Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

3.3 Les Juifs de Galicie

La Galicie a une riche histoire multiculturelle, marquée au cours des siècles par, entre autres, les Juifs et les Arméniens. Aucune autre province autrichienne n’était habitée par autant de peuples que la Galicie : Ruthènes (Ukrainiens), Polonais, Allemands, Arméniens, Juifs, Moldaves, Hongrois, Tziganes etc. Les Polonais, Ruthènes et Juifs représentaient la majorité de la population.

Cependant, les Polonais habitaient très majoritairement l’Ouest de la province, tandis que les Ruthènes se trouvaient à l’Est.

La Galicie

Au début du XXe siècle, la Galicie orientale comptait 65 % de Ruthènes (Ukrainiens), 20 % de Polonais et près de 15 % de Juifs. Ces Juifs de Galicie appartenaient en majorité aux Ashkénazes, immigrés d’Allemagne au Moyen Âge.

La plupart des Juifs en Galicie vivaient pauvrement, en travaillant principalement dans de petits ateliers et petites entreprises comme artisans. Ainsi, près de 80 % des tailleurs de Galicie étaient Juifs. Toutefois, l’importance accordée par les Juifs aux études leur permettait de renverser les barrières sociales : les Juifs occupant des professions intellectuelles étaient proportionnellement beaucoup plus nombreux que les Polonais ou les Ukrainiens de Galicie. Parmi les 1 700 médecins de Galicie, 1 150 étaient juifs ; 41 % des travailleurs de la culture, du théâtre et du cinéma, 43 % des dentistes, 45 % des infirmières étaient Juifs ; et il y avait 2 200 avocats juifs contre 450 avocats ukrainiens. Quatre lauréats du prix Nobel et d’autres, comme des médecins aussi connus que Sigmund Freud et Léo Kanner, étaient d’origine galicienne.

En raison des possibilités d’éducation et de promotion sociale offertes par la monarchie autrichienne à l’ensemble de ses minorités, la renommée de la Galicie s’est aussi fondée sur le fait qu’elle fut le terreau fertile de la constitution d’une intelligentsia nationale (autrichienne, polonaise, ruthéno-ukrainienne ou juive) de premier plan. La Galicie fut le laboratoire de mouvements nationaux modernes, polonais, ukrainiens et juifs. Au regard des persécutions ultérieures, la période de l’Empire austro-hongrois fait figure d’ère de liberté. À cette époque la seule université enseignant l’ukrainien et publiant des ouvrages dans cette langue était située à Lemberg (Lviv).

Quand la Galicie devient polonaise en 1920, les Juifs sont immédiatement victimes de discrimination. Ainsi, ni les Juifs galiciens, ni les Ukrainiens n’ont été autorisés par le gouvernement polonais à travailler dans des entreprises d’État, des institutions, des compagnies de chemins de fer, aux PTT, etc. Ces mesures ont été appliquées strictement. Les Juifs galiciens et les Ukrainiens subirent une discrimination ethnique, sous la forme d’une polonisation forcée (par exemple, en 1912, il y avait 2 420 écoles ukrainiennes en Galicie et en 1938 il n’en restait plus que 352).

Il faut également savoir que la Galicie a été depuis le milieu du XIXe siècle une terre d’émigration. Une proportion considérable des « Galiciens » se trouvent aujourd’hui hors de Galicie. Près d’un million de Galiciens ukrainiens, dits « Ruthènes », ont émigré au début du siècle aux États-Unis, au Canada et en Europe occidentale, tout comme de nombreux Galiciens polonais. Des 800 000 Juifs galiciens d’avant la Première Guerre mondiale, 200 000 à 300 000 ont fui pogroms et guerres vers les capitales occidentales et les États-Unis entre 1880 et 1914.

En novembre 1918, les Juifs ont été victimes de violences et des vols perpétrés par des Polonais ; entre 50 et 150 Juifs ont été tués et des centaines ont été blessés ; 3 synagogues ont été brûlées.

Panorama de Lviv

En 1931, Lviv comprend 30 % de Juifs parmi ses 300 000 habitants.

En 1940, le nombre de Juifs passe d’environ 140 000 à 240 000, des dizaines de milliers de Juifs fuyant les parties de la Pologne occupées par les Nazis vers ce relatif (et temporaire) sanctuaire occupé par les soviétiques.

La plupart de ces Juifs galiciens ont été massacrés durant la Shoah. Les quelques survivants ont émigré en Israël ou aux États-Unis.

3.4 Les mouvements nationalistes ukrainiens

Les nationalistes ukrainiens acceptent très mal le transfert de la Galicie à la Pologne en 1919.

Un groupe d’anciens officiers créa à Lviv dès 1920 l‘Organisation Militaire Ukrainienne (UVO), mouvement révolutionnaire clandestin militaire, ayant mené de multiples opérations de sabotage en Pologne. Durant les années 1920, l’UVO livra une lutte acharnée contre les Polonais, et des violences eurent lieu de part et d’autre.

l’Organisation Militaire Ukrainienne : UVO

Assassinat du poète ukrainien Sydir Tverdohlib

L’Organisation Militaire Ukrainienne, militant pour l’indépendance, organisa un certain nombre d’assassinats à l’encontre de politiciens polonais et de personnalités ukrainiennes (tentatives contre le représentant de la ville de Lviv, contre le président de Pologne et son vice-président, assassinat du ministre de l’Intérieur polonais ou du poète ukrainien Sydir Tverdohlib (considéré comme collaborant avec les Polonais).

À partir de 1923, les services secrets allemands (Abwehr) financèrent et équipèrent l’UVO en échange d’activités d’espionnage contre la Pologne.

les services secrets allemands (Abwehr) financèrent et équipèrent l’UVO

les Sections d’Assaut nazies – Ernst Röhm

Dès 1930, l’UVO prend contact avec les Sections d’Assaut nazies d’Ernst Röhm. En 1933, les SA autorisent des détachements de l’UVO à recevoir une formation militaire. En 1938 sont créés, par l’Abwehr, des centres d’entraînement, en vue de la création d’une cinquième colonne pour des actions futures sur les territoires de la Pologne et de l’URSS. En 1939, sont formés près d’un millier de nouveaux volontaires ukrainiens. L’Abwehr arme également illégalement des groupes ukrainiens en URSS. Mais la coopération resta limitée, en raison des préjugés raciaux d’Hitler contre les Ukrainiens. En effet, si ces nationalistes se voyaient comme des Européens à la différence des « russes semi-asiatiques », ils n’tétaient pour les nazis que des slaves, une « race inférieure ».

Par ailleurs, en 1929 à Vienne est créée l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN), qui regroupe l’UVO et d’autres associations étudiantes nationalistes, qui est dirigée par Yevhen Konovalets. Son emblème issu de ces armoiries de l’Ukraine laisse peu de doute sur ses méthodes…

En 1929 à Vienne est créée l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN) dirigée par Yevhen Konovalets

Les armoiries de l’ukraine

Emblème de l’OUN issu des armoiries de l’Ukraine et qui laisse peu de doute sur ses méthodes

Au début des années 1930, l’UVO et l’OUN commirent des centaines d’actes de sabotage, avec de très nombreux attentats à la bombe, détruisant de multiples voies de chemin de fer, bâtiments de police et réseaux de télégraphe et de téléphone, et elles procédèrent à des braquages réguliers. Les assassinats continuèrent : une centaine au total entre 1921 et 1939.

Plus la répression polonaise augmenta, plus des jeunes rejoignirent l’OUN, qui comptait environ 20 000 membres au début de la guerre.

Yevhen Konovalets, qui œuvra pour la reconnaissance internationale des aspirations des Ukrainiens, est finalement assassiné par le NKVD soviétique en 1938.

Or, il y eu toujours des tensions dans l’OUN entre les jeunes radicaux galiciens et les plus vieux vétérans militaires en exil, tensions que l’habileté politique de Konovalets arriva à gérer. Les plus anciens avaient grandi dans une société stable et avaient servi dans l’armée régulière ; ils se considéraient comme une élite, disposant de grades militaires, adhéraient à un code de l’honneur et une discipline militaire, et étaient plus modérés politiquement ; ils admiraient certains aspects du fascisme italien de Mussolini, mais ils condamnaient fortement les méthodes nazies. En revanche, les plus jeunes n’avaient connu que la répression polonaise et la lutte clandestine ; ils étaient plus impulsifs, violents et impitoyables ; ils admiraient le fascisme et les méthodes des Nazis, estimant que la fin justifie tous les moyens.

Konovalets est alors remplacé par Andriy Melnyk, 48 ans, ancien colonel de l’UVO. Calme et posé, sa nomination est vue comme une tentative de rapprocher l’OUN de l’Église et de modérer ses actions. Cela déplut fortement aux jeunes de Galicie, qui formaient la majorité du mouvement. L’OUN se scinde alors en 1940, entre la modérée OUN-M (Melnyk) et la radicale OUN-B, en référence à son nouveau Leader Stepan Bandera.

Stepan Bandera

la radicale OUN-B, B en référence à son nouveau Leader Stepan Bandera

Celui-ci est un nationaliste galicien, d’abord condamné avec 11 personnes à mort en 1934 pour le meurtre du ministre de l’Intérieur polonais puis emprisonné à vie. Libéré en 1939 lors de l’invasion nazie. Il participe à l’organisation de deux bataillons ukrainiens au sein de l’armée nazie en vue de l’opération Barbarossa : le bataillon Nachtigall (« Rossignol », 400 soldats) et le bataillon Roland (300 soldats), qui formèrent la Légion ukrainienne de la Wehrmacht.

le bataillon Nachtigall qui forma la Légion ukrainienne de la Wehrmacht

le bataillon Nachtigall qui forma la Légion ukrainienne de la Wehrmacht

Au printemps 1941, l’OUN-B, soutenue par l’Abwehr, a reçu 2,5 millions de marks pour des activités subversives en URSS – soit autant que l’OUN-M, soutenue, elle, par le RSHA allemand.

À suivre dans le prochain billet

28 réponses à [U3-3] Les Juifs de Galicie & Les mouvements nationalistes ukrainiens

  1. Pikpuss Le 19 juin 2014 à 06h05
    Afficher/Masquer

    Dès son accession au trône en 1916 à la mort de François Joseph, Charles 1er prit de vigoureuses initiatives pour mettre un terme à la guerre de 14. Seulement, cela aurait contrecarré les véritables buts de guerre de ceux qui l’avaient déclenchée… avec quelques millions de morts supplémentaires hâchés menus entre deux tranchées bien délimitées…


    • cording Le 19 juin 2014 à 13h07
      Afficher/Masquer

      L’aveuglement et le parti pris idéologique de Clémenceau fût néfaste en ignorant les appels à la paix de l’Empereur Charles 1er; d’où la dislocation de l’Empire en autant de nombreux états faibles et fragiles face à une Allemagne restée unie qui donna ce que l’on sait avec Hitler arrivé au pouvoir en janvier 1933 à cause des politiques d’austérité (déflation) du Chancelier Brunnning.


  2. Nicolas Le 19 juin 2014 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Bravo pour ce document. Très intéressant, comme d’hab. Impressionnant comme nettoyage ethnique, depuis 1900.
    Rappel: Dimanche à Paris, place de la République, manif contre la guerre en Ukraine https://www.facebook.com/events/682007078502292/
    Faites tourner l’info.


  3. perceval78 Le 19 juin 2014 à 08h55
    Afficher/Masquer

    Un article d’époque (12 08 1939) de l’Ukrainian Weekly daily (un supplément en langue anglaise du journal Svoboda publié par la communauté ukrainienne des US)

    http://www.ukrweekly.com/archive/pdf1/1939/The_Ukrainian_Weekly_1939-33.pdf#search=“konovalets”

    Ou l’on parle (colonne de droite) de l’assassinat de Kolovanets à Rotterdam,du fait que l’arrivée des communistes en France l’avait fait fuir,du fait que les Polonais accusaient les nationalistes ukrainiens d’être des espions Nazis …

    La page wikipédia de Konovalets

    fr.wikipedia.org/wiki/Yevhen_Konovalets


  4. Balou Le 19 juin 2014 à 09h04
    Afficher/Masquer

    HS

    Avez-vous des détails sur le jugement intiment l’Argentine à payer sa dette au 2 fonds d’investissements américains qui n’avaient pas acceptés la renégociation de celle-ci?
    Les conséquences de ce genre de jugement qui se veut universel alors qu’il est pro-économie US, et peut faire écho à l’autocratique amende infligé à BNP-bas.
    Après les gendarmes du monde, les Usa vont être un tribunal mondial économique (il le sont déjà implicitement)…


    • Ouallonsnous ? Le 19 juin 2014 à 09h10
      Afficher/Masquer

      Pourquoi parler de jugement à propos de ce qui n’est pas “universel alors qu’il est pro-économie US” mais une décision unilatérale ?

      Tant que nous accepterons la terminologie utilisée par ces gens là, ils nous manipuleront !


      • pierre9459 Le 19 juin 2014 à 10h09
        Afficher/Masquer

        Exactement ! Il nous faut systématiquement reprendre ces appellations, qu’elles soient prononcées par les médias ou nos ….propres amis et connaissances.
        Commençons par appeler un chat un chat. Ces “dettes” sont du vol pur et simple !!!


    • Sorge Le 19 juin 2014 à 09h52
      Afficher/Masquer

      Oui, en effet, pour revenir à des préoccupations économiques, quelle est la valeur de ce jugement ?

      Sur quelle base une cours de justice américaine peut-elle se prononcer sur les obligations d’un Etat souverain envers ses anciens créanciers ?

      N’y a-t-il pas un petit problème d’extra territorialité ??

      Concrétement, l’Argentine n’a qu’à envoyer la cours suprême américaine se faire voir chez Plumeau, en refusant d’appliquer ce jugement qui ne s’impose pas à elle. C’est d’ailleurs le sens de l’annonce initiale faite par la Présidente Kirchner, lorsque l’affaire a été soumise à un juge américain de 1e instance.


    • Magpie Le 19 juin 2014 à 11h24
      Afficher/Masquer

      {HS suite} Bonjour, La dépêche m’a aussi frappé lundi…
      Le jugement de la Cour suprême américaine valide les précédents jugements de tribunaux américains qui ont condamné l’Argentine à rembourser la filliale d’ELLIOTT, fonds d’investissement du milliardaire américain Paul Singer.
      Ce dernier a fait fortune en achetant de la dette souveraine, soit en se faisant rembourser au centuple lorsque la valeur remonte, soit en attaquant le pays en justice.
      En 1996, Elliot a acheté de la dette péruvienne pour 11,4 millions de dollars et a obtenu en 2000, un jugement lui octroyant 58 millions de dollars. Il y a 2 ans, le ministre des affaires argentin avait qualifié M. Singer “d’inventeur des fonds vautours” parce qu’il avait obtenu plus de 100 millions de dollars sur la dette congolaise, alors qu’il n’avait déboursé que 10 millions.
      Donc en Argentine, pour un investissementde 182 millions de dollars en 2002, le fonds d’investissement ramasse 1,33 milliards en 2014.
      Le point intéressant du jugement de la Cour suprême est qu’elle valide la demande du plaignant d’obtenir de banques, la liste complète et le relevé des comptes détenus par la République argentine et par les responsables politiques argentins, pour éventuellement les saisir.
      C’est une histoire qui gagnerait à être diffusée, pour sensibiliser l’opinion au problème de la dette…


      • Chris Le 19 juin 2014 à 15h29
        Afficher/Masquer

        Le point intéressant du jugement de la Cour suprême est qu’elle valide la demande du plaignant d’obtenir de banques, la liste complète et le relevé des comptes détenus par la République argentine et par les responsables politiques argentins, pour éventuellement les saisir.
        Mais c’est bien là toute la politique FACTA que les Etats-Unis imposent comme loi supranationale au monde entier et personne ne bronche. Moscovici a tenté de les imiter en imposant les actifs des Français sur territoire Suisse lors de successions… Le National (parlement) a refusé net.
        Actuellement, les Etats-Unis, via NSA, ont la main mise sur toutes les opérations européennes SWIFT pourtant localisées à Bruxelles… Big Brother contrôle tout et les fonctionnaires commissaires européens en redemandent !
        Depuis 25 ans, les Etats-Unis évoluent dans la prédation pure. Ils ne s’en cachent même plus.


  5. perceval78 Le 19 juin 2014 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Un pdf peut être intéressant pour toi Olivier, il est écrit par Delphine Bechtel (Sorbonne)

    “Mensonges et légitimation dans la construction nationale en Ukraine”

    http://www.academia.edu/6997509/Mensonges_et_legitimation_dans_la_construction_nationale_en_Ukraine_in_Ecrire_lhistoire


  6. nico Le 19 juin 2014 à 09h49
    Afficher/Masquer

    L’ancien maire de Kief Alexandar Popov harcélé par une petite bande de nazillons
    http://www.liveleak.com/view?i=2a6_1403119689


  7. Thalie Le 19 juin 2014 à 11h22
    Afficher/Masquer

    Pour compléter ce billet – excellente conférence de Jean-Marie Chauvier sur l’Ukraine, et la Galicie en particulier. Comprendre les enjeux actuels en Ukraine:: http://www.youtube.com/watch?v=k5ICe8V8Z18


  8. aspitoyendefrance Le 19 juin 2014 à 12h20
    Afficher/Masquer

    On comprends mieux la genese en ukraine.

    Les ukrainiens vont se mordre les doigts d’avoir fait allegance aux nationalistes anti russe


  9. perceval78 Le 19 juin 2014 à 12h27
    Afficher/Masquer

    En sautant d’un lien à l’autre, il s’avère que la famille de Brzesinski est également originaire de Galicie, son père Tadeusz aurait participé (de près ou de loin à la bataille de Lyiv qui permit de réintégrer cette région à la deuxième république polonaise. Il fut ensuite ambassadeur à Berlin entre 31 et 35, puis à moscou entre 36 et 38. A la déclaration de guerre, il était ambassadeur aux USA.

    Une des figures de l’époque est le général Pilsudski , qui développa deux théories , le “Prométhéanism” et le concept d’ Intermarum. Il est extrèmement frappant de voir que l’Eastern Partnership promu aujourd’hui par Bruxelles rejoint les concepts de Pilsudski ,affaiblir les Russes en passant alliance avec : l’Arménie, la Géorgie, l’Azerbaidjan, l’Ukraine…

    Pilsudski
    http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%B3zef_Pi%C5%82sudski
    http://www.diploweb.com/forum/pilsduski.htm

    Prométhéanism
    http://en.wikipedia.org/wiki/Prometheanism
    http://en.wikipedia.org/wiki/Intermarum

    Tadeusz Brzezinski
    http://en.wikipedia.org/wiki/Tadeusz_Brzezi%C5%84ski

    Guerre soviéto Polonaise
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_sovi%C3%A9to-polonaise

    Bataille de Lyiv
    http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Lw%C3%B3w_(1918)

    2eme République
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxi%C3%A8me_R%C3%A9publique_de_Pologne


    • moderato si cantabile Le 19 juin 2014 à 19h12
      Afficher/Masquer

      Bonjour Perceval,
      Rien n’est étonnant en ce qui concerne les US, car si leur “pères fondateurs” et leurs légendes tournent autour des anglo-saxons, si vous regardez qui sont ceux qui ont fait leur fortune autant que leur gloire (scientifique) …ce sont des ressortissants de l’Europe Centrale.


    • R.-M. Mukarutabana Le 02 octobre 2014 à 19h09
      Afficher/Masquer

      Au sujet de “l’Eastern Partnership promu aujourd’hui par Bruxelles”, voir aussi ce nouveau projet de loi americain: Russian Aggression Prevention Act:
      https://www.govtrack.us/congress/bills/113/s2277
      Du pur delire: on en rirait, si ce n’etait pas si grave.


  10. Nicolas Le 19 juin 2014 à 13h25
    Afficher/Masquer

    http://www.vesti.ru/doc.html?id=1702671&tid=105474
    Hier, la résistance de Lougansk a écrasé le bataillon Aydar, composé de plus d’une centaine de volontaires, surtout d’activistes de Maïdan (les descendants de l’OUN…), chargé d’opération punitives contre la population.
    Les combats ont duré 3 heures, les résistants ont attaqué de plusieurs côtés simultanément.
    A part ça, la junte accuse les résistants d’avoir eux-même tué les journalistes. On dit souvent “plus c’est gros, mieux ça passe” mais là c’est pas sûr.
    Le bombardement de la population de Kramatorsk se poursuit. Il n’y a plus d’eau, plus d’électricité, plus d’essence, les hôpitaux sont presque tous fermés. En Ukrainien “cesser-le-feu” est synonyme de “catastrophe humanitaire”.
    En Ukraine, les ministres encouragent la foule à insulter la Russie. En Russie, ils ont arrêté deux hommes ont étalé une grande affiche insultant Parashenka en face de l’ambassade d’Ukraine.


  11. Nicolas Le 19 juin 2014 à 13h48
    Afficher/Masquer

    Gubarev vient d’annoncer que la situation s’est brusquement empirée:
    Les troupes kiéviennes ont lancé 2 attaques simultanée: une avec 20 tanks, 50 blindés et 2 bataillons, l’autre avec 30 blindés.
    Donetsk est désormais totalement encerclée.
    Des attaques similaires sont en cours à Lougansk.


  12. Nicolas Le 19 juin 2014 à 13h58
    Afficher/Masquer

    La raison pour laquelle l’assaut a été lancé semble être parce que les résistants viennent de mettre la main sur 250 tanks des bases environnante. Peut-être trop tard…
    http://jpgazeta.ru/uv2014/armii-dnr-ne-khvataet-tankistov-dlya-pervoy-tankovoy-divizii/


  13. Yannick Le 19 juin 2014 à 15h46
    Afficher/Masquer
  14. sacha Le 19 juin 2014 à 20h26
    Afficher/Masquer

    Porochenko a vendu Donbass au USA,ce pour cela on fait les nettoiges de cette region de sa population.L’UE veut dependre du gaz americain de Donbass?Ce meix que le gaz russe?Le gaz de Dobass que les americaines veut vendre au europeens,par demande de Mme.Merkel qui a dit eux ne veulent pas dependre de gaz russe..Pour destabilisé l’economie europeen et russe.Sans demandé l’avis du peuple,donc au detriment des europeens.Tout les monde connait que Porochenko et co.et les marionettes des USA.Et Washington est tres embeté par l’UE,la Chine et la Russie.C’est pour cela a Kiev a un blocage informatique.On empison,torture et tue les journalistes qui dit la verité sur la crise en Ukraine.Le “gouvernement”a Kiev et pas seullement ne veut pas que le monde connaise la verité.Parce-que apres il faut assumer ces responsabilité.Porochenko et co.surement vont aller ce cacher au USA pour leurs crimes contre l’humanité!L’UE et les USA sont responsable dans la crise humanitaire en Ukraine pour le choix imposé par l’UE!


    • LutterPourLaPaix Le 19 juin 2014 à 22h51
      Afficher/Masquer

      L’attitude criminelle jusqu’au-boutiste de cette junte n’est possible que dans le court terme. Leurs crimes seront difficiles à cacher longtemps. Avec le temps de plus en plus de gens dans le monde ouvriront les yeux et cela précipitera leur chute.
      Une fois que les marionnettes auront cessé leur rôle utile aux USA, ceux-ci les laisseront tomber. Aucun refuge ne s’ouvrira à eux, nulle part !


  15. Spipou Le 19 juin 2014 à 23h50
    Afficher/Masquer

    Il faut ajouter que la Galicie faisait partie de la partie autrichienne de l’Empire, ce qui a son importance : dans la double monarchie, l’Autriche était très libérale à l’égard de ses minorités, alors que la Hongrie était beaucoup plus répressive, aussi bien d’ailleurs avec les minorités qu’avec le “petit peuple”.

    Pour l’anecdote, lorsque Béla Bartók et Zoltán Kodály entreprirent leurs recherches ethnomusicologiques sur le terrain, ils furent accueillis avec une grande méfiance par les paysans de tout le territoire de la Hongrie, parce qu’ils appartenaient à “la race des messieurs”.


  16. Spipou Le 19 juin 2014 à 23h53
    Afficher/Masquer

    Ca alors ! Merci pour l’info !


  17. Engel Le 20 juin 2014 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    J’apprends beaucoup ,en lisant vos articles ! merci .
    Les commentaires le sont tout autant .
    Je soutiens le Dombas !


  18. R.-M. Mukarutabana Le 02 octobre 2014 à 14h14
    Afficher/Masquer

    Ainsi donc, Muhammad Asad alias Leopold Weiss, joua donc un role dans la partition de l’Inde!… commencement de tant de malheurs actuels de ce peuple, en Inde aussi bien qu’au Pakistan.
    Comme vision et travail de longue haleine de la destabilisation du monde, chapeau!


  19. R.-M. Mukarutabana Le 02 octobre 2014 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Excellent travail. Merci beaucoup.
    On voit bien que la “canonisation” de Bandera par le pouvoir issu de la “révolution orange” préparait Maidant et toute la suite – le tout préparé de longue date par Soros et al
    (voir ici: “CNN 27 May George Soros on Ukranie and Russia”: https://www.youtube.com/watch?v=kPGMPlEHLTA – réponse à la 1ere et 3e questions de Fareed Zakaria. Attention: fortifiez-vous d’abord contre les horribles mensonges du milliardaire, c’est à vous rendre malade).
    Ce ne fut qu’à la suite de nombreuses protestations de toutes parts que Iulia Timoshenko et ses comperes revinrent sur leur decision de faire de Bandera un héro national. Mais le ver était déjà dans le fruit, depuis bien longtemps, d’ailleurs: tous ces Bandera, anciens et nouveaux, poussent dans un terreau fertile…


Charte de modérations des commentaires