Nous avions déjà souligné l’incroyable résolution belliqueuse du Parlement européen du 17 juillet dans ce billet.

Ils ont remis ça le 18 septembre – en pire ! En voici le texte.

Le Parlement Européen : une publicité vivante contre le régime parlementaire multinational…

Résolution du Parlement européen du 18 septembre 2014 sur la situation en Ukraine et l’état des relations UE-Russie (2014/2841(RSP))

Le Parlement européen,

  • vu ses résolutions antérieures sur la politique européenne de voisinage, sur le partenariat oriental et sur l’Ukraine, et notamment celles du 27 février 2014 sur la situation en Ukraine(1) , du 13 mars 2014 sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie(2) , du 17 avril 2014 sur les pressions exercées par la Russie sur les pays du partenariat oriental, et en particulier les tentatives de déstabilisation dans l’est de l’Ukraine(3) , et du 17 juillet 2014 sur l’Ukraine(4) ,
  • vu les conclusions du Conseil «Affaires étrangères» du 22 juillet et du 15 août 2014 ainsi que les conclusions du Conseil européen du 30 août 2014 sur l’Ukraine,
  • vu la déclaration du porte-parole du SEAE du 11 septembre 2014 sur l’enlèvement d’un officier de police estonien,
  • vu ses résolutions antérieures sur la Russie, et notamment celle du 6 février 2014 sur le sommet UE-Russie(5) ,
  • vu la déclaration de clôture du sommet de l’OTAN au pays de Galles, du 5 septembre 2014,
  • vu les conclusions de la réunion extraordinaire du Conseil européen de l’agriculture du 5 septembre 2014,
  • vu la déclaration ministérielle commune du 12 septembre 2014 sur la mise en œuvre de l’accord d’association et de l’accord de libre-échange approfondi et complet entre l’Union européenne et l’Ukraine,
  • vu l’article 123, paragraphes 2 et 4, de son règlement,

A.  considérant la recrudescence du conflit dans l’est de l’Ukraine durant l’été 2014; considérant que, d’après des estimations des Nations unies, au moins 3 000 personnes ont perdu la vie, que plusieurs milliers de personnes ont été blessées et que des centaines de milliers de civils ont fui les zones de conflit; que le coût économique de ce conflit, qui comprendra notamment le coût de la reconstruction des régions orientales du pays, hypothèque sérieusement le développement social et économique de l’Ukraine;

B.  considérant que le groupe de contact trilatéral a convenu à Minsk, le 5 septembre 2014, d’un cessez-le-feu qui est entré en vigueur le jour même; que l’accord convenu contenait également un protocole en 12 points couvrant la libération des otages, des mesures visant à améliorer la situation humanitaire, le retrait de tous les groupes armés illégaux, équipements militaires et mercenaires de l’Ukraine ainsi que des mesures sur la décentralisation dans les régions de Donetsk et de Lougansk;

C.  considérant que depuis le vendredi 5 septembre 2014, le cessez-le-feu a été violé de manière répétée, principalement par les troupes russes régulières et les séparatistes, dans les zones proches de Mariupol et de l’aéroport de Donetsk, et que des tentatives de tester les défenses de l’Ukraine ont eu lieu dans plusieurs autres localités;

Des troupes russes RÉGULIÈRES ??? Hmm, des preuves solides ?

D.  considérant que la Russie a, ces dernières semaines, renforcé sa présence militaire sur le territoire ukrainien et son soutien logistique aux milices séparatistes par un flux constant d’armes, de munitions, de véhicules et appareils blindés ainsi que de mercenaires et de soldats déguisés, malgré les demandes de l’Union européenne de déployer tous les efforts possibles pour apaiser la situation; que, depuis le début de la crise, la Fédération de Russie a concentré des troupes et du matériel militaire le long de la frontière avec l’Ukraine;

E.  considérant que l’intervention militaire directe et indirecte de la Russie en Ukraine, y compris l’annexion de la Crimée, constituent une violation du droit international, notamment de la charte des Nations unies, de l’acte final d’Helsinki et du mémorandum de Budapest de 1994; que la Russie continue de refuser la mise en œuvre du traité sur les forces armées conventionnelles en Europe (FCE);

Ils ont de l’humour à propos du Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes…

F.  considérant que le Conseil européen du 30 août 2014 a demandé que soient formulées des propositions de renforcement des mesures restrictives de l’Union face aux actions de la Russie déstabilisant l’est de l’Ukraine; que ces propositions sont entrées en vigueur le 12 septembre 2014;

G.  considérant qu’après avoir souscrit aux dispositions politiques de l’accord d’association le 21 mars 2014, l’Union européenne et l’Ukraine ont signé officiellement le volet restant de cet accord le 27 juin 2014, qui prévoit notamment la mise en place d’un accord de libre-échange approfondi et complet (ALEAC); que le Parlement européen et le Parlement ukrainien ont ratifié simultanément cet accord d’association; que, le 12 septembre 2014, la Commission a annoncé que l’application provisoire de l’ALEAC serait reportée au 31 décembre 2015; que cela entraînera une prolongation des préférences commerciales unilatérales accordées par l’Union européenne à l’Ukraine, qui devaient prendre fin le 1er  novembre 2014;

H.  considérant que, le 7 août 2014, le gouvernement russe a adopté une liste de produits provenant de l’Union européenne, des États-Unis, de Norvège, du Canada et d’Australie à exclure du marché russe pendant un an; que l’Union sera d’autant plus touchée que la Russie représente le deuxième marché d’exportation pour les produits agricoles de l’Union et le sixième pour les produits issus de la pêche, et que 73 % des importations frappées par l’interdiction viennent de l’Union; que les restrictions globales appliquées actuellement par la Russie pourraient mettre en péril 5 milliards d’EUR d’échanges commerciaux et affecter les revenus de 9,5 millions de personnes dans l’Union qui travaillent dans les exploitations agricoles les plus touchées;

I.  considérant que l’interdiction pesant sur les denrées alimentaires de l’Union sur le marché russe qui a en particulier touché le secteur des fruits et légumes, ainsi que le secteur laitier et celui de la viande, pourrait avoir des répercussions entraînant une surabondance de l’offre sur le marché intérieur, tandis que l’interdiction des produits de l’Union issus de la pêche sur le marché russe pourrait poser de graves problèmes potentiels dans certains États membres; considérant que la valeur des produits de la pêche frappés d’interdiction s’élève à près de 144 millions d’EUR;

J.  considérant que la Russie s’attaque à la sécurité de l’Union en violant régulièrement l’espace aérien de la Finlande, des États baltes et de l’Ukraine, ainsi qu’en raison des récentes réductions de l’approvisionnement de la Pologne en gaz, qui représente 45 % des exportations russes vers ce pays;

K.  considérant que le sommet de l’OTAN à Newport a réaffirmé que l’OTAN était aux côtés de l’Ukraine face à l’influence déstabilisatrice de la Russie, que l’organisation avait offert son soutien pour renforcer les forces armées ukrainiennes et qu’elle avait prié la Russie de retirer ses troupes d’Ukraine et de mettre fin à l’annexion illégale de la Crimée; considérant, selon ses propres déclarations, que l’OTAN continue d’aspirer à une relation de coopération constructive avec la Russie, notamment à l’établissement d’une confiance mutuelle, et que les voies de communication avec la Russie demeurent ouvertes;

Mais que fait l’OTAN, alliance militaire défensive, dans un pays non membre ? C’est pas l’ONU encore…

L.  considérant le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines dans la région de Donetsk et la vive indignation que ce drame tragique a provoquée dans l’opinion publique internationale et européenne; que les Nations unies et l’Union européenne ont exigé la conduite d’une enquête internationale approfondie sur les circonstances de cette catastrophe; considérant l’obligation morale et juridique de traduire ses responsables en justice;

M considérant que Mykola Zelenec, consul honoraire de Lituanie à Lougansk, a été enlevé et brutalement tué par les rebelles;

1.  se félicite de la signature de l’accord de cessez-le-feu de Minsk et demande à toutes les parties de déployer tous les efforts possibles pour le mettre en œuvre intégralement et de bonne foi afin d’amorcer un véritable processus de paix, y compris le contrôle permanent et réel de la frontière ukrainienne sous la surveillance de l’OSCE, le retrait complet et inconditionnel des troupes, groupes armés illégaux, équipements militaires et mercenaires russes du territoire de l’Ukraine internationalement reconnu, ainsi que la libération des otages; déplore que l’accord de cessez-le-feu soit constamment violé, principalement par les troupes russes et les forces séparatistes, et que leur renforcement actuel se poursuive; souligne avec force qu’il devrait y avoir une solution politique à ce conflit;

2.  demande à toutes les parties de respecter le cessez-le-feu et de s’abstenir de toute action ou décision de nature à le compromettre; s’inquiète vivement toutefois du fait que le cessez-le-feu serve de prétexte aux troupes russes pour se regrouper afin de poursuivre leur offensive en vue d’établir un «corridor terrestre» vers la Crimée et, au-delà, vers la Transnistrie;

3.  condamne vivement la Fédération de Russie pour la «guerre hybride» non déclarée qu’elle mène contre l’Ukraine à l’aide de forces russes régulières et du soutien qu’elle apporte à des groupes armés illégaux; souligne que, ce faisant, les actions des dirigeants russes font peser une menace, non seulement sur l’unité et l’indépendance de l’Ukraine, mais également sur le continent européen dans son ensemble; demande à la Russie de retirer immédiatement l’ensemble de ses moyens militaires et de ses troupes du territoire ukrainien, d’interdire l’entrée de combattants et d’armes dans l’est de l’Ukraine et de cesser tout soutien direct ou indirect aux actions des forces séparatistes sur le sol ukrainien;

4.  rappelle son engagement envers l’indépendance, la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’inviolabilité des frontières de l’Ukraine ainsi que le droit de l’Ukraine à faire le choix de l’Europe; réaffirme que la communauté internationale ne reconnaîtra pas l’annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol ni les tentatives de création de quasi-républiques dans le Donbass; salue la décision de l’Union d’interdire les importations en provenance de Crimée qui ne sont pas munies d’un certificat d’origine délivré par les autorités ukrainiennes; condamne par ailleurs la délivrance de passeports russes aux citoyens ukrainiens en Crimée, les persécutions à l’encontre des Ukrainiens et des Tatars de Crimée, et les menaces des dirigeants autoproclamés à l’encontre des citoyens de Crimée qui ont indiqué leur souhait de voter lors des élections législatives prochaines;

Mais le problème c’est que le bout Est de l’Ukraine ne veut pas faire le choix “de l’Europe” = Organisation du Traité de Lisbonne… Et qu’ils en ont me semble t il le droit vu les conséquences dramatiques sur eux…

5.  souligne que l’OSCE joue un rôle essentiel dans la résolution de la crise ukrainienne du fait qu’elle possède l’expérience des conflits armés et des situations de crise et que la Fédération de Russie et l’Ukraine sont membres de cette organisation; invite les États membres, la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et la Commission à consentir tous les efforts possibles pour renforcer et étendre la mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine, tant au niveau du personnel expérimenté qu’au niveau de la logistique et du matériel; souligne la nécessité d’envoyer sans plus attendre les observateurs de l’OSCE le long de toutes les parties de la frontière entre l’Ukraine et la Russie actuellement sous le contrôle des séparatistes;

6.  souligne que le programme de réforme et d’association doit progresser parallèlement à la poursuite de la lutte pour l’intégrité territoriale et l’unité de l’Ukraine; réaffirme que ces deux objectifs sont intimement liés et en synergie l’un avec l’autre; souligne la nécessité d’un dialogue pacifique et d’une décentralisation garantissant que l’autorité sur l’ensemble du territoire reste entre les mains des autorités centrales, assurant ainsi l’unité de l’Ukraine; souligne la nécessité de rétablir la confiance entre les différentes communautés du pays et appelle à un processus de réconciliation durable; souligne, dans ce contexte, l’importance de la mise en place d’un dialogue national inclusif, évitant la propagande, les discours de haine et la rhétorique qui ne feraient qu’aggraver le conflit; affirme que ce dialogue doit associer les organisations de la société civile et les citoyens de toutes les régions et de toutes les minorités;

7.  salue la ratification simultanée de l’AA/ALEAC par le Parlement ukrainien et le Parlement européen; estime qu’il s’agit d’une étape importante qui montre l’engagement des deux parties en faveur de sa bonne mise en œuvre; prend acte du report possible de la mise en œuvre provisoire de l’ALEAC UE-Ukraine jusqu’au 31 décembre 2015, qui sera remplacée par la prolongation de mesures commerciales unilatérales représentant de facto une mise en œuvre asymétrique de l’accord; déplore les mesures extraordinaires et le niveau des pressions exercées par la Russie; déclare que l’accord ne peut pas et ne sera pas modifié et que l’Union européenne l’a indiqué très clairement par cette ratification; demande aux États membres de procéder rapidement à la ratification de l’AA/ALEAC avec l’Ukraine; prend acte des consultations en cours entre l’Ukraine, la Russie et l’Union européenne sur la mise en œuvre de l’AA/ALEAC avec l’Ukraine et espère qu’elles permettront de dissiper les malentendus;

8.  souligne que, dans l’attente de la mise en œuvre de l’AA/ALEAC, les mois prochains devraient être mis à profit pour s’attaquer à la transformation et à la modernisation indispensable du régime politique, de l’économie et de la société de l’Ukraine conformément au programme d’association; salue le programme de réformes annoncé par le président Porochenko, qui comporte des lois anti-corruption ainsi que des lois sur la décentralisation et l’amnistie; demande à la Commission et au SEAE d’élaborer de toute urgence un programme d’aide et d’assistance financière à l’Ukraine complet et ambitieux, notamment à destination des populations de l’est de l’Ukraine, afin de soutenir l’élaboration d’une solution politique et la réconciliation nationale;

9.  prend acte des lois relatives au statut spécial de certaines parties des régions de Donetsk et de Lougansk et à l’amnistie adoptées par le Parlement ukrainien le 16 septembre 2014, car il s’agit d’une contribution essentielle à la désescalade dans le cadre de la mise en œuvre du plan de paix du président ukrainien;

10.  soutient les mesures restrictives que l’Union a adoptées à l’encontre de la Russie cet été suite à l’agression continue de la Russie et prend acte de leur application le 12 septembre 2014; est d’avis que les sanctions doivent être définies de façon à ce que les sociétés liées au Kremlin ne puissent pas les contourner; demande à l’Union européenne de surveiller de près la coopération économique prenant la forme d’échanges d’actions ou d’entreprises communes;

11.  souligne le caractère réversible et évolutif des mesures restrictives prises par l’Union européenne, en fonction de la situation en Ukraine;

12.  demande aux États membres et au SEAE de définir des critères clairs qui, lorsqu’ils auront été respectés, permettraient de ne pas devoir adopter de nouvelles mesures restrictives à l’égard de la Russie, voire de mener à la levée des sanctions précédentes; estime que ces critères devraient comprendre le retrait intégral des troupes russes et des mercenaires du territoire ukrainien, l’arrêt de la fourniture d’armement et de matériel aux terroristes, le respect intégral du cessez-le-feu par la Russie, la mise en place d’un mécanisme international efficace de contrôle et de vérification du respect du cessez-le-feu ainsi que le retour du contrôle de l’Ukraine sur la totalité de son territoire; demande au Conseil et aux États membres de n’envisager la levée d’aucune sanction avant que ces conditions ne soient remplies et de se tenir prêts à imposer de nouvelles sanctions en réponse à toute action russe destinée à menacer l’accord de cessez-le-feu ou à provoquer de nouvelles tensions dans le pays;

13.  rappelle que les mesures de restriction que l’Union a imposées à la Fédération de Russie sont la conséquence directe de la violation du droit international que ce pays a commise en annexant illégalement la Crimée et en déstabilisant l’Ukraine, alors que les mesures commerciales que la Russie a prises, notamment à l’encontre de l’Ukraine et des autres pays du partenariat oriental qui ont récemment conclu des accords d’association avec l’Union européenne, ne se justifient aucunement; demande à l’Union européenne d’envisager l’exclusion de la Russie de la coopération nucléaire civile et du système Swift;

Je parle de ce point central après la fin de ce texte d’anthologie

14.  demande à la Commission de suivre attentivement les répercussions des sanctions russes dites de représailles et de prendre rapidement des mesures de soutien aux producteurs touchés par les restrictions commerciales russes; se félicite des mesures que le Conseil européen de l’agriculture a adoptées le 5 septembre 2014 et prie la Commission de réfléchir à la manière dont l’Union pourrait faire face plus efficacement à de semblables crises à l’avenir et de mettre tout en œuvre pour aider utilement et opportunément les producteurs européens affectés; déplore la suspension des mesures urgentes en faveur du marché des fruits et légumes périssables, mais condamne toute fraude aux aides; demande à la Commission de présenter au plus vite un nouveau programme;

15.  demande à la Commission de surveiller de près les marchés de l’agriculture, des denrées alimentaires, de la pêche et de l’aquaculture, d’informer le Conseil et le Parlement de toute évolution et d’évaluer l’incidence des mesures prises afin d’étendre éventuellement la liste des produits concernés et d’augmenter l’enveloppe de 125 millions d’EUR; invite instamment la Commission à ne pas se limiter aux mesures de marché mais à prendre également des mesures à moyen terme pour renforcer la présence de l’Union sur les marchés des pays tiers (par exemple via des activités promotionnelles);

16.  envisage la possibilité de s’appuyer sur d’autres fonds de l’Union que les fonds pour l’agriculture, puisque la crise est avant tout de nature politique et non le résultat d’une défaillance des marchés ou de conditions climatiques défavorables;

17.  souligne que la stabilité et le développement politiques et économiques à moyen et long termes de la Russie passent par la mise en place d’une véritable démocratie et que l’avenir des relations UE-Russie dépendra des efforts entrepris pour renforcer la démocratie, l’état de droit et le respect des droits fondamentaux en Russie;

18.  exprime sa satisfaction à la suite de la libération des otages détenus par les groupes armés illégaux dans l’est de l’Ukraine et réclame également celle des prisonniers ukrainiens détenus en Russie; cite tout particulièrement le cas de Nadejda Savtchenko, une volontaire ukrainienne qui a été capturée par les séparatistes en juin 2014, puis transférée en Russie où elle est maintenue en détention; souligne également le cas des cinéastes et des journalistes Oleg Sentsov, Oleskiy Chierny, Gennadiy Afanasiev et Aleksandr Kolchenko, capturés en Crimée;

19.  salue la volonté réaffirmée de l’OTAN d’accorder la priorité à la sécurité collective et de respecter l’article 5 du traité de Washington; se félicite des décisions adoptées lors du sommet de l’OTAN à Newport, visant à relever le niveau de sécurité des alliés à l’est et à mettre en place une force commune d’intervention très rapidement mobilisable, une présence militaire tournante permanente de l’OTAN et des infrastructures logistiques, ainsi que des actions visant à renforcer la capacité de l’Ukraine à assurer sa propre sécurité; prend acte du fait que les alliés de l’OTAN peuvent fournir à l’Ukraine, à titre bilatéral, les armes, la technologie et le savoir-faire nécessaires en matière de sécurité et de défense; tient toutefois vivement à souligner qu’il n’existe pas de solution militaire à la crise ukrainienne;

20.  souligne l’importance d’une enquête indépendante, rapide et complète sur les causes de la destruction en vol de l’avion MH17 de la Malaysia Airlines, déléguée au Bureau néerlandais de la sécurité, et la nécessité de traduire en justice les responsables de ce crash; relève que le Bureau néerlandais de la sécurité a rendu son rapport préliminaire sur l’enquête relative au crash du MH17 le 9 septembre 2014; souligne que, sur la base des conclusions préliminaires, rien n’indique à ce stade qu’il y ait eu un quelconque problème technique ou opérationnel en rapport avec l’appareil ou l’équipage, et que les dégâts constatés dans la partie avant semblent indiquer que l’appareil a été touché par un grand nombre d’objets extérieurs dotés d’une grande énergie; déplore que les rebelles empêchent toujours les enquêteurs de se rendre sans encombre sur le lieu de l’accident et demande à toutes les parties de leur faciliter sans délai l’accès au site;

21.  est convaincu que la seule réponse viable de l’Union aux menaces de la Russie est de faire front ensemble et de parler d’une seule voix; est d’avis que l’Union doit reconsidérer ses relations avec la Russie, abandonner le concept de partenariat stratégique et adopter une nouvelle approche unifiée;

22.  fait part de ses vives inquiétudes face à la situation humanitaire catastrophique dans l’est de l’Ukraine, en particulier eu égard à l’hiver à venir; insiste sur l’urgence de fournir une aide humanitaire à la population vivant dans les zones de conflit, aux personnes déplacées et aux réfugiés; relaie le signal d’alarme que l’Organisation mondiale de la santé a lancé dernièrement à propos de la situation d’urgence sanitaire qui règne dans l’est de l’Ukraine, où les hôpitaux ne peuvent être pleinement opérationnels et font face à une pénurie de médicaments et de vaccins; salue la décision récente de la Commission de mobiliser 22 millions d’EUR en faveur de l’aide humanitaire et de l’aide au développement en Ukraine; appelle à une action urgente de plus grande envergure sous l’égide et la supervision de l’Union européenne afin de contribuer à aider les plus défavorisés, notamment au moyen d’un convoi d’aide humanitaire; rappelle que l’aide humanitaire à l’Ukraine doit être octroyée dans le plein respect du droit humanitaire international et des principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance, en étroite coordination avec le gouvernement ukrainien, l’ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR); fait part de son plus profond respect à l’égard du travail humanitaire accompli par les groupes de citoyens ukrainiens dans l’est de l’Ukraine, notamment pour évacuer les enfants, donner des soins et acheminer de la nourriture;

23.  prie instamment la Commission de s’atteler à la préparation du troisième grand programme d’aide macrofinancière à l’Ukraine, ainsi que de jouer un rôle de premier plan dans l’organisation de la conférence des donateurs pour l’Ukraine, qui devrait avoir lieu avant la fin de l’année 2014 et réunir des organisations internationales, des établissements financiers d’envergure mondiale et des représentants de la société civile; souligne combien il est important que la communauté internationale s’engage à soutenir la stabilisation et les réformes économiques et politiques en Ukraine;

24.  salue les efforts constants déployés par les autorités ukrainiennes pour garantir le droit à l’éducation et en particulier pour veiller à ce que tous les enfants soient en mesure de réintégrer dès que possible les écoles touchées par le conflit; rappelle l’importance d’un appui psychosocial à tous les enfants qui ont été directement exposés à des événements violents;

25.  condamne fermement l’enlèvement illégal d’un agent estonien des renseignements depuis le territoire estonien vers la Russie et prie les autorités russes de libérer immédiatement M. Kohver et de permettre son retour en Estonie en toute sécurité;

26.  estime qu’il est extrêmement important de réduire la dépendance de l’Union vis-à-vis de la Russie et d’autres régimes autoritaires; demande, en outre, au Conseil européen d’octobre 2014 d’adopter un plan d’urgence ambitieux et global pour l’hiver à venir, en y incluant également les pays voisins tels que l’Ukraine;

27.  attire l’attention sur les récents témoignages, dignes de foi, de violations des droits de l’homme dans les zones de conflit, qui sont essentiellement le fait des troupes régulières russes et des séparatistes ; se rallie à l’appel lancé au gouvernement ukrainien pour qu’il mette en place un registre unique des signalements d’enlèvements, pour qu’il le tienne à jour et pour qu’il mène des enquêtes approfondies et impartiales sur tous les cas présumés d’usage excessif de la force, de mauvais traitements ou de torture;

28.  salue l’adoption par la Commission du quatrième rapport de suivi de la mise en œuvre par l’Ukraine du plan d’action pour la libéralisation du régime des visas ainsi que la décision du Conseil de passer à la deuxième phase de ce plan; insiste pour que le régime d’exemption de visas entre l’Union européenne et l’Ukraine soit finalisé rapidement, étant donné qu’il apportera une réponse concrète aux aspirations européennes des manifestants de la place Maïdan; réitère par ailleurs son appel à la mise en place immédiate de procédures de visas temporaires, très simples et peu onéreuses;

29.  demande la poursuite des pourparlers trilatéraux sur l’approvisionnement de l’Ukraine en gaz, suspendu depuis le mois de juin 2014, afin de trouver une solution pour qu’il soit rétabli; réaffirme la nécessité de garantir l’approvisionnement en gaz via un flux inversé de gaz depuis les États de l’Union qui sont voisins de l’Ukraine;

30.  invite l’Union européenne à considérer que les dispositifs de stockage du gaz, d’interconnexion et de flux inversé constituent des atouts stratégiques, et donc à réglementer la part des entreprises tierces actives dans ces secteurs vitaux; demande, en outre, aux États membres d’annuler les accords programmés avec la Russie dans le secteur énergétique, notamment le gazoduc South Stream;

Je rappelle que South Stream est un projet gazoduc reliant la Russie au Sud de l’Europe sans passer par l’Ukraine :

Donc n’importe quel enfant de 15 ans comprend que cela serait très utile à la sécurité énergétique de l’Europe pour ne plus dépendre d’un chantage ukrainien.

Or la Parlement demande d’annuler. Pourquoi ?

Réponse probable : car des entreprises comptent bien récupérer le réseau public de gaz ukrainien, que le FMI demande de privatiser. Et qui vaudrait bien moins si le projet aboutissait…

31.  souligne la nécessité de renforcer radicalement la sécurité et l’indépendance énergétiques de l’Union ainsi que sa résilience aux pressions extérieures via la consolidation des secteurs de l’énergie, le développement plus marqué de l’infrastructure énergétique dans les pays voisins de l’Union et le développement d’interconnexions énergétiques entre ces pays et l’Union, conformément aux objectifs de la Communauté de l’énergie, et de mettre en œuvre ces projets prioritaires d’intérêt commun de toute urgence afin de mettre en place un marché libre du gaz pleinement opérationnel en Europe;

32.  se félicite de la décision du gouvernement français de suspendre la livraison des porte-hélicoptères de type Mistral et demande à tous les États membres de suivre une ligne politique similaire en ce qui concerne les exportations non couvertes par les sanctions de l’Union, notamment pour les armes et le matériel à double usage; rappelle que ce marché, dans les circonstances actuelles, serait contraire au code de conduite de l’Union européenne sur les exportations d’armes et à la position commune de 2008 définissant des règles communes régissant le contrôle des exportations de technologie et d’équipements militaires; demande aux États membres de l’Union de se conformer pleinement à l’embargo sur le commerce d’armes et à l’interdiction d’exportation de biens à double usage à des destinataires militaires;

33.  salue la décision d’organiser des élections législatives anticipées en Ukraine le 26 octobre 2014 et attend du gouvernement qu’il garantisse des élections libres et équitables; invite l’Ukraine à instaurer la transparence dans le financement des partis et leurs campagnes politiques et à répondre intégralement à toutes les remarques citées dans les résultats et conclusions de la mission d’observation de l’OSCE/BIDDH pour les récentes élections présidentielles; invite tous les partis politiques actuellement représentés au Parlement ukrainien à participer aux élections et demande à l’ensemble des acteurs d’en respecter pleinement les résultats; espère qu’une forte majorité se dégagera pour les défis majeurs et les réformes indispensables à venir; exhorte les rebelles de l’est du pays à ne pas faire obstruction au processus électoral et à garantir le droit fondamental des habitants du Donbass à élire librement leurs représentants; est décidé à envoyer des observateurs électoraux afin de surveiller lesdites élections et demande une mission internationale substantielle d’observation des élections afin de surveiller le scrutin décisif qui aura lieu dans des conditions encore difficiles;

Des élections libres en période de guerre à l’Est ? Sérieusement ?

34.  souligne que la Russie a moins de raisons que jamais de critiquer l’accord UE-Ukraine ou de réagir en imposant des restrictions commerciales injustifiées et en procédant à une agression militaire; s’inquiète de ce que cette nouvelle évolution incite la Russie à durcir sa politique d’intimidation vis-à-vis de l’Ukraine et à tenter d’attirer ce pays dans sa sphère d’influence; craint un risque de contagion vers la Géorgie et la Moldavie;

35.  regrette que les dirigeants russes considèrent le partenariat oriental de l’Union comme une menace pesant sur leurs intérêts politiques et économiques; souligne que la Russie tirerait au contraire profit d’un accroissement des activités commerciales et économiques et qu’un voisinage stable et prévisible viendrait renforcer sa sécurité; déplore le fait que la Russie utilise les échanges commerciaux comme moyen de déstabilisation de la région en imposant plusieurs interdictions d’importation sur les produits en provenance d’Ukraine et de Moldavie, et, plus récemment, en renonçant aux zones de libre-échange de la Communauté des États indépendants avec l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie et en réinstaurant par la suite les droits accordés à la nation la plus favorisée (droits NPF) pour les produits en provenance de ces pays;

36.  réaffirme cependant que cet accord ne peut constituer un aboutissement dans les relations entre l’Union européenne et l’Ukraine; souligne en outre que conformément à l’article 49 du traité sur l’Union européenne, l’Ukraine – au même titre que n’importe quel autre État européen – a une perspective européenne et peut introduire une demande d’adhésion à l’Union européenne, à condition de faire siens les principes démocratiques et de respecter les libertés fondamentales, les droits de l’homme et les droits des minorités ainsi que l’état de droit;

Et les citoyens, ils ont le droit de voter par référendum pour refuser ce délire ?

37.  souligne que les relations de partenariat et de coopération avec la Russie devraient être rétablies lorsque la Russie démontrera qu’elle se conforme au droit international, concourra activement et sans ambiguïté à trouver une solution pacifique à la crise ukrainienne et respectera pleinement l’intégrité territoriale, l’indépendance et la souveraineté de ce pays, ainsi que celles des autres pays du partenariat oriental et de ses voisins; invite la nouvelle haute représentante / vice-présidente à s’engager activement pour faciliter le dialogue entre l’Ukraine et la Russie, de même que celui entre l’Union et la Russie, et pour promouvoir des solutions pacifiques aux conflits; estime par ailleurs que la Commission devrait étudier les modalités de la coopération de l’Union avec l’Union économique eurasiatique;

Bah oui. Par exemple, quand la France bombarde la Syrie ou l’Irak sans mandat de l’ONU, c’est parfaitement conforme au Droit International… Euh, ah non ?

Sinon, pour la coopération, ils se rendent compte de ce qu’ils écrivent dans un tel document ? À moins que chaque paragraphe soit-il rédigé par une personne différente ?

38.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux gouvernements des États membres, au président, au gouvernement et au Parlement ukrainiens, au Conseil de l’Europe, à l’OSCE ainsi qu’au président, au gouvernement et au Parlement de la Fédération de Russie.

Source : Parlement européen 

P.S. a propos du vote de cette résolution, on a dit tout et n’importe quoi, à partir du site VoteWatch. Mais encore faut-il savoir l’utiliser, pour se rendre compte qu’il donne le résultat des votes des amendements, mais pas de la résolution elle-même… Le vote final a eu lieu semble t-il à main levée, donc on ne sait pas qui a voté quoi (l’Europe, la Démocratie, tousatousa…).


Alors comme promis, un mot sur Swift.

C’est tout simplement le système reliant entre elles toutes les grandes organisations bancaires et financières mondiales.

Couper Swift en Russie, cela revient à couper tous les liens entre les banques russes et le reste du monde, interdisant donc aux banques de se refinancer à l’étranger et de traiter des devises étrangères. cela revient donc à transformer la Russie en Albanie.

Fait brutalement (et même si c’était fait pas brutalement, à mon avis), cela mettrait le système bancaire russe au tapis, et donc vaporisera une bonne partie de l’épargne des Russes et de ses entreprises.

Bien entendu, plus aucun commerce international n’est possible, et donc la Russie ferme immédiatement les vannes du gaz – vu qu’on ne peut plus le payer (et qu’elle n’aura d’ailleurs envie de nous le vendre)…

Bref, ce serait un acte d’agression sauvage, et c’est une menace délirante, de nature à justifier une attaque préventive russe si cette idée faisait son chemin…

Chapeau bas !

Plus d’informations :

Quel risque pour la Russie en cas de déconnexion du système SWIFT ?

Dans le cadre de l’expansion des sanctions liées à la crise ukrainienne, l’Angleterre a proposé de bloquer l’accès de la Russie au système bancaire international SWIFT. Cette proposition a peu de chances d’aboutir, mais si tel était le cas, la Russie s’empresserait de créer un système équivalent conjointement avec la Chine.

Le gouvernement britannique a officiellement annoncé que la Grande-Bretagne exhorterait l’Union européenne à bloquer l’accès de la Russie au réseau bancaire SWIFT dans le cadre de l’expansion des sanctions, informe l’agence Bloomberg.

Actuellement, le réseau SWIFT réunit plus de 10 000 organisations bancaires et financières dans 210 pays du monde, la Russie compte plus de 600 participants, dont la Banque de Russie.

En cas de déconnexion du système SWIFT, les banques russes ne pourront plus gérer leurs comptes de correspondance à l’étranger, les paiements en devises seront également affectés, car toutes les informations sont transmises par SWIFT.

« SWIFT est, essentiellement, un protocole d’interaction entre les banques. Si les codages communs sont interdits en Russie, le système bancaire russe pourrait rapidement plonger dans le chaos et connaître un effondrement partiel », explique Vassili Yakimkine, professeur adjoint de la faculté des finances et de la banque à l’Académie russe de l’économie nationale et analyste de FIBO Group.

Par ailleurs, les dirigeants occidentaux ne cherchent pas à bloquer tous les paiements en provenance et à destination de la Russie car, dans ce cas, ils ne pourront plus payer les ressources énergétiques et ne seront donc, pas livrés. « En outre, cela pourrait stimuler la création par la Russie et par la Chine (ce qui est encore plus dangereux pour l’Occident) de leur propre système de paiement pour les transactions financières entre les banques de différents pays », ajoute Vassili Yakimkine.

Principal risque

Anton Soroko, analyste de la holding d’investissement FINAM, explique que si cette restriction est finalement introduite, la Russie disposera probablement d’un certain délai pour s’adapter à la nouvelle situation.

« Au moins, quand l’Iran a été déconnecté de SWIFT, il en avait été informé à l’avance, pas comme pour l’arrêt récent de fourniture de services aux banques russes par Visa et Mastercard », explique Soroko. En mars 2014, les systèmes de paiement internationaux ont bloqué en un jour les opérations sur les cartes bancaires des banques frappées par les sanctions américaines, et les banques et les clients n’en avaient pas été avertis à l’avance.

L’analyste en chef d’UFS IC Ilya Balakirev explique que la décision de déconnecter la Russie du système SWIFT serait étrange, car l’Union européenne a souligné à plusieurs reprises qu’elle ne souhaitait pas restreindre les transactions privées. « Aujourd’hui, les opérations en devises sont quasiment impossibles sans l’utilisation de SWIFT. Ce protocole, de facto, est une norme », explique l’analyste.

Aussi, la « déconnexion » de la Russie de SWIFT signifie, en réalité, l’arrêt de toutes les opérations bancaires avec les banques étrangères, ainsi que des opérations en devises sur le marché intérieur. « Les entreprises exportatrices pourraient rencontrer des difficultés, de même que les entreprises importatrices. La Russie pourrait, de la même manière, interdire aux entreprises européennes d’utiliser ses pipelines sans interdire l’exportation du gaz », précise Balakirev.

Solutions alternatives

Les sanctions sous forme de déconnexion des banques d’un pays de SWIFT ont déjà été utilisées pour faire pression sur l’Iran. En février 2002, le comité bancaire du Sénat américain a approuvé à l’unanimité la loi visant à interdire à SWIFT de servir les banques iraniennes déjà frappées par les sanctions.

Par ailleurs, SWIFT, société enregistrée en Belgique, n’était pas d’accord avec cette décision. Pourtant, un mois plus tard, en mars 2012, la société a accepté les arguments des autorités américaines et a déconnecté les banques iraniennes. « Les États-Unis peuvent obliger les institutions financières internationales de choisir entre la poursuite de l’activité en Russie et le travail aux États-Unis en excluant la Russie du système en dollars », explique Vassili Yakimkine.

Toutefois, seule la Grande-Bretagne qui a annoncé l’éventuelle déconnexion de SWIFT, pas les États-Unis.

La Banque de Russie étudie déjà la création d’un équivalent de SWIFT en Russie. En août 2014, le vice-ministre des Finances, Alexeï Moïseïev, a déclaré que le ministère des Finances et la Banque centrale préparaient un projet de loi sur la création d’un équivalent de SWIFT en Russie.

Le vice-ministre a expliqué qu’il existait déjà des propositions : par exemple, la société russe CyberPlat a déjà développé des solutions similaires. La Banque centrale, elle, dispose de son propre système protégé d’échange de messages.

« Il est sans doute impossible de créer un équivalent complet de SWIFT, car cela nécessiterait la coopération des banques à travers le monde entier, ce qui paraît peu  probable », explique Ilya Balakirev.

Il estime que la solution pourrait consister à créer un centre de traitement SWIFT sur le territoire Russe, ce qui ne serait pas sans conséquences sur ses échanges internationaux.

Source : Rbth.com, 5/9/2014

SWIFT: la déconnexion de la Russie serait perçue comme une agression (VTB)

La déconnexion de la Russie du réseau mondial de communications interbancaires SWIFT serait évaluée comme une agression, et la riposte pourrait être très dure, a déclaré vendredi devant les journalistes à Moscou le président de la Vneshtorgbank (VTB, 2e banque russe) Andreï Kostine.

« Le secteur bancaire russe est stable », a-t-il déclaré.

Auparavant, le Parlement européen a invité les pays membres de l’UE à étudier la possibilité de bloquer l’accès de la Russie au système bancaire international SWIFT. Dans ce cas, les banques russes ne pourraient plus gérer leurs comptes de correspondance à l’étranger ni même effectuer des opérations en devises sur le marché intérieur.

Le réseau mondial SWIFT réunit plus de 10.000 institutions financières de 210 pays. Des mandats pour plus de 6.000 milliards de dollars transitent chaque jour par ce réseau qui assure le transfert de données financières relatives aux paiements.

Source : RIA, 19/9/2014

Expulser la Russie du réseau Swift

Les délégués présents à la conférence Sibos 2014 organisée par Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) à Boston à la fin de ce mois-ci souhaiteront savoir si la question des sanctions économiques contre la Russie est à l’ordre du jour.

Le fournisseur de services de messagerie financière a réagi avec colère à une récente résolution du Parlement européen (PE) appelant l’Union européenne (UE) à expulser la Russie du réseau Swift. Le projet de loi va maintenant être soumis à la Commission européenne (CE), où il aura besoin de la collaboration étroite des Etats membres agissant à l’unisson pour prendre effet.

Voici en réponse un extrait du communiqué publié par Swift : “En vertu des principes fondamentaux du droit européen, consacrés dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE, le fait de restreindre Swift de cette manière si disproportionnée interfère avec le droit fondamental de Swift à des affaires et avec son droit de propriété. Il constitue également un traitement discriminatoire et inégal”.

Mentionner explicitement Swift dans une résolution de ce type du Parlement européen sur une question internationale aussi sensible créé également d’immenses dégâts à la réputation de notre entreprise. Notre mission est d’être un fournisseur mondial et neutre au service de l’industrie financière. La fourniture de services de messagerie financière à des entités russes n’est pas affectée par les mesures actuellement en vigueur”.

Bloquer l’accès à la Russie au système SWIFT reviendrait quasiment de facto à couper la Russie du reste du monde puisque l’ensemble des transactions financières et commerciales de la planète passent par ce système ou presque.

La résolution du Parlement européen fait écho à une demande similaire par le Conseil européen (CE) à Swift en 2012, lorsque le CE a ordonné au réseau de déconnecter l’Iran dans le cadre d’une campagne visant à bloquer le programme nucléaire du pays. Bien que la position de Swift soit politiquement neutre, il a, à l’époque, respecté les souhaits du CE.

Une personne de premier plan dans le système bancaire russe a cependant indiqué qu’elle croit que le Parlement est en train de bluffer. S’exprimant cette année lors d’un forum international d’investissement, qui s’est tenue dans la ville russe de Sotchi, Andrei Kostin, PDG du Groupe VTB, deuxième banque de Russie, a déclaré le 19 septembre : “Je pense que cela ne va pas se produire. Je nomme ceci un acte d’agression direct contre le système financier de la Russie avec toutes les conséquences ultérieures possibles. Il s’agit d’une mesure très difficile.”

L’alarme de Swift a sans doute été renforcée par des rapports qui précisent que les autorités russes sont en discussion avec la Chine pour l’établissement d’un système alternatif de transaction interbancaire. La Russie a annoncé publiquement son intention de réduire la dépendance du marché financier russe envers SWIFT depuis l’instant où les Etats-Unis ont commencé le renforcement des sanctions économiques à l’encontre de la Russie.

Source : finyear.com

Moscou et Pékin songent au système de transactions financières commun

Par La Voix de la Russie | La Russie et la Chine sont en train de discuter de la possibilité de créer un analogue du système SWIFT pour les transactions entre les deux pays, a indiqué le vice-premier ministre Igor Chouvalov à l’issue des entretiens à Pékin avec des représentants des entreprises dans le cadre d’une réunion de la commission russo-chinoise sur les investissements.

M. Chouvalov a souligné que le côté chinois avait soutenu l’initiative et les services compétents sont actuellement en train d’étudier la possibilité de sa mise en œuvre.

L’idée de créer un analogue du système SWIFT est survenue après les menaces formulées par les pays de l’UE d’évincer la Russie du système mondial des paiements interbancaires en guise de sanctions suite aux événements en Ukraine. Ce n’est pas sûr que cette menace puisse véritablement être mise en œuvre, car l’interdépendance économique entre la Russie et l’UE est trop grande. Ainsi, la part du gaz russe sur le marché européen a augmenté de 25% à 33% depuis 2010. Et l’Europe sera toujours obligée de régler la facture à la Russie pour le gaz. Donc bloquer l’accès à ce système de paiements internationaux poserait beaucoup de problèmes.

Ces appels de déconnecter le Russie du système SWIFT resteront plutôt des déclarations politiques. Mais un verrouillage d’essai pourrait bien être mis en œuvre. Par exemple, le Royaume-Uni propose de déconnecter la Russie du système SWIFT pendant deux semaines. Il est peu probable que l’exclusion intégrale de la Russie de ce système, comme ce fut le cas pour l’Iran, soit possible.

Toutefois ces « menaces de sanctions » créent un sentiment d’incertitude chez les hommes d’affaires et les investisseurs. Ils sont inquiets d’investir des fonds, alors que de nouvelles limitations pourraient suivre, provoquant le gel de toutes les transactions pendant un certain temps. Pour éviter d’éventuelles restrictions, la Russie a proposé de créer son propre système de sauvegarde des paiements interbancaires, explique l’économiste en chef de Sberbank CIB Evgueni Gavrilenkov.

« Cette idée est logique et réaliste. Il est possible de créer un système indépendant, car la technologie SWIFT n’est pas unique. Tout le processus pourrait prendre environ deux ans. Une autre question c’est à quel point un tel système sera demandé par le marché. Car SWIFT est un système mondial que tout le monde utilise. Ce n’est pas sûr que les banques étrangères qui utilisent activement le système SWIFT, rejoignent ce nouveau système ».

Selon Evgeny Gavrilenkov, la viabilité de ce nouveau système dépend principalement du nombre de banques qui seront intéressées à s’en servir. Mais les banques chinoises ont déjà évoqué leur intérêt dans la création de ce nouveau système. Une alternative au SWIFT est une perspective alléchante pour la Chine, car elle permettra de réduire la dépendance de la volonté politique des pays occidentaux dans le domaine commercial. Et en perspective, l’idée serait d’abandonner progressivement l’utilisation du dollar et renforcer le rôle du yuan chinois dans les transactions internationales.

Une alternative aux systèmes de paiement pour les particuliers

Si l’alternative au système SWIFT est destinée à garantir les paiements interbancaires, il y aura aussi une alternative aux paiements des particuliers russes, sans passer par les systèmes de paiement occidentaux. Il s’agit d’élargir la présence du système de paiement chinois Union Pay sur le marché russe. Pour l’instant ce système de paiement joue un rôle plutôt marginal en Russie avec seulement plusieurs dizaines de cartes du système de paiement chinois émises en Russie. Cependant, au cours des trois ans à venir, le nombre de cartes de Union Pay émises en Russie devrait atteindre deux millions, selon le porte-parole du système chinois Fan Riguang.

Le vice-premier ministre russe Igor Chouvalov a déclaré que le système Union Pay est prêt à coopérer pleinement avec la Russie pour créer un système national des cartes de paiement. La partie chinoise va proposer de se servir de son infrastructure pour les paiements et en yuans et en roubles.

Le système de paiement chinois ne va certes pas évincer du marché russe les systèmes Visa et Master Card. Tout comme nous ne risquons pas abandonner les transactions par le biais de SWIFT du jour au lendemain. Mais les perspectives de ces systèmes alternatifs sur les marchés nationaux et internationaux sont assez prometteuses. Surtout que près de la moitié des échanges bilatéraux entre la Russie et la Chine, pourraient être effectuées en yuans et en rouble, comme l’a déclaré le vice-ministre des Finances, Alexeï Moïsseïev.

Les chefs des deux Etats ont déclaré en mai de cette année à Shanghai leur volonté d’augmenter la part des transactions en yuans et en roubles entre les deux pays. Selon le vice-ministre des Finances de Russie Alexeï Moïsseïev, dans un avenir proche, les parties vont préparer un accord intergouvernemental sur la transition vers les transactions en monnaies nationales.

Source : ruvr.ru, 11/9/2014

185 réponses à Déconnexion Swift de la Russie : les députés européens sont-ils devenus fous ?

  1. LAD Le 25 septembre 2014 à 01h55
    Afficher/Masquer

    Magnifique !!! Un festival de bêtises !!! J’adore !


    • Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 08h16
      Afficher/Masquer

      En évoquant la bêtise ou l’incompétence, vous les dédouanez.
      Ils savent très bien ce qu’ils font : ils trahissent au profit des intérêts d’une puissance étrangère et de corporations transnationales. Idem pour les parlementaires et les ministres nationaux.


      • fanfan Le 25 septembre 2014 à 09h35
        Afficher/Masquer

        Résolution du Parlement européen sous la coupe des US et de l”OTAN.
        C’est une véritable déclaration de guerre via des fausses allégations, mensonges perpétrés, mécanismes de projection… et tout ça par des pseudo représentants des européens… c’est à hurler d’horreur !
        Que pouvons-nous faire ? Une méga pétition ?


        • Hellebora Le 25 septembre 2014 à 14h00
          Afficher/Masquer

          En ce moment, il y a le “NOT IN MY NAME ” …
          Eh bien, moi aussi j’aimerais dire “Pas en mon nom” pour tout ce qui se passe au niveau de l’Ukraine et de la Russie !!! Comment faire ?…


          • Bordron Georges Le 25 septembre 2014 à 16h47
            Afficher/Masquer

            Pour nous autres petits électeurs français, citoyens d’un pays en perdition, il n’y a qu’une réaction possible: engager nos mandants politiques à sortir la France de l’Europe.
            Il n’y a aucune solution possible pour arrêter cette politique folle de l’Otanie, si ce n’est d’essayer de casser l’Europe telle qu’elle a été construite et telle qu’elle agit en notre nom (partiellement), sans que jamais nous n’ayons vraiment eu à choisir l’un quelconque de ses acteurs ni donner notre avis sur l’un quelconque de leurs programmes.
            Il faudra du temps, c’est un engagement difficile, mais au point où en sont les choses, c’est la seule réaction possible.


          • jp Le 25 septembre 2014 à 16h52
            Afficher/Masquer

            Le “not in my name” est effectivement une bonne idée. Pour la Russie il y a une lettre en 19 langues sur Internet (qui ne me satisfait pas totalement) mais dont le nombre de signataires croit assez vite.La version française est là : http://dearputin.com/fr/


            • chios Le 25 septembre 2014 à 17h41
              Afficher/Masquer

              jp, moi aussi, je suis un peu rebutée par tous les ajouts…
              Ils auraient beaucoup plus de signatures si ils étaient plus sobres.


            • Cédric Le 25 septembre 2014 à 18h30
              Afficher/Masquer

              le rajout sur Israël n’ayant rien à voir avec le ( très gros ) problème de la Novorussie , pour moi c’est une manipulation cette lettre. Je ne l’ai donc pas signée.


            • Piet Le 26 septembre 2014 à 12h48
              Afficher/Masquer

              Impossible pour moi de signer cette lettre.
              Pourquoi faire référence à JFK ?


      • franckmilan Le 25 septembre 2014 à 09h56
        Afficher/Masquer

        non ils sont bien nuls et incompétents et ne savent pas ce qu’ils votent : il suffit pour ça de les entendre parler…vous pensez vraiment que – au hasard Dati ou un abruti fn ou fdg ( ça marche aussi avec des eurodéputé non français ) est capable de rédiger ça ? ou de le lire jusuq’au bout ?? …ils ne servent à rien et touche juste de quoi se payer un appart ou une maison le temps de leur mandature…non ce texte leur a été fourni et ils sont payés pour le voter.


        • Rémi Laffitte Le 25 septembre 2014 à 16h17
          Afficher/Masquer

          Au demeurant les eurodéputés du Front de Gauche ont quitté l’hémicycle du parlement européen lors de la séance d’adoption de l’accord de coopération commerciale avec l’Ukraine et il est fort probable qu’ils voteront contre l’adoption du texte présenté dans ce billet.
          Pourquoi l’autorisation à dire ce que l’on veut est elle constamment confondue avec l’autorisation à dire n’importe quoi ?


          • franckmilan Le 26 septembre 2014 à 09h50
            Afficher/Masquer

            c’est ce que j’ai pensé en vous lisant….il y a encore des types qui croit en des eurodéputés…( gens qui -rappellons le- n’ont ni légitimité ni pouvoir)…


            • Rémi Laffitte Le 26 septembre 2014 à 13h45
              Afficher/Masquer

              Chacun jugera qui de nous deux écrit le plus n’importe quoi.


      • Negrello Le 25 septembre 2014 à 11h37
        Afficher/Masquer

        Je suis d’accord avec Kiwixar; nos dirigeants savent très bien ce qu’ils font.
        Ils ne sont ni incompétents ni stupides, ni incohérents.

        Ils n’ont pas les mêmes objectifs que vous et moi, c’est aussi simple que cela.

        Ils ne voient, ne pensent pas les choses comme nous les voyons et les pensons.
        Un Russe ne pense pas comme un Chinois au vu de X facteurs déterminants ( histoire, langue, religion, milieu social, système scolaire, famille………..) Un Chinois ne pense pas comme un Français etc…..
        Et pour autant cela ne nous empêche pas d’échanger et de vivre ensemble.

        Nos élites servent ceux qui les financent et non ceux qui les élisent.
        Je ne vous referai pas le coup de notre ennemi la finance puis de notre amie la bonne finance.

        On sait tous ici que remplacez le PS par l’UMP et vice versa tous les 5 ans, ne change et ne changera pas grand chose tant que l’on ne s’attaquera pas à certains paradigmes comme la croissance, les budgets déficitaires, la création monétaire, la banque universelle, l’impact de l’innovation et du progrès technologique sur le chômage de masse, la ploutocratie, la pseudo démocratie sous la 5 ème République………..

        Mais de cela, le peuple en est exclu.
        Seuls sont reconnus experts, ceux qui vont dans le sens des élites, qui ont fait allégeance et que l’on retrouve dans certains clubs élitistes.

        J’ai longtemps cru que nos élites politique, médiatiques, économiques étaient incompétentes.

        Combien de fois, je me suis levé de mon canapé lors d’un débat pour dire que Hollande, Sarkozy ou d’autres mentaient et que le journaliste (homme ou femme) se faisait enfumé.
        Combien de fois ma femme m’a demandé de me calmer.
        Combien de fois, j’ai hurlé l’incompétence des journalistes des JT au point de faire peur à mes enfants sur ce qu’on leur apprenait à l’école.

        Du type les mauvais russes, les mauvais arabes, les mauvais musulmans ou les mauvais chrétiens …………..je vous laisse finir la liste.

        Je me suis trompé et ceux qui continuent à croire que nos élites sont à coté de la plaque, ont tord.
        Nos élites savent parfaitement ce qu’elles font.

        Elles commettent de temps en temps des sorties de route mais globalement tout est sous contrôle.
        Oui, il y a l’affaire du scooter et des croissants
        Oui, Il y a eu avant le cigare et la stagiaire de la maison blanche.
        Oui, il y a eu le Sofitel
        Oui; il y a eu les soirées bunga bunga
        Oui, il y a eu un footballeur avec une certaine Zahia …….. On nous amuse.

        Quel est le rapport de mes propos avec l’article ?
        Les élites ont écrit la partition et elles se déroulent sous nos yeux.

        Qui est intéressé par la partition et les risques ?
        .05 % des français? peut être 1 %?

        Que pouvons-nous faire?
        Je crains, pas grand chose.

        Est-ce que leur motivation est d’aller jusqu’à la guerre avec la Russie ou tout simplement de justifier un réarment permanent inéluctable et une lutte aux terroristes?

        http://www.mondialisation.ca/usa-le-rearmement-nucleaire-du-prix-nobel-de-la-paix/5403898

        On ne peut casser le marché sur lequel on est assis. Il y a du business en milliards.

        La guerre serait trop brutale, mais favoriser la peur de…… est plus utile pour justifier toutes les répressions possibles et à ce moment là, admises par le peuple comme nécessaires et justes.
        Et le tour est joué.

        Je redis que pouvons-nous faire de fort et de percutent contre cela?

        J’ai toujours été dans ma vie très optimiste. Aujourd’hui, je me pose beaucoup de questions pour lesquelles je n’ai pas de réponses ou dont les réponses me font peur.


        • STEPHANE Le 26 septembre 2014 à 08h43
          Afficher/Masquer

          La plupart des deputés europeens sont incompetents, je ne vous raconte pas leur niveau de connaissance en geopolitique. Ce sont des suiveurs, rien d autre. Mais la coupure de gaz arrivera et sans sommation lorsque l hiver sera la. On verra au jeu de la patience qui l emportera. Savoir que le peuple a l Est europeen souffrira (comme les agriculteurs europeens suite aux sanctions), les eurodeputes n y pensent meme pas. Mais l annonce de cettte exclusion du systeme Swift est faite pour destabiliser la Russie vu qu un systeme economique n est base que sur la confiance. Les effets d annonce sont souvent suffisants pour destabiliser. Je pense que c est de la communication, rien d autre.


          • Léa Le 26 septembre 2014 à 10h17
            Afficher/Masquer

            Communication, mais aussi harcèlement qui oblige l’autre à prévoir des contre mesures et qui inquiètent la population..


            • STEPHANE Le 26 septembre 2014 à 13h10
              Afficher/Masquer

              Exactement, c est ce que l on appelle l escalade. Alors que l Europe appelle a une desescalde de la part de la Russie, allez comprendre. Finalement c est assez simple : l Europe et les usa disent aux Russes de laisser l Ukraine se rapprocher de l Europe et de l Otan ou ils en subiront les consequences. Mais les Russes ne sont pas du genre a se faire dicter sa politique exterieure.


          • Negrello Le 27 septembre 2014 à 16h56
            Afficher/Masquer

            C’est exactement ce qu’on leur demande aux députés. Rien d’autre ce sont des suiveurs qui prennent leurs ordres.
            Bien sur que le niveau géo stratégique est bien plus haut.
            Ce dont je parle est d’un niveau bien au dessus de nos dits présidents.

            Nos présidents ne sont que des laquais au service d’une oligarchie financière, médiatique et industrielle dont les intérêts ne sont ni les vôtres, ni les miens.


      • David D Le 25 septembre 2014 à 14h38
        Afficher/Masquer

        Non, ils ne sont pas dédouanés pour autant, mais ils sont réellement dans la bêtise, l’incompétence et l’incohérence
        Effectivement, il y a des actions qui se veulent machiavéliques de leur part, mais le fond de l’affaire, c’est qu’ils sont tellement convaincus de leur puissance qu’ils négligent complètement la manière de traiter un problème Ils n’ont pas les compétences intellectuelles pour régler ce conflit
        En Somalie, Afghanistan, Irak, ils ont des chefs d’armée qui disent : “Nous ne réglons pas les problèmes, nous les écrasons!” Ils font usage de la force, mais pour réaliser le projet qu’ils ont il faut ensuite occuper chaque pays avec des milliers d’hommes et des milliards, avoir une intransigeance et une exigence inlassables Il faut aussi subsumer les antagonismes pour ramener progressivement tout le monde à un projet commun de démocratie à l’occidentale (projet qui justifie largement les trente ans d’occupation et encore cela reste du pas évident)
        Mais au lieu de ça, ils frappent, aident un camp contre un autre sans trop bien le choisir d’ailleurs, négligent l’impact sur les esprits d’une ingérence mal acceptée (se retrouvant surpris de la réaction chiite en Irak à leur égard)
        Pire encore, dès que ça va mal, ils se retirent abandonnant sur place aux représailles tous ceux qui ont cru en eux, leur ont tendu la main et collaboraient avec eux, ces gens-là et leurs familles se retrouvent exposés et moins prêts à collaborer la prochaine fois
        Obama en se retirant d’Afghanistan ne peut pas être crédible en réintervenant en Irak
        Somaliens, afghans, irakiens, etc, savent qu’ils sont à chaque fois abandonnés à leur sort à court terme
        Ici, intervenir en Irak en 2014 est devenu plus dur qu’en 2003, puisque 2014 en est un résultat et puisque les américains et les européens qui les accompagnent les yeux fermés ne sont pas fiables, on le sait par l’expérience des conflits passés
        Là, à nouveau, ils vont frapper, utiliser la force, mais cela ne va rajouter que du problème aux problèmes Les chrétiens d’Irak trop peu nombreux, je considère que malheureusement pour eux il reste que l’exil de raisonnable, je ne crois pas du tout qu’on arrivera à les défendre Le reste des communautés (kurdes, chiites, sunnites) se déchire, et l’état islamique est un état de fait, que les américains ne s’avouent pas, en se disant qu’il suffit de les nier comme état de droit comme si le nom qu’on met sur les choses changeait la réalité à chaque fois, que ce n’est pas eux qui ont ces idées-là donc c’est impossible que ce soit leur faute, etc
        En Ukraine, donc, on va vers une radicalisation dictatoriale et extrémiste au pouvoir (soyons pudiques pour les oreilles de l’Otan), la Novorossie est un état de fait avec accès à la mer (même s’il manque Slaviansk et le port de Marioupol, ou bien une grande partie des campagnes de l’oblast de Lougansk), il y a eu des tas de civils du Donbass tués par l’armée ukrainienne, un avion de ligne international abattu, le prêt du FMI a servi à faire la guerre et il ne sera jamais remboursé, l’effondrement économique de l’Ukraine est une certitude dans les mois et années à venir, il est déjà en cours (même pour le Donbass, tout est à reconstruire, mais au moins ils ont chassé les oligarques)
        Les russes d’Ukraine subissent des vexations continues et connaissent une vie infernale avec les énervés de Pravy sektor et Svoboda
        Quel bilan, déjà là bien palpable ! L’Otan a échoué, il ne fait que se venger de rage avec son switch ou son swift Et c’est bien un problème de capacités intellectuelles qui a conduit à tout ça!


      • Olivier M Le 25 septembre 2014 à 15h01
        Afficher/Masquer

        Bêtise, incompétence? NON: schizophrénie!

        Nous mêmes sommes en situation de schizophrénie:
        nous empoisonner petit à petit en consommant toujours plus de produits, endoctrinés que nous sommes par le néo-capitalisme qui nous a bien fait comprendre que sans consommation, nos emplois sont menacés.
        OU
        ne consommer que ce dont nous avons réellement besoin, et nous retrouver au chômage faute de consommation.

        Les députés européens sont dans un stade final de schizophrénie, celle qui précède le suicide, individuel ou collectif: ils sont capables d’applaudir les accords avec l’Ukraine puis d’applaudir Nigel Farage -qui leur a précédemment annoncé leur future pendaison par les foules- lorsqu’il dénonce cet accord.

        Bref, avant de dénoncer et de pourrir nos élus – même s’ils sont élus par défaut-, il serait nécessaire que chacun de nous cherche une solution au paradoxe de la société de consommation:
        s’empoisonner à petit feu en consommant encore et encore – tout en réduisant les chances de vie, à moyen et long terme, de nos enfants, que nous sommes si fiers d’avoir faits (de posséder?), mais qu’en réalité nous avons faits pour nous croire éternels, quel narcissisme!!!!-.
        OU
        saper les fondations de nos propre emplois en ne consommant que ce qui est nécessaire, soit de moins en moins.

        L’élite est à l’image du peuple, elle est schizophrène.


      • georges dubuis Le 25 septembre 2014 à 22h03
        Afficher/Masquer

        OUI Kiwixar mais là vous ne passez plus sur BFM, c’est une certaine limite…….frontière.


        • Kiwixar Le 26 septembre 2014 à 02h20
          Afficher/Masquer

          C’est bien parce que les gueux ont perdu toute confiance dans les médias officiels pour s’informer en ligne sur les sites alternatifs, et se posent de plus en plus de questions (création monétaire, “démocratie” représentative, EURSS, etc.) qu’il va bientôt falloir les envoyer en guerre.

          1939 était une réponse à 1936 pour les élites : une “bonne guerre” pour se débarrasser des manants frondeurs.


      • bocanegra Le 26 septembre 2014 à 09h20
        Afficher/Masquer

        exact ! tout ce qui est fait l’est avec conscience et la bêtise supposée n’est pas de mise ! la fabrication de l’ennemi est en pleine accélération et un autre monde est en train de se mettre en place. le tafta va passer de fait comme étant inéluctable et ne fera même plus débat.
        arrêtons de dire que ces gens sont stupides s’il vous plaît ! c’est aussi une fuite en avant qui entérinera l’euro comme irréversible et plus tard une fusion dollar/euro de fait ! le dollar n’est pas mort il va juste “changer pour que rien ne change” comme le dit si bien delon dans “le guépard” …la crise de 2008 a été le départ de tout cela, l’écran de fumée et l’ue le champs d’expérimentation , nous en sommes à la phase opérationnelle , pour des types stupides je trouve qu’ils arrivent très bien et facilement à leur fin… si poutine est un joueur d’échecs nous allons le voir et si la chine un joueur de go nous allons le voir aussi. mais à quel jeux jouons-nous donc,nous les occidentaux ? poker, bridge …surement pas à la belote !


        • Negrello Le 26 septembre 2014 à 17h14
          Afficher/Masquer

          Il y a des expérimentations ça et là, pour voir comment le peuple réagit.Cela donne une indication sur la rapidité du changement possible et voulue par ces élites.

          Regardez ce qui s’est passé en Chypre avec la spoliation des comptes , regardez ce qui se passe en Grèce qui est dépecée.
          Regardez l’Ukraine, on en a longuement parlé sur le site d’Olivier.

          Qui bouge ?
          PERSONNE, pardon pas grand monde.

          On est dans un monde qui change mais pas de bien en mal.
          Nos vieux clichés chrétiens.

          On change de repère, on change de monde. Le bordel ou le chaos servent bien d’écran de fumée pour un nouveau monde.

          On va bien dans le NWO et comme disait Sarkozy … personne ne peut l’empêcher…….

          Mais soyons clairs, il n’y a pas que les conspirationnistes qui en parlent.
          Voulez vous la liste ?
          Elle est longue d’hommes politiques français, étrangers, présidents, ministres, philosophes et consorts…….


      • R.-M. Mukarutabana Le 05 mars 2015 à 20h45
        Afficher/Masquer

        C’est quand même de la bêtise, vu qu’ils n’y gagnent rien, en réalité – ni eux, ni les autres.
        On nage en pleine démesure. Il y a peu de temps encore, cette histoire de SWIFT aurait été prise pour un canular.
        Les foudres ne vont pas tarder a s’abattre sur les têtes de ces fous.


    • souria Le 25 septembre 2014 à 09h31
      Afficher/Masquer

      REGARDEZ LES VOTES DE NOS DEPUTES sur la cette résolution qui suggère d’exclure la Russie du Swift et de la coopération nucléaire civile.


      • Sébastien Le 25 septembre 2014 à 13h49
        Afficher/Masquer

        Vous ne semblez pas avoir lu l’article. A moins que vous ne faites partie des employés de l’UE payés pour discréditer ses opposants.
        Je cite:
        “P.S. a propos du vote de cette résolution, on a dit tout et n’importe quoi, à partir du site VoteWatch. Mais encore faut-il savoir l’utiliser, pour se rendre compte qu’il donne le résultat des votes des amendements, mais pas de la résolution elle-même… Le vote final a eu lieu semble t-il à main levée, donc on ne sait pas qui a voté quoi (l’Europe, la Démocratie, tousatousa…).”


      • V_Parlier Le 26 septembre 2014 à 11h13
        Afficher/Masquer

        Merci en tout cas pour cette clarification.

        Il y a quelques jours j’étais tombé dans le panneau en relayant un commentaire, car la manière dont sont présentés les résultats pour un primo-arrivant (qui a suivi un lien) ne mettent pas vraiment le sujet (donc l’amendement) en titre principal. De plus, pour le décrire ils marquent par exemple “After paragraph 10, amendment 10”, ce qui laisse penser que le sujet est la résolution entière après l’amendement… Bref, quand on le sait c’est tout simple mais quand on est un “newbie” de votewatch pas très attentif et pressé, on peut en effet passer pour un idiot 😉


      • art.35 Le 27 septembre 2014 à 21h33
        Afficher/Masquer

        bonjours O.Berruyer

        Merci pour l info et les explications
        Je me pose bien des questions sur cette histoire du swift . Je pense nos dirigeant tout a fait capable de passer menaces à exécution . J ai bien l impression que l’excuse de la situation en Ukraine soit du pipo et juste une excuse fallacieuse pour empêcher l’inévitable effondrement du dollar . C est une histoire de petro-dollar ce blocage du swift
        La russie sort du petro dollar avec la chine et le venezuela et l iran . la syrie et ca va entrainer encore du monde derrière eux . Depuis le passage de 1999 a l euro la tentation est grande meme pour les pays aligné aux regle stricte de l OPEP de faire des réserve en euro . Le dollar etant hyper inflationniste et basé sur un pays à l économie vacillante et une politique guerrier dangereuse, il est de bon augure de diversifier ses réserves .
        Fait constaté car en 2001 les réserves libellés en dollar dans les caisses des pays de l OPEP etait de 75 % et sont tombées à 61,5% en 2004 . Dans le meme temps les reserve libellés en euro sont passées de 12 à 20 %
        Si il ont bloqués l Iran en 2002 avec le swift j ai pas l impression que ce soit a cause de l arme atomic . Ou du moins ce qu il appel l arme atomic n est pas du tout ce que l’on pourrait penser au premier abord . Car meme si l Iran avait l arme nucleaire il ne serait pas capabe de l envoyer au dela de leur propre frontiere, il ne dispose pas de missiles intercontinentaux CQFD (donc faux probleme)
        L arme atomic de l Iran c est sa bourse internationale du petrole qu elle veut ouvrir convertible en toutes devise .
        Apres que feux saddam hussein est tenté de vendre sont petrole en euro en 2000 il etait nombreux à vouloir en faire autant . Si Saddam à définitivement été stoppé par les armes au meme titre que kadhaffi et actuelement bashar je crois que les tentative de l Iran ont été bloqué par le swift . D’ailleurs quand l Iran à voulu remettre sa bourse du petrole à l ordre du jours en 2006 le baratin sur ‘l’arme atomic” est resurgit comme par enchantement sans meme que les experts en la matiere n est approuvé cette nouvelle histoire de menace “imminente” “qui menaçait la securité mondiale”

        Je pense que cette guerre éminemment economique mènera au désastre quoi qu il arrive . Car si mon intuition est bonne et que c est bien une histoire in fine de création monétaire (ou d hégémonie monétaire) ou de petro devise . Les USA oseront tout pour preserver leur privilège, les suiveurs suivront, mais en face il ont tout a perdre à céder . C est l economie Americaine qui doit s écroulé et pas une autre .
        Le probleme qui ce pose alors : Que ce passe t-il dans l histoire de l homme quand la plus grosse des armées du plus gros des empires est proche de la faillite …?


        • R.-M. Mukarutabana Le 28 septembre 2014 à 14h41
          Afficher/Masquer

          Je crois que votre intuition est la bonne.
          “Que ce passe t-il dans l’histoire de l’homme quand la plus grosse des armées du plus gros des empires est proche de la faillite …?”
          Reponse: elle attaque – a tors et a travers.
          On peut supposer que les “leaders” EU (ou plutot: suiveurs) sont fous ou vendus aveugles ou inconscients. Ils semblent etre tout cela, en effet. Mais il est possible qu’ils aient compris que la folie furieuse de Washington ne s’arretera pas au Moyen Orient. Alors, ils ont choisi de s’aligner aux mesures economiques permet de retarder quelque peu la conflagration. Bref, reproduire les termes de la loi “Russian Aggression Prevention Act” pour plaire a Obama.
          L’Europe sait que la suprematie de l’Amerique, dont depend sa propre place dans le monde, ne resistera pas a l’avenement de la multipolarite et de son corollaire, la fin du petro-dollar. Elle sait aussi que l’Amerique combattra cette evolution, inevitable au demeurant. Elle a decide de se ranger dans le camp americain, dont elle espere qu’il gagnera la guerre et conservera son hegemonie, et continuera de lui servir – de quoi, en verite? De patron?
          Et dire que Poutine propose a l’UE, depuis bien des annees deja, mais en vain, un moyen simple pour reduire cette etrange et humiliante dependance: “une communauté économique allant de Lisbonne a Vladivostok.” (http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=3128)
          RMM


  2. vérité2014 Le 25 septembre 2014 à 02h04
    Afficher/Masquer

    Un article pour le PE…on attend avec impatience des sanctions contre les USA et tant qu’on y est les menacer de les déconnecter de SWIFT…

    http://www.huffingtonpost.com/dennis-j-kucinich/syria-isis-war_b_5869964.html

    Et les sanctions concernant Gaza et Israel?
    euhhhhhhhhhh

    Game-Changer: Moscow Stock Exchange Backs Hong Kong Dollar.

    http://russia-insider.com/en/business/2014/09/24/10-37-46pm/game-changer_moscow_stock_exchange_backs_hong_kong_dollar


  3. Subotai Le 25 septembre 2014 à 02h12
    Afficher/Masquer

    Ce n’est que le délire de l’agonie.
    Le Système est moribond
    Requiescat in pace


  4. Serge Le 25 septembre 2014 à 02h24
    Afficher/Masquer

    J’en reste pantois !
    Je n’ai pas de mots ,à part des insultes que je ne proférerais pas ici ,par respect pour le blog …


  5. dupontg Le 25 septembre 2014 à 02h43
    Afficher/Masquer

    Comme ça plus besoin de boycoter les importations allemandes..
    les russes ne pourront plus payer les BMW et VW ….
    Obligés d’acheter du chinois et coreen..

    l”UE devrait se mefier et ne pas oublier que tout ce qui ne tue pas ,renforce..


  6. VladimirK Le 25 septembre 2014 à 02h47
    Afficher/Masquer

    “la Russie s’attaque à la sécurité de l’Union en violant régulièrement l’espace aérien de la Finlande”

    Je lis les informations Finlandaises tous les jours, et ces violations, qui sont pour moitié dues à des conditions météos, pour moitié de provocation/je m’en foutisme par les russes n’inquiètent aucunement la Finlande – dixit leurs ministres (premier, défense et affaires étrangères)… ce qui est logique puisqu’il s’agit d’avions de transports à turbopropulseurs (à hélices quoi).

    Cette Europe est vraiment un problème, de plus en plus éloignée de ses peuples… ces derniers, auront-ils le courage de rejouer 1789 ?

    Pour l’intérêt de l’UE vis-à-vis de l’Ukraine, le dernier épisode de Capital sur les productions à prix cassés en Moldavie au lieu de l’Asie, n’était pas inintéressant.


    • VladP Le 25 septembre 2014 à 09h12
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Ce qui est l’évidence même, c’est qu’il n’y a aucuns soucis à se faire à propos de survols du pays par les TU-95.
      Il n’y a pas plus banal que ça comme avions de transport à turbopropulsseurs!
      Ce qui est bien, avec ces avions, c’est qu’il n’y a pas vraiment besoins de détecteurs sophistiqués pour savoir qu’ils sont là… en fait, ce ne sont pas vraiment des avions de la génération des “furtifs” (il y en a aussi, mais ce ne sont pas ceux-ci; ça non), au contraire: plus on les entends et mieux c’est!
      Ça permet, aux destinataires des messages, de savoir que les avions “transporteurs” furtifs sont ailleurs…


      • VladimirK Le 25 septembre 2014 à 11h16
        Afficher/Masquer

        Lisez la presse Finlandaise (par exemple YLE.fi)

        Il s’agit d’AN-26, IL 76 et du TU-154. Les TU-95 survolent régulièrement l’arctique, mais n’atteignent jamais le territoire canadien ni étatsunien, on ne peut donc pas parler de violation.


  7. Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 02h54
    Afficher/Masquer

    Les Chinois (qui connaissent leur histoire sur le bout des doigt) doivent s’émouvoir d’observer les Britanniques proposer avec cette agression SWIFT une version moderne des guerres de l’opium et du sac du palais d’été de Pékin.

    Et oui, toujours les mêmes : les Européens et les Zuniens, à vouloir piller les ressources plutôt que de les payer dès que le vendeur n’accepte plus le papier-Q en paiement, mais souhaite être payé en or ou en joules.

    Mais couper la Russie de SWIFT pose quelques problèmes :
    – comment payer le pétrole et le gaz?
    – comment être payés pour les coupons et les maturités des dettes émises par la Russie (gouvernement, entreprises, individus) ?
    – comment exporter tous les biens européens, comme les voitures allemandes?

    Les économies et les banques européennes sont-elles en si bonne santé qu’il faille faire un grand pas en avant vers le précipice en se coupant d’un marché clé et d’une fournisseur énergétique clé?

    Ou bien est-ce que le but de l’UE c’est ça : la prospérité orwellienne, c’est-à-dire la misère?


    • dupontg Le 25 septembre 2014 à 03h05
      Afficher/Masquer

      manquerait plus que Poutine arrive à convaincre les oligarques russes,d’une façon ou d’une autre (carotte ou bâton),de vendre leurs avoirs en europe et de rapatrier le tout en russie…
      ça doit representer quelques centaines de milliards dont une bonne partie à la city..


      • Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 03h49
        Afficher/Masquer

        En ce moment, Singapour et Hong Kong profitent à plein de la ré-allocation des avoirs des riches russes. Tant mieux.

        Il y a quand même des grosses différences culturelles entre les Occidentaux qui menacent mais ne mettent presque plus à exécution avec leurs petits bras de plus en plus courts, les Russes qui ne menacent pas mais assomment d’un coup de patte, et les Chinois qui ne menacent pas n’assomment pas mais s’établissent patiemment, en s’approchant subrepticement comme le tigre qui garde la tête baissée dans les herbes hautes.


      • farigoulette Le 25 septembre 2014 à 04h49
        Afficher/Masquer

        Bonne idée ça dupontg. Mais les oligarques russes sont ils plus patriotes que tous les oligarques du reste du monde ? 🙂 Ceci dit les tenants du capitalisme zuniens, anglais et européens sont vraiment devenus complètement hystériques et fous à lier. Ils doivent vraiment se sentir en difficulté pour en arriver là ! Malgré ces défauts Poutine montre dans toute cette affaire un calme Olympien (contrairement à l’accusation d’aggressivité qui lui est faite avec une mauvaise foi ébourrifante). En tant que ex membre du KGB il doit avoir plus d’un tour dans son sac en réponse à cette montagne de stupidité. Il ne faut pas oublier non plus que les russes sont des champions en stratégie de partie d’échec. Et là c’en est une en nature de première importance. Il y a quelques temps que je pense effectivement à un rapprochement entre Russie et Chine qui existe déjà avec les BRICS pour contrecarrer la soif de domination démentielle sur le monde des USA. Et ce que je viens de lire aujourd’hui a les relents nauséabonds d’une dictature oligarchique des plus féroces qui ose enfin montrer son visage dans toute sa splendeur paroxistique et hystérique sur le plan international. Ce que les USA n’avaient jamais osé faire à une telle intensité jusqu’à aujourd’hui. ça promet avec le traité Transatlantique. A mon avis, ce n’est pas un signe de force, et encore moins pour l’UE qui se vassalise complètement.


        • dupontg Le 25 septembre 2014 à 05h15
          Afficher/Masquer

          Poutine avait donné le “la” à ll’epoque rn mettant Khodorkovsky au trou pour 10 ans..
          Les autres se sont calmés tout de suite..
          ils sont en laisse tout en profitant de leur pillage russe….
          mais ne peuvent pas totalement se couper de la Russie..
          dernierement l’episode Evtouchenkov
          une nouvelle piqure de rappel pour ceux qui ont oublié


          • VladP Le 25 septembre 2014 à 09h27
            Afficher/Masquer

            La carotte: si vous rapatriez tout ou partie de votre fortune en Chine ou en Russie, vous avez des chances qu’elle ne se transformera pas en poussière le jour (de plus en plus proche) ou l’économie du dollar s’effondrera.
            Le baton: Khordorkovski (futur président de Russie…) et, suite à l’amende prononcée par l’ue des oligarques contre la Russie: Evtouchenkov (juste pour montrer à l’ue où ils peuvent se carrer leur amende (dont, d’ailleurs, plus personne ne parle).


      • LesBarniques Le 25 septembre 2014 à 05h21
        Afficher/Masquer

        Au point 33 il est dit : ” invite tous les partis politiques actuellement représentés au Parlement ukrainien à participer aux élections ”
        Est-ce que les petits partis, qui n’ont plus le droit de siéger à la Rada, suite au traficotage des règles de régie interne, sont inclus dans cette “invitation” de l’Union ? Ils ont été élus mais ils ne sont plus “présents” au Parlement… alors, QUE SIGNIFIE CE MESSAGE ? Est-ce un message subtil aux pouvoirs pro-européens de corriger cette petite entorse aux normes parlementaires européennes ou, au contraire, est-ce une facile subtile de reconnaître cette légère entorse ? Ils me perdent dans leurs dédales…


      • chios Le 25 septembre 2014 à 11h41
        Afficher/Masquer

        Ca risque bien d’arriver…
        “Des banques chinoises refusent les comptes off-shore des clients russes…
        Ayant demandé des explications, la banque a renvoyé au site du trésor américain, faisant état de sanctions contre la Russie…”
        Il reste toujours HongKong et Singapore, je suppose.
        http://en.itar-tass.com/economy/751008


      • Olga Croiseau Le 25 septembre 2014 à 12h45
        Afficher/Masquer

        Ah! C’est une bonne idée! J’espere que l’equipe de Putin est qqs pas en avance, comme dab…


      • K Le 25 septembre 2014 à 16h04
        Afficher/Masquer

        La meilleur mesure de rétorsion que peut prendre la Russie, c’est l’interdiction de survol de son territoire aux compagnies aériennes occidentales. Ca veut dire l’impossibilité de fait de relier par les airs l’Europe à l’Extreme Orient. Sauf à faire un crochet énorme (arctique+détroit de Béring au nord ou bien passage par le Caucase au sud). Quand on sait que les compagnies européennes ne réalisent presque aucun bénef sur les courts et moyens courriers du fait de la concurrence low cost… Il ne leur reste que le long courier, et même ça, elles le perderaient. Donc faillite des compagnies européennes (sauf si un plan de sauvetage massif du secteur aérien se met en place avec l’argent du contribuable).
        Il parait que le gouvernement russe y réfléchit (mais comme pour SWIFT, on ne sait pas si ce n’est que de l’intox où s’ils y pensent sérieusement).


        • Niko Le 25 septembre 2014 à 23h52
          Afficher/Masquer

          Seul problème: les taxes de survol rapporte 200 millions €, une somme importante, aux compagnies aéronautiques russes qui prendraient aussi un sacré coup au passage… au moins le temps que la baisse de trafic Europe-Asie soit compensée par les compagnies asiatiques.


    • noel Le 25 septembre 2014 à 07h13
      Afficher/Masquer

      Oui, c’est l’objectif ! Accélérer le chaos, la fuite en avant, provoquer encore plus de misère pour, au passage, provoquer une diminution de la population par la maladie, , générer des conflits. Le pacte Israël-Usa est d’écraser les nations à tout prix, et de les tenir par l’usure. Affaiblir, désespérer, polluer, ….. de la prédation à tous les niveaux ! Détruire, détruire encore et toujours ! Pour qu’au final, un seul peuple impose ses lois aux autres peuples. À terme, ils ne seront plus des peuples, mais des résidus de populations sans identité, acculturés, conditionnés, apeurés ! Autant dire des esclaves ! Voilà où ils nous conduisent !
      “Bien-être des jeunes: plus d’un tiers des 6-18 ans sont en souffrance psychologique, selon l’UNICEF” (Source Huffingtonpost.fr)


      • Torsade de Pointes Le 25 septembre 2014 à 13h00
        Afficher/Masquer

        « un seul peuple impose ses lois aux autres peuples »

        Pourriez-vous s.v.p. nous préciser quel est ce “seul peuple” ? Merci d’avance.


        • Olivier M Le 25 septembre 2014 à 15h26
          Afficher/Masquer

          Le 1%, celui qui croit être moins plouc que les autres.

          mais y’a un hic, les 99% rêvent en grande majorité d’être parmi les 1%. La ploutocratie des ploucs par les ploucs a de l’avenir!

          Dans plouc, j’inclue les concepts d’abrutissement, d’inconscience, d’irresponsabilité et de jemenfoutisme.

          Mêmes les moutons ont plus d’instinct de survie que l’Homme du 21ème siècle, je ne les insulterai donc pas.


  8. Van Le 25 septembre 2014 à 03h08
    Afficher/Masquer

    je crois que c’est une évolution salvatrice pour la Russie qui se débarrasse des pseudo avantage de ce réseau de connexion , quand le système capitaliste se mord la queue c’est spectaculaire , perdre un monopole entier sur un pays émergent pour des broutille géopolitique c’est pas très intelligent et c’est surtout inutile , c’est surtout les européen qui trinqueront cela compliquera leur transaction avec la Russie . les usa veulent attirer les européen dans le gouffre avec eux .

    la prospérité économique d’un pays ne se limite pas a l’utilisation dun réseau de connexion sinon ca se saurer la preuve vivante les usa .
    Ps : ya pas de quoi être content d’avoir des carte de payement si les compte sont vides .

    et ce qui est de l’impact financier de cette Énième sanction :
    http://www.youtube.com/watch?v=gbjfL4QvfNM


  9. dupontg Le 25 septembre 2014 à 03h17
    Afficher/Masquer

    lol…
    encore une histoire à suivre qui ne devrait pas arranger les relations avec la Russie…

    Odessa demande l’autonomie par rapport à Kiev

    http://gaideclin.blogspot.fr/


  10. hagen Le 25 septembre 2014 à 03h28
    Afficher/Masquer

    Mais qu’attend donc Poutine pour couper pétrole et gaz à cette Europe de mes deux? En une semaine tous les polichinelles de l’UE demanderaient pardon à genoux. Monsieur le président Poutine pourrait créer un chaos indescriptible en Europe (et au-delà) en quelques jours. Je ne comprend pas sa stratégie. Il reste de marbre alors que les sanctions pleuvent sur son beau pays.


    • Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 03h53
      Afficher/Masquer

      “Assis-toi au bord du fleuve, tu verras passer le corps de ton ennemi…”
      (proverbe chinois)

      “Assis-toi au bord du fleuve Amour, tu verras passer la veuve de ton ennemi, en quête d’amour…”
      (proverbe russe)


      • ioniosis Le 25 septembre 2014 à 06h57
        Afficher/Masquer
      • BOURDEAUX Le 25 septembre 2014 à 09h42
        Afficher/Masquer

        Les proverbes ne sont pas toujours cités très opportunément, mais là, chapeau !
        Je lis actuellement “un voyageur dans le siècle”, les mémoires de bertrand de Jouvenel qui y traite longuement des années 20 et 30 ; les correspondances avec notre époque sont vraiment frappantes, et inquiétantes.


      • Olivier M Le 25 septembre 2014 à 15h40
        Afficher/Masquer

        Les proverbes c’est fantastique, le caoutchouc super doux!

        A force de rester assis, on risque aussi de ne pas voir son propre cadavre passer.

        Proverbe crétin: “Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre”

        Question: certains proverbes ne seraient-ils pas de la propagande destinée à endormir les peuples, quelle que soit leur origines sectaires?


        • Van Le 25 septembre 2014 à 22h31
          Afficher/Masquer

          tout a fait ta mis le doigt dessus coco , on peut faire dire a des proverbes et des citation sorti de leur contexte n’importe quoi pour n’importe quelle bute on n’imagine pas que les proverbe qui on bercé notre jeunesse pendant des décennies peuvent être que manipulations , d’où la nécessité d’être critique avec tout ce qui est simpliste et raccourci et illogique .


    • Van Le 25 septembre 2014 à 04h24
      Afficher/Masquer

      c’est justement la faute a ne pas faire , les pays arabes l’ont fait en 1973 lors du choc pétrolier pour protester contre le soutien a Israël on connais la fin de l’histoire , si une action ne dissuade pas le camp adverse elle ne fera que le renforcer , le processus que subi la Russie lui est très bénéfique car ca lui permet de se débarrasser des contraintes et chantages économiques tout en étant en position de victime des sanctions , ces sanctions seront des vaccins qui permettront a la Russie de se prémunir d’éventuelle crise économique majeur .
      la vision économique pragmatique dépolitisé de poutine annule tout les arguments monsengé ( Ex : si les ukrainiens voudront du gaz faudra le payé au prix du marché et basta ) .


      • HAUTE TRAHISON Le 25 septembre 2014 à 10h11
        Afficher/Masquer

        Très tres juste ! En plus, nos innommables zéropéens, d’une stupidité affligeante sont en train de se tirer une balle dans le pied. Tout ça pour satisfaire l’hybris délirant du maître américain. Le ……. Hollande en est une caricature parfaite, qui tente de créer un rideau de fumée devant la colère populaire qui ne cesse de grimper. En plus, ce s…. a maintenant du sang français sur les mains !!! Qu’avait-il à énoncer si vivement qu’il ne discuterai pas avec les terroristes qui ont enlevé ce pauvre Hervé Gourdel ??!!! Les fanatiques islamistes l’ont certes assissiné, mais c’est bien Hollande et sa clique qui sont DIRECTEMENT responsable de sa mort, à cause de leur stratégie diplomatique mortifère. A quelque chose malheur est bon, en ne cessant de se décrédibiliser aux yeux de la population, il se fragilise toujours un peu plus. C’est très bien!


    • Nerouiev Le 25 septembre 2014 à 09h09
      Afficher/Masquer

      La Russie est en position de force et c’est bien ce qui inquiète Washington et par conséquent Bruxelles. Le problème est la fin de la consommation à tout va et les Occidentaux n(ont rien à proposer que de survivre un peu plus longtemps (un petit nombre) par le pillage sous toutes ses formes. Mais il ne reste que des gros morceaux à piller et tous les moyens sont bons, sauf que les armées sont inefficaces, les sanctions économiques créent leurs réponses (une sorte de vaccination disait quelqu’un ici en réponse),.. Nous avons tous vu que la Russie cherchait surtout la coopération et les échanges avec l’Occident ce qui lui a permis de devenir comparable aux pays riches. C’est devenu insupportable pour Washington qui y voit un concurrent plus beau. Poutine s’en fout car d’une part il peut vivre en autarcie, ou se tourner vers d’autres pays. La Russie peut arrêter son besoin de consommation plus facilement que l’Occident mais il peut aussi créer ses biens par lui-même et de façon moins effrénée.


      • chios Le 25 septembre 2014 à 18h36
        Afficher/Masquer

        Je ne connais pas bien la Russie, n’y ayant été qu’une fois….

        Mais, ce qui m”avait frappé, en matière de “biens”, c’est que ceux-ci étaient solides et simples, et que tout un chacun les réparait.

        Je crois qu’un créneau pour la Russie, qui pourrait sérieusement concurrencer notre compétitivité occidentale basée sur le “toujours plus, toujours plus vite”, serait de fabriquer du robuste, qui ne se déglingue pas et se répare simplement.
        Les applications sont légion.
        EX textiles: chaussettes, teeshirts, pulls “éternels”.
        electro ménager: bouilloires, machines à laver..cuisinières
        automobile: la “lada increvable”, remarquez, il y a aussi des peugeots increvables…mais c’était il y a vingt ans.
        Juste une idée…

        Je dois dire que j’ai été scandalisée d’apprendre, lors des sanctions sur les denrées alimentaires, que la Russie était aussi dépendante de l’étranger, vu le potentiel qu’elle a…

        C’est que la Russie est riche de sa rente sur ses ressources, et “n’a pas besoin de travailer”, comme on dirait ici de quelque notable ou “pigeon”.qui a revendu sa start-up…

        Pourquoi cultiver des tomates et des haricots dans son jardin, si on peut les acheter, plus belles et plus précoces, au “supermarché” du coin, élément d’un ensemble ayant accès aux tomates les moins chères /les plus spectaculaires, à défaut d”être les meilleures

        C’est la “Dutch disease”…
        La “malédiction de la rente ”

        j’arrête là…


        • Nerouiev Le 25 septembre 2014 à 19h23
          Afficher/Masquer

          La société du jetable et du pas solide va rapidement prendre fin. En Russie il y a beaucoup de gens qui réparent et font durer, ça ne va pas les gêner de ne pas accéder à notre société d’hyper consommation. C’est vrai que la rente pétrole a été une facilité mais aujourd’hui ils commencent à fabriquer chez eux ce qu’ils achetaient tout fait à l’étranger et ils le feront avec un objectif de durée. Tout ce qui se fabrique, absolument tout demande de l’énergie et la Russie a cet avantage avec en plus tous les minerais en quantité. Le savoir faire ils l’ont et il leur suffit de le mettre un peu plus au service des gens ; Poutine en a l’intention. Bientôt ils auront leurs ordinateurs et peut-être leurs voitures si les sanctions continuent car les Russes en veulent.


          • Léa Le 25 septembre 2014 à 19h51
            Afficher/Masquer

            Pour les Lada, je ne sais pas, mais pour les camions, depuis 2000 les russes de Kamaz alignent une douzaine de victoires au Paris Dakar.


            • Yan Le 25 septembre 2014 à 23h58
              Afficher/Masquer

              Non, la lada c’est un mauvais exemple, tout du moins pour le Niva. Mis à part ARO qui est encore moins fiable, c’est ce qui se fait de pire en matière de 4X4. Après quand ça n’est pas en panne ça grimpe au arbre…


  11. vérité2014 Le 25 septembre 2014 à 03h39
    Afficher/Masquer

    Dossier Odessa,un tueur identifié:

    The guy who was finishing of Odessa victims was identified!

    https://www.youtube.com/watch?v=_Hl2DtC4seU


  12. casper Le 25 septembre 2014 à 03h42
    Afficher/Masquer

    “À moins que chaque paragraphe soit-il rédigé par une personne différente ?”

    A un tel niveau d’auto-contradiction au sein du même document (“Enfoirés de Russes qui fournissent en matériel et en savoir faire les est-ukrainiens ! Vive l’OTAN qui fournit en matériel et en savoir faire les ouest-ukrainiens !”) c’est l’hypothèse a minima.

    Qu’est ce qu’on peut faire mon Dieu, qu’est ce qu’on peut faire ?


  13. dupontg Le 25 septembre 2014 à 03h49
    Afficher/Masquer

    si odessa ouvre un nouveau front d’independantisme,
    l’armée de kiev est incapable d’intervenir …..
    Le timing est parfait..


    • Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 03h58
      Afficher/Masquer

      Intéressant au niveau énergétique et électrique : sans les 2 ports (Odessa et Marioupol), les Ukies vont avoir du mal à être approvisionnés en charbon. Que vaut un pays avec des problèmes électriques, surtout en hiver?

      J’ai comme l’impression que tout cela suit un plan stratégique très bien organisé depuis longtemps, et que l’OTAN et les Ukies sont comme des poules devant un couteau.


      • dupontg Le 25 septembre 2014 à 04h09
        Afficher/Masquer

        tout à fait….
        pendant qu’ils creusent des tranchées defensives autour de dontetz et marioupol,
        le cinema demenage à Odessa qui dispose aussi d’une frontiere avec la russie ou presque..la transnistrie et son super magasin d’armement..

        la touche finale serait le soulevement de Kharkiv au nord qui dispose des principales usines d’armement


        • achriline Le 25 septembre 2014 à 15h12
          Afficher/Masquer

          Un début de réponse au projet de déconnexion swift ???


  14. Serge Le 25 septembre 2014 à 04h40
    Afficher/Masquer

    Si ça se confirme pour Odessa ,c’est une sacrée bonne nouvelle en effet !


    • VladP Le 25 septembre 2014 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Si j’étais de Odessa, quelqu’aient pu être mes opinions avant le massacre de la Maison des Syndicats, je serais dévoré de haine et de dégoût envers les responsables et les exécutants de ce crime atroce.
      Tous ceux qui, à un moment ou à un autre, ont été filmés en participant à ces immondices finiront sur un tas d’ordures.
      Cette déclaration d’autonomie d’Odessa est bel et bien une déclaration d’indépendance avec tout ce qu’elle implique.
      L’ukieland se reduit à vue d’oeil, et les nazis de galicie commencent à se chercher une retraite au calme en pologne, ou comme leurs prédécesseurs, au vatican.


  15. Florian Le 25 septembre 2014 à 05h04
    Afficher/Masquer

    Juste une question, une toute bête.

    Quand l’UE demande à ce que tout les équipement militaires russes soient retirés du territoire ukrainien. On est d’accord qu’il faudrait donc que l’armée ukrainienne régulière se désarme intégralement aussi, non ?

    Sérieux, ce texte me ferait mourir de rire si je n’étais pas aussi atterré !


  16. dupontg Le 25 septembre 2014 à 05h27
    Afficher/Masquer

    un autre point strategique serait zaporizia…..
    et sa centrale nucleaire…la plus grosse d’ukraine…

    un deuxieme tchernobyl potentiel

    et là je pense qu’on entendrait plus bruxelles et ses pleurnicheries ..


  17. dupontg Le 25 septembre 2014 à 05h49
    Afficher/Masquer

    les fantomes de Mosgovoy….
    un poete…

    http://www.youtube.com/watch?v=iNAsp9ooQE8


  18. Rem Le 25 septembre 2014 à 06h08
    Afficher/Masquer

    N’oublions pas que Francois H. a dit “l’europe c’est la paix” …


    • Bruno Le 25 septembre 2014 à 07h26
      Afficher/Masquer

      Voilà donc le projet européen résumé en deux slogans : sauver l’euro et faire la guerre (1).

      Note (1) : faire la guerre = aboyer contre 20 fois plus puissant que nous parce qu’on a les USA derrière ou encore balancer trois bombes depuis 5000 mètres d’altitude contre des mecs dans une Jeep en arrosant copieusement les populations civiles alentour. Rien à voir donc avec être de vieilles définitions « as been » ou l’on était prêt à faire couler son sang.


    • VladP Le 25 septembre 2014 à 12h48
      Afficher/Masquer

      Il a annoncé aujourd’hui que la france ne participerait pas aux bombardements en Syrie… c’est un début.


  19. Vltava-Moskova18 Le 25 septembre 2014 à 06h10
    Afficher/Masquer

    Ca chauffe en république tchèque.Eux ils ont le courage de ne pas s’aplatir,dépuis le début.

    Ukraine : l’ancien ministre en charge des droits de l’homme critique le président Zeman et le gouvernement
    24-09-2014 19:24 | Guillaume Narguet-Radio Prague

    Une pétition lancée par l’ancien ministre en charge des droits de l’homme Michael Kocáb, appelle le président de la République et le gouvernement tchèques à revoir leur position relative à la situation en Ukraine. Rocker très apprécié du public tchèque, grande figure de la révolution qui avait entraîné la chute du régime communiste en Tchécoslovaquie et ancien ami de Václav Havel, Michael Kocáb souhaite que les autorités tchèques soient plus actifs sur ce dossier notamment en soutenant la souveraineté de l’Etat ukrainien et en s’imposant à l’intervention russe dans les affaires nationales ukrainiennes. Michael Kocáb reproche au président Zeman et au Premier ministre Bohuslav Sobotka de ne pas prendre clairement position sur ce dossier. Au chef de l’Etat, il reproche également d’avoir qualifié la situation en Ukraine de « guerre civile » et non pas « d’invasion russe ». « Miloš Zeman parle uniquement en son nom, et non pas au nom des Tchèques », a-t-il regretté. Pour l’heure, 1 500 personnes, parmi lesquelles plusieurs personnalités, ont signé la pétition intitulée « Nous nous distançons ».

    Effectivement c’est une guerre civile pas une invasion russe.Ce qui leur est devenu insupportable,c’est que des preuves contre la Russie ont été démontées.

    Pas au Nom des tchèques.Qu’est-ce qu’ils en savent.Je connais des tchèques et des slovaques qui ont déclaré.Qu’il faut faire avec la Russie et pas contre elle.Qu’ils en ont marre que les USA sèment le cahos partout.Effectivement la Russie devrait couper le gaz à l’Europe.Peut être que là ,elle entendrait raison.


    • Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 06h58
      Afficher/Masquer

      “la Russie devrait couper le gaz à l’Europe.Peut être que là ,elle entendrait raison”

      Pas une bonne idée à mon avis. Le système bancaire occidental ne tient qu’avec des bouts de ficelles et beaucoup de fraude, et ils attendent un bouc émissaire comme le Messie pour ramasser leurs jetons de la table de poker menteur, en laissant les populations éponger toutes les pertes financières, bancaires, comme à Chypre, la ruine des déposants.

      La tonte totale des moutons occidentaux… pour ces escrocs, rien de mieux que de pouvoir mettre TOUTE la faute sur Poutine.


      • VladP Le 25 septembre 2014 à 12h54
        Afficher/Masquer

        Oui, la Russie a avantage à attendre que l’europe se coupe elle-même de l’approvisionnement en gaz.
        Ce qui, au vu de la corruption reignante à bruxelles, ne saurait tarder.
        Ainsi, elle aura respecté ses engagements.


  20. Patrick Luder Le 25 septembre 2014 à 06h11
    Afficher/Masquer

    Les pantins du parlement Européen semblent d’accord pour précipiter le monde dans le chaos et la folie. C’est forcer la porte pour accélérer l’imposition d’une gouvernance mondiale => pauvre stratégie égoïste pour entrer dans l’ère de la réservation des ressources limitées !

    Cette guerre du mensonge pourrait bien donner l’opportunité aux BRICS d’immaginer une finance et une économie un peu plus équilibrée … Pour rappel, les BRICS, c’est 16% de l’économie mondiale pour 40% de la population mondiale.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Br%C3%A9sil,_Russie,_Inde,_Chine_et_Afrique_du_Sud


    • Olivier M Le 25 septembre 2014 à 16h15
      Afficher/Masquer

      Une économie un peu plus équilibrée, c’est quoi????

      Une guerre équilibrée Chine-Occident pour profiter des ressources des pays corrompus que sont les états africains?

      Une guerre équilibrée entre banques centrales imprimant du PQ?

      L’économie asiatique est tout aussi bullesque que celle des pays occidentaux. Il y a autant de pourriture financiarisée en asie qu’en occident.

      Il est inutile d’espérer que l’asie prenne le pouvoir pour nous débarrasser de la vermine occidentale; l’économie asiatique est encore plus dépendante de la planche à billet que l’économie occidentale. Elle l’est même deux fois: par ses exportations vers des pays dont la consommation dépend des planches à billet occidentales, et par l’investissement interne financé par la planche à billet chinoise.

      Il va falloir être plein de sang-froid, de pragmatisme et de tolérance pour nous sortir du gouffre vers lequel le consumérisme à crédit nous pousse.


  21. georges glise Le 25 septembre 2014 à 06h25
    Afficher/Masquer

    effectivement, c’est complètement dingue. il serait bon de nous dire quels sont les groupes qui ont voté et qui n’ont pas voté ce texte effarant.


  22. C Balogh Le 25 septembre 2014 à 06h53
    Afficher/Masquer

    “la Russie ne manque pas de faire savoir que, quoiqu’il en soit, sa banque centrale se prépare déjà depuis début août à une éventuelle déconnexion des services de SWIFT (à l’instar de ce qui s’est passé avec Visa et MasterCard) en commençant à élaborer un analogue russe de SWIFT.”

    http://medias-presse.info/un-demantelement-des-systemes-financier-et-commercial-internationaux-est-en-cours-dmitri-medvedev/15435

    et:
    “’L’analyste en chef d’UFS IC Ilya Balakirev explique que la décision de déconnecter la Russie du système SWIFT serait étrange, car l’Union européenne a souligné à plusieurs reprises qu’elle ne souhaitait pas restreindre les transactions privées. « Aujourd’hui, les opérations en devises sont quasiment impossibles sans l’utilisation de SWIFT. Ce protocole, de facto, est une norme », explique l’analyste.”
    http://fr.rbth.com/economie/2014/09/05/quel_risque_pour_la_russie_en_cas_de_deconnexion_du_systeme_swift_30653.html


  23. millesime Le 25 septembre 2014 à 06h59
    Afficher/Masquer

    je vais protester auprès de mon député..!
    zont intérêt à faire l’expérience de quinze jours au plus tôt car la température baisse à l’ Est, et si la Russie n’est plus payée….va faire froid dans les chaumières…!
    On voit là l’influence des anglo-saxons,des polonais et des pays baltes au parlement…!


  24. BA Le 25 septembre 2014 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Cette construction européenne a complètement foiré.

    Il faut sortir de l’Union Européenne et de la zone euro.

    Vite.

    Avant qu’il ne soit trop tard.

    Mercredi 24 septembre 2014 :

    L’économiste Bernard Maris est professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII. Il est membre du conseil général de la Banque de France.

    Alors qu’il était pour la monnaie unique depuis 25 ans, il a changé d’avis : maintenant, il est pour la sortie de l’euro.

    Bernard Maris écrit cet article fondamental :

    « L’autre politique économique, ou comment échapper aux Chinois.

    Sortir de l’euro permettrait de retarder la conquête de notre marché du travail par la Chine.

    Existe-t-il un autre modèle que le modèle Valls – Fillon – Juppé – Sarkozy ? Oui, il y en a un, et un seul. C’est le modèle macroéconomique fondé sur une sortie totale ou partielle de la zone euro. Autrement dit, et je pèse mes mots, si on ne sort pas partiellement ou totalement de la zone euro, la seule politique macroéconomique possible est celle de Valls-et-les-autres.

    – Si l’on garde l’euro, le seul moyen de ne pas crever face à la politique menée par l’Allemagne est de mener une politique de contre-offensive en vendant nos produits faits par nos petites mains, travaillant plus dur et plus longtemps pour des salaires plus faibles. A cette seule condition, on peut espérer tenir sur le radeau. Combien de temps ? Un demi-siècle environ. Après, toute la technologie sera passée aux Indiens et aux Chinois, qui deviendront nos employeurs.

    – Une sortie totale ou partielle de la zone euro permettrait à l’économie française de se redresser plus rapidement, avec un coût inférieur en termes de pouvoir d’achat et de souffrance sociale. On gagnerait 25 ans environ par rapport au plan Juppé-Valls. Une génération de gagnée. Une cohésion sociale plus forte, pour envisager l’avenir (les conditions de travail offertes par nos futurs employeurs, les Chinois et les Indiens ; les conditions de rivalité de nos anciens amis – les Espagnols, les Allemands, etc, à qui nous aurions damé le pion).

    Je ne vais pas exposer à nouveau les conditions d’une sortie intelligente et raisonnée de l’euro, négociée avec nos partenaires de la zone.

    On aura beau dire que, français ou étranger, un patron est d’abord un patron, et que son capital comme son âme, par définition, sont mondialistes ou apatrides ou internationaux, un gouvernement français dominé par des patrons étrangers serait totalement soumis, muselé, sans aucun pouvoir.

    Un gouvernement français dominé par des patrons français aurait plus d’autonomie parce qu’il pourrait négocier ses prébendes, fiefs, affermages contre quelques avantages sociaux relevant du modèle dit « français ». Or, pour pouvoir négocier ces fiefs, affermages (ainsi les concessions des autoroutes honteusement refilées par Villepin), il faut au moins être propriétaire du bien public fondamental qu’est l’argent.

    Donc il faut sortir partiellement ou totalement de l’euro. Pourquoi l’euro ? Pour l’Europe fédérale. Qui veut de l’Europe fédérale ? Hollande et Bayrou. C’est peu. L’Allemagne ne veut pas d’Europe fédérale, ni l’Espagne, ni l’Italie, ni personne. Peut-être la Belgique et le Luxembourg, mais certainement pas le Royaume-Uni, la Pologne ou l’Irlande. Ou l’Italie. Ciao l’euro, et vraiment pas de regret !

    (Charlie Hebdo, mercredi 24 septembre 2014, page 6)


    • esope Le 25 septembre 2014 à 08h42
      Afficher/Masquer

      Encore du rêve déconnecté des réalités. Pour consommer, il est nécessaire de produire, ici ou ailleurs. Faire produire dans d’autres pays et les payer avec une monnaie surévaluée n’est certes pas très élégant mais cela permet d’usurper un pouvoir de consommation très supérieur aux efforts de production en rapport.
      Dévaluer de fait la monnaie a un effet double, d’une part obliger à se serrer la ceinture, d’autre part contraindre à bosser plus pour compenser, autant que faire se peut. Voir tout ceci depuis les hautes sphères administratives est une illustration supplémentaire de la déconnexion des « beaux esprits » et des réalités du terrain. Faudrait de temps en temps prendre conscience de ce que la production de consommables (et non d’idées fumeuses) requiert pour ceux qui les produisent. Le meilleur moyen est d’avoir travaillé dans une PME du domaine marchand.
      Cela a une contrepartie, l’obligation pour les pays qui ont une balance commerciale négative (la France) d’attirer les capitaux. Les réserves de change des pays surproducteurs se dirigent naturellement vers l’achat de « pépites ». Perdre la propriété du PSG n’est pas bien grave, celle de perdre le contrôle d’entreprises prometteuses l’est plus. Tôt ou tard il faut changer de pied sous la pression des événements. Plus tard c’est, plus la note à payer est douloureuse. L’Argentine est un exemple intéressant à observer.
      Pour le faire en douceur, dans l’état actuel des pouvoirs politiques qui régentent l’UE, le seul moyen est d’introduire de la souplesse dans les taux de change intra-européens. Il existe des réflexions nombreuses sur le sujet.


      • Prométhée Enchaîné Le 25 septembre 2014 à 13h43
        Afficher/Masquer

        Votre vision des choses m’intéresse. Que lire pour l’approfondir ?


        • BA Le 25 septembre 2014 à 17h39
          Afficher/Masquer

          “Il existe des réflexions nombreuses sur le sujet”

          Des liens, des liens !


          • esope Le 25 septembre 2014 à 18h12
            Afficher/Masquer

            Par exemple le billet de Henri Regnault qui présente une synthèse intéressante du rôle de l’Euro :

            http://www.ieim.uqam.ca/spip.php?page=article-ceim&id_article=9161

            Dans mon blog, je commente maintenant dès leur parution ses derniers articles qui étayent bien mes prises de position hétérodoxes mélangeant macroéconomie, politique et psychosociologie.


            • BA Le 25 septembre 2014 à 18h50
              Afficher/Masquer

              Henri Regnault écrit dans son chapitre 3 :

              “3. L’Euro monnaie commune, ou la voie du possible et du souhaitable”

              Pronostic :

              l’euro monnaie commune n’arrivera jamais. L’euro va mourir, et chacune des 18 nations va revenir à sa monnaie nationale.

              Pronostic : nous allons voir revenir :

              1- la Couronne estonienne
              2- la Couronne slovaque
              3- la Drachme
              4- l’Escudo
              5- le Florin
              6- le Franc belge
              7- le Franc français
              8- le Franc luxembourgeois
              9- le Lats
              10- la Lire italienne
              11- la Lire de Malte
              12- la Livre chypriote
              13- la Livre irlandaise
              14- le Deutsche Mark
              15- le Mark finlandais
              16- la Peseta
              17- le Schilling
              18- le Tolar

              Mais je ne sais pas quand.


      • Wilmotte Karim Le 25 septembre 2014 à 21h02
        Afficher/Masquer

        Effectivement, les “classes moyennes” et supérieurs peuvent avoir intérêt à faire venir des productions achetés avec une monnaie surévaluée.

        Et donc, on n’a plus besoin du travail (“trop cher”) des classes inférieurs du pays considérés.

        1- Ne venez pas pleurer parce que ces gens votent Le Pen si vous ne leur laissez aucun espace, aucune perspective réelle et crédible.
        2- Quand on aura plus besoin du travail des “classes moyennes”…


  25. Leveau Le 25 septembre 2014 à 07h05
    Afficher/Masquer

    Où voyez vous de bonnes nouvelles sur l’évolution du conflit?
    Le cartel otanzunien n’attend que la fermeture des vannes pour se refaire une santé …irradiante.


  26. C Balogh Le 25 septembre 2014 à 07h22
    Afficher/Masquer

    On peut lire ici les votations du parlement Européen
    pas trouvé celle de la déconnéxion de la Russie de SWift, cependant, c’est édifiant:

    http://www.notre-europe.eu/media/3votefranceinfographiesne-ijdmai2014.pdf?pdf=ok#page=41

    http://www.notre-europe.eu/media/voteparlementaireseuropeens_idf2_ne_ijd_mai2014.pdf?pdf=ok

    Regardez comment vote le PPE, on voit nettement que ce parti est anti-social, les membres doivent profiter de bcp d'”avantages”………


  27. Macarel Le 25 septembre 2014 à 07h23
    Afficher/Masquer

    Vu les taux d’abstention lors des élections européennes, l’on peut dire que ces députés n’ont aucune légitimité à nous représenter.
    Cette Europe se passe des peuples, les peuples peuvent très bien se passer de cette Europe.


    • Balthazar Le 25 septembre 2014 à 09h06
      Afficher/Masquer

      Le point 17 de ce torchon de Parlement Européen est particulièrement croustillant au vu des dernières élections.
      M’enfin, on sait comment il finit l’empire galactique dans Star Wars, faut juste que Maître Yoda forme les nouveaux jedis.


  28. Un naïf Le 25 septembre 2014 à 07h38
    Afficher/Masquer

    Heureusement que notre parlement national a encore quelques marges de manœuvres !
    Et que nos députés s’occupent de l’intérêt général ! (humour, ironie…)

    “Fait rare dans la pratique législative, le Parlement a adopté au mois de juillet dernier une loi rétroactive qui défait la jurisprudence favorable aux collectivités dans le dossier brûlant des « emprunts toxiques ». Le gouvernement a ainsi choisi de passer en force pour privilégier les intérêts des grands groupes bancaires. Ces contrats opaques associent un emprunt à des produits dérivés, principalement d’obscurs portefeuilles d’options. Souvent, le taux est faible les premières années, avant de s’envoler au-delà de 15 %, sans que cela ne soit explicité dans les contrats. D’après la Cour des comptes, ces emprunts représentent un encours total de 12 milliards d’euros : c’est plus que l’ensemble des investissements des régions en 2013. Pour sortir de ces emprunts, les collectivités doivent s’acquitter d’une indemnité prohibitive, qui est reversée in fine à de grands investisseurs comme Goldman Sachs ou Deutsche Bank. (…)

    http://www.politis.fr/Emprunts-toxiques-le-gouvernement,28218.html


  29. esope Le 25 septembre 2014 à 08h02
    Afficher/Masquer

    Les raisonnements des politiciens professionnels sont de plus en plus déconnectés des réalités terrestres. Leur bulle s’échappe vers des nuages qui leur occulte la vue.
    Swift est un outil qui fonctionne bien et qui n’a pas de connexion partisane. Il n’est pas parfait, rien n’est parfait, et il pourrait avoir des concurrents. Le transformer en arme économique, ce serait d’une part complètement inutile, d’autre part ouvrir encore plus la porte à des chantages économiques réciproques dont tout le monde aurait à payer les conséquences.
    Pour les pays occidentaux, ce serait se tirer une balle dans le pied.


  30. C Balogh Le 25 septembre 2014 à 08h08
    Afficher/Masquer

    le raisonnement des politiciens professionnels tient en une phrase citée par le nain au printemps 2007:”Une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir !»

    On voit là le niveau de bêtise crasse de cette élite qui n’en a que le nom.

    http://www.marianne.net/Quand-Sarkozy-revait-de-subprime-a-la-francaise_a91326.html


    • Kiwixar Le 25 septembre 2014 à 08h56
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas de la bêtise ou de l’incompétence, l’endettement du pays est un choix délibéré, au profit des “0.1%” et du politicien (commission et entente de classe, ou “dossier” de chantage sur le politicien) :

      Etudions ce choix “à la grosse” :

      1) l’Etat TAXE les super-nantis de l’argent qu’ils ont et récupère 50 milliards : dette de la France +0%, intérêts supplémentaires à payer par la France : +0 / an. Capital des super-nantis : -50 milliards. Revenus des super-nantis : -5 milliards / an (ils jouent au casino à 10% vu que pile ils gagnent, face les gueux perdent)

      2) l’Etat EMPRUNTE à ces super-nantis de l’argent qu’ils n’ont pas et récupère 50 milliards : dette de la France +50 milliards, intérêts supplémentaires à payer à 2%pa = +1 milliard par an. Capital des super-nantis : pas de changement (ils prêtent de l’argent qui n’existe pas). Revenus des super-nantis : +1 milliard par an… chaque année.


      • Veuve Rouge Le 25 septembre 2014 à 12h46
        Afficher/Masquer

        Oui, je crois qu’aujourd’hui il n’y a plus que les bulots qui n’ont pas encore compris que la dette publique est le meilleur moyen de faire passer l’argent de la poche des pauvres à la poche des riches.


  31. perceval78 Le 25 septembre 2014 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Cette histoire Américano Russo Europeenne ressemble de plus en plus au petit conte suivant :

    1 jour une femme d’un age certain (Europa) se fait agresser dans le metro, 2 hommes viennent à son secours , 1 bien habillé (John America) et un autre qui est un pauvre ouvrier fatigué (Vladimir Russia) . Les assaillants sont nombreux et Vladimir est salement amoché, il laisse un bras dans la bataille, plusieurs dents cassés et quelques fractures. John s’en est mieux sorti car méchamment armé, il propose à Europa de la raccompagner à la maison, en tout bien tout honneur. Europa est apeurée, elle accepte la proposition.

    Europa n’est plus toute jeune mais elle reste séduisante et surtout elle a des titres de noblesse, s’en suit 2 ans de court assidu de John, il propose à Europa de la protéger quand elle sort, il lui offre des fleurs, lui promet la liberté, le bonheur, des petits oiseaux qui chantent dans les prairies couvertes de paquerettes. Europa croise de temps en temps Vladimir, elle lui fait un petit sourire distant mais courtois.

    Le problème c’est qu’ Europa n’aime pas John, il la protège mais elle ne l’aime pas, elle sent confusément que sous ses airs de galant homme se cache un goujat mal embouché.Elle se refuse donc, poliment , en ayant peur de le vexer. John fait semblant de ne pas comprendre, lui fait des cadeaux qui la rendent de plus en plus dépendantes.

    Le problème aussi c’est que John n’aime pas Vladimir, qui malgré sa pauvreté et son caractère très rugueux cache beaucoup d’humanité.Il demande à Europa de ne plus faire de sourire à Vladimir, Europa proteste mais John la menace, un soir il lui met même une claque (10 milliards BNP), Europa commence à avoir peur, un jour elle croise Vladimir et baisse la tête pour ne pas croiser son regard. Vladimir ne comprend pas, ça lui fait de la peine.

    John devient de plus en plus violent et jaloux, il l’épie, la scrute, la surveille (…), bref il est jaloux, un jour il décide de l’enfermer à clef , Europa est prise au piège, que va t’elle faire …


    • VladP Le 25 septembre 2014 à 13h40
      Afficher/Masquer

      Selon ce joli conte, europa, c’est une gonzesse qui minaude.
      Tant les russes que les américains respectent leurs partenaires FEMMES et méprisent les “gonzesses” qui minaudent; quelque soit leur sexe.
      La théorie des genres, en politique, ça n’existe pas.
      Sont respectés ceux qui se font respecter, et partant, ceux qui se respectent eux-mêmes.
      Les autres ne sont pas des partenaires, mais, au mieux, des jouets.


      • Krystyna Hawrot Le 25 septembre 2014 à 17h39
        Afficher/Masquer

        “Europa” c’est à dire NOUS n’a qu’à se prendre en main et cesser de chercher la protection de John, Vladimir ou Pierre Paul Jacques. Vive une Europe VRAIMENT indépendante qui pourra alors collaborer avec ses voisins – sans être obligée de coucher avec eux!


        • Léa Le 25 septembre 2014 à 17h58
          Afficher/Masquer

          Vive une Europe de rien du tout ! oui.

          L ‘Europe c’est un continent , point barre. Libre à chacun de “coucher” avec qui il a envie 😉


          • perceval78 Le 25 septembre 2014 à 21h17
            Afficher/Masquer

            Si l’on en croit la mythologie grecque, Europa après avoir été enlevée par Ze(US) fut ensuite abandonnée et recueilli par ASTERIOS le roi de Crête, les gaulois avaient l’habitude des terminaisons en OS, il est donc évident qu’ASTERIOS c’est ASTERIX .
            =
            http://mythologica.fr/grec/europe.htm
            =


  32. burgf Le 25 septembre 2014 à 08h35
    Afficher/Masquer

    L’UE est peut-ètre devenue – effectivement – folle, mais leurs “Maitres” également :
    http://www.zerohedge.com/news/2014-09-24/case-you-are-still-confused-what-going-middle-east
    le plus interessant vient d’un commentaire + cartes sur les raisons des SEPT pays attaqués (Afghanistan,Irak, Syrie, etc..)par les US, non compris l’Ukraine; Pétrole et gaz!

    “If you are still confused, then look at some maps of potential pipelines.

    http://www.zerohedge.com/news/2013-09-04/guest-post-us-going-war-syria-o

    http://www.zerohedge.com/news/2014-09-21/petroyuan-cometh-china-docks-na

    http://www.zerohedge.com/news/2013-12-12/us-backed-syrian-rebel-commande

    http://www.zerohedge.com/news/2014-06-24/putin-scores-another-historic-v…”


  33. Patrick Luder Le 25 septembre 2014 à 08h57
    Afficher/Masquer

    Une réponse juste de la Russie (et de ses alliés) serait de ne livrer ses matières premières et son énergie uniquement contre un moyen de paiement autre que celui de la folle finance des pays “développés” … De même tout achat en zone Euro ne se ferait plus que par la même voie.

    Place à un peu de rêverie (il est temps pou cela).
    L’actuel système monétaire et financier mondia, avec ses taux de change truqués et ses fonds monétaires astronomiques, n’a que trop duré. Place à un système monétaire plus équitable, donnant la même chance à tous les peuples, un système libre et gratuit, ne donnant aucune chance aux requins de la finance, un système non basé sur la dette, mais sur des valeurs de sauvegarde de notre patrimoine terrestre. Si 1/100e des ingénieurs consacrés à la recherche de profits s’y mettaient avec une base wiki (http://fr.wikipedia.org/wiki/Wiki), je suis sûr que l’on arriverait très rapidement à un résultat super satisfaisant !


  34. Vallois Le 25 septembre 2014 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Quelques idées :

    – Ces individus ne représentent qu’eux-mêmes, ils portent le titre de représentant du point de vue institutionnel et légal mais s’octroie la qualité.
    ->On oublie de parler de non-représentativité objective avec les taux d’abstention et l’absence de quorum
    -> la représentation telle qu’elle est organisée (par exemple sans mandat impératif) n’est pas la démocratie par définition.
    -> On se rends compte clairement que les scrutins électoraux ne permettent pas au peuple de s’émanciper de la tutelle des oligarques. Cela commence à se voir, et les oligarques et leurs représentants proposés aux élections sont sans doute tentés par le modèle des “démocraties populaires” à parti unique ou presque.

    – Ils élaborent un discours teinté de catéchisme méant le religieux et les droits de l’homme pour masquer les pulsions. Des invocations à la démocratie qui sont des postures plutôt que le reflet de la réalité. C’est assez inquiétant, ce sont des croyants fanatiques et normatifs.

    – On croirait presque qu’ils pensent que tout ce qui se rapproche de près ou de loin aux russes est bolchévique, et que les bolchéviques ne sont pas tout à fait mort. Les démocrates chrétiens qui noyautent le parlement (ils s’entendent sur le fond quelquesoit le parti d’appartenance) ont gardés leurs positions depuis maintenant 1 siècle contre les rouges.

    – Ci dessous la prose sophisitique de Mme Goulard pour illustrer mes propos (à chaque fois je pense à l’évèque Cauchon il faut creuser !) :

    “Première session du nouveau Parlement

    L’alliance des conservateurs, socialistes et libéraux pour une majorité au Parlement européen

    L’alliance des socialistes, conservateurs et libéraux permet de constituer une coalition majoritaire. Pour ma part, j’assume tout à fait ce choix : l’Europe aimpérativement besoin de se réformer. Les électeurs ont dit leurs attentes et leurs critiques qu’il faut savoir entendre. En constituant une majorité solide pour le Parlement européen, nous pourrons faire un travail constructif. Cette pratique déroute les Français et les extrêmes, jouant sur les réflexes culturels, en profitent pour la discréditer. Il est pourtant bon de réfléchir avant de juger.

    Le système français est-il plus efficace ? La France pratique une démocratie de la confrontation où l’opposition croit utile d’attaquer le gouvernement de manière assez systématique tandis que le gouvernement critique la mauvaise volonté de l’opposition. Lors des alternances, on ne fait qu’inverser les rôles. Au Parlement européen se pratique au contraire une démocratie de coopération : il y a la phase électorale où chacun défend ses idées et essaie d’être le plus fort possible, puis la phase d’action où l’on cherche des passerelles entre les positions de chacun. L’avantage est que les compromis sont portés par tous ceux qui y participent ; chacun est obligé de se confronter avec les contraintes du réel, le bien commun est placé avant les postures.”

    http://www.sylvie-goulard.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=997&catid=41&Itemid=148


  35. MASTER T Le 25 septembre 2014 à 09h00
    Afficher/Masquer

    ” Une alternative au SWIFT est une perspective alléchante pour la Chine, car elle permettra de réduire la dépendance de la volonté politique des pays occidentaux dans le domaine commercial. Et en perspective, l’idée serait d’abandonner progressivement l’utilisation du dollar et renforcer le rôle du yuan chinois dans les transactions internationales.”

    Le grand délire de l’UE, soutenue et impulsé par les USA, apparait comme le symptome manifeste d’une maladie mentale en phase aigue. Aux mensonges des uns repondent les russes par une consolidation plus forte et adaptative de l’alliance des BRICS, en vu de quoi se profile, à travers une cesure plus profonde, une partition géographique du monde.
    Le réseau SWIFT qui est un moyen de domination US, un outil de l’hégémon impérialiste US ou, à sa suite, le bloc euro-atlantiste ne joue que le segond role d’une histoire, qui la dépasse, dont l’issue finira vraisemblabement dans la guerre! Guerre de basse intensité, penseront certains, à moins que dans le délire grégaire de l’américanisme ou exerce l’égrégore, dans les coulisses de l’inconscient collectif, une action mortifère instinctuelle ne se développe et retentit dans le monde dans le vacarme des bombes!.

    Il y a une dimension historique dans cet emballement général, dans le sordide de notre affaire, quelque chose de manifestement surdimensionné qui induit en contre partie des exces constatables une pensée tragique: l’HYBRIS. Le délire des mots, et à travers eux des mensonges, paradoxes et autres symptomes d’une dialectique de la démesure, laisse entrevoir le corrolaire sensible du délirium tremens occasionné par l’hybris.
    Une société occidentale dans laquelle aura été posé un tel diagnostic situationnel, ou converge ici et là tant de symptomes comme le consumérisme, socle civilisationnel qui se développe depuis plus de 2 siecles et se répand dans le monde par force mimétisme, on remarquera par la meme que de civilisation judéo-chrétienne (catholique et protestante) celle-ci fut évidée de toute sa “substantifique moelle” pour ne plus que présenter un fruit flétri.
    Il y a donc dans notre Histoire une dimension sacrée, un épilogue des désirs et fantasmes en un feu d’artifice absolu d’incongruités, de démesures légitimées par leurs acteurs dans le droit fil de leur pathologie…. Hélas, rien ne semble les arreter puisqu’ils ne se connaissent point: un con est un con dans la mesure ou il s’ignore comme tel!

    L’effondrement de notre société, du modele sur lequel il a fait le pari de son développement, est à durée déterminée…. Dans un monde fini, une betise infinie ne peuvent coexister longtemps ensemble!. A moins que de simple betise il y fallut voir là les effets d’une stratégie de long terme ou le chaos est organisé en vu de quelque chose de nouveau qui lui est superieur… une gestation dans la douleur de l’enfantement expliquant ce bellicisme ambiant cet emballement des evenements.

    Prolégomènes d’une 3eme guerre mondiale?

    Tout semble tendre vers une telle issus. La partition du monde qui opère s’accompagne d’actions/réactions dont on ne sait si elles n’échapperont pas à leur géniteur, ne serait-ce que par les filliations nouvelles qu’elle implique dans une ambiance de plus en plus délétere.
    La guerre pourrait etre la suite logique des efforts entrepris par l’occident, pris dans la toile de ses propres contradictions internes et confronté à la dureté des réalites (par opposition au virtualisme, succedané des désirs impulsifs de toute puissance que manifeste l’hybris). Ce désir de puissance du coté US repond le zele de soumission de l’Europe quant à la réalisation des projets de son maitre… L’Europe suit, voir précede, son maitre dans l’action, car elle meme en addiction de par sa prédisposition au désir de puissance mais qui par l’objet de sa frustration de n’etre que le segond role de l’Histoire, se trouve etre investis d’une energie encore plus débordante à commetre l’irréparable. Si objectivement, son interet serait d’etre un partenaire efficace de la Russie, là voilà jouant un role ou elle aurait tout à perdre… en particulier sa Liberte.

    Ce qui semble aussi se préfigurer, passer l’acte irréparable d’une guerre mondiale, serait une prise en main (de fer) d’une oligarchie internationaliste et apatride sur un conglomerat de peuples divisés avec pour “axis mundis” un gouvernement mondial, hybride, car divisé en 2 blocs monolithiques avec une 3eme zone ou l’on se disputerait les restes.
    Le fascisme est hautement soluble dans le socialisme, le dirigisme institutionnel puisqu’il permet d’acter les désirs de prédation d’une élite toujours encline à se considérer comme supérieure à la masse qu’elle considere comme une pietaille corvéable à merci et sacrifiable à l’envie.


  36. zebulon Le 25 septembre 2014 à 09h10
    Afficher/Masquer

    La première question :
    C’est qui peut être à l’origine d’un texte comme celui-ci , il est vrai qu’on prend l’habitude de tomber de haut depuis quelque temps mais quand même.
    Donc pour comprendre il faut repartir dans les méandres du parlement européen
    retrouver les propositions et qui propose
    http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=MOTION&reference=P8-RC-2014-0118&language=FR
    donc on retrouve en haut à gauche les cinq propositions des cinq groupes parlementaires ayant l’intention de faire une proposition commune
    et enfin la liste nominative des 85 parlementaires qui ont déposé ce texte commun
    pour ceux qui ont l’habitude de mener des projets internationaux, vous pourrez mesurer l’exploit qui consiste à produire un consensus aussi incroyable en mettant autant de gens autour de la table.
    La deuxième question :
    Ce qui serait intéressant c’est d’avoir l’avis de Marielle de Sarnez, ( désolé mais c’est la seule que je connais dans la liste), pour commenter les différents points du texte et situer précisément la position du modem sur ce sujet.

    Quand vous imaginez le travail de titan que nécessite ce genre de résolution, à la fin vous ne pouvez que votez oui. sinon vous risquez de manger tout seul à la cantine.

    Troisième question :
    A quoi sert cette résolution ?
    cette résolution charge le président de l’assemblée de transmettre la dite résolution au conseil et à la commission etc, le reste concerne des institutions extra européennes

    Quatrième point : qu’est qui est le plus important ?
    la résolution 20 : j’ai mis un x à la place du pays parce ce que je pense que c’est une résolution collector qui pourra resservir

    20 : “est convaincu que la seule réponse viable de l’Union aux menaces de …..x…. est de faire front ensemble et de parler d’une seule voix; est d’avis que l’Union doit reconsidérer ses relations avec …..x….., abandonner le concept de partenariat stratégique et adopter une nouvelle approche unifiée”

    Bien , la semaine prochaine nous étudierons la résolution sur la baisse du chômage dans l’ue.

    N’oubliez pas chaque jour : une seule réponse, une seule voix, et une nouvelle approche unifiée.

    Et pour l’alternative ? circulez …


  37. Olposoch Le 25 septembre 2014 à 09h16
    Afficher/Masquer

    On ne voit toujours pas l’intérêt de l’UE dans cette position…
    Ces gens sont plusieurs dans leurs têtes, pour estimer justifiées leurs sanctions, chouiner devant les sanctions en retour, pour demander plus de sanctions…

    Au passage un chef-d’Oeuvre:
    “souligne la nécessité d’un dialogue pacifique et d’une décentralisation garantissant que l’autorité sur l’ensemble du territoire reste entre les mains des autorités centrales”
    De la conception de la décentralisation non pas comme un moyen de donner un pouvoir local, mais d’assurer l’emprise du pouvoir central sur le local…
    Pour nous en Europe c’est le quotidien depuis la création, mais de le voir écrit sur un document officiel ça fait quelque chose…

    Si l’intérêt propre de l’Europe semble absente de ce texte absurde et dangereux, on peut quand même y retrouver “la patte” de la politique US:

    – le fait de considérer que l’Ukraine, son gvt, son économie, ses ressources font partie de “our countries” (dixit la PP du gvt US), et donc on aimerait bien faire ce que l’on veut chez nous. ( les habitants de l’Ukraine n’entrent pas dans l’équation)

    – la menace d’exclusion du réseau SWIFT n’a évidemment aucun rapport avec l’intérêt de l’Ukraine, mais constitue un signal pour les oligarques russes qui ont des intérêts à l’ouest et n’ont pas plus que cela envie de se tourner vers l’est, donc le message est débarrassez-nous de Poutine, d’une manière ou d’une autre, si vous ne voulez pas garer votre yacht en Chine…
    (http://russiepolitics.blogspot.fr/2014/09/le-davos-pour-lukraine-ou-oligarques-de.html)

    Dernier truc, si l’altenative au dollar comme monnaie de réserve est le yuan, je ne vois pas le progrès…
    Si les BRICS avaient la volonté de créer une monnaie d’échange, leur bancor, avec la chambre de compensation qui va avec, on serait dans quelque chose de plus porteur d’avenir, non?


  38. Coligny Le 25 septembre 2014 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Il faut donner la liste de ceux, qui parmi les députés français, ont voté cette absurde résolution. Il ne faut pas trop attaché d’importance à ce genre de texte où un certain nombre de petits scribouillards attachés aux groupes politiques (les conseillers des groupes) s’en donnent à cœur joie (je suis un ancien scribouilland au Parlement européen).


  39. SD Nocontent Le 25 septembre 2014 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Le sentiment que je ressens à la lecture de ce document est l’ahurissement, il est clair que maintenant la Russie appartient à l’axe du mal, à quand le classement dans le top 5 au coté
    de la Corée du Nord ?
    Une telle charge ne peut être compréhensible, et c’est la bonne nouvelle ,que par l’échec des sanctions déjà prises, de la déroute militaire de Kiev, et plus que tout des sanctions
    agricoles de la Russie voir art14 bref celui de l’impuissance, mais le plus savoureux et l’art 17 quant-on sait que les négociations sur le TAFTA se font en catimini sans aucun droit de regard de la part des associations, que l’on vient d’adopter un loi internet contre le terrorisme qui fait de nous tous potentiellement des suspects plus celle qui limite la liberté d’expression des artistes et assimilés (mais si, l’affaire Dieudonné comme alibi ) font que je suis de plus en plus convaincu d’avoir affaire à des grands guignols liberticides.


  40. yoananda Le 25 septembre 2014 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Déconnecter SWIFT est un acte de guerre, pure et simple.
    Par contre pour south stream, l’intérêt n’est pas la récup en Ukraine mais les livraison de gaz de schistes des US. C’est donc une mesure pour que les US puissent faire monter les prix chez eux.


    • VladP Le 25 septembre 2014 à 13h51
      Afficher/Masquer

      …Gaz de schiste “us” qui aurait été directement livré du Donbass si la Nouvelle-Russie n’y avait pas mis le holà; mais qui arrivera par la Turquie depuis la frontière de la Syrie et le Kurdistan irakien.
      Ce sera en réalité du gaz naturel renommé “de schiste” pour les besoins de son augmentation de prix et pour payer les “frais d’acquisition”.


  41. Arnould Le 25 septembre 2014 à 10h03
    Afficher/Masquer

    Il me semble que SWIFT est une société commerciale qui a des actionnaires, qui cherche donc à gagner de l’argent, même en cas de guerre (il y a eu d’autres exemples dans l’Histoire…). Or jusqu’il y a environ 2 ans, les deux centres de traitement informatiques de SWIFT étaient en Belgique et aux USA pour assurer la redondance du système. Suite aux lois Bush du début de la décennie précédente, il a été accordé aux USA le droit de regard sur toutes les transactions passant par SWIFT dans le cadre de la “guerre contre le terrorisme”. Ceci a dû terriblement en gêner certains, car après de longues tergiversations un troisième centre de calcul très coûteux a été décidé puis réalisé en Suisse alémanique, pays neutre. Je le sais, c’est à 5 km de chez ma grand-mère, dans un cadre idyllique et j’avais envoyé un CV. Pour la petite histoire le centre de calcul en question est enterré dans un bunker à une certaine profondeur, presque sur les rives du Rhin. Une des principales préoccupation des gens de SWIFT était le risque qu’une crue du Rhin n’inonde le truc, ce qui est impossible, car il est situé sur une hauteur. Par beau temps j’aurais même été travailler en canoë kayak (snif, regrets…). SWIFT a donc tous les moyens nécessaires pour ne pas suivre les ordres, sauf peut-être la redondance pour des transactions à protéger des regards indiscrets, je ne sais pas. Après c’est une question politique.

    (Tout ça me fait penser que je devrais compléter la fiche Wikipedia sur SWIFT!)


    • zebulon Le 25 septembre 2014 à 15h48
      Afficher/Masquer

      swift est une compagnie privée, elle pourra donc se retourner contre les états qui l’empêchent de gagner de l’argent et obtiendra des compensations financières
      à contrario elle doit respecter ses obligations envers les services de sécurité
      et communiquer toutes les informations nécessaires.

      ne perdez jamais de vue que dans le libre échange, les sanctions unilatérales remplacent avantageusement les mesures protectionnistes


  42. FOOBAR Le 25 septembre 2014 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Stupide réaction

    Les russes vont créer leur swift interne et passeront par un pays ami (Chine par ex) pour servir d’intermédiaire sur les SWIFT internationaux…


  43. rectif Le 25 septembre 2014 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Ils sont devenus fous, ou plutôt ils paniquent, parce qu’il y a maintenant des preuves non seulement de l’implication des Ukrainiens dans la catastrophe du MH-17, mais aussi de celle des Américains, et d’une façon beaucoup plus terrible que ce que la moyenne des “conspirationnistes” imaginent. Pour les germanophones seulement, désolé (mais les traductions automatiques peuvent vous aider) :

    http://quer-denken.tv/index.php/681-flug-mh17-es-stinkt-meilenweit-nach-false-flag

    http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/enthuellungen/gerhard-wisnewski/mh-17-neue-beweise-fuer-alte-leichen.html

    et la vidéo de la secouriste qui contient ces preuves accablantes (attention, âmes sensibles s’abstenir) :

    https://www.youtube.com/watch?v=M8YycmILC2M&feature=youtu.be

    On peut même en trouver une version non censurée sur internet mais je préfère ne pas mettre le lien, à part un médecin légiste je ne vois pas qui pourrait la regarder sans tourner de l’oeil…


  44. Eg.O.bsolète Le 25 septembre 2014 à 10h25
    Afficher/Masquer

    Tout indique que la 3ème guerre mondiale et que c’est l’Occident qui déclare la guerre au reste du monde. Il me semble que ce n’est pas la première fois que l’Occident confronté à la faillite croit trouver dans l’expansion et la domination une solution à ses problèmes.


  45. Pavlo Le 25 septembre 2014 à 10h26
    Afficher/Masquer

    C’est d’autant plus stupide que la reponse russe est toute simple et absolument devastatrice pour l’Europe: puisque vous ne pouvez plus payer electroniquement, payez en cash, à l’avance, et en or. Sinon, pas de gaz, pas de pétrole.

    La crise des fruits et légumes n’est absolement rien du tout comparé à ce qui arrivera si on force la Russie à une contrattaque financière et energetique.

    Olivier, tu avais absolument raison de tirer l’alarme concernant le coup d’Etat en Ukraine: visiblement c’était un coup d’essai pour faire la même chose chez nous. On a déjà un parlement européen aussi délirant et suicidaire que la Rada ukrainienne; on pousse déjà petit à petit à la banalisation du fachisme.

    Je crains très fortement que le “plan” soie de créer le chaos dans l’UE de façon à qu’il y aie des revoltes qui seront encadrées par des nazis, instaurant des dictatures nazies dans l’Union Européenne. ça converge mechamment.


  46. bul Le 25 septembre 2014 à 10h37
    Afficher/Masquer

    ils ne sont pas fous, ils sont soumis, ils baisent les pieds de l empire meurtrier us


    • Gedeon Le 25 septembre 2014 à 11h24
      Afficher/Masquer

      Mais oui,mais non…On est au delà de la notion d’empire US…le peuple américain est à terme tout autant victime que les autres…on ne peut pas parler,à propos de ce système,de nationalité,fût elle américaine…çà va bien au delà…c’est une nouvelle “race des seigneurs ” qui est à l’œuvre…elle n’ pas de nationalité. Elle n’ a que des intérêts,et un objectif final. Il se trouve.Que le centre apparent se trouve aux USA est circonstanciel…observez bien le développement des armées privées…exponentiel…


  47. Gedeon Le 25 septembre 2014 à 11h14
    Afficher/Masquer

    Les parlementaires européens qui ont voté…çà,ne sont ni bêtes,ni incompétents.Ils obéissent strictement à leurs donneurs d’ordres,qui ne cachent d’ailleurs rien de leurs objectifs et des moyens pour y parvenir. On ne peut même pas, parler de “complot” à ce sujet. Tout est clairement affiché et depuis longtemps.Le programme des donneurs d’ordre est public,et même revendiqué dans l’essentiel des “grandes écoles ” européennes et américaines…il s’agit ni plus ,ni moins que d’établir une dictature financière oligarchique mondiale. De privatiser le monde,en totalité. Et pour atteindre ce but,tous les moyens sont bons.On aurait tort de parler de morale et de justice en l’occurrence. Nous avons affaire à un système de pensée A-moral …il suffit de voir ce qui se passe Californie pour s’en convaincre…c’est devenu un pays no limit,où les théories eugénistes et de sélection sont devenus “normales”…où il est possible de dire ouvertement aujourd’hui que les êtres humains naissent esclaves et inégaux en droits…juste comme çà,sans provoquer plus de réactions que çà. Quand on comprendra que le projet de ces gens est non-humain,on aura tout compris…


    • PIPO Le 25 septembre 2014 à 12h11
      Afficher/Masquer

      « Lorsque tout va bien, les fous sont dans les asiles, en temps de crise ils nous gouvernent. » [Carl Gustav JUNG].

      http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/pathologie-du-pouvoir-psychologie-157164

      extrait:

      En de telles circonstances, de nombreux chercheurs parleront de complicité d’un peuple crédule dans la genèse de l’émergence du leader narcissique. Toutefois, rares sont ceux qui ont également interrogé cette crédulité qu’ils reconnaissent – ou non – au peuple, même lorsque ceux-ci, comme Manfred Ket de VRIES qui parle également de complicité, ont pourtant bien cerné la dualité bourreau/victime comme en témoigne cet extrait : « La plupart des gens rentrent dans le droit chemin et deviennent complices, passivement ou activement, des représailles du leader contre ceux qui ne sont par disposés à rentrer dans le moule. Ce comportement vise à s’autoprotéger de deux façons. D’abord, cela limite le risque de devenir soi-même victime du leader. Ensuite […] s’identifier à l’agresseur est une façon de résoudre son sentiment d’abandon et d’impuissance en face du totalitarisme. Se sentir proche du leader – s’intégrer au système – crée l’illusion de devenir puissant soi-même. Ce processus d’identification à l’agresseur, l’incitation à participer à une forme de pensée commune, cela s’accompagne de certaines exigences. La moins subtile de ces exigences, c’est de participer à la violence perpétrée contre les ennemis désignés de l’agresseur. Partager de cette manière une même culpabilité devient le signe de son engagement. C’est ainsi que le leader fabriquera constamment des traîtres. La majorité des partisans, partagés entre l’amour et la crainte du leader, se soumettront aux demandes qui leur seront faites. Ils ont à leur disposition beaucoup de boucs émissaires commodes sur lesquels venger le groupe, si les choses ne vont pas comme le souhaite le leader – des entités bien réelles sur lesquelles projeter tout ce dont on a peur, tout ce qui est perçu comme le mal et qui menace le système. Une telle démarche peut aboutir à des résultats désastreux. Elle peut conduire à la destruction complète de l’organisation par elle-même ou, dans le cas d’un leader politique, à la perte de la nation tout entière. »


      • Gedeon Le 27 septembre 2014 à 10h31
        Afficher/Masquer

        on peut résumer tout çà par : Pour que le mal gagne ,il suffit que les gens de bien ne fassent rien…ce n’est pas de moi évidemment. Il est d’ailleurs grand temps de reposer les problèmes en termes de bien et de mal…ces trente dernières années,les analyses sont devenus tellement alambiquées,qu’on a souvent perdu de vue l’essentiel…pour parler simple,qu’il y a des choses bien,et des choses mal…des choses qui se font et des choses qui ne se font pas…l’explosion ultralibérale a effacé toutes les frontières de la loi morale,autre mot honni.
        “Les libertés” ont peu à peu rogné le champ de “La Liberté”…


  48. Demoralisateur Le 25 septembre 2014 à 11h28
    Afficher/Masquer

    Soyez bien attentif, vous assistez en ce moment même au début de la 3ème guerre mondiale…..
    C’est l’histoire qui s’écrit sous nos yeux. Regardez bien, il est probable que ce soit les dernières lignes de l’histoire de l’humanité.


  49. Alae Le 25 septembre 2014 à 11h36
    Afficher/Masquer

    On dirait que l’Amérique est à bout, en pleine panique. Hier, les USA ont classé la Russie “deuxième menace” contre l’Amérique, juste derrière le virus Ebola.
    http://indian.ruvr.ru/news/2014_09_25/Lavrov-Russia-ranked-second-on-Obama-s-list-of-threats-7235/

    Et les explications sur les raisons de leur présence en Syrie sont de plus en plus incohérentes.
    http://www.zerohedge.com/news/2014-09-24/us-propaganda-enters-insane-irrational-overdrive-attempt-sell-war-syria

    Est-il possible, et je pose la question à un économiste sur ce site, que le dollar, en tant que monnaie de réserve, soit déjà du passé et que les USA tombent dans l’hystérie et le grand n’importe quoi à cause de ça?

    D’autant plus que les exercices militaires russes de Vostok, qui se tiennent en ce moment même, ont dû les inquiéter par leur ampleur et leur déferlement de technologies de pointe. Eux qui clamaient à ceux qui voulaient l’entendre que les Russes ne disposaient que de “vieux chars soviétiques qui rouillaient dans les champs”…
    http://indian.ruvr.ru/2014_09_24/photo-The-Vostok-2014-strategic-military-exercise-in-Russias-Far-East-3503/?slide-1

    Si le dollar s’effondre en même temps que le mythe de l’invincibilité américaine, on comprendrait mieux leur affolement. Et les cafouillages de l’UE avec.


    • Demoralisateur Le 25 septembre 2014 à 13h29
      Afficher/Masquer

      Les derniers chars russes sont très très performants.
      Ils ont des équipages très entraînés. Si bien que les Russe ont il y a quelques mois lancé une compétition d’équipage de char, un triathlon de char. Avec d’autres pays, chacun emmène son char et équipage et il y des épreuves de tir sur cible et de parcours en terrain difficile etc…

      Coté américain, leurs chars sont vieillot. Leur arsenal est même très vieillot. Le fameux F35 n’est pas encore en mission sérieuses, faute d’équipage formés et niveau performance, ce n’est pas si impressionnant que ça.

      La plupart de leur blindé léger sont sous équipés en arme et ont des blindages qui tiennent à peine les munitions moyen calibre en plus d’être d’un poids délirant.
      Bref, ils ont perdu de leur superbe…


    • Demoralisateur Le 25 septembre 2014 à 13h41
      Afficher/Masquer

      Correction, c’est un biathlon:
      http://indian.ruvr.ru/news/2014_08_18/Tank-biathlon-world-championship-in-Russia-3711/

      Et les russes ont gagné.

      (j’avais lu ça cet été sur defense-update)


      • Ras Le 25 septembre 2014 à 18h31
        Afficher/Masquer

        Tous les chars étaient des T-72 de fabrication Russe, et aucun pays de l’OTAN n’était présent, évidemment puisqu’ils ne possèdent pas de char Russe…

        Le même genre d’exercice existe au sein de l’OTAN, et les US sont toujours bien classé.


        • Demoralisateur Le 26 septembre 2014 à 09h16
          Afficher/Masquer

          Les chinois sont venu cette année avec leur propre char, les autres ont accepté les char prêtés par la Russie. Les américains ont reçu l’invitation et n’ont pas répondu (cette année, l’an dernier ils ont accepté mais ne sont pas venu)

          Les chars américains, en particulier leur flotte de blindé léger accuse un retard technologique flagrant (et ça je le voit tous les jours via mon boulot.)
          Je ne pense pas que le rapport de force militaire soit en faveur des américains.

          A mon sens, les américains sont en train de gesticuler et de bomber le torse pour donner le change. C’est une puissance en déclin…


      • RARE Le 25 septembre 2014 à 20h54
        Afficher/Masquer

        Je suis de plus en plus persuadé que l’attitude américaine est dictée par le fait que la Russie est militairement probablement plus forte que les USA: la Russie aujourd’hui est capable de résister à une attaque américaine conventionnelle et peut-être même à une attaque nucléaire. Son système de défense anti missiles est tout simplement le meilleur du monde (très nettement supérieur au système américain qui est une vraie passoire). Du reste sur de nombreux plans le matériel militaire russe est meilleur que l’américain. Ne cherchez pas ailleurs la volonté américaine actuelle de se réarmer à grande vitesse (en aurait-elle besoin, dans une optique qui est d’au moins 10 ans, si elle comptait attaquer la Russie dans les mois qui viennent?). Le calcul est simple: affaiblir la Russie (seul pays vraiment dangereux militairement pour les USA, la Chine n’étant pas encore au point sur ce plan) pour qu’elle ne puisse pas continuer à progresser dans le domaine militaire aussi rapidement, et se réarmer très vite pour reprendre l’avantage. C’est une fois de plus une approche à court terme non dénuée de cafouillage (le coup d’Etat en Ukraine a été une erreur, la Crimée a été récupérée définitivement par la Russie, et l’est de l’Ukraine ainsi que la cote probablement deviendront un Etat pro russe; du coup on voit une sorte d’hystérie américaine, qui s’explique, je pense, surtout par le retard militaire des USA, il n’y a qu’à voir la panique américaine quand l’avion russe a déconnecté tout le système de défense de leur navire de guerre ultra sophistiqué). C’est pareil pour l’E.I.: c’est jouer à l’apprenti sorcier, surtout que je ne vois pas comment cela pourrait nuire totalement à Assad (de toute façon la Russie est légitimement en droit de proposer son aide à Assad pour lutter contre les méchants désignés par les USA eux-mêmes). C’est du grand n’importe quoi!


        • Léa Le 25 septembre 2014 à 21h35
          Afficher/Masquer

          Je crois que vous sous estimez les chinois. Ils ne perdent pas de temps sur les technologies obsolètes, ils brûlent les étapes. Ils n’ont pas la lourdeur de l’administration américaine, pour ménager les intérêts d’un tel ou d’un tel. Ils veulent être les meilleurs, point barre. Ils en ont les moyens intellectuels et financiers.


          • RARE Le 25 septembre 2014 à 22h24
            Afficher/Masquer

            Bonsoir Léa
            Je parlais des armes: les chinois regardent avec avidité les armes russes. Et la stupidité américaine a été de conduire au rapprochement entre la Russie et la Chine. Autrement dit les chinois vont acheter puis copier les armes russes (les russes étaient réticents pour vendre des armes élaborées aux chinois avant la mascarade ukrainienne: depuis ils ont été conduits à accepter de vendre aux chinois leur gaz au rabais et de consentir un transfert de technologie pour certaines armes). Regardez les niveaux de vente d’armes aujourd’hui: les USA sont premiers vendeurs, les russes à peine au-dessous, les chinois sont très loin derrière. Mais je suis bien d’accord que, à moyen terme, ils rattraperont leur retard. Mais le moyen terme et a fortiori le long terme sont étrangers aux analyses américaines.


            • Léa Le 25 septembre 2014 à 22h55
              Afficher/Masquer

              Mais je parlais bien des armes aussi. les chinois sont passés aux missiles supersoniques.

              Ils sont branchés aussi sur la guerre des satellites, ce qui doit sacrément mettre les boules aux USA qui envisageaient déjà de régenter l’espace pour leur barrière anti missile.

              Bien entendu s’ils coopèrent avec les russes, jamais les USA vont les rattraper , surtout avec leurs problèmes de budget.

              En informatique, ils sont en tête ( pour la seconde fois ) du TOP 100 des supers calculateurs.


      • Slavyanka Le 26 septembre 2014 à 02h05
        Afficher/Masquer

        Le tsar Alexandre III a dit : «La Russie n’a que deux alliés, son armée et sa flotte.»
        Les Russes citent de plus en plus souvent cette phrase…


  50. BA Le 25 septembre 2014 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Dans l’Union Européenne, il n’y a pas suffisamment de fachos !

    Heureusement, ça va changer !

    Le nombre de fachos dans l’Union Européenne va progresser : ça nous manquait !

    Lisez cet article :

    L’Ukraine demandera l’adhésion à l’UE en 2020.

    L’Ukraine a fait jeudi un pas supplémentaire vers l’Occident en annonçant qu’elle allait demander en 2020 son adhésion à l’Union Européenne et renoncer prochainement à son statut non-aligné, ce qui ouvrirait la voie à son entrée à terme dans l’Otan.

    http://www.romandie.com/news/LUkraine-demandera-ladhesion-a-lUE-en-2020/521088.rom


    • VladP Le 25 septembre 2014 à 13h57
      Afficher/Masquer

      D’ici à 2020, bien des choses auront changé! Qui sait qui sera en mesure de prendre des décisions à Kiev à ce moment là? Allons déjà jusqu’au printemps, et voyons ce qu’il en sera de l’ukraine après la séparation de la région d’Odessa et des oblasts roumains et hongrois.



Charte de modérations des commentaires