à intégrer la République, mais à mettre en place une France islamique (dar al-islam). Ces salafistes agissent par conviction, c’est tout.

      +12

    Alerter
  • Nora // 31.03.2018 à 22h33

    “Le pouvoir impuissant ?” Mais qui détient le pouvoir en France depuis Pompidou ?

    La République ? Nous sommes en face de nos propres contradictions : tu es différent ? Viens à moi mon frère ta différence m’enrichit mais n’oublies pas de disparaitre en tant que différence.

    “Qui sommes nous au fait ?” Bonne question quand nous, les esclaves, nous nous interrogeons encore sur ce quoi doit être un Français. Je rêve d’une analyse psychiatrique sur le sentiment d’appartenance, la mémoire et l’inconscient collectifs. Il en ressortirait une bonne thérapie collective et peut être un mouvement de tous ceux qui veulent réellement affaiblir non pas la Nation, mais l’Empire et leurs serviteurs.

      +2

    Alerter
  • J // 01.04.2018 à 08h47

    Est-ce que vous mesurez la perversité et la malfaisance du procédé qui consiste à laisser quelqu’un affirmer quelque chose à partir d’un texte, pour le bloquer systématiquement (et d’autres avec lui je présume) quand il essaie de justifier son assertion en citant ce texte ??

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications